WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Jeunes et developpemet social en Haiti: cas de la commune de Ouanaminthe


par Romial SAINT-VIL
INJEPS/UAC- Benin - Maitrise en Developpement Communautaire 2009
  

sommaire suivant

REPUBLIQUE DU BENIN

****************

Université d'Abomey-Calavi Institut National de la Jeunesse,

(UAC) de l'Education Physique et du Sport

(INJEPS)

Mémoire pour l'obtention de la Maitrise en Sciences et Techniques des Activités Socio Educatives (STASE)

Option : Développement Communautaire

Thème

JEUNES ET DEVELOPPEMENT SOCIAL EN HAÏTI :

CAS DE LA COMMUNE DE OUANAMINTHE

Préparé par : Sous la direction du :

Romial SAINT-VIL Dr Antoine HOUNGA

Professeur-assistant à l'INJEPS

Octobre 2009

i

Sommaire

Dédicace ii

Remerciements iii

Sigles et acronymes v

Introduction . 1

I. Cadre physique de la recherche . 5

1-1. Justification du contexte . 6

1-2. Présentation du cadre de l'étude 7

II. Cadre théorique 21

2-1. Revue de littérature 22

2-2. Clarifications des concepts 25

2-3. Modèle théorique 29

2-4. Problématique 32

2-5. Objectifs et hypothèse de recherche 34

III. Démarche méthodologique 36

3-1. Population d'enquête et échantillonnage 37

3-2. Techniques et outils de collecte des données . 39

3-3. Gestion des données et difficultés rencontrées 41

3-4. Grilles de récapitulation . 42

IV. Présentation des résultats, analyses et suggestions 44

4-1. Présentation des résultats 45

4-2. Analyse des résultats . 52

4-3. Suggestions 60

Conclusion 69

Références bibliographiques .. 71

Annexe 76

Table des matières .. 77

ii

DEDICACES

A

Ma mère, Marie Nicole MILHOMME et mon

père Anéas SAINT-VIL. Recevez mes salutations

filiales, que DIEU vous garde et vous protège.

Mes frères et soeurs : Enel, Aphnie, Miouva,

Esmine, Stanley, Livens SAINT-VIL. Je vous aime.

iii

REMERCIEMENTS

Je remercie DIEU et mes sincères gratitudes vont à tous ceux qui se sont impliqués de près ou de loin dans la réalisation de ce document.

De façon particulière, je remercie ici mon directeur de mémoire :

Monsieur Antoine HOUNGA, Docteur en géographie, option hôtellerie et tourisme, professeur-assistant à l'INJEPS, pour avoir accepté de diriger ce travail avec rigueur et abnégation malgré ses multiples occupations ;

Mes remerciements vont également :

V' Aux autorités du Ministère de la Jeunesse des Sports et d'Action civique, particulièrement son excellence Evans LESCOUFLAIR, Ministre de la Jeunesse des Sports et de l'Action Civique et Monsieur Daniel PIERRE-CHARLES, directeur général du Ministère de la Jeunesse des Sports et de l'Action Civique ;

V' Au corps professoral et tout le personnel administratif de l'INJEPS pour leurs supports sans condition;

V' A tous les professeurs qui se sont investis dans ma formation, une formation de qualité ;

V' A tous les collègues de la promotion 2005-2010 de Jeunesse et Animation à l'INJEPS pour leurs amitiés et fraternité à mon égard ;

V' Au professeur APLOGAN Barnabé, Directeur Adjoint de l'INJEPS pour son soutien moral ;

V' A Monsieur Adam KPENOUKOUNDEHOU pour sa disponibilité et son hospitalité envers nous ;

V' A monsieur Filibert DJIDONOU ;

