WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les entreprises publiques congolaises face à  la crise économique cas de la REGIDESO de 2006 à  2008

( Télécharger le fichier original )
par Charles MBIKAYI TSHIBANGU
Institut supérieur du commerce de Kinshasa - Licence 2009
  

précédent sommaire suivant

IV. 3. Analyse des indicateurs de performances

Les critères de performances permettent de déterminer les indicateurs auxquels on se réfère pour évaluer une entreprise. Le choix de ces critères fait référence aux objectifs poursuivis par l'entreprise, aux ressources utilisées et aux résultats obtenus. Il existe plusieurs critères de performance. Cependant, quelque soit le concept de la performance que l'on adopte et qui est nécessairement multicritère, l'analyse consistera à s'assurer de ce que les ressources sont obtenues et utilisées, avec efficience, efficacité et pertinence, pour réaliser les objectifs de l'organisation.52(*)

Objectif

PERTINENCE EFFICACITE

Moyens Résultats

Efficience

Dans le cas d'une entreprise privée, les deux notions d'efficacité et d'efficience se confondent. Il faut et il suffit que l'entreprise soit efficiente pour qu'elle soit efficace, puisque son objectif premier même est de maximiser le profit. Cependant, la distribution entre efficacité et efficience est, au contraire, d'une grande portée dans le cas d'une entreprise publique. L'entreprise publique a, en effet, pour première finalité, d'atteindre les objectifs qui lui sont fixés par les pouvoirs publics ; son efficacité devra être appréciée d'abord par rapport à ses objectifs.

Dans tous les deux cas critères (efficacité et efficience) sont essentiels pour la réalisation de l'objectif de production. Pour dissiper toute confusion, nous dirons donc que l'efficience concerne l'emploi des ressources et l'efficacité le degré de réalisation des objectifs définis. On peut être efficace, sans être efficient. Les deux concepts sont donc utiles pour appréhender la performance c'est pourquoi, mesurer la rentabilité d'une entreprise revient à déterminer sa performance par rapport à un objectif bien précis et aux moyens mis en oeuvre. Il peut s'agir de la performance commerciale, économique et financière53(*).

IV.3.1. Indicateurs des performances

1) Performance Commerciale.

Le calcul de ce ratio permet de dégager la rentabilité commerciale de l'entreprise (R.O.S. Return On Sales). C'est la détermination de la Rentabilité des ventes et elle est définie par rapport au chiffre d'Affaires.

Résultat Brut d'exploitation

R.O.S.=

Chiffre d'Affaires

Le R.O.S. est ce que la vente rapporte dans l'entreprise c'est-à-dire mesure la part du profit pour chaque vente réalisée.

2) Performance Economique.

Son calcul permet de calculer la rentabilité économique d'une entreprise (R.O.I, Return on Investment). Il définit la rentabilité des investissements dans l'entreprise sans se soucier de leurs sources de financement (capitaux propres et capitaux empruntés).

EBIT

R.O.I. =

Capitaux investis

Pour un niveau donné du capital investi, l'amélioration de ce ratio passe par l'augmentation de l'E.B.I.T. (EBIT= Résultat total avant charges financières et impôts des sociétés).

3) Performance Financière

Ce ratio mesure la rentabilité des capitaux propres investis dans l'entreprise par les actionnaires. Contrairement au TOI, ce ratio prend en compte la structure financière de l'entreprise puisque le résultat utilisé est celui après charges financières.

Résultat net

ROE =

Capitaux propres

ROE = Return on Equity

4) La Productivité

Ce ratio représente le quotte part de chaque travailleur par rapport à la production globale de l'entreprise. C'est la performance humaine. Par ce ratio, nous voulons savoir ce que rapporte l'entreprise entant qu'agent économique. Elle se calcul par :

Productivité = Charge du Personnel

Valeur ajoutée

* 52 A.CORHAY et M.MBANGALA, Op. Cit. , PP.11-12

* 53 E. MAKUNZA KEKE, Notes de cours des Questions Spéciales d'Expertise, L2, ISC-KIN, 2009-2010

précédent sommaire suivant