WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'importance du management dans un service connexe à  la douane, cas de l'Ogefrem - direction provinciale ouest / Matadi.

( Télécharger le fichier original )
par Jean Roger BINDA WA SUMBU
Université catholique du cépromad - Licence 2009
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

    EPIGRAPHE

    « Que l'honneur et la gloire reviennent au tout puissant notre Seigneur Jésus-Christ pour m'avoir accordé le souffle de vie, la grâce, la persévérance, l'espérance et l'amour afin de réaliser cet ouvrage délicat. »

    DEDICACE

    A ma très chère épouse Claudine MALUNDAMA - MBADU, soutient compagnie et partenaire idéal surtout pour sa tolérance à mes absences quelques fois trouve dans ce travail l'expression de mon amour conjugal.

    A vous mes enfants : BELLIA - BINDA, FAVI - BINDA, Eden BINDA et Nathan BINDA que je chérie et qui me manquent parfois dans cette démarche de la recherche des connaissances et compétences nécessaires pour mieux assures les responsabilités qui me sont confiées.

    A mes chers parents : Louis SUMBU - MANGOVO et Marie - Rosie TSHIBUKA ; nous sommes aussi redevables pour votre affection parentale et sages conseils.

    A vous mes frères et soeurs, cousins et cousines, neveux et nièces pour vos conseils et soutient moral.

    A vous mes frères et soeurs en Christ du Centre Evangélique Francophones la Borne Matadi/Département des Conseils.

    A tous ceux qui me sont chers.

    Jean Roger BINDA-wa-SUMBU

    AVANT - PROPOS

    L'honneur et gloire soient rendus au tous puissant qui par sa grâce, nous amène à la chute de notre travail scientifique, fruit d'efforts que nous avons fournis durant notre second cycle d'études universitaire.

    Qu'il nous soit permis d'adresser un remerciement à tous ceux qui ont participé de loin ou de près à la réalisation de ce grand travail.

    Sincèrement les mots nous manque pour exprimer les difficultés que nous avons endurées en rédigeant ce modeste travail, dans un moment où le monde entier traverse la crise économique et financière, tant de sacrifice et des privations.

    Nos remerciements s'adressent particulièrement à Monsieur l'Eminent Professeur Docteur Oscar NSAMAN -o- LUTU qui a accepté la Direction de cet ouvrage scientifique malgré ses nombreuses occupations. Nous remercions aussi le Chef de Travaux Jean MUTOMBO MASAU et l'Assistant TIANSENGA ZANZI, pour leurs encadrements dans la réalisation de ce travail.

    Nos remerciements vont également au corps académiques et matériel de l'Université CEPROMAD Campus de Matadi pour leur encadrement et formation scientifique nous assuré.

    Que nos amis et collège de promotion trouvent également l'expression de notre gratitude pour leur compagnie.

    Nos remerciements vont par ailleurs, vers la Direction Provinciale Ouest OGEFREM/Matadi plus précisément à notre Directeur Jacques KAYUMBA WA KAJUMBA, à Monsieur Pierre NDAUME Chef de service administratifs et financiers et à Monsieur ISOKULA-BOLEMU, Chef d'activités technique mais aussi un aîné dans l'option organisation scientifique du travail, nos collèges de service pour tous vos conseils et votre soutien, que le Seigneur vous comble des bénédictions.

    Nos hommages à notre très chères épouse Claudine MALUNDAMA-MBADU et à nos enfants, nos frères, soeurs, neveux et nièces tous.

    A notre pasteur frère Maurice MWEHU, berger du Centre Evangélique Francophone la Borne/Matadi pour tous les conseil et soutien spirituel nous vous disons grand merci.

    Que tous ceux dont les noms ne figurent pas sur cette page et dont l'effort a été évident dans l'élaboration du présent travail trouvent en dernier ressort l'expression de notre gratitude.

    ABREVATIONS ET SIGLES

    B/L  : Bell of lading

    BIVAC  : Bureau Générale Internationale de valeur Commerciale

    DPO  : Direction Provinciale Ouest

    GGM : Direction Générale de Migration

    EXPORT : Exportation

    IMPORT : Importation

    OFIDA  : Office des Douanes et Accises

    ONATRA  : Office National des Transport

    OCC  : Office Congolais de Contrôle

    OGEFREM : Office de Gestion de Fret Maritime (Multimodule)

    R.H  : Ressources Humaines

    R.D.C : République Démocratique du Congo

    %  : Pourcentage

    D.G.I  : Direction Générale des Impôts

    I.P.R : Impôt

    I.C.A  : Impôt sur le Chiffre d'Affaire

    D.G.D.A  : Direction Générale des Douanes et Accises

    D.P.I  : Direction Provinciale des Impôts

    INTRODUCTION

    1. Choix et intérêt du sujet

    Le choix porté sur ce sujet dans le cadre de cet ouvrage scientifique, n'est pas un fait du hasard, il est sanctionné par le simple fait que l'OGEFREM/Matadi connaît quelques difficultés d'autant plus que les entreprises publiques sont des douanes importantes pour la bonne gouvernance de l'Etat.

    Sur ce, le choix de ce sujet, revêt une importance capitale ne cette option que le management et leadership qui est notre orientation, a pour point focal l'étude de l'organisation vue comme un tout. Il est vrai que le moment est là pour nous d'examiner les entreprises publiques particulièrement, l'OGEFREM (Direction Provinciale Ouest/Matadi) où nous avons testé l'importance du management et de leadership.

    L'intérêt de notre travail revêt deux (2) aspects, à savoir :

    - Sur le plan scientifique : ce travail contient une littérature sur l'importance du management et de leadership appliqué à l'OGEFREM/Matadi ;

    - Sur le plan d'opérationnalité : ce travail permettra de réveler les insuffisances ou lacunes qui caractérisent le management et d leadership dans les entreprises publiques en général, et l'OGEFREM (Direction Provinciale Ouest/Matadi en particulier.

    2. Problématique

    La problématique se définit comme un arsenal des questions posées dans une branche scientifique en vue d'une recherche des solutions((*)1). Il et vrai, d'aucun n'ignore que les entreprises du porte feuille sont devenues des canards boiteux pendant qu'elles jouent un rôle important dans la bonne gouvernance en République Démocratique du Congo. En effet, ce sont-elles en principe qui sont des vaches à lait c'est-à-dire pour voyeurs des recettes de l'Etat.

    Au regard de cette vérité incontournable, les recherches que nous entreprenons, à ce jour, ont pour soubassement le constat selon lequel définis plus d'un moment, l'Office de Gestion du Fret Maritime est butter à des difficultés dues au niveau de l'importance du management et de leadership.