V' A tous les confrères et consoeurs de la Communauté des Etudiants Haïtiens à l'INJEPS (CEHI) pour leur sympathie et leurs soutiens, Particulièrement CADET Fanfan, CHERY Jean Joël, FLEURANT Kerby, ILUSTE Clifford O.J. et VENDREDY Patrick ;

iv

V' A Nadeige JEAN-PIERRE et Lunda DATUS, qui m'ont été d'une très grande utilité dans la réalisation de ce document. Toute ma reconnaissance ;

V' A Henry-Claude SAINVIL pour son aide et son assistance ;

V' Au couple Daniel JOSEPH et Marie José GUILLAUMME, pour leurs conseils et

supports ;

V' Au Révérend, PhD Louis Gabriel BLOT pour son soutient moral et financier. Toute ma gratitude ;

V' Au Révérend, Docteur CHARLES Joseph Charles pour ses conseils ;

V' A Joseph ELYSIAS, pour son soutien moral et sa fraternité ;

V' A tous ceux qui se sont généreusement ouverts à moi lors de mes investigations.

v

SIGLES ET ACRONYMES

ACDI : Agence Canadienne de Développement International

BID : Banque Interaméricaine de Développement

CAEP : Central Autonome d'Eau Potable

CELADE : Centre Latino Américain de Démographie

CNRA : Commission Nationale à la Réforme Administrative

CONFEJES : Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports des Pays ayant le Français en partage

DGI : Direction Générale des Impôts

DSNCRP : Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la

Pauvreté

EDH : Electricité d'Haïti

EMMUS : Enquête sur la Mortalité, la Morbidité et l'Utilisation des Services

FAO : Fonds des Nations Unies pour l'Alimentation

FASCH : Faculté des Sciences Humaines

FIDA : Fédération Internationale de Développement Agricole

FOSREF : Fondation pour la Santé Reproductive et l'Education Familiale

IDH : Indice de Développement Humain

IHSI : Institut Haïtien de Statistique et d'Informatique

INJEPS : Institut National de la Jeunesse, de l'Education Physique et du Sport

IST : Infections Sexuellement transmissible

JASE : Jeunesse et Animation Socio Educative

MARNDR : Ministère de l'Agriculture, des Ressources Naturelles et du Développement Rural

MAST : Ministère des Affaires Sociales et du Travail

MENFP : Ministère de l'Education Nationale et de la Formation Professionnelle

MJSAC : Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l'Action Civique

MPCE : Ministère de la Planification et de la Coopération Externe

MSPP : Ministère de la Santé Publique et Population

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economique

OMD : Objectif du Millénaire pour le Développement

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

ONG : Organisation Non Gouvernementale

vi

ONU : Organisation des Nations Unies

OPS : Organisation Panaméricaine de la Santé

PAM : Programme Alimentaire Mondial

PIB : Produit Intérieur Brut

PNB : Produit National Brut

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

PPA : Parité du Pouvoir d'Achat

RGPH : Recensement Général de la Population et de l'Habitat

UAC : Université d'Abomey-Calavi

UEH : Université d'Etat d'Haïti

UNESCO : Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture

UNFPA : Fonds des Nations Unies pour la population

VDH : Volontaire pour le Développement d'Haïti

INTRODUCTION

1

2

INTRODUCTION

L'histoire rapporte que la terre d'Haïti est habitée par les Arawaks jusqu'en 1503 : une date qui marque la venue des premiers Noirs d'Afrique pour remplacer la main d'oeuvre impuissante de cette tribu indienne. Elle était par ses richesses minières, sa fertilité et sa position géographique stratégique, la convoitise des puissances coloniales.

