WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et télédétection.

( Télécharger le fichier original )
par Mamane Barkawi MANSOUR BADAMASSI
Université Mohamed V Agdal - Master spécialisé 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Partie II. Evaluation de l'état de sécheresse météorologique

VII.4 Analyse de l'état de sécheresse de 2003 à 2014

Pendant cette période aussi, ce sont les années humides qui sont majoritaires avec 58,33 % soit 7 années contre 41,33 % d'années sèches soit 5 années (tableau 19, figure 29).

Les années humides 2003, 2005, 2007, 2010, 2013 et 2014 étaient dans une tendance normale à humide (0 < SPI < 1) sauf l'année 2012 qui étaient modérément humides (tableau 20, figure 30).

Pour ce qui est des années de déficit en eau (sèches) (2004, 2006, 2008 et 2009) elles étaient dans une tendance de normale à sec (-1 < SPI < 0) alors que l'année 2011 était modérément sèche voire très sèche à certains endroits avec une valeur minimale de SPI de -2,01.

VII.5 Synthèse et conclusion de l'état de sécheresse de 1981 à 2014

Globalement les valeurs annuelles moyennes de l'indice de précipitation standardisé sont positives sur 18 années soit 52,94% avec des cas d'humidités extrêmes en 1994 et 1999 et négatives sur 16 années (47,06%) avec des cas de sécheresse extrême en 1984 et de sécheresse modérée en 1987 (tableau 17, 18 19 et figure 31). Les précipitations sont inégalement réparties dans le temps et dans l'espace dans toute la partie ouest du Niger.

La période 1981-1987 ne présente que des années sèches (figure 31). Cette situation a plongé l'ouest nigérien dans une sécheresse extrêmement sévère (1984, 1987, 1982, 1983, 1985 et 1986, classé par ordre décroissant de sécheresses). Certains auteurs comme Yann l'Hôte., (2002), a également noté cet état de sécheresse non seulement dans toute l'Afrique de l'ouest mais aussi au Sahel. Cela a entrainé un assèchement progressif des zones humides, une dégradation du couvert végétal, une réduction des aires de culture et par conséquent une extension des surfaces non couvertes. Cette situation favorise l'avancée du désert.

La période 1988-1997 (figure 31) est beaucoup plus marquée par une alternance des années humides (1994,1988, 1989, 1992, 1991, ordre décroissant des années humides) et années sèches (1997, 1993, 1990, 1996, 1995, ordre décroissant de sécheresse) qui reste toutefois relative. L'année 1994 qui était extrêmement humide a donné espoir aux populations pensant que la sécheresse a enfin pris fin, mais cet espoir s'est vite envolé suite aux déficits pluviométriques enregistrés par ces trois années consécutives 1995, 1996 et1997 (légèrement sec). L'alternance entre une période excédentaire et une période déficitaire présente des conséquences sans précèdent sur l'environnement car cela peut facilement entrainer une dégradation progressive du sol.

75

Projet de fin d'étude CRASTE-LF 2016 : Cartographie de l'évolution spatio-temporelle de la ville de Niamey (Niger) et évaluation de l'état de sécheresse moyennant les outils SIG et Télédétection

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net