WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude de la dynamique des aires pastorales dans le département de Gouré : apport de la télédétection et du SIG

( Télécharger le fichier original )
par LAWANDI Kanembou
Université de Niamey/Niger - DEA de Géographie 2006
  

Disponible en mode multipage

Appel aux couturier(e)s volontaires

 

KEIUI5LIQUE DU NIGEK
ME55/KT

UNIVERSITE ABDOU MOUMOUNI DE NIAMEY Faculté des Lettres et Science Humaines Département de Géographie

 

Recherche Ensablement des Cuvettes de Gouré PIC-REC- Gouré

Milieux et Sociétés des Espaces Arides et Semi-arides : Aménagement-Développement

Option : Aménagement des Espaces Ruraux

Etude de la dynamique des aires pastorales dans le Département de Gouré :
Apport de la t
élédétection et du SIG.

Mémoire de D.E.A.
Présenté et soutenu par : Kanembou Lawandi

Sous la Direction de : Membres du jury

Pr Ambouta Karimou J.M, Département Sciences du sol/FA/UAM

Co-directeur : Dr WAZIRI MATO Maman, MA, Département de Géographie/ FLSH/UAM

Directeur de stage : Dr Adoum Alkhalil /Fews net/ Centre Régional Agrhymet

Président : Pr Motcho Kokou Henri, Département de Géographie/ FLSH/UAM

Assesseur : Pr Boubacar Yamba, Département de Géographie/ FLSH/UAM

Année académique : 2006-2007

Table des matieres

Remerciements......................................................................................................i Résumé................................................................................................................ii Listedes tableaux .................................................................................................iii Listedes figures.............................................................................................. ....... iv Sigleset abréviations ...............................................................................................v Introduction..........................................................................................................1

Chapitre I: contexte et justification de l'étude

Problématique.......................................................................................................4 1.2.Motivation et contexte du choix du theme ..................................................................6 1.3. Objectifs de l'étude ............................................................................................7 1.3.1. Objectif général .............................................................................................7 1.3.2. Objectifs spécifiques.................................................................................................7 1.4. La télédétection et le SIG.....................................................................................8 1.4.1 Définition de la télédétection. ~~~~~~~...........................................................8 1.4.1.1 Principes fondamentaux de la télédétection .............................. ..............................8 1.4.1.2. Evolution dans le domaine temporel et des méthodes d'analyses des données...................8 1.4.1. 3. Evolution dans le domaine spatial..........................................................................9

1.4.1.4. Apports de la télédétection...................................................................................9

1.4.15. Avantages de la télédétection...............................................................................10

1.4.1.6. Limites de la télédétection dans l'élaboration des cartes d'occupation des sol...................10

1.4.2. Le systeme d'information géographique (SIG) ........................... .............................10

1.4.2.1. Concepts de base.............................................................................................10

1.4.2.2. Définition.....................................................................................................11

1.4.2. 3. Avantages ou possibilités offertes par le SIG...........................................................12

1.4.2.4..Limites du SIG...............................................................................................12

Chapitre II : Présentation de la zone d'étude

2.1. Situation géographique. ....................................................................................14 2.2. Caractéristiques du milieu biophysique...................................................................14 2.2.1. Le climat.....................................................................................................14 2.2.2. Le relief......................................................................................................15 2.2.3. Type de sols et végétation.................................................................................16

2.2.4. Les ressources en eau......................................................................................16

2.3.1. Démographie................................................................................................16
2.3.2. Activités socio- économiques............................................................................17

2. 3.2.1. L'agriculture..............................................................................................17
2. 3.2.2. L'elevage...................................................................................................17

Chapitre III : Matériels et méthodes utilisés

3.1. Matériels et données de base utilisés.....................................................................20

3.1.1. Matériels utilisés...........................................................................................20 3.1.2. Données de base utilisées. ................................................................................20 3.1.3. Caractéristiques des images utilisées..................................................................22 3.2. Méthodologie..................................................................................................22 3.2.1. La recherche documentaire..............................................................................22 3.2.2. Analyse des documents cartographiques existants..................................................23 3.2.3. Les traitements des images...............................................................................23 3.2. 3.1. Les pretraitements........................................................................................23 3.2. 3.1.1. Importation et combinaison des bandes............................................................23 3.2. 3.1.2. La mosaïque des images..............................................................................23 3.2. 3.1. 3. L'amelioration visuelle des images (rehaussement et composition coloree)..................25 3.2. 3.1.4..Les corrections geometriques........................................................................25 3.2. 3.1.5..Extraction de la zone d'etude et choix des sites de reconnaissance...........................25 3.2. 3.2. Analyse des donnees.....................................................................................25 3.2. 3.2.1. Etablissement de la nomenclature...................................................................26 3.2. 3.2.2. Interpretation des images.............................................................................26 3.2. 3.2. 3. La verite terrain.........................................................................................27 3.2. 3.2.4. Correction et integration des donnees de terrain..................................................28 3.2. 3.2.5. Estimation de la precision des resultats (matrice de confusion)...............................28 3.2.4..Elaboration des documents cartographiques finaux (SIG)........................................29 3.2.4.1.Elaboration des cartes d'occupation des sols.........................................................29 3.2.4.2. Elaboration des cartes des changements intervenus................................................29 3.2.4. 3 Methode d'analyse des changements intervenus dans l'occupation des sols...................29 3.2.4.4. Estimation des superficies et representation graphique des unites d'occupation des sols...32 3.2.4.5. Indice de vegetation (NDVI)............................................................................32 3.2.5. Entretiens....................................................................................................32

Chapitre IV : Résultats et discussion

4.1. Résultats 34

4.1.1. Validité des résultats 34

4.1.2. Résultats 34

4.1.2.1 Description des unites d'occupation des sols 35

4.1.2.2. Occupation des sols: situation 1964 36

4.1.2. 3. Occupation des sols: situation 1986 39

4.1.2.4. Occupation des sols: situation 1994 41

4.1.2.5. Occupation des sols: situation 2007 43

4.1.3. Dynamique de l'occupation des sols 45

4.1. 3.1. Changements globaux d'occupation des sols 45

.46

4.1. 3.2.1. Dynamique de l'occupation des sols entre 1964 et 1986.........................................46 4.1. 3.2.2. Dynamique de l'occupation des sols entre 1986 et 1994.........................................48 4.1. 3.2. 3. Dynamique de l'occupation des sols entre 1994 et 2007.........................................50 4.1.4. Changements intervenus et unités dérivées au sein des classes d'occupation du sol........52 4.1.4.1. Changements intervenus au sein de la steppe arboree entre 1964 et 2007......................52 4.1.4.2. Changements intervenus au sein de la steppe arbustive entre 1964 et 2007....................54 4.1.4. 3. Changements intervenus au sein de la steppe herbeuse entre 1964 et 2007....................56

4.1.4.4. Changements intervenus au sein des cordons ripicoles entre 1964 et 2007

.

4.1. 3.2. Changements specifiques d'occupation des sols

.

58

4.1.4.5. Changements intervenus au sein des zones de cultures entre 1964 et 2007 60

4.1.4.6. Changements intervenus au sein des surfaces denudees entre 1964 et 200 62

4.1.4.7. Changements intervenus au sein des dunes vives entre 1964 et 2007 64

4.2. Discussion 66

4.2.1. Dynamique des aires pastorales 66

4.2.1.1. Influence du climat sur la dynamique des aires pastorales 66

4.2.1.2. Influence des activites anthropiques sur la dynamique des aires pastorale....................69 4.2.2. Dynamique des zones de cultures 70 4.2.2.1. Influence du climat sur la dynamique des zones de cultures.....................................70

4.2.2.2. Influence des activites humaines sur la dynamique des zones cultures 71

4.2.3. Dynamique des sols nus. 71

4.2. 3.1. Influence du climat sur la dynamique des sols nus ............................... 71

4.2. 3.2. Influence des activites humaines sur la dynamique des sols nus 72

4.2.4. Evolution globale du milieu naturel entre 1964 et 2007 73

Conclusionet perspectives......................................................................................74
Referencesbibliographiques ...................................................................................75

Remerciement

Au terme de ce travail, il me plait d'adresser mes vifs et sincéres remerciements a toutes les personnes qui, de prés ou de loin ont contribué a la réalisation de ce mémoire.

Je pense particuliérement au Professeur Ambouta Karimou J.M, mon directeur de recherche qui, en dépit de ses multiples occupations a accepté de diriger ce travail et m'apporter tous ses appuis pour la réalisation de ce document. Merci de la disponibilité et surtout pour la rigueur et la pertinence scientifique de vos remarques et suggestions qui vous ont toujours caractérisé. Mes remerciements vont également au Dr Wa%iri Mato Mamane, co-directeur de mon mémoire et qui a énormément ceuvré pour la finalisation de ce travail, et les conseils combien précieux qu'il m'a apporté pour affiner ce document. Je suis reconnaissant de tout ce qui m'a été fait, et il me manque de mots pour vous remercier tous. Mes remerciements s'adressent a mon directeur de stage, Dr Adoum Alkhalil du Centre Agrhymet, qui en dépit de ses énormes t,ches a bien voulu assurer l'encadrement technique et m'apporter ses conseils combien précieux. Je suis fier de lui exprimer toute ma reconnaissance. A tous les enseignants ayant intervenu dans le cadre de la formation, je dis grand merci pour la qualité de l'enseignement et la disponibilité qu'ils ont fait preuve. J'ai une pensée particuliére a la coordination locale du REC-Gouré (pour la prise en charge de mon stage de terrain), et le Centre Régional Agrhymet de m'avoir accepté au laboratoire SIT-TDT comme stagiaire. J e tiens ici a remercier le Directeur Général du Centre Régional Agrhymet, Mr Issouf Alfari, responsable de l'unité Gestion des Ressources Naturelles (GRN), Mrs Job Andigué, Ado Dan Karami, Alio Agoumo, Kadaouré Ibrahima et Hervé Trébossen. Mes remerciement vont également au personnel de la DSCF, aux responsables du service de l'environnement de Gouré, le Commandant Djibril et le Lieutenant Bou%ou Mani ainsi qu'à tous mes camarades mémorants de DEA. Je ne finirai pas sans témoigner ma profonde gratitude a la famille Moussa Maa%ou, ainsi qu'à la population de Gouré pour son hospitalité. A mes amis et proches, Amadou Djibrillou, Catherine Bodart, Koné Moustapha, Mahamadou Adamou, Bagana, Aboubacar Mamadou, Kiari Fougou Hadi%a, ainsi qu'à tous ceux qui n'ont pas été cités je vous dit infiniment merci pour votre contribution.

Résumé

Le Niger est confronté, depuis ces derniéres décennies, a une dégradation accélérée de son écosystéme, liée en partie aux péjorations climatiques. Cette derniére, caractérisée par une inégale répartition spatio-temporelle des précipitations, est d'autant plus ressentie qu'elle est exacerbée par une pratique anthropique (liée a une démographie galopante) négative sur le milieu naturel. Le Département de Gouré (Région de Zinder au Centre-Est du Niger) est l'une des régions du Niger oil la dégradation de l'écosystéme constitue le nceud gordien des défis environnementaux auxquels les populations font face. La croissance démographique que connait cette contrée du Niger s'est accompagnée, ces derniéres années, par une extension des aires de culture au détriment des espaces pastoraux et d'une dégradation presque généralisée des ressources naturelles disponibles. L'intérêt d'avoir a disposition des informations fiables sur l'occupation du sol et les c hangements qui y interviennent trouvent toute leur importance afin d'assurer un développement durable aux populations locales sujettes a la dégradation de leurs milieux de vie. L'utilisation de la télédétection et des systémes d'information géographique (SIG) a permis d'appré hender la dynamique de l'occupation du sol. De cette étude, il ressort de maniere globale une extension des cultures au détriment des aires de pâturage par rapport a la superficie totale de la %one d'étude, une tendance généralisée a une dégradation des ressources végétales, a l'exception de la steppe arborée et de la végétation p hréatophile des palmiers qui ont sensiblement évolué. Le croisement des couches d'occupation des sols fait cependant ressortir, entre 1964 et 2007, une relative resilience sur 73% de la superficie totale du secteur étudié, une restauration de 6%, tandis que 21% se sont dégradés.

Mots clés : Télédétection, SIG, dynamique, aires pastorale, Gouré, images satellitaires, p hotographies Corona, NDVI

Liste des tableaux.

Tableau no1 : caractéristiques des photos Corona et images satellitaires utilisées~.........................................22 Tableau no2.Clé d'interprétation des catégories de changements intervenus dans les unités d'occupation du secteur

d'étude.................................................................................................................31

Tableau no3. Matrice de confusion pour l'image 2001 entre observation de terrain et classification des unités d'occupation

dessols...........................................................................................................34

Tableau no4 Superficie d'unités d'occupation des sols en 1964............................................................36 Tableau no5. Superficie d'unités d'occupation des sols en 1986....... ....................................................39 Tableau no6. Superficie d'unités d'occupation des sols en 1994...........................................................41 Tableau no7. Superficie d'unités d'occupation des sols en 2007. ..........................................................43 Tableau no8. Evolution globale des unités d'occupation des sols entre 1964-1986, 1986-1994 et 1994-2007, en pourcentage

de l'année de référence : 1964...........................................................................................45 Tableau no9 : changements d'occupation des sols entre 1964 et 1986......................................................47 Tableau no10 : changements d'occupation des sols entre 1986 et 1994.....................................................49 Tableau no11 : changements d'occupation des sols entre 1994 et 2007......................................................51

Liste des figures.

Figure no1 : carte de localisation de la %one d'étude. .....................................................................14

Figure no2. Evolution des précipitations annuelles et moyennes a Gouré de 1936 a 2003...................................

15

Figure no3 : Carte de %onation du milieu agro-écologique du Département de Gouré ........

.............................17

Figure no4: Evolution du cheptel en UBT a Gouré de 1990 a 2003........................................................

18

Figure no5 : Photos Corona et images satellitaires utilisées ................................................................21

Figure no6 : organigramme du traitement des images..................................................................24

Figure no7. Carte d'occupation des sols de 1964......................................................................38

Figure no8. Carte d'occupation des sols de 1986. ....................................................................40
Figure no9. Carte d'occupation des sols de 1994........................................................................42

Figure no10. Carte d'occupation des sols de 2007.....................................................................44 Figure no11: Cartes d'évolution de la steppe arborée entre 1964 et 2007.................................................53 Figure no12: Cartes d'évolution de la steppe arbustive entre 1964 et 2007................................................55 Figure no13: Cartes d'évolution de la steppe herbeuse entre 1964 et 2007.................................................57 Figure no14: Cartes d'évolution des cordons ripicoles entre 1964 et 2007.....................................................59 Figure no15: Cartes d'évolution des cordons ripicoles entre 1964 et 2007................................................61

Figure no16: Cartes d'évolution des surfaces dénudées entre 1964 et 2007...............................................63
Figure no17: Cartes d'évolution des dunes vives entre 1964 et 2007.....................................................65
Figure no18 : Evolution globale du secteur d'étude, entre 1964 et 2007...................................................73

Sigles et abréviations.

AGRHYMET : Centre d'application et de recherche en Agro-Hydro-Météorologie opérationnelle BDOS : Base des Données Occupation du Sol

DDA : Direction Départementale de l'Agriculture

DDRA : Direction Départementale des Ressources Animales

DSCF : Division des Statistiques et de la Cartographie Forestière

ETM+ : Enhanced Thematic Mapper Plus

FAOCLIM2:Logiciel d'exploitation des données climatologiques de la FAO

FEWS NET: Famine Early Warning Network GPS: Global Positionning System

HRV : Haute Résolution Visible

INRAN : Institut National de Recherche Agronomique du Niger

IRD : Institut de Recherche pour le Développement INS : Institut National de la Statistique

MSS : Multi Spectral Scanner

MHE /LCD : Ministere Hydraulique et l'Environnement et la Lutte Contre la Désertification. NDVI : Indice de Végétation par la Différence Normalisée

PAFAGE : Projet d'Appui a la Formation a l'Aménagement et a la Gestion de l'Environnement PGRN : Projet de Gestion des Ressources Naturelles

PIR : Proche Infra Rouge

UTM : Universal Transverse Mercator

REC-Gouré : Recherche Ensablement des Cuvettes de Gouré

RGP : Recensement Général de la Population

RGP/H : Recensement Général de la Population et de l'Habitat

SDR : Stratégie de Développement Rural SIG : Systeme d'Informations Géograp hiques SRDP : Stratégie de Réduction de la Pauvreté

SPOT : Systeme Probatoire d'Observation de la Terre TM: Thematic Maper

WGS-84: World Geographic System-84

Introduction

Pays sahelien situe entre 0o6' et 16o de longitude Est et entre 11o23' et 23o17' de latitude Nord, le Niger couvre une superficie de 1267000 Km2 dont les 4/5 appartiennent au Sahara. Le1/5 relativement humide concentre l'essentiel de la population (Atlas du Niger, 2001). Celle-ci est de10790362 habitants en 2001(RGP/H 2001). Avec un taux d'accroissement annuel de 3,3%(INS, 2007), cette population a tendance a doubler tous les 21 ans (RGP/H 2001). Au Niger, 82% de la population sont des ruraux, avec pour principales activites l'agriculture et l'elevage (SRDP, 2002). L'essentiel de la population et des productions agrosylvo-pastorales est concentre dans la frange meridionale, au sud de l'isohyete 300 mm/an. Cependant, la croissance demographique n'est pas accompagnee de celle de la production agricole qui est de 2,2% (Tidjani.A.D, 2005), ce qui maintient le pays dans une insecurite alimentaire quasi permanente depuis plusieurs annees. La reponse a cette demographie galopante est une extension des superficies de cultures qui se realise le plus souvent au detriment des aires pastorales.

