WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

àČtude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne: secteur Malouma-Ekata.


par Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA
Ecole Nationale des Eaux et Forêts du Gabon - Ingenieur des Techniques des Eaux et Forets  2005
  

sommaire suivant

 

ECOLE NATIONALE DES EAUX ET FORETS

*******************

DIRECTION DES ETUDES

*******************

 

DEPARTEMENT DE LA FAUNE ET DES AIRES PROTEGEES

ETUDE DE LA CHASSE VILLAGEOISE DANS LE MASSIF FORESTIER DE MWAGNE : SECTEUR MALOUMA-EKATA

Pour l'obtention du Diplôme d'Ingénieur des Techniques des Eaux et

Forêts

Rédigé et soutenu par :

LIBESHY MOUNDENDA Alyas Aimé,

Etudiant en 3e Année d'Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts.

Sous la direction de :

M. David Allogo Obague,

Chef du Département Faune et Aménagement des Aires Protégées à l'ENEF.

 

ENEF, juin 2005.

 

M. Pauwel De Wachter,

Conseiller Technique Principal du Projet Minkébé, WWF Gabon ;

M. Jean Paulin Edou Edzang,

Conservateur du Parc National de Mwagné.

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 2

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

Table des matières

Résumé 6

Epigraphe 7

Dédicaces 8

Remerciements 9

Introduction 10

I. contexte et problématique 11

II. Présentation du cadre d'étude : Le Projet DFC/WWF-Minkébé 13

II.1. But 13

II.2. Bailleurs de fonds 14

III. Méthodologie 16

III.1. Entretiens préliminaires 16

III.2. Récolte des données 16

III.2.1. Enquêtes directes 16

III.2.2. Enquêtes indirectes 16

III.3. Les moyens mis en oeuvre 16

III.3.1. Les moyens humains. 16

III.3.2. Les moyens matériels. 17

III.4. Les difficultés rencontrées. 17

IV. Présentation du milieu d'étude 18

IV.1. Situation géographique 18

IV.2. Hydrographie 18

IV.3. Climat. 18

IV.4. La végétation 19

IV.5. La faune 19

IV.6. Présentation du parc national de Mwagne 19

IV.7. Présentation des villages Ekata et Malouma 19

IV.7.1. Malouma 19

IV.7.2. Ekata 20

IV.8. Les activités économiques 20

IV.8.1. Le commerce 20

III.8.2. L'agriculture 21

III.8.3. La pêche 21

V. Analyse de la chasse dans le secteur Malouma-Ekata 23

V.1. extension spatiale de la chasse 23

V.1.1. Malouma 23

V.1.2. Ekata 23

V.1.3. Les campements de chasse 23

Malouma 24

V.2. Signes de présence animale 25

V.2.1. Eléphant (Loxodonta africana). 25

V.2.2. Les grands singes. 25

V.3. La filière de la chasse villageoise 26

V.3.1. Les Chasseurs 26

Secteur 26

V.3.2. Les moyens de chasse utilisés 27

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 3

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 
 

V.3.3. Les types de chasse 29

V.3.4. Le portage 30

V.3.5. Le prélèvement 30

Artiodactyle 30

Carnivore 30

V.3.6. La vente 32

V.4. Conflit Homme/animal 34

Recommandations. 35

Conclusion 36

Références 37

Bibliographie 37

Sites Internet. 38

Sources orales. 38

Annexes 39

Annexe1 : Les animaux intégralement et partiellement protégés au Gabon 39

Annexe 2 : Photographies de quelques animaux. 40

Annexe 3 : Photographie d'une carabine 458 et d'un calibre 12. 41

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 4

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 

Liste des Tableaux

 

Tableau1 : Répartition de la population par nationalité

.20

Tableau 2 : Prix de quelques produits commercialisés

..20

Tableau 3 : Prix des produits agricoles

...21

Tableau 4 : Campements du secteur Malouma-Ekata

24

Tableau 5 : Indices de présence d'éléphants

...25

Tableau 6 : Indices de présence de gorilles

26

Tableau 7 : Indices de présence de Chimpanzés

26

Tableau 8 : Répartition des chasseurs par village et par nationalité

26

Tableau 9 : Indices de rencontre de pièges

.28

Tableau 10 : Fusils de chasse d'Ekata

.28

Tableau 11 : Indices de rencontre de douilles

.29

Tableau 12 : Espèces prélevées

...30

Tableau 13 : Coût de quelques espèces

..32

Liste des Figures

Figure 1 : Répartition des chasseurs par nationalité 27

Figure 2 : Répartition des espèces prélevées par ordre 31

Figure 3 : Répartition des espèces prélevées par statut 32

Liste des annexes

Annexe 1 : Les animaux intégralement et partiellement protégés 39

Annexe 2 : Photographie de quelques animaux prélevés .40

Annexe 3 : Photographie d'une carabine 458 et d'un calibre 12 .41

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 5

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 
 

Liste des sigles et abréviations

CARPE : Programme Régional de l'Afrique Centrale pour l'Environnement

CARPO : Central Régional Programme Office (Programme Régional pour l'Afrique Centrale)