    Par contre, d'aucun est sans ignoré que le management est en ce jour pour toute organisation, une panacée comme le médecin l'est pour le corps humain c'est ainsi, face à la maladie qui ronge la Direction Provinciale Ouest OGEFRM/Matadi (tolérance, insuffisance, managériale), il est capital de rempénser l'importance du management et de leadership dans cette Direction.

    Ce qui précède, notre travail tourne au tour de question de recherche suivante :

    - L'OGEFREM (Direction Provincial Ouest/Matadi) pratique t-il le management et le leadership pour son personnel ?

    - Si Oui e quelle manière ?

    - Si nom comment refenser ce type de management et leadership à l'OGEFREM/Matadi ?

    3. Hypothèses du travail

    D'après R. PINTO et M. GRAWTIZ (2), tout chercheur doit en principe, au départ disposer d'un point de vue, lequel constitue ce qu'on appelle le concept opérationnel ou l'hypothèse de travail.

    Nous référant aux questions posées à la problématique, nous croyons que le management et le leadership serait inefficacement appliqué à l'OGEFREM/Matadi, par conséquence, cette entreprise publique a des insuffisances sur la gestion du Fret Maritime qui est sa mission principale.

    Nous ne saurons poursuivre cette description, sans fil conducteur, nous faisons suite à la méthodologie.

    04. Méthodologie du travail

    R. PINTO et M. GRAWITZ (3) définit la méthode comme un ensemble d'opérations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à atteindre les vérités qu'elle poursuit, les démontre et les vérifié. Elle est subdivisée en deux :

    - La méthode et;

    - Les techniques.

    04.1 Méthode

    Pour élabore la présente étude, nous avons recouru à la méthode systématique qui est axée sur la notion e système, lequel est défini, selon J.W Lapierre (4) comme étant un ensemble d'élément interdépendant, c'est-à-dire liés entre eux par des relations telles que si l'une d'elles est modifiées les autres le sont aussi et par conséquent tout l'ensemble est modifié.

    La méthode systématique comme son nom le désigner, est intimement liée à la notion du système, plusieurs auteurs l'ont abordée.

    Cependant, dans le cadre de notre étude, nous recourons au modèle de D. EASTON, selon lui, le système fonctionne avec son environnement intra- sociétal. En auront du système, il y a des inputs ou demandes qui passent par le centre stratégique (boite noire) et en sorte comme des outputs et entre les inputs et les outputs, il y a une rétroaction. De cette façon là le système devient interactif (5).

    C'est ainsi, l'OGEFREM constitue le système, ses services fonctionnels sont considérés comme des sous-systèmes et comme l'environnement intra- sociétal. Les autres entreprises constituent l'environnement extra sociétal y compris les ministères de tutelles, les inputs sont les réclamations des ressources humains, les clients et les outputs, les décisions prises à cet effet. De cette façon, il y a des boucles de rétroaction pourvues des conséquences négatives ou positives.

    04.2 Technique de recherche

    Les techniques (6) sont des procèdes opératoires, rigoureux bien définis, susceptibles d'être appliqués à nouveau dans les mêmes conditions adaptées au genre des problèmes ou des phénomènes en cause.

    En ce qui concerne ce travail, nous avons utilisé les techniques documentaires, l'observation directe, d'interview et d'Internet.

    La technique documentaire nous a permis la lecture des ouvrages, des articles, des textes officiels, des notes de cours et autres documents scientifiques se rapportant à notre sujet d'étude.

    L'observation directe nous a permis d'observer directement le fait que nous étudions pendant que nous enquêtions cela à cause de notre affrontenance dans l'entreprise sous étude.

    L'utilisation de l'interview libre dans le cadre de cette étude se justifie par le fait des entretiens exploratoires que nous avons en avec certaines agents et cadres de l'OGEFREM (Direction Provinciale Ouest/Matadi). L'Internet nous a permis de télécharger quelques documents utiles à notre étude.

    05. Délimitation du sujet

    Comme tant travail scientifique, notre étude est délimité dans l'espace et dans le temps, cela dans le souci de produire un travail digne, consistant et précis. Dans le temps, nous avons préféré la période allant de 2006-2009 dans la mesure où elle est riche en informations surtout que cette période à concédé avec le restructuration des entreprises publiques en République Démocratique du Congo.

    Quant à l'espace considère, cette monographie porte sur l'OGEFREM, Direction Provinciale Ouest, situe à Matadi au numéro 5 de l'Avenue Vivi à côté de l'Immeuble ex PEK dans la Commune de Matadi.

    06. Difficultés rencontrées

    En croire, un travail scientifique comme celui-ci ne saurait se terminer sans difficulté pendant sa réalisation. A cet effet, nous avons été certes heurtée aux difficultés financières, la consultation des ouvrages sans bibliothèques, aussi la navigation à l'Internet. Le soutient matériel de nos collèges a été d'une grande importance pour palier à des difficultés.

    07. Subdivision du travail

    En dehors de l'introduction et la conclusion, le présent travail est subdivisé en trois (3) chapitres; le premier est basé sur les généralités, le second est axé sur le présentation de l'OGEFREM. Enfin le troisième et dernier chapitre fait l'objet de l'importance du management et du leadership à l'OGEFREM (Direction Provinciale Ouest/Matadi).

    CHAPITRE I : CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE

    I.1 Le service

    - Le service : (Latin servitium) ; action de servir, ensemble des obligations envers des individus ou des collectivités accomplir une tâche qui découle de ses fonctions ; se mettre au service e l'Etat. Action ou manière de servir un maître, un client, c'est aussi entrain de les exercer. Organisme de certain institutions publiques ou entreprise publique ou privée, tendant à satisfaire certains besoins collectifs.((*)1)

    1.2 La douane

    - La douane : administration publique chargée de percevoir des droits sur les marchandises exportées ou importées. C'est aussi un lieu où est établi le bureau de la douane.((*)2). En fin la douane peut aussi être définie comme étant l'administration ayant responsabilité d'appliquer sur l'ensemble du territoire nationale, la législation et des réglementations douanières et connexes.

    - Le leadership : vient du mot leader signifiant chef ou personne en vue, dans une organisation, un pays, exemple les tête d'un groupe ; il influe sur l'opinion du groupe auquel elle appartient mais aussi un produit qui occupe la première place sur le marché tandis que leadership c'est un commandement dans la fonction du leader.((*)3)

    - il est aussi la capacité de conduire les hommes et les femmes et d'orienter leurs énergies vers la réalisation d'un objectif.

    - Leadership vient de l'anglais, Leader, chef (désigné par ses pairs) d'un parti politique en grande Bretagne).

    Le leadership (de leader et du suffixe : ship) désigner la qualité, la capacité, l'art à conquérir, exercer et conserver cette fonction de leader.

