WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Construire une démocratie consociative en afrique subsaharienne. cas de la république démocratique du congo

( Télécharger le fichier original )
par David NZENZE
Université de Kinshasa (RDCongo) - Licence en Sciences Politiques et Administratives 2015
  

sommaire suivant

EPIGRAPHE

« Lorsque tu ne sais pas où tu vas, regarde d'où tu viens » Proverbe africain

« Lorsque tu vas au marigot et que quelqu'un te lave le dos, tu peux au moins te frotter le ventre » Proverbe africain

« Si la démocratie était une baguette magique, les occidentaux la cacheraient jalousement afin de résoudre tous leurs problèmes » NZENZE EGBONENE David

LES ABREVIATIONS

B.C.E. : Banque Centrale Européenne

B.M. : Banque Mondiale

C.E. : Commission Européenne

C.N.T. : Conseil National de Transition

EPRDF: Ethiopian Peoples Revolutionary Democratic Front

Etc. : Et cetera (et le reste)

F.M.I. : Fonds Monétaire International

M.O.N.U.S.CO. : Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo

O.M.C: Organisation Mondiale du Commerce

O.N.U. : Organisation des Nations Unies

O.T.A.N. : Organisation du Traité de l'Atlantique Nord

R.D.C. : République Démocratique du Congo

R.F.I. : Radio France Internationale

U.E: Union Européenne

U.R.S.S. : Union des Républiques Socialistes Soviétiques

U.S.D.: United States Dollar (Dollar des États-Unis)

0. INTRODUCTION GENERALE

1. Etat de la question

Même si la problématique est posée de façon pertinente, il est recommandé de vérifier les résultats des recherches antérieures ainsi que toute la documentation sur la théorie qui pourraient se rapporter au thème sous examen1(*).

A cet effet, la rédaction du présent travail n'est pas un fait hasardeux, il est le fruit d'une lecture objective des travaux relatifs à la démocratie en Afrique subsaharienne en général et au Congo(RDC) en particulier. Parmi lesquels nous citons :

FILIP REYNTJENS, dans son article intitulé « Coopération : qui perd ? Qui gagne ? L'échec d'une génération », cet auteur constate que le souci de démocratisation a déstabilisé de nombreux pays d'Afrique [...]. De ce fait, il aboutit à la conclusion selon laquelle, il ne faut pas chercher à imposer le modèle occidental de la démocratie. Le problème de l'Afrique, c'est de découvrir quel modèle serait opérant »2(*)

Quant à MBADU KIA MANGUEDI CHARLES, dans son ouvrage intitulé : Le propos d'une démocratie africaine : de l'arithmétique à l'éthique sur le livre de NGOMA BINDA, une démocratie libérale communautaire pour la RDC et l'Afrique. Cet auteur remarque que presque partout on réclame l'avènement de la démocratie. Les Etats-Unis d'Amérique et l'Europe veillent et grondent, conditionnant l'aide au développement à l'instauration de la démocratie, à la bonne gouvernance, au respect des droits de l'homme. Pour ces raisons, la question que l'on oublie souvent, dit-il, et que l'on devrait absolument se poser, est : Quelle démocratie ? Les intentions américano-européennes sont-elles sincères ? Ne risquons-nous pas de tomber dans le même piège que lors des indépendances ? Car en réalité, aucune conscience droite ne peut comprendre que les puissances revendiquent la démocratie et qu'en même temps elles s'adonnent intensément à l'entreprise d'esclavage, de colonisation, de néo-colonisation, d'oppression politique et d'exploitation économique, de financement des guerres et rébellions diverses3(*).

Pour sa part, ZAHIR FARES, dans son ouvrage intitulé : Afrique et démocratie. Espoir et illusions, estime que l'Afrique est un continent de tous les accueils, de toutes les fraternités, et qui, docilement, a toujours accepté les modèles qu'on lui propose. Modèle de développement autocentré, modèle de démocratie, programme d'ajustement structurel, programme de promotion des exportations, développement du secteur d'Etat, priorité au secteur privé ; l'énumération de toutes les mesures mises en oeuvre depuis trente ans serait fastidieuse. Pour finir, cet auteur pense que si la démocratie est la reconnaissance du droit des peuples à gérer librement leurs affaires, il revient à l'Afrique d'apporter librement sa contribution à l'enrichissement de cette idée4(*).

Et selon MPUNDU JOSÉ, dans son ouvrage « Démocratie » cet auteur trouve qu'aujourd'hui, on parle partout de la démocratie. Nous entendons critiquer le gouvernement, le chef de l'Etat, les hommes politiques de tout bord. Certaines choses que l'on dit sur la démocratie sont contredites par les actes de ceux-là même qui tiennent ses discours. Par exemple, on parle de démocratie et en même temps on continue à imposer ses idées aux autres. Dans ce climat de confusion, le processus semble être bloqué. Ainsi, dit-il, il nous faut donc tous nous mettre à l'école de la démocratie. Car, celle-ci est une question d'esprit et de mentalité avant d'être une manière d'exercer le pouvoir politique et d'organiser le pays. Il aboutit à la conclusion selon laquelle, le peuple ne doit pas attendre qu'une société démocratique lui soit servie comme un plat tout préparé par d'autres. L'avènement et la réussite d'une société démocratique dépend donc essentiellement de la prise de conscience que le peuple aura fait de ses responsabilités5(*).

Fort de ce qui précède, nous avons constaté que les auteurs cités ci-dessus parmi les centaines qui ont abordé la problématique de la démocratie en Afrique, ont abouti à la conclusion selon laquelle l'Afrique devrait s'auto-approprier son modèle de démocratie.

En conséquence, en ce qui nous concerne, nous abordons les faits relatifs toujours à la démocratie en Afrique subsaharienne en général et en RDC en particulier. En effet, contrairement aux autres, la présente étude essaie de proposer aux africains en général et aux congolais en particulier la démocratie consociative. C'est de cette façon que nous nous démarquons de nos prédécesseurs.

* 1 SHOMBA KINYAMBA, S., Méthodologie de la recherche scientifique(les ficelles de captage et les logiques d'analyse des données), PUZ, Kinshasa, 2012, p.35.

* 2 REYNTJENS, F., cité par MOYOYO BITUMBA, T., « Coopération : Qui perd ? Qui gagne ? L'Echec d'une génération », in Trends, n°32, 8 août 1994, p.16.

* 3 MBADU KIA-MANGUEDI, C., Le propos d'une démocratie africaine : de l'arithmétique à l'éthique sur le livre de NGOMA BINDA, une démocratie libérale communautaire pour la RDC et l'Afrique, L'Harmattan, Paris, 2OO1, p.331.

* 4 ZAHIR, F., Afrique et démocratie : Espoir et illusions, L'Harmattan, Paris, 1992, pp. 11-35.

* 5 MPUNDU, J., Démocratie, Editions L'Epiphanie, Kinshasa, 1991, p.3-3O.

sommaire suivant