CAWHFI: Central Africa World Heritage Forest Initiative

CNPN : Conseil National des Parcs Nationaux

DFC : Direction de la Faune et de la Chasse

DGIS : Coopération Néerlandaise

DIARF : Direction des Inventaires, des Aménagements et de la Régénération des Forêts

ECOFAC : Ecosystèmes des Forêts d'Afrique Centrale

ENEF : Ecole Nationale des Eaux et Forêts

EU : Européan Union (Union Européenne)

MINEF : Ministère de l'Economie Forestière

UNF : UN Fondation

UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature

WCS: Wildlife Conservation Society

WWF: World Wildlife Fund (Fonds Mondial pour la Nature)

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

Résumé

Le présent travail rentre dans le cadre du suivi et de la gestion de la chasse villageoise dans les zones périphériques du Parc National de Mwagné. Il s'est déroulé en cinq semaines de terrain, dans deux villages différents : Malouma et Ekata.

Le terroir de chasse du secteur Malouma est estimé à 360 km2 et celui d'Ekata s'étend sur une superficie estimée à 740.23 km2. Ces terroirs ne sont pas uniformément exploités par les chasseurs.

Les plus grandes distances parcourues pour la chasse sont 10.7 km à Malouma et 18.7 à Ekata. Pendant que la distance moyenne pour atteindre un campement est de l0.11 km.

Les chasseurs sont en majorité des jeunes dont l'âge varie entre 19 et 40 ans. Ils sont pour la plus part des gabonais indigènes et quelques Congolais.

Les moyens de chasse les plus utilisés sont le piège et le fusil.

Les types de chasse identifiés sont la chasse de subsistance et la chasse commerciale. Les intérêts de cette chasse sont la recherche de la protéine animale très appréciée et les revenus économiques.

Les espèces les plus prélevées sont de l'ordre des Artiodactyles (74%) et des rongeurs (13%). Les prix varient de 800 à 15.000 FCFA selon les espèces.

Le seul centre urbain d'écoulement des produits issus de la chasse est Mekambo. Les acheteurs sont principalement des commerçantes de viande de brousse installées au marché de Mékambo et les particuliers fortunés.

En ce qui concerne la présence animale, les éléphants sont abondants alors que les grands singes sont très rares mais semblent repeupler le secteur.

Enfin, le conflit homme/animal est un phénomène très fréquent dans le secteur surtout au village Malouma où la fréquence des dégâts causés par les éléphants est de une fois tous les deux mois.

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 6

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 7

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 
 

Epigraphe

« La richesse de notre patrimoine et de notre culture reste la base des valeurs morales du peuple gabonais.

Ce bien commun est un gage de solidarité pour les générations futures de notre pays. »

Omar Bongo Ondimba

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

Dédicaces.

A mes regrettés oncles et tante Martin Bouyissa, Fidèle Marombo et Adèle Kayi : Vous serez toujours présents dans mon coeur.

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 8

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 9

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 
 

Remerciements

Nous tenons, de manière très particulière et chaleureuse à remercier toutes les personnes qui ont contribué, à quelque titre que ce soit, à l'élaboration du présent travail. Nous remercions particulièrement :

- Les responsables de l'ENEF pour les efforts consentis dans notre formation ;

- MM. Pauwel De Wachter et David Désiré Allogo Obagué respectivement Conseiller Technique Principal du Projet WWF-Minkébé et Chef du Département Faune et Aires Protégées à l'ENEF, pour avoir bien voulu diriger les travaux de cette étude ;

- Les responsables du Projet WWF-Minkébé pour avoir accepté de nous accueillir ;

- MM. Louis Sosthène Ndong Obiang et Jean Paulin Edou Edzang, Conservateurs respectifs du Parc National de Minkébé-Est et du Parc National de Mwagné, pour nous avoir encadré sur le terrain ;

- Mme Paola Mekui et M. Rufin Mickala, pour la réalisation des documents cartographiques ;

- Tous les agents du Projet WWF-Minkébé de Makokou pour leur chaleureux accueil ;

- La ligue des chefs de villages Malouma et Ekata, pour l'accueil qu'ils nous ont réservé dans leurs villages respectifs ;

