WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Urbanisation et problème de gouvernance dans la commune de Tivaoune-Peulh


par Prospà¨re BIAYE BIAYE
Université Gaston Berger de Saint-Louis du Sénégal  - Master 1 2021
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

INTRODUCTION

6

Le monde ne cesse de s'urbaniser1. Il devient majoritairement urbain. Les métropoles sont toujours plus nombreuses (Véron, 2006). Leur population ne cesse de croître et elles consomment toujours plus d'espace. L'évolution urbaine est remarquable depuis la fin de la seconde guerre mondiale et s'est accentuée dans les années 70. Ce phénomène urbain apparaît aujourd'hui comme majeur aux yeux de ceux qui analysent les interactions entre population, ville, environnement et développement, à l'échelle de la planète comme celles d'unités géographiques plus restreintes. Selon JACQUES VÉRON (2007) plus de la moitié de la population mondiale vit désormais dans des villes. Légèrement inférieur à 30% en 1950, le taux d'urbanisation franchit en 2007 la « barre » de 50%2. Les villes, en particulier celles du Tiers-monde connaissent une urbanisation galopante. Cette urbanisation a suscité presque partout une importante réflexion du fait de la rapidité du phénomène et diverses mutations engendrées.

A l'instar des autres parties du monde, le continent africain connaît une forte urbanisation. C'est la colonisation qui y a importé la ville. Les modèles d'urbanisation du continent africain hérités de la colonisation laissent ainsi sur l'organisation de l'espace continental un réseau urbain caractérisé par des métropoles démesurées par rapport aux autres villes. C'est ainsi que le réseau urbain se caractérise souvent par un déséquilibre largement au profil de la capitale, projetant ainsi sur l'espace des villes macrocéphalies. Ces capitales nationales abritent la quasi-totalité des industries et des services des pays d'Afrique subsaharienne ainsi plus intenses les mouvements d'exode rural.

Le Sénégal, à l'instar des pays du Tiers-monde, a connu une urbanisation galopante, qui n'a toutefois pas été accompagnée d'une gestion cohérente de l'aménagement des espaces et des potentialités économiques des territoires3. Cette urbanisation est dominée par une macrocéphalie urbaine caractéristique des pays d'Afrique subsaharienne. C'est ainsi Dakar, la capitale qui ne s'étend que sur une superficie de 550 Km2 soit 0.3% du territoire national regroupe 25% de la population sénégalaise (ANSD, 2013) représentant 49% de la population urbaine nationale. Cette explosion de la région de Dakar est due d'abord aux ossatures administratives qu'a bénéficié la région en tant que capitale de l'AOF en 1857 depuis la

1 VÉRON, J., 2006, L'urbanisation du monde. Paris : La Découverte

2 VERON, J., 2007, « La moitié de la population mondiale vit en ville ». Population & Sociétés, 435, 14. https://doi.org/.

3 Villes Émergentes pour un Sénégal Émergent, Revue de l'Urbanisme

7

colonisation, ensuite par le rayonnement économique impulsé par le rôle administrative qu'elle joue, les infrastructures. La région de Dakar se caractérise par une urbanisation croissante et une croissance démographique élevée4. Ainsi, l'effet combiné de cette croissance démographique et de l'exode rural occasionné la sècheresse des année 70 a favorisé une forte concentration dans les zones urbaines et accru les besoins d'habitat, avec comme résultat immédiat, un déficit de l'offre en terrains aménagés pour la population et une recrudescence de quartiers spontanés et irréguliers Cette problématique urbaine de Dakar se note à travers deux phénomènes dont le premier est l'augmentation incontrôlée de l'extension spatiale de la ville et les nombreux litiges fonciers qui sont au coeur de toute actualité de la vieille cité posant ainsi un véritable problème tels que l'extension de la ville à ses périphéries ou la périurbanisations, la mobilité, le chômages, l'insécurité sociale et des inondations de toutes genres. Pour atténuer ainsi à cette problématique de l'armature urbaine et aux divers difficultés de fonctionnement interne de Dakar, de nombreuses actions ont été menées par les acteurs de la gouvernance urbaine (il s'agit des différents PDU et PUD). Ainsi au regard de ces diverses question à savoir les difficultés d'accès aux fonciers et de la raréfaction des superficies constructibles dans le centre-ville dakarois, la dynamique urbaine s'incline vers les périphéries : c'est le cas de Tivaoune Peulh.

