WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Variabilité et tendances pluviométriques dans le nord-ouest de la Centrafrique: enjeux environnementaux


par Bertrand DOUKPOLO
Université d'Abomey-Calavi - DEA 2007
  

précédent sommaire suivant

II. DONNÉES ET MÉTHODES D'ANALYSE

1. Acquisition et critique des données

Il s'agit dans cette section de préciser la source des données collectées et de montrer leur utilité. Ce sont : les données météorologiques, hydrologiques, forestières, agro économiques et sociales. Les stations pluviométriques retenues obéissent à des critères de longueur de séries et de qualité des données, comme prévu par l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM).

1.1. Données météorologiques et hydrologiques

En Centrafrique, les données météorologiques sont gérées conjointement par la Direction de la Météorologie Nationale (DMN) et la Représentation Nationale de l'Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne (ASECNA). Ces institutions ont compétence à collecter et centraliser les relevés météorologiques de terrain et en vérifier la fiabilité. Les données de notre étude exclusivement pluviométriques aux pas de temps journalier, mensuel et annuel, ont été obtenues auprès du Service climatologique de l'ASECNA à Bangui sur la période de 1955 à 1990 ; elles ont ensuite été reprises et complétées sur la longue période de 1951 à 2000, grâce à la banque de données du Laboratoire de Climatologie, de Cartographie et d'Etudes Géographiques (LACCEG) de l'Université de Bangui. Quant aux données hydrologiques, elles ont été essentiellement fournies en ligne par l'Institut Français pour la Recherche et le Développement (IRD). Elles concernent les débits des cours d'eau et l'évapotranspiration potentielle. Mais les séries courtes (1955 à 1967) sont pour la plupart lacunaires et inutilisables.

Le réseau des stations et postes pluviométriques en Centrafrique est l'un des moins denses de la sous région. Certains relevés pluviométriques sont de bonne qualité sans interruption significative depuis la date de leur installation, c'est le cas de Bangui et Berbérati ne comportant pas trop de lacunes. Les données des stations sus-mentionnées ont été géoréférencées par Callede (1991) et Bakam (1996) parmi « les rares stations de référence en terme de suivi et de fiabilité en Afrique Centrale ». D'autres relevés pluviométriques comportent des lacunes au seuil tolérable d'au plus 5%, ils ont été contrôlés et considérés de qualité satisfaisante, c'est le cas pour les stations synoptiques de Bossembélé, Bouar et Bossangoa ayant donc la capacité de fournir des données climatologiques complètes. Après le test d'homogénéité, quatre stations ont été retenues (Tab. I). Avec une superficie de 167.800 km², cela représente une densité moyenne de 1 station pour 41.950 km², ce qui est extrêmement faible. Cette situation pose un problème pour l'analyse des données climatologiques à des échelles spatiales fines (Brou, 2005) quand on sait que l'une des caractéristiques principales du climat tropical est sa très forte variabilité spatiale, surtout en ce qui concerne le paramètre pluviométrique.

Les relevés des stations climatologiques et postes pluviométriques de la zone d'étude ont été abandonnés au motif qu'ils présentent de nombreuses irrégularités et d'importantes lacunes. Ainsi, la plupart de ces stations non seulement n'ont pas de données normales et régulières, mais ne sont plus en état de fonctionnement entre la fin des années 70 et le début de la décennie suivante, alors qu'elles appartiennent à la génération 50. En 2000, même si on constate la remise en marche de quelques stations et postes pluviométriques à Bozoum, Carnot et Bouca (CEC, Rapport annuel 2006), ces postes sont souvent tenus par des bénévoles ou auxiliaires sans compétence recrutés pour la cause par la Diocèse ou la Municipalité de la localité. Le tableau ci-dessous présente l'étendue et les caractéristiques des séries pluviométriques dans le Nord-Ouest de la Centrafrique : positions géographiques, lacunes, type et état de fonctionnement.

précédent sommaire suivant