Les secheresses recurrentes de ces deux dernieres decennies ont profondement bouleverse l'equilibre environnemental du Niger. Selon Ozer et al, (2003) l'analyse des isohyetes durant la periode dite « humide » de 1950 a 1967 et la periode de « secheresse » de 1968 a 1985 met en evidence une diminution generalisee des precipitations qui s'est traduite par le passage du Sahel sous culture pluviale (limite septentrionale de 300 mm) au Sahel dit pastoral.

Face aux defis environnementaux imposes par les secheresses recurrentes et la pression demographique, il s'avere necessaire de surveiller les ressources naturelles disponibles en vue d'une gestion rationnelle et durable de celles-ci. Dans ce contexte, la teledetection est un outil performant d'acquisition d'informations necessaires a la surveillance et a la gestion des ressources naturelles, sur une large echelle spatio-temporelle.

C'est en effet, dans les pays en developpement que les possibilites d'application de la teledetection sont les plus nombreuses parce que les ressources naturelles sont mal connues et que les cartes disponibles, souvent anciennes ou inexistantes, ne refletent pas les changements demographiques et economiques des dernieres annees (BONN F., 1992).

Dans le Departement de Goure, (au Sud-Est du pays) l'agriculture et l'elevage constituent les principales activites des populations. Mais face a la pression demographique, la demande en terre agricole s'est accompagnee par une extension des cultures et un amenuisement des aires de paturage, mais aussi par une forte pression sur les maigres ressources naturelles disponibles.

D'ou la necessite de suivre et de comprendre la dynamique de ces unites, afin d'aider a la prise de decision pour une gestion durable de ces ressources.

Ce travail est organisé en quatre chapitres : le contexte et justification de l'étude ; la présentation de la zone d'étude ; les matériels et méthodes utilisés ;

les résultats et discussions.

Chapitre I: contexte et justification de l'étude

1.1. Problématique.

Depuis plusieurs décennies, les pays sahéliens sont soumis a des difficultés majeures, liées pour l'essentiel a la rigueur du climat, a laquelle s'ajoute une démographie galopante. La rudesse du climat se caractérise par une inégale répartition spatio-temporelle des précipitations, entrainant la dégradation continue de l'environnement, notamment des espaces agro-pastoraux.

Le Niger, pays situé au cceur du Sahel, et dont 84% de la population sont essentiellement des ruraux (RGP/H 2001), posséde des potentialités naturelles qui soutiennent la survie de cette population. Cependant les pratiques agro-pastorales constituent la principale activité dans l'économie nationale. Leurs apports a la formation du PII3 et aux recettes d'exportation s'élévent respectivement a 41% et 44% (SDR 2001).

Mais force est de constater, que depuis quelques années, les productions agro-pastorales ne satisfont plus de faIon effective les besoins d'une population de plus en plus croissante.

Ce qui du coup accroit les demandes en terre de culture dans un environnement fragilisé par des sécheresses récurrentes, entrainant de facto une forte pression sur les maigres ressources naturelles disponibles et une "colonisation " des aires de pâturage par les cultures pluviales.

Le Département de Gouré, situé en partie dans la bande sahélienne est une zone agropastorale par excellence. Mais cette zone est soumise depuis quelques années a une forte dégradation des conditions agro-écologiques, rendant de plus en plus aléatoire la production agricole pluviale déjà chroniquement déficitaire.

La croissance démographique que connait cette contrée du Niger s'est accompagnée, d'une part par une extension des aires de culture au détriment des espaces pastoraux, vers les zones pastorales définies par les textes réglementaires (loi no 61-5 du 26 mai 1961) et de l'autre par la dégradation du milieu naturel. De plus, la politique de reconstitution du cheptel (suite aux sécheresses des années 70 et 80) prônée par l'Etat et les projets de promotion de l'élevage (DDP/Gouré), a contribué a augmenter le nombre du cheptel, ce qui pourrait constituer une menace pour un environnement dont la capacité de charge est largement dépassée.

Ces facteurs, (démographie, dégradation de l'environnement, surcharge animale,...) combinés a la faible intensification de systemes de production ont entrainé une compétition des acteurs locaux sur les ressources naturelles. Dans ce contexte, le développement des systemes d'exploitation intégrant l'agriculture et l'élevage, conciliant le tout avec une gestion durable des ressources naturelles disponibles s'avére nécessaire. C'est dans ce sens que l'apport de la télédétection et du systeme d'information géographique (SIG) dans la gestion durable des aires pastorales dans le Département de Gouré serait d'un atout considérable. Ces outils permettront de faire un état des lieux des potentialités concernant les ressources agro-

pastorales, de sorte que les acteurs locaux, décideurs politiques et partenaires au développement s'informent et s'investissent pleinement dans la gestion durable des ressources disponibles. La disponibilité des informations fiables aiderait a éviter la dégradation irréversible des espaces agro-pastoraux.

1.2. Motivation et contexte du choix du theme.

L'analyse multi-temporelle des paysages permet de saisir la dynamique de l'espace rural, et cela dans la perspective d'aménagement pour un développement durable.

Depuis quelques décennies, nous assistons a une dégradation continue du milieu naturel, avec pour corollaire la disparition du couvert végétal, la dynamique d'ensablement mais surtout la restriction des espaces pastoraux et une augmentation des surfaces cultivées. La population et le cheptel en rapide croissance, accentuent la pression sur les faibles ressources naturelles disponibles. De ce fait, la gestion durable de ces ressources nécessite une connaissance de leur état et dynamique, d'oil la nécessité d'entreprendre un suivi de ces deux facteurs en se basant sur une étude cartographique. Cette derniere pourrait servir de document de base pour les décideurs soucieux d'intervenir dans la zone.

Pourquoi le Département de Gouré ?

Face aux mutations qu'a connu le secteur rural, il s'avere nécessaire de mener une étude sur les potentialités que renferme cette région, afin de rationaliser la gestion durable de celles-ci (potentialités). En plus, cette région est représentative du paysage du Sud-Est nigérien, oil la dégradation des ressources naturelles, accentuée et entretenue par une population croissante et un cheptel en reconstitution, combinés aux aléas climatiques, constituent une menace quasipermanente.

Cette étude vient aussi en complément a celle déjà menée dans cette même zone dans le cadre de mon mémoire de maitrise, sur le theme <Processus d'ensablement des cuvettes et le suivi de la dynamique par télédétection » au sein du programme de recherche interuniversitaire entre l'Université de Niamey et certaines Universités Belges. Ce programme, intitulé Recherche sur l'Ensablement des Cuvettes de Gouré (REC-Gouré) a mené ces activités de recherche sur les processus d'ensablement des cuvettes et les méthodes de lutte. Ainsi, certains aspects non abordés dans la précédente étude seront traités, et ceux abordés de faIon superficielle seront approfondis.

Ce qui permettra non seulement de capitaliser et de valoriser davantage nos données précédentes, mais aussi de les compléter avec celles de la présente étude afin de donner une envergure plus large aux activités du programme.

1.3. Objectifs de l'étude.

1.3.1. Objectif général

L'objectif global visé dans cette étude, est de connaitre et cartographier l'évolution des aires agro-pastorales dans le Département de Gouré. Line analyse diachronique combinant photographies aériennes et images satellitaires servira a la production des supports cartographiques utiles a l'étude de la dynamique aux fins de prises de décisions.

1.3.2. Objectifs spécifiques

Les objectifs spécifiques sont :

- la cartographie de l'état des ressources agro-pastorales pour les années de références : 1964, 1986, 1994 et 2007. Le choix de ces années est guidé par la disponibilité des photographies aériennes et images satellitaires et le souci d'éviter des pas de suivi trop rapprochés.

- l'étude diachronique de la dynamique de l'occupation des sols par l'analyse des cartes élaborées

-l'identification et la localisation des changements dans l'occupation des sols

- l'analyse des changements intervenus pour produire des éléments aux fins de prises de décisions.

Ainsi, pour mieux appréhender la dynamique des espaces agro-pastoraux dans le Département de Gouré, deux principales hypotheses peuvent etre formulées :

la dynamique des aires agro-pastorales constatée dans le Département de Gouré, ces dernieres années, est due aux activités humaines et a la dégradation des conditions agro-écologiques.

la télédétection et le SIG sont des outils appropriés pour faire un état des lieux relativement exhaustif et, appréhender la dynamique des espaces agro-pastoraux a une échelle spatio-temporelle.

1.4. La télédétection et le SIG.

1.4.1 Définition de la télédétection.

La télédétection est l'ensemble des connaissances et techniques utilisées pour déterminer les caractéristiques physiques et biologiques d'objets par des mesures effectuées a distance sans contact matériel avec ceux-ci (Bulletin Société Française Photogram. & Td, 1988, no112).

1.4.1.1 Principes fondamentaux de la télédétection

Les principes de la télédétection se basent sur l'utilisation des propriétés physiques des objets ou cibles pour acquérir des informations sur leur nature et les définir. Ceci implique une interaction entre l'énergie transmise par le rayonnement électromagnétique provenant d'une source naturelle (par exemple le soleil) ou artificielle (exemple des émissions micro-ondes) et la cible. Cette énergie est ensuite captée par un systeme d'observation, le capteur (embarqué a bord d'un satellite) qui l'enregistre et la transmet a une station de réception traduisant alors ce signal en image numérique. Le rayonnement électromagnétique interagit une premiere fois avec l'atmosphere, lors de son parcours de la source vers la cible puis dans le sens inverse, de la cible vers le capteur. Ces interactions induisent des modifications du signal électromagnétique qu'il est nécessaire de prendre en compte dans la caractérisation de l'objet observé a la surface du sol.

1.4.1.2. Evolution dans le domaine temporel et des méthodes d'analyses des données.

La résolution temporelle ou répétitivité correspond a la période entre deux acquisitions de la même scene. Cette résolution ne dépend pas du capteur mais de l'orbite et du mode de manoeuvre du satellite. Notons que le satellite SPOT offre une possibilité de viser un site sur commande permettant une excellente résolution temporelle. Sans manoeuvre, la résolution temporelle de SPOT est de 26 jours, 16 pour Landsat TM et 14.5jours pour NOAA-AVHRR (Soudani. K, 2005). Dans le domaine des méthodes d'analyse des données obtenues par télédétection, un progres considérable a été réalisé. L'analyse des objets a d'abord été faite de façon visuelle par photo-interprétation en vision stéréoscopique. Avec l'avenement des images numériques, et les possibilités d'analyse automatique et semi-automatique par des procédés informatiques, on assiste du coup au développement tres rapide des logiciels et matériels adaptés au besoins du moment. En effet, de nouvelles techniques de classification, notamment la classification supervisée, la classification non supervisée et l'interprétation visuelle a l'écran ont remplacé la photo-interprétation. De même, le traitement informatique fournit de façon immédiate et précise, les surfaces des éléments cartographiés pouvant être traités de façon statistique, ce qui remplace le fastidieux planimétrage manuel.

Le traitement informatique permet de faIon précise, de déterminer les superficies des unités cartographiées et de fournir les statistiques. Ceci a remplacé la méthode de planimétrage effectué généralement de faIon manuelle.

1.4.1.3. Evolution dans le domaine spatial

Au cours de son développement, la télédétection, a toujours tenté de concilier deux objectifs bien distincts : voir le plus vaste espace avec la meilleure précision possible. La transmission rapide des images vers la terre a amélioré les limites de résolution spatiale, qui correspond a la surface élémentaire d'échantillonnage observée instantanément par le capteur satellitaire. Cette surface correspond au pixel. Cette résolution est de 20x20m pour SPOT, 30x30m pour LANDSAT TM, 1000x1000m pour NOAA AVHRR, etc.L. (Soudani, K, 2005). La largeur d'une scene étant de 185 x 185 km, il y a une bande non couverte d'environ 2700 km entre deux passages. Pour pallier cet inconvénient et donc accroitre la possibilité de prises de vue d'un site donné, les satellites SPOT sont capables de pointer leur optique latéralement par rapport a la trace de leur orbite. Ceci offre en outre la possibilité de prendre des vues stéréoscopiques (Bartholomé, E.2002).La scene SPOT couvre environ 60 x 60 km au sol et Landsat 185x185km. La discrimination des types de végétation se fait plus finement avec LANDSAT puisqu'il présente des bandes spectrales plus nombreuses. Jusqu'à ce jour les images satellitaires utilisées dans les études d'occupation des sols sont issues essentiellement des satellites SPOT et Landsat. Le choix de ces deux systemes, est guidé par leurs aptitudes spectrales et spatiales. Les données fournies par les satellites SPOT et LANDSAT ont une haute résolution spatiale permettant d'envisager une cartographie de l'occupation des sols (RICHARD E ,1992). Mais il existe de nos jours des satellites qui ont une résolution spectrale de 0,6m, tel que Quick Bird.

1.4.1.4. Apports de la télédétection

L'apport de la télédétection dans le suivi de la dynamique des aires agro-pastorales est tres important. Les analyses diachroniques basées sur l'utilisation des photographies aériennes, des imageries satellitaires numériques de différentes périodes permettent de saisir non seulement la dynamique des zones de culture et pastorale, mais aussi de saisir l'ensemble des changements environnementaux, afin de les intégrer dans un systeme d'information géographique pour ainsi mieux cerner les changements intervenus dans un contexte spatial et temporel donné.

La télédétection permet entre autre une mise a jour plus facile des cartes existantes par le traitement des images satellitaires.

En matiere de cartographie, elle permet la réalisation des cartes thématiques, avec des
statistiques d'occupation des sols, pour d'éventuels inventaires localisés. En plus, les imageries
satellitaires viennent en compléments aux couvertures aériennes, qui sont les informations de

base. Elles donnent une vision plus vaste d'un espace et permettent des analyses spécifiques approfondies sur la base de traitements spécifiques de celles-ci (images). Les prises de vue multi spectrale et la présentation des données sous formes numériques permettent de faire des combinaisons qui facilitent la reconnaissance de certains aspects particuliers.

La télédétection semble venir en appoint aux enquêtes traditionnelles sur l'occupation des sols, permettant du fait l'amélioration et la précision des résultats.

1.4.15. Avantages de la télédétection

L'avantage de la télédétection, est que ses informations peuvent etre intégrées avec d'autres types de données dans des SIG. Ces systemes constituent des outils particulierement intéressants pour la gestion des ressources, car les diverses composantes du paysage sont saisies ensemble, dans leurs rapports mutuels écogéographiques (BONN.F, 1996, cité par Saley.A, 2006).

Selon Léo 0. et Dizier J.L. (1986) la numérisation exhaustive des données permet de créer des banques de données géographiques qui assurent la conservation en réduisant les risques d'altération ou de variation des supports traditionnels. Toutefois, la fréquence d'acquisition des données varie dans le temps selon les capteurs utilisés, permettant ainsi une étude évolutive sur la dynamique d'un phénomene donné,fournissant du coup des informations parfois globales et instantanées sur de grands ensembles. Un autre avantage est l'analyse diachronique basée sur l'interprétation d'anciennes missions aériennes afin de saisir la dynamique de l'occupation des sols. Le croisement des situations passée et actuelle permet de mettre en évidence les changements intervenus dans un paysage donné.

1.4.1.6. Limites de la télédétection dans l'élaboration des cartes d'occupation des sols. Comme tout outil d'analyse, la télédétection présente des limites dans son utilisation. La recherche d'une limite de résolution spatiale de plus en plus fine a cependant des inconvénients. La quantité de données générées augmente en fonction du carré du nombre d'éléments d'image (ou pixels) par côté de celle-ci, ce qui pose un probleme sérieux au niveau de la transmission, du stockage et du traitement de l'information (Saley.A, 2006). En plus, le coft d'acquisition des données est parfois élevé et n'est pas a la portée de tous les utilisateurs.

1.4.2. Le systime d'information géographique (SIG)

1.4.2.1. Concepts de base.

L'information géographique désigne toute information relative a un point ou un ensemble de points de la surface de la terre, spatialement référencés. L'information géographique a été d'abord représentée sous forme de cartes : cartes topographique a usage général et cartes thématiques fournissant des informations sur des themes bien définis. Bien que descriptives, les

premieres cartes deviennent progressivement un outil d'aide a la gestion : plans d'aménagement urbain, plans d'occupation des sols,.....etc.

Avant l'avenement de l'informatique, toutes les méthodes cartographiques sont basées sur la spatialisation des données sur support analogique (papier ou film). Cette forme analogique présente un certain nombre de limites dont entre autre :

-un processus d'élaboration long et cofteux des cartes ;

-une information figée et définitive sur une carte (non réactualisée) ;

-une information réduite sur une carte, car elle est le résultat d'une synthese.

De nos jours, les besoins d'informations géographiques exigent de disposer de documents cartographiques continuellement mis a jour et adaptés a un objectif particulier. D'ou les limites de la cartographie traditionnelle a faire face a ces besoins. Avec l'avenement de l'informatique, donnant les possibilités de mettre l'information géographique sous format numérique, est né le concept de Systeme d'Information Géographique (SIG) des les années 60, au Canada et aux Etats-Unis. Dans les années 70 naquit (au niveau francophone surtout) la notion de o Géomatique » pour faire allusion au couplage des sciences de l'étude et des mesures de la terre avec l'informatique.

Les systemes d'information géographique sont de nos jours utilisés dans plusieurs domaines de l'activité humaine:gestion environnementale, recherche, enseignement, aménagement urbain administration, domaine militaire, etc. (Nonguierrma.A, 2005).