    « Leader » a été introduit dans la langue française au XIXèr siècle et sert à désigner un meneur, un chef de file, un dirigent, acteur influent, écouté, conduisant des personnes vers des objectifs, souvent associé à la conduite de changements.

    Le leadership tend donc, en français, à définir une capacité à mener des personnes ou des organisations vers m'atteinte d'objectifs. Le leadership est associé à l'aura reconnue à une personne ou à un groupe de personnes dans son aptitude à motiver, impliquer, impulser, guider, inspirer n'a pas de traduction français.

    Il désigner les comportements que l'on peut reconnaître à celui qui assure la « fonction du leader » d'une manière générale, il peut être défini comme « la capacité d'une individu à influencer, à motiver, et à rendre les autres capables de contribuer à l'efficacité et au succès des organisations dont ils sont membres « avoir du leadership » c'est exercer une influence dans une démarche de compétition.((*)1)

    1.4 Le management

    1.4.1 Définitions

    Le management est un concept récent dans le vocabulaire français tel point que nombreux sont ceux qui veulent en savoir la signification. Ainsi, plusieurs auteurs se sont donné la peine de le définir, chacun de sa manière.

    Selon Peter DRUCKER, concept anglo-américain, le management st tout ce qui est nécessaire pour mener à bien une affaire, petite ou grande, indépendante ou non.

    Pour Elton MAYO, Abraham MASLOW et VREAM définissent le management comme « l'Art de combiner les ressources matérielles, humaines et techniques ainsi que les facultés intellectuelles et morales pour atteindre au mieux possibles les objectifs fixés ».

    Pour MAC NAMARA, le management est l'organisation du changement orienté vers la création de richesses à travers la satisfaction plus perfectionnée des besoins de l'homme.

    1.4.2 Historique

    Le management est une science récente, mais elle s'inspire cépendant des cultures et des comportements de certains peuples anciens, par exemple, les Egyptiens, les Chinois, l'apport de la bible, etc...

    1.4.3 Evolution du management

    Le management remonte au début de l'humanité, sur le plan empirique, il s'est inspiré du réalisation Egyptien, Hébreux, Chinois, Grec et de la bible, sur le plus considération lui vient des auteurs tels que TAYLOR, FAYOL et DRUCKER.

    Le management a beaucoup énergie vers les années soixante, il s'était imposé plus important que les fonctions de direction et de gestion afin de marquer l'art et la faculté d'opérer de grand changement au sein d'une entreprise et cela à une tendance globale, moderne et créativité et maintenance d'un environnement interne dans l'entreprise où des individus travaillent ensemble dans des groupes, peuvent accomplir efficacement le travail en vue d'atteindre les objectifs des celles-ci tout en tenant compte de son environnement extérieur.

    Pour se constituer en vue véritable science, le management a bénéficié de différents apports de certains peuples et même de la bible.

    - L'apport de la bible

    La bible est la source de toutes les inspirations et les sciences entre autre le management. S'agissant de cet apport, nous recourons dans le livre de Mathieu chapitre 25 : 14-30 (parabole des talents). Il ressort de ce passage que les deux premiers collaborateurs démontrent qu'ils ont l'esprit managérial. Mais, le dernier sans esprit managérial, ne dit rien de ce qu'il avait reçu de son maître et ne gagna absolument rien.

    Selon Mathieu ou lui a arraché tout ce qu'il avait bénéficié de son patron pour le donner à ceux qui avaient bien travaillé. Il y a des similitudes entre le comportement véritables d'un manager à celui de deux serviteurs.((*)1)

    En autre, si la tour de Babel s'était élevée jusqu'à faire peur à Dieu lui-même qui est toujours personnellement pour mettre fin à l'ouvrage, c'est toujours grâce à l'esprit managérial dont étaient animé les initiateurs de la dite tour.((*)2)

    - L'apport Egyptien

    Dans l'Egypte antique (4.000 à 2.000 av J.C) les grandes travaux de construction étaient effectués et exigeaient plus au moins 2 millions de blocs pour 1 million d'hommes pendant 20 ans.

    Sans planification, organisation, motivation, coordination, sélection et contrôle, un tel travail, ne peut pas se réaliser.

    Ce genre de pratique ne pouvait que provenir d'une application du management puisqu'elles nécessitaient de la planification, de l'organisation, de la coordination, de la communication, de la motivation, de la délégation du pouvoir et du contrôle, fonctions qui relèvent du management.

    - L'apport chinois

    500 avant J Christ, les chinois parlaient de la personnalité et du rôle du chef, celui-ci ne doit pas être loin de ceux qui exécutent les ordres. Ils ont développé un esprit de commandement et de la personnalité. C'est-à-dire ceux qui exécutent des ordres et ils ont mis en application des principes tels qu'il faut compter sur ces propres efforts, sans planification, organisation, communication et contrôle, les chinois ne pouvaient pas réussir l'autosuffisance alimentaire avec vu le nombre d'habitants.

    - L'apport hébreux

    (Conseil de Potifar à Moise) au XVèm siècle avant J.C, les hébreux ont introduit l'idée de Scalar principal qui signifie la notion du principe hiérarchique cette conception mettait l'accent sur la notion du chef en d'autres termes, la notion d'échelle du pouvoir qui consiste à déléguer le pouvoir et la responsable au sein de l'entreprise. L'une des pratiques du management.((*)1)

    1.4.4 Management art, science et philosophie

    - Le management comme art

    En tant qu'art, le management se référé aux talents de chacun que le Bon Dieu a placé dans chaque être humain de manière particulière suivant sa sainte grâce ; nous mettons accent sur les dons providentiels, des prédispositions à mener à bien une affaire, à diriger c'est-à-dire le savoir faire et le savoir être dans les affaires.

    Nous soulignons que certaines personnes possèdent e doigté et de flair dans les affaires. Des aspects artistiques qui leur confèrent un déterminisme et une émulation exemplaire.

    Le management consiste à atteindre les objectifs préalablement définis par la combinaison rationnelle des ressources disponibles (6M) à noter :

    - M comme moyen humain ;

    - M comme matière ;

    - M comme méthode ;

    - M comme monnaie ;

    - M comme marché.

    Ceci est applicable dans toutes les activités de l'être humain.

    Nous affirmons avec J.J SERVAN-SHEIBER qui « le management est, en fin de compte, le plus créateur de tous les arts, car c'est l'art d'organiser le talent en vue d'atteindre les objectifs ou les résultats escomptés.

    - Le management comme science

    En tant que science, le management est constitué d'un ensemble des connaissances méthodiques systèmatiques, accumulés pour expliquer et comprendre des vérités générales, ces connaissances peuvent être coulées, en principes, normes, lois, théorèmes et théories.

