WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gestion des lamantins des lacs de Lere : entre conservation des ressources naturelles et survie de la population.


par HONORE BEAKGOUBE
CREFELD, Université de Sarh-Tchad - Master 2 en Environnement et Developpement Communautaire  2011
  

précédent sommaire suivant

III.2.6.4. LE SEXE DU LAMANTIN

Avant le décapitage du lamantin, les sages, les personnes âgées veillent à écarter les jeunes surtout, lorsqu'il s'agit d'une femelle. Le sexe, les poils pubiens et les mamelles pectorales ont de fortes t similitudes avec la physiologie d'une femme. Et un jeune qui se laisserait entraîner dans une érection de sa verge, perdrait définitivement sa virilité. Par contre, lorsqu'il s'agit d'un mâle, le sexe de l'animal est emporté par le Gong ou le chef de bord « Pah bii » pour sa recette aphrodisiaque.

III.2.6.5. MYTHES LÉGENDES.

Le Trichechus senegalensis est la source de beaucoup de mythes et de légendes. Au pays moundang lors des danses de nuit, il arrive que des créatures d'une beauté extravagante fassent leur apparition. Les gens ont tendance à dire qu'elles provenaient de lacs ou de Zah soo (chute Gauthiot). Les riveraines font croire que les lamantins aiment jouer les enfants dans les rivières et les lacs et parviennent à leur caresser le sexe avec leurs nageoires. Et même dans d'autres contrées, ils étaient à l'origine de nombreuses légendes pourtant sur les sirènes : enchanteresses et naufrageuses, jeunes filles métamorphosée etc.

Avant d'aller au chapitre consacré aux aires de répartition et les causes d'extinctions, nous tenons à souligner que vous trouverez en annexe de ce document un conte indigène recueilli par le Dr PINCONS. Paru sous la rubrique « note africaines » du bulletin d'information et de correspondance de l'institut Français d'Afrique Noire (IFAN), janvier 1944. Il s'agit d'un conte sur l'origine du lamantin.

CHAPITRE IV : LES AIRES DE REPARTITION DES LAMANTINS ET LES CAUSES D'EXTINCTION.

4.1. Situation Générale

Le lamantin ouest africain (Trichechus senegalensis) se trouve surtout dans les parties moyennes et inférieures des fleuves, du Sénégal au Kwanza en Angola (Powell, 1996, Dodman 1999). On le trouve également dans les zones humides saisonnières adjacentes, dans les eaux marines peu profondes et autour de certaines îles côtières. En outre, il y a (ou avait) des populations isolées dans les parties supérieures de certains fleuves : Niger, Bénoué, Congo, Oubangui, Chari et les lacs intérieures. Les aires de répartition s'étendent au moins sur plus de vingt pays à savoir : Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau, Guinée, Sierra Leone, Libéria, Côte d'Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Nigeria, Cameroun, Guinée Équatoriale, République Démocratique du Congo, Angola, Mali, Niger, Tchad, Congo, et peut être Burkina Faso, bien qu'il semble que l'espèce soit maintenant au bord d'extinction dans certains d'entre eux (Powell 1996).

Dans une récente étude (Powell 1996), huit zones cruciales pour la conservation des lamantins ont été identifiée sur la base du degré de menace de lamantins. Dans ces zones particulières, l'existence d'une population de ces animaux est significative. Des sites où des dispositions institutionnelles faciliteraient l'application d'un programme de conservation de l'espèce. Ces zones connues ont pour une mission de conserver et d'accroître une population des lamantins :

(1) Lac Volta (Ghana)

(2) Lagon N'Dogo (Gabon)

(3) Fresco, Ncounzou, Lagons Tadie Comlex (Côte d'Ivoire)

(4) Archipel des Bijagos (Guinée Bissau)

(5) Fleuve Casamance, Parc national du Delta de la Saloum, Parc National Djoudi et Lac de Guieo (Sénégal)

(6) Lac Léré et Lac Tréné (Tchad)

(7) Eaux intérieures du Delta et Lac Débo (Mali)

(8) Lac Ossa et Fleuve Sanaga, (Cameroun).

Afin de faire mieux comprendre à la population, la biologie des lamantins et de mettre au point des systèmes pour leur protection et leur utilisation durable, des recherches sont nécessaires sur la biologie de la reproduction, les habitudes migratrices et les niveaux de mortalité due à la chasse, à l'élimination et à l'échouage (Powell 1996). Les lamantins étaient autrefois abondants dans le bassin du lac Tchad mais sont devenus rares vers 1924 (Powell1996). Dans une enquête de 1995, on a trouvé qu'ils étaient moins abondants qu'autrefois mais pas rares dans les Lacs de Léré et Tréné dans la région de Mayo-Kebbi Ouest. La chasse se poursuit dans les rivières et les lacs malgré les efforts de mise en rigueur des lois de protection. Ces animaux sont surtout recherchés pour leur graisse et leur chair qui sont exportées vers les pays limitrophes (Powell 1996). Pour contrecarrer les actions négatives qui conduisent à l'amenuisement des lamantins, des sites ont été répertoriés sur les Lac de Léré et Tréné et font l'objet d'une surveillance régulière.

précédent sommaire suivant