1.4.2.2. Definition.

Le SIG peut etre perçu comme un outil ou un ensemble de moyens de gestion, d'analyse et de représentation de l'information dans un contexte spatial (Nonguierrma.A, 2005). Cet outil a pour vocation de traiter et de gérer des données géoréférencées, en les transformant en information utile a l'analyse et a la décision, restituées généralement sous forme de cartes thématiques et /ou de schémas d'aide a la décision.

Ainsi, dans le concept systeme d'information géographique, chaque terme pris isolement appelle la compréhension ci-apres :

-Systeme (S) : c'est un ensemble organisé et comprenant des éléments qui se coordonnent pour aboutir a un résultat. Ces éléments sont liés entre eux par certaines relations bien déterminées qui se doivent d'être coordonnées pour etre plus efficace. Le systeme se réfere donc a l'ensemble intégré utilisateur/machine pour l'élaboration de l'information. Ce sont toutes les fonctionnalités informatiques et cognitives nécessaires a la capture, au stockage, a la gestion, a l'analyse et a la représentation des données (Nonguierrma.A, 2005).

-Information (I) : Il s'agit de la banque des données possédant outre des caractéristiques
spatiales, des criteres d'identification et de description. Autrement dit, c'est le résultat de

l'interprétation de l'ensemble des relations qui existent entre un certain nombre d'éléments distincts appelés données. Ces derniéres sont des représentations symboliques qui décrivent la population, les lieux, les objectifs ou événements qui une fois assemblées, ou placées dans un contexte spécifique, deviennent une information pour l'utilisateur (Nonguierrma.A, 2005).

-Géographique (G) : La notion de géographique induit le caractére spatial des données. Ces données doivent donc etre référencées dans l'espace et représentées sous formes cartographiques. La référence spatiale peut etre une projection cartographique (UTM, Géographique) ou un plan quelconque lié a l'espace (Nonguierma.A, 2005).

1.4.2.3. Avantages ou possibilités offertes par le SIG

Les intérêts du SIG sont multiples. Toutefois, la vocation principale de celui-ci reste celle d'outil d'aide a la décision. Ainsi, le SIG facilite les analyses qui nécessitent a la fois des données statistiques et des données cartographiques, le traitement de volumes importants de données et permet la mise a jour des cartes élaborées a partir de sources multiples dont la télédétection. En plus il améliore la précision des analyses et diminue a long terme, les cofits et les délais de réalisation des études (Nonguierma.A, 2005). Aussi, les SIG sont des outils extraordinaires pour mobiliser en un temps record et de faIon efficace, l'ensemble des informations relatives a un territoire. Ils peuvent etre des instruments précieux au sein d'une politique de suivi et de gestion d'un espace. La possibilité de la mise a jour de la base des données donne un aspect dynamique aux produits, plus particuliérement les cartes. Ceci permet aux techniciens de suivre pas a pas l'exécution des programmes sur le terrain et de mesurer l'évolution de certains paramétres. Sur support visuel les erreurs constatées sont mentionnées et des corrections sont apportées directement. Donc, il y a ici intégration de la variable temps aux variables spatiales ou qualitatives (Waziri Mato.M, 1993).

1.4.2.4..Limites du SIG

Bien que le SIG présente des avantages énormes quant a son utilisation, il en présente aussi quelques limites dans son application. On peut citer entre autre la multiplicité des sources des données a intégrer, d'ou le cofit onéreux dans la collecte des données. Aussi, le SIG fait recours toujours a divers savoir-faire, ce qui impose a la personne d'effectuer plusieurs métiers a la fois. La crédibilité d'un SIG étant lié étroitement a celle des données collectées, cela exige un maximum de sérieux lors de leur traitement (Andigué.J, 2006).

Chapitre II : Présentation de la zone d'étude

2.1. Situation géographique.

Le Département de Gouré, situé entre 13°8' et 17°30' de latitude Nord et 9°20'et 12° de longitude Est, dans la Région de Zinder (Sud-Est l du Niger) appartient a la zone sahélienne. Il est limité a l'Est par les Départements de MaIné-Soroa et de N'guigmi, a l'Ouest par ceux de Magaria, de Mirriah et de Tanout, au Nord par ceux de Bilma et de Tchirozérine, au Sud par la République Fédérale du Nigeria. Il couvre une superficie de 90953 Km2 (base des données Agrhymet). Sa population est estimée a 219802 habitants (RGP/H 2001). 1l est peuplé d'agriculteurs, d'éleveurs et d'agro-éleveurs. Le secteur d'étude est compris entre 13°61' et 14°08' de latitude nord, et 9°80' et 10°38' de longitude Est. 1l couvre une superficie d'environ 2432km2 (243224 ha) (Figure no1)

Figure no1 : carte de localisation de la zone d'étude. Source : Base des données Agrhymet

2.2. Caractéristiques du milieu biophysique

. 2.2.1. Le climat

Le Département de Gouré appartient a la zone sahélienne avec, ces derniéres décennies, des précipitations dont les moyennes décennales sont inférieures a 350mm/an a la station de Gouré. Son climat tropical sahélien est caractérisé par une longue saison séche et une courte saison des pluies avec une mauvaise répartition spatio-temporelle des précipitations. La pluviométrie moyenne a diminué progressivement depuis les années cinquante, avec cependant, une alternance de cycle d'années de sécheresses et d'excellentes pluviométries. La

comparaison des isohyétes de la période dite "humide "de 1950-1967 a celles de la période de sécheresse de 1968-1985 réalisée par Ozer et Erpicum, 1995 met en évidence une diminution généralisée des précipitations pour l'ensemble du Niger, avec un retrait important des isohyétes vers le Sud pouvant atteindre 200 km. La zone est soumise, au cours de l'année, aux régimes de l'harmattan (alizé boréal) et la mousson (alizé austral). Ces vents aux forces et directions variables au cours de l'année sont responsables de la dynamique éolienne qui affecte la zone (ensevelissement des cuvettes, des espaces agro-pastoraux et infrastructures socio-économiques). Les températures enregistrées sont généralement élevées. Les températures les plus élevées de 1984 a 1990 sont de 44 a 45oC et les minimales pendant la même période varient de 7 a 21oC (Lamine.O, 2003).

400

200

700

600

500

300

100

0

pluie moyenne generale moy:1936-68

moy:1969-89 moy:1990-03

Figure no2. Evolution des précipitations annuelles et moyennes a Gouré de 1936 a 2003. Source : FaoClim/Station synoptique de Gouré.

2.2.2. Le relief.

Le Département de Gouré se situe dans le bassin du Tchad, dont la formation remonte au Quaternaire. Les roches du soubassement sont des granites appartenant aux formations granitiques tardives (295-310 millions d'années). Les formations superficielles sont constituées par d'épais dépats sableux modelés en dunes constituant les ergs du Sahara méridional (Bowden et al, 1976). Deux grands ensembles dominent le relief : il s'agit des plaines et plateaux avec des altitudes variables dont le sommet culminant atteint 700 m d'altitude (Nord-Est du massif du Termit) (PGRN/Gouré, 1997).

 

les plaines : elles occupent une frange de la. Leurs altitudes sont inférieures a 400m (PGRN/Gouré, 1997).

 

les plateaux : on distingue deux types de plateaux selon leur altitude. Les moyens plateaux avec une altitude inférieure a 400m, et les hauts plateaux dont le sommet le plus culminant est de 710m (PGRN/Gouré, 1997).

Le secteur d'étude est un imposant plateau sableux dont l'altitude varie entre 300 et 400 metres, (document REC-Gouré). Il est caractérisé par la présence des dépressions allongées et de quelques collines granitiques disposées en chaines plus ou moins continues, mais aussi de formations dunaires dont les sommets sont souvent recouverts de sables vifs, résultats d'une dégradation physique du milieu naturel.

2.2.3. Type de sols et vegetation.

Les sols sont généralement issus des matériaux d'apports éoliens et hydriques hormis ceux des cuvettes et de certaines dépressions allongées qui sont hydromorphes. (Projet NER/89/004,1989, BoureZma et al, 1997). Il s'agit pour l'essentiel des sols minéraux bruts, des sols ferrugineux tropicaux, des lithosols, des sols subarides, et des sols hydromorphes. La végétation, éparse et dégradée, est dépendante des conditions pluviométriques, édaphiques mais aussi des activités anthropiques. Elle est composée de steppe arbustive (a dominance Leptadenia pyrotechnica) dans la partie Nord, et de steppe arborée dans la partie Sud.

2.2.4. Les ressources en eau.

Le Département de Gouré ne dispose d'aucun cours d'eau permanent. Les eaux de surfaces sont constituées de mares temporaires. La principale réserve en eau est la nappe phréatique du Manga, rattachée au systeme aquifere du Lac Tchad. Celle-ci est alimentée par les précipitations, mais aussi par les déversements en provenance des systemes aquiferes voisins, notamment du Nigeria (MHE/LCD, 1990).

2.3. Caractéristiques du milieu humain.

2.3.1. Demographie.

Le Département de Gouré connait une croissance démographique importante. La population qui était de 114098 habitants en 1977 (RGP 1977) est passée a 162275 habitants en 1988 (RGP 1988), puis a 219802 habitants en 2001 (RGP/H 2001). Cette démographie galopante n'est pas sans conséquence sur le milieu naturel au vu de la demande en terre de culture et la pression exercée sur les ressources naturelles déjà fragilisées par les sécheresses récurrentes.

2.3.2. Activités socio- économiques.

L'agriculture et l'élevage constituent les principales activités économiques des populations, auxquels s'ajoutent, l'exploitation des cuvettes, l'artisanat, le petit commerce..etc. Théoriquement, trois zones se partagent le Département de Gouré :

-la zone désertique au Nord,

-la zone pastorale au Centre,

-la zone agricole au Sud.

Figure no3 : Carte de zonation du milieu agro-écologique du Département de Gouré. Source : Base des données CRA modifiée

2.3.2.1. L'agriculture.

L'agriculture pluviale reste l'activité principale des populations de la zone. Elle est dominée par les cultures céréaliéres, et est pratiquée selon un mode d'association ou en culture pure.

Le Département dispose d'environ 1958000 ha de superficie exploitable, soit 21.9% de sa superficie totale (DDA/Gouré 1996). Quant aux superficies emblavées (surfaces occupées par les cultures), elles varient d'une année a une autre. De 1984 a 1996 par exemple, elles ont augmenté d'environ 20% de la superficie totale (DDA/Gouré 1996). Ce qui dénote une expansion significative des cultures dans ce Département au détriment des aires de pâturage.

2.3.2.2. L'élevage.

Il constitue la deuxieme activité économique des populations de la région. Pratiqué surtout par les nomades (Peuhls, Toubous, Arabes, Touaregs), il occupe prés de 79.33% de la

superficie totale du Département. Le cheptel est en reconstitution, et connait une évolution significative, malgré sa réduction par les sécheresses des années 70 et 80. Cette croissance est favorisée par l'attention particuliére accordée par l'Etat, l'intervention des projets de promotion de l'élevage et l'amélioration des conditions climatiques

 

300000
250000
200000

 
 
 

150000
100000
50000
0

1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003

A nnees

 

Bovins Ovins Caprins

Camelins Equins Asins

Figure no4: Evolution du cheptel en UBT a Gouré de 1990 a 2003. Source : DDRA/ Gouré2004. (données converties)

L'analyse de ce tableau révéle une tendance a l'augmentation du cheptel, notamment des caprins, bovins camelins, et ovins entre 1990 et 2003. Par contre, l'effectif des asins, avec une faible croissance, de 1990 a 1998 amorce une baisse sensible a partir de 1999 jusqu'à 2003. Quant aux équins, leur nombre resté presque constant de 1990 a 1993 enregistre une évolution positive jusqu'en 2003. Dans l'ensemble une tendance a l'accroissement de l'effectif se dégage, et ce depuis 1990, au sortir des sécheresses des années 70 et 80. Ceci constitue une menace sérieuse pour un environnement dont la capacité de charge est déjà entamée par les sécheresses répétitives et la pression anthropique. En plus, le piétinement pulvérise et dénature la structure du sol, ce qui le rend encor plus sensible a l'érosion éolienne.

Chapitre III : Matériels et méthodes utilisés

3.1. Matériels et données de base utilisés.

3.1.1. Matériels utilisés.

Pour mener a bien ce travail, dans le cadre de la présente étude, un certain nombre de matériels appropriés ont été utilisés, dont entre autres :

Un PC de type Gateway pour les travaux informatiques.

Un GPS de type Garmin pour le relevé des coordonnées des unités vérifiées sur le terrain dans le cadre de la campagne vérité en vue de la validation des cartes.

Des logiciels de traitement des images et du SIG tels que:

-Erdas imagine 8.7 pour l'importation, la compilation, et le mosaicage des images. Aussi, il a été utilisé pour l'amélioration des contrastes, la composition colorée, l'extraction de la zone d'intérêt, mais aussi pour le calage des images ...etc.

-ArcView 3.3 a été utilisé pour l^interprétation et la numérisation des images, a partir desquelles la cartographie des aires agro-pastorales a été réalisée. Il a aussi servi a faire la superposition des couches, le calcul des superficies des différentes unités, le croisement des informations pour détecter les changements, la finalisation des cartes de sortie, la manipulation des couches vectorielles importées.....etc.

Il est utile pour effectuer des analyses dans le cadre du Systeme d'Information Géographique (SIG). (Ould Mohamedou, 2001)

-Arc Map 9.0 : il a permis de faire non seulement certains travaux réalisés sur Arc View, mais aussi d'autres travaux complémentaires comme l'importation de certaines images sous format bil...etc.

Des logiciels d'analyse statistiques, d'importation et de conversion des données : -Excel a été utilisé pour la représentation graphique des statistiques extraites des résultats cartographiques, la conversion et l'importation ou l'exportation des données sous d'autres formats compatibles avec d'autres programmes informatiques tel que la conversion des données GPS en format.

-SPSS : ce logiciel a été utilisé dans le cadre d'analyse purement statistiques des données. -Fao Clim 2.0 : il a permis d'extraire et d'importer une partie des données pluviométriques concernant le secteur d'étude dans la bases des données de la FAO.

3.1.2. Données de base utilisées.

- Des photos Corona de novembre 1964: DS1044-2121DA058 ; DS1044-2121DA057 ; DS1024-2121DA056. Les photos Corona étaient des photos stéréo fournies par le premier satellite de reconnaissance américain (US Geological Survey). Celles-ci ont été scannées et enregistrées en format image par le Centre Régional Agrhymet.

-Une image multi spectrale LandsatTM de Février 1986 : P187-R050 ; P188-R050

-Une image multi spectrale Spot HVR de Novembre 1994 : KJ076-322 ; KJ076-323 ; KJ077- 322 ; KJ077-323

-Une image Google Earth Pro de 2007

Figure no5 : Photos Corona et images satellitaires utilisées

-Base des données d'occupation des sols de 1975(BDOS_1975)

-Une carte topographique : feuilles ND-32-XII et ND-32-XI de 1960, au 1/200.000

-Une carte d'occupation des sols de la région agricole sud du Niger situation de Mars 1975 au 1/100.000 (Projet de pédologie PNUD/FAO NC/77/005).

-Des données des missions de vérification et d'enquêtes de terrain.

3.1.3. Caracteristiques des images utilisees.

Les caractéristiques des photos aériennes et images satellitaires utilisées sont présentées par le tableau no1.

Tableau no1 : caractéristiques des photos Corona et images satellitaires utilisées.

Données

Photos Corona

Landsat5

Spot 3

Google Earth Pro

Dates d'acquisition

Novembre 1964

Février 1986

14 Novembre

1994

Aoilt 2007

Nombre de

bandes

_

7

3

_

Capteur

appareil photographique, longueur focale
de 24po (61cm)

TM

HRV

_

Résolution spatiale

2m

30m

20m (XS)

1,1m

Bandes spectrales en gm

_

TM1 0,45-0,56

TM2 0,52-0,60

TM3 0,63-0,69

TM4 0,76-0,90

TM5 1,55-1,75

TM6 10,04-12,5

TM7 2,10-2,35

XS1 0,50-0,59

XS2 0,61-0,68

XS3 0,78-0,89

_

Couverture au sol

19.6x266 km

170X182, 5 km

60x 60 km

_

Cycle orbital

_

_

jours

26 jours

_

Lancement

12 aoilt 1960

Mars 1984

septembre 1993

_

3.2. Méthodologie.

Pour mener a bien ce travail, une méthodologie a été adoptée, dont les principaux axes sont définis comme suit :

3.2.1. La recherche documentaire.

Celle-ci a consisté a faire des recherches a travers les différentes bibliotheques et centres de documentation. Il s'agit principalement des bibliotheques de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, de la Faculté d'Agronomie, du centre de documentation du Campus numérique de l'université de Niamey, de la bibliotheque du Centre Régional Agrhymet, du Centre de documentation de l'IRD...etc. En plus, certains documents personnels ainsi que des sites Internet ont été également consultés. Ceci a permis d'approfondir les connaissances sur certains aspects du theme d'étude.

3.2.2. Analyse des documents cartographiques existants.

Elle a permis d'apprehender et de delimiter les grands ensembles du milieu physique et d'acquerir des connaissances de base sur l'etat d'occupation des sols. Pour ce faire, les cartes topographiques au 1/200.000(edition de 1960) de la Republique du Niger, feuilles ND-32-XII et ND-32-XI ont servi d'informations de base. En outre, la carte d'occupation des sols de la Region Agricole Sud du Niger, situation de Mars 1975 a l'echelle de 1/100.000 (Projet de pedologie PNUD/FAO NC/77 ?005) a ete utilisee.

