WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et télédétection.

( Télécharger le fichier original )
par Mamane Barkawi MANSOUR BADAMASSI
Université Mohamed V Agdal - Master spécialisé 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Partie II. Détection des changements d'occupation du sol

en végétation, 28,71 hectares en cône de déjection, 1 092,25 hectares en espace urbanisé, 195,94 hectares en culture irriguée, 5,13 hectares en fleuve Niger et 10 464,42 hectares restés stables. En ce qui concerne les cultures pluviales (6 042,15 hectares en 1985), elles ont connu aussi des changements importants pendant cette période. 107,15 hectares se sont converties en végétation, 4 504,9 hectares en sol nu, 70,06 hectares en espace urbanisé et 1025,15 hectares restés stables. Le changement le plus marquant pour les cultures pluviales est leur conversion en sol nu, nous estimons que cela est dû aux manques de précipitation qu'a connue la région en 1987, 1990 et 1993.

L'analyse de la matrice de changement fait ressortir aussi un des changements le plus marqué pendant cette période. Il s'agit de l'évolution du cône de déjection de 153,76%. La conversion de 10,58 hectares du fleuve Niger en cône de déjection confirme bien la disparition du bras du fleuve Niger, le forçant ainsi à changer de sens d'écoulement. A cela s'ajoutent 29,45 hectares de sol nu, 4,79 hectares des cultures irriguées et 0,27 hectares de la végétation qui se sont aussi transformées en cône de déjection.

Tableau 12 : Matrice de changements d'occupation du sol de la ville de Niamey de 1985 à 1994

1994

1985

Culture irriguée

Fleuve Niger

Espace
urbanisé

Cône de
déjection

Culture pluviale

Sol nu

Végétation

Total

%

Culture
irriguée

852,41

25,22

16,00

4,79

-

138,78

91,10

1128,31

4,44

Fleuve
Niger

70,34

732,08

7,61

10,58

-

16,38

6,77

843,75

3,32

Espace
urbanisé

19,46

-

1185,84

0,86

-

218,97

266,92

1692,05

6,66

Cône de
déjection

-

-

1,08

17,78

-

18,63

4,03

41,51

0,16

Culture
pluviale

-

-

70,74

-

1021,01

4477,82

107,48

5677,04

22,34

Sol nu

194,40

4,95

1096,61

29,45

324,23

10975,01

642,94

13267,58

52,21

Végétation

81,68

-

557,33

0,27

0,72

524,84

1597,77

2762,60

10,87

Total

1218,29

762,26

2935,19

63,72

1345,95

16370,42

2717,01

25412,83

-

%

4,79

3,00

11,55

0,25

5,30

64,42

10,69

-

100,00

Conversion

Stabilité

Modification

 
 
 
 
 

58

Projet de fin d'étude CRASTE-LF 2016 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et Télédétection

Partie II. Détection des changements d'occupation du sol

1985-1994

Figure 23 : Carte de nature de changement d'occupation du sol de la ville de Niamey de 1985 à 1994

IV.3.2 Changements spatio-temporels de la ville de Niamey de 1994 à 2003 D'après la matrice de changement (tableau 13) et la figure 24, la superficie des zones de conversion est estimée à 7 857,52 hectares, 77,6 hectares pour la modification et 17 560,61 hectares pour la stabilité.

Les changements qui se sont avérés plus importants au cours de cette période sont la conversion du sol nu en espace urbanisé, en cône de déjection et en végétation. A cela s'ajoute aussi la conversion des zones de culture pluviale en sol nu. Le constat est que l'évolution de l'espace urbanisé se fait de façon croissante et ce au détriment des espaces naturels. 74,92 ha des cultures irriguées, 10,93 ha des zones du fleuve Niger, 34,38 ha des cultures pluviales, 2 744,93 ha des sols nus et 392,85 ha se sont transférées à la classe espace urbanisé. Ce qui explique son évolution exponentielle de 99,33% soit 2 915,64 ha prouvant ainsi que la dynamique urbaine est en pleine activité croissante.

La matrice de changement fait ressortir également des changements entre la végétation et les zones de cultures. En effet 280,55 hectares des cultures irriguées, 14,10 hectares des cultures pluviales sont transférés en zone de végétation ce qui justifie son évolution de 484,63 hectares (y compris les autres classes). Cela confirme à quel point la région souffre d'absence de

59

Projet de fin d'étude CRASTE-LF 2016 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et Télédétection

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net