WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les condition de travail nocturne au urgence et son impact sur le personnel soigniant et la qualite de soins

( Télécharger le fichier original )
par Ryadh Khedimi
I S S I T - soins infirmiere 2011
  

Disponible en mode multipage

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR
INSTITUT SUPERIEUR
DES SCIENCES INFIRMIERES DE TUNIS
ANNEE UNIVERSITAIRE 2010 / 2011

PROJET DE FIN D'ETUDES
Pour l'obtention du diplôme national

LICENCE APPLIQUÉE
SCIENCES INFIRMIÈRES

Présenté et soutenu le 21 / 09 / 2011

Par
RIADH KHEDIMI

Née le 04/05/1988 MONASTIR

TITRE

Les conditions de travail nocturne aux urgences et son impact sur

le personnel soignant et la qualité de soins

Mots-clés

-travail nocturne - condition du travail - soins infirmiers - urgence - qualité des soins -

PRESIDENT DE JURY : LILIA MAKKI

MEMBRES DE JURY : JAMILA MOHSNI & DONIA

DONIA M'GANNEM

ENCADREUR PROFESSIONNEL : NOUR EL HOUDA CHABBOUH

«Je m'engage solennellement devant Dieu et en présence de cette assemblée, à mener une vie intègre et à remplir fidèlement les devoirs de ma profession. Je m'abstiendrai de toute pratique délictueuse ou malfaisante. Je ne prendrai ou n'administrerai volontairement aucun remède dangereux. Je ferai tout pour élever le niveau de ma profession et je garderai, avec totale discrétion, les choses privées qui me seront confiées et tous les secrets de famille que la pratique de mon service me ferait éventuellement connaître. J'aiderai de mon mieux le médecin dans son travail, et je me dévouerai au bien-être de ceux qui sont laissés à ma garde.»

Instauré à la fin du XIX° siècle par Florence Nightingale, une infirmière pionnière, une
des premières { organiser la profession, le serment de l'infirmier est un pendant au
serment d'Hippocrate, prêté par les médecins.

Remerciement Dédicace

Introduction page -1-

Problématique page -3-

Cadre conceptuelle :

I. Le travail de nuit page -4-

A- Définition page -4-

B- Les circonstances page -4-

C- Les effets sur la santé du personnel page -4-

1- Sur l'individu page -5-

a. Effets biophysiologiques page -5-

b. Troubles de sommeil page -5-

c. Fatigue accrue page -5-

2- Effets sur la vie familiale et sociale page -6-

II. Les conditions de travail nocturne page -6-

A- Définition page -6-

B- L'organisation de travail nocturne page -6-

C- Les difficultés de travail nocturne page -6-

1- Contraintes physiques page -6-

2- Difficultés psychologiques page -7-

3- Les conditions sociales page -8-

D- Les conséquences de travail nocturne sur la qualité de soins page -8-

III. Service d'urgence page -9-

A- Définition page -9-

B- L'organisation de locaux des urgences page -9-

1- La zone d'accueil page -9-

2- La zone d'examens et de soins page -9-

3- La zone de surveillance page -10-

C- Les personnels dans un service d'urgence page -10-

1- Le personnel médical page -10-

2- Le personnel paramédical page -10-

D- Le patient au service d'urgence page -11-

1- L'état du patient a l'arrivée page -11-

2- Les besoins de patients la nuit page -11-

E- L'infirmier au service d'urgence page -12 -

1- Spécificités du rôle de l'infirmier page -12-

2- L'infirmier d'urgence et le stress page -13-

Méthodologie de la recherche

Protocole d'enquête page -14-

Analyse et interprétation des résultats

I- Analyse et présentation de résultat du questionnaire pour les infirmiers page

-16-

29-

Discussion page -33-

Recommandations page -35-

Conclusion page -36

Références Bibliographiques page -37

Annexe page -39

Résumé page -46

La nuit occupe une place particulière dans la réalité de la société, c'est un temps de repos, de sérénité et de calme.

C'est une source de pénibilité qui peut être un choix volontaire ou imposé et qui varie selon le métier et les tâches, mais aussi selon les individus, et les facteurs liés à l'habitude de ce type de travail, et qui peut avoir des impacts physique, psychologique et sociale sur les salariés

En effet, le travail de nuit n'apparait pas comme naturel dans le domaine de la santé il constitue une partie structurale de l'activité des infirmiers.

Le recours au travail nocturne doit être exceptionnel, en prenant compte des moyens de protections, de la sécurité et de la sante des infirmiers et être justifier par la nécessite d'assurer la continuité des soins et répondre à un besoins de sante.

Les conditions particulières du fonctionnement des urgences durant la garde de nuit, ne donnent pas toujours à l'infirmier les moyens d'assurer les soins corrects, ce qui influence négativement sur la qualité des soins à cause de nombre restreint de personnel et à la surcharge de travail.

En plus, la surcharge du travail, l'insuffisance et l'inefficacité du matériel, la durée très longue de la garde (de 19h 7h du matin), et l'insuffisance des mesures de protections et de sécurité accentuent les responsabilités de l'infirmier.

Ils ne lui permettent pas de dispenser des soins de qualité pendant la garde de nuit et de se limiter à l'exécution des prescriptions médicales, alors que l'infirmier doit prendre en charge le malade dans sa globalité afin de satisfaire ses besoins.

En conséquence, Les conditions du travail nocturne des infirmiers peuvent avoir des répercussions importantes sur la qualité des soins dans la mesure où elles peuvent augmenter le séjour des patients, compliquer son état de santé, et également favorisent l'insatisfaction des besoins des patients la nuit.

Des études effectuées `Cécile Betout' et d'autre chercheurs : « Effets sur les conditions de vie, les pratiques professionnelles et la qualité des soins » dans ce sens ont démontré que les conditions du travail de la nuit aux services des urgences sont insatisfaisantes : les règles d'hygiène ne sont pas respectées, les mesures de protection sont absentes, le surcharge et la pénibilité de travail ce qui influencent directement sur la sante du personnel et automatiquement sur la qualité de soins donnée au patient

Lors de mes stage cliniques oü je me suis rendu aux services des urgences, j'ai observé les infirmiers travaillant la nuit, rencontrent plusieurs difficultés.

Souvent les infirmiers qui assurent la continuité des soins la nuit, se trouvent incapables de réaliser la prise en charge des malades tout en assurant une bonne qualité de soins.

A partir d'un simple constat, du déroulement du travail nocturne des soignants, qui m'a orienté sur les difficultés du travail nocturne, j'ai été interpellé à poser la problématique suivante:

Quelles sont les conditions de travail nocturne au service des urgences et son
impact sur les personnels soignants et la qualité de soins
?

