WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Genèse et morphodynamique actuelle des bas-fonds saheliens : caractérisation des bas-fonds de Birnin Lokoyo, Doutchi et Sormo

( Télécharger le fichier original )
par Bachir ABBA
Université Abdou Moumouni de Niamey - Maitrise en géographie 2004
  

sommaire suivant

UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI RESEAU UNIVERSITAIRE

Faculté des Lettres et Sciences Humaines INTERNATIONAL

Département de Géographie DE GENEVE (RUIG)

MEMOIRE DE MAITRISE GEOGRAPHIE

PROGRAMME DYNAMIQUE ET GESTION DES BAS-FONDS SAHELIENS

THEME : GENESE ET MORPHODYNAMIQUE ACTUELLE DES BAS-FONDS SAHELIENS : CARACTERISATION DES BAS-FONDS DE BIRNIN LOKOYO, DOUTCHI ET SORMO

Annee academique 2004-2005 Presente et soutenu par ABBA Bachir

Sous la direction de : Membres du jury :

BOUZOU MOUSSA Ibrahim, Président : DESCROIX Luc

Maître de Conférences, Faculté des Lettres Chargé de Recherches, Institut de

et Sciences Humaines Recherche pour le Développement Niamey

FARAN MAIGA Oumarou, Assesseur : ADAMOU Mahaman Moustapha

Assistant, Faculté des Lettres et Sciences Humaines Assistant, Faculté d'Agronomie

Tout aménagiste ou agent du développement quel qu'il soit est amené à utiliser une
série d'indicateurs pour caractériser en première approche la région, le terroir, ou le
bassin versant à aménager (MONDAIN MONVAL; 1993)

Dédicaces

Je dédie ce travail d'étude et recherche à mes parents, à mes frères et soeurs et à mesdames WAZIRI MATO Maman nées Marée et Marie.

Sigles et abréviations

ADRI : Action pour le développement rural intégré

ADRAO : Association pour le développement de la riziculture en Afrique de l'ouest AMMA : Analyse multidisciplinaire de la mousson Africaine

BUCU : Bureau de Coopération

CES/DRS : Conservation des eaux et de Sols, défense et restauration de Sols CIDES : Centre d'information et de documentation économique et social CORAF : Conférence des responsables de la recherche agronomique Africains PDGBS : Programme dynamique et gestion des bas-fonds sahéliens

DMN : Direction de la météorologie nationale

ETP : Evapotranspiration potentielle

FA : Faculté d'agronomie

FC : Courbes de fréquences cumulées

FR : Courbes de fréquences relatives

FLSH : Faculté des lettres et sciences humaines

GEOCONSEIL : Cellule de conseil du Département de Géographie IGA : Institut de Géographie Alpine

INRAN : Institut national de recherche agronomique du Niger IRAT : Institut de recherche agronomie tropicale

IRD : Institut de recherche pour le développement

MDA : Ministère du développement agricole

OMM : Organisation mondiale de la météorologie

ONG : Organisation non gouvernementale

R3S : Réseau de recherche sur la résistance à la sécheresse au Sahel RUIG : Réseau universitaire international de Genève

TER : Travaux d'étude et de recherche

Liste des tables Tables des cartes

Carte1 : Localisation des sites étudiés

Carte 2 : Les unités géodynamiques du bassin versant de la mare de Birnin Lokoyo (1975) Carte 3 : Les unités géodynamiques du bassin versant de la mare de Birnin Lokoyo (1996) Carte 4 : Les unités géodynamiques du bassin versant de la mare de Doutchi (1975)

Carte 5 : Les unités géodynamiques du bassin versant de la mare de Doutchi (1996) Carte 6 : Les unités géodynamiques du bassin versant de la mare de Sormo (1996)

Tables des Figures

Figure 1: Courbes de variation des précipitations à Doutchi (1923-2003)

Figure 2: Écarts à la moyenne station de Douthi (1950-2003)

Figure 3: Courbes de variation de précipitations à Matankari (1985-2003)

Figure 4: Écarts à la moyenne station de Matankari (1985-2003)

Figure 5: Courbes de variation de précipitations à Gaya (1931- 2003)

Figure 6: Écarts à la moyenne station de Gaya (1950-2003)

Figure 7: Variation des températures à la station de Doutchi (1996-2003)

Figure 8: Variations des températures à la station de Gaya (1970-1997)

