WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude de l'érosion ravinante à  Kinshasa par télédétection et SIG ( système d'information géographique ) entre 1957 et 2007


par Fils Makanzu Imwangana
Université de Liège - Master complémentaire en gestion des risques naturels 2010
  

sommaire suivant

 

Faculté des Sciences

Etude de l'érosion ravinante à Kinshasa

par télédétection et SIG

entre 1957 et 2007

Travail de fin d'études présenté par Fils MAKANZU IMWANGANA (Licencié en Sciences géographiques) en vue de l'obtention du Master Complémentaire en Gestion des risques naturels

Année académique 2009 - 2010

Promoteurs :

Professeur Pierre OZER

Département des Sciences et Gestion de l'Environnement, Campus d'Arlon/ULg

Dr Jan MOEYERSONS

Section de Géomorphologie et Télédétection, MRAC/Tervuren

filsmakanzu@yahoo.fr ; geohydromak@hotmail.com

RESUME

Ce travail est avant tout un inventaire des ravins à travers la ville de Kinshasa étant donné que des études antérieures se limitent à une description du phénomène et/ou à des analyses empiriques. Nous nous sommes rendu compte qu'aucun ravin remarquable sur l'image SPOT5 de 2006/07 n'était visible sur les photographies aériennes de 1957 quand de vastes étendues de la région actuellement urbanisée étaient encore sous couvert végétal. Grâce à l'image SPOT 5 avec une résolution de 5 m, 307 ravins sont identifiés qui déchirent la haute ville en 2007. Nous avons estimé une perte d'investissements dans le secteur de l'habitat à environ 1 200 000 euros par an. Aussi, l'outil SIG nous montre que 291 sur 307 ravins identifiés représentant 94,8% sont aux abords d'une route ou que c'est la route elle-même qui a été ravinée. On voit que le paysage urbanisé contrairement à l'antérieur, contient beaucoup d'aires de grande production de ruissellement. Si l'urbanisation n'avait pas d'impact sur le drainage superficiel, on pourrait encore espérer que la forme convexe et divergente des collines étalerait les eaux de ruissellement en largeur de façon qu'elles perdent de leur potentiel érosif.

SUMMARY

This work is primarily an inventory of the gullies throughout the city of Kinshasa, given that previous studies were limited to a description and/or empirical analysis of the phenomenon. Based on the SPOT 5 image with a resolution of 5 m, 307 gullies were identified in the higher part of the city in 2007. None of these gullies were visible on aerial photographs from 1957, when large tracts of currently urbanized area were still under natural vegetation cover. We estimated related property losses of about 1.2 million euros per year. In addition, the GIS survey showed that of the 307 gullies identified, 291 or 94.8%, were either bordering roads, or were in themselves heavily eroded roads. The current urban landscape, in contrast to the previous natural land cover, hosts many areas of high surface runoff generation. If urbanization had no impact on surface drainage we could still hope that the convex and divergent shape of the hills would disperse runoff so that it would lose its erosive potential.

Pour tout contact :

II

sommaire suivant