WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le développement de l'industrie musicale en Grande-Bretagne de l'entre-deux-guerres aux années Beatles : une trajectoire d'innovation globale?

( Télécharger le fichier original )
par Matthieu MARCHAND
Université Michel de Montaigne - Bordeaux III - Master Histoire 2012
  

précédent sommaire suivant

histoire de l'innovation, reprend la question de l'innovation en l'insérant sur le temps long : Caron part au plus tard du XVIe siècle pour se concentrer ensuite jusqu'à notre époque actuelle. Il distingue d'abord trois types de savoirs : les savoirs tacites, les savoirs formalisés et les savoirs codifiés, dont l'agencement est le fruit d'une évolution des techniques qui se sont transmises de multiples façons, pour aboutir à des phénomènes d'interaction ayant structuré les bases de notre civilisation matérielle. Comprendre en quoi la société actuelle est un maillage de techniques et de systèmes communicationnels, c'est d'abord envisager les phénomènes de création et d'adoption des nouveautés et les multiples formes de coordination entre les différents acteurs de l'innovation. Par la suite, Caron donne des explications sur plusieurs filières qui se sont développées sur la longue durée (machine à vapeur) ou sur un temps plus court (hydraulique), puis s'encre dans les dernières parties sur une historiographie renouvelée de l'innovation, en se penchant sur « les sources proprement sociales de l'innovation dans une société technicienne », et enfin sur les technologies de réseau. L'approche donnée ici par François Caron témoigne ainsi des nouvelles perspectives de la recherche en histoire de l'innovation, et fournit des pistes d'analyse nécessaires pour comprendre notre sujet.

? CARON, François, Les deux révolutions industrielles du XXe siècle, Paris, Albin Michel, coll. « L'Évolution de l'Humanité », 1997, 525 p.

? FLICHY, Patrice, L'innovation technique : récents développements en sciences sociales : vers une nouvelle théorie de l'innovation, Paris, La Découverte, coll. « Sciences et société », 2003 [1ère éd. : 1995], 250 p.

? GUELLEC, Dominique, Économie de l'innovation, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2009 [1ère éd. : 1999], 124 p.

? Articles :

-AKRICH, Madeleine, CALLON, Michel, LATOUR, Bruno, « À quoi tient le succès des innovations ? 1 : L'art de l'intéressement », Gérer et comprendre, Annales des Mines, 1988, n° 11, pp. 4-17.

-AKRICH, Madeleine, CALLON, Michel, LATOUR, Bruno, « À quoi tient le succès des innovations ? 2 : Le choix des porte-parole », Gérer et comprendre, Annales des Mines, 1988, n° 12, pp. 14-29.

-TSCHMUCK, Peter, « How creative are the creative industries ? A case of the music industry », The journal of arts management, law and society, 2003, Vol. 33, n° 2, pp. 127-141.

-VIALA, Céline, PEREZ, Marie, « La créativité organisationnelle au travers de l'intrapreneuriat : proposition d'un nouveau modèle », AIMS, Luxembourg, 2010, 33 p.

197

2) Ouvrages reliant innovations techniques et esthétique musicale

? CHION, Michel, Musiques médias et technologies, Paris, Flammarion, coll. « Dominos », 1994, 121 p.

? DELALANDE, François, Le son des musiques : entre technologie et esthétique, Paris, Buchet/Chastel, INA, coll. « Bibliothèque de Recherche Musicale », 2001, 266 p.

L'ouvrage de François Delalande nous a permis de comprendre comment l'apport des technologies a permis de façonner la musique et de lui attribuer la notion essentielle de « son », qui outrepasse les définitions de « timbre » et de « morphologie » que l'on rapportait habituellement aux courants musicaux qui existaient jusqu'alors pour les définir. Vis-à-vis de notre sujet, cette ambitieuse étude se divise en trois parties, dont seule la première fut vraiment essentielle pour comprendre les enjeux de notre sujet : « Problématique », « Enquête » et « Éléments d'analyse ». Le prisme d'analyse adopté nous renvoie autant à un niveau social, qu'à un niveau esthétique, sémiologique, etc.

? DONIN, Nicolas, STIEGLER, Bernard (Dir.), Révolutions industrielles de la musique, Paris, Fayard, Cahiers de médiologie / IRCAM, n° 18, 2004, 228 p.

? MAISONNEUVE, Sophie, L'invention du disque 1877-1949 : genèse de l'usage des médias musicaux contemporains, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2009, 280 p.

Cet ouvrage est primordial si l'on souhaite aborder le disque et l'appareil de lecture sous un angle qui prend autant en compte l'aspect technique que les paradigmes qui l'entourent. Pour Sophie Maisonneuve, en effet, le passage de la « machine parlante » au système audio en passant par l' « instrument de musique » est le résultat d'une trajectoire qui associe innovation culturelle et les agents commerciaux, amateurs de musique, dispositions sociales, etc. qui participent de son élaboration progressive. Il ne s'agit donc pas d'une trajectoire linéaire, mais plutôt d'un processus particulièrement complexe ; la notion de médium, très souvent utilisée, constitue le centre d'une réflexion visant à démontrer que le disque, tel qu'on peut le concevoir actuellement, n'est jamais « déjà là » mais s'inscrit au contraire au centre de dynamiques imbriquées (technique, sociale, économique, etc.) et façonnées dans le temps. Cet ouvrage, qui part depuis l'invention d'Edison en 1877 jusqu'à la fin des années quarante, couvre une large part de notre sujet et a pour cadre géographique la Grande-Bretagne et la France, deux pays dont l'auteur s'attache à analyser leur statut particulier au cours de l'histoire du disque.