Figure 9: Profils topographiques réalisés à partir de la carte topographique de Dogondoutchi au 1/200000ème (secteur de Birnin Lokoyo)

Figure 10: profils topographiques réalisés à partir de la carte topographique de Dogondoutchi au 1/200000ème (secteur de Doutchi)

Figure 11: profils topographiques réalisés à partir de la carte topographique de Sabongari2 c a1/50000ème

Figure 12: Coupe de berges des koris latéraux

Figure 13 : Courbes des fréquences des échantillons E1a Birnin Lokoyo et E1b Birnin Lokoyo Figure 14 : Courbes des fréquences des échantillons E1c Birnin Lokoyo, E1d Birnin Lokoyo, E1e Birnin Lokoyo

Figure 15 : Courbes des fréquences des échantillons E2a Birnin Lokoyo, E2b Birnin Lokoyo et E2c Birnin Lokoyo

Figure 16: Courbes des fréquences des échantillons E2d Birnin Lokoyo, E2e Birnin Lokoyo Figure 17: Coupe schématique de la berge du kori principal

Figure 18 : Courbes des fréquences des échantillons E3a Birnin Lokoyo, E3b Birnin Lokoyo et E3c Birnin Lokoyo

Figure 19 : Courbes des fréquences de l'échantillon E4 Birnin Lokoyo

Figure 20 : Coupes schématiques des berges du kori 1

Figure 21 : Courbes des fréquences des échantillons E1a Doutchi, E1b Doutchi et E1c Doutchi (kori 1)

Figure 22 : Courbes des fréquences des échantillons E1d Doutchi et E1e Doutchi (kori 1) Figure 23 : Courbes des fréquences des échantillons E2a Doutchi et E2b Doutchi (kori 1) Figure 24: Coupes schématiques des berges des koris 2, 3 et 4

Figure 25 : Courbes des fréquences des échantillons E3a Doutchi E3b Doutchi et E3c Doutchi (kori 2)

Figure 26 : Courbes des fréquences des échantillons E4a Doutchi E4b Doutchi (kori 2) Figure 27 : Courbes des fréquences des échantillons E4c Doutchi E4d Doutchi (kori 2) Figure 28 : Courbes des fréquences des échantillons E5a Doutchi E5b Doutchi (kori 3) Figure 29 : Courbes des fréquences des échantillons E6a Doutchi E6b Doutchi (kori 4) Figure 30 : Courbes des fréquences des échantillons E7a Doutchi E7b Doutchi et E7c Doutchi bas-fond (au niveau de la fosse)

Figure 31 : Courbes des fréquences de l'échantillon E8 Doutchi (mare)

Figure 32: Coupe schématique de berges de koris de deux ravines observées sur le glacis Figure 33 : Courbes des fréquences des échantillons glacis (berge droite de la ravine) Figure 34 : Courbes des fréquences des échantillons glacis (berge gauche kori Illéla II) Figure 35: Coupe schématique de la berge droite du kori principal de la mare de Sormo Figure 36 : Courbes des fréquences des échantillons bas-fond (koi principal)

Figure 37 : Courbes des fréquences de l'échantillon prélevé dans la mare

Tables des photos

Photo1 :Zone d'épandage de sable dans la dépression (page de garde) Photo 2: Epandage de sable dans le bas-fond en amont de Baré-beri Photo3: Seuil barrage en aval de la mare pour empêcher le vidage Photo 4: Point de vidage de la mare de Birnin Lokoyo

Photo 5: Cône d'épandage forme par le kori Roumbouki a l'entrée de la mare de Birnin Lokoyo Photo 6: Au premier plan la mare de Birnin Lokoyo sèche et au second plan jardin de tomates Photo 7: Dynamique de l'évolution d'un kori par sapement de berge en colonne (berge droite du kori 1)

Photo 8: Mare de Tapkin Sao en cours d'ensablement en raison d'apport des produits de l'érosion hydrique des versants et des plateaux

Photo 9: Cône d'épandage de sable à l'entrée de la mare de Doutchi

Photo 10: Ravinement dans la zone d'épandage

Photo 11: Ravinement à l'entrée du bas-fond

Photo 12: Digues destinées a réduire la vitesse de l'écoulement du kori

Photo 13: Seuil en gabions pour favoriser la sédimentation dans le kori

Photo 14: D igue de déviation du kori principal

Tables des tables

Tableau 1: Evolution des moyennes pluviométriques

Tableau 2: Résultats de l'analyse granulometrique sur le glacis (Birnin Lokoyo)