    Il management comme science consiste à étudier les manières d'accroître l'efficacité et l'efficience des organisation à partir des analyses sur les manières `exécuter les taches, le comportements es travailleurs et ces stratégies à mettre en place pour les amener à réaliser le meilleurs d'eux-mêmes.

    - Le management comme philosophie

    Le management comme philosophie consiste à créer une atmosphère d'entente et de sécurité pour permettre d'atteindre les objectifs de l'entreprise, c'est-à-dire que la responsabilité d'un manager est d'abord social et communautaire, d'une manière verticale et horizontale.

    C'est aussi un étant d'esprit, une culture qui doit être vécus au quotidien.((*)1)

    1.4.5 Ecoles du management

    Autant qu'il y a des tendances, autant qu'il il y a aussi des écoles en management dans le cadre de ce travail, nous avons retenue trois grandes écoles à savoir :

    a) Ecole classique

    Cette école regroupe les auteurs les plus célèbre du XXèr siècle dont : TAYLOR, FAYOL et MAX-WEBER et FREDERIC WILSO. Pour ces auteurs l'essentiel de leur recherche s'est attelée à décortiquer les options suivantes :

    - L'homme, pour être rentable doit savoir ce qu'il fait ou ce qu'il doit faire ;

    - Ensuite, il faudrait l'impulser à travailler et le satisfaire en conséquence. D'où le principe de la division scientifique du travail de la répartition des tâches et du salaire lié à la priece.

    Les auteurs de cette école avaient reçu leur démarche car la rentabilité et la productivité étaient évidentes dans les entreprises. Hélas, ils ont oublié que l'être humain (d'homme) n'était pas une machine de production qu'il faut travailler jusqu'à son amortissement, mais étant un animal social, il a des besoins physiologiques à recoudre. D'où pour ces grands penseur, l'homme devra beaucoup travailler pour bien rémunérer.

    b) Ecole des relations humaines

    Cette école est animée par Elton MAYO et Abraham MASLOW, BLACK et MOUTON, VROOM, HERBERG, elle dégage l'évidence selon laquelle le travailleur (être humain) est un animal social, excellent qui a des besoins divers.

    En tant qu'animal social, le lien du travail doit être socialisé de façon meilleure par des mécanismes d'intégration sociale où il se sent aisément intégré, car la satisfaction de ses besoins constitués un « leitmotiv » au processus de production.

    C'est ainsi que Elton MAYO conseille les maîtres et les contre maître à créer les compétences en relation humaine et amener les employés à savoir une coopération, les employeurs à assoire leur pouvoir sur les compétences sociales et non sur des connaissances scientifiques qui ne sont pas sujets à discussions.((*)1)

    c) Ecole moderne

    Par rapport aux deux précédents écoles qui ont mis dans leur démarche l'accent sur l'influence des travailleurs sur l'organisation, les apologistes de cette approche essayent d'appréhender les problèmes complexes de l'organisation qui ne sont pas lié à l'individu qui se trouve dans l'organisation et de persuader que le fonctionnement d'une organisation dépend des paramètres internes et externes de son environnement qui ont un impact positif ou négatif sur le résultat de l'organisation.

    C'est pourquoi, Henry MINTZERG, pionnier du management moderne dit ce qui suit : « l'entreprise ou l'organisation évoluer dans un environnement en perpétuelle mutation. Par conséquent, ses succès dépendent de la manière dont ceux qui la gèrent, s'y prennent face aux exigences de l'environnement » 

    De ces différentes écoles managériales, il est à noter les approches du management abordées par plusieurs auteurs émanant des écoles précitées pour résoudre certains problèmes qui se posent dans la société, car le management s'occupe de toues les organisations qui ont des objectifs à atteindre.

    CHAPITRE II : PRESENTATION DE L'OGEFREM

    2.1 Dénomination

    En application des recommandations pertinentes de la charte d'abisant et des dispositions du code de conduite des conférences maritime, il fut crée par ordonnance n°80-256 du 12 novembre 1980, un organisme dénommé : Office de Gestion du Fret Maritime « OGEFREM » en sigle.

    2.2 Situation géographique

    Le siège social de l'Office de Gestion du Fret Maritime « OGEFREM » est situé sur l'Avenue de la Presse ; 7ème Etage Botour, Kinshasa/Gombe.

    A Matadi, champ de notre recherche, l'OGEFREM est situé sur l'Avenue vivi n° 5 ; Commune de Matadi au centre ville siège où abrite la direction provinciale et les principaux service des unités opérationnelles de l'Office sans oublié les deux autres services rattachées à la direction sont le guichet unique/port de Matadi et le service assistance sise au rez de chaussé Hôtel/Mbingu.

    2.3nHistorique

    Organisme de droit public à caractère commercial et technique, l'Office d e Gestion du Fret Maritime « OGEFREM » a été crée par ordonnance n°080/256 du 12 novembre 1980.

    Il est placé sous la tutelle du Ministère des Travaux et Voies de Communication et du Ministère du Portefeuille.

    2.4 Organisation structuro administrative

    En tant qu'organisme de l'Etat chargée de règlementer et nationaliser la desserte maritime nationale notamment au travers du contrat d'adhésion ; il sert de support technique au gouvernement en la matière.

    - Au regard de l'article 5 de la loi n°78/002 du 06 janvier 1978, l'Office de Gestion du Fret Maritime est structurée, à l'instar.((*)1)

    Des entreprises du Portefeuille, comme suit :

    - Le conseil d'administration (C.A) ;

    - Le comité de gestion (C.A) ;

    - Le collège des commissaires aux comptes (C.C)

    Le comité de gestion est composé de (5) cinq membres dont (4) mandataires et 1 agent représentant de la délégation syndicale de l'Office. Il s'agit pour les mandataires de l'Etat de :

    · L'Administrateur Délégué Général (A.D.G) ;

    · L'Administrateur Délégué Général (A.D.G.A) ;

    · L'Administrateur Directeur Technique (A.D.T) ;

    · L'Administrateur Directeur Financier (A.D.F).

    De ce qui précède, nous pouvons noter l'architecture suivante :((*)2)

    · La Direction Général (D.G) ;

    · La Direction des Agences et Mandataires (D.A.M) qui comprend :

    - La Direction Provinciale Ouest (D.P.O) chargée de la gestion des activités portuaires de Matadi, Boma, Banana, Moanda avec Matadi comme siège juridictionnel ;

    - La Direction Régionale Est (D.R.E) ayant pour siège juridictionnel à Goma pour la supervision des activités des Provinces du Nord-Kivu Sud-Kivu, le Manième et la Province Orientale ;

    - La Représentation d'ANVERS en Belgique (RAN) ;

    - La Représentation de Mombasa au KENYA ;

    - La Représentation de Dar-Salaam en Tanzanie ;

    - Quelques Mandataires opérationnels dont transitra Amsterdam et Transitra Canada.

