WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Effet de la durée de compétition des mauvaises herbes sur la culture du poivron (Capsicum annuum)

( Télécharger le fichier original )
par Josué CANDY
Université Notre Dame d'Haïti - Ingénieur - Agronome 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE IV 

RESULTATS ET ANALYSES

Ce chapitre présente les observations et les résultats de l'analyse statistique obtenus pour les différents Variables étudiés. Les résultats des différents Variables considérés au sein de l'étude ont permis d'agir et de faire des commentaires, des analyses et des recommandations en vue d'aboutir aux objectifs spécifiques de ce travail.

4. 1 Variables mesurées

4.1.1 Rendements

4.1.1.1 Rendement total (t/ha)

L'évolution des rendements totaux (t/ha) en fonction de la durée de compétition entre les mauvaises herbes et la culture du poivron est illustrée à la figure 2.

Figure 2. Evolution du rendement total (t/ha) sous l'effet de la durée de compétition.

Cette figure montre clairement que le rendement total du poivron a une aptitude décroissante sous l'influence de la durée de compétition des mauvaises herbes. En effet les rendements passent de 20.142 T/ha à 1.945 T/ha soit environ 10 fois moindres pour les parcelles qui ont souffert de la présence des mauvaises herbes durant tout leur cycle cultural par rapport aux parcelles qui sont saines. Le rendement moyen, pour les parcelles auxquelles on a appliqué la pratique paysanne (T3), est de 10.39 T/ha soit 51.58% inférieur au rendement de T0. En comparant les parcelles témoins par rapport aux autres parcelles nous avons obtenu respectivement une perte de rendement total allant de 13.31% pour le traitement T1 (compétition jusqu'à deux semaines après transplantation) à 90.34% pour le traitement T7 (compétition de la transplantation à la récolte). Ces résultats sont-ils statistiquement intéressants ? A partir de l'analyse de variance et de la comparaison des moyennes deux à deux réalisée à l'aide du test de lsd, nous pouvons répondre à cette question.

Tableau IV : Analyse de variance des rendements totaux en T/ha.

Source

ddl

Somme des carrés de type II

Moyenne des carrés

F calculé

Signification

Bloc

2

19.45

9.73

6.31

0.0111 S

Traitement

7

916.32

130.902

84.91

0.0000 S

Erreur

14

21.58

1.542

 
 

Total

23

957.35

 
 
 

Les résultats de l'analyse de variances du tableau IV indiquent que les traitements sont hautement significatifs. La probabilité que des différences existant entre les traitements soient dues à l'erreur ou à d'autres causes qui sont pratiquement nulles. L'étude de F calculé des traitements est égal à 84,91 contre 0,000 pour le niveau de signification, qui est inférieur à 5% entre les traitements, nous a accordé l'accès d'en déduire un jugement global sur l'ensemble des traitements. Pour pouvoir comparer les traitements entre eux, nous avons utilisé le test de lsd comme indicateur afin d'établir la plus petite différence significative entre les rendements totaux obtenus. Les résultats de cette comparaison sont regroupés dans le tableau V.

Tableau V : Comparaison des moyennes des traitements par le test lsd.

 

Traitement

Pertes (%)

Moyennes (t/ha)

Classes

T 0

0

20.142

A

T 1

13.30553

17.462

B

T 2

29.37643

14.225

C

T 3

48.43114

10.387

D

T 4

54.99454

9.065

D

T 5

76.57134

4.719

E

T 6

80.02681

4.023

E

T 7

90.34356

1.945

F

Lsd

////////////////////////

2.174

///////////////////

Les traitements avec une même lettre ne sont pas statistiquement différents. C'est-à-dire que le traitement T0 (parcelle exempte de mauvaises herbes durant tout le cycle cultural) donne des résultats qui sont supérieurs à tous les autres tandis que les traitements T3 etT4 sont équivalents. Il faut préciser pour qu'un traitement soit différent d'une autre il faut que leur différence de rendement soit supérieure que le Lsd (la plus petite différence significative)

La fonction de régression pour les rendements totaux : y = 25.316e- 0.197x avec R2 = 0.9582 permet d'expliquer à 97.89%, qui est le coefficient de corrélation, la relation de dépendance de type exponentiel entre le rendement total, pris comme variable dépendante (y) et les différentes durées de compétition entre cette culture et les mauvaises herbes, prises comme variable indépendante (x), contribue significativement à la régression du rendement total.

Le coefficient de variation de l'étude est égal à 12.12%, permet de mettre en évidence l'homogénéité entre les variables observées.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy