WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'apport du Web 2.0 à la solidarité numérique

( Télécharger le fichier original )
par Destiny TCHEHOUALI
CUFR Champollion / Université Toulouse II - MASTER II Professionnel E-Administration et solidarité numérique 2008
  

sommaire suivant

MASTER II PROFESSIONNEL
« E-ADMINISTRATION ET SOLIDARITE NUMERIQUE »

ANNEE UNIVERSITAIRE 2007-2008
RAPPORT DE STAGE

Etude de cas du projet de réalisation d'un
« Portail francophone collaboratif de la solidarité numérique »

L'APPORT DU « WEB 2.0 »

À LA SOLIDARITE NUMERIQUE

Présenté par : Destiny TCHEHOUALI

Structure d'accueil :

Agence Mondiale de

Solidarité Numérique - ASN (Lyon)

 

Maître de stage : Encadrant pédagogique :

Jean POULY Jean-Jacques GUIBBERT

Soutenance : Juillet 2008

Master 2 Professionnel du Centre universitaire J.-F. Champollion (site de Castres)
Domaine « Sciences humaines et sociales », Mention « Géographie et Aménagement »,
spécialité « e-Administration et Solidarité numérique »

« (...) La contribution des TIC à la croissance et au développement est déterminée par des facteurs tels que le rôle du capital humain, les externalités et les retombées (surtout par le biais de l'apprentissage et de l'innovation complémentaire) et par la mise en place de politiques et d'institutions adaptées soutenant l'innovation. Cette analyse illustre l'importance d'un libre accès au savoir, et donc de la diffusion et du partage des connaissances et de la technologie, en particulier pour les pays en développement. » Extrait du rapport 2007-2008 sur l'économie de l'information, Science et Technologie pour le développement : Le nouveau paradigme des TIC, CNUCED, Nations Unies, New York et Genève, 2007.

L'APPORT DU « WEB 2.0 »

À LA SOLIDARITE NUMERIQUE

Etude de cas du projet de réalisation d'un
« Portail francophone collaboratif de la solidarité numérique »

REMERCIEMENTS...

Je tiens à adresser d'abord ma profonde gratitude à :

· mon Maître de stage, Jean Pouly, pour m'avoir permis de découvrir le monde international de la solidarité numérique et de la coopération décentralisée tout en me perfectionnant sur la question de l'information et de la communication pour le développement.

Mes sincères remerciements vont également à l'endroit de :

· toute l'équipe de l'Agence Mondiale de Solidarité numérique qui m'a adopté et m'a permis de travailler dans un environnement à la fois professionnel et très convivial. Merci pour les judicieux conseils du trio dynamique formé par Christine Tornare, Najet Tenoutit, et Thilelli Chouikrat. Mention particulière à David Menchi, pour sa complémentarité, son appui technique, et sa précieuse assistance dans la réalisation des missions qui m'ont été confiées.

· tous les experts qui ont accepté de consacrer un bout de leur temps à ce projet de portail francophone de la solidarité numérique en nous donnant leur avis à travers le questionnaire mis en ligne pour recenser leurs besoins et leurs attentes. Merci donc à : Michel Briand (Président du Collectif des réseaux d'accès public à Internet - CREATIF / Adjoint au Maire de Brest) ; Erik Van Rompay (Délégué général de Renaissance Numérique) ; Jean Jacques Heilaud (Président de l'association APRONET) ; Guy Aho Tete Benissan (Coordinateur du Réseau des Plates-formes nationales d'ONG d'Afrique de l'Ouest) ; Julien Bayou (Chargé de mission au Pôle relations internationales de l'ONG Coordination Sud) ; Michel Lamotte (Président du réseau de Solidarité Numérique des Jeunes du Sénégal) ; Denis Descube (Chargé de mission ARDESI), et Eric Legale (Directeur d'Issy Media). Merci à Annie Chéneau-Loquay (GDRI NetSuds / African'ti) pour l'entretien qu'elle nous a accordé et pour ses réflexions constructives.

· mes professeurs Jean Jacques Guibbert, Emmanuel Eveno, Mathieu Vidal ainsi que tous les autres intervenants de cette année dans la formation du Master eAdministration et Solidarité numérique (EASN). Les savoirs théoriques, pratiques et méthodologiques qu'ils nous ont transmis se sont avérés très utiles dans le cadre du stage et le seront sans doute encore davantage tout le long de notre carrière professionnelle.

