WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des lamantins des lacs de Lere : entre conservation des ressources naturelles et survie de la population.


par HONORE BEAKGOUBE
CREFELD, Université de Sarh-Tchad - Master 2 en Environnement et Developpement Communautaire  2011
  

précédent sommaire suivant

II.1.6. LE POUVOIR COUTUMIER

Il est encore influent et respecté dans plusieurs régions du Tchad. Parallèlement aux structures de droit modernes, les autorités traditionnelles, dont les attributions sont fixées par la constitution (cf. le décret N°102/PR/INT/du 06 mai 1970 portant statut de la chefferie), administrent partiellement la pêche au Tchad.

Ce pouvoir traditionnel est souvent garant d'une bonne gestion des ressources halieutiques. L'existence des mécanismes traditionnels dans la gestion des pêcheries est réelle, notamment celle des Lacs de Léré a été riche en expérience dans la gestion intégrée et l'exploitation plus rationnelle des ressources halieutiques. En effet, le Gong de Léré est reconnu comme le propriétaire des terres et eaux. À ce titre, il est le dépositaire de tous les pouvoirs relatifs à la gestion des ressources naturelles. Il veille à l'application des droits d'usage, des règles de gestion et le respect des interdits. En veillant ainsi au maintien de l'ordre, le Gong est rarement contesté dans ses discisions et ses ordres car les déviants peuvent se heurter à des sanctions ou à des malédictions graves, bref il est craint, respect et écouté en pays moundang.

II.2. ORGANISATION DES ZONAGES ET UTILISATION DES SURFACES DES LACS.

Les lacs de Léré et Tréné sont aujourd'hui morcelés en plusieurs zones et à chacune correspond une activité précise. Les modes d'exploitation de ces zones sont diverses et variées. Cinq zones ont été identifiées dont certaines ont été aménagées. Il s'agit de :

- Zones banales (ZB)

- Zone de protection intégrale (ZPI)

- Zone de mis en défens (ZMD)

- Zone tampon à des activités agropastorales

- Zone du chef ou domaine du Gong.

Carte 4 : carte de zonation pour une gestion durable des lacs de Léré

Source : GTZ ; 2005

Pour ainsi améliorer les conditions des collectivités riveraines et pérenniser les ressources biotiques et abiotiques ; les objectifs de gestion ont été fixés comme suit :

1. Organiser la pêche dans les lacs pour accroître la productivité halieutique ;

2. Assurer la protection des lamantins ;

3. Organiser les activités agro-pastorales dans les plaines et les berges des lacs ;

II.2.1. ZONES BANALES

Les zones banales sont des zones non aménagées où l'exercice de pêche est presque libre. Les mesures de contrôle et de surveillance y sont souples. Elles occupent 90% de la superficie des Lacs, elles sont proches des seuils d'irréversibilité suite à leur exploitation qui subit une forte pression. Toutefois elles connaissent une certaine réglementation qui conditionne leur exploitation :

- Limitation de la pêche à certaines périodes de l'année : pour éviter l'amenuisement des espèces piscicoles et favoriser la reproduction et le grossissement de ces espèces.

- La non utilisation des sennes de plages pendant la saison des pluies : Elles ne laissent rien sur leur passage y compris les petits poissons, les pirogues à moteur dont le bruit terrorise les espèces et les incite à la fuite migratoires vers les bassins adjacents comme le haut bassin de la Bénoué qui regroupe le secteur aval du lac de Léré et le secteur de Lagdo ; puis les bassins amonts des lacs toupouris.

- L'interdiction d'utiliser l'épervier de mai à décembre : Ce filet de forme conique, qui produit les mêmes effets que les sennes de plage en capturant des individus immatures. Il devrait être frappé d'interdiction totale, mais à cause de sa taille réduite, on a plutôt encouragé son usage limité.

- L'interdiction de pêche dans la nuit : les pêches nocturnes sont prohibées car elles échappent aux contrôles et constituent une porte ouverte à des opérations frauduleuses et à une prise abusive voire anarchique.

- L'interdiction d'utiliser certains engins de pêche prohibés : les filets à mailles réduites (inférieures à 2,5 cm) et les poisons.

- L'interdiction de capturer ou chasser les lamantins : une espèce phare et intégralement protégée par la loi nationale et les conventions internationales.

précédent sommaire suivant