0 ADRE coJIcEpTuEl

I - LE TRAVAIL DE NUIT

A - Définition :

Le travail de nuit est le travail effectué tout ou en partie la nuit. C'est un travail source d'une pénibilité particulière (variant selon le métier et les tâches, mais aussi selon les individus). Il peut avoir des conséquences sur la santé et la vie sociale des infirmiers. « Wikipédia »

B - Les circonstances :

Le travail de nuit s'effectue dans des conditions différentes de celles du jour pour ces raisons :

· Le nombre des personnels de nuit est beaucoup moins que les personnels du jour.

· L'absence des personnels d'encadrements paramédicaux (surveillant, infirmier chef...).

· Les services annexes (pharmacie, labo...) fonctionnent avec des effectifs limités.

· Flux massifs des patients

C - les effets sur la santé du personnel :

Le travail de nuit n'est pas naturel chez l'individu, il a donc une influence sur la santé du personnel et de sa vie familiale par le dérèglement des rythmes physiologiques.

La pénibilité du travail de nuit dérègle le rythme biologique de l'organisme ce qui engendre une fatigue difficile à récupérer, des troubles du sommeil et peut être source de maladies et d'accidents au travail ou au retour au domicile

1- Sur l'individu :

Les principaux effets sur la santé de travail de nuit sont

a. Effets biophysiologiques Les effets biophysiologique se manifestent par :

- Risque de blessures et d'accidents { cause de baisse de la vigilance et de la diminution du temps de réaction et des reflexes.

- Troubles nerveux et stress secondaires { la dette d'insomnie et au sentiment .d'isolement qui s'explique par une hypersécrétion des hormones de stress due au travail de nuit mais aussi aux conditions de travail pénibles.

- Décalage progressif des variables biologiques(t°, pouls, excrétion rénales...).

- Diminution des défenses immunitaires.

- Les risques cardiovasculaires sont accrus

- Déséquilibre nutritionnel et trouble digestifs résultant à des facteurs chrono biologiques

- Probabilité de cancer (cancer du sein et cancer colorectal).

b. Trouble de sommeil :

Le trouble de sommeil se manifeste par (insomnie - apnée de sommeil - narcolepsiehypersomnie) liés à des facteurs chrono biologiques, et une dette chronique de sommeil. Le décalage de l'horloge biologique des infirmiers travaillant de nuit a un effet néfaste sur la quantité et la qualité de leur sommeil.

c. Fatigue accrue :

2- Effets sur la vie familiale et sociale :

Le travail de nuit, entrave quelques relations sociales et familiales.

Il est difficile pour les infirmiers travaillant la nuit d'avoir des activités en famille, de suivre l'éducation de ces enfants et de diner en famille.

Ainsi que le décalage existant dans le couple quand le conjoint travaille le jour, peuvent rendre la vie familiale particulièrement compliquée et insupportable.

II - les conditions de travail nocturne :

A - définition :

Les conditions de travail désignent d'une manière générale l'environnement dans lequel les employés vivent sur leur lieu de travail. Elles comprennent la pénibilité et les risques du travail effectué ainsi que l'environnement du travail (bruit, chaleur, exposition à des substances toxiques...). « Wikipédia »

B - l'organisation de travail nocturne :

L'organisation du travail est une responsabilité fondamentale pour réussir à mettre en place de bonnes conditions de travail.

Les infirmiers de nuit sont confrontés à un nombre importants d'activités et des tâches complexes à cause des effectifs très insuffisants pendant la nuit. Les conditions de travail de nuit sont marquées par :

- Une mauvaise répartition des tâches

- L'encombrement des services par les malades

- Difficultés dans la disponibilité du matériel et le manque de certains

- Manque de communication avec l'administration ; les infirmiers de nuit ne sont pas convoqués dans les réunions du jour ou dans la prise des décisions pour le service, donc l'équipe de nuit se trouve isolé des autres groupes

C - les difficultés du travail nocturne :

1- Contraintes physiques : Les contraintes physiques se manifestent par :

Exigences physique : qui se traduisent par la station debout prolongée, déplacement répétitif et postures pénible et fatigantes .

Risque des blessures et accidents de travail : Les accidents du travail sont plus fréquent la nuit, en effet la baisse de la vigilance, la diminution du temps de réaction et les reflexes, peut augmenter le risque de blessure surtout par les objets piquants et tranchants.

Le manque de récupération de la fatigue mentale ou physique amène à un état anxieux et une grande irritabilité.

2- Difficultés psychologiques:

Les conditions psychologiques du travail nocturne des infirmiers sont très difficile grâce a :

· l'épuisement qui peut mener à l'asthénie ;

· le manque de récupération de la fatigue mentale ou physique amène à un état anxieux et une grande irritabilité ;

· trouble de l'équilibre psychologique à cause de l'isolement des infirmiers de nuit et leur vécu professionnel souvent solitaire ; stress et fatigue ;


· confrontation à la souffrance et à la mort ; Le travail infirmier se caractérise par

une confrontation avec la souffrance, l'anxiété et la mort, la mort du patient entraine un sentiment d'échec et de culpabilité.

· exigence cognitive ; L'activité des soins dans un service d'urgence comporte une grande charge cognitive liée aux taux élevés d'informations et l'importance de mémorisation nécessite des opérations intellectuelles préparatrices

· démotivation ; Le personnel soignant se sent démotiver par leur travail de nuit à

cause de :

- La charge élevée du travail,

- Le non reconnaissance des efforts déployés

- L'absence des mesures initiatives et d'encouragement.

· violence au travail :

De manière inquiétante, le secteur de la sante est d'avantage soumis à la violence pratiqué par les patients ou par leurs accompagnants quelque soit verbale ou physique. 3- les conditions sociales :

Le travail de nuit retentie sur la vie sociale et familiale du personnel par réduction du temps à passer en famille et à la perturbation du rythme de vie et des habitudes et la non implication de l'infirmier de nuit dans des activités sociales vu son état épuisé et fatigué.

D - Les conséquences du travail nocturne sur la qualité de soins :

Les conditions de travail de nuit semblent avoir des répercussions importantes sur la qualité de soins qui peuvent être des risques pour la santé du malade.

Les conditions matérielles, le stress, la pénibilité de travail de nuit peuvent avoir des conséquences néfastes sur la qualité des soins, ainsi la disposition des locaux, les gènes liées à la disposition des locaux, les gènes liées à la faiblesse de l'éclairage, la discussion à voix haut, le manque des personnels, la durée du travail nocturne influent directement sur la qualité des soins

En effet les mauvaises conditions de travail pendant la nuit peuvent entrainer: - absence de confort et de bien être de patient

- augmentation de séjour du patient

- retard de la réalisation de soin

- insatisfaction du patient

- complication de l'état de santé du patient

III - service d'urgence :

A - Définitions :

Le dictionnaire Larousse encyclopédique définit l'urgence comme "la qualité de ce qui ne souffre aucun retard".

Le dictionnaire Robert " c'est le caractère de ce qui est urgent, c'est la nécessité d'agir vite, sans délai, en haute hâte",

Alors qu'on trouve une autre définition du dictionnaire Larousse, il précise que "c'est la qualité de ce qui ne peut se différer c'est être traité sur le champ".