3.2.3. Les traitements des images.

Le cheminement requis, pour les traitements des images satellitaires et photos Corona est presente dans la figure no6. Cela a permis d'aboutir aux cartes d'occupation des sols et celles des changements intervenus.

C'est une procedure associant interpretation des photos aeriennes et images satellitaires et l'integration des donnees du terrain.

3.2.3.1. Les pretraitements.

Les pretraitements sont des operations effectuees sur les images, afin d'ameliorer leurs aspects radiometrique et geometrique pour en extraire des informations significatives des donnees teledetectees, notamment la preparation des images pour les controles sur le terrain et leur lecture visuelle sur ecran.

3.2.3.1.1. Importation et combinaison des bandes.

Les images satellitaires sont generalement fournies sous forme de bandes individuelles. Ces dernieres doivent etre importees puis combinees afin de constituer une image multispectrale. Les images Landsat sont fournies au format Geotiff de l'USGS, celles de SPOT sont sous formes de fichiers *.dat en format standart SPOT contenant le nombre de bandes, trois (3) bandes par defaut pour SPOT XS et une seule bande pour SPOT panchromatique.

3.2.3.1.2. La mosaique des images.

La mosaique des images consiste a couvrir la zone d'interet par la fusion de deux ou plusieurs images, en vue d'en former une seule plus grande.

Image 2007

Image 19116

Image 1994

C()R ()NIA 1964

Images brutes

Prétraitement

Images corrigées

Traitement

Codification

Digitalisation

Interprétation

Cartes
occupation des
sols provisoires

Points de contrôles

Verité-terrain

Entretiens

Correction et integration des donnees de terrain

Résultats cartographiques

Analyse et integration des informations

Carte 1964

Carte 19116

Carte 1994

Carte 2007

Croisement et analyse des couches

Cartes de dynamiaue

Base de données SIG

Figure no6 : organigramme du traitement des images

3.2.3.1.3. L'amélioration visuelle des images (rehaussement et composition colorée)

Le rehaussement de l'image ou amélioration des contrastes a pour but d'améliorer l'apparence visuelle des images, ce qui en facilite l'analyse visuelle et l'interprétation.

La composition colorée consiste en la superposition des canaux afin d'avoir une image en couleur (fausse ou vraie couleur). On attribue les couleurs additives rouge, vert et bleu a trois canaux différents qu'on superpose : 1, 2, 3 pour Spot HRV et 2, 3, 4 pour Landsat T M.

Ce qui permet d'obtenir une image en couleur En effet, le capteur du satellite Landsat T M comprend sept canaux tandis que celui du satellite Spot HRV en compte trois.

3.2.3.1.4..Les corrections géométriques.

Les images satellitaires acquises présentent des déformations systématiques inhérentes a la prise de vue (ellipsoïde terrestre, défilement des satellites, variation de vol, technologie du capteur,...etc.) qui rendent difficile leur intégration avec d'autres données géographiques. Les corrections géométriques visent a recaler l'image sur un référentiel géographique (carte) ou une autre image.

La procédure consiste a :

-Choisir des points d'appui ou de calage ou points amers, communs entre la référence (carte ou image) et l'image a corriger.

-Calculer la relation entre points sources et points de référence.

-Appliquer le polynôme de déformation sur l'image a corriger pour créer une nouvelle image dans le référentiel choisi. Elle peut se faire aussi en identifiant sur l'image des points remarquables sur le terrain appelés points de contrôle au sol ou ground points control,dont les coordonnées sont prises au GPS. Dans le cadre de la présente étude, toutes les images ont été calées par rapport a la Landsat TM de 1986. La fonction appliquée est celle de type polynomial de second ordre, le systeme de projection utilisé est le systeme géographique.

3.2.3.1.5..Extraction de la zone d'étude et choix des sites de reconnaissance.

Les scenes des images étant lourdes couvrant des vastes superficies (185 km x 185 km pour Landsat et 60 km x 60 km pour SPOT), il est nécessaire d'en extraire une image couvrant uniquement sa zone d'intérest pour faciliter le processus de traitement sur écran. Cette opération est réalisable avec Erdas Imagine ou l'extension Image analysis de Arc View.

3.2.3.2. Analyse des données.

Il s'agit de l'étape d'extraction analytique et ou sélective des informations. Il s'agit de tous les traitements devant conduire a la discrimination des différentes classes thématiques et d'occupation des sols recherchées. Ils sont effectués sur la base d'une connaissance préalable des caractéristiques biophysiques du milieu.

3.2.3.2.1. Etablissement de la nomenclature.

La nomenclature ou clef d'interprétation a pour but de définir les différentes classes d'occupation des sols et leurs caractéristiques spectrales avant toute classification. Ainsi, il a été établi une nomenclature des différentes classes en s'inspirant de la nomenclature nationale du Niger, réalisée par la Division de la Statistique et de la Cartographie Forestiere (DSCF 2001) pour l'élaboration des bases des données sur l'occupation des sols.

Dans le cadre de la présente étude, huit (08) classes d'occupation des sols ont été définies (cf. légendes cartes). Toutefois, pour une question d'harmonie, les mares ne sont pas prises en compte a part entiere dans cette étude. Le souci était d'éviter un déséquilibre dans la nomenclature d'occupation des sols, car la plupart des mares rencontrées présentent un fort peuplement de strate arborée. De ce fait, le choix a été porté sur cette derniere unité. C'est le cas par exemple au sud-ouest de Likaridi.

3.2.3.2.2. Interpretation des images.

La classification constitue l'une des étapes la plus importante dans le traitement des images. Elle consiste a affecter a chaque objet de l'image une classe préalablement définie.

Trois (3) principaux types de classification sont rencontrés :

-la classification non supervisee des images.

Au cours de la classification non supervisée, les divers éléments de l'image (pixels) sont automatiquement classés en fonction de leurs caractéristiques spectrales et du nombre de classes fixé par l'opérateur. Ce qui permet d'effectuer une premiere segmentation des images en grands themes d'occupation des sols. Mais cette méthode de classification présente des inconvénients, car le regroupement des valeurs numériques crée des classes dont la signification thématique est parfois difficile a identifier (Girar.M.C & Girard.C.M, 1999).

-la classification supervisee des images.

Elle consiste a regrouper les unités en classes d'occupation des sols en fonction d'un ou de plusieurs caracteres communs qui prennent un sens thématique bien précis. Grace a une connaissance préalable du terrain, ces classes sont par la suite corrigées. Dans ce type de classification, les classes obtenues ont une signification précise. L'inconvénient est le temps de réalisation qui est long, en particulier pour le choix des zones d'apprentissage (Girar.M.C & Girard.C.M, 1999).

Vu les difficultés a discriminer certaines unités au cours de la délimitation en classes spectrales et les difficultés a dissocier certaines unités physiographiques les unes des autres, ces deux méthodes ont été abandonnées, préférant la numérisation a l'écran.

-l~interprétation visuelle ou numérisation.

L'interprétation a été effectuée a l'écran, tout en tenant compte des clefs préalablement définies par délimitation des différentes unités d'occupation des sols. L'interprétation proprement dite a été effectuée par segmentation des images en zones homogénes en tenant compte des caractéristiques spectrales des unités (forme,tonalite,structure/texture,répartition spatiale), des données collectées sur le terrain, mais aussi en se basant sur les données existantes. L'interprétation a permis de créer trois (3) types d'éléments géométriques, représentant les données spatiales : les points (représentant les villages, infrastructures,...etc.), la ligne (correspondant les routes), et les polygones (qui correspondent aux unités d'occupation des sols).

-la codification

Sous les logiciels SIG, ArcMap, ArcView, MapInfo,...etc., le polygone des unités d'occupation des sols crée automatiquement une table des attributs associés a chaque entité d'une classe d'occupation des sols donnée. Un code numérique (nom de la classe d'occupation des sols, surface, périmétre, numéro d'identifiant déterminant sa position dans la carte numérique) permet de rattacher chaque polygone ou objet a l'ensemble de ses attributs (TSAYEM M., 1999 cité par Alssata).

-l~élaboration des documents cartographiques provisoires (SIG.)

Cette étape a permis d'élaborer des cartes d'occupation des sols provisoires, aprés interprétation des images satellitaires et photographies aériennes au laboratoire, en se basant sur des connaissances préalables du terrain. Toutefois, la campagne de vérité-terrain conditionne l'élaboration définitive des cartes d'occupation des sols et celles des changements

3.2.3.2.3. La vérité terrain.

L'interprétation sur écran des images satellitaires et photographies aériennes exige une grande capacité de synthése. Cependant, quelque soit le mode de traitement des données de télédétection utilisé, la vérité-terrain reste et demeure une étape indispensable. Celle-ci permet d'abord de développer des clés de détermination qui associent a des caractéristiques du message télédétecté des caractéristiques précises de l'occupation des sols (André.N. & Ado.D. K, 2002). Aussi, elle permet de vérifier la validité des limites des différentes classes d'occupation des sols issues de la classification ainsi que la précision de celle-ci, notamment par la confrontation des résultats cartographiques a la réalité du terrain.

Pour ce faire, des sites ont été identifiés sur l'image, auxquels des coordonnées ont été intégrées. A l'aide d'un GPS, les unités correspondant a ces sites ont été vérifiées sur le terrain. Au niveau de chaque site, les observations faites sont consignées sur des fiches de relevés de terrain. Cette étape du traitement a permis de visiter les sites échantillon,

représentant chacun un theme de la nomenclature préalablement définie, et rectifier les erreurs d'interprétation, afin de valider les travaux cartographiques. D'une maniere générale, la vérité-terrain apparait comme un complément indispensable a l'analyse des images et des photos. Aucune autre source d'information ne peut la remplacer, elle seule nous renseigne sur l'exactitude de nos interprétations, sur les raisons et la mise en place des évolutions analysées ainsi que sur l'extension du phénomene (Catherine Bodart, 2004).

3.2.3.2.4. Correction et integration des donnees de terrain.

Cette étape consiste a intégrer les données collectées sur le terrain, la superposer avec la couche de base afin d'apporter les corrections nécessaires.

C'est une sorte de confrontation des informations lues sur l'image ou la photographie aérienne et la correspondance de ces informations sur le terrain. C'est une étape qui permet de confirmer, d'infirmer ou de nuancer l'interprétation effectuée au laboratoire.

3.2.3.2.5. Estimation de la precision des resultats (matrice de confusion)

Un traitement en soi n'a pas de signification s'il n'est pas accompagné d'une estimation numérique de sa qualité (André N. Ado D. K, 2002). La matrice de confusion permet ainsi de connaitre le niveau de précision des traitements. Elle consiste en la confrontation des résultats du traitement d'images satellitaires avec ceux de la vérité-terrain. La matrice de confusion compare un point (ou une surface) dont on sait par des observations au sol qu'il appartient a la classe I, a la classe i obtenue en ce point par le traitement en représentant la probabilité (i/I) (Girard, 1989, cité par André N. Ado.D, 2002).

Dans la colonne de la matrice sont comptabilisés les observations sur le terrain, et dans la ligne, les résultats du traitement de classification sur les mêmes unités spatiales. Tous les points correctement classifiés se localisent dans la diagonale de la matrice. Les cases non diagonales rendent comptent des erreurs de confusion ou d'omission des classifications.

Ceci permet de calculer :

- la precision totale : elle correspond au nombre de pixels bien classés, divisés par le nombre total d'individus ou points contrôlés.

- l'erreur d'excedents ou de confusion : pourcentage de pixels d'une classe issue de la classification qui appartiennent, en fait a d'autre classes, dans les données de référence. Elle est obtenue en divisant le nombre de pixels mal classés, mais listés dans la même ligne, par le nombre total de pixels affectés a la classe de la ligne.

- l'erreur de deficits ou d'omission : pourcentage de pixels d'une classe de référence affectés a d'autres classes par la classification. Elle est obtenue en divisant le nombre de pixels n'appartenant pas a la classe, mais listés dans la même colonne, sur le nombre total de pixels de la colonne.

3.2.4..Elaboration des documents cartographiques finaux (SIG)

Le resultat final est la jonction et l'integration des resultats issus du traitement des photographies aeriennes, des images satellitaires et de la base des donnees d'occupation des sols de 1975(BDOS_75). Les differentes couches d'information sont gerees sous forme de systeme d'information geographique en vu d'une mise a jour facile des resultats et d'identification d'effets conjoints. Les produits ainsi obtenus sont donc la resultante d'une confrontation des resultats combinant travail de laboratoire et de terrain.

3.2-4.1.Elaboration des cartes d'occupation des sols

Pour bien cerner l'evolution des ressources naturelles ainsi que celle des aires agropastorales, des cartes d'occupation des sols (representation spatiale des ressources naturelles sous forme de cartes thematiques) ont ete elaborees. Celles-ci sont issues de l'interpretation des images corona de 1964, et des images satellitaires de 1986,1994, et 2007. L'etude diachronique des situations de ces annees de reference fait ressortir la dynamique des aires agropastorales, ainsi que celle des ressources naturelles du secteur d'etude.

3.2.4.2. Elaboration des cartes des changements intervenus

Les cartes de changement ont ete elaborees sur la base du croisement des couches d'occupation des sols des differentes periodes. Il a ete procede au croisement des couches de deux periodes successives : 1964-1986 ; 1986-1994 ; et 1994-2007.

Le croisement systematique de toutes les unites a abouti a la creation d'un nombre tres eleve de classes, correspondant au produit du nombre de classes de chacune des deux. Afin de simplifier la lecture des cartes de changement, les dynamiques intervenues dans chaque unite d'occupation des sols ont ete extraites et representees.

3.2.4.3 Methode d'analyse des changements intervenus dans l'occupation des sols

Afin de bien apprehender les grandes tendances enregistrees permettant ensuite d'analyser les causes des changements intervenus dans les differentes unites d'occupation des sols, une cle d'interpretation a ete etablie. Celle-ci a permis de definir trois categories de dynamiques intervenues dans l'evolution des unites d'occupation des sols (Tableau II) : stabilite, restauration, degradation.

- resilience : on parle de resilience, lorsque l'unite paysagique a pu resister a la dynamique qu'a connu le milieu naturel, et conserver son etat durant la periode consideree ;

-restauration : c'est la tendance d'une unite d'occupation de sol a evoluer vers un etat plus favorable a la restauration de l'ecosysteme initial. Exemple : lorsqu'un sol nu se recouvre de vegetation et se transforme en zone de paturage, ou qu'une steppe arbustive se transforme en steppe arboree. Cette evolution peut se faire naturellement ou suite a l'amenagement ;

-dégradation : transformation négative du milieu naturel, due aux conditions climatiques défavorables ou aux actions anthropiques néfastes. Exemple : lorsqu'une steppe arbustive se transforme en sol nu ou en steppe dégradée. Il s'agit d'une évolution concourant a la destruction de l'écosysteme initial.

Cette nomenclature a été élaborée en s'inspirant de celle, utilisée par le PAFAGE (2004) dans le cadre de l'élaboration d'une base de données du Systeme d'Information sur les Forests Classées du Niger (SI-FC). Cette démarche présente l'avantage d'expliquer la dynamique du milieu a travers la mise en évidence des pressions anthropiques et naturelles qui s'y exercent, et la capacité de restauration du milieu.

Tableau n°2.Cle d'interpretation des categories de changements intervenus dans les unites d'occupation du secteur d'etude.

Unites d'occupation des sols

Steppe herbeuse

Cordon ripicole

Steppe arbustive

Steppe arbor~e

Dunes vives

2one de cultures

Surfaces dinudies

Steppe herbeuse

resilience

degradation

restauration

restauration

degradation

degradation

degradation

Cordon ripicole

degradation

resilience

degradation

degradation

degradation

degradation

degradation

Steppe arbustive

degradation

degradation

resilience

restauration

degradation

degradation

degradation

Steppe arbor~e

degradation

degradation

degradation

resilience

degradation

degradation

degradation

Dunes vives

restauration

restauration

restauration

restauration

resilience

restauration

restauration

Cultures

restauration

degradation

restauration

restauration

degradation

resilience

degradation

Surfaces dinudies

restauration

restauration

restauration

restauration

degradation

restauration

resilience

3.2.4.4. Estimation des superficies et representation graphique des unites d'occupation des sols

L'estimation des superficies permet de savoir la proportion occupée par chaque unité d'occupation des sols a la numérisation. Les résultats obtenus sont ensuite représentés sous forme de graphiques en vue de faciliter leur compréhension.

3.2.4.5. Indice de vegetation (NDVI).

L'Indice de Végétation par la Différence Normalisée (NDVI : Normalised Difference Vegetation Index) est un bon indicateur de la densité de la végétation. Il correspond a un indice dérivé d'une image satellitaire et adapté a l'étude de la couverture végétale (Nonguierma A., 2005). Cet indice exploite le comportement de la chlorophylle pour mettre en évidence la végétation car cette derniére absorbe au maximum dans le rouge et réfléchit énormément dans le proche infrarouge. Il est calculé sur la base des caractéristiques spectrales de la végétation.

NDVI= (PIR-R) / (PIR+R) (Rouse et al, 1973, in Djaby.B. 2000)

PIR : réflectance dans le Proche Infra Rouge

R : réflectance dans le Rouge.

Le NDVI permet d'exprimer la vigueur de l'état de la végétation au moment de l'observation (Nonguierma, 2002). Il permet aussi de vérifier la dynamique de l'occupation des sols en rapport avec la densité du couvert végétal.