    · La Direction de l'organisation et du comité de gestion (D.O.C.F) ;

    · La Direction Prospectives et Développement (D.P.D) ;

    · Département technique (D.T) placé sous la coordination de l'ADT, il comprend les directions opérationnelles (liées à l'objet social de l'entreprise) suivantes :

    - La Direction des Frets Maritimes (D.F.M) ;

    - La Direction Négociations des Taux de Fret (D.T.F) ;

    - La Direction des Facilités Administratives et Juridique (D.F.A) ;

    - Département Administratif et Financier (D.A.F) supervisé par l'ADF et comprend les Direction Traditionnelles que sont :

    · La Direction Administrative (D.A) ;

    · La Direction Financière (D.F) ;

    · La Direction des Agences et Mandataires (D.A.M).

    2.4.1 Organigramme de l'OGEFREM

    S/D DAM

    Conseil d'Administration

    Comité de gestion

    ADG

    ADGA

    Assistant ADG

    S Cons juridique

    S Secrétariat

    S Relations Publ.

    S Communication

    Attache de Direction

    D Audit interne

    Département administratif

    Et financier

    Département technique

    Secrétariat

    Secrétariat

    Direction Administrative

    Direction Financière

    Dir organisation & contrôle de gestion

    Dir prospective & développement

    Dir des agences & mandataires

    Dir des frets maritimes

    Dir négociation des taux de fret

    Dir facilites Adm & Jur

    SEC

    SEC

    SEC

    SEC

    SEC

    SEC

    SEC

    SEC

    SEC

    S/D RII

    S/D FIN

    S/D REC

    S/D INFO

    S/D CON

    S/D ORD

    S/D PROS

    DRE

    DPO

    S/D DEV

    DRS

    S/D DTP

    S/D DFMI

    S/D DFAL

    Source : Direction OGEFREM/Matadi

    2.4.2 Organigramme de la Direction Provinciale Ouest

    Direction OGEFREM/Matadi

    Service guichet unique

    Service assistance aux chargeurs

    Service exploitation n° Port Boma

    Service administratif et financier

    Service activité technique

    Bureau trafic Norco

    Bureau trafic Afrique

    Bureau autres trafics

    Bureau assistances aux chargeurs

    Bureau facilites

    Bureau administratif

    Bureau comptabilité

    Bureau perception

    Source : Direction OGEFREM/Matadi.

    2.4.3 Fonctions

    La Direction Provinciale Ouest est sous l'autorité du Directeur des agences et mandataires, le Directeur Provinciale Coordonne les activités des cinq services, à savoir((*)1) :

    1. Le service guichet unique port e Matadi ;

    2. Le service assistance aux chargeurs ;

    3. Le service d'exploitation port Boma ;

    4. Le service administratif et Financier ;

    5. Le service Activités Technique.

    Un informaticien est affecté à la Direction Provinciale pour veiller au bon fonctionnement et à la bonne gestion des systèmes informatiques et de l'équipement de bureautique.

    v Service guichet unique Matadi

    Ce service est chargé de :

    - Réception et saisir les manifestes et autres documents de transport maritime transmis par les armateurs ou par les agents maritimes ;

    - Emettre et valider les documents OGEFREM de chargement ;

    - Assurer le transport mensuel des données vers le siège et vers le réseau central du guichet unique ;

    - Elaborer le rapport mensuel des déchargement et chargement ;

    - Etablir le planning central et l'horaire des navires attendus ;

    - Contribuer à la mise en place de la banque des données.

    Le service guichet unique port de Matadi est placé sus l'autorité d'un chef de service et comprenant trois bureaux :

    - Le bureau trafics africains ;

    - Le bureau trafics norco ;

    - Le bureau autres trafics.

    a) Bureau trafics africains

    Ce bureau est chargé de la gestion des services en provenance de la côté de l'Afrique de l'Ouest et du centre ainsi que l'Afrique du sud et australe.

    b) Bureau trafics norco

    Ce bureau est chargé de la gestion des navires en provenance de l'union européenne.

    c) Bureau autres trafics

    Ce bureau est chargé de la gestion es autres trafics, du trafics de transping et du fret à l'exploitation.

    v Service assistance aux chargeurs

    Ce service est chargé de :

    - Recenser, analyser et tenir à jour les coûts procédures, formalités, documents et réglementation en vigueur en vue de simplification et harmonisation ;

    - Identifier des chargeurs et les associations de chargeurs ;

    - Apporter une assistance directe aux chargeurs, à titre individuel ou collectif, auprès des administrations et opérateurs de la chaîne e transports en vue du dénouement es problèmes qu'ils peuvent rencontrer ;

    - Suivre et analyser les performances de la chaîne des transports en vue d'en développer les infrastructures, de proposer les voies et moyens d l'amélioration, de transbordement, de stockage, d'exploitation, etc... ;

    - Contribuer à la mise en place de la banque de données le service assistance aux chargeurs est placé sous l'autorité d'un chef de service et comprend deux bureaux :

    · Bureau assistance aux chargeurs ;

    · Bureau facilité administratives, juridiques et portuaire.

    v Bureau assistance aux chargeurs

    Ce bureau est chargé de :

    - Identifier et recenser les chargeurs et les associations chargeurs ;

    - Assurer la promotion de l'image de marque de l'Office et les relations avec les médias ;

    - Apporter une assistance directe aux chargeurs, titre individuel ou collectif, auprès es administration et opérateur du secteur du commerce extérieur en vue du dénouement des problèmes qu'ils peuvent rencontrer ;

    - Contribuer à la mise en place de la banque de données maritimes ;

    - Veiller à la mise à jour de « l'annuaire des chargeurs » ;

    - Assurer de manière permanente une information adéquate aux chargeurs.

    v Bureau facilité administrative, juridiques et portuaires

    Ce bureau est chargé de :

    - Recenser et tenir à jour en vue de leur harmonisation et leur simplification, les procédures et formalité administratives ainsi que les documents relatif au transport du fret maritime national.

    v Service administratif et financier

    Ce service est chargé de :

    - Saisir et traiter toutes les opérations comptables de la Direction Provinciale Ouest ;

    - Produire les comptes, états de synthèse, tableaux et documents nécessaires à la gestion financière de la Direction Provinciale Ouest ;

    - Procéder à la vérification des imputations des pièces comptables et aux corrections éventuelles ;

    - Elaborer et exécuter le budget de la Direction Provinciale Ouest ;

    - Assurer le recouvrement de l'ensemble des recettes prévues conformément aux instructions de la matière ;

    - Animer et contrôler les postes de perception, analyser leurs performances et proposer les orientations et les stratégies en vue d'améliorer leur productivité et leur efficacité ;

    - Procéder aux opérations financières par la caisse et par les banques ;

    - Veiller à la bonne administration du personnel et du patrimoine de la Direction Provinciale Ouest ;

    - Gérer les biens meubles et immeubles de la Direction Provinciale Ouest et en assurer la maintenance ;

    - Veiller à la discipline, au maintien de l'ordre et à l'application des textes réglementaires.