Tableau 3: Interprétation granulométrique des échantillons de glacis

Tableau 4: Analyse granulométrique des échantillons prélevés sur la berge du kori principal de la mare

Tableau 5: Récapitulatif de contraintes sur les unités géodynamiques du bassin versant de la mare de Birnin Lokoyo

Tableau 6: Niveau de potentialités et contraintes des unités géodynamiques du BV de la mare de Birnin Lokoyo

Tableau 7: Analyse granulométrique transect 1

Tableau 8: Résultats de l'analyse granolométrique sur les transects 2, 3 et 4

Tableau 9: Les modes des différents échantillons de sols sur tous les transects

Tableau 10: Analyse granulométrique des échantillons prélevés en creusant une fosse au niveau de la dépression (profondeur 1.15 m

Tableau 11: Indices granuloméltriques des échantillons de sols dans la dépression. Tableau 12: Récapitulatif de contraintes du BV de la mare de Doutchi

Tableau 13: Niveau de dégradation des unités paysagères du BV de la mare de DoutchiTableau 14: Analyse granulométrique des échantillons prélevés sur les glacis (Sormo)

Tableau 15: Résultats de l'analyse granulométrique

Tableau 16: Modes des échantillons du bas-fond

Tableau 17: Récapitulatif de contraintes sur les unités géodynamiques du BV de la mare de Sormo

Tableau 18: Niveau de contraintes et potentialités

Table des matières Dédicaces i

Sigles et abréviations ii

Liste des tables iii

AVANT-PROPOS 11

INTRODUCTION GENERALE 13

1.PROBLEMATIQUE ET OBJECTIFS 15

2. HYPOTHESES DE DEPART 17

3. METHODOLOGIE 18

3. 1. Raison du choix 18

3. 2. Matériels et méthode 18

3. 2. 1. Démarche 19

3. 2. 1. 1 Recherche documentaire 19

3. 2. 1. 1 Le camp de terrain 20

3. 2. 1. 3 Le laboratoire 20

3. 2. 1. 4 Traitement de données 20

3. 2. 2. Matériels 20

4. DIFFICULTES RENCONTREES 21

CHAPITRE I : LE CONTEXTE REGIONAL DES BAS-FONDS 22

1. 1 LES ASPECTS BIOPHYSIQUES 22

1. 1. 1. La structure géologique 22

1. 1. 2 L'hydrogéologie 23

1. 1. 3 L'hydrologie 24

1. 1. 4. La géomorphologie 24

1. 1. 5. La végétation 25

1. 1. 6. Les sols 25

1. 2. LES CARACTERISTIQUES CLIMATIQUES 26

1. 2. 1. Les conditions pluviométriques 26

1. 2. 2 Les températures 31

1. 3 TYPOLOGIE ET ROLE DES BAS-FONDS DANS LES STRATEGIES PAYSANNES 33

1. 3. 1 Typologie des bas-fonds 33

1. 3. 2. Rôle des bas-fonds dans les activités 36

CHAPITRE II. CARACTERISATION ET ESSAI D'EXPLICATION DE L'EVOLUTION GEOMORPHOLOGIQUE 37

2. 1 LES PRINCIPALES UNITES GEODYNAMIQUES DU BASSIN VERSANT DE LA MARE DE BIRNIN

LOKOYO 37

2. 1. 1 Les sommets de plateaux 37

2. 1. 2. Les talus de grès argileux 39

2. 1. 3. Les glacis 40

2. 1. 4. le bas-fond 47

2. 2 LES PRINCIPALES UNITES GEODYNAMIQUES DU BASSIN VERSANT DE LA MARE DE

DOUTCHI 58

2. 2. 1 Les sommets de plateaux et de buttes 58

2. 2. 2. Les talus 59

2. 2. 3. Les glacis 60

2.2. 4. La dépression. 65

2. 3. Les principales unités géodynamiques du bassin versant de la mare de Sormo 75