Pour le grand public, l'urgence signifie simplement le recours rapide à l'aide et aux soins d'un tiers, donc essentiellement pour résoudre une situation que la personne malade ne peut solutionner elle-même

B - L'organisation des locaux des urgences

1- la zone d'accueil

L'accueil est le premier soin assuré au patient. Il permet de prendre connaissance de l'identité de la personne auprès du patient lui-même ou d'un accompagnant ainsi que du motif d'entrée. Il s'agit d'un premier contact avec le patient qui peut conditionner la perception de la suite des événements, il est à la base des échanges.

C'est aussi l'identification de l'urgence dans son sens propre en tenant compte des besoins de la personne et des priorités, afin d'offrir un accueil et une prise en charge personnalisée et de l'orienter, par la suite, vers la structure de soins la mieux adaptée.

2- La zone d'examens et de soins :

On y trouve les box où est assuré l'examen clinique de la personne ainsi que les soins qui
lui sont nécessaires. Dans ce même cadre, une zone de déchoquage permet de prendre
en charge les patients en détresse vitale ou dont la gravité de l'état nécessite une

intervention et une surveillance plus importante qu'en box. Une zone appelée «petite traumatologie » permet également la prise en charge des sutures, plâtres, etc.

3- La zone de surveillance :

C'est une zone de surveillance de très courte durée ou « lits-porte », comportant 3 à 5 box individuels. Ces locaux permettent une investigation approfondie ainsi qu'une surveillance plus importante en «hébergeant» des patients pour la nuit ou pendant la durée nécessaire afin d'écarter les complications

C - les personnels dans un service d'urgence :

1- Le personnel médical :

La responsabilité médicale du service des urgences doit être assurée par un médecin.

Il doit disposer d'une formation { la prise en charge des urgences, par une qualification universitaire et par une expérience professionnelle.

La composition de l'équipe médicale doit permettre, 24 heures sur 24 et tous les jours de l'année, de garantir la présence minimale d'un médecin qui assurera l'examen de tout patient à son arrivée dans le service.

Le recours { des médecins de l'établissement tels que médecins spécialistes (chirurgienorthopédiste, cardiologue, pneumologue, anesthésiste-réanimateur...), médecins généralistes, radiologues, psychiatres, internes en médecine, doit être possible à tout moment.

2 - Le personnel paramédical :

L'encadrement de l'équipe paramédicale du service des urgences est assuré par un cadre infirmier. En son absence, l'encadrement pourra être assuré par l'un des cadres de permanence dans l'établissement qui sera alors détaché au service des urgences.

Le service devra disposer 24 heures sur 24 et tous les jours de l'année, des infirmiers diplômés d'état chargés de dispenser les soins aux patients. Le service peut comprend également des aides soignants, des secrétaires... .

D - Le patient au service d'urgence :

1- L'état du patient a l'arrivée :

Il est primordial de prendre en charge le patient dès son arrivée aux Urgences, car ce type de service le rend vulnérable pour de multiples raisons :

- Arrivée dans un milieu qui peut renvoyer des images négatives (souffrance, maladie, mort, traitement de longue durée... que ce soit par vécu personnel ou par l'image véhiculée par l'hôpital Crainte du diagnostic et de ses conséquences (traitement, dépendance, souffrance, perturbations professionnelles, familiales et psychologiques, coût financier...).

- Peur de l'inconnu (service nouveau, prise en charge par une personne inconnue...).

- Crainte des gestes invasifs et/ou douloureux.

- Rupture dans la vie quotidienne (accident imprévu qui entraîne l'arrivée aux Urgences).

- Fragilité émotionnelle en lien direct avec l'événement l'amenant aux Urgences (AVP impliquant des personnes qui lui sont chères, agressions...) et la douleur aiguë.

2- Les besoins des patients la nuit : Les besoins des patients la nuit sont plus importants que ceux du jour :

a- Le besoin de sécurité :

Naturellement, l'homme n'est pas adapté à la vie de nuit, le fait qu'il ne voit pas dans l'obscurité renforce son sentiment de peur et d'insécurité face à un monde qu'il ne

semble pas pouvoir domestiquer, ce sentiment est exacerbé pour les patients hospitalisés, puisque immobilisés, ils se sentent à la merci de tout. La nuit est un moment ou les troubles du comportement des patients s'aggravent. Le travail de l'infirmier de nuit est donc avant tout de rassurer les patients, de leur faire comprendre qu'il veille sur leur sécurité.

b- Le besoin d'écoute et de disponibilité :

La nuit apparait comme une circonstance aggravante qui oblige à une relation plus exigeante entre le malade et le soignant. Il est important que le personnel soignant soit à l'écoute du patient et répondre autant que possible à ses attentes de quelques natures qu'elles soient.

c- La compétence du personnel :

La nuit, est un moment difficile pour les patients, l'inquiétude, l'angoisse et le stress sont présents, ils ont besoins de connaitre ceux qui les soignants, de connaitre la personne qui va répondre à leurs besoins, leur faire confiance et de faire preuve de ses compétences.

E - l'infirmier au service d'urgence :

1- Spécificités du rôle de l'infirmier :

L'infirmier exerce un rôle très important pour une meilleur prise en charge de patients pour soulager la souffrance physique et psychologique de façon optimale et répondre au besoins physique et psychologique de façon optimale.

Donc son rôle face au patient se manifeste par :

- Accueillir et prendre en charge les personnes se présentant dans le service en identifiant le type d'urgence et en discernant les priorités imposées par celle-ci. Se rendre disponible, dans les plus brefs délais, en cas de nécessité (urgence vitale...).

- Exercer sa profession dans un contexte d'activités très fluctuantes sur 24 heures.

- L'infirmier doit avoir des aptitudes spécifiques pour exercer sa profession au sein du service des Urgences. Il doit en particulier :

- Savoir s'adapter { des situations diverses dans un délai très court;

- Avoir une certaine dextérité gestuelle (rapidité, efficacité, méthode et organisation)

- Savoir se maîtriser face aux différentes situations (urgences vitales, agressivité et violence du patient...) dans le but de maintenir ou rétablir un climat de sécurité ;

- Avoir une aptitude { travailler en équipe c'est-à-dire savoir planifier, organiser les tâches, utiliser les ressources de chacun, collaborer avec les membres de l'équipe soignante et avoir le respect du travail d'autrui;

- Savoir utiliser ses connaissances théoriques, techniques, son expérience personnelle pour prendre des initiatives tout en respectant les limites de ses compétences;

- Savoir anticiper les situations graves ou à risque;

- Savoir discerner, évaluer et sélectionner les priorités de soins;

- Savoir rester vigilant vis-à-vis des prescriptions et de leurs applications

mais également au niveau de l'évolution clinique du patient.

a- L'infirmier des urgences et le stress :

Le stress est le mécanisme humain d'adaptation aux situations nouvelles ou jugées telles par l'individu. Dans la profession de soignant,

Le travail dans un service des urgences, qui se fait souvent dans l'urgence, nécessitant un effort de concentration et une dextérité importante, est responsable d'une augmentation importante de la charge mentale du travail et peut également être source de stress : la confrontation avec les malades, la mort, la souffrance, inadaptation de locaux, éclairage inadapté~.

