WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Recherche de meilleures pratiques agricoles pour la culture de la pomme de terre

( Télécharger le fichier original )
par Fatah AMEUR
Ecole nationale supérieure agronomique El-Harrach Alger - Ingénieur d'état en Agronomie, Spécialité : Hydraulique agricole 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

I.1.2.- Modèle

Le mot « modèle » correspond à la définition suivante : « représentation mathématique d'un phénomène (physique, biologique, social, etc.) réalisé dans le but d'étudier celui-ci plus aisément ». Souvent on parle plutôt de « système » à la place de « phénomène » car la prétention des modèles de culture est en effet de représenter un ensemble de phénomène physique et biologique caractérisant le fonctionnement du système cultural, d'après la définition de Bonhomme et al (1995, in Hadria, 2006). Un modèle de croissance d'une culture est un ensemble de relations mathématiques qui permet de rendre compte, de façon simplifiée, du fonctionnement d'une culture donnée. Il se compose d'un ensemble de variables et de paramètres d'entrée, de variables de sortie et de fonctions faisant lien entre les deux.

I.1.3.- Variable et paramètre

Ce sont deux types de grandeurs servant à décrire un phénomène modélisé. Quand l'objet de l'étude est fixé, les variables peuvent changer, les paramètres, quand à eux, sont fixés. Une variable est en quelque sorte un élément de base ou une caractéristique à laquelle on peut attribuer différentes valeurs et qui entre dans l'élaboration d'un ensemble. On voit que la distinction entre variable et paramètre n'est pas toujours très nette.

I.1.4.- Module

Un modèle à structure modulaire est devisé en plusieurs modules ou sous programme qui communiquent entre eux. Dans ce cas, toutes les variables d'entrée du modèle peuvent ne pas agir sur tous les modules, mais seulement sur ceux qui leurs correspondent. Les variables de sorties aussi sont propres à chaque module et leurs valeurs sont directement influencées par les valeurs renseignées en entrées. Les modèles de simulation de grandes cultures sont souvent organisés en quatre modules (Gate, 1995)

- Un module phénologique qui met en évidence la chronologie d'apparition des organes (succession des stades de développement), afin de régir leur priorité. Les variables nécessaires au fonctionnement de ce module sont d'ordre climatique (température en premier lieu) et variétaux (besoin en vernalisation, seuil d'apparition des stades phénologiques)

- Un module de répartition et de redistribution de la biomasse produite, régi par les

priorités de croissance des différents organes établis par le module phénologique.

- Un module de contraintes (ou facteurs limitants), qui interviennent en modifiant les principales fonctions du module de croissance avec des effets plus au moins marqués selon le stade de développement. Généralement, les contraintes sont à caractères hydrique, thermique, azoté ou phytosanitaire.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy