WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

CRISE SOCIALE DE FEVRIER 2009 : MOUVEMENT SOCIAL OU EMEUTE?

( Télécharger le fichier original )
par Gérard Réné NGAUSS
DOUALA - Licence 2009
  

précédent sommaire

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

Arrivé au terme de notre exposé, il était question pour nous de montrer la nature de la crise sociale qui a touché le Cameroun du 25 au 29 février 2008 ; ainsi, avant de donner la spécificité de cette crise, nous avons premièrement présenté sa construction, nous avons ensuite présenté une étude comparative entre les concepts de mouvement social et d'émeute afin de ressortir leurs caractéristiques respectives et enfin, nous avons put démontrer que cette crise présentait un double aspect. D'abord, nous avons révélé que cette crise était un mouvement social dans la mesure où elle a été construit, elle a pris naissance lors des frustrations subit par les populations dut à la dégradation des conditions de vie et surtout, elle s'est organisée autour des groupes de pressions qui dénoncent cette situation. Par ailleurs, ce mouvement social a dégénéré en émeute lorsque les actions de protestations ont été prohibées par les autorités administratives. Cette deuxième frustration va entrainer de vives réactions de la part de la catégorie sociale jeune, qui va descendre dans la rue pour s'insurger violemment à travers des actes de vandalisme. Cette relation de causalité entre les concepts de mouvement social et d'émeute nous amène à nous poser la question de savoir, si le second n'est qu'une dégénérescence du premier dans des situations (des Etats) où les classes frustrées sont bâillonnées et ne peuvent s'exprimer dans le droit et la justice ?

BIBLIOGRAPHIE

Franklin Nyamsi, Cameroun: Crise sociale - Le peuple camerounais révolté et les deux bourgeoisies

Paul-Gérémie BIKIDIK, Vie chère au Cameroun: la grande désillusion des consommateurs

MATTHIEU TÉBUCHÉ, Mardi 4 mars 2008 : Triste bilan au Cameroun

Etienne de Tayo, Discours de PAUL BIYA ou la tentative de retour au conflictualisme dans la pratique politique au Cameroun

PAUL BIYA, 27 février 2008 : Déclaration du Chef de l'Etat sur la crise au Cameroun

Club Média Ouest, vendredi 22 février 2008 par Bâillonnement : Le gouvernement scelle Equinoxe TV

Club Média Ouest, lundi 10 mars 2008Biya donne raison au peuple

Rapport de l'observatoire national des droits de l'homme avec l'appui de L'ACAT-LITTORAL ET DE L'ACAT-France, Une répression sanglante à huis clos

Le Portail du Développement Local au Cameroun, Crises sociales camerounaises de février 2008

Erik Neveu, Sociologie des mouvements sociaux

Jean Magniadas, Sortir de la crise, morale, politique en France

Chossudovsky Michel, La pauvreté des nations, publication CADTM 1994

Blardone, G; Stratégie de développement et ajustements structurels, une alternative à la politique du FMI:application à Madagascar et à la Tanzanie; in Revue canadienne d'études de dévéloppement; no 3, 1992.

Conable, Barber B.; Développement et destin de l'Afrique: BM; Washington; 1991.

Boubakar TIEMOGO (CIC 2000),  Impacts des Programmes d'Ajustement Structurel sur le Fonctionnement de l'Administration Publique au Niger

Organisation Internationale du Travail, Le Point sur la pauvreté en Afrique

Friedberg, E. 1993, Le Pouvoir et la Règle : Dynamiques de l'Action Organisée, Seuil, Paris

BACHMANN C. & N. LE GUENNEC (1997), Autopsie d'une émeute. Histoire exemplaire du soulèvement d'un quartier, Paris, Éditions Albin Michel

BEAUD S. & M. Pialoux (2005), « La «racaille» et les «vrais jeunes», critique d'une vision binaire du monde des cités », Liens socio, Documents, n°2, novembre. http://www.liens-socio.org/IMG/pdf/dossiers_liens_socio_02_beaud_pialoux.pdf

CICCHELLI V., GALLAND O., de MAILLARD J. & S. MISSET (2007a), « L'exemple d'Aulnay-sous-Bois », dans Enquête sur les violences urbaines. Comprendre les émeutes de novembre 2005. Les exemples de Saint-Denis et d'Aulnay-sous-Bois, Rapport au Premier Ministre, Centre d'Analyse Stratégique, La Documentation Française, pp. 8-69. http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/CAS_Violence_web.pdf

CICCHELLI V., GALLAND O., de MAILLARD J. & S. MISSET (2007b), « Les jeunes émeutiers de novembre 2005. Retour sur le terrain », in Le Débat (à paraître).

KAPKO N. (2006), « Communauté d'expérience et diversité des trajectoires », dans LAGRANGE H. & M. OBERTI (dir.), Émeutes urbaines et protestations. Une singularité française, Paris, Presses de Sciences Po.

BAGGULEY P. & Y. HUSSAIN (2005), « Citizenship, Ethnicity and Identity : British Pakistanis after the 2001 «Riots» », Sociology, juillet, vol. 39 n°3.

HOROWITZ D. L. (2001), The Deadly Ethnic Riot, Berkeley California University Press.

MARLIÈRE É. (2005), Jeunes en cité. Diversité des trajectoires ou destin commun ?, Paris, Éditions L'Harmattan.

MAUGER G. (2006), L'Émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Broissieux, Éditions du Croquant.

SAUVADET T. (2006), Le Capital guerrier. Concurrence et solidarité entre jeunes de cité, Paris, Éditions Armand Colin.

précédent sommaire






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net