D'autres situations peuvent être source de stress pour le personnel comme le contact avec des usagers agités ou agressifs, polyvalence nécessaire pour l'accomplissement des taches, interruption fréquente des tâches, tension due aux risques d'erreur, horaires alternants et horaires de nuit.

I. But de l'enquête :

Décrire les conditions du travail de nuit et ses répercussions psychologiques, familiales et sociales sur les personnels infirmiers aux urgences.

II. Méthodologie de l'enquête :

Il s'agit d'une étude quantitative descriptive, mené au prés des infirmiers et des patient d'urgence.

Milieu d'étude:

Le milieu choisi pour cette étude est les services d'urgences de :

1' L'hôpital Habib thameur

1' L'hôpital Charles-Nicolle

1' L'hôpital universitaire la rabta

Les raisons justifiant le choix d'un service d'urgence sont :

1' Taux élevés de patient consultant la nuit

1' La pénibilité de travail au niveau de service d'urgence la nuit

v' Diversité de soins en urgence

- Population étudiés

Cette étude a ciblé comme population les infirmiers exerçant la nuit au niveau du service des urgences et les patients consultants ou hospitalisés dans le service des urgences

- Echantillon

v' 30 infirmiers des services des urgences travaillant la garde de nuit d'une manière temporaire ou fixe.

1' 10 patients consultants ou hospitalisés aux services des urgences pendant la nuit '7

- Collecte de données

Pour connaitre les difficultés rencontrées par les personnels pendant la nuit et le niveau de satisfaction de patient sur la prise en charge, j'ai réalisé un double questionnaire

1. Questionnaire posés aux infirmiers

Ce questionnaire est divisé en deux parties (identification de la personne interrogée, Et des questions (fermées « 11 >>, semi-ouvertes « 11 >> et ouvertes « 2 >>)

2. Questionnaire posés aux patients

Ce questionnaire est divisé en deux parties (identification de la personne interrogée, corps de questionnaire),

Et des questions (fermées « 2 >>, semi-ouvertes « 6 >> et ouvert « 1 >>)

Déroulement de collecte de données

L'enquête est déroulé du 01 / 07 / 2011 au 18 / 07 / 2011

· Pour le questionnaire destiné aux infirmiers, j'ai été obligé de me présenter et d'expliquer l'objectif de l'enquête aux infirmiers.

· Et pour le questionnaire adressé aux patients j'ai été présenté pour assurer une meilleure compréhension des questions.

Considérations éthiques

· Les règles éthiques et déontologiques sont respectées, une autorisation administrative portant sur le recueil de données (a partir de l'ISSIT), a été accordée par le surveillant du service.

· L'objectif d'étude est bien expliqué aux infirmiers et aux patients avant la collecte des données

Difficultés rencontrés :

Elles se rapportent au non disponibilité des infirmiers et de souffrance des patients vu la nature des conditions de travail aux urgences marquée par la surcharge de travail et le flux des patients surtout lors de la passation entre les équipes de soins.

ANALYSE

ET

INTERPRÉTATIONS

DES

RESULTATS

I. Analyse et présentation de résultat du questionnaire pour les

infirmiers

A. Identification des personnes interrogées

1. Selon l'âge

Tableau N° 1

: Répartition des interrogés selon la tranche d'âge.

 
 

Effectif

Pourcentage

Entre 20 et 30 ans

18

60 %

Entre 31 et 40 ans

11

37 %

40 ans <

1

3 %

Totale

30

100 %

 

- Plus que la moitié des infirmiers interrogés sont a l'âge entre (20 et 30 ans) ans alors que 37% sont a l'âge entre 31 et 40 ans.

2. Selon le sexe

Tableau N°2 : Répartition des interrogés selon le sexe

Sexe

Effectif

Pourcentage

Masculin

20

67 %

Féminin

10

33 %

Totale

30

100 %

- 67% des infirmiers interrogés sont de sexe masculin alors que 33% sont de sexe féminin

1' Une prédominance masculine.

3. Selon l'état matrimonial

Tableau N°3

: Répartition des interrogés selon l'état civil.

 
 

Effectif

Pourcentage

Célibataire

19

63 %

Marié (e)

10

30 %

Divorcé (e)

0

0 %

Veuf (Ve)

1

3 %

Totale

30

100

 

- 63% des infirmiers interrogés sont célibataires (e) alors que 30% sont marié(e).

4. Selon le nombre d'année de travail pendant la nuit

Tableau N°4 : Répartition des interrogés selon le nombre d'année de travail
pendant la nuit

Durée

Effectif

Pourcentage

>1 ans

8

27 %

1 à 5 ans

12

40 %

5 à10 ans

9

30 %

>10 ans

1

3 %

Totale

30

100 %

40% des infirmiers travaillent pendant la nuit entre 1à5 ans ,30% des infirmiers travaillent pendant la nuit entre 6 à 10 ans, alors que 27% travaille moins qu'un an et un infirmier qui travaille pendant la nuit plus que 10 ans

B. Généralité

Question N°5 : avez-vous bénéficié d'une formation liée aux soins d'urgences

Graphique N°5 : Bénéfication d'une formation

en soins d'urgence

23%

77%

oui

non

La plupart des infirmiers enquêtés (77%) affirment qu'ils ont bénéficié d'une formation en

Soins d'urgence.

Question N°6 : Nature de Votre travail de nuit ?

Graphique N° 2 : Nature de votre travail de nuit

60%

57%

43%

40% 20% 0%

volontaire imposé

volontaire imposé

- 57% des interviewés ont choisi librement de travailler la nuit alors que 43% des infirmiers considèrent que le travail de nuit est imposé par la nécessité du service.

Question N°7 Que pensez-vous des conditions de travail de nuit au niveau du service des urgences ?

Graphique N°3 : Appréciation des conditions de travail des
infirmiers pendant la nuit

80%

60%

 
 
 

40%

 

67%

20%

 
 

0%

0%

20%

 
 

13%

 

Bonne Acceptable Moyenne Mauvaise

Bonne Acceptable Moyenne Mauvaise

- La majorité des infirmiers (67%) pensent que les conditions de travail de nuit sont mauvaises

Alors que (20%) des infirmiers pensent que les conditions de travail de nuit sont acceptables

Et souvent (13%) pensent que les conditions de travail de nuit sont moyennes, alors qu'aucun infirmier ne pense que les conditions de travail la nuit sont bonnes.

Question N°8 : Pour vous, est ce que les conditions de travail de nuit dans ce service sont :

Graphique N°4 : Comparaison entre les conditions de trravail du jour à
celle de la nuit

similaires de celles du jour Différentes

similaires de celles du jour Différentes

150%
100%

 
 
 
 
 
 
 
 
 

97%

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

50%

 
 
 
 
 
 

3%

 
 
 

0%

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

- La plupart (97 %) de la population disent que les conditions de travail de nuit sont différentes de celle du jour.