2. 3.1. LES SOMMETS DE PLATEAUX ET DE BUTTES 83

2. 3. 2. Les talus 84

2. 3. 3 Les glacis 85

2. 3. 4. Le bas-fond 89

CHAPITRE III: DISCUSSIONS ET PERSPECTIVES 99

3.1. DISCUSSIONS 99

3. 2 PROPOSITION D'AMENAGEMENT 102

3. 2. 1. Aménagement dans les bas-fonds 103

3. 2. 2 Traitement des autres unités géomorphologiques 104

3. 2. 2. 1 Traitement sur les glacis 105

3. 2. 2. 2 Traitement des talus 106

3. 2. 2. 3 Sur les sommets de plateaux 106

CONCLUSION GENERALE 107

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES 109

11
Avant-propos

L'opportunité de réaliser notre mémoire de maîtrise nous a été offerte d'une part par le réseau universitaire international de Genève (RUIG) qui a initié un programme de recherche-développement dont la problématique est « Négocier les conflits d'intérêt liés à l'exploitation de l'eau ». C'est dans ce cadre que la cellule de conseil du département de géographie (Géoconseil) nous a octroyé une bourse. Et d'autre part par le programme de recherche « Dynamique et Gestion de Bas-fonds Sahéliens ». Ce programme a été initié par une équipe de chercheurs de l'université Abdou Moumouni de Niamey en collaboration avec l'IRD, l'IGA de l'université Joseph Fourier de Grenoble et AMMA.

Au terme de ce travail nous tenons à exprimer nos remerciements et notre profonde gratitude à toutes les personnes physiques et morales qui ont d'une manière ou d'une autre contribué à la réussite de ce travail. Nos remerciements vont en particulier:

- à Mr. WAZIRI MATO Maman, enseignant chercheur au département de géographie qui nous a pris en charge pendant notre séjour, et sans l'aide de qui nous n'aurons pas la chance d'étudier aisément. Nous exprimons notre reconnaissance et notre profonde gratitude en vers lui et à toute sa famille pour leur soutien inestimable;

- à Mr. Monsieur BOUZOU MOUSSA Ibrahim qui en dépit des lourdes tâches administratives qu'il a occupées a accepté avec patience et rigueur de diriger ce travail. Qu'il trouve ici notre profonde gratitude;

- à Mr. FARAN MAIGA Oumarou, qui a co-encadré ce travail malgré ses multiples occupations. Ses remarques nous ont été très utiles tout au long de ce travail.

- à Mr. Ali Magagi qui nous a toujours facilité la tâche et pour qui, la rigueur et les conseils nous ont servi pour notre réussite sur le banc.

- à Mr. ABBA Halilou, qui nous a toujours aidé pour notre formation à l'université.

- à Mr. IBRAHIM Salissou pour ses apports inestimables dans la réalisation de ce travail et pour la formation en informatique qu'il nous a dispensée. A l'ensemble du corps enseignant du département de Géographie de l'université Abdou Moumouni de Niamey pour la formation de qualité qu'ils nous ont donnée du premier au second cycle; qu'ils trouvent notre profonde gratitude.

- à la cellule de conseil du département de géographie (Géoconseil)

- au réseau universitaire international de Genève (RUIG) et le programme dynamique et gestion des bas-fonds sahéliens PDGBS, nous en sommes reconnaissants.

Nous tenons aussi à remercier le Directeur Général de l'INRAN qui nous a offert l'opportunité de
travailler dans leur salle de cartographie pour la réalisation des cartes de situation de 1975 et 1996 de

Birnin Lokoyo et Doutchi, le responsable de la salle Mr. HAMANI dit vieux HAMANI pour nous avoir aidé là réaliser ces cartes; Mr. HASSAN Sani qui nous a pris en charge lors de notre séjour à Doutchi, aux chefs de Villages de Birnin Lokoyo et de Sormo. Et enfin nous remercions tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à la réalisation de ce travail. Il s'agit de MAMANE Harouna, MANI ABDOU Amadou, Dr KOLLE Laminou MALAM ABDOU Moussa, MAMAN Issoufou et GALADIMA Sadi, ISSA Nassirou, KONE Moustapha, MALAN HABOU Djibrilla, etc... Nous ne terminerons pas sans remercier notre binôme AMADOU BANA Adamou qui nous a aidé à faire une partie de nos travaux sur le terrain.

13
Introduction générale

Le Niger est un pays sahélien situé dans la frange semi-aride qui sert de transition entre le désert au nord et les zones plus humides au sud. Ce pays à l'instar de bon nombre de pays sahéliens présente une situation socio-économique très difficile. Il a connu des épisodes de sécheresses résultant du réchauffement du climat à l'échelle planétaire.