    Le service administratifs et financier est placé sous l'autorité d'un chef de service et comprend quatre bureaux :

    - Le bureau trésorerie ;

    - Le bureau comptabilité ;

    - Le bureau perception ;

    - Le bureau administratif.

    v Bureau trésorerie

    Ce bureau est chargé de :

    - Procéder aux opérations financières par la caisse et par les banques ;

    - Etablir les plans et tableaux de bora périodiques et trésorerie et suivie les placements auprès des banques ;

    - Etablir la situation de trésorerie journalière ;

    - Gérer le portefeuille de l'Office à la Direction Provinciale Ouest ;

    - Préparer et proposer des mesures d'orientations de l'activité financières de l'Office.

    v Bureau comptabilité

    Ce bureau est chargé de :

    - Collecter, traiter et enregistrer toutes les données comptables relatives aux activités de la Direction Provinciale Ouest ;

    - Produire les états comptables de synthèse y afférents ;

    - Etablir les de bord périodiques, suivie leur exécution et analyser les écarts ;

    - Etablir aux opérations d'encaissement et effectuer les paiements suivant les procédures en rigueur ;

    - Tenir le livre de caisse et le livre de banque.

    v Service exploitation port de Boma

    Le service exploitation port de Boma a, mutation mutandis, les mêmes attributions que le service exploitation port de Matadi.

    Le service exploitation port de Boma est placé sous l'autorité d'un chef de service et comprend trois bureaux :

    - Le bureau antenne port de Boma ;

    - Le bureau financier ;

    - Le bureau antenne port de Banana.

    v Bureau antenne port de Boma

    Ce bureau est chargé de :

    - Emettre et valider des documents OGEFREM de chargement ;

    - Etablir, tenir à jour et exploiter les fiches de réservation ;

    - Contrôler la couverture de fret à l'exploitation et à l'importation par des documents de chargements ;

    - Etablir le planning central et l'horaire des navires attendus ;

    - Analyser mensuellement les indicateurs de rendement du port ;

    - Récolter et exploiter les statistiques portuaires ;

    - Assurer de manière permanente une information adéquate aux chargeurs ;

    - Apporter une assistance directe aux chargeurs, à titre individuel ou collectif, auprès des administrations et opérateurs du secteur du commerce extérieur en vue du dénouement des problèmes qu'ils peuvent rencontrer ;

    - Assurer la diffusion des supports d'information produits par l'Office ;

    - Assurer la liaison avec les professions auxiliaires des rapports maritimes ;

    - Suivre leur fonctionnement et leurs conditions d'intervention.

    v Bureau financier

    Ce bureau est chargé de :

    - Etablir la situation journalière de la trésorerie ;

    - Procéder aux opération d'encaissement et effectuer les paiements suivant les procédures en vigueur ;

    - Tenir le livre de caisse et le livre de banque ;

    - Assurer le recouvrement régulier des fonds auprès de l'OFIDA, de entrepôts publics concédés (E.P.C) et autres débiteurs en perception directe ;

    - Etablir les prévisions et les statistiques mensuelles, trimestrielles et annuelles des recettes perçues par poste, banque, chargeur et par régime ;

    - Harmoniser, navire par navires, les documents et analyser les écarts.

    v Bureau antenne port de Boma

    Ce bureau est chargé de :

    - Emettre et valider des documents OGEFREM de chargement ;

    - Etablir, tenir à jour et exploiter les fiches de réservation ;

    - Contrôler la couverture de fret à l'exploitation et à l'importation par des documents de chargement ;

    - Etablir le planning central et l'horaire des navires attendus ;

    - Analyser mensuellement les indicateurs de rendement du port ;

    - Récoltes et exploiter les statistiques portuaires ;

    - Assurer la diffusion des supports d'information produits par l'Office ;

    - Tenir le livre de caisse et le livre de banque et assure les opérations locales de recouvrements.

    2.5 Infrastructures

    Pour assure son fonctionnement l'OGEFREM procède les infrastructures ci-dessous :

    - Bâtiment administratif : le ser exploitation port de Boma, siège de la Direction Provinciale Ouest situé sur l'avenue vivi n°5 ;

    - Autres bâtiments : hôtel MBINGU (Boma), immeuble NKAMA (Boma) porc à véhicule et parc à bois (Boma) ;

    - Terrain : Songololo, Moanda ;

    - Charroi automobile trois (3) fief pour service ; une (1) fief pour la Direction ;

    - Engin d'exploitation : Trois (3) groupes électrogènes, sité VSAT/Matadi ;

    - Les ordinateurs : Cinquante huit (58) ;

    - Les photocopieuses : Trois (3).

    2.6 Fonctionnement

    2.6.1 Analyse de l'évolution de CA

    Pendant le quatre (4) années de recherche, le chiffre d'affaires l'OGEFREM en général connait un taux de croissance moyen annuel de près de 29% à titre indicatif, l'OGEFREM a fait preuve des performances commerciales remarquables en augmentant chaque année son chiffre d'affaire de :

    Tableau n° 1 : Evolution des CA de l'OGEFREM de 2006 à 2009

    ANNEES

    CHIFFRE D'AFFAIRES

    1

    2006

    11.529.501 USD

    2

    2007

    14.787.790 USD

    3

    2008

    20.314.418USD

    4

    2009

    24.417.935 USD

    Source : Rapport annuel OGEFREM

    Commentaire : Le tableau ci-dessous révèle que les CA réalisé par OGEFREM pendant la période sous études manifestent une croissance permanente qui est passée de 11.529.501 $ en 2006 à 24.417.935 $ en 2009, soit un taux de croissance de 29%.

    Pour mieux expliciter cette évolution nous avons préférer exposer l'histogramme suivant :

    2.6.2 Contribution de l'OGEFREM au budget de l'Etat

    Les contributions de l'Office au budget de l'Etat se présente de a manière suivante :

    Tableau n° 2 : Contribution de l'OGEFREM au budget de l'Etat de 2006 à 2009

    ANNEES

    CONTRIBUTION

    1

    2006

    1.611.452 USD

    2

    2007

    1.853.021 USD

    3

    2008

    2.996.919 USD

    4

    2009

    3.448.645 USD

    Source : Rapport annuel OGEFREM

    Commentaire : La contribution de l'OGEFREM au budget de l'Etat présente un taux de croissance de 31% dont les montants sont passé de 1.611.452 $ à 3.448.645 $ des respectivement de 2006 à 2009.