1. condition organisationnel

Question N°9 : Comment appréciez-vous l'organisation du travail dans votre service pendant la nuit ?

Graphique N°5 : Répartition des réponses des infirmiers sur
l'organisation de travail de nuit

80%

60%

 

40%

 
 

20%

 

40%

 

60%

0%

 
 
 
 

Bonne Moyenne Mauvaise

Moyenne
Mauvaise

(60 %) des infirmiers interrogés apprécient l'organisation la nuit « mauvaise » alors que (40 %) pensent qu'elle est « moyenne »

Question N°10 : Comment se fait la transmission de l'information au sein de ce service ?

Tableau N°5 : Répartition

des réponses des infirmiers de nuit sur la transmission de l'information

 

Réponses

Effectif

Pourcentage

Ecrites

6

20 %

Verbales

20

67 %

Absente

4

13 %

Totale

30

100 %

La majorité des infirmiers (67%) affirment que la transmission de l'information au sein des services des urgences est faite d'une façon verbale, 20% de façon écrite alors que 13 % des infirmiers disent quelle est absente.

Question N°11 : Comment appréciez-vous la collaboration de l'équipe soignante pendant les gardes de nuit ?

Tableau N°6 : Appréciation de la collaboration de l'équipe soignant pendant la garde de
nuit

Réponses

Effectif

Pourcentage

Bonne

10

33 %

Moyenne

15

50 %

Mauvaise

5

17 %

Totale

30

100 %

La moitié (50 %) des infirmiers pensent que la collaboration de l'équipe de nuit est moyenne alors qu'elle apparait bonne pour (33 %) et mauvaise pour (17 %).

Question N°12 : Que Pensez-vous de l'effectif du personnel infirmier la nuit ?

Graphique N°6 : Répartition des réponses des infirmiers sur
leur effectif pendant la nuit

100%

 
 

50%

 
 
 
 
 
 

0%

0%

 
 

70%

 

30%

 

Suffisant

Moyennement
suffisant

Insuffisant

Moyennement suffisant Insuffisant

L'effectif du personnel infirmier la nuit n'est pas suffisant pour la majorité (70 %) de la population cible alors que (30%) des infirmiers pensent que l'effectif est moyennement suffisant alors qu'aucun infirmier ne pense que l'effectif est suffisant la nuit.

Question N° 13 Que pensez-vous des locaux ?

Graphique N°7 : Disposition des locaux au service d'urgence

80%

63%

20%

17%

Disponibles

Non disponibles Non fonctionnels

60% 40% 20% 0%

Disponibles Non disponibles Non fonctionnels

63% du total de l'effectif des infirmiers affirment que les locaux sont non disponibles, cette indisponibilité fait que les patients est parfois installés sur des chariots ou dans les couloirs du service, alors que 17% affirment que les locaux sont non fonctionnels et 20% que les locaux sont disponible.

Question N°14 :

a- Peut-on parler d'un manque de matériel au niveau du service la nuit ?

Tableau N°7 : Répartition des réponses des infirmiers sur la disponibilité de
matériel

Réponses

Effectif

Pourcentage

Oui

30

100 %

Non

0

0 %

Totale

30

100 %

- Tout les infirmiers interrogés (100%) affirment qu'Il ya un manque de matériels au niveau de service.

b- Si oui quel type de matériel :

Tableau N°8 : type de matériel manquant dans un service d'urgence

Réponses

Effectif

Pourcentage

Chariot

3

10 %

Tensiomètres - D'extro

12

40 %

Monitorage cardiaque

6

20 %

Seringues électriques

4

13 %

Chaises roulantes

5

17 %

Totale

30

100 %

2. Les contraintes physiques

Question N°15 :

a- Le poste que vous occupez, exige-t-il un effort physique ?

Graphique N° 8: Répartition des réponses des infirmiers sur les
exigence physique

oui

non

13%

87%

87% des infirmiers interrogés disent que la poste qu'ils occupent exige un effort physique alors que les 13% restante disent non.

Tableau N°9 : Appréciation des différents types des exigences physiques par les
infirmiers

Réponses

Effectif

Pourcentage

Posture

6

23 %

Déplacement répétitif

16

62 %

Maintenance

4

15 %

Totale

26

100 %

(62%) des infirmiers parmi qu'ils ont répondues que leurs poste exige un effort physique pensent que la cause est le déplacement répétitifs

(23%) : la posture alors que (4%) la maintenance.

Question N°16 :

a- Lors de l'exécution de votre rôle autant qu'infirmier de nuit, êtes-vous victime d'un accident de travail ?

Graphique N°9 : Répartition des réponses des
infirmiers sur leur expositions aux accidents de
travail

100%

50%

0%

Oui Non

Oui Non

30%

70%

70% des infirmiers de nuit ont été victime d'un accident de travail alors que les 30% non.

Tableau N°10 : Appréciation des différents types des accidents de travail par les
infirmiers

Réponse

Effectif

Pourcentage

Contamination

4

19 %

Piqure d'aiguille

12

57 %

Blessure

5

24 %

Totale

21

100 %

- Lors de leurs travaux pendant la nuit les infirmiers ont été victimes par une
piqure d'aiguille (57%) ou par une blessure 24% ou contamination 19%.

3. Difficultés psychologiques

Question N°17 le travail de nuit peut-il constituer une charge mentale?

Graphique N°10 : Charge mentale du travail de nuit des
infirmiers en urgence

100%

87%

50%

0%

oui

non

oui

Série1 87%

13%

13%

non

87% des infirmiers affirment que le travail de nuit constitue une charge mentale alors que 13% restant affirment que non.

Question N°18:

a- Est ce que vous êtes confronté à certains cas de décès au cours de votre garde

Graphique N° 11 : Répartition des réponses des
infirmiers s'ils sont confrontées à des cas de
décès

100%

63%

37%

50%

0%

oui non

oui

non

87% des infirmiers affirment que le travail de nuit constitue une charge mentale alors que 13% restant affirment que non.

b- Si oui, quelle est votre sentiment ?

Tableau N°11 : Appréciation des sentiments ressentir par les infirmiers après la mort de
patient

Réponses

Effectif

Pourcentage

Sentiment d'échec

15

62.5 %

Sentiment de culpabilité

6

25 %

Indifférence

3

12.5 %

Totale

24

100 %

La plupart (80%) des infirmiers ont été confronté à des cas de décès la nuit, 50% des cas éprouvent un sentiment d'échec, alors que 30% n'ont aucun sentiment.

Question N°19 :

Graphique N°12 : Répaartition des réponses des
infirmiers sur la motivation envers leurs travail

100%

70%

30%

50%

0%

Oui Non

Oui Non

a- Est-ce que, vous sentez démotiver de votre travail ?

a. Si oui, quelles sont les causes

Tableau N°12 : Appréciation de différentes causes de démotivation des infirmiers envers
leur travail.