La localité de Tivaoune Peulh est une zone où la réserve foncière est disponible et accessible à un coût moins pour le grand public et devient aussi de plus en plus attrayante à cause des projets de développement de l'espace : le prolongement de la VDN sur l'axe des parcelles assainies à Tivaoune Peulh, le projet du pôle urbain de Lac Rose entre autres. Devant un tel état de fait et du fais que la zone présente d'autres opportunités depuis son érection en collectivité territoriale, la commune de Tivaoune Peulh s'urbaniste à une vitesse telle que les réserves foncières se raréfient. Ce qui fait qu'aujourd'hui cette croissance urbaine rend cruciale la gestion foncière dans cet espace et les zones de cultures, les zones dépressionnaires ou de passages naturels des eaux pluviales ne cessent d'être transformées en zones d'habitation à un rythme inquiétant. Face à cette situation, la commune de Tivaoune Peulh connait aujourd'hui une urbanisation galopante, conséquence d'une croissance démographique rapide qui est source d'une urbanisation problématique et pose un besoin réel des populations en matière des services sociaux de base et d'équipements.

4 ANSD, SRSD Dakar : Situation Economique et Sociale de la Région de Dakar, édition 2016

8

Le choix de vouloir réaliser cette étude dans la commune de Tivaoune Peulh se justifie par plusieurs raisons dont la première est le fait que cette nouvelle zone, qui jusqu'ici, n'a pas fait l'objet d'étude scientifique. Hors partant d'un simple constat du terrain, la zone est en perpétuelle urbanisation sans un accompagnement de la gouvernance urbaine. La seconde raison réside de sa position géographique qui mérite d'être étudiée. En effet la commune de Tivaoune Peulh est située à 30 km du centre-ville de Dakar et dans le littoral. Grâce à la VDN et l'AIBD, la zone présente une ouverture sur l'intérieur et sur l'extérieur de l'agglomération dakaroise. Et la troisième raison est que cette zone dont le fondement de l'économie était basé sur le secteur primaire (l'agriculture et l'élevage) connait aujourd'hui une menace liée à la forte pression de l'occupation du sol et la dégradation de la couverture végétale qui sont les principales causes des profondes mutations dans la localité.

Notre travail s'articule autour des parties suivantes :

Il s'agira d'abord de comprendre l'urbanisation dans cette zone couplée au problème de gouvernance par l'étude d'une problématique et la formulation des questions de recherches et d'hypothèses. Ensuit procéder à la clarification conceptuelle et la synthèse bibliographique. Enfin présenté l'approche méthodologique adoptée pour la réalisation de cette étude.

1. Présentation de la zone d'étude

La commune de Tivaoune Peulh, située à trente kilomètres (30km) du centre de Dakar, constitue, aujourd'hui le lieu principal de la production de parcelles. Cette zone se rattache à l'espace maraicher des Niayes qui s'étend de Dakar à Saint-Louis, fait l'objet d'une intense fréquentation. La commune s'étend sur une superficie de 8000 ha et regroupe d'après le Décret 2011-706 du 06 Juin 2011, au total treize (13) localités (Dia, 2018). Elle limité à l'Est par la commune de Sangalkam, à l'Ouest par la commune de Keur-Massar au Nord par l'Océan Atlantique et à la commune de Bambilor et au Sud par de Jaxaay- Parcelle-Niacourab. Elle compte une population qui tourne au tour de 35397 répartis d'après le recensement administratif de 2011 dans neuf localités (Ngom, 2013). Ainsi la vitesse de l'occupation humaine combinée avec la mal gouvernance pose un besoin réel en termes d'infrastructures structurantes et des équipements constituant ici le paradoxe de l'urbanisation mais aussi du fait que les ressources foncières de la localité se raréfient et font souvent naître la spéculation.

9

Carte 1 : localisation de la zone d'étude : Commune de Tivaoune Peulh

Carte 2 : La commune de Tivaoune Peulh dans son Département

10

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy








"Le don sans la technique n'est qu'une maladie"