3.2.5. Entretiens.

Des entretiens, sous forme d'interview, ont été menés auprés des personnes figées afin de recueillir des informations relatives a la dynamique du milieu naturel. Les résultats de ces entretiens ont facilité l'interprétation et l'analyse des photos aériennes et des imageries satellitaires.

Chapitre IV : Résultats et discussion

4.1. Résultats.

4.1.1. Validité des résultats.

La validité des résultats obtenus dans cette étude, est estimée a travers la matrice de confusion entre les observations de terrain et l'interprétation des images (Tableau no3).

Celle-ci (matrice de confusion) évalue le niveau de classification des principales unités d'occupation des sols, ainsi que la précision totale de la classification.

La précision totale des traitements (nombres d'échantillons bien classés par rapport au total de points contrôles), pour l'année 2001 est de 73,77%.

Cette période (2001) est choisie pour respecter le pas d'environs dix (10) ans considéré dans cette étude.

Tableau no3. Matrice de confusion pour l'image 2001 entre observation de terrain et classification des unités d'occupation des sols.

Classification

Terrain

Steppe herbeuse

Steppe arborée

Steppe arbustive

Cordon
ripicole

Terrain rocheux

dunes vives

Zone de
cultures

Surfaces dénudées

Total

Erreur de confusion (%)

Steppe herbeuse

5

 
 
 
 

1

 
 

6

16,67

Steppe arborée

1

7

2

 
 

1

2

 

13

46,15

Steppe arbustive

 

3

8

 
 
 
 
 

11

27,27

Cordon ripicole

 
 
 

3

 
 
 
 

3

0,00

Terrain rocheux

 
 
 
 

3

 
 
 

3

0,00

dunes vives

 
 
 
 
 

4

 

1

5

20,00

Zone de
cultures

 

2

 
 
 
 

10

1

13

23,08

Surfaces dénudées

 
 
 
 
 

1

1

5

7

28,57

Total

6

12

10

3

3

7

13

7

61

 

Erreur d'omission (%)

16,67

0,42

20,00

0,00

0,00

42,86

23,08

28,57

 

73,77

4.1.2. Résultats

Les résultats des travaux obtenus sont de deux ordres : les cartes d'occupation des sols et celles des changements intervenus, et les statistiques se rapportant aux superficies occupées par les différentes unités spatiales cartographiées. L'analyse diagnostic de l'évolution des ressources naturelles en générale et celles des aires agro-pastorales en particulier permet de faire un état des lieux de ces ressources, et d'établir une corrélation entre les indicateurs de changement et les facteurs naturels et anthropiques agissant.

4.1.2.1 Description des unitgs d'occupation des sols

Au total, huit classes d'unités d'occupation des sols ont été établies sur la base de la Nomenclature Nationale d'Occupation des Sols (NOS).

-les terrains rocheux : elle sont remarquables sur les images satellitaires par leur couleur gris foncée, d'une part et leur morphologie d'autre part. Leur forme massive et élevée permet de les distinguer des autres unités. Sur les photos Corona, leur couleur apparait noir.

-les surfaces dgnudges: reconnaissables sur les images satellitaires par leur couleur variant entre le bleu pale et le cyan,ont les rencontre majoritairement sur sols sableux, mais aussi au niveau des bas-fond et cuvettes. Sur les photos Corona elles apparaissent sous une couleur un peu blanchâtre.

-les dunes vives : cette unité est facilement identifiable a cause de sa forte réflectance. Sur les photos Corona, tout comme les images satellitaires, elle parait sous une couleur blanche tirant parfois vers le jaune. Sur le terrain elle est localisée exclusivement sur sol sableux, oil les activités humaines sont trts intenses : villages, points d'eau, abords des cuvettes et bas-fond. -les zones de cultures : sur l'image tout comme les photos Corona elles se remarquent par leur formes géométriques continuent, caractéristiques des exploitations champetres extensives. Cependant, sur les imageries satellitaires, elles ont une beige a jaune claire, pour les champs cultives, et marron pour les jachéres. Sur les photos Corona elles ont une couleur sombre. Ce type d'unité se rencontre sur le terrain sur sol sableux et argilo-sableux des terres dunaires, bas-fonds et abords des cuvettes.

-la steppe herbeuse : elle se reconnait sur les images satellitaires par sa couleur allant du vert sapin, au vert jaundtre et orange. Sur les photos Corona, celle-ci est déduite aprés superposition de la couche BDOS_75 sur les photos Corona de 1964. Elle correspond a une plage d'unité de paysage de couleur légérement sombre. La steppe herbeuse se rencontre sur toutes les unités paysagiques, a l'exception des dunes vives et terrain rocheux oil les conditions édaphiques ne le permettent pas.

Dans le cas de la présente étude, la steppe herbeuse prise comme unité d'occupation des sols a part entiére correspond aux espaces paysagers occupés uniquement par la steppe herbeuse.

-la steppe arbustive: elle se distingue sur les images par sa couleur vert et jaune (Leptadenia) et jaune et vert (Calotropis), mais aussi par les taches rougedtres (Acacia nilotica, Acacia senegal, Acacia raddiana, Guiera senegalensis...etc) disséminées dans un fond jaundtre, caractéristique du sable. Le Leptadenia et le Calotropis constituent la principale formation végétale naturelle du secteur d'étude, rencontrée sur terre dunaire (préférentiellement pour Leptadenia et Calotropis), mais aussi aux abords des bas-fonds et cuvettes. C'est la zone de pâturage par excellence du fait du tapis herbacé qui couvre le sol. Sur les photos Corona, la

steppe arbustive se remarque sous forme de taches avec une couleur légérement sombre et une structure peu dense.

-la steppe arborée : elle apparait sur l'image satellitaire sous une couleur allant du marron au brun ou du rouge au rouge vif. Sur les photos Corona, elle se présente sous forme de tache sombre, homogéne et massive mais aussi par la forme linéaire dont impose la morphologie du terrain (cuvette ou du bas-fond). Rencontrée généralement dans les bas-fond, les cuvettes et les dépressions interdunaires, elle se compose de ligneux, (Acacia, Palmier...) sous lesquels s'étale un tapis herbacé.

-les cordons ripicoles : remarquables par leur forme linéaire plus ou moins étroite, parfois sinusoïdale, selon l'allure des cours d'eau dont ils sont tributaires,sur l'image, leur couleur apparait rouge foncée, caractéristique d'une forte concentration de la végétation. Sur les photos Corona, la forte présence de la végétation apparait sous une couleur trts sombre.

Sur le terrain, ils sont rencontrés le plus souvent sur sol argileux ou sablo- argileux. 4.1.2.2. Occupation des sols: situation de 1964.

La carte d'occupation des sols du secteur d'étude en 1964, est présentée sur la figure no 7. La superficie de chaque unité, ainsi que sa proportion par rapport a la superficie totale de la zone d'étude a été estimée (Tableau no 4).

Tableau no4 Superficie d'unités d'occupation des sols en 1964

Unités d'occupation des sols 1964

Superficie (ha)

Pourcentage par rapport a la superficie totale du secteur d'étude (%)

Terrain rocheux

17525

7,20

Surfaces dénudées

2132

0,88

Dunes vives

18

0,01

Steppe herbeuse

17106

7,03

Steppe arbustive

157405

64,72

Steppe arborée

12459

5,12

Cordon ripicole

1344

0,55

Zone de cultures

35235

14,49

Total

243224

100%

L'analyse des statistiques du tableau révéle, qu'en 1964 :

-Les surfaces dénudées et les dunes vives occupent respectivement 0,88% de la superficie totale 0,01%.Ces unités, apparaissant de faIon trts ponctuelle sont observées particuliérement aux alentours des habitats humains,mais aussi de quelques cuvettes, bas-fonds et des terres dunaires exploitées. Quant aux terrains rocheux, ils couvrent 7,20% de la zone d'étude.

-Les zones de cultures ,avec 14,49% de la superficie du secteur d'etude,sont localisées au niveau des bas-fonds, des espaces dunaires, aux alentours des villages et aux pieds des terrains rocheux (collines ), et des certaines cuvettes.

-La steppe arbustive occupent la plus forte proportion, avec environ 64,72% et se rencontre surtout sur sols sableux dunaires (avec une forte présence du Leptadenia et du Calotropis), mais aussi sur ceux sablo-limoneux ou argileux des bas-fonds et cuvettes.

-La steppe arborée, localisée généralement dans les bas-fonds et cuvette, mais aussi en peuplement dense par endroit, sur les espaces dunaires, représente 5,12% de l'ensemble de la zone en étudiée. Elle est composée majoritairement des Acacia et des Palmiers (dont la présence est déterminée par la nappe phréatique peu profonde).

-Les cordons ripicoles ont une superficie estimée a 0,55% et sont spécifiquement dans les bas-fonds. La steppe herbeuse avec 6,57% du secteur d'etude, se rencontre en plage continue sur les espaces dunaires (par endroit) et ceux des bas-fonds, mais aussi s'étale sous forme de tapis végétale sous les formations arbustives et arborée.

Dans le cadre de la présente étude, la steppe arbustive, arborée, herbeuse, ainsi que les cordons ripicoles constituent les aires de pâturage. Les surfaces dénudées, dunes vives et terrain rocheux constituent les sols nus, impropres aux pratiques agro-pastorales. Les aires de cultures sont constituées des champs exploités des bas-fonds, cuvettes et espaces dunaires.

Figure no7. Carte d'occupation des sols de 1964.

4.1.2.3. Occupation des sols: situation de 1986.

La carte d'occupation des sols du secteur d'étude en 1986, est présentée sur la figure no 8. La superficie de chaque unité ainsi que sa proportion par rapport a la superficie totale a été estimée. Les statistiques y afférentes sont rapportées dans le tableau no 5.

Tableau no5. Superficie d'unités d'occupation des sols en 1986.

Unités d'occupation des sols 1986

Superficie (ha)

Pourcentage par rapport a la superficie totale du secteur d'étude (%)

Terrain rocheux

17525

7,20

Surfaces dénudées

2152

0,89

Dunes vives

126

0,05

Steppe herbeuse

6240

2,57

Steppe arbustive

162210

66,69

Steppe arborée

15224

6,26

Cordon ripicole

1275

0,52

Zone de cultures

38472

15,82

Total

243224

100%

Les statistiques des unités d'occupation des sols de 1986 montre que :

-Les zones de cultures représentent 15,82% de la superficie totale et se localisent dans les bas-fonds, les abords des cuvettes et les espaces interdunaires aux alentours des villages et aux pieds des terrains rocheux.

-Les steppes arbustive et arborée, qui constituent l'essentiel de la formation végétale ligneuse occupent respectivement de 66,69% et 6,26%. La formation arboree se rencontre le plus souvent dans les bas-fonds et cuvette, mais aussi localement sur les espaces dunaires. Quant a la steppe arbustive, elle est présente sur presque toutes les unités de paysage.

-La steppe herbeuse couvre 2,7% de la superficie totale. Elle occupe les espaces dunaires des bas-fonds, mais aussi s'étale sous forme de tapis végétale sous les formations arbustives et arborées.

-Les surfaces dénudées couvrent 0,89% de la superficie totale. Ils sont localisés surtout sur les terres dunaires, mais aussi celles des bas-fonds et aux alentours des habitats humains.

- Les dunes vives, avec 0,05% de la superficie totale se trouvent principalement a proximité habitats humains, de certaines cuvettes et bas-fonds et parfois aux pieds des terrains rocheux. -Les cordons ripicoles, représentant 0,52%du secteur d'étude, se localisent spécifiquement dans les bas-fonds.

Figure no8. Carte d'occupation des sols de 1986.

4.1.2.4. Occupation des sols: situation de 1994.

La situation de l'occupation des sols en 1994, est présentée sur la figure no9. Les statistiques s'y afférents sont rapportées dans le tableau no 6.

Tableau no6. Superficie d'unités d'occupation des sols en 1994.

Unités d'occupation des sols 1994

Superficie (ha)

Pourcentage par rapport a la superficie totale du secteur d'étude (%)

Terrain rocheux

17525

7,20

Surfaces dénudées

2857

1,17

Dunes vives

561

0,23

Steppe herbeuse

4365

1,79

Steppe arbustive

134167

55,17

Steppe arborée

17003

6,99

Cordon ripicole

1211

0,50

Zone de cultures

65535

26,95

Total

243224

100%

Le tableau des unités d'occupation des sols de 1994 fait ressortir que :

-Les zones de cultures représentent 27,09% de la superficie totale et se localisent dans les bas-fonds, les abords des cuvettes et les espaces interdunaires aux alentours des villages et aux pieds des terrains rocheux.

-La steppe arbustive et celle arborée, constituant l'essentiel de la formation végétale ligneuse occupent respectivement de 55,17% et 6,99%. Quant a la steppe herbeuse, elle couvre 1,79% de la superficie totale.

-Les surfaces dénudées occupent 1,17% de la superficie totale,tout comme les dunes vives qui ont une superficie couvrant, 0,09% du secteur d'etude.

-Les cordons ripicoles, localisés spécifiquement dans des bas-fonds couvrent, durant cette période 0,52% du secteur d'étude.

Figure no9. Carte d'occupation des sols de 1994.

4.1.2.5. Occupation des sols: situation de 2007.

Les unités d'occupation des sols identifiées en 2007 sont présentées sur la figure no10. Les superficies de ces unités ainsi que la proportion de chaque unité par rapport a la superficie totale est reportée le dans le Tableau no7.

Tableau no7. Superficie d'unités d'occupation des sols en 2007.

Unités d'occupation des sols 2007

Superficie (ha)

Pourcentage par rapport a la superficie totale du secteur d'étude (%)

Terrain rocheux

17525

7,20

Surfaces dénudées

5979

2,46

Dunes vives

461

0,19

Steppe herbeuse

2872

1,18

Steppe arbustive

95400

39,23

Steppe arborée

17732

7,29

Cordon ripicole

976

0,40

Zone de cultures

102279

42,05

Total

243224

100%

De ce tableau des unités d'occupation des sols de 2007, il ressort que :

-Les zones de cultures se sot étendues pour atteindre 42,05% de la superficie totale.

-La steppe arbustive, et celle arborée, couvrent respectivement de 39,23% et 7,25% du secteur d'etude. Quant a la steppe herbeuse, avec 1,18% de la superficie totale, elle occupe les espaces dunaires (par endroit) et ceux des bas-fonds, mais aussi s'étale sous forme de tapis végétale sous les formations arbustives et arborées.

-Les surfaces dénudées et les dunes vives représentent dans l'ordre 2,46% et 0,23%, et sont repérées surtout au niveau des terres dunaires, mais aussi celles des bas-fonds et aux alentours des habitats humains.

-Les cordons ripicoles couvrent durant cette période environ 0,40%du secteur d'étude, et se localisent uniquement au niveau des bas-fonds.

Figure no10. Carte d'occupation des sols de 2007.

4.1.3. Dynamique de l'occupation des sols.

Les cartes de changements ont été élaborées sur la base de croisement automatique entre les cartes d'occupation des sols de deux périodes qui se suivent : 1964-1986 ; 1986-1994 ; 1994-2007. Ce croisement prend en compte que les polygones d'unités qui s'entrecoupent aprés superposition des couches numériques des deux périodes considérées. Cette dynamique comprend les changements globaux et ceux spécifiques des unités d'occupation des sols.

4.1.3.1. Changements globaux d'occupation des sols.

L'analyse diachronique de l'occupation des sols permet d'appréhender la dynamique globale intervenue au sein des différentes unités par rapport a une période de référence donnée. Les résultats de cette dynamique sont obtenues par une régle de trois : le pourcentage de l'année d'observation divisé par celui de l'année de référence (ici 1964), le tout multiplié par 100. Ceci permettra de dégager les grandes tendances de l'évolution globale (en pourcentage) par rapport a l'année de référence.

Les statistiques résultant de cette dynamique sont représentées par le Tableau no8.

Tableau no8. Evolution globale des unités d'occupation des sols entre 1964-1986, 1986-1994 et 1994-2007, en pourcentage de l'année de référence : 1964

Annies

1986

1994

2007

Unites d'occupation des sols

% unité initiale (1964)

% unité initiale (1964)

% unité initiale (1964)

Steppe herbeuse

36,55

25,56

16,78

Steppe arbustive

103,04

85,62

60,59

Steppe arborée

122,26

136,52

141,60

Cordon ripicole

94,54

90,90

72,72

Zone de cultures

109,17

186,95

290,20

Terrain rocheux

100,00

100,00

100,00

Surfaces dénudées

100,00

132,95

279,54

Dunes vives

500,00

900,00

2300,00

Ce tableau montre que :

-La steppe herbeuse a connu une forte réduction de sa superficie entre 1964 et 2007, dont il ne reste que 16,78% de sa superficie initiale entre ces deux dates. La proportion de cette régression par rapport a l'unité initiale est passée de 36,55% entre 1964-1986, a 25,56% entre 1986-1994, et 16,78% entre 1994-2007.

-La steppe arbustive a connu une évolution régressive. En effet, sa superficie a diminué de 103,04% entre 1964-1986 a 85,62% entre 1986-1994 puis 60,59% entre 1994-2007.

-La steppe arborée a connu une extension significative de sa superficie.

Celle-ci est passée de 122,26% entre 1964-1986, a 136,52% entre 1986-1994, et 141,60% 143,35% entre 1994-2007.

-Les cordons ripicoles ont subi une diminution de leur superficie, par rapport a l'initiale entre 1964 et 2007. En effet, l'amenuisement observé passe de 94,54% entre 1964-1986, a 90,90% et 1986-1994, et enfin a 72,72% entre 1994-2007.