Réponses

Effectif

Pourcentage

Durée très longue de garde

7

33 %

Surcharge de travail

10

48 %

Motivation financière
insuffisante

4

19 %

Totale

21

100 %

Les infirmiers se trouvent démotivés envers leur travail, à cause de la surcharge de travail 48% des cas, durée très longue de garde 33% des cas, alors que 19% a cause de motivation financière insuffisante.

Question N°20 :

Graphique N°13 : Répartition des réponses des infirmiers
s'ils sont subis de la violence lors du travail

100%

50%

0%

Oui Non

Oui Non

70%

30%

a- durant votre carrière de travail pendant la nuit, est ce que vous êtes victime ou
témoin d'une situation de violence de la part d'un malade ou de sa famille

b- Si oui, de quel type ?

Tableau N°13 : Répartition des réponses des infirmiers selon le type de violence subis
pendant la nuit

Réponses

Effectif

Pourcentage

Violence verbale

14

67 %

Violence physique

7

33 %

Totale

21

100 %

La plupart (70%) des infirmiers ont été victimes ou témoins d'une situation de violence, dont 57% des cas sont de type verbal.

4. Les conditions sociales

Question N°21 :

A votre avis, le travail de nuit a-t-il un effet sur votre vie familiale et sociale ?

Oui Non

77%

23%

Graphique N°14 : Répartition des réponses des infirmiers sur
les effets de travail de nuit sur leur vie familiale et sociale

100%

50%

0%

Oui Non

a- Si oui, quelles sont les effets ?

Tableau N°14 : Appréciation de différents effets de travail de nuit sur la vie familiale et
sociale des infirmiers.

Réponse

Effectif

Pourcentage

Perturbation des habitudes
de vie

10

43 %

Réduction de temps à passé
en famille

10

43 %

Manque des activités
sociales

3

14 %

Totale

23

100 %

La majorité (77%) des infirmiers pense que le travail de nuit a un effet négatif sur leur vie familiale et sociale, il peut être la cause de réduction du temps à passer en famille pour et une perturbation du rythme de vie pour 43 % des deux cas.

C. Qualité de soins

Question N°22 :

a- Remarquez vous que les conditions du travail ont des répercussions néfastes sur la sante et la sécurité des patients ?

Tableau N° : 15 Répartition des réponses des infirmiers sur les répercussions des
conditions du travail sur la sante et la sécurité des patients.

Réponse

Effectif

Pourcentage

Oui

27

90 %

Non

3

17 %

Totale

30

100 %

 

- La majorité des infirmiers (90%) remarquent que les conditions actuelles de travail de nuit ont des répercussions néfastes sur la santé et la sécurité des patients.

b- Si oui lesquelles

Tableau N° 16 Appréciation de différentes répercussions néfastes des conditions du
travail de nuit et
sur la sante et la sécurité des patients.

Réponses

Effectif

Pourcentage

Séjour prolongé

10

37 %

Absence de mesure de
protection

8

30 %

Complication de l'état de
santé des patients

9

33 %

Totale

27

100 %

ou par une prolongation de séjour d'hospitalisation 37% des cas et par absence de mesure de protection pour 3% des cas

Question N°23 : Etes vous satisfait de la qualité des soins que vous dispensez dans les conditions actuelles de travail de nuit ?

Graphique N°16 : Répartition des rééponses des infirmiers
s'ils sont satisfaits de la qualite de soins qu'ils dispensent
dans les conditions actuelles de tgravail de nuit

0%

Oui Non

100%

 
 
 
 
 

Oui Non

 

30%

70%

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La plupart des infirmiers (70%) ne sont pas satisfaits de la qualité des soins qu'ils dispensent pendant la garde de nuit.

Question N°24 : Que pouvez-vous suggérer en vue d'améliorer la qualité des soins infirmiers nocturne dans votre service ?

Pour améliorer la qualité de soins infirmiers nocturne dans les services les infirmiers - Augmenter l'effectif infirmier pendant la nuit

- Réduire la durée de séjour de patient

- Assurer la continuité de soins et la sécurité des personnels et des patients - Équiper le service en matériels nécessaires

- Équilibrer les périodes de travail

II. Analyses et présentation des résultats du questionnaire pour les patients A. Identification des interrogés

1. Selon l'âge :

Répartition des interrogés selon la tranche d'âge

Tranche d'âge

Effectif

Pourcentage

<25 ans

1

10 %

26-35 ans

6

60 %

36-45 ans

2

20 %

>45 ans

1

10 %

Totale

10

100 %

Plus que la moitié (60%) des patient consultant et hospitalisés au service sont a l'âge entre 26 et 35 ans, 20% a l'âge entre 36 et 46 ans alors que 10% sont <25 ans et 10% >45 ans.

2. Selon le sexe

Répartition des interrogés selon le sexe

Sexe

Effectif

Pourcentage

Masculin

8

80 %

Féminin

2

20 %

Totale

10

100 %

> La population cible est composée des patients 80% sont de sexe masculin et 20% de sexe féminin.

La base de questionnaire

Question N°1 : Comment appréciez-vous la qualité de soins qu'on vous donne pendant la garde de nuit ?

60%

30%

10%

bonne moyenne mauvaise

bonne moyenne mauvaise

80% 60% 40% 20% 0%

60% des patients affirment que la qualité de soins donnée pendant la garde de nuit est insuffisante alors que (20%) Aucune idée et (10%) pensent que c'est la même et mieux que la journée

Question N°2 : Comment appréciez vous la relation malade infirmier pendant la nuit

Appréciation de la relation malade-infirmier pendant la garde de nuit par les patients

Réponse

Effectif

Pourcentage

Adéquat

4

40%

Inadéquat

6

60%

Totale

10

100%

Plus que la moitié des patients (60%) pensent que la relation malade-infirmier au cours de la garde de nuit est inadéquate.

Question N°3 :

a- Les soins pendant la nuit sont-ils donnés dans le temps prévu ?

Répartition des réponses des patients sur le temps prévu de soins pendant la
nuit

Réponse

Effectif

Totale

Oui

1

10 %

Non

6

60 %

Aucune idée

3

30 %

Totale

10

100 %

b- Si non, quelle sont les causes

80%

40%

60%

20%

0%

bonne moyenne mauvaise

bonne moyenne mauvaise

- (60%) des patients disent que les soins pendant la nuit ne sont pas donnés dans le temps prévu et cela pour différentes causes :

· 60 % insuffisance de personnel

· 30 % négligence des infirmiers

Question N°4 : Que pensez-vous des conditions du travail de l'infirmier de nuit ?

40%

70%

60%

50%

30%

20%

10%

0%

bonne moyenne mauvaise

10%

30%

60%

bonne moyenne mauvaise

- 60 % patients pensent que les conditions du travail de l'infirmier la nuit sont mauvaises, alors que 30% disent qu'elles sont moyennes et 10% disent qu'elles sont bonnes.