DEDICA CES...

· A ma famille, pour son soutien indéfectible malgré la distance qui nous sépare. Trouvez dans ce travail le courage, la détermination et la forte envie de réussite que vous m'aviez toujours inspirés.

· A mes camarades de la première promotion (2007-2008) du master EASN. Ce fut une agréable année de rencontres, riche de partages humains, et de valeurs culturelles mais aussi de labeur et de persévérance dans un esprit d'équipe solidaire. Mûrissons l'idée d'un réseau pour renforcer les liens créés et faire valoir notre dynamique associative...

RESUME : Le Web 2.0 constitue une avancée technique certaine au profit d'une plus grande liberté de communiquer entre humains. Apparu comme un phénomène de mode, il devient un état d'esprit, voire même une attitude. Fondé sur des valeurs de partage et de solidarité, ce Web de plus en plus participatif favorise la production d'informations sur Internet par le plus grand nombre. Auteurs, acteurs, producteurs, consommateurs forment ainsi un « nuage de mots-clés » au dessus de l'univers des réseaux sociaux et des mondes virtuels. Notre propos dans cette étude n'est pas de vanter avec naïveté et fascination les nombreux avantages des applications du Web 2.0. Mais il s'agit plutôt de se poser les questions essentielles sous-jacentes aux réelles possibilités de collaboration et de coopération qu'offrent les technologies, les applications et les réseaux de communautés du Web 2.0. Comment le Web 2.0, avec ses valeurs de partage et de coproduction, pourrait-il contribuer ou non à la réduction des fractures numériques entre les pays du Nord et ceux en voie de développement, du Sud. Qu'est ce que le Web 2.0 apporte réellement à la solidarité numérique Nord-Sud, au développement solidaire des peuples et aux mécanismes de coopération décentralisée? Nous pensons que le Web 2.0 offre des potentialités d'interaction et de collaboration qui sont sous-exploitées, mal exploitées, voire détournées. Au lieu de constituer un véritable lieu d'émergence de l'intelligence collective et de la solidarité numérique, le Web participatif semble plutôt susceptible d'engendrer de nouvelles formes de fracture numérique et d'accentuer l'e-exclusion ou l'info-exclusion. La réalisation d'un portail francophone de solidarité numérique, servant de plateforme d'information, de « réseautage » et de collaboration pour les acteurs des TIC pour le développement, constituerait sans doute un début de réponse à la question de l'apport du Web 2.0 à la réduction de la fracture numérique.

NUAGE DE MOTS-CLES / « TAGS »:

WEB 2.0 INTERNET PARTICIPATIF COLLABORATION
COPRODUCTION CSS/CMS FRACTURE SOLIDARITE
NUMERIQUE
SOCIETE DE L'INFORMATION RESEAUX
SOCIAUX PORTAIL
COLLABORATIF REALITE VIRTUELLE

AJAX ASN SMSI LYON JAVA/HTML TECHNOLOGIES

COMMUNICATION COOPERATION NORD-SUD CONNAISSANCES FRANCOPHONIE DECENTRALISEE

ABSTRACT: The Web 2.0 is an advanced technology for a greater freedom of human communication through networks. Appearing as a fashion phenomenon, it becomes a state of mind, or even an attitude. Based on values of sharing and solidarity, the participatory Web promotes the production of information on the Internet by the greatest number of people. So, authors, actors, producers and consumers form a tag cloud over the universe of social networks and virtual worlds. Our aim in this study is not to naively brag the lot of benefits of Web 2.0's applications. But it is rather to ask the basic questions underlying the real possibilities of collaboration and cooperation offered by technology, applications and communities' networks of Web 2.0. How Web 2.0, with its values of sharing and co-production, could or could not contribute to reducing the digital divides between developed and developing countries. What does the Web 2.0 really brings to the world digital solidarity?

We believe that the Web 2.0 offers potential for interaction and collaboration that are under-exploited, badly used, or misused. Instead of being a true place of collective intelligence and digital solidarity, participatory Web seems rather likely to generate new forms of digital divide and enhance the «e- exclusion» or «info - exclusion». Achieving a world digital solidarity's portal, which serves as a platform for intermediation, information, networking and collaboration for the benefit of ICT for Development' s actors, would doubtless be one way of reducing digital divide through Web 2.0.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.