WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse critique de la réinsertion socio-économique des femmes victimes des violences sexuelles en provinces de l'Est de la RDC

( Télécharger le fichier original )
par Joseph KYAKIMWA MULERE
Institut supérieur de commerce de Goma RDC - Diplome d'études approfondies en gestion financière et planification des projets 2010
  

sommaire suivant

0. INTRODUCTION

0.1. Etat de la question

L'Initiative Conjointe de Lutte Contre les Violences Sexuelles avait mené une enquête dans la province du Su d-Kivu sur la prise en charge des cas des violences sexuelles. Comme résultats en termes d'assistance, la réinsertion socio-économique restait un besoin non valablement couvert par les intervenants. Ainsi les recommandations formulées suite à ce constat étaient : « Malgré les nombreux efforts des partenaires, les besoins restent importants. La réintégration familiale doit aller au-delà de la réconciliation avec les familles et intégrer une approche droite visant la réhabilitation du statut de la femme au sein de la famille et de la communauté »1(*).

Au cours de la même année Harvard Humanitarian Initiative2(*) en collaboration avec Oxfam Amérique avait mené des investigations auprès des femmes victimes de violences sexuelles internées à l'hôpital de Panzi à Bukavu. Dans le rapport de ses investigations intitulé «Now, the world is without me», la situation économique des femmes victimes des violences sexuelles était présentée de cette manière : « Presque 74% des femmes victimes des violences sexuelles, dans l'étude, avait reporté l'agriculture comme source de leur panier ménager. Il était estimé qu'en République Démocratique du Congo généralement les femmes  comptaient 73% de celles-là économiquement actives dans l'agriculture et produisaient plus que 80% de récoltes.

Dans la province du Sud Kivu plus spécifique, les femmes sont responsables pour l'activité agricole, elles sont décrites comme étant la force primaire conduisant toute l'économie de subsistance. Premièrement, les femmes qui avaient souffert des blessures corporelles seraient incapables de rentrer dans des travaux lourds de labour pour cultiver les champs. Autres femmes seraient dans la position de rentrer, mais seraient seulement en mesure de travailler dans une capacité réduite, ainsi réduire leur revenu et limitant leur possibilité de supporter leurs familles. Quelques femmes victimes des violences sexuelles étaient déplacées de leurs domiciles et de leurs communautés soit que leurs maisons étaient incendiées pendant l'attaque, soit que leurs mariages étaient disloqués, soit qu'elles ne se sentaient plus en sécurité dans leurs domiciles, soit qu'elles étaient ostracées par leur communauté ou soient qu'elles se sont déplacées dans une grande ville pour accéder aux services dont elles avaient besoin. Ayant un regard de l'étiologie derrière ce déplacement, ces femmes sont forcées d'abandonner leurs champs et au moins temporairement abandonner leur source du panier ménager. Donnant l'impact significatif des violences sexuelles sur les paniers ménagers, quel est dans l'ensemble l'impact des violences sexuelles sur l'économie au Sud-Kivu ?»2(*)

Au vue de ces deux revues de littérature : d'une part le constat et la recommandation formulée par l'Initiative Conjointe de Lutte Contre les Violences sexuelles pour la réinsertion socio-économique et d'autre part les résultats de la recherche de Harvard Humanitarian Initiative sur l'impact significatif des violences sexuelles sur les paniers ménagers et dans l'ensemble sur l'économie de la province du Sud-Kivu , il restait de savoir comment les ONG s'organisaient pour réinsérer les femmes victimes des violences sexuelles dans leurs communautés  afin de restaurer leur dignité et la réhabilitation de leur statut au sein de leurs familles et de leurs communautés. Cette réinsertion viserait l'amélioration de leurs conditions de vie en facilitant leur promotion dans la participation à la vie communautaire normale afin de les rendre des membres productives de la communauté. Ces projets viseraient également à assurer leur protection et faciliter leur accès aux soins médicaux, psychologiques et à l'assistance juridique.

* 1 Rapport d'enquête sur l'ampleur du phénomène, le profil des victimes et des auteurs, et la prise en charge des victimes, 2007 , Initiative Conjointe, page 63

* 2 Harvard Humanitarian Initiative «Now, the world is without me»:An investigation of sexual violence in Eastern democratic republic of Congo, A Report With Support from Oxfam America April 2010, p.44

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.