WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Apport des tic dans la performance des PME: cas du Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Bernard Jérome NEOSSI DEMANOU
Institut sous Régional Multisectoriel de Technologie Appliquée, de planification et d'Evaluation de Projets de Libreville au Gabon - DESS 2006
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

DEDICACES

DÉDICACES

Je dédie ce mémoire à ma chère épouse Esther Clarisse

1

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets

Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTA, Novembre 2006.

REMERCIEMENTS

REMERCIEMENTS

La rédaction de ce mémoire a connu la participation de plusieurs intervenants. Nous tenons à leur adresser ici nos sincères remerciements.

Il s'agit des personnes ci-après:

- Professeur Kamgnia, Maître de Conférences, Vice Doyen chargé de la recherche et coopération à la faculté des sciences économiques et de gestion de l'Université de Yaoundé II;

- Professeur Wamba, Enseignant à la faculté des sciences économiques et de gestion de l'Université de Yaoundé II;

- M Owana, Directeur de la PMEA au Ministère de la Petite et Moyenne Entreprise et de l'Artisanat ;

- M GATTAIH Directeur des études et du perfectionnement à l'ISTA dont les observations ont été des plus précieuses ;

- l'équipe du CRETES, pour toutes les informations qu'ils ont bien voulu mettre à notre disposition et aussi aux efforts que cette équipe a jusqu'ici consentis pour éclairer la sphère de la PME au Cameroun ;

- le corps administratif et enseignant de l'ISTA ;

- A mon père NEOSSI Jean

- A tous mes Frères et soeurs, en particulier Dr NEOSSI NGUENA

- Tous mes amis qui m'ont soutenus durant la réalisation de ce travail, particulièrement, Adams Daniel Oyono, Valère N. Nketcha ,Serge Leger Mbana Mba, Clovis Kitio

A tous ceux qui de près ou de loin nous ont aidé moralement ou matériellement durant notre formation.

2

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets

Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTA, Novembre 2006.

GLOSSAIRE

GLOSSAIRE

PME

Petite et Moyenne Entreprise

PMI

Petite et Moyenne Industrie

TIC

Technologie de l'Information et de la Communication

PED

Pays En Développement

CNUCED

Conférence des Nations Unis pour sur le commerce et le Développement

OCDE

Organisation de Coopération et de Développement Economique

CAMTEL

Cameroon Telecommunication

MINPOSTEL

Ministère des Postes et Télécommunication

CAMNET

Cameoorn Network

3

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTAP, Novembre 2006.

LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX

LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique1 : Evolution du nombre d'abonnées au téléphone fixe 44

Graphique 2 : Nombre d'abonnés à linternet via CAMNET 53

Graphique 3 : Connexion des PME à l'Internet selon le chiffre d'affaire 59

Graphique 4 : Ventilation des structures ayant organisé des formations sur les TIC en leur sein selon le secteur d'activités 60

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Postes téléphoniques fixes au bureau par province (en %) 44

Tableau 2 : Nombre moyen de lignes téléphoniques fixes par secteur d'activités (en %)

45

Tableau 3 : Equipement en téléphone mobile individuel par province (en %) 46

Tableau 4 : Equipement des PME en téléphone fixe selon le chiffre d'affaire (en %) 47

Tableau 5 : Equipement des PME en téléphone mobile selon le chiffre d'affaire (en %) 47

Tableau 6 : Disponibilité d'un ordinateur au lieu de travail par province (%) 48

Tableau 7 : Nombre d'ordinateur en moyenne utilisé par employé suivant la taille de la

PME (en%) 49

Tableau 8 : Disponibilité d'un photocopieur au lieu de travail par province (en %) 50

Tableau 9 : Niveau d'équipement pour l'utilisation des services des TIC au lieu de

travail par province (en %) 51

Tableau 10 : Disponibilité des photocopieurs par secteur d'activités (en %) 52

Tableau 11 : Répartition des institutions selon le niveau d'utilisation des TIC et le secteur d'activités (en %) 55

4

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTAP, Novembre 2006.

Tableau 12 : Répartition des institutions selon le niveau d'utilisation des TIC et le chiffre d'affaire (en %) 56 Tableau 13 : Répartition des utilisateurs de l'Internet selon le secteur d'activités et la

fonction (en %) 57

Tableau 14 : Connexion à l'Internet des PME enquêtées selon leur taille (%) 57

Tableau 15 : Répartition des institutions ayant un site Web et une adresse de messagerie

selon le secteur d'activités (en %) 58

Tableau 16 : Répartition des PME ayant un site Web selon le chiffre d'affaire (en %) 58

Tableau 17 : Pourcentage des institutions ayant envoyé leur personnel en formation sur les TIC selon le secteur d'activités (en %) 60 Tableau 18 : Répartition des PME retenus ayant organisé des formations TIC selon le

chiffre d'affaire (en %) 61

Tableau 19: Résultats de l'estimation 72

5

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTAP, Novembre 2006.

