WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une approche sociologique de la prise en charge de la malnutrition infantile sévère par l'ong BEFEN dans le département de Mirriah

( Télécharger le fichier original )
par Lamine KALLA ADAMOU
Université Abdou Moumouni de Niamey - Maitrise en Sociologie 2011
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION

La malnutrition reste l'une des causes les plus fréquentes de morbidité et de mortalité chez les enfants dans le monde entier. Au Niger, la malnutrition se répète presque tous les cinq ans (UNICEF 2010). Elle se caractérise par des périodes d'exacerbation conjoncturelles, notamment la persistance d'une urgence nutritionnelle avec un taux de prévalence supérieur au seuil d'intervention de 10% et au seuil d'urgence de 15% (enquête nutrition et suivi de l'enfant, Octobre 2010).

Rappelons que la zone sahélienne se caractérise par son instabilité climatique qui favorise les sécheresses répétitives (1914, 1931, 1972, 1984, ...)1(*). Ces dernières exposent les populations à des risques permanents de crises alimentaires, souvent graves. Le Niger n'échappe pas à cette situation. Les productions agropastorales sont fortement dépendantes du cycle pluviométrique imprévisible et irrégulier. Ainsi le pays ne compte que 11 années de campagnes agricoles excédentaires en 43 ans : de 1960-2003 (ALPHA GADO B. et DRAME Y. A., 2006).

A ces grands moments de crise, les débats se ravivent autour de la recherche des solutions. C'est ainsi que de 1968 à 1989, des comités de gestion de la crise se sont succédé au rythme des sécheresses qui sévissaient2(*) ; tous les acteurs étaient d'accord sur un point: il y a un problème qui attend des solutions à court, moyen ou long terme. C'est pourquoi, après les actions d'urgence, (distributions générales gratuites des vivres), ont suivi les mises en place des programmes de récupération nutritionnelle en faveur des enfants de moins de 5 ans.

Sur le terrain, on observe l'émergence d'un nouveau mode de gestion des crises alimentaires avec l'apparition des ONG (Organisation Non Gouvernementale) dont le rôle principal est de servir d'interface entre les partenaires et la population bénéficiaires de ces programmes.

Jusqu'en 2005, les ONG(s) ont été peu présentes dans la gestion des crises alimentaires au Niger. A partir de cette date, des ONG(s) aussi bien nationales qu'internationales se sont mobilisées sur le terrain pour secourir les enfants malnutris. C'est d'ailleurs leurs interventions appuyées par les actions de la société civile qui ont amené les gouvernants à mettre en oeuvre une politique sur la sécurité alimentaire à travers la création de la ``cellule crise alimentaire''.

Néanmoins, en dépit des efforts consentis à titre humanitaire par ces ONG(s), la malnutrition est loin d'être éradiquée. Dans les centres de récupération nutritionnelle installés par ces ONG(s), la situation reste encore préoccupante et est exacerbée pendant la période dite de soudure qui s'étale de Mai à Octobre.

C'est ainsi qu'en 2009 l'ONG BEFEN (Bien Etre de la Femme et de L'Enfant au Niger), une ONG nationale, a vu le jour afin d'intégrer la prise en charge de la malnutrition infantile dans le district sanitaire de Mirriah avec l'appui technique de l'ONG internationale ALIMA (The Alliance for International Medical Action).

L'objectif principal visé dans ce travail est d'étudier, partant d'une approche sociologique, la prise en charge de la malnutrition infantile sévère par l'ONG BEFEN dans le département de Mirriah.

Afin de mieux organiser le travail, l'étude s'articule autour de deux parties qui elles-mêmes, se subdivisent en chapitres :

La première partie de l'étude traite des aspects théoriques et comprend trois (3) chapitres :

ü le chapitre I présente le cadre de l'étude et la question centrale de la recherche ;

ü le chapitre II se penche sur la méthodologie utilisée ;

ü le chapitre III tente de présenter le cadre de l'étude et l'ONG BEFEN;

La deuxième partie traite de la prise en charge de la malnutrition par l'ONG BEFEN et se subdivise en quatre (4) chapitres :

ü le chapitre IV traite des caractéristiques socioéconomiques de la population d'enquête ;

ü le chapitre V fait état des interactions dues à l'installation de l'ONG BEFEN sur le terrain et les activités de prise en charge ;

ü le chapitre VI situe les différentes perceptions des populations d'enquête par rapport à la crise alimentaire et par rapport au programme de récupération nutritionnelle ainsi que les stratégies développées autour de la malnutrition ;

ü le chapitre VII porte sur les interactions multiformes autour de la prise en charge de la malnutrition.

Première PARTIE :

Cadre Méthodologique

PREMIERE PARTIE: CADRE METHODOLOGIQUE CHAPITRE I : CONSTRUCTION THEORIQUE DE L'OBJET D'ETUDE

Ce chapitre est subdivisé en six (6) sections.

Section I : la justification du choix du sujet d'étude

Section II : la définition des concepts fondamentaux

Section III : la revue de la littérature

Section IV : la problématique et la question de départ autour de laquelle s'articule le travail de collecte des données. Au terme de cette section seront évoqués les objectifs de recherche (section V) et les hypothèses y afférentes (section VI).

* 1 ALPHA GADO B. retrace l'histoire des crises antérieures à 2005 dans son ouvrage : « Une histoire des famines au Sahel : étude des grandes crises alimentaires, XIXème - XXème siècle, Paris, Harmattan 1993.

* 2 Cellule de coordination du Système d'Alerte Précoce (SAP) : « information nationales sur la prévention et la gestion des catastrophes au Niger ».

sommaire suivant