Question N°5 : Remarquez-vous que les conditions du travail ont des répercussions néfastes sur votre santé et sécurité ?

répartition des patient sur les effets des
conditions de travail sur leur santé et sécurité

non

25%

oui

75%

- La majorité (75%) des patients remarquent que les conditions de travail ont des

Répercussions néfastes sur leur sante, et leur sécurité, pendant la garde de nuit alors que non pour 25% des cas.

Question N°6 comment évaluer vous l'accueil au sein du service d'urgence ?

L'accueil au service d'urgence selon le patient

80%

 
 

60%

 
 
 
 
 

40%

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

60%

 
 

20%

 
 
 
 
 
 
 
 
 

30%

 
 
 
 
 
 

10%

0%

 
 
 
 
 
 
 

bonne moyenne mauvaise

bonne moyenne mauvaise

La majorité des patients (60%) pensent que l'accueil au service d'urgence est mauvais et moyenne pour 30% des cas alors que 10% des cas pense que l'accueil au service est bon

Question N°7 que pouvez suggérer en vue d'améliorer la qualité de soins ?

Réponses

Effectif

Totale

Ecoute et disponibilité

4

40 %

Bonne qualité de soins

3

30 %

La sécurité

3

30 %

Totale

10

100 %

Pour améliorer la qualité de soins les patients on proposés

- D'écoute et disponibilité des infirmiers et d'équipe médicale dans 40% des cas - Bonne qualité de soins pour 30% des cas

- La sécurité pour 30% des cas.

1- les conditions de travail de nuit des infirmiers dans un service d'urgence :

Les résultats obtenus ont démontré que la majorité des infirmiers 67% et des patients 60% pensent que les conditions de travail de nuit aux urgences sont mauvaises et ne répondent pas aux normes de travail confirmé aux études faites par Chantal Rivaleau juin 2003.

Les conditions de travail de nuit sont affectées par plusieurs entraves, les contraintes organisationnelles constituent la première cause de mécontentement du personnel infirmier, de ce fait 70% des infirmiers ont rapporté que l'effectif infirmier la nuit n'est pas suffisant ce qui oblige les de travailler d'une façon continue sans interruption, aussi 100% des infirmiers interrogées déclarent un manque de matériel qui peut être : monitorage cardiaque, seringues électriques, chariots, chaises roulants.

Nous avons relevé aussi d'autres éléments favorisant ce dysfonctionnement à savoir 50% de notre échantillon d'infirmier apprécient que la collaboration de l'équipe soignants la nuit est moyenne, aussi la transmission de l'information au sein de service est absente pour 13% des infirmiers, ce qui favorise les conflits interpersonnels, l'augmentation de risque d'erreur et l'ambigüité des rôles et fonctions ,ce qui confirmées résulta de « Yves Lafargue » : `'la technique de communication peuvent être source de pénibilité et engendre la fatigue mentale».

Les résultats mettent aussi en relief que les contraintes physiques sont préjudiciables aux soignants, que 87% d'eux confirment que le travail de nuit exige un effort physique pénible (posture pénible et fatiguant, maintenance et port des charges lourdes, déplacement répétitifs.), ceci est un source d'un certain nombre des problèmes a savoir que 70% des infirmiers ont été victime d'un accident de travail , soit par piqure d'aiguille ou par une blessure, cette situation peut augmenter le risque des maladies professionnels.

Malheureusement les accidents de travail ne sont pas le seul menace auquel les infirmiers sont exposes à savoir, 87% des infirmiers ont été victime ou témoin d'une situation de violence de la part de malade ou de sa famille, le taux élevé de violence reflète que les mesures de sécurité mises en place pour protéger les soignants n'ont pas réussi à réduire les cas des violences, ces mauvaises conditions constituent une charge mentale pour les infirmiers qui 70% d'eux se sent démotiver vis a vis de leur travail.

On a relevé aussi qui 77% des infirmiers indiquent que leur travail impose plus de contraintes à sa vie familiale et sociale, surtout par réduction de temps à passer en famille, sachant que 30% des infirmiers sont mariés.

2- les répercussions des conditions de travail de nuit sur la qualité des soins :

Les résultats obtenus ont démontrés que 90% des infirmiers et 75% des patients voient que les conditions de travail de nuit ont des répercussions néfastes sur la sante et la sécurité des patients comme a montrer les médecins de travail en particulier le Docteur « Estyn Brehar 1997» `'stress et souffrances de soignant», soit par augmentation du séjour , par absence de mesures de protection, par complication de l'état de santé des patients ou par un retard lors de la réalisation de soins, par ailleurs, 60% des patients affirment que les soins pendant la nuit ne sont pas données dans le temps prévu.

Les résultats mettent aussi en relief que 60% des patients trouvent que la qualité de soins la nuit est mauvaise.

De plus, 60% des patients interrogés déclarent la relation malade-infirmier inadéquate, alors que les relations infirmiers entretenues avec les patients dans le contexte particulier de la nuit font partie intégrante de la notion de la qualité de soins.

Au terme de cette discussion, cette étude confirme la problématique de départ et renforce l'idée que le personnel infirmier dans un service des urgences évolue dans des conditions de travail pénibles qu'a un impacte négatif sur la qualité de soins.

La discussion des résultats de cette étude nous a permis de mettre en évidence certaines lacunes, ce qui nous a amené { faire quelques recommandations qui n'ont nullement fait l'objet de présentation pour vouloir donner une solution idéale, mais seulement d'attirer l'attention des responsables sur certaines mesures qui peuvent être { l'origine d'une éventuelle amélioration.

Il est souhaitable de :

* Assurer un encadrement de qualité en sensibilisant les surveillants de nuit sur leur rôle dans la gestion des soins ;

*Revoir l'organisation du système de sécurité mis en place pour réduire le taux de violence et garantir la sécurité du personnel ;

* Assurer la communication de l'information au sein du service en instaurant un système d'affichage adéquat ;

* Faire des réunions régulières sur le fonctionnement du service avec la participation des infirmiers de nuit ;

Le travail de nuit impose une surcharge avec un effectif réduit des personnels. Des contraintes organisationnelles, physiques aux quelles sont exposés les infirmiers expliquent leur mécontentement. Les conditions de nuisance et leurs conséquences sont multiples. Les infirmiers enquêtés expriment des sentiments d'insécurité, de non reconnaissance et d'isolement. En plus, le travail de nuit leur impose plus de contraintes à leurs vies familiales et sociales, surtout par la réduction du temps à passer en famille.

Référence bibliographique

I. Ouvrages : - P. CANONI ; A. MAURANGES ; le syndrome d'épuisement professionnel des soignants.

Edi. Masson ; Paris ; 1998 ; p.206.

- A.GUYON ; O. BURRUS ; Législation, responsabilité, éthique, etdéontologie,

organisation du travail, sante public ; Edition. Ellipses ; Paris ; 2001 ; p.224.

- JACQUERYE A, CHAGNON M, GRENIER R. La qualité de soins infirmiers. Edition.

