WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L?industrie musicale : crise ou révolution ? impact des nouveaux modes de consommation de la musique


par Maxime Varloteaux
Université de Reims Champagne-Ardenne - Master 1 Management parcours Marketing 2010
  

précédent sommaire suivant

II - Les chiffres de la filière

Dans cette section, nous nous intéresserons dans un premier temps aux évolutions du marché de la vente de musique en gros avec une présentation des variations du chiffre d'affaires de l'industrie musicale, puis nous verrons ensuite le marché du point de vue des détaillants qui eux résonnent en nombre d'unités vendues.

Maxime Varloteaux - Mémoire de recherche - 11

Master 1 Management - Parcours Marketing

· Le marché du gros

Depuis 2002, la vente de musique enregistrée ne cesse de diminuer même si en 2009, cette baisse a pour la première fois nettement ralentie, le marché du gros de la musique enregistrée cornait une baisse de 3,2%7 par rapport à son niveau de 2008 (contre habituellement une baisse d'au moins 15% les années précédentes).

En 2009, les ventes de Cd & Dvd musicaux et les revenus numériques représentent 587,8 millions d'euros soit 133,1 millions d'unités vendues, réparties ainsi : un marché physique équivalent à 512 millions d'euros, en baisse de 3,4% (contre -19,5% en 2008) et un marché numérique égal à 75,8 millions d'euros , en baisse de 1,9 %.

Evolution des ventes physiques et numériques de musique enregistrée :

 
 
 
 

9

 

30,7

en millions d'euros

 
 
 
 
 
 
 

43,5

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

50.8

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

77,2

 

75,8

 
 
 

1112

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

953

 

935,2

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

819,2

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

662

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

530

 

512

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

 

PHYSIQUE o NUFvERIQUE

Source : Bilan économique 2009, SNEP

11 faut noter que la baisse de 3,4% enregistrée par les supports se décompose ainsi : -34% pour les singles, -4% pour les albums et +16% pour les vidéos musicales ; les supports sont donc touchés de façon inégale par cette baisse.

Pour la première fois depuis 2003, on constate un ralentissement dans la chute du marché des supports.

Malgré, une baisse de 1,9% pour le numérique, le marché est en train de se restructurer : après quatre années de progression, le marché numérique enregistre une très légère baisse en 2009.

7 Les chiffres de cette section sont également issus du rapport 2009 de la SNEP

Maxime Varloteaux - Mémoire de recherche - 12

Master 1 Management - Parcours Marketing

Historiquement axé sur la sonnerie téléphonique, il se repositionne sur le téléchargement d'albums et sur le streaming$ .

Toujours en 2009, les ventes numériques représentent 12,9% du chiffre d'affaires des éditeurs phonographiques (contre 12,7% en 2008). Il faut noter que le chiffre d'affaires 2009 est en pleine mutation : hausse du téléchargement internet (+56%), baisse du téléchargement sur mobile (-41,5%) et fort développement des revenus du streaming qui ont plus que doublé (multipliés par 2,4).

Cette progression du téléchargement internet provient de l'achat de titres à l'unité (+38%) mais également du téléchargement d'albums complets (+60%), le téléchargement internet représente aujourd'hui plus de la moitié des revenus numériques.

Evolution de la structure des revenus de la musique numérique :

 
 
 

4,7%

 
 
 
 
 
 
 

69,8%

 
 
 
 
 

11,6%

 
 
 
 

63,5%

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

37,9%

 
 
 
 
 
 
 

50,5%

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

31,8%

 
 
 
 
 

30,2%

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

2 005 2008 2009

q Téléchargement internet

q Sonneries/Téléphonie mobile Streaming

En 2009, les revenus de la musique numérique proviennent à 11,6% du streaming, à 37,9% du téléchargement mobile et à 50,5% du téléchargement internet.

Source : Bilan économique 2009, SNEP

Par ailleurs, le net ralentissement de la baisse du marché en 2009 est le résultat d'une double évolution : une baisse de 17,8% sur le premier semestre 2008 et une hausse de 9,2% sur le second semestre 2009.

8 technique permettant l'écoute d'un titre ou d'une web-radio en temps réel, les fichiers musicaux n'étant pas stockés sur le disque dur

Maxime Varloteaux - Mémoire de recherche - 13

Master 1 Management - Parcours Marketing

· Le marché de détail

En 2009, 7% des albums vendus sont téléchargés (contre 4% en 2008 et 2% en 2006) ; le téléchargement prend donc petit à petit de l'ampleur dans la vente de musiques enregistrées mais sa part reste encore insuffisante (aux Etats-unis par exemple, la part du téléchargement est de 35%). Au niveau de la vente au titre, le téléchargement se révèle très attractif puisque 91% des titres vendus sont téléchargés (contre 78% en 2008 et 40% en 2006), remplaçant ainsi le single (ou 2 titres) qui a vu ses ventes chuter de 86% ces 10 dernières années.

En volume, ce sont 56,7 millions d'albums, 3,6 millions de Dvd musicaux et 30,6 millions de singles qui ont été vendus pour un total de 90,7 millions d'unités.

Le marché de détail de la musique enregistrée en 2009 (en millions d'unités vendus) :

En millions d'unités

2006

2007

2008

2009

Evolution

09/08

· Nombre d'albums vendus

70.6

67

61.1

56.5

-7.5 %

En magasins

69.5

65.4

58.7

52.6

-10.4 %

Sur les plateformes de téléchargement

internet

1.1

1.6

2.4

3.9

+62 %

· Nombre de singles/titres vendus

28.8

22.6

25.2

30.6

+21.4 %

En magasins

17.3

9.2

5.6

2.8

-50 %

Sur les plateformes de téléchargement

internet

11.5

13.4

19.6

27.8

+41.8 %

 

Source : Bilan économique 2009, SNEP

Le nombre d'albums vendus a donc chuté de 4,6 millions d'unités : la baisse des ventes d'albums en magasins (-6,7 millions d'unités) n'a pas été compensée par la hausse des ventes d'albums en téléchargement (+1,5 million d'unités).

Le nombre de singles vendus progresse lui de 5,4 millions d'unités dont -2,8 millions pour les singles vendus en magasins et +8,2 millions pour les titres téléchargés. Cela met en évidence une préférence pour le numérique dans le cadre de la consommation par titre.

Les ventes de disques et de vidéos musicales en magasins ont représenté 59 millions d'unités, soit une baisse de 13,2% par rapport à 2008 ; cette baisse touche encore une fois l'ensemble des supports : -50% pour les singles, -10,4% pour les albums et -2,7% pour les vidéo-musicales. La baisse du marché est ressentie dans les grandes surfaces alimentaires comme dans les

Maxime Varloteaux - Mémoire de recherche - 14

Master 1 Management - Parcours Marketing

grandes surfaces spécialisées.

Toujours en 2009, 86,2 millions de titres ont été achetés sur les plateformes de téléchargement légal dont 27,7 millions de titres à l'unité et 3,9 millions d'albums téléchargés dans leur totalité ; soit une progression de 62%.

précédent sommaire suivant