-Les zones de cultures ont connu une augmentation considérable de leur superficie initiale entre 1964 et 2007. Cette augmentation constatée, qui est de 109,17% entre 1964-1986, passe, a 186,95% entre 1986-1994 et 290,20% entre 1994 et 2007.

- Les surfaces dénudées se sont étendues de 279,54% de leur superficie initiale entre 1964 et 2007. Cette extension observée progresse de 100% entre 1964-1986, a 132,95% entre 1986 et 1994 a 270,54% entre 1994 et 2001.

-Les dunes vives ont subit une progression trés sensible de leur superficie initiale, de l'ordre de 230% entre 1964 et 2007. En effet, cette augmentation passe de 500% entre 1964 et 1986, a 900% entre 1986 et 1994, et enfin 230% entre 1994 et 2007.

-Les terrain rocheux, quant a elles sont restées stables de 1964 a 2007. En effet 100% de leur superficie totale sont restées intactes par rapport a la superficie initiale.

4.1.3.2. Changements spécifiques d'occupation des sols.

Les changements spécifiques d'occupation des sols intervenus au sein de chaque unité permettent d'appréhender la transformation de celle-ci en d'autres. Cette dynamique ne concerne que chaque unité d'occupation des sols prises isolement. Le pourcentage des unités dérivées est par rapport a l'unité de départ en question, contrairement au changement global dont la référence est la période de départ dans son ensemble. Les unités dérivées, issues du croisement sont représentées sous formes cartographiques par les figures no 11 a 17. Les résultats statistiques sont donnés dans les tableaux no 9, no 10 et no 11

4.1.3.2.1. Dynamique de l'occupation des sols entre 1964 et 1986.

Les résultats cartographiques des changements intervenus au sein des unités d'occupation des sols entre 1964 et 1986 sont issus du croisement des couches digitales des cartes de deux périodes qui se suivent. Les superficies y afférentes proviennent des transformations d'une unité en une autre ou restent inchangées pour l'intervalle de temps considéré (tableau no 9).

Tableau no9 : changements d'occupation des sols entre 1964 et 1986

Unites

Unites dérivées

%Unite initiale (1964

 

Inchangée

10

 

steppe arbustive

66

steppe herbeuse

cordon ripicole

1

 

zone de cultures

17

 

surfaces dénudées

6

 

Inchangée

53

 

surfaces dénudées

9

steppe arbustive

steppe arborée

11

 

cordon ripicole

2

 

steppe herbeuse

4

 

zone de cultures

21

 

Inchangée

77

 

steppe herbeuse

2

Steppe arborée

 
 
 

steppe arbustive

3

 

zone de cultures

10

 

surfaces dénudées

8

 

Inchangée

63

cordon ripicole

steppe arbustive

3

 

steppe arborée

18

 

steppe herbeuse

2

 

zone de cultures

14

 

Inchangée

64

zone de cultures

steppe herbeuse

10

 

steppe arbustive

20

 

steppe arborée

6

 

Inchangée

51

surfaces dinudies

steppe arbustive

20

 

steppe arborée

2

 

zone de cultures

27

Dunes vives

Inchangée (pas d'unités dérivées)

100

terrain rocheux

Inchangée (pas d'unités dérivées)

100

L'analyse de ce tableau montre que :

-la steppe herbeuse ne couvre que 10% de sa superficie initiale. Les restes ont subit de modification, notamment en : zones de culture 17%, en cordon ripicole, 1% les surfaces dénudées 6%. La steppe arbustive, qui connait une forte expansion représente 66% de la superficie.

-la steppe arbustive a maintenu 53% de sa superficie initiale. Les transformations intervenues concernent : les zones de cultures, avec 22%, la steppe arborée 11%, la steppe herbeuse, 4%, les surfaces dénudées 8% enfin les cordons ripicoles 2%.

- la steppe arborée a conservé 40% de sa superficie, alors que 3% se sont transformés en steppe arbustive, 2% en steppe herbeuse, 8% en surfaces dénudées, et 10% utilisés comme zone de cultures.

-les cordons ripicoles : les changements intervenus au sein de cette unité ont affecté les zones de cultures avec 14%, la steppe arborée avec, 18%, la steppe arbustive, 3%, la steppe herbeuse, 2%. Par contre, 63% ont résisté a la dynamique.

-les zones de cultures : pendant cette période, 64% de leur superficie restent intactes ; 20% ont dérivé en steppe arbustive ,6% en steppe arborée, 10% en steppe herbeuse.

-les surfaces dénudées : 51% de leur superficie sont restés inchangés, les unités dérivées étant la steppe arbustive, 20%, la steppe arborée 2%, et les zones de cultures, 27%.

-les dunes vives et les terrains rocheux n'ont pas connu de modification durant cette période. Ils n'ont pas dérivé en d'autres unités. D'ailleurs, les terrains rocheux sont invariables.

4.1.3.2.2. Dynamique de l~occupation des sols entre 1986 et 1994

Le croisement des cartes d'occupation des sols de 1986 et 1999 a permis de mettre en exergue la dynamique intervenue dans l'occupation des sols au cours de cette période.

Les superficies des unités dérivées de la conversion d'une unité en une autre sont données dans le tableau no10

Tableau no10 : changements d'occupation des sols entre 1986 et 1994

Unites

Unites derivies

%Unite initiale (1964

 

Inchangée

47

 

steppe arbustive

21

steppe herbeuse

steppe arboree

5

 

zone de cultures

18

 

surfaces denudees

9

 

Inchangée

43

 

surfaces denudees

10

steppe arbustive

steppe arboree

13

 

cordon ripicole

3

 

steppe herbeuse

2

 

zone de cultures

29

 

Inchangée

53

 

steppe herbeuse

2

Steppe arbor~e

 
 
 

steppe arbustive

14

 

zone de cultures

26

 

surfaces denudees

5

 

Inchangée

63

cordon ripicole

steppe arbustive

17

 

steppe arboree

18

 

steppe herbeuse

2

 

Inchangée

64

zone de cultures

surfaces denudees

12

 

steppe arbustive

24

 

Inchangée

73

surfaces dinudees

dunes vives

27

Dunes vives

Inchangée

90

 

steppe arboree

10

terrain rocheux

Inchangée

100

L'analyse de ce tableau montre que :

- La steppe arboree : 53% de la superficie de cette unite ont resiste aux changements, alors que 14% se sont transformes en steppe arbustive, les, 2% en steppe herbeuse 5% en surfaces denudees et 26% utilises comme zone de culture.

-la steppe arbustive a maintenu 43% de sa superficie initiale. Les transformations intervenues au sein de cette unite concernent : les zones de cultures, avec 29%, la steppe arboree 13%, les surfaces denudees 10%, la steppe herbeuse 2% et enfin les cordons ripicoles 3%.

-les zones de cultures : les unités dérivées de cette classe d'occupation sont la steppe arbustive avec 24% et les surfaces dénudées qui couvrent 12%,le restant de la superficie étant resté intactes,soit 64%.

-la steppe herbeuse couvre au cours de cet intervalle d'observation 47% de sa superficie initiale. Les unités issues du changement intervenu sont : la steppe arborée, 5%; les zones de culture 18%, les surfaces dénudées, 9%, et la steppe arbustive avec 21% de la superficie.

-Les cordons ripicoles : les changements qu'a subi cette unité a eu comme résultats, la modification en steppe arborée sur ,18% de sa superficie,la steppe arbustive,17%, la steppe herbeuse, 2%,alors 63% ont affiché une résilience vis avis de la dynamique intervenue.

-les surfaces dénudées : 73% de leur superficie ont été conservés, l'unité dérivée étant la dune vive avec 27%.

-les dunes vives : Le changement observé au sein de cette classe d'occupation des sols est la transformation de celle-ci en steppe arborée sur 10% de la superficie. Cette modification est surtout constatée aux abords des villages ou autres sites d'habitation humaine.

Ceci pourrait s'expliquer par les actions de récupération des terres dégradées menées durant cette période par l'Etat et les projets et ONG intervenant dans le domaine de l'environnement. Toutefois, 90% de la superficie des dunes vives n'ont pas connu d'évolution positive allant dans le sens de la restauration environnementale.

4.1.3.2.3. Dynamique de l~occupation des sols entre 1994 et 2007.

Le croisement des couches d'occupation des sols de 1994 et 2007 a permis de détecter les changements intervenus dans l'occupation des sols entre ces deux dates.

Les superficies des unités qui en résultent de la transformation d'une unité en une autre sont retracées par le tableau no11

Tableau no11 : changements d'occupation des sols entre 1994 et 2007

Unites

Unites dirivies

%Unite initiale

(1964)

 

Inchangée

34

 

steppe arbustive

40

steppe herbeuse

steppe arborée

5

 

zone de cultures

12

 

surfaces dénudées

9

 

Inchangée

43

 

steppe arborée

10

steppe arbustive

cordon ripicole zone de cultures

4

30

 

surfaces dénudées

13

 

Inchangée

60

 

steppe arbustive

6

Steppe arborée

 
 
 

steppe herbeuse

2

 

zone de cultures

25

 

surfaces dénudées

7

cordon ripicole

Inchangée

71

 

steppe arbustive

11

 

zone de cultures

18

zone de cultures

Inchangée

78

 

steppe arbustive

8

 

surfaces dénudées

14

surfaces d~nudies

Inchangée

61

 

dunes vives

26

 

steppe arbustive

13

Dunes vives

Inchangée

88

 

steppe arborée

12

terrain rocheux

Inchangée

100

L'analyse de ce tableau montre que :

- La superficie de la steppe arborée non transformée, pendant ce temps d'observation reste de 60%, alors que 6% ont évolué en steppe arbustive, 2% en steppe herbeuse 7% en surfaces dénudées et 25% en zones de cultures.

-la steppe arbustive est restée sans transformation sur 43% de sa superficie initiale. Les dérivations intervenues au sein de cette unité sont reparties entre les zones de cultures 30%, la steppe arborée 10%, les surfaces denudees, 13%, et enfin les cordons ripicoles 4%.

-les zones de cultures ont maintenu 78% de leur superficie, 8% sont modifies en steppe arbustive, et 14% en surfaces dénudées.

-Les cordons ripicoles : la dynamique intervenue au sein de cette unité d'occupation des sols a eu comme effets, la modification de celle-ci en steppe arbustive sur ,11% de sa superficie, et en zones de cultures,18% alors que 71% sont restés sans changement vis avis de la dynamique intervenue.

-la steppe herbeuse: seuls 34% de sa superficie sont restés sans changement.

Les modifications ayant eu lieu ont affecté 40% de la steppe arbustive, 12% des zones de cultures, 9% des surfaces dénudées et enfin 5% de la steppe arborée.

-les surfaces denudees : elle sols ont marqué une résilience sur 61% de leur superficie, avec cependant une transformation en steppe arbustive sur 13% et en dunes vives, 26%.

-les dunes vives : l'unité qui dérive de la transformation des dunes vives, est la steppe arborée, qui jusqu'a 12%, alors que 88% restent sans modification.

4.1.4. Changements intervenus et unités dérivées au sein des classes d'occupation du sol.

Les changements intervenus au sein de chaque unité d'occupation des sols,ainsi que les unités dérivées de leur transformation sont cartographiquement représentées par les figures 11 a 17,alors que les résultats statistiques sont donnés par les tableaux 9,10 et 11.

4.1.4.1. Changements intervenus au sein de la steppe arborée entre 1964 et 2007.

La steppe arborée a subi d'importants changements au cours de la période 1964 a 2007.

Sa superficie, qui représentait 5,12% de la superficie totale du secteur d'etude en 1964 est passée a 6,26% en 1986, puis 6,99% en 1994, avant d'atteindre 7,25% en 2007. De même, des transformations, en unités dérivées ont été observées en son sein. Ainsi, entre 1964 et 1986, 3% de la steppe arboree s'est transformée en steppe arbustive, 2% en steppe herbeuse, 8% en surfaces dénudées, et 10% en zones de cultures. Entre 1986-1994 et 1994-2007, les unités dérivées restent toujours les mêmes, avec des pourcentages variables entre les périodes d'observation. Les changements les plus sensibles ont concernés les zones de cultures, qui passent de 10% entre 1964-1986 a 26% entre 1986-1994, alors que les surfaces dénudées ont diminué, passant de 8% en 1964-1986 a 5% entre 1986-1994. Aussi, la transformation en steppe arbustive, qui représentait 3% en 1964-1986 a progressé a 14% entre 1986-1994 avant de régresser a 6% entre 1994-2007.

Figure no11: Cartes d'évolution de la steppe arborée entre 1964 et 2007.

4.1.4.2. Changements intervenus au sein de la steppe arbustive entre 1964 et 2007. D'importantes modifications ont été enregistrées au sein de cette formation.

Ainsi, sa superficie initial qui représentait 64,72% de celle de la zone étudiée en 1964 a progresse a 66,99% en 1986, avant de régresser a 55,16% en 1994, puis 39,22% en 2007.

Les principales unités dérivées de la transformation de la steppe arbustive, entre 1964 et 2007 sont, la steppe arborée, qui représente 11% entre 1964-1986, 13% entre 1986-1994, et enfin 10% entre 1994-2007. Autres unités dérivant du changement, on peut citer les zones de cultures, qui passent de 22% entre 1964-1986 a 30% entre 1994-2007, la steppe herbeuse, qui régresse entre 1964-1986 et 1986-1994, passant respectivement de 4% a 2%, mais aussi les surfaces dénudées qui progressent tout au long de la période d'observation.

Quant aux cordons ripicoles, ils ont augmenté en pourcentage, en terme de modification entre 1964 et 2007. Leurs superficies sont passées de 2% entre 1964-1986 a 3% entre 19986-1994, puis 4% entre 1994-2007.

Figure no12: Cartes d'évolution de la steppe arbustive entre 1964 et 2007.

4.1.4.3. Changements intervenus au sein de la steppe herbeuse entre 1964 et 2007.

La steppe herbeuse, qui représentait 7,03% de la superficie totale en 1964 a régresser a 2,57% en 1986, puis 1,79% en 1994 avant de chuter a 1,18% en 2007. De 1964 a 2007, celle-ci a subi des modifications, notamment sa transformation en d'autres unités d'occupation des sols. Ainsi, entre 1964-1986, 17% de sa superficie ont dérivé en zones de culture, 1%en cordon ripicole, 6% en surfaces dénudées et 66% en steppe arbustive. La dégradation a commencé a prendre de l'ampleur entre 1986 et 1994, avec 9% de surfaces dénudées. Entre 1986 et 1994, on remarque une conversion en steppe arboree, avec 5% de sa superficie, alors que la steppe arbustive se réduit a 21%, avant de progresser a 40% entre 1986 et 1994.

Entre 1994 et 2007, seulement 34% de sa superficie de la steppe herbeuse sont restés sans changement.

Figure no13: Cartes d'évolution de la steppe herbeuse entre 1964 et 2007.

4.1.4.4. Changements intervenus au sein des cordons ripicoles entre 1964 et 2007.

-les cordons ripicoles : les changements spécifiques intervenus entre 1964 et 1986 ont concerné les zones de cultures avec 14%, la steppe arborée, 18%, la steppe arbustive, 3%, la steppe herbeuse, 2%. Par contre, entre 1986 et 1994, les unités dérivées sont végétales, avec steppe arborée qui représente ,18% de sa superficie, la steppe arbustive, 17% et enfin la steppe herbeuse qui couvre 2%.

De 1994 à 2007,en plus des unités issue de la dynamique entre 1986 et 1994, les zones de cultures,réapparaissent, couvrant jusqu'à 18% de la superficie des cordons ripicoles durant cette période d'observation, alors que 71% ont affiché une résilience vis avis de la dynamique intervenue.

Figure no14: Cartes d'évolution des cordons ripicoles entre 1964 et 2007.

4.1.4.5. Changements intervenus au sein des zones de cultures entre 1964 et 2007.

Les superficies occupées par les zones de cultures se sont considérablement accrues entre 1964 et 2007. Ainsi, de 14,49% de la superficie totale du secteur d'etude en 1964, elles progressent a 15,28% en 1986, 27,09% en 1994 et 42,05% en 2007.

Entre 1964 et 1986, les changements ayant eu lieu ont conduit a la transformation de cette unité d'occupation des sols d'autres, dont la steppe arbustive ,6%, la steppe arborée, 10% et la steppe herbeuse, 20%. De 1986 a 1994, les unités dérivées sont la steppe arbustive, 24% et les surfaces dénudées qui couvrent 12%, tandis qu'entre 994 et 2007,elles ont maintenu 78% de leur superficie. Seuls 8% se sont transformés en steppe arbustive, et 14% en surfaces dénudées.

Figure no15: Cartes d'évolution des cordons ripicoles entre 1964 et 2007.

4.1.4.6. Changements intervenus au sein des surfaces d~nudges entre 1964 et 2007.

Entre 1964 et 1986, les surfaces dénudées ont conservé 51% de leur superficie inchangés, les unités dérivées étant la steppe arbustive, 20%, la steppe arborée 2%, et les zones de cultures, 27%. Toutefois, de 1986 A1994, la dégradation accentuée du milieu conduit a la transformation de cette unité (surfaces denudees) en dunes vives sur 27% de sa superficie initiale. Cependant durant la période allant de 1994 a 2007, bien qu'ayant affiché une résilience une résilience sur 61% de leur superficie, les surfaces dénudées ont connu une modification en steppe arbustive sur 13% et en dunes vives, 26%.

