WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact de l'activité d'éboueur et des risques professionnels sur la santé physique et la vie extra professionnelle, cas des agents de la S.O.V.O.G

( Télécharger le fichier original )
par Leger Parfait MAVIOGA MA ITSOUKIGA
Université Omar Bongo - Maitrise 2010
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Résumé

1

Cette étude met en lumière l'influence de l'activité d'éboueur et des risques professionnels sur la santé physique et la vie extra professionnelle des éboueurs. Elle a été menée auprès de 25 éboueurs mariés et 25 éboueurs célibataires, en vue de faire une analyse comparative.

En effet, le but de cette étude était de parvenir à évaluer l'impact des conditions de travail sur la santé physique et la vie extra professionnelle des éboueurs.

Pour cela, l'objectif consistait à inventorier l'ensemble de la manutention et les potentiels risques qui découle de l'activité afin, de recueillir auprès des éboueurs leur appréciation des contraintes lié à leur travail.

A cet effet, les résultats obtenus à partir des tests statistiques ont corroboré dans le sens de notre hypothèse générale.

Mots dlés :

Eboueur, risques professionnels, condition de travail

Summary

This essay endeavors to bring to light the impact of the dustmen's activity and its inherent risks on the worker's health and extra-pro fee dustmen's activity and its inherent risks on the worker's health and extra-professional.

It is a comparative study of twenty five (25) married and unmarried refuse

collectors the purpose being to assess the influence of the working conditions on the worker's health and private life.

In actual fact, the study consisted in investigating the garbage collection activity as a hole including all the risks involved so as to assess the dustman's perception of his working condition, the risks linked to the occupation with regard to his extra professional life, be he married or not.

The results of tests and other statistical tables have proved my general assumption: it is true that the special working conditions that this occupation requires as well as the harsh rhythm of lab our it produces on the physical and professional life do also affect the worker' extra professional life.

Keys words:

Garbage, professional risks, working conditions

3

Introduction:

Aujourd'hui les villes africaines font partie des espaces dans lesquels la problématique de la gestion de l'environnement est pertinente (Christian Ipemosso, 2008). Les atteintes à l'environnement sont généralisées et croissantes. La collecte et l'évacuation des ordures ménagères constituent l'une des plus grandes difficultés que rencontrent les autorités municipales. Ces difficultés se traduisent par une accumulation de déchets ménagers, l'érection de nombreux dépôts sauvages dans plusieurs quartiers. La faiblesse du taux de couverture de ce service important de collecte a pour conséquence un environnement insalubre, malsain caractérisé par la pollution de l'air, et la dégradation du cadre de vie des populations. C'est notamment le cas des communes de Libreville et d'Owendo qui connaissent un développement spectaculaire dans la production d'ordures de toutes natures.

La production journalière d'ordure dans la capitale gabonaise est de 500 tonnes dont la plus grande majorité provient des activités commerciales et des ménages. De manière générale, les ordures sont abondantes et très souvent abandonnées dans les rues, les carrefours et les bas-fonds des quartiers sous intégrés de la capitale.

Ces derniers temps, la presse a consacré de nombreux reportages sur cette situation, agitant ainsi plusieurs sonnettes d'alarmes, les appels au civisme s'intensifient de la part des municipalités, faisant de la salubrité une préoccupation essentielle et de santé publique. Mais, à aucun moment, ces reportages, parfois bien documentés par ailleurs, n'envisagent ce qu'est le travail d'un éboueur dans un tel contexte. En dépit de cet oubli et de ce silence, les analyses en question sont intéressantes dans la mesure où elles décrivent les enjeux présents et démontrent de façon criarde l'importance des tâches de ces braves gens qui quotidiennement oeuvrent pour la salubrité de nos villes.

Globalement cette étude se propose non pas de faire un état de la situation d'insalubrité dans laquelle se trouve notre capitale mais plutôt, de dresser le portrait

du métier d'éboueur et des risques liés à cette activité modeste et mal connue du publique avant de démontrer l'impact de celle ci sur l'éboueur, sa vie sociale et familiale.

Dans ce cadre d'idées, précisons qu'ici nous nous intéressons à la conciliation vie privée-vie au travail des éboueurs tout en considérant la nature et les conditions dans lesquelles ils exécutent leur travail. Car selon, Boussougou-Moussavou, (1985; 2004), la vie de travail et la vie hors travail entretiennent des relations d'influence réciproque.

Ainsi, nous pensons qu'en saisissant la nature et les caractéristiques de cette activité nous déboucherons sur une meilleure compréhension de l'activité extraprofessionnelle des éboueurs.

Notre hypothèse peut être formuée de la manière suivante: Les exigences du travail d'éboueur, compte tenu des conditions de travail, du rythme de travail qu'elles génèrent ont un impact sur la santé physique et la vie extra professionnelle. Mais cette influence est modulée par la prise en compte des caractéristiques individuelles (statut marital, age, ancienneté, nombre d'enfants à charge).

De cette hypothèse générale, découlent les hypothèses opérationnelles suivantes :

- Hypothèse 1 : Les éboueurs mariés ont une perception plus négative des conditions de travails que les éboueurs célibataires.

- Hypothèse 2 : Les éboueurs mariés ont une perception plus positive de leur vie familiale et de leur vie sociale que les éboueurs célibataires.

- Hypothèse 3 : les exigences liées au travail d'éboueur, affectent négativement l'organisation de la vie extra professionnelle des éboueurs, plus chez les mariés que

5

chez les célibataires.

