WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse socio-économique de la production des plantes à  racine et tubercule en Province Cankuzo: cas de la commune Gisagara au Burundi


par Jaffar RUSHIGAJE
Université du Burundi - institut supérieur d'agriculture - Ingénieur industriel en agriculture 2010
  

sommaire suivant

ANALYSE SOCIO-ECONOMIQUE DE LA PRODUCTION DES RACINES ET TUBERCULES DANS LA PROVINCE DE CANKUZO : cas de la commune GISAGARA

0. INTODUCTION

L'économie burundaise est basée sur divers secteurs : agriculture, commerce, industrie, tourisme.

Nul ne peut contester la contribution de l'agriculture au développement socio-économique du pays en général et des ménages en particulier. Elle est caractérisée par une diversité des systèmes de production axés sur l'élevage, la pêche, l'exploitation forestière, la culture des plantes industrielles et vivrières.

L'intérêt porté à chacun de ces systèmes est relatif d'une exploitation à l'autre. Cependant, les cultures vivrières jouent un rôle socio-économique important dans la grande partie des exploitations.

Elles sont constituées d'un grand groupe de plantes (légumineuses, céréales, les amylacées). Tous ces groupes de plantes assurent le maintien de l'équilibre alimentaire et socio- économique des populations mais les plantes amylacées parmi lesquelles les R&T offrent de multiples avantages. Les R&T sont adaptés dans diverses zones agro-écologiques du pays. Ils constituent la base de l'alimentation et source de revenus pour plusieurs ménages. En plus, les R&T peuvent être de multiples usages. Certains peuvent être consommés crus ou cuits, accompagnés ou non, assaisonnés ou non car ils renferment de la fécule. D'autres servent de matière première à l'industrie : d'eux, on peut extraire de l'amidon textile, de biocarburant, etc. La commercialisation des R&T est une activité qui passe entre plusieurs personnes depuis le producteur jusqu'au consommateur. Ceci contribue à occuper une grande partie de la population et à ajouter de la valeur à chaque étape de la filière.

Au Burundi, les techniques de production, de transformation sont restées archaïques ce qui occasionne d'énormes pertes. Le commerce de R&T est aussi inorganisé et est toujours informelle.

1. Question origine

Les plantes à R&T sont rencontrées dans presque toutes les exploitations des ménages et les marchés de la commune Gisagara. Quelle serait l'importance socio-économique de la production des R&T pour les ménages et la commune Gisagara ?

2. Problématique de recherche

Durant plusieurs années, les R&T ont été un puissant moteur de croissance de l'économie des ménages ruraux et urbains. Ceci reflète leur importance croissante en tant que culture de rente et aliment de base en milieux ruraux et urbains. La culture ne cesse de s'étendre depuis les champs de colline et dans les bas fonds humides et sont cultivés sans interruption toute l'année. Les agriculteurs cherchent à planter de variétés plus productives à travers différents échanges de matériel de plantation : entre amis, voisins, les marchés et les centres semenciers et vont même s'approvisionner en Tanzanie voisine, etc.

Les produits alimentaires à base de R&T continuent à dominer les chaînes de distribution à court et à long terme. La taxe sur les R&T contribue à améliorer l'état de finances de la commune Gisagara.

La production, la transformation et la commercialisation fournissent des moyens de subsistance significatifs à plusieurs ménages (producteurs, transformateurs, commerçants de gros et de détail et transporteurs).

En dépit de tous ces avantages, peu de gens et institutions leur accordent la place qu'ils méritent. Les activités de production, transformation et de commercialisation sont presque entièrement informelles, peu organisées et la vulgarisation ne s'occupe pas beaucoup de la culture des R&T.

sommaire suivant