WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des impacts écologiques et socioculturels de l'exploitation des produits de Daniellia Oliveri sur la viabilité de ses peuplements au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Rémy HOUEHOUNHA
Université d'Abomey-Calavi (Bénin) - Doctorat Unique 2009
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 9 : CONCLUSION GENERALE ET RECOMMANDATIONS

L'étude sur les impacts écologiques et socioculturels de l'exploitation de Daniellia oliveri en rapport avec la viabilité de ses peuplements, nous a offert l'occasion de vérifier que les besoins relatifs à l'usage des produits de D. oliveri sont les plus divers au sein des groupes socioculturels Fon, Nago, Goun, Bariba, Peulh, Yoa et Berba. De la feuille à la racine en passant par la tige et à la sève, toutes les parties de l'espèce sont utiles à quelque chose.

Mais, les besoins socioculturels liés aux usages des produits de l'espèce n'ont pas eu la même intensité au sein de l'ensemble des groupes socioculturels. En observant l'existence d'une meilleure connaissance des usages des organes de l'espèce dans le Sud et le Centre du Bénin, une relation de cause à effet est établie par rapport à l'impact écologique laissé par l'exploitation intense de l'espèce dans cette partie du pays. En effet, environ 8 % de la superficie du territoire du Bénin sont actuellement soumis à cette exploitation qui se traduit par la présence dans cette partie du pays, des jachères à D. oliveri. L'exploitation intense du bois de l'espèce l'a dégagée de son habitat naturel et l'a réduite à des rejets de souche. Actuellement dans les zones de surexploitation, les connaissances de l'espèce se limitent généralement à sa vie buissonnante, tant les grands sujets ont disparu. La surexploitation a évolué du Sud vers le Centre et le Nord oil la pression est actuelle (entre 7°35' et 8°14' latitude Nord) (Fig. 27). Plus au Nord entre les latitudes 9°40' et 12°30' Nord, en dehors des Aires Protégées oil l'exploitation de l'espèce n'est pas signalée, les Forêts Classées sont soumises à la même pression anthropique que les terroirs villageois. A ce niveau, l'absence d'une véritable politique de sécurisation du domaine classé de l'Etat est indexée.

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

Les groupements végétaux à D. oliveri, compte tenu du caractère pionnier de l'espèce, devraient être plus présents dans les Forêts Classées que dans les terroirs villageois livrés à l'exploitation incontrôlée. L'Etat étant un propriétaire souvent absent, les Forêts Classées sont plus illégalement exploitées que les terroirs villageois Mieux, les sujets de gros diamètre sont plus présents dans les terroirs villageois que dans les Forêts Classées. L'indice de Shannon et l'équitabilité de Pielou ont montré que les deux milieux sont perturbés; mais la perturbation des groupements des forêts classées est plus accentuée. La perturbation du milieu est liée à la surexploitation des ressources forestières qui le plus souvent, vise les qualités physiques, chimiques ou technologiques des espèces.

Dans le cas de cette étude, la forme morphologique de l'espèce (tronc cylindrique, gros diamètre, fût parfois dégagé), les vertus thérapeutiques et spirituelles de l'espèce, attirent les groupes socioculturels à en user. Cependant, il est constaté que des sculpteurs sur bois, aux tradithérapeutes en passant par les responsables de cultes, la prise de conscience de la disparition de l'espèce ne soit pas une préoccupation. Pourtant, certains artisans sont obligés d'utiliser actuellement du bois immature pour fabriquer des mortiers qui sont facilement attaqués et détruits par les insectes xylophages. Heureusement, D. oliveri se reproduit par voies sexuée et asexuée. Utiles dans le processus de multiplication végétative, les graines de D. oliveri se conservent sans soins particuliers pendant plusieurs mois. Le prétraitement germinatif n'est pas nécessaire cependant, l'espèce se reproduit mieux par graine et par bouture de racine. Mais, malgré le taux de germination élevé des graines sans aucun prétraitement (plus de 90 %) en pépinière, l'absence de régénération naturelle sous les semenciers des terroirs ayant fait l'objet de notre étude (IFN-DFSPBF2, 2007) serait due à la mort des graines de l'espèce soumises au

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

choc thermique des feux de végétation. En effet, le traitement des graines par brûlage et par trempage dans de l'eau chaude, a donné les taux de germination les plus bas. Le milieu d'étude étant la savane assujettie aux feux de végétation pendant la période de fructification de l'espèce, les graines subissent le plus souvent le choc thermique. Sur un autre plan, la conduite des rejets de souches et de racines a montré que le développement de l'espèce n'est pas nécessairement lié au type de sols mais, peut dépendre du traitement des peuplements. Le désherbage des placettes et le traitement avec les feux de végétation, ont servi de base à la définition d'une stratégie visant à mieux exploiter les jachères à D. oliveri en bois de feu. Avec le désherbage continu sur deux ans, la densité des rejets émergents peut quadrupler celle des placettes témoins passées aux feux de végétation. Face aux pressions exercées sur l'espèce par les groupes socioculturels, il urge de prendre des mesures adéquates visant à freiner l'utilisation anarchique actuellement observée chez les usagers des produits de D. oliveri. Ces mesures seront surtout scientifiques, incitatives et règlementaires.

Sur le plan scientifique, il importe de :

n Poursuivre les recherches sur la régénération assistée de l'espèce afin de capitaliser les informations nécessaires à la maîtrise de sa sylviculture.

n Approfondir les connaissances sur l'utilisation de la résine de l'espèce afin de mieux valoriser l'encens de l'espèce;

n Conduire des recherches sur les qualités de la matière grasse `' huile de Daniellia `' contenue dans le bois de l'espèce afin d'augmenter la liste des usages possibles de l'espèce.

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

Sur le plan de l'incitation, il importe de :

n Assurer la promotion des objets d'art issus du bois de D. oliveri sur les marchés internationaux d'art. Les expositions des produits artisanaux fabriqués à partir du bois de D. oliveri serviront de base de publicité pour la valorisation de l'espèce.

n Attribuer des prix aux meilleurs artisans spécialisés dans l'utilisation du bois de l'espèce et qui observent une exploitation respectueuse de l'environnement. Ces artisans seront des modèles dans leur milieu oil le gaspillage des ressources forestières est parfois très préoccupant.

Sur le plan réglementaire il est nécessaire de :

n Retirer l'espèce de la liste des espèces du troisième groupe pour la mettre au premier groupe de la loi des finances. En effet, la taxation différentielle en répartissant les espèces en quatre groupes, autorise le prélèvement des taxes à l'exploitation de façon dégressive du groupe supérieur au groupe inférieur. Le fait que l'espèce soit classée dans les groupes inférieurs attire la pression de l'exploitation ce qui ne favorise pas sa protection.

n Organiser la labellisation des produits issus de D. oliveri afin de
les valoriser et d'assurer à ses peuplements, plus de protection.

ANALYSE DES IMPACTS ECOLOGIQUES ET SOCIOCULTURELS DE L'EXPLOITATION DES PRODUITS DE DANIELLIA OLIVERI (ROLFE) HUTCH. & DALZ.
SUR LA VIABILITE DE SES PEUPLEMENTS AU BENIN

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.