SOMMAIRE

LISTE DES GRAPHIQUES 4

LISTE DES TABLEAUX 4

Chapitre I : Les fonctions des TIC dans les PME 14

I-1 Caractérisation des TIC 14

I-1-1 Un canal d'information et de communication 14

I-1-2 Une variabilité et des externalités pertinentes 15

I-2 Les TIC dans le fonctionnement des PME 17

I-2-1 Les TIC et systèmes d'informations des PME 17

I-2-2 Les TIC et la gestion des activités des PME 21

Chapitre II : Les Technologies de l'Information et de la Communication comme

facteur de productivité 29

II-1 La productivité : Une performance fondamentale des PME 30

II-1-1 Conceptualisation de la productivité 30

II-1-2 Productivité et performance dans les PME 31

II-2 TIC et croissance de la productivité 33

II-2-1 La productivité multifactorielle 33

II-2-2 Productivité des facteurs. 36

Chapitre III : Diffusion des Technologies de l'Information et de la

Communication dans les PME Camerounaises. 43

III-1 Infrastructure des TIC au Cameroun 43

III-1-1 Accès Aux infrastructures de télécommunication. 43

III-1-2 Equipements informatiques. 48

Equipement en TIC au lieu de travail Erreur ! Signet non défini.

6

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTAP, Novembre 2006.

Accès a l'Internet 52

III-2 Utilisation des TIC dans les PME 53

III-2-1 Niveau d'utilisation des TIC dans les institutions 53

III-2-1 Contraintes de l'utilisation des TIC 59

Chapitre IV : Technologie de l'Information et de la Communication et

performance des PME: une tentative d'évaluation empirique. 63

IV-1 Méthodologie 64

IV-1-1 Spécification du modèle économétrique 64

IV-1-2 L'estimation 66

IV-2 Analyse des données et résultats empiriques 69

IV-2-1 Données et construction des variables 69

IV-2-2 Résultats empiriques 72

7

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTAP, Novembre 2006.

INTRODUCTION

1- Justification de l'étude

Dans les pays en développement, les PME sont un moteur essentiel de la croissance économique et de la création des richesses: La CNUCED1 (2003) indique qu'elles représentent 60 à 70% de tout l'emploi des PED. C'est dire à quel point la dynamisation de leur performance est une importante avenue de développement économique. Les TIC sont susceptibles de jouer un rôle fondamental, comme en témoigne la place de choix qu'elles occupent dans les stratégies de développement recommandées par les bailleurs de fonds (Bedi, 1999). Toutefois, le paradoxe de la productivité2 est encore présent dans les esprits, du reste, en ce qui concerne les pays en développement (Dawan et Kraemer, 2000 ; Pohjola, 2001 ; Lal, 2001 ; Chowdyury, 2006). Ce qui peut influer sur l'incitation des PME à investir dans les TIC alors qu'elles font face à des contraintes budgétaires rigoureuses. En outre, plusieurs PME restent attachées aux moyens traditionnels et pour qu'elles adoptent les TIC, il faut que les avantages qui vont en découler soient supérieurs aux coûts d'investissement et de maintenance.

L'apport principal des TIC réside dans l'amélioration des processus de production, dans la facilitation des transactions et par suite, dans la stimulation de la productivité du travail et de la productivité multifactorielle (PMF). Cet impact découle du rôle que les TIC jouent en tant que facteur de production et plus encore, de leur

1 Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement

2 Il s'agit de l'idée largement répandue aux USA et dans les autres pays développés au cours des années 1980 et 1990 ; idée selon laquelle des investissements accrus dans les TIC ne se traduisaient pas par une amélioration de la productivité (Gordon, 2000).

8

Mémoire de DESS en Analyse et Evaluation des Projets Par NEOSSI DEMANOU Bernard Jérôme, ISTAP, Novembre 2006.

capacité à réduire les coûts de transaction et de coordination des différentes activités, non seulement à l'intérieur de l'entreprise (Dedrick et al, 2002), mais aussi à l'extérieur avec les différents partenaires (Norton, 1992). Notons cependant que les TIC ne peuvent pas d'elles-mêmes influer la productivité. Le principal facteur d'efficacité réside dans la manière dont on se sert de ces technologies (Orlikowski, 2003). Le paradoxe de la productivité trouve là un début de solution. En d'autres termes, il ne suffit pas d'acquérir les TIC pour voir la productivité augmenter. L'utilisation qu'on en fait compte.

