WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les pratiques foncières locales en milieu rural et leur impact sur le développement agricole cas de la chefferie de Ngweshe.


par Isaac Bubala Wilondja
Institut Supérieur de Développement Rural de Bukavu - Licence 2016
  

précédent sommaire suivant

REMERCIEMENTS

Le présent travail a bénéficié de la précieuse collaboration sous diverses formes de nombreuses personnes. Nous tenons à leur rendre ici un hommage mérité pour leur disponibilité et leurs encouragements sans lesquelles nous ne serions pas arrivés au bout de l'ouvrage.

Le professeur Ordinaire Séverin MUGANGU MATABARO notre directeur a dirigé notre travail dès la conception du sujet jusqu'à la fin de ce travail, il fait également partager sa passion pour les problèmes foncier de la RDC. Le fond et la forme de ce travail doivent beaucoup à ses conseils. Qu'il trouve ici l'expression de notre immense gratitude.

Nous remercions très vivement le professeur Espoir BISIMWA BASENGERE et le C.T. BUGEME ZIGASHANE, lecteurs, dont les critiques pertinentes ont contribué à améliorer notamment les aspects liés à la forme de notre travail.

Nos vifs remerciements vont également à BALAGIZI MUHIMUZI Bagi., HERI CHALAZIRE sylvestre, AMANI MACUMU Germain, Assistant KAPINGA SHAIDI et à la famille KAHINDO Bin KANYERE. Qui nous ont apporté appui et réconfort à des moments de doute et de détresse. Elle retrouvera en ces lignes les témoignages de notre reconnaissance.

Nous pensons aussi à toutes les personnes qui, de près et de loin, nous ont apporté leur aide et leur soutien. Nous disons en particulier un tout grand merci à :

? Tout le personnel académique, administratif et scientifique de l'institut supérieur de développement rural de Bukavu dont nous garderons longtemps les souvenirs d'une efficacité et dynamique exemplaires,

? Tous nos amis et toutes nos connaissances,

? Tous nos collègues, spécialement BAZILERE BAHULISIRE Jean de Dieu, BALOLEBWAMI MANENO Arsène, BISIMWA KENDAKENDA Janvier, CUMA JANVIER Jean jacques richel, BUHERWA EKA Solange, MUKUZO KALIMIRA Marina, MWANAHANO KASHAFALI Harmine, OLIVIER ITULAMYA, ORHACIFUNYIRE TEGANYI Jean Esther, BUBALA KAZAMWALI Bienfait, NSIKU KATUKU David, BIRHU BYAMUNGU pascal, BISIMWA MATABISHI Christian, pour le moment partagés avec eux.

La présence à nos côtés des amis du quartier nous a apporté un grand réconfort. Nous nous en voudrions de ne pas remercier spécialement Olivier MUTIKI, SHUKURU MBIRIBINDI walcott, Christian MAGAMBO. Pour tout ce qu'ils sont pour nous.

BUBALA WILONDJA ISAAC

RESUME

Depuis plusieurs décennies des écrits des auteurs comme MAFIKIRI T. (1996), KALAMBAY G. (1973), J.P. KIFWABALA (2015), FAO (2008), MUGANGU M. (1997), (2008) et (2014), etc. rapportent qu'il y a une dualité juridique entre le droit réel foncier et la coutume en matière foncière. Ces deux normes n'arrivent pas à apporter la sécurité juridique sur le statut des terres rurales mais laisse ce dernier dans une situation confuse et reste source des nombreux conflits fonciers qui se vit actuellement dans tous les milieux ruraux du Bushi en Général et particulièrement dans toute la collectivité de Ngweshe. L'on remarque d'une part la prolifération des nombreuses pratique en marge de la loi et les modes d'accès à la terre qui ne sont au profit des tous, ces derniers sont au profit de la bourgeoisie urbaine et épargne certains paysans qui ne vient que de l'agriculture à accéder équitablement à la terre et a développé le secteur agricole.

Pour faire face à ce défi, les acteurs passionnés de la gestion foncière décentralisée continuent à mettre un accent particulier sur le plaidoyer pour la réforme foncière à fin de sortir les paysans dans l'impasse où ils se retrouvent.

En vue de mieux appréhender cette situation, nous avons procédé à l'analyse de la gestion foncière dans la collectivité de Ngweshe et trois objectifs ont été poursuivis : Déterminer l'impact de la législation foncière sur le développement de l'agriculture à walungu/chefferie de ngweshe, Déterminer l'impact des pratiques foncières en marge de la loi sur la production agricole dans le territoire de walungu/chefferie de ngweshe et Proposer les mesures à prendre pour que les pratiques foncières locales influent positivement à la production agricole dans le territoire de walungu/chefferie de ngweshe sud- Kivu.

Nos résultats confirment l'existence d'une crise foncière si nous prenons en considération les modes d'accès à la terre, les spoliations des terres rurales par la nouvelle bourgeoisie, les différents conflits fonciers, les superficies des parcelles exploitée par les ménages, l'évolution du rendement des cultures.

Il y a une amélioration progressive à la sécurisation foncière des ménages et à la diffusion des nouvelles techniques culturales, initiative faite par certains ONG intervenant dans le milieu mais cette initiative n'a pas encore trouver gain de cause.

BUBALA WILONDJA ISAAC

Quatre stratégies ont été développées dans cette étude comme voies de sorties : l'amélioration de la sécurité foncière, réduire les conflits fonciers et promouvoir le développement local, le renforcement de l'encadrement agricole au sein des ménages, la facilitation aux ménages ruraux a l'accès au crédit agricole et aux intrants, et une réforme agraire par remembrement et/ ou redistribution.

Cette étude a le mérite de présenter l'Etat de lieu du Régime foncier en RDC, les pratiques foncières locale en milieu rural, l'impact des pratiques foncières locale sur la production agricole à Ngweshe et proposer les stratégies de l'amélioration de la production agricole a Ngweshe en territoire de Walungu.

BUBALA WILONDJA ISAAC

précédent sommaire suivant