France : Maloine, 1999, 321p

II. Mémoires électroniques :

- NDAYISABA, J. SINGIRANKABO ; Impact de surcharge du travail infirmier sur la qualité et le rendement de soins [en ligne]. Mémoire. Rwanda : KHI de Rwanda, 2007

- Disponible sur « http://www.memoireonline.com/04/08/1021/m_impactsurcharge-travail-infirmier-qualite-rendement-soins2.html (consulté le 5/8/2011 )

III. Sites internet

- Zeynep Or, Laure C. La qualité des soins en France : comment la mesurer pour améliorer ? [en ligne].Disponible sur : http://www.irdes.fr/EspaceRecherche/DocumentsDeTravail/DT19QualiteDesSoins EnFrance.pdf consulté le (9/8/2011)

- CICILE B et al. Le travail de nuit des infirmiers : Effets sur les conditions de vie, les

pratiques professionnelles et la qualité des soins [en ligne].Disponible

sur :< http://cdft.cnam.fr/servlet/com.univ.utils.LectureFichierJoint?CODE=120127 6256864&LANGUE=0 > consulté le (9/8/2011)

o http://www.cadredesante.com/spip/spip.php?article132 consulté le (18/7/2011) o http://fr.wikipedia.org/wiki/Travaildenuit consulté le (18/7/2011)

o http://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/documentation/le-

travail-de-nuit.html (consulté le 15/7/2011)

IV. les dictionnaires :

- Dictionnaire la rousse

- La rousse encyclopédique - Dictionnaire Robert

ANNEXES

- Ce questionnaire se déroule dans le cadre de mon travail de fin d'études en
sciences infirmières l'Institut supérieur des sciences infirmières de Tunis

« ISSIT ».

- Ce questionnaire est anonyme et confidentiel.

- Le thème de notre recherche est « les conditions de travail nocturne aux urgences et son impact sur les personnels soignants et la qualité du soin ». Je vous remercie d'avoir accepté { participer { ce travail.

I. Identification de la personne interrogée

1- Age :............... Ans

2- Sexe : - Masculin - Féminin

3- Etat matrimoniale :

 

- Célibataire - Marie(é)

- Divorcé(é) - Veuf (vé)

4- Depuis combien de temps travaillez-vous pendant la nuit ? - 1 mois- 5ans - 6-10 ans

- 10 ans et plus

II- questionnaire :

A- Généralité :

5- Avez-vous bénéficié d'une formation liée aux soins d'urgence : Oui non

6 - Votre travail de nuit est un :

Choix volontaire Imposé

7 - Que pensez-vous des conditions de travail de nuit au niveau du service des urgences ?

- Mauvaise

- Acceptables

- Moyenne

8 - Pour vous, est ce que les conditions de travail de nuit dans ce service sont similaires de celles du jour ?

- Oui - Non

B- Organisation et de travail :

9 - Comment appréciez-vous l'organisation du travail dans votre service pendant la nuit ?

- Bonne

- Moyenne
- Mauvaise

10 - Comment se fait la transmission de l'information au sein de ce service ? - Ecrite

- Verbale - Absente

11 - Comment appréciez-vous la collaboration de votre équipe du travail pendant la garde ?

- bonne

- mauvaise
- Médiocre

12 - Pensez vous que l'effectif du personnel infirmier la nuit est : - Suffisant

- Moyennement suffisant - Insuffisant

13 - Que pensez-vous des locaux ?

- Non disponibles - Disponibles

- Non fonctionnels

14 - Peut-on parler d'un manque de matériel au niveau du service des urgences ? - Oui - Non

- Si oui ; quel type de matériel ?

C- Contraintes physiques :

15 - Le poste que vous occupez, exige-t-il un effort physique ?

- Oui - Non

- Si oui de quel genre ?

- posture

- maintenance

- déplacements répétitifs

16- Lors de l'exécution de votre rôle autant qu'infirmier de nuit, êtes-vous victime d'un accident de travail

- Oui - Non

- Si oui, de quel genre ?

D- Difficultés psychologique :

17- D'après vous, le travail de nuit peut-il constituer une charge mentale? - OUI - NON

18 - Est ce que, vous êtes confrontés à certains cas de décès au cours de votre garde ? - Oui - Non

- Si oui, quelle est votre sentiment ? - sentiment d'échec

- sentiment de culpabilité

- Indifférence

19 - Est-ce que, vous sentez démotiver vis-à-vis votre travail ? - Oui - Non

Si oui, quelles sont les causes ?

- motivation financière insuffisante - surcharge de travail

- durée très longue de garde

20 - durant votre carrière de travail pendant la nuit, est ce que vous êtes victime ou témoin d'une situation de violence de la part d'un malade ou de sa famille ?

- Oui - Non

Si oui, de quel type ? - violence verbale

- violence physique

 

E- Conditions sociales :

21 - A votre avis, le travail de nuit a-t-il un effet sur votre vie familiale et sociale ? - Oui - Non

Si oui, quelles sont les causes ?

- réduction du temps a passé en famille

- perturbation du rythme de vie ou d'habitude - manques des activités sociales

F- Qualité de soins :

22 - Remarquez vous que les conditions du travail ont des répercussions néfastes sur la sante et la sécurité des patients ?

- Oui - Non
- Si oui lesquelles ?

- séjour prolongé

- absence de mesures de protection

- complication de l'état de santé de patient

23 - Etes vous satisfait de la qualité de soins que vous dispensez dans les conditions actuelles de travail de nuit ?

- Oui - Non

24 - Que pouvez-vous suggérer en vue d'améliorer la qualité des soins infirmiers nocturne dans votre service ?

Merci de

votre partici pation

 

I- Identification de la personne interrogée :

Question N°1 Age :............ans.

Question N°2 Sexe : - Masculin - Féminin

II- Corps de questionnaire :

Question N°3 : Comment apprécies-vous la qualité des soins qu'on vous donne pendant la nuit ?

- Meilleure que la journée - la Même

- Insuffisante

Question N°4 : Comment appréciez vous la relation malade infirmier pendant la garde de nuit ?

- Adéquate

- Inadéquate

Question N°5 Les soins pendant la nuit sont-ils donnés dans le temps prévu ? - Oui

- Non

- Aucune idée

. Si non quelle est la cause ?

- négligence des infirmiers

- insuffisance des personnels - insuffisance du matériel

Question N°6 Que pensez-vous des conditions du travail de l'infirmier de nuit ? - Bonnes

- Moyenne - Mauvaises

Question N°7 Remarquer vous que les conditions du travail ont des répercussions néfastes sur votre santé ou votre sécurité ?

Question N°8 comment évaluer vous l'accueil au sein du service d'urgence ? - Bonne

- Moyenne
- Mauvaise

Question N°9 que pouvez suggérer en vue d'améliorer la qualité de soins ? - Ecoute et disponibilité

- Bonne qualité de soins - La sécurité

Merci de votre participation.






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net