? Articles :

-COTRO, Vincent, « Jazz : les enjeux du support enregistré » in DONIN, Nicolas, STIEGLER, Bernard (Dir.), Révolutions industrielles de la musique, Paris, Fayard, Cahiers de médiologie / IRCAM, n° 18, 2004, pp. 90-99.

-DELALANDE, François, « L'invention du son » in DONIN, Nicolas,

STIEGLER, Bernard (Dir.), , pp. 20-30.

199

Bibliographie

-DONIN, Nicolas, STIEGLER, Bernard, « Le tournant machinique de la

sensibilité musicale » in DONIN, Nicolas, STIEGLER, Bernard (Dir.), ,
pp. 6-17.

-MAISONNEUVE, Sophie, « Du disque comme médium musical » in DONIN,

Nicolas, STIEGLER, Bernard (Dir.), , pp. 34-43.

-TOURNÈS, Ludovic, « Le temps maîtrisé : l'enregistrement sonore et les mutations de la sensibilité musicale », Vingtième siècle. Revue d'histoire, 2006/4, n° 92, pp. 5-15.

C/ Pour une approche centré sur les autres champs d'étude

1) Enjeux économiques et organisationnels

· ANGELO, Mario d', La renaissance du disque : les mutations mondiales d'une industrie culturelle, Paris, La Documentation française, 1989, 103 p.

· BURNETT, Robert, The global jukebox : the international music industry, Londres, Routledge, 1996, 188 p.

· CURIEN, Nicolas, MOREAU, François, L'industrie du disque, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2006, 121 p.

· LANGE, André, Stratégies de la musique, Bruxelles, Pierre Mardaga, coll. « Création & Communication », 1986, 429 p.

· LEFEUVRE, Gildas, Le guide du producteur de disques, Paris, Dixit, 1998, 324 p.

· MARTLAND, Peter, Since records began : EMI - The first 100 years, [Londres], Amadeus Press, 1997, 399 p.

· PANDIT, S. A., From making to music : the history of Thorn EMI, Londres, Hodder & Stoughton, 1996, 270 p.

· PEKKA, Gronow, ILPO, Saunio, An international history of the recording industry, Londres/New York, Cassell, 1998, 256 p.

· PICHEVIN, Aymeric, Le disque à l'heure d'internet : l'industrie de la musique et les nouvelles technologies de diffusion, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1997, 278 p.

· SOUTHALL, Brian, The Rise & Fall of EMI Records, Londres, Omnibus Press, 2009, 278 p.

200

Le développement de l'industrie musicale en Grande-Bretagne de l'entre-deux-guerres aux années

Beatles : une trajectoire d'innovation globale ?

? THEPOT, Nathalie, Les fusions-acquisitions dans l'industrie du disque, Mémoire du Diplôme d'Études Approfondies de stratégie industrielle, sous la direction de COT Annie L., Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2000, 121 p.

? TSCHMUCK, Peter, Creativity and innovation in the music industry, Dordrecht, Springer, 2006, 281 p.

Docteur en économie, l'ouvrage de Peter Tschmuck, spécialiste des structures économiques des industries du disque, est l'un des rares à avoir associé avec précision les thématiques de l'innovation et de la créativité en prenant pour cadre d'étude le début de l'enregistrement sonore à la fin du XIXe siècle jusqu'à l'avènement de l'Internet et les bouleversements engendrés par la pratique du peer-to-peer. En l'occurrence, les trois derniers chapitres, respectivement intitulés « Theoretical concepts of innovation and creativity », « Creativity and innovation in the music industry » et « Creativity and innovation in the music industry's value added-chain », furent primordiaux dans la compréhension et l'approfondissement des problématiques (et notamment dans sa remarquable mise en valeur de la notion de « paradigme »).

? Articles :

-FRITH, Simon, « The making of the British record industry 1920-64 » in CURRAN, James, SMITH, Anthony, WINGATE, Pauline, Impacts & influences : essays on media power in the twentieth century, Londres/New York, Methuen, 1987, pp. 278-290.

-GUIBERT, Gérôme, « Industrie musicale et musiques amplifiées », Chimères, 2000, n° 40, 14 p.

-LEBRUN, Barbara, « Majors et labels indépendants : France, Grande-Bretagne, 1960-2000 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 2006/4, n° 92, pp. 33-45.

-OSBORNE, Richard, « De l'étiquette au label » in FRITH, Simon, LE GUERN, Philippe, et al., Sociologie des musiques populaires, Paris, Hermès science, Lavoisier, Réseaux : communication - technologie - société, Volume 25 - n° 141-142, 2007, pp. 67-96.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)