WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude comparative des macroinvertébrés et leur impact sur le régime alimentaire de Clarias Gariepinus (Burchell, 1822) de deux cours d'eau permanents de la région ouest du Burkina Faso


par Souleymane Sanogo
Université Polytechnique de Bobo Dioulasso (Burkina Faso) - Master Recherche en Analyse des Populations des Espèces Halieutiques 2010
  

précédent sommaire suivant

3.1 Les populations de macroinvertébrés

Les populations de macroinvertébrés sur ces deux cours d'eau sont dominées par les Insectes (tableau 4 et 9), et parmi ces derniers les Chironomidae sont les plus nombreux surtout au niveau du benthos. Ces remarques, en adéquation avec les résultats de Kabré et al. (2000) et de Kabré et al. (2002), confirment ceux de Guenda (1996) réalisé sur le réseau hydrographique du Mouhoun. Le Kou est en effet un affluent de ce fleuve. En outre, des 8 ordres d'insectes inventoriés par Guenda (1996), 7 ont des représentants au niveau du Kou à savoir les Diptères, les Trichoptères, les Ephéméroptères, les Coléoptères, les Odonates, les Hétéroptères et les Lépidoptères.

Les Chironomidae étant très nombreux au niveau du benthos de ces 2 cours d'eau, ils influenceront donc la densité des individus benthiques. C'est ainsi que les fortes concentrations des Chironomidae en début de saison pluvieuse sur le Wé relève considérablement la densité du benthos sur ce cours d'eau par rapport au Kou. Mais pendant les hautes eaux, la densité sur le Wé baisse (Figure 14).

Les valeurs de la densité benthique au niveau de ces deux cours d'eau sont en deçà de celles obtenues par Guenda (1996).

3.1.1 Macroinvertébrés et qualité de l'eau

Les caractéristiques physico-chimiques sur ces deux cours d'eau ne permettent pas d'évaluer leur qualité. Le pH tend a augmenté de l'étiage aux hautes eaux tandis que la conductivité diminue (tableau3). Mais ces valeurs sont en deçà des valeurs critiques. L'utilisation des traits biologiques des espèces vivants dans ces cours d'eau s'avère nécessaire.

Le niveau taxonomique atteint dans la détermination des individus dans cette étude ne permet de faire qu'une analyse partielle sur la qualité de ces deux cours. En effet, ils se caractérisent par une faible quantité de EPT (Ephéméroptères, Plécoptères, Trichoptères), avec 0,016% sur le Kou et 0.008% sur le Wé (tableaux 4 et 9). Les espèces appartenant à ces ordres d'Insectes, très sensibles à la pollution témoignent de par leur abondance dans un cours d'eau, une bonne santé écologique (Moisan et Pelletier, 2008). Ces données relatent une mauvaise qualité de ces deux cours d'eau pendant notre étude.

3.1.2 Répartition saisonnière des macroinvertébrés

La répartition des macroinvertébrés observés dans cette étude est un phénomène naturel qui est une expression du cycle biologique des espèces au niveau des cours d'eau. Dejoux et al. (1971) affirmaient en ce sens que les macroinvertébrés sont soumis périodiquement au rythme des variations saisonnières.

3.1.2.1 Répartition saisonnière des immatures

Les résultats de l'AFC relatives aux immatures (figure 3) indiquent une attirance des trois périodes au niveau du Wé et le Kou pendant les hautes eaux. Ces périodes sont regroupées dans un même quadrant avec les immatures des Muscidae, des Syrphidae et des Chironomidae. Ces macroinvertébrés se retrouvent donc pendant ces périodes au niveau de ces cours d'eau.

La disposition des trois périodes du Kou, indique une variation des macroinvertébrés immatures. Les Hydropsychidae et les Belostomatidae sont présents pendant l'étiage, les Simuliidae et les Dytiscidae plus nombreux en début de saison et les Chironomidae prolifèrent pendant la période des hautes eaux.

Les périodes d'étiage se caractérisent par une faible quantité de Diptères. Ce constat avait été relaté par Kabré et al. (2002).

précédent sommaire suivant