WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse comparative de la crise économique de 1929 et de la crise financière internationale de 2007

( Télécharger le fichier original )
par BEN KATOKA
Universite de Kinshasa - Economie Monetaire 2009
  

sommaire suivant

`ESSAI'

ANALYSE COMPARATIVE DE LA CRISE

ECONOMIQUE DE 1929 ET DE LA CRISE

FINANCIERE INTERNATIONALE DE

2007.

Hen KA TOKA K.L.V.

Kinshasa, aoiit 2010.

41( Imaginez une r~gle tenue verticalement sur votre doigt : cette position tres instable devrait conduire et sa chute, au moindre mouvement de la main ou en raison d'un tres lager courant d'air. La chute est liée fondamentalement au caractire instable de la position; la cause immediate de la chute est, elle, secondaire x,.

Didier SORNETTE, 2002.

INTRODUCTION GENERALE

L'économie mondiale subit depuis 2007 sa crise la plus grave depuis de nombreuses décennies. Un environnement favorable, caractérisé par une forte croissance et une inflation faible durant les années précédentes, avait conduit les investisseurs à penser que l'avenir serait éternellement radieux et à sous-estimer les risques.

Aux Etats-Unis, le prix du logement et d'autres actifs est monté en flèche. Les crédits immobiliers ou prêts hypothécaires font leur apparition et sont accordés aux ménages américains à revenus modestes.

Ces prêts, appelés « subprimes », profitent aux institutions financières tant que les prix de l'immobilier augmentent et que les taux (variables) sont bas, car, elles sont sûres de recouvrer leurs fonds en vendant les biens hypothéqués à des prix qui leur seraient favorables.

Le statu quo s'est accentué suivant le mouvement sans cesse en hausse du prix du logement, nourri par une stabilité accrue des évolutions macroéconomiques (croissance et inflation).

Lorsque la courbe des prix du logement s'est inversée, entraînant l'effondrement de la valeur des biens hypothéqués et rendant par conséquent le recouvrement des fonds prêtés difficile par les institutions financières, tous les ingrédients de la crise étaient réunis.

La baisse drastique du prix des logements, couplée à la hausse des taux d'intérêts, a rendu le remboursement trop difficile pour plusieurs ménages causant l'insolvabilité puis la faillite de plusieurs organismes financiers.

La faillite des institutions financières a engendré une crise de confiance touchant l'ensemble des agents économiques et provoquant une crise à l'ensemble de l'économie.

Dans un contexte marqué par une intégration mondiale rapide et des interconnexions étroites et complexes entre les institutions financières et marchés du monde entier, la crise s'est propagée à toute vitesse à l'ensemble du système financier et à l'économie mondiale.

Plus loin, dans le courant des années 1920 et 1930, le monde a eu également à connaître une crise d'une très grande ampleur, touchant une grande partie de l'économie mondiale.

Cette grande crise, connue sous le nom de « la crise économique de 1929 » ou encore « la grande dépression », a pris naissance aux Etats-Unis, en octobre 1929, mettant fin à une importante période de prospérité, et s'est rapidement étendue au reste du monde.

Au cours de la décennie 1920 et même bien avant, les Etats-Unis connaissent une grande prospérité marquée par un boom économique caractérisé par d'importantes innovations technologiques telles que la radio, le téléphone et de nouveaux outils et systèmes de production rénovateurs qui entraînent une augmentation de la productivité industrielle, une forte croissance, un recours au crédit de plus en plus important causé par des taux d'intérêt très bas et une grande spéculation boursière.

Mais le recours trop important au crédit, la surproduction industrielle (on produit trop par rapport à ce que les américains consomment), la crise dans le secteur de l'agriculture (en raison de la baisse des prix de gros des produits agricoles et de l'accumulation des stocks), et surtout la spéculation boursière, jettent les bases de la crise.

L'annonce d'une baisse prochaine des prix (consécutive à une offre trop abondante) et des bénéfices industriels en octobre 1929, pousse certains spéculateurs boursiers à vendre leurs titres au moment où ils sont encore cotés à un niveau élevé en bourse. Un nombre trop important d'actifs sont alors mis en vente, provoquant un effondrement des cours et une panique boursière qui débouche sur la faillite et la fermeture de nombreuses banques, engendrant une forte diminution de la production industrielle et de la consommation.

Lorsque les banques américaines, à court de liquidités pour assurer le remboursement des dépôts, ont commencé à réclamer le remboursement de leurs prêts à l'étranger, la crise s'est étendue au monde entier, provoquant l'effondrement du système financier mondial, et s'est propagée à l'échelle de l'économie mondiale par le biais des échanges commerciaux qui se sont resserrés du fait de la montée des barrières commerciales dans un grand nombre de pays.

La comparaison entre la crise financière internationale de 2007 et la crise économique de 1929 permet de déceler le fait qu'à l'origine de chaque crise on trouve différentes combinaisons de causes, souvent endogènes aux systèmes, ayant

des effets à diverses échelles et appelant à l'intervention de l'Etat, à travers différentes mesures pour résorber les dangers qu'elles suscitent.