Figure no16: Cartes d'évolution des surfaces dénudées entre 1964 et 2007.

4.1.4.7. Changements intervenus au sein des dunes vives entre 1964 et 2007.

Dans l'ensemble, les dunes vives ont affiché une tendance a la croissance de 1964 a 19994, de leur superficie. Ainsi, elles représentaient 0,01% de la superficie totale en 1964, 0,05% en 1986, 0,23% en 1994 contre 0,19% en 2007. Entre 1964 et 1986, les dunes vives n'ont pas connu d'évolution vers d'autres unités d'occupation des sols.

Les changements observés ont eu lieu d'abord entre 1986 et 1994, avec la transformation de celles-ci en steppe arborée sur 10% de la superficie. La même unité dérivée augmente et atteint (steppe arborée 12%, entre 1994 et 2007, alors que 88% restent sans modification durant cette derniére période.

Figure no17: Cartes d'évolution des dunes vives entre 1964 et 2007.

4.2. Discussion.

Le secteur d'étude a subi, de 1964 a 2007 une profonde dynamique dans l'occupation des sols. Celle-ci serait liée a la dégradation des conditions climatiques, combinée aux actions anthropiques (ainsi qu'à la charge pastorale exercée sur le milieu naturel) qu'a connu le secteur d'etude.

4.2.1. Dynamique des aires pastorales.

Dans le cadre de la présente étude, les aires pastorales regroupent en leur sein toutes les formations végétales naturelles : steppes herbeuse, arbustive, arborée, et cordon ripicole.

Les aléas du climat et les actions anthropiques paraissent etre les principaux facteurs des changements qu'ont connus les aires pastorales.

4.2.1.1. Influence du climat sur la dynamique des aires pastorales.

Avec les sécheresses récurrentes des années 70 et 80, le climat a subi de profondes mutations, notamment la baisse de la pluviométrie et sa mauvaise répartition spatio-temporelle. En effet, le cumul pluviométrique moyen du Département de Gouré a évolué en « dents de scie » au cours des différentes périodes. L'analyse de la série pluviométrique de 1936 a 2003 met en évidence trois périodes bien distinctes: une période humide de 1936 a 1967, une période seche de 1968 a 1987 et une période relativement humide de 1988 a 2003 (Ozer et al, 2004).

De nombreux travaux ont montré que la pluviométrie, au Sahel, présente des périodes humides et seches. Selon Ozer et al, (2003), les sécheresses des années 70 et 80 mettent en évidence une diminution généralisée des précipitations et un déplacement des isohyetes vers le Sud, avec pour conséquences le passage du Sahel a culture sous pluies au Sahel dit pastoral, dans plusieurs Départements de l'Est du Niger, dont celui de Gouré. Cette baisse de la pluviométrie a occasionné une réduction du couvert végétal, (dont l'eau constitue l'un des facteurs limitants au Sahel), et donc de la production fourragere.

Dans le Département de Gouré, les déficits pluviométriques enregistrés ces dernieres décennies ont contribué a la dynamique des aires pastorales, du fait de la régression du couvert herbacé et ligneux, notamment la diminution du taux de cette couverture végétale et sa durée de vie.

Selon Zabeirou et al, (2007), l'importance de la végétation et sa distribution sont liées a la disponibilité de l'eau. Les fluctuations climatiques ont eu pour conséquences : la régression considérable de certaines especes caractéristiques des stations, une modification qualitative des associations végétales, la diminution des stocks de graines dans les sols entrainant la raréfaction continue de certaines especes herbeuses. On assiste a la régression de la productivité totale des especes ligneuses et herbeuse voire a la disparition d'especes végétales souvent sans possibilité de régénération. Pour Jahiel (1998), c'est la crise des sécheresses qui aurait modifié le facies environnemental dans le Sud-Est du Niger, avec comme conséquences une réduction ou

modification floristique des surfaces pastorales utiles, la disparition ou la raréfaction d'especes végétales. De même, selon Bodart (2004) et Hountondji et al, (2004), dans le Département de Gouré, apres une forte dégradation environnementale contemporaine a la « Grande sécheresse » (a la fin des années 60), l'augmentation relative des précipitations ne semble pas entrainer une amélioration environnementale notable. .Malgré les signes annonciateurs de la fin de la sécheresse pluviométrique qui sévit depuis une trentaine d'années (Ozer et al, 2003) l'environnement sahélien ne parait se recouvrer que dans certaines condition (Eklundh & Olsson, 2003 ; Hountondji et al, 2004). Ces travaux confirment bien en partie les résultats et les grandes tendances qui se dégagent de la présente étude, dont les statistiques révelent, une régression généralisée des ressources végétales a partir des années 70, a l'exception de steppe arborée qui se s'est relativement accrue. Cependant, cette dynamique affecte différemment les formations végétales.

Ainsi :

-la steppe herbeuse, localisée généralement sur les sols sableux des espaces dunaires a vu sa superficie régresser, de 7,03% en 1964 a 2,57% en 1986, a 1,79% en 1994 puis 1,18% en 2007. La disponibilité en eau étant un facteur limitant pour les herbeuses, le déficit pluviométrique de ces dernieres décennies aurait considérablement contribué a la réduction de la superficie de la steppe herbeuse, notamment par la réduction de son cycle végétatif complet.

Par ailleurs, une partie de cette superficie a été colonisée par la steppe arbustive (a Leptadenia pyrotechnica et Calotropis Procera), mais aussi transformée par endroits en surfaces dénudées et champs de cultures. Les changements les plus perceptibles se sont produits surtout entre la période 1964-1986, soit une réduction de 4,46%.

-la steppe arbustive a aussi connu une dynamique de sa superficie initiale en deux phases.

En 1964 celle-ci représentait 64,72%, du secteur d'etude. Elle s'est accrue pour atteindre 66,69% en 1986, colonisant ainsi une bonne partie des espaces occupés par la steppe herbeuse. C'est a partir de cette période que cette formation végétale commence a se dégrader pour chuter a 55,16% en 1994, puis 39,22% en 2007, et ce malgré l'amélioration des conditions climatiques observée ces dernieres années. Le changement le plus marquant de cette formation s'est produit entre 1986 et 1994, soit une régression de 11,53% et ce au profit des zones de cultures et des surfaces dénudées, principalement sur les espaces dunaires sableux. L'analyse de la courbe d'évolution de la pluviométrie montre que cette période correspond a une transition entre la fin de la sécheresse des années 80 et le retour a des conditions pluviométriques meilleures des années 90. En réalité, la dégradation serait amorcée des le début de la sécheresse de 1980 et s'est poursuivie jusqu'en début 1990. Toutefois, le croisement des cartes de 1964 et 1986 montre une

évolution de la steppe arbustive en steppe arborée, ce qui laisse dire que le climat n'est pas le seul facteur influant la modification de cette unité végétale.

-les cordons ripicoles : ils ont subit une régression sensible de 1964 a 2007. Celle-ci semblerait liée a la baisse de la pluviométrie, car la formation des cordons ripicoles est étroitement liée aux conditions stationnelles crées par la présence d'un cours d'eau permanent ou temporaire. De ce fait, le déficit pluviométrique serait un des principaux responsables de la régression de cette unité.

-la steppe arborée. Cette formation végétale a connu une extension de plus en plus croissante sur toute la période, dans le secteur étudié. L'analyse diachronique des photographies Corona et images satellitaires du Département de Gouré révéle cette tendance a l'augmentation de la steppe arborée dans le secteur d'étude. Cela suppose non seulement une évolution de la steppe arbustive en arborée, mais aussi dénote la capacité d'adaptation de ces espéces aux conditions climatiques contraignantes du milieu. En plus, les conditions édaphiques et phréatophiles particuliéres (sols argileux, faible profondeur de la nappe phréatique...etc.) ont contribué a l'accroissement de certaines formations arborées comme les palmiers, au vu des conditions stationnelles qui leurs sont favorables. La steppe arborée, localisée généralement dans les bas-fonds et les dépressions interdunaires a évolué de 5,12% en 1964 ; a 6,62% en 1986 ; a 6,99% en 1994 ; pour atteindre 7,25% en 2007. Cette évolution serait aussi liée aux interventions des projets, ONG ou de l'Etat, mais aussi a la régénération naturelle, avec l'amélioration de la pluviométrie. Un autre acteur ayant contribué a la révégétalisation localisée (régénération naturelle) fut le role joué par les animaux (la zoochorie), car les zones de prédilection de cette régénération, sont généralement les lieux de pacage des troupeaux. L'analyse des images satellitaires et les statistiques issues de leur traitement font ressortir que l'évolution la plus sensible de la steppe arborée a commencé dans les années 90 et cette tendance s'en est maintenue jusqu'en 2007.

Dans le secteur d'étude, l'hypothése selon laquelle les variations climatiques ont contribué a la dégradation des ressources végétales et au dela a la désertification en général a été pendant longtemps avancée. Mais l'analyse des données de séries chronologiques satellitaires collectées tendent a indiquer un reverdissement localisé du milieu, notamment l'évolution croissante de la steppe arborée. Plusieurs travaux menés au Sahel en général et au Niger en particulier ont confirmé les résultats de la présente étude. Au-dela de toute considération, il apparait sur la base de cette étude que la végétation est entrain de s'améliorer (Mahamane S., Mahamane L., 2006). Selon Olsson et al, (2005) ; Hermann et al, (2005), des zones importantes de reverdissement sont observées au Niger, notamment dans les régions de Tahoua, Maradi et Zinder. Récemment, des études menées par la DSCF, dans les Départements de Gouré et MainéSoroa par Zabeirou et al, (2006) montrent une évolution croissante de la steppe arborée. De

même, selon Reij et al, (2006), dans une étude menée dans la région de Zinder, sur la régénération naturelle assistée, révélent un reverdissement significatif du milieu naturel, notamment une évolution importante des ligneux. Tous ces résultats concordent avec ceux de la présente étude. Toutefois, si les sécheresses des années 70 et 80 paraissent être l'une des causes de la dégradation des ressources végétales, et par conséquent de la dynamique des aires pastorales, l'amélioration des conditions climatiques enregistrée depuis le début des années 90 n'est pas suivi, proportionnellement par celle des ressources végétales. D'ou l'hypothése selon laquelle, les activités anthropiques semblent aussi influencer la dynamique des aires pastorales.

4.2.1.2. Influence des activités anthropiques sur la dynamique des aires pastorales. L'influence de l'homme sur la dynamique des aires pastorale s'exprime par son emprise sur les ressources végétales (déboisement, friche, .etc.) d'une part, et les pratiques pastorales de l'autre. La croissance démographique et l'évolution de l'effectif du cheptel constituent une menace sur le milieu naturel. En effet, la population du Département de Gouré, estimée a 114098 habitants en 1977 est passée a 162275 habitants en 1988, puis a 219802 en 2001.

Cette croissance a inéluctablement conduit a la conquête de nouvelles terres de cultures, au détriment des aires pastorales, a une surexploitation des ressources végétale : coupe abusive de bois, défrichage, feux de brousse,...etc. Ce qui pourrait sans doute influencer l'évolution des unités pastorales. Mais au vu de l'immensité du Département de Gouré et la faible densité humaine qui le caractérise, l'on est amené a se demander si l'homme peut influencer sur la dynamique de l'environnement en général et celle des aires pastorales en particulier. La réponse a cette question, se trouve dans le fait que l'on est en face d'un environnement trés fragile, et qui ne peut pas supporter les interventions négatives de l'homme. Le pâturage, a l'instar d'autres utilisations faites au milieu, peut causer une modification de la composition floristique disponible sur les terrains de parcours, même si les données relatives a une dégradation des terrains de parcours sont difficilement quantifiables. La mobilité des pasteurs est en effet une réponse a la répartition inéquitable et incertaine des ressources naturelles végétales. Le mouvement constant permet ainsi aux éleveurs de subvenir a leurs besoins pastoraux. Mais l'exploitation exagérée de certaines formations végétales conduit a leur raréfaction, voire leur disparition a long terme.

Dans le cadre de la présente étude, les statistiques de la dynamique des ressources naturelles végétales composant les aires de pâturage montrent une transformation en partie de ces unités en d'autres, notamment en zones de cultures. Ce qui dénote l'influence de l'homme sur les entités pastorales. Des travaux menés par Zabeirou et al, en 2006 dans le Département de Gouré confirment cette anthropisation des aires pastorales, notamment par la mise en culture de ces unités. Selon ces auteurs les terres de cultures ont presque triplé entre 1986 et 2005,

avec un développement de la mise en culture des terres de bas-fond. Selon Bodart, (2004) ; Hountondji et al,(2004), en l'absence de déficit pluviométrique important,la pression anthropique croissante parait etre actuellement le véritable moteur de la dégradation des ressources naturelles dans le Département de Gouré.

4.2.2. Dynamique des zones de cultures

Les zones de cultures regroupent en leurs seins les superficies effectivement mises en culture et les jacheres tres récentes. Ces unités ont subit de profondes modifications sous les effets combinés du climat et de l'homme.

4.2.2.1. Influence du climat sur la dynamique des zones de cultures

Au Sahel en général, est au Niger en particulier, les cultures sous pluies sont tributaires de la pluviométrie. De ce fait, les conditions climatiques ont une forte influence sur la dynamique des aires de cultures.

Le Département de Gouré, situé en partie dans la zone sahélienne a été fortement atteint par les sécheresses des dernieres décennies, qui ont modifié de maniere drastique les conditions agro-écologiques. En effet, la pluviométrie est caractérisée par une grande variabilité spatiotemporelle, rendant la production agricole de plus en plus aléatoire. L'agriculture est pratiquée en général sur les sols sablo-limoneux et argilo-sableux des bas-fonds, oit les conditions édaphiques sont plus favorables a la production céréaliere. Cependant, la baisse de la pluviométrie, a entrainé celle de la production agricole, obligeant ainsi les agriculteurs a de nouvelles stratégies de cultures, notamment, l'intensification de la mise en culture des terres dunaires, avec pour conséquence une extension des champs.

L'analyse climatique de la région de Gouré, réalisée par Ozer.P, Bodart .C et Bernard.T (2004) confirme cette tendance a la baisse de la pluviométrie. Ces auteurs montrent une diminution de la pluviométrie, une récurrence des sécheresses, une diminution de la durée de la saison des pluies et un glissement des isohyetes vers le Sud. La combinaison de tous ces facteurs semblerait a la base des stratégies agricoles adopter par les paysans, notamment la multiplication des champs sur toutes les unités paysageres afin de minimiser les risques liés a la dégradation des conditions climatiques. D'oit l'extension des zones de cultures en vu d'accroitre les productions. Dans le cadre de la présente étude,l'analyse diachroniques des photos Corona et images satellitaires fait ressortir une forte mise en cultures des espaces dunaires,qui jadis sont généralement réservés au pâturage. Les statistiques montrent une progression des aires de cultures qui passent de 14,49% en 1964 a 42,05 en 2007, alors que celles pastorales ont régressé, au vu de la diminution des ressources végétales qui la compose.

4.2.2.2. Influence des activités humaines sur la dynamique des zones cultures.

L'influence humaine sur la dynamique des aires de cultures s'exprime par ses activités nuisibles a l'environnement, et les pratiques pastorales qui s'y exerce. En effet, le Département de Gouré connait une croissance démographique dont la réponse a cette derniére s'exprime par une extension des superficies cultivées qui se réalise le plus souvent au détriment des aires pastorales. Les statistiques d'occupation des sols de la présente étude montrent une forte extension des aires de cultures, par rapport a la superficie totale de la zone d'étude. Cette superficie a évolué de 14,49% en 1964, a 15,82% en 1986, a 27,09% en 1994 puis 42,05% en 2007. Cette extension s'est généralisée, et concerne ces derniéres années, les terres des cuvettes, des espaces dunaires, tout comme celles des bas-fonds. En plus, l'augmentation des superficies emblavées s'est accompagnée de celles des sols nus, car les surfaces dépourvues de toute protection sont sujettes aux activités érosives. Des travaux ont confirmés cette tendance a l'extension des terres de cultures. Au Sahel c'est au moins 2,5% de terres additionnelles (terres de cultures) par an (Breman et Kessler, 1994, in Idrissa.S.A, 2006). Selon la Direction Départementale de l'Agriculture de Gouré, les superficies emblavées ont augmenté d'environ 20% de 1984 a 1996. Dans la même zone, des études menées par Zabeirou et al, en 2006 montrent que les superficies des terres cultivées ont presque triplé entre 1986 et 2005,passant de 10.03% en 1986 a 36,06% en 2005 .

Tous ces résultats confirment le degré d'influence des activités humaines sur la dynamique des aires de cultures.

4.2.3. Dynamique des sols nus.

Dans la présente étude, les sols nus sont constitués des surfaces dénudées, des dunes vives et des terrains rocheux. Cependant, les changements intervenus ne concerne que les surfaces dénudées et les dunes vives.

4.2.3.1. Influence du climat sur la dynamique des sols nus.

Le secteur d'étude est un plateau sableux, caractérisé par la présence des dépressions, de terrain rocheux et formations dunaires dont les sommets sont souvent couvert de sables vifs. C'est donc une zone qui parait trés sensible aux conséquences des variations climatiques.

La baisse des précipitations, et leur mauvaise répartition spatio-temporelle, combinées aux sécheresses récurrentes des derniers décennies ont eu des effets néfastes sur la végétation, qui est le seul "manteau" protecteur des sols. En effet, celle-ci s'est considérablement réduite, exposant les sols aux risques d'érosion éolienne et hydrique. Les déficits pluviométriques enregistrés ont contribué a la régression du couvert herbacé et ligneux, notamment la diminution du taux de leur couverture végétale et durée de vie.