La difficulté à établir une relation positive entre les investissements en TIC et la productivité au début des années 1980 était plus liée au problème de la mesure des TIC et de la valeur qu'elles créent, en particulier dans le secteur des services où l'output est particulièrement difficile à cerner (Griliches et al, 1992). Les études ultérieures sur les entreprises du secteur manufacturier ont abouti à des résultats positifs (Brynjolfsson et Hitt, 1993 ; 1995 ; Siegel's, 1994 ; Lichtenberg, 1995), particulièrement en raison des améliorations dans la mesure de l'output pour prendre en compte les aspects qualitatifs de l'effet des TIC3. Toutefois, la mesure de la valeur créée par les TIC reste un défi puisque Berndt et Morrisson (1995) d'une part, et Jorgensoh et Stiroh (1995) d'autre part, obtiennent des résultats contradictoires en travaillant sur une même période. De manière générale, ce type d'incohérence souvent fréquent dans la littérature souligne l'importance de la méthodologie, de la mesure de la performance et de la qualité des données dans les résultats obtenus. Les études ultérieures en tiennent compte.

Au cours des dernières années, la tendance qui se dégage dans la littérature est celle d'une relation positive entre les investissements en TIC et la performance des entreprises dans les pays développés, suggérant ainsi que les firmes ont pris du temps pour apprendre à utiliser efficacement les TIC (Pohjola, 2001 ; Dedrick et al., 2002 ;

3 Il s'agit en particulier de l'amélioration de la qualité de la production et du facteur travail, de la variété des produits, la qualité du service client, la réduction des délais.

9

OCDE, 2003). En particulier, Bynjolfsson et Hitt (2000) et Greenan et al. (2001) montrent que le rendement marginal des investissements en TIC est supérieur à celui des autres investissements en capital.

Dans les pays en développement par contre, l'efficience des TIC en tant que facteur de la performance des entreprises souffre encore d'une insuffisance de fondements empiriques. Déjà, le contexte n'assure pas nécessairement l'efficience des investissements en TIC pour les PME. En effet, lorsque le coût du travail est relativement faible par rapport au coût du capital, la substitution du capital au travail peut ne pas être une stratégie optimale pour les PME4 (Dedrick et al. 2002). D'autres facteurs d'inefficience incluent l'insuffisance des compétences spécialisées pour l'utilisation efficace des TIC, l'insuffisance des infrastructures de réseaux et de services de soutien concernant l'Internet et plus généralement l'inadéquation des infrastructures de soutien aux entreprises pour leur permettre de profiter pleinement des opportunités libérées par les TIC. Müller-Falcke (2002) met en évidence un lien positif entre les TIC et la productivité dans les entreprises du secteur manufacturier en Inde. Mais, leurs résultats sont entachés des problèmes d'endogénéité (Chowdyuru, 2006). Matambalya et Wolf (2001) puis Chowdhyury (2006) trouvent un impact négatif des TIC sur la productivité des PME au Kenya et en Tanzanie. Dans ces conditions, il revient aux pouvoirs publics et à toutes les autres instituions s'intéressant au développement économique et social, d'oeuvrer dans le sens de la création des conditions favorables pour que les PME puissent tirer partie des TIC. Une action dans ce sens serait par exemple de subventionner les investissements en capital et en formation dans ce domaine.

Le Cameroun a lancé en 1995 un programme de promotion de la croissance économique basé sur la diffusion des TIC. Une enquête menée en 2006 pour évaluer la diffusion des TIC au Cameroun révèle que près de 85% des entreprises du secteur

4 4 Dans les pays développés, les TIC sont un substitut efficace du facteur travail (Roach, 1991)

10

productif se sont engagées dans les TIC. Mais jusqu'ici, aucune étude n'a encore entrepris de déterminer les retombées réelles de ces investissements pour les PME qui les ont implémentées. D'où la question de savoir : les TIC permettent-elles des surcroîts de productivité dans les PME qui les ont adoptées? En d'autres termes, les conditions sont-elles réunies pour que les PME puissent tirer parti des TIC ? Ces questions se posent d'autant plus qu'en l'absence d'une stratégie de marché bien définie ou, sous la pression croissante de la concurrence, il peut arriver que les PME surinvestissent dans les TIC (OCDE, 2003).

2- Objectif et cadre d'analyse

L'objectif de cette étude est de déterminer l'impact des TIC sur la productivité des PME au Cameroun, c'est-à-dire l'accroissement de l'output qu'il est possible d'obtenir suite à une augmentation de 1% du niveau de l'input TIC, toutes choses égales par ailleurs.

