WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse diachronique du phenomene partisan marocain 1925-2006


par Inan Abassi
Université Sidi Mohamed Benabdellah (Fes) - Licence en sciences politiques 2006
  

précédent sommaire suivant

1-Retour des leaders de l'Istiqlal et développement du parti.

Après un exil de neuf ans au Gabon, Allal el Fassi rentrait au Maroc le 20 Juin

1946 et Ahmed Balafrej exilé en Corse était libérés également et deux chefs furent accueillis en triomphateurs et leur fit gagner la popularité. Balafrej dès son arrivée

reprenait ses fonctions de secrétaire général du Parti de l'Istiqlal et si aucune place n'a été prévue pour Allal el Fassi au sein du parti il est devenu théoriquement chef suprême du

Parti de l'Istiqlal et prit le titre de « leader du parti »55

Le Parti de l'Istiqlal demandait à nouveau l'abolition du traité de protectorat et

la constitution d'un véritable gouvernement marocain, dirigé par le sultan, pour entamer avec les représentants du gouvernement français des négociations franches et sincères en vue de conclure un nouveau traité garantissant la souveraineté marocaine.

Dès 1939, les partis nationalistes avaient axé leur propagande sur le sultan,

symbole de la souveraineté chérifienne.

En 1946 le Parti de l'Istiqlal fonda Al Alam quotidien de langue arabe, le 8 mars

1947 paraissait le premier numéro d'un hebdomadaire en langue française «l'Opinion du Peuple », qui se fixait pour tache de refléter la pensée et les aspirations de l'opinion marocaine et d'en être le guide sûr et éclairé.56

2-Le Parti démocratique de l'Indépendance (hizb choura wal

Istiqlal) PDI

Après avoir été libéré Mohamed Hassan el-Ouezzani avait le sentiment de sa

propre importance pour rejoindre les rangs du Parti de l'Istiqlal .Pourtant il a fondé en

1946 son propre parti le « Parti démocratique de l'Indépendance » dont il devient le secrétaire général.

Le P.D.I réclame comme le Parti de l'Istiqlal l'abolition du protectorat et une monarchie constitutionnelle .Mais si le P.D.I a soif d'indépendance pour le Maroc, il craint

55 REZETTE.ROBERT, Les Partis politiques marocains, Paris, Armand Colin, 1955, page : 158.

56 Idem, page 160.

29

que le régime futur ne soit une monarchie réactionnaire appuyée par un parti unique :

l'Istiqlal.57

3-Le Parti communiste marocain P.C.M

En Juillet 1943, le « Parti communiste du Maroc »ne relevait théoriquement plus

de la hiérarchie du Parti communiste français .Pour justifier son caractère marocain le Parti communiste a développé son influence dans les milieux autochtones, et plus tard à réserver

à ses militants issus de ces milieux la plupart des postes de commandement. Le parti

cherche surtout à s'imposer dans les campagnes, il prétend en effet être le parti du peuple.58

Malgré ses tentatives de rapprochement avec l'Istiqlal et le P.D.I, Allal el Fassi et

Mohamed Hassan el-Ouezzani répondront à toutes ces avances que la religion islamique est incompatible avec le communisme.

En 1945 Ali Yata devient secrétaire du parti qui de "Parti communiste du

Maroc"devient bientôt"Parti communiste marocain".

Dès février 1946,le P.C.M renverse sa politique et une résolution intérieure du comité centrale des 23-24 février 1946 recommande l'union des population du Maroc pour l'amélioration de leur niveau de vie et la conquête des libertés démocratiques,et en

demandant dans le manifeste des 3-4 août de la même année l'abrogation du traité de Fès,la suppression de la résidence générale,l'unification du Maroc,l'évacuation des troupes étrangères et l'élection au suffrage universel d'une assemblée nationale marocaine .Le 28

août 1946 une délégation du P.C.M était reçue par le sultan ce qui était la consécration officielle du caractère marocain du Parti communiste.59

En réalité entre le P.C.M et l'Istiqlal fut une épreuve de force et l'unité de l'Istiqlal lui assurait dans ce combat une supériorité évidente sur le P.C.M qui ne progressait plus,

mais encore il enregistrait un recul sensible, bon nombre de ses adhérents d'hier le quittant pour rejoindre l'Istiqlal.

Devant l'affaiblissement de son influence, il essaya en 1947 de provoquer la constitution d'un "Front national"groupant les trois partis nationalistes:P.C.M, Istiqlal et le P.D.I mais cette initiative était d'avance vouée à l'échec.60

57 REZETTE.ROBERT, Les Partis politiques marocains, Paris, Armand Colin, 1955, page : 161-162.

58 Idem, page : 162.

59 Idem, page : 165.

60 REZETTE.ROBERT, Les Partis politiques marocains, Paris, Armand Colin, 1955, page :167.

30

précédent sommaire suivant