    Souligne que ce taux de croissance de près de 31% dues aux contributions (I.P.R, I.C.A , avance sur dividendes...), sont payées dans le délai, ce qui a valu à l'OGEFREM de félicitation de l'administration fiscale (la D.G.I).

    Cette situation peut aussi être représentée dans l'histogramme ci-dessous :

    CHAPITRE III : L'IMPORTANCE DU MANAGEMENT ET DE LEADERSHIP

    III.1 Aperçu général

    Dans le présent chapitre de notre travail nous allons traiter de l'importance de manageraient et de leadership au sien de l'entreprise sous étude.

    Pour ce faire, nous commencerons par exposer l'état de lieu de cette réalité dans l'Office OGEFREM, évidement c'est après avoir identifié cette réalité sur terrain que nous allons procéder par une analyse critique pour déceler les points forts et faible de cette entreprise.

    L'application de management et de leadership sera alors suivie pour appuyer leurs importances évidentes dans la gestion des entreprises en générale et de l'OGEFREM en particulier.

    Ce chapitre sera clôturé, bien sur, par les recommandations et suggestion que nous allons formule pour la bonne application du management et de leadership au sein de l'OGEFREM en vue d'améliorer d'avantage son rendement ainsi que sa contribution dans le budget de l'Etat.

    III.2 Etat de lieu à l'OGEFREM

    La Direction Provinciale Ouest/Matadi comparativement aux autres entreprises Portefeuille de l'Etat Congolais connait des problèmes liés à son gestion interne. Il est question de signaler les quelques difficultés ou problèmes : la mauvaise gestion de ressources humaines, la centralisation du pourvoir ; les conditions économique insuffisante (hygiénique et archivages).

    III.2.1 La mauvaise gestion de RH

    Tenant compte de la situation actuelle de l'entreprise sous étude, nous remarquons que la gestion des ressources humaines manifeste quelques insuffisances notamment dans le respect de certaines clauses de la convention collective en matière par exemple de congé annuel de restitution.

    De même il n'y a une politique permanente et soutenue de recyclage et formation professionnelle des agents.

    III.2.2 La centralisation du pouvoir

    Nous avons remarque aussi l'existence de la centralisation du pouvoir par la Direction Générale alors que vu la prépondérance des activités au niveau de la ville de Matadi, la décentralisation du pouvoir pour certaines opérations parait nécessaire.

    C'est le cas notamment de l'ordre de paiement de salaire qui provient toujours de la Direction Générale, alors que tout se fait sur place à Matadi. Cela est de même pour les frais de fonctionnement pour ne citer que ceux là.

    III.2.3 Les conditions ergonomique

    D'aucun n'ignore que l'ergonomique est l'étude es conditions de travail de l'homme dans le service, cela a un impact considérable sur son rendement.

    Cependant, dans l'entreprise sous étude nous avons remarque qu'il y a certaines insuffisances ergonomique il s'agit entre autre des manques des locaux d'archivages qui pousse les agents d'entasser les dossiers traiter par ci par là dans les bureaux d'exploitation.

    De même les conditions des installation hygiénique est loin d'être appréciable par le faite que l'unique toilette est utilisée par tout le monde (c'est-à-dire agents cadre, subalterne et les visiteurs) cela peut avoir comme conséquence la provocation des maladies dans le milieu professionnel.

    III.3 Critique de l'existant

    Dans la présente section, nous procédons à l'analyse critique de la gestion de l'OGEFREM par rapport à l'application des principes du management et de leadership.

    Pour ce faire, nous commençons par évoquer les points forts.

    III.3.1 Les points forts

    Les ponts forts identifiés sont les suivants :

    - L'organisation administrative de l'OGEFREM tel que représentée par son organigramme respecte les normes managériales de la présentation des organigrammes ;

    - Du point de vue coordination aussi la gestion de cette entreprise est appréciable, car les ordres lancés par la Direction Générales sont bel et bien exécuté à tous les niveaux fonctionnels ;

    - Du point de vue réalisation, OGEFREM a battu le record ou ce sons que les recettes ont été maximisées pendant toute la période sous étude, nous l'avons démontré pendant notre recherche à travers le tableau n° 1 de la page ........ avec un taux de croissance de 29% ;

    - Du point de vue infrastructures nous louons la réalisation de ce qui suit :

    · Construction de 2 pars à bois et à véhicules dans la ville portuaire de Boma ;

    · Achat d'un terrain à SONGOLOLO pour la construction d'un port sec ;

    · Achat d'une concession pour les agents à la rive droite du fleuve Congo ;

    · La mise en oeuvre d'un centre multimédia au réez de chaussé Hôtel MBINGU (Immeuble appartenant à l'OGEFREM) ;

    · Acquisition d'un réseau interne VSAT ;

    · L'application de la fonction contrôle aussi semble être appréciable car, il y a l'existence de l'Audit qui décent ; régulièrement pour auditer la gestion, ainsi que le contrôle au niveau local ;

    · La prise en charge de personnel et de leur famille concernant les soins médicaux est aussi appréciable ;

    · Soulevons aussi la bonne politique de la rémunération de personnels ainsi que d'autres avantages ;

    · La mise en oeuvre de la fiche électronique de renseignement à l'importation (FERI).

    III.3.2 Les points faibles

    En dépit des points faibles supa énumérés, nous avons aussi décelé quelques points faibles pendant notre recherche il s'agit entre autre de :

    - Manque de la politique de la décentralisation de certaines tâches dans la gestion financière (Frais de fonctionnement ordre de paiement de salaire) ;

    - Marque d'un local approprié pour les archives ;

    - Insuffisance des installations hygiéniques ;

    - La mauvaise politique du personnel en matière de recyclage et formation professionnelle des agents ;

    - Manque d'application de certain principe de leadership dans la prise de décision notamment dans l'application de la base dans certaines décisions.

    III.4 De l'application et de l'importance du management et de leadership à l'OGEFREM

    A. C'est la raison pour laquelle à travers le présent mémoire nous insistons sur l'application de ces concepts dans la gestion de l'OGEFREM.

    De ce qui précède, nous sommes persuader qu'en dépit de la maximisation des recettes que l'OGEFREM a réalisé pendant la période sous étude il est important que l'application et le respect des principes managériaux et de leadership soit appliqués dans cette entreprise.

