WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Biodiversité des abeilles de Kinshasa: cas de l'Université de Kinshasa

( Télécharger le fichier original )
par Armand Lokolo Okende
Université de Kinshasa ( Unikin, RDC ) - Licence 2011
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre 1 : Données bibliographiques sur les abeilles sauvages

1.1. Description systématique et morphologique

Les abeilles sauvages constituent un groupe le plus important dans le règne animal. Elles appartiennent à l'embranchement des arthropodes, classe des insectes, sous -classe des ptérygotes, l'ordre des hyménoptères, le sous-ordre des apocrites, le groupe des aculéates et dans la superfamille des Apoidea apiformes. Outre les abeilles, la superfamille des Apoidea inclut également le Sphecidea. C'est pour cette raison qu'on distingue les Apoidea apiformes et les Apoidea spheciformes (Ifuta, 2007 ; Alexander, 1992 in Vanderplanck, 2009). Et 85 % de ces espèces sont réputées solitaires en raison de leurs moeurs de nidification. Certaines abeilles sauvages creusent leurs nids dans le sol (Fig.1a), dans des tiges de plante (Fig.1c), dans des bois morts voire pourris (Fig.1b) ou même sur le grès. D'autres construisent leurs nids à partir de feuilles ou de mortier (mélange de terre ou de sable et de salive) dans des cavités appropriées et habituellement préexistantes telles que des coquilles d'escargot (Fig.1d) ou des terriers creusés par d'autres insectes xylicoles (Malyshev, 1968 ; Stephen et al, 1969 ; Iwata, 1976 ; Roubik, 1989 ; O'Toole & Raw, 1991 ; Pouvreau, 2004 in Vanderplanck, 2009). Les nids comportent une ou plusieurs petites loges qui forment autant de cellules individuelles pour le couvain. Ces cellules larvaires peuvent être soit distribuées d'un bout à l'autre d'une galerie ramifiée soit disposées les unes à la suite des autres soit agglomérées toutes ensemble (Wcislo & Cane, 1996 ; Pouvreau, 2004 in Vanderplanck, 2009). Les parois de ces cellules ou parfois même les pains de pollen sont habituellement tapissés par les femelles à l'aide d'une sécrétion hydrophobe issue de leur glande de Dufour (Duffield et al, 1984 ; Hefetz, 1987 in Vanderplanck, 2009).

Fig.1a : Nid terricole d'Anthocopa cristatula (Osmiini, Mégachilidés) (Pouvreau, 2004 in Vanderplanck, 2009)

Figure.1.b: Nid d'Heriades sp. (Mégachilidés) dans un

morceau de bois (Pouvreau, 2004 in Vanderplanck, 2009)

 
 

Fig1c. : Nid rubicole d'Anthocopa ligurica (Osmiini, Mégachilidés) (d'après Pouvreau,

2004 in Vanderplanck, 2009)).

Figure.1d : Nid d'osmie (Osmia bicolor, Mégachilidés) dans une coquille d'escargot dissimulée sous des brindilles sèches (d'après Pouvreau, 2004 in Vanderplanck).

Halictidae, Melittidae, Meganomidae, Stenotritidae et Dasypodaidae) et les langues longues (Megachilidae et Apidae).

Fig.2 : arbre des Apoïdea distinguant les clades à langue longue de ceux à langue courte (Danforth et al, 2006 in Michez, 2007).

L'abeille est un insecte, caractérisé par un corps subdivisé en 3 parties (la tête, le thorax et l'abdomen), qui sont tous0 couverts d'un squelette externe appelé exosquelette. Ce dernier confère à l'insecte sa rigidité et permet l'ancrage des muscles car il constitue une barrière protectrice pour l'insecte contre les intempéries et des prédateurs. Elles se caractérisent aussi par la présence des 4 ailes membraneuses.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net