- Hypothèse 4 : les caractéristiques individuelles ont un effet modérateur sur la relation entre les conditions de travail et l'organisation de la vie extra professionnelle, quand on maintient constante leur influence, plus chez les éboueurs mariés que chez ceux qui sont célibataires.

Pour éprouver ces hypothèses, nous avons mené une enquête par questionnaire auprès de 50 éboueurs de la SOVOG.

Aussi, conformément à l'objectif défini au départ, notre recherche s'organise - telle autour de deux grandes parties.

La première partie pose un support conceptuel, dans le souci de définir les problèmes que posent la collecte des ordures ménagères en faisant une analyse critique des caractéristiques de ce travail. Deux chapitres y sont développés. Le premier chapitre fait une analyse ergonomique des tâches, de l'organisation et des conditions de travail des éboueurs tout en mettant en relief les risques inhérents à cette activité. Le second chapitre expose les théories et les travaux antérieurs qui sous tendent notre recherche et servent d'épine dorsale à notre problématique.

La deuxième partie, quant à elle, fait une description de la démarche méthodologique adoptée. Elle est composée de deux chapitres. Le premier chapitre définit le cadre de la recherche, la population d'enquête et l'instrument de collecte de données. Le second, décrit le matériel d'enquête, la présentation, l'interprétation et la discussion des résultats obtenus.

Chapitre I- ACTIVITE D'EBOUEUR, RISQUES PROFESSIONNELS ET IMPACT SUR LA VIE AU TRAVAIL ET HORS TRAVAIL.

De multiples regards peuvent être portés sur les situations de travail. Les vues dont il est question ici sont ceux de la psychologie et de l'ergonomie : ils sont dirigés sur l'activité, car c'est à travers elle que ces disciplines abordent le travail.

S'intéresser à l'activité, ce n'est pas seulement considérer l'agent qui l'exerce, mais aussi la tâche à laquelle elle répond et toutes les conditions techniques, sociales et organisationnelles dans lesquelles elle s'insère. C'est à l'étude de quelques-unes de ces facettes de l'activité notamment celle d'éboueur que s'attachera ce chapitre.

I.1- Définition de l'activité d'éboueur

Le travail est définit comme une activité faisant l'objet d'une rémunération, le travail est traditionnellement considéré dans la théorie économique, comme un facteur de production. Il intervient, comme le capital ou les matières premières, dans le processus de création des biens et des services, et représente une ressource pour l'entreprise (Stammers et Shephard, 1995).

Pourtant, il apparaît trop réducteur d'assimiler l'activité de travail à une quantité vague et indifférenciée d'heures de travail : en effet, les tâches humaines sont très diverses et la façon même de les organiser détermine en grande partie leur efficacité. Les rapports individuels et collectifs que créent le travail entre les hommes, les uns employeurs et propriétaires de l'instrument de travail, les autres travailleurs salariés, subordonnés et exécutants, sont aussi à prendre en compte dans l'analyse du travail perçu comme activité faisant l'objet d'une rémunération. (Stammers et Shephard, 1995).

Ainsi, l'activité met aussi en jeu les fonctions physiologiques et mentales : les muscles, les articulations, le système cardio-pulmonaire, la vision, l'ouïe, le toucher,

7

la mémoire. Ces activités dépendent des conditions dans lesquelles la tâche s'effectue: contraintes, prévisibilités, imprévus, anormalités.

L'activité d'éboueur ou encore le travail de collecte d'ordure ménagère, pour sa part ne nécessite pas de qualification particulière. Il faut, en revanche jouir d'une bonne santé et d'une parfaite condition physique du fait que l'activité est principalement tournée autour de la manutention. En outre, la collecte des ordures de toutes natures, au Gabon, s'effectue à l'extérieur et en pleine air. L'éboueur également appelé `' ripeur» travaille seul ou en équipe. Ses horaires de travail sont des plus contraignants; très tôt le matin mais le plus souvent tard dans la nuit.

L'éboueur manutentionne quotidiennement plusieurs tonnes de déchets. Peu de métiers exigent un aussi grand effort physique que la collecte des ordures. Et ce n'est pas qu'un travail physique, l'éboueur doit constamment être vigilant, compte tenu des conditions et de l'environnement dans lesquels s'exécute la collecte des ordures, obligeant ainsi l'éboueur à adopter une attitude préventive, (garder un équilibre précaire sur le marche pied ou encore collecter en plein carrefour etc.).

Le détail de la manutention d'un éboueur pourrait se décrire comme cidessous :

- se rendre au dépôt pour s'équiper ;

- s'installer à sa benne (au volant pour le conducteur et sur le marche pied pour les collecteurs) ;

- monter sur le marchepied ou y descendre selon le cas ;

- prendre et/ou rouler les conteneurs et les aligner devant la trémie ;

- procéder au vidage en actionnant le lève- conteneur ;

- vider et ramener les conteneurs ;

- ramasser les sacs plastiques et les jeter dans la benne ;

- nettoyer à la pèle les déchets rependus au sol ;

- soulever seul ou à deux les poubelles pour les vider dans la benne ;

- contrôler l'adéquation contenant - contenu en cas ramassage collectif ; - indiquer la fin du ramassage au chauffeur ;

- remonter sur le marchepied ou s'installer dans la cabine ou même courir derrière la benne jusqu'à la poubelle suivante pour recommencer...

Voici l'inventaire de la manutention à laquelle font face les éboueurs et les chauffeurs de camions tasseurs ou à charge latérale pendant une nuit de collecte. Toutes ces opérations sont source de danger permanent pour le travailleur.

sommaire suivant






La Quadrature du Net