On comprend aisément pourquoi la population nigérienne est dans une situation de détresse économique. Actuellement il traverse une situation critique ce qui d'ailleurs a poussé le gouvernement à lancer un appel à la solidarité internationale pour faire face à la crise alimentaire qui secoue la population suite à la mauvaise campagne agricole 2004.

Ce constat n'est pas nouveau puisque dès le début des années 1970 le Niger se fixe comme objectif prioritaire de sa stratégie du développement, l'autosuffisance alimentaire. L'enjeu est donc de taille pour l'ensemble de la zone semi-aride et le Niger en particulier où le problème d'eau se pose avec acuité. C'est pourquoi les milieux humides suscitent beaucoup d'intérêts, car étant des écosystèmes productifs pouvant jouer un rôle prépondérant dans les stratégies du développement durable. Ainsi, la mise en valeur agricole des bas-fonds constitue l'une des réponses possibles à la crise actuelle des systèmes traditionnels de production (ALBERGEL & al; 1993).

Les bas-fonds ont fait l'objet de nombreuses recherches qui ont montrée leur importance dans le système de production.

- A l'échelle régionale, à la suite de l'atelier du réseau (R3S) de la CORAF, tenu en 1987 à Ouagadougou, des chercheurs ont exprimé le souhait de mener une recherche fédérative sur le thème des bas-fonds au Sahel (ALBERGEL & al; 1993). En 1994, le consortium bas-fond a été créé à l'issue d'un atelier sur « la recherche sur les bas-fonds en Afrique Sub saharienne » tenu au siège de l'ADRAO à Bouaké.

- Au plan national, on peut parler en 1963 des études confiées à l'IRAT (l'actuelle l'INRAN) relatives à la mise en valeur des terres irrigables notamment des besoins en eau, des méthodes d'irrigation, des diverses cultures sur les principaux types de sols (HABIBOU; 1989) ainsi que le programme de recherche dynamique et gestion des bas-fonds sahéliens élaboré en 2003.

Les bas-fonds ont été définis comme des axes de convergence préférentielle des eaux de surface, des écoulements hypodermiques et des nappes phréatiques (RAUNET; 1985); des fonds plats ou concaves des parties amont des réseaux de drainage (JOUVE; 1992), zones basses du paysage, zones humides dans les pays secs, les bas-fonds sont des milieux complexes caractérisés par leur hydromorphie. Ils concentrent les eaux de ruissellement et sont inondés temporairement par les crues et par la remontée de la nappe (ALBERGEL & al; 1993), ou encore des fonds plats ou concaves des

axes d'écoulement temporaires, qui sont inondés pendant des périodes d'au moins plusieurs jours, et dans lesquels on trouve des sols aux caractéristiques hydromorphes (programme de recherche DGBS, 2003).

Ces unités qui offrent des potentialités meilleures sont surexploitées, ce qui conduit à une dégradation généralisée (ravinement, ensablement ainsi que vidage des mares). Dans ces conditions, l'aménagement de ces bas-fonds constitue une question de survie et exige de ce fait la connaissance d'un certain nombre des paramètres tels que: la dynamique érosive, les caractéristiques physiques afin d'en savoir plus sur les types d'ouvrages à envisager.

La présente étude sur la genèse et morphodynamique actuelle des bas-fonds sahéliens: caractérisation des bas-fonds de Birnin Lokoyo, Doutchi et Sormo, s'inscrit dans cette logique. En effet, elle constitue une contribution à l'amélioration de la connaissance sur la dynamique actuelle des bas-fonds en vue de leur gestion durable. Dans cette étude, nous sommes surtout intéressés à la dynamique érosive notamment l'érosion hydrique, car elle constitue un phénomène très grave qui affecte durablement le patrimoine foncier.

Les résultats obtenus constitueront dans le cadre du programme Dynamique et Gestion des Bas-fonds Sahéliens une base de données à l'usage de tous ceux qui oeuvrent pour une meilleure gestion de ces écosystèmes tant convoités et qui font parfois l'objet de conflits.