    Cela aura comme effet, l'amélioration de sont rendement ainsi que sa contribution efficace dans le budget de l'Etat et par ricochet du développement de notre pays. Ce qui précède nous pousse à formuler les recommandations et suggestion.

    III.5 Recommandation et suggestions

    - Dans la préparation ou identification des objectifs, les autorités doivent prendre en comptes désidératas de la base (management participatif) ;

    - Que le leadership appliqué dans la gestion soit un leadership participatif ;

    - Que l'entreprise organise les formations professionnelles pour apprendre aux agents les notions de base de managements en vue de la rendre efficace dans la réalisation de leur fonction ou tâche ;

    - Que les conditions ergonomiques des travailleurs soient améliorées ;

    - L'entreprise doit chercher à rentabiliser les immeubles inactifs et budgétivore par exemple l'immeuble MBINGU à Matadi et immeuble NKAMA à Boma ;

    - Le renouvellement des équipements informatique ;

    - Le déclaration des véhicules, équipements informatiques et autres équipements qui encombrent d'environnement professionnel ;

    - Le respect de la politique de recyclage et de formation des agents.

    CONCLUSION

    A l'issu de notre recherche intitulé « L'IMPORTANCE DU MANAGEMENT ET DE LEADERSHIP DANS UN SERVICE CONNEXE A LA DOUANE ».

    Nous avons analysé l'application de management et de leadership au sein des entreprises publiques, le cas échéant l'Office de Gestion de Fret Maritime, OGEFREM en sigle.

    Le choix de ce cadre d'étude se justifie non seulement par notre devoir de présenter un mémoire de fin de l'Etude, mais aussi et surtout de pouvoir contribuer de cette entreprise publique où nous exerçons, notre profession.

    Les résultats finals de notre recherche confirment notre hypothèse de départ qui accorde une importance capitale sur l'application des principes du management et de leadership dans cette entreprise.

    L'analyse de l'évolution des recettes de l'OGEFREM a révélée une bonne appréciation, car ceux-ci ont manifestées une croissance louable ce qui prouve à suffisance que l'OGEFREM a accomplie avec succès l'objectif de l'Etat qui est celui de la maximisation des recettes.

    Cette réalisation a été possible à cause de non seulement d'un leadership mis à la tête de cette entreprise, mais aussi à cause des efforts conjugués de tous les agents en général et ceux de la DPO en particulier.

    Pendant notre recherche nous a vous également décortiquer les points forts de cette entreprise que nous avons apprécié, malgré la présence des faiblesses que noue avons analysée avant de proposer les recommandations et suggestions qui nous parassent indispensables pour l'amélioration de la gestion de cette Office.

    De ce qui précède, nous confirmons que le management et la notion de leadership sont des concepts ou pratiques non négligeable dans la gestion des organisations. Lorsque leurs principes sont bien appliques et bien respecter, les organisations seront performent et seront capable de réaliser la objectifs qui leur sont assignés.

    Pour terminer, nous osons croire que les recommandations évoquée dans le présent travail attireront l'attention non seulement des autorités de l'entreprise sous étude, mais aussi de tout les gestionnaires de l'importance que revêt le management dans la gestion des entreprises publiques pour leur amélioration.

    BIBLIOGRAPHIE

    TABLE DES MATIERES

    DEDICACE.........................................................................................

    AVANT-PROPOS...............................................................................

    ABREVATIONS ET SIGLES..................................................................

    0. Introduction....................................................................................

    01. Choix et intérêt du sujet...................................................................

    02. Problématique...............................................................................

    03. Hypothèse du travail.......................................................................

    04. Méthodologie du travail...................................................................

    05. Délimitation du sujet.......................................................................

    06. Difficultés rencontrées.....................................................................

    07. Subdivision du travail......................................................................

    Chapitre I : CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE...............................

    1.1 Le service.................................................................................

    1.2 La douane.................................................................................

    1.3 Le leadership.............................................................................

    1.4 Le management.........................................................................

    1.4.1 Définition..................................................................................

    1.4.2 Historique.................................................................................

    1.4.3 Evolution du management............................................................

    1.4.4 Management Art, Science et Philosophie........................................

    1.4.5 Ecoles du management...............................................................

    Chapitre II : PRESENTATION DE L'OGEFRE.........................................

    2.1 Dénomination................................................................................

    2.2 Situation géographique...................................................................

    2.3 Historique.....................................................................................

    2.4 Organisation structuro-administrative.................................................

    2.4.1 Organigramme de l'OGEFREM (Général).........................................

    2.4.2 Organigramme de l'OGEFREM (DPO).............................................

    2.4.3 Fonctions...................................................................................

    2.5 Infrastructures...............................................................................

    2.6 Fonctionnement (avec les données statistiques, évolutions...).................

    Chapitre III : L'IMPORTANCE DUMANAGEMENT ET DE LEADERSHIP A L'OGEFREM...................................................................

    3.1 Aperçus général............................................................................

    3.2 Etat de lieu à l'OGEFREM...............................................................

    3.3 Critique de l'existence (par rapport à l'application du management et de leadership)....................................................................................

    3.3.1 Les points forts..........................................................................................

    3.3.2 Les faiblesses.............................................................................

    3.4 De l'application et de l'importance du management et de leadership à l'OGEFREM...............................................................................

    3.5 Recommandations et suggestions.....................................................

    CONCLUSION...................................................................................

    BIBLIOGRAPHIE................................................................................

    TABLES DE MATIÈRES.......................................................................

     

    * (1)

    * (1) Petit Larousse en couleurs illustré en 1984, Page 928

    * (2) Dictionnaire Hachette Encyclopédique, 1998, Page 1.732

    * (3) M., YALEBI, L'incidence managériale de l'attention de vérification BIVAC sur le recouvrement et la maximisation de recettes douanière, TFC, CEPOROMAD, 2008-2009, Page 11

    * (1) http : //fr.wikipedia-org (wiki)leadership

    * (1) Jean MASAU MUTOMBO, Questions spéciales de management, cours inédit, L1 UNIC/Matadi, 2008-2009

    * (2) MAMBA NSILA PANDA, Management approfondi, Cours inédit L1 UNIC/Matadi, 2008-2009

    * (1) J., MUTOMBO MASAU, Op.cit, Page 3

    * (1) LADY OSCAR, TFC, UNIC/Matadi, 2008-2009

    * (1) MAMBUENE KUMUETO, TFC, UNIC/Matadi, 2008-2009

    * (1) Lettre mensuelle aux chargeurs/OGEFREM Décembre 2008, Page 11

    * (2) Lettre mensuelle aux chargeurs/OGEFREM, Op-cit

    * (1) OGEFREM, Job description édition 2006