Le cadre théorique couramment utilisé est celui d'une fonction de production de type Cobb-Douglas (Brynjolfsson et Hitt, 1996 ; Matambalya et Wolf, 2001) :

Y = A * L a 1 * TICa2 * Ka3 * Ia4 où les aj correspondent à l'élasticité de l'output par rapport

à l'input j . Le terme A s'interprète comme la productivité multifactorielle.

Y est l'output de l'entreprise. Cette variable est définie par le niveau des ventes pour pouvoir tenir compte des améliorations qualitatives liées à l'utilisation des TIC (Lehr et Lichtenberg, 1997).

K est le stock de capital hors TIC, défini comme l'investissement total de l'entreprise auquel on soustrait toutes les dépenses liées aux TIC telles que reportées par l'entreprise

L est la force de travail, TIC est le stock de capital TIC. Il comprend l'ensemble des équipements informatiques (ordinateurs, matériels de réseaux, etc.) ; de télécommunication et l'ensemble des logiciels (systèmes et outils d'application)

11

I est l'ensemble de tous les autres investissements complémentaires destinés à former la main d'oeuvre aux TIC et à modifier l'environnement du travail. Il comprend aussi les services externes (sociétés de services ou cabinet-conseil).

L'analyse sera menée à partir des données de l'enquête SCAN-TIC et la Déclaration Statistique et fiscale, les élasticités seront évaluées à partir de la technique économétrique des moindres carrés ordinaires (MCO).

L'estimateur des moindres carrés ordinaires (MCO) fournit des paramètres plausibles. Cependant, en présence de simultanéité et d'hétérogénéité non observée, les estimateurs standard des MCO se révèlent généralement insatisfaisants. Toutefois, en considérant le stock de capital en début de période et l'output en fin de période, le biais de simultanéité peut être négligeable (Hempell, 2002).Par ailleurs, cette approche permet de tenir compte des décalages entre le moment de l'investissement et le moment où sa contribution productive se manifeste.

3- Méthodologie

ln ln

Y A

= + a ln K + f3 + 6 + ?

ln L ln I ln L

La fonction à tester est la suivante :

Le terme A s'interprète comme la productivité multifactorielle. On suppose que la PMF dépend aussi des autres facteurs tels que la qualité de la main d'oeuvre, l'ouverture sur l'extérieur, l'usage des TIC, et des facteurs spécifiques au secteur.

En estimant cette équation, les déterminants de la PMF peuvent être évalués à partir des coefficients des différents inputs de la fonction de production.

Comme nous l'avons signalé plus haut, l'estimateur des moindres carrés ordinaires (MCO) fournit des paramètres plausibles et c'est cette approche qui sera appliquée.

Les données seront collectées à partir de l'enquête SCAN-TIC et de la Déclaration Statistique et fiscale.

12

L'enquête SCAN-TIC dont nous utilisons la base de données a été conduite par le Ministère des Postes et Télécommunications, avec l'appui technique de l'Institut National de la Statistique (INS). Elle concernait les individus et les institutions. Nous nous sommes intéressés à la partie institution à partir de laquelle notre échantillon de PME5 qui composait le secteur productif a été retenu. C'est avec ces données traitées que nous allons mener la suite de notre travail.

5 Les PME retenues ici sont les entreprises privées dont le budget d'investissement ne dépasse pas 1,5 milliards et le chiffre d'affaire n'excède pas 500 millions de francs CFA.

13

PARTIE I : UNE ANALYSE DE

L'INCIDENCE DES TECHNOLOGIES DE

L'INFORMATION ET DE LA

COMMUNICATION DANS LES PME

Les Technologies de l'Information et de la Communication offrent de vastes possibilités de traitement des informations et des communications au niveau les individus et des organisations. A ce titre elles apparaissent de plus en plus comme un outil indispensable de gestion et de communication dans les PME. Dans la plus part des cas ces technologies ne se réduisent pas seulement à traiter la communication mais s'insèrent dans l'ensemble du système de production et de décision de l'entreprise.

Dans cette partie, nous allons apprécier le rôle des TIC dans le fonctionnement des PME au chapitre I, par contre au chapitre II, il sera question de montrer comment l'utilisation de cette technologie affecte la productivité.

13

Chapitre I : Les fonctions des TIC dans les PME

Pour comprendre l'impact général des TIC dans la performance des PME, il est nécessaire de commencer par regarder le rôle de cette technologie dans le fonctionnement de l'entreprise. De ce fait, nous nous proposons d'abord de caractériser celle-ci, afin de pouvoir décrire l'utilité des TIC dans le système d'information et dans l'exécution des activités de la PME.

I-1 Caractérisation des TIC

Dans cette section, nous allons clarifier la notion de Technologie de l'Information et de la Communication, afin d'en donner les principales caractéristiques.

sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.