L'analyse des statistiques d'occupation des sols de la présente étude montre une régression presque généralisée des ressources végétales, a l'exception de la steppe arborée, depuis le début des sécheresses des années 70 et 80. Du coup, cette régression de la végétation a entrainé une augmentation des superficies des surfaces dénudées et des dunes vives, car ces terres mal protégées, sont sujettes aux activités érosives, particulièrement celles éoliennes. Les statistiques montrent une évolution des surfaces dénudées et dunes vives entre 1964 et 2007. En effet, les surfaces dénudées sont passées de 0,88% en 1964, a 1,17 % en 1994 et 2,46% en 2007 de la superficie totale de la zone d'étude. Quant aux dunes vives, elles ont progressé de 0,01% en 1964 a 0,05% en 1986 ; a 0,23% en 1994 avant de régresser a 0,19% en 2007. Cette progression des sols nus est en relation avec la régression du couvert végétal, (qui elle-même est liée en partie a celle de la pluviométrie et donc aux sécheresses récurrentes), tandis que leur restauration serait liée aux opérations de récupération des sols et a la régénération naturelle, localement de plus en plus importante. Aussi, l'importance de la végétation et sa distribution étant tributaire de la disponibilité en eau, la baisse de la pluviométrie parait beaucoup favoriser l'évolution des sols nus. Des travaux ont montré l'influence du climat sur la dynamique des ceux-ci (sols nus).

Dans le Département de Gouré, aprés une forte dégradation environnementale (Karimoune, 1994) contemporaine a la « grande sécheresse », il semble que l'augmentation relative des précipitations n'ait fait qu'arrêter l'hémorragie, sans pour autant entrainer une amélioration environnementale notable (Bodart, 2004 ; Hountondji et al, 2004), entrainant de facto la dégradation continue des sols.

4.2.3.2. Influence des activités humaines sur la dynamique des sols nus.

L'influence humaine, sur la dynamique des sols nus, est perçue par ses multiples interventions souvent nuisibles sur le milieu naturel. Le secteur d'étude, est durement touché par les sécheresses des derniéres décennies. Avec la démographie galopante que connait cette région et l'augmentation de l'effectif du cheptel, les besoins en bois de chauffe, en terres de cultures et celle de aires de parcours,...etc se font de plus en plus sentir. Et pour satisfaire ses besoins, l'homme agit sur les ressources végétales déjà entamées par les sécheresses, exposant du coup le sol a l'érosion. En plus, la charge pastorale imposée par un cheptel dont l'effectif en UBT est de plus en plus croissant, au sortir des sécheresses des années 70 et 80, contribue a la dégradation du milieu. Les surfaces dénudées, tout comme les dunes vives sont généralement localisés dans les zones de fortes activités humaines (l'élevage compris), notamment les villages, bas-fonds, cuvettes....etc. La transformation de certaines unités végétales en surfaces dénudées ou en zones d'ensablement est en partie la résultante de l'influence de l'homme sur la dégradation du milieu et donc la formation des sols nus.

4.2.4. Evolution globale du milieu naturel entre 1964 et 2007.

L'analyse diachronique a permis de restituer la dynamique qu'a subit le secteur d'étude. De cette étude, on constate, globalement, et ce de 1964 a 2007, une résilience du milieu sur 73% de la zone étudiée. (Les terrains rocheux sont comptabilisés parmi les zones a résilience).

Les péjorations climatiques et les pratiques anthropiques ont conduit a la dégradation du milieu, sur 21% de la superficie du secteur d'étude. Cependant, l'amélioration relative des conditions climatiques de ces derniéres années semble atténuer la saignée environnementale, entrainant une restauration localisée de l'environnement, qui atteint 6%de la superficie de la zone d'etude, bien qu'elle soit(restauration) nettement inférieure a la dégradation. Cette restauration, plus perceptible particuliérement au sein de la steppe arborée serait liée a la résistance et a l'adaptation de ceux-ci aux conditions climatiques et édaphiques du milieu, mais aussi due probablement aux interventions des projets et ONGs opérant dans la zone.

Toutefois, cette résilience est a relativiser, car des détails plus poussés pourront apporter des modifications, surtout que lorsqu'on prend en compte que les ressources végétales et a une échelle beaucoup plus réduite.

restauration
6%

resilience
73%

 

degradation
21%

Figure no18 : Evolution globale du secteur d'étude, entre 1964 et 2007.

Conclusion et perspectives.

Le Departement de Goure presente des unites paysagiques qui refletent l'image contraignante des conditions climatiques et edaphiques. Malgre la rudesse de son climat, il est une zone agro-pastorale par excellence. Aux secheresses recurrentes, se combine une demographie croissante, qui impose une demande en terre agricole, le tout aboutissant a une extension des fronts des cultures au detriment des aires de paturages et favorise la degradation du milieu naturel et de ses ressources. La gestion de ces dernieres necessite une connaissance sur leur distribution spatiale, leur evolution dans le temps et la faIon dont elles sont utilisees par les acteurs en presence. Une etude diachronique de l'occupation des sols permet ainsi de faire un inventaire precis et actualise des ressources naturelles, ainsi qu'une surveillance reguliere de l'environnement et des changements intervenus.

La presente etude porte sur l'utilisation de la teledetection haute resolution, associee a des Systemes d'Informations Geographiques (SIG), pour le suivi de la dynamique des aires pastorales dans le Departement de Goure. Pour atteindre les objectifs fixes, des photos Corona de 1964, des images satellitaires Lansat5 TM de 1986, Spot HRV de 1994 et Google Earth Pro de 2007 sont utilisees. Ceci a permis de retracer la dynamique de l'occupation des sols sur une periode de 43 ans (1964 a 2007), avec l'elaboration des cartes d'occupation des sols, celles des changements intervenus, ainsi que les statistiques s'y afferents. De l'etude, il ressort une extension des cultures au detriment des aires pastorales. En effet, celle-ci (zone de cultures) s'est accrue en superficie de 14,49% en 1964 a 15,82% en 1986 ; 27,09% en 1994 et 42,05% en 2007 par rapport a la superficie totale de la zone d'etude. La periode d'extension la plus notable des zones de cultures, au sortir des secheresses des annees 70 et 80 a commence a partir des annees 90, correspondant au retour des precipitations, avec une progression de 11,53%. Les aires pastorales, regroupant toutes les ressources vegetales s'est reduite, durant la meme periode. Les cartes d'occupation de sol des differentes periodes revelent une tendance generalisee de degradation de toutes ces ressources, hormis la steppe arboree qui, a augmente. Globalement, les aires pastorales ont regresse dans leur ensemble. La periode de forte regression des aires de paturages est celle de 1986-1994, correspondant non seulement a une phase de sortie des secheresses des annees 70 et 80, mais aussi a un retour relativement favorable des precipitations au debut des annees 90, qui a entraine une remise en culture des terres, et donc une extensions des fronts de cultures. Le croisement des couches des donnees d'occupation des sols fait ressortir neanmoins, une resilience aux changements intervenus sur 73% de sa superficie entre 1964 et 2007. La degradation concerne 21% de la superficie totale du secteur etudie, tandis qu'une restauration de 6% s'est operee.

Toutefois, la restauration écologique constatée au sortir des sécheresses des années 70 et 80, dans la zone d'étude ne traduit pas un reverdissement généralisé de la zone, mais plutôt une révégétalisation localisée, qui pourrait se généraliser si les conditions climatiques favorables se maintiennent, la pression anthropique diminue et que les efforts de restauration de l'écosysteme engagés par l'Etat, les ONGs et projets, notamment la préservation de la régénération naturelle se poursuivent. En terme opérationnel, la télédétection combinée aux systemes d'informations géographiques se présente comme un outil adapté et efficace pour la cartographie et le suivi a long terme des parametres de surfaces. L'intégration du SIG dans une étude mérite toute son importance, car il permet le stockage, l'analyse et la gestion de données issues du traitement des images.

Dans le cadre de cette étude, les résultats obtenus ne sont que des prémisses, préalables a une these. Les aspects traités pourront être approfondis, et ceux non étudié pourront l'être dans la these. C'est le cas de l'Indice de Végétation par la Différence Normalisée (NDVI), évoqué mais pas développé, ni appliqué a ce cas et qui est un bon outil de suivi des ressources végétales et des zones de parcours. Son application nécessite néamoins une surface beaucoup plus grande, pour bien cerner l'évolution de la végétation : échelle régionale, sous-régionale ou continentale. Cela permettrait d'étendre l'étude a une échelle couvrant le Sud-Est du Niger. Les perspectives sont a orienter alors vers l'utilisation des images a basse résolution par l'utilisation comparée des différents indices de végétation (NDVI, SAVI, PVI, MSAVI, TSAVI, etc.) pour le suivi des zones de parcours, mais aussi s'appuyer sur la tres haute résolution pour prendre en compte d'autres parametres concourant a appréhender la dynamique environnementale en générale, et celle des aires pastorales en particulier.

Références bibliographiques.

1-Albert.R, 1977. Application de la teledetection a l'amenagement des bassins versants. Cahier de la FAO; conservation des sols, Pages 45-66.

2-Bodart.C, 2004. Etude de l'ensablement dans la region de Goure (Sud-Est du Niger) : processus et apport de la teledetection. Memoire de maitrise en sciences geographique, Universite de Liege, 150 pages.

3-Bonn.F, Rochon.G, 1992. Precis de teledetection: Principe et methodes. Presse universitaire du Quebec/AUPELF. Volume1, 485 pages.

4-Bonn.F, Rochon.G, 1996. Precis de teledetection: Application thematique. Presse universitaire du Quebec/AUPELF. Volume2, 633 pages.

5-Cabinet du premier ministre, 2003.Strategie de Developpement Rural (SDR) ,56 pages.

6-Centre National d'Etude Spatiales, valorisation des donnees issues de capteurs optiques a grand champ. Rapport final, decembre 2000, 81 pages.

7-Comite National du Code Rural, 2006.Recueil des textes, 287 pages.

8-Dizier.J, Leo.0, 1986. Teledetection : techniques et applications cartographiques, edition Forhom, Paris, 275 pages.

9-Djaby.B, 2000. Utilisation de la teledetection pour le suivi des parcours en zone agropastorale sahelienne. Memoire de DEA en science de l'environnement, option agrometeorologie. FUL, Belgique, 137 pages.

10-Etienne.B, 2002.Cours de teledetection, Fondation Universitaire Luxembourgeoise, 71 pages.

11-Gumuchian.H, Marois.C, 2000. Initiation a la recherche en geographie: Amenagement, developpement territorial, environnement, Economica, Paris 2000,425 pages.

12- Habibou.M, 1999. Cartographie de l'occupation des sols: Etude diachronique entre 1986 et 1999. Sirba (Niger-Burkina Faso). Rapport de mission terrain, 56 pages.

13- Kadaouré I, 2003.Assistance Systeme d'Information Géographique (SIG) et Systeme de Positionnement Global (GPS), guide de formation Arcview.3.x, 27 pages.

14- Kadaouré I, 2003.Guide de formation Erdas Imagine.50 pages.

15- Kadaouré I, 2007.Techniques de traitement des images Google Earth, 12 pages.

16-Idrissa.S.A, 2006. Cartographie de l'occupation des sols de la vallée du fleuve Niger de Karma a Say et analyse de la dynamique de changements intervenus entre 1975 et 2005,151 pages.

17- International journal of remote sensing. Monitoring the Grasslands of semi-arid Africa using NOAA AVHRR Data, volum7 number 11, November 1986.

18- Job.A, 2006.Initiation au SIG, 13 pages.

19- Kanembou.L, 2006..Processus d'ensablement des cuvettes dans le Département de Gouré, et suivi de la dynamique par télédétection. Mémoire de maitrise Université de Niamey, 116 pages

20- Karimoune.S, Donnay.J, Ozer.A, 1990. Désertification dans le sud nigérien: Interprétation d'une image Spot. Outil micro-informatique et télédétection de l'évolution des milieux, actes du colloque de Toulouse. Presse de l'université du Québec, Pages 77-106.

21- Laminou.O.M, 2003. Etude critique des causes d'échec des tentatives de fixation biologique des dunes dans le Sud-Est du Niger. Diplome Interuniversitaire d'Etudes Spécialisées en Gestion des Risques Naturels. ULG, Fusagx, FUL. Belgique, 49 pages.

22-Mahamane.S et Mahamane.L, 2006. Evaluation de la flore et de la végétation dans certains sites traités et non traités des régions de Tahoua, Maradi et Tillaberi. Travaux de recherches, CRESA Niamey, 90 pages.

23-Larwanou.M, Abdoulaye.M et Reij.C, 2006.Etude de la régénération naturelle dans la région de Zinder. Travaux de recherches, 56 pages.

24- Moussa.B, 1989. Etude et suivi des ressources forestières par télédétection. Mise au point d'un support pédagogique. Mémoire de fin de cycle en télédétection appliquée. Institut Polytechnique Rural de katibougou (Mali),52 pages.

25- Nonguierma.A et Ado.D. K, 2002. Etude de la dynamique de l'ensablement et des changements environnementaux dans l'arrondissement de Mainé-Soroa. Centre Régional Agrhymet, 35 pages.

26- Nonguierma.A, Dautrebande.S, 1995.Teledetection et système d'information geographique appliques a l'etude hydrologique au Sahel: modelisation et automatisation des procedures. Faculte des Sciences Agronomiques de Gembloux. Belgique, 102 pages.

27- Nonguierma.A, 1991. Criteres d'utilisation de la teledetection pour la mise en valeur des bas-fonds et la caracterisation de leur bassin versant. Application a la region de la Comoe au Burkina Faso et a la region de Sikasso au Mali. Memoire de Certificat d'Etudes Approfondies, Teledetection et Environnement. Faculte des Sciences Agronomiques de Gembloux, Belgique,124 pages.

28- Nonguierma.A, 2005.Les systemes d'information geographique. Programme Majeur Information, 28 pages.

29- Nonguierma.A, 2005.Cahier de travaux pratiques:Application avec le logiciel Arcview 3.x. Centre Regional Agrhymet, 22 pages.

30- Sidi.O.M., 2001.SIG et cartographie de l'occupation du sol en vue de l'amenagement des terroirs: exemple de Ticko et Bogodjotou (Torodi-Niger). Memoire de DESS, CRESA, Universite de Niamey, 56 pages.

31- Ozer.P, Bodart.C, Tychon.B, 2004. Analyse climatique de la region de Goure, Niger Oriental:recentes modifications et impacts environnementaux, 25 pages.

32-Prince.S.D, Justice.C.O, Los.S.O,1990. Teledetection de l'environnement sahelien:Revue de l'etat actuel et des projets futurs. 1ere edition, CTA, 138 pages.

33-Richard.E, 1992. Teledetection de la surface des sols arides: concept et application de l'aridite, une contrainte au developpement. ORSTOM, Paris, Pages 105-121.

34- Roose.E, 1994. Introduction a la gestion conservatoire de l'eau, de la biomasse et de la fertilite des sols. Bulletin pedologique de la FAO, 40 pages.

33- Saley.A, 2006.Utilisation des nouvelles techniques de cartographie pour l'etude de la dynamique de l'occupation du sol dans la commune rurale de Namaro. Memoire de DESS, CRESA de Niamey, 82 pages.

35- Samia.A, 2002. Use of spectral and temporal unmixing for crop identification using multi-spectral data. Master of Science in Geoinofrmation. International Institute for Geo-information, Netherlands, 63 pages.

36-Soudani. K, 2005. Roles potentiels de la teledetection pour des applications environnementales. Universite de Paris-sud,30 pages.

37-Tanga.P..Z et Honore.S.H, 2006. Actes du 2e colloque international du projet ENRECA, numero special, Universite de Ouagadougou, 262 pages.

38- Tidjani.A.D, 2005. Impact de l'occupation du sol sur l'envahissement des cuvettes par apport eoliens dans le Damagaram Est (Sud-Est du Niger).Memoire de DEA, UCL, Belgique, 97 pages.

39- Tielkes.E, Schlecht.E, Hiermaux.P, 2001. Elevage et gestion de parcours au Sahel, implication pour le developpement, Pages 49-54.

40- Tucker et al, 1979. Red and photographic infrared linear combinaison for monotoring vegetation. Remote sensing of the environnement, pages 127-150.

41- UNSO, 1990. Suivi ecologique: le modèle senegalais. Serie de publication no1, printemps 1990. 27 pages.

42- Waziri.M.M, 1993. Les systèmes d'information géographique et l'aménagement du territoire au Niger:le cas de la mise en valeur des mares, cuvettes, vallées et bas-fond. Mémoire de DEA, Université Joseph Fourier de Grenoble, 71 pages.

43- Zabeirou.T, Guéro.M, Amadou.B, 2004. Etude sur la dynamique de l'ensablement dans le Département de Maine-Soroa, 28 pages.

Sites Internet consultés.

- http://.rcre.org.cn/lead

- http://edcwww.cr.usgs.gov

- http://www.hohenhein.de/fatlas 308/start pages/page2/french/content fr/title fr.htm

- http://www.julienas.itp.univ-paris8.fr/vgodart

- http:www.fas.org/eye/corona.htm

- http;// www.fas.org/corona.htm

http:www.bondy.ird.fr/carto/publi/documents/sig1.pdf http:/ www.univmlv.fr/recherche/webTheses/UMVL-2005-000312.pdf http://www.bibliotheque.refer.org/livre21/12126.pdf






Aidez l'hopital de Montfermeil




Moins de 5 interactions sociales par jour