Pour résoudre la crise de 1929, L'Etat était obligé d'intervenir (aux Etats-Unis comme dans d'autres pays capitalistes) à travers certaines mesures et politiques interventionnistes. Dans le cadre de la crise de 2007, l'histoire a semblé se répéter, suscitant une confusion quant aux croyances de ces pays au libéralisme, à l'autorégulation des marchés, et à l'interventionnisme keynésien auquel ils font recours pour résoudre les crises.

La crise financière internationale de 2007 a eu certes une profondeur énorme, une étendue et une férocité extraordinaires. Mais quelle a été son ampleur par rapport à la crise de 1929 ? Les interventions des Etats signifient-elles un abandon du libéralisme ? Que devrait-on faire, se référant à la crise de 1929, pour endiguer définitivement les dégâts de la crise financière internationale de 2007 ?

Le corps de cette étude a la prétention de réunir les éléments de réponse à ces importantes interrogations à travers l'analyse approfondie :

· des facteurs à l'origine de chaque crise ;

· du déroulement et des mécanismes de propagation de chaque crise ;

· des interventions et politiques nationales pour endiguer chaque crise ;

· de l'importance de l'Etat dans l'économie.

Partant de l'acception selon laquelle l'hypothèse cherche à établir une vision provisoire du problème soulevé, ou à apporter des réponses anticipatives devant découler de la problématique, nous émettons, au regard de l'objectif poursuivi dans notre travail, l'hypothèse que, la crise que la crise financière internationale de 2007 est bien comparable, de par son ampleur, à la crise économique de 1929, et que les différentes interventions des Etats ont conduit effectivement à un certain abandon du laissez-faire.

L'histoire économique nous montre que vers la fin de la deuxième décennie du vingtième siècle jusqu'à la décennie d'après, il y a eu une crise économique d'envergure mondiale, avec d'énormes pertes financières, faillites d'entreprises et d'institutions financières ainsi que des déséquilibres commerciaux, etc.

Depuis 2007, une importante crise sévit l'économie mondiale, entraînant des pertes financières d'une très grande ampleur, la faillite en cascade de plusieurs institutions financières, ainsi que des crises dans divers secteurs de

l'économie. Nous pouvons dès lors constater que dans les deux cas, il y a des effets dévastateurs dans l'économie mondiale.

L'ampleur de la crise de 2007, vue sa propagation dans les moindres recoins de l'économie mondiale, a réellement représenté pour la prospérité de la planète, une menace sans précédent depuis la crise de 1929.

C'est dans ce cadre qu'il nous a paru important d'analyser et de comparer la crise financière internationale de 2007 à la crise économique de 1929, sans toutefois avoir l'intention d'écrire une histoire économique des deux périodes. Et ce, en vue d'en faire ressortir les causes, l'impact économique, ainsi que ce que l'on peut faire pour en endiguer les dégâts et prévenir une nouvelle calamité de cette espèce, dans l'espoir que cette analyse sera utile pour les futures analyses sur les crises économiques et financières, car l'histoire peut aider à trouver des solutions aux problèmes qui se posent au présent.

BEN KATOKA K.L.Y.

Juin 2010

Ce travail portera respectivement, pour la crise économique de 1929, sur la période allant de 1920 à 1934, laquelle nous permettra d'une part, de faire une analyse de la période 1920-1929, caractérisée par l'expansion ayant précédée la crise et d'où nous chercherons les facteurs ayant causé la crise. D'autre part, nous étudierons la période 1929-1934, considérée comme celle du déroulement de la crise économique. Ensuite, concernant la crise financière internationale de 2007, nous nous intéresserons à la période allant de 2000 à ces jours, d'où nous étudierons la période 2000 à 2007, ayant précédée la crise, puis la période de crise proprement dite, c'est-à-dire, de 2007 (année de déclenchement de la crise) à ces jours.

I

NOTIONS SUR LES CRISES FINANCIERES ET

ECONOMIQUES

Avant d'entrer dans le vif de l'analyse des deux périodes faisant l'objet de la présente étude, il est prioritaire de passer en revue certains concepts susceptibles d'en fluidifier la lecture, et faciliter la compréhension. C'est ainsi que ce chapitre sera consacré à l'explication et l'analyse de certaines notions basiques.

1.1. DEFINITIONS

Le mot crise peut être compris selon différentes acceptions. Il peut en effet être compris comme un brusque changement d'état ou une aggravation subite, une apparition brutale d'un état morbide, une période d'intense activité qui retombe soudainement et un point de paroxysme où s'expriment des graves tensions.

Il peut également désigner le moment périlleux ou décisif d'une affaire, une période d'instabilité ou de doute collectif. Ou encore, comme une phase grave dans l'évolution des choses, des événements, des idées.

On peut alors distinguer diverses sortes de crises à savoir, les crises de santé, les crises politiques, les crises sociales, les crises culturelles, les crises de change, les crises boursières, les crises financières, les crises économiques, etc.

Dans le cadre de ce chapitre, il sera question d'approfondir la notion de crise financière et de crise économique.

sommaire suivant