En 1789, une révolte des esclaves a débuté ensuite elle se généralise dans toute la colonie pour aboutir à l'indépendance le 1er janvier 1804. Deux ans après, Jean Jacques Dessalines, le père de l'indépendance est assassiné, ce qui entraîne des crises politiques et sociales. Le pays devient la scène des luttes de pouvoir et de classes dont les conséquences sont néfastes pour la population. « En 2001, 56% de la population haïtienne, soit 4,4 millions d'habitants sur un total de 8,1 millions, vit en dessous du seuil de la pauvreté extrême de 1$ US PPA1 par personne et par jour. Sur 10 personnes, on estimait qu'environ 7,6 sont considérées pauvres, c'est-à-dire ne disposant pas de 2 US $ PPA par personne et par jour, 40% des plus pauvres de la population n'ont accès qu'à seulement 5,9% du revenu total, tandis que les 20% les plus nantis captent 68%. Ainsi, 80% de la population ne disposent que de 32% des revenus et que les 2% les plus riches seraient en possession de 26% du revenu total. L'Institut Haïtien de Statistique et d'Informatique (IHSI), conjointement avec le Centre Latino Américain de Démographie (CELADE) et le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), estiment l'espérance de vie à la naissance à 58,1 (2000-2005), sur la base des données du Recensement de 2003 »2. En 2009, Haïti régresse dans le classement de l'Indice de Développement Humain (IDH) des pays en passant du 146ème rang en 2007 au 148ème rang sur 177 pays que prend en compte l'étude du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

La pauvreté est un phénomène mondial et représente l'un des facteurs qui occasionne la tenue du sommet du millénaire à New York en septembre 2000. Lors de cette grande réunion, les chefs d'Etat présents ont adopté un ensemble de mesures concrètes. Ces dernières visent à réduire de moitié d'ici à 2015, la proportion de la population dont le revenu

1 Parité du Pouvoir d'Achat, se rapporte à la quantité de biens et de services susceptibles d'être acquis avec un PIB par habitant donné.

2 MPCE. (2007). Document de Stratégie Nationale pour la Croissance et la Réduction de la Pauvreté (DSNCR) 2008-2010. Port-au-Prince, p.14.

3

journalier est inférieur à « un (01) dollar américain »3 et qui vit en situation d'extrême pauvreté.

En Haïti, beaucoup de changements se sont opérés ces dernières années sur le plan politique, économique et social. La solidarité internationale devient de plus en plus remarquable. Le changement de régime politique a garanti une certaine stabilité, la lutte des classes devient moins apparente. Les efforts pour combattre la pauvreté se multiplient et se matérialisent à travers des forums, la mise en place des plans et stratégies de développement.

Malgré tous ces changements, le niveau de vie de la population se dégrade de jour en jour surtout après les catastrophes naturelles de 2002, de 2004 et surtout de juillet 2008. Les problèmes d'alimentation, de revenu, de santé, d'éducation et de disponibilité des services sociaux de base prouvent que le développement social est à un niveau très critique. Les jeunes les plus touchés, de par leur proportion, leurs capacités et potentialités, représentent « plus de 50% »4 de la population. Une mobilisation de ceux-ci, appuyée par un emballage social et un potentiel communautaire, les engagerait dans la lutte pour améliorer leurs conditions de vie, celle des autres membres de leur communauté ainsi que l'amélioration de l'environnement social, humain et culturel du pays.

C'est la raison pour laquelle ce travail de recherche que nous initions, permettrait de montrer le rôle des jeunes dans le développement social en Haïti en général et à Ouanaminthe en particulier. Il est structuré en quatre parties. La première partie expose le cadre de l'étude, la deuxième prend en compte le cadre théorique, la troisième partie quant à elle, précise la méthodologie adoptée. Dans la quatrième partie, les résultats et les interprétations des enquêtes menées à l'instar de cette étude, permettront d'une part d'apprécier le niveau de développement social de ces jeunes et d'autre part de faire des suggestions utiles.

3 Un (1) dollar américain équivaut approximativement à 500 Francs CFA ou 38 Gourdes (en Septembre 2009)

4 IHSI. (2005). 4ème Recensement Général de la Population et de l'Habitat (RGPH).

PREMIERE PARTIE

Chapitre I. CADRE D'ETUDE :

1-1. Justification du choix du thème et du cadre d'étude

1-2. Présentation du cadre de l'étude

4

5

sommaire suivant