CARTE 1 : LOCALISATION DES SITES ETUDIES

1. Problématique et objectifs

Le diagnostic de la dégradation de l'environnement sahélien montre que les effets pervers les plus perceptibles qui détruisent tout le potentiel de production sont ceux qui concernent les bas-fonds,

territoires ressources de ce milieu à fortes contraintes (PDGBS 2003). La sécheresse, la dégradation de terres dunaires et la pression démographique ont amené les paysans à chercher de nouvelles terres à mettre en culture notamment les bas-fonds. Ces unités morphologiques font l'objet d'une exploitation croissante car elles représentent une alternative économique intéressante pour les paysans qui en tirent profit.

Jadis, les bas-fonds étaient presque exclusivement affectés à l'utilisation sylvo-pastorale. Ils ont connu ainsi, souvent pendant des siècles un équilibre écologique dynamique (BENDER & OUSSEINI, 2000). Ils étaient surtout considérés comme des zones de parcours et les mares constituées à la faveur des seuils naturels ou aménagés servaient à abreuver le bétail (ALBERGEL & al; 1993).

La conséquence qui découle de leur mise en valeur est un dysfonctionnement car les bas-fonds sont des écosystèmes fragiles facilement dégradables. Depuis plus de 30 ans, les bas-fonds au Niger se dégradent sous l'effet de la péjoration climatique associée à la croissance démographique et à la dégradation des terres qui ont profondément altérées les conditions de mise en valeur traditionnelles.

L'intérêt qu'ils suscitent chez les populations, et le problème lié à leur gestion sont d'autant plus manifestes qu'en plus des développeurs, des ONG et des politiques, les chercheurs aussi se penchent aussi sur ce problème (MOUSSA ; 2005).

Ainsi, le programme de recherche DGBS auquel est rattachée cette étude vise à comprendre la morphodynamique actuelle des bas-fonds sahéliens, donc comprendre les réponses aux processus de leur déstabilisation sous l'action couplée de la péjoration climatique et de l'action anthropique. En effet, ces deux composantes ont engendré une nouvelle dynamique qui s'est traduite par une dégradation des ressources naturelles (notamment sols, végétation...) dans ces milieux. En d'autres termes il s'agit de faire le lien entre le changement d'usage des sols, l'évolution de la pluviométrie et le comportement des bas-fonds en zones sahélienne.

Notre étude concerne trois bas-fonds situés dans la région de Dosso. Le bassin versant de la mare de Birnin Lokoyo (département de Doutchi carte 1) s'étend entre 13°45'50» et 13° 50'35» nord et entre 3°58'45» et 4°7' Est; Le bassin versant de la mare de Doutchi se situe entre 13°36' et 13°41'20» Nord et 4°1'10» et 4°5'30» Est; et enfin le bassin versant de la mare de Sormo (département de Gaya carte1) s'étend entre 12°10' et 12. 25' N et 3°30 et 3°45' Est et a une superficie approximative de 210

Le choix de ces bas-fonds est dû au constat de dégradation rapide de leur environnement physique, disparition de la couverture végétale, accélération de la dynamique érosive, ensablement des plans d'eau entraînant ainsi leur assèchement.

Si nous pouvons tenter d'énumérer les problèmes spécifiques affectant ces bas-fonds, nous citons entre autres:

> de la généralisation de la dynamique érosive sur toutes les unités géodynamiques liée à une dégradation de la couverture végétale. Elle crée des griffes dont qui la tête remonte jusqu'au talus.

> l'ensablement des mares qui entraîne leur tarissement précoce de ces mares.

> du ravinement qui provoque une énorme perte en terre surtout dans les bassins versants des mares de Birnin Lokoyo et de Doutchi.

> l'érosion éolienne qui accélère le comblement des mares constitue une menace non moins importante affectant les mares de Birnin Lokoyo et de Doutchi.

Au vu de ces multiples problèmes qui affectent ces milieux, les objectifs assignés à ce travail sont:

+ caractériser davantage ces milieux afin d'attirer l'attention quant à leur gestion.

+ cerner les relations entre les bas-fonds et les unités géodynamiques afin d'aboutir à un modèle de fonctionnement et d'aménagement des bas-fonds.

+ Personnellement à travers ces travaux d'étude et de recherche nous essayerons de joindre la théorie à la pratique. En effet, notre discipline se veut de plus en plus opérationnelle, et doit en tant que science de l'espace, jouer un rôle capital dans le mécanisme du développement durable et surtout dans un pays pauvre comme le Niger.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.