WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

àČtude comparative de la germination du café parche et du café deparché (coffea arabica) dans les conditions édapho-climatique de Butembo.

( Télécharger le fichier original )
par Sadok Kambale
Université Libre de Dévellopement - Gradié 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

SUMMARY

The present study was conceived in order to balance the influence of the skin on the seeds of coffee.

Therefore, the sample was observed considering Butembo's soil and weather.

Two series of coffee were taken as samples each of 400 seeds. One series without the outside skin and the other with the outside skin; each series was retaken four times on the average of 100 seeds per repetition.

The finding averaged out the following:

- The amount of germination for the seeds without the outside skin was 91, 75 #177; 028 %, No big difference from the seeds of coffee with the outside skin which was 92 #177; 0, 43 %;

- The necessary period taken by seeds without outside skin for the germination of the last seed was 57, 75 #177; 0, 277 days that differs from series of seeds with the outside skin which was 79, 25 #177; 0, 82 days; the difference of 21, 5 days.

Having a look at the above result, we would advice farmers to use seeds of coffee without the outside skin, since to remove the outside skin; we shorten the period of germination.

O. INTRODUCTION

0.1. ETAT DE LA QUESTION

Dans le présent travail, nous voulons cerner l'étude comparative de la germination du café parche et du café déparché dans les conditions édapho-climatiques de la ville de Butembo.

Plusieurs autres études précédentes ont essayé d'aborder cette culture caféière en se focalisant sur tel ou tel autre aspect.

C'est par exemple les travaux de :

· KAMBALE MUKERERWA (2003), celui-ci, dans son étude, s'est préoccupé d'inventorier les maladies et ravageurs du café dans le territoire de Beni.

· MBUSA SYAGHUSWA (2014), a mené ses études sur l'influence des techniques culturales sur la croissance et le développement du caféier arabica en ville de Butembo.

Quant à nous, nous allons nous intéresser à l'étude comparative de la germination du café parche et du café déparché dans les conditions édapho-climatiques de la ville de Butembo.

0.2. PROBLEMATIQUE

Plusieurs écrits, conférences et forums ne cessent de confirmer que l'agriculture constitue la priorité absolue du développement d'un pays. Mais la situation actuelle de la République Démocratique du Congo en ce domaine n'incite pas à optimiser. Dans le secteur agricole où plus de la moitié de la population ne vit que de la paysannerie, la pauvreté est criante.

Depuis des décennies, la politique Congolaise d'encadrement de la masse paysanne empêche son épanouissement. Pour remédier à cet état de fait, la République Démocratique du Congo doit évaluer concrètement les programmes de lutte contre la pauvreté en usant des méthodes révolutionnaires propres à son environnement sociologique, principalement l'agriculture.

Dans l'économie mondiale, le café est la première denrée agricole et la deuxième marchandise échangée dans le monde derrière le pétrole et avant le blé. Il représente 4 % du commerce mondial des produits alimentaires ( www.google.com/memoire on line/le 1/1/2006/11h30'.

Les longues années de guerre civile et d'instabilité, le changement climatique et certaines maladies ont entrainés un déclin rédhibitoire de la production du café en République Démocratique du Congo.

La production du pays en 2010 a été d'un dixième inférieur à la récolte des vingt dernières années ( www.google.com/mediacongo.net/le11/1/2016/12h35').

Actuellement, dans le but de lutter contre la pauvreté, le gouvernement Congolais met en place une stratégie pour soutenir la reprise des activités dans le secteur.

A l'Est du pays, dans la province du Sud-Kivu, la culture du café est encouragée. Des dizaines de pépinière ont vu le jour et soigneusement entretenues par les agriculteurs locaux.

L'ancien ministre de l'agriculture élevage et développement rural de la province du Nord-Kivu avait distribué Vendredi 12 Septembre 2014 une centaine de milliers de plantules de caféiers aux agriculteurs des chefs de groupements de la chefferie de Buisha dans le territoire de Rutshuru ( www.google.com).

Dans le territoire de Beni, la caféiculture est en plein développement. Certains agriculteurs locaux se sont regroupés en coopérative agricole.

Comme déjà dit, l'économie du pays dépend énormément de l'agriculture. Celle-ci (l'agriculture) affecte le bien être de la population en terme de revenus au niveau des ménagers, de la sécurité alimentaire et même d'économie globale du pays (KAKULE VWEYA, 2014). Comme l'homme voudrait obtenir des produits de qualité et en quantité suffisante en un temps court, nous nous sommes proposés de comparer la germination du café parche et du café déparché dans les conditions édapho-climatiques de la ville de Butembo, une de voies pour parvenir à cet objectif.

A ce niveau, quelques questions ont été posées :

ü La parche peut-elle avoir un effet retardataire sur la germination du grain du café ?

ü Le déparchage ne peut-il pas inhiber la germination ?

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net