- M. Max Ngoulabandé, Adjudant Chef de Gendarmerie à la retraite, pour sa précieuse assistance ;

- M et Mme Tsiouckaka, pour leur soutien moral, matériel et financier sans faille durant ma formation ;

- MM. Jonas Okomba et Aurélien Mboula, mes guides de terrain ;

- Mes parents Guillaume Moundenda et Monique Mayoko, pour toute l'affection qu'ils m'ont donné ;

- Toute ma famille, pour m'avoir toujours encouragé ;

- Tous mes collègues : J.J. Ekakamba, I. Ontoula, L. Obame Nguema, M. Mintsa, M. Kokangoye, M. Mve Akué..., pour la solidarité qui a prévalue pendant les trois ans de formation.

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 10

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

Introduction

L'aménagement d'un parc national nécessite une connaissance approfondie des ressources naturelles du milieu mais aussi des habitudes des populations riveraines ainsi que l'impact de leurs activités et réciproquement. C'est dans cet état d'esprit que le WWF, dans sa mission d'appuie à la mise en place des stratégies de conservation et de gestion rationnelle des ressources naturelles dans des grandes superficies en général, des parcs nationaux en particulier, nous a accueilli au sein de son Programme Nord-Est Gabon pour une étude relative à la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagné secteur Malouma-Ekata.

Les objectifs poursuivis par cette étude se résumaient à :

- Déterminer le terroir de chasse des populations riveraines ;

- Identifier les différents chasseurs, les espèces chassées et leur proportion ;

- Connaître l'organisation de la chasse et les moyens utilisés ;

- Connaître le circuit d'utilisation des produits de chasse ;

- Avoir une idée sur la présence des grands singes et des éléphants à travers certains indices.

L'atteinte de ces objectifs devrait nous permettre d'obtenir un certain nombre de résultats notamment :

- L'évaluation de l'intensité et la dynamique de la chasse villageoise dans le secteur Malouma-Ekata ;

- La détermination des types de chasse et des modes de commercialisation des produits de chasse ;

- La détermination des espèces les plus chassées dans la région.

L'importance d'une telle étude trouve sa justification dans l'élaboration d'un plan de zonage du Parc National de Mwagné. Elle est également nécessaire pour la mise en place des politiques de gestion de la viande de brousse et leur application.

Dans le présent document, nous présenterons d'abord le cadre et le milieu d'étude, ensuite nous ferons une analyse de la chasse dans le secteur Malouma-Ekata après avoir expliqué la méthodologie utilisée. Enfin, nous conclurons tout en faisant quelques recommandations relatives à la gestion de la chasse villageoise.

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 11

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 
 

I. contexte et problématique

La recrudescence sans précédent du commerce illicite de la viande de brousse devient une situation très préoccupante. Le besoin d'autoconsommation d'hier a cédé le témoin à une activité lucrative qui menace non seulement la survie de bon nombre d'espèces de faune sauvage, mais aussi les communautés villageoises des zones forestières. La menace se traduit par la pénurie du gibier autours des villages contraignant ainsi les villageois à un effort de chasse de plus en plus grand et coûteux ou à migrer vers des endroits plus giboyeux. Les réseaux de chasse sont animés par des personnes nanties au détriment des populations locales dépourvues et exploitées.

Toutes les espèces animales sont concernées, reptiles, oiseaux et surtout les grands mammifères. Les animaux les plus chassés dans les zones forestières sont les céphalophes et les primates. Une autre tendance qui se développe est celle orientée vers le gros gibier, les grands primates, les éléphants, les buffles etc. En effet, la règle du profit fait qu'à munition égale, il vaut mieux abattre un éléphant qu'un potamochère : Plus de viande, plus de profit.

Pourtant, il ne s'agit nullement d'interdire la consommation de la viande de brousse mais de mettre en place des stratégies pouvant garantir l'utilisation durable de la ressource et la pérennisation des espèces.

Pour cadrer avec cette logique, le projet met en oeuvre un système de gestion basé sur le modèle de 20 km de rayon de chasse au départ des routes publiques. Ce système permet de conserver les faunes intactes des coeurs des grands massifs forestiers qui seront la source d'un approvisionnement en faune des terroirs de chasse villageoise.

La carte ci-après représente la situation des grands massifs forestiers du nord est du Gabon selon le modèle de la chasse villageoise basée sur une zone tampon de 20 km.

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 12

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 13

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 
 

II. Présentation du cadre d'étude : Le Projet DFC/WWF-Minkébé

II.1. But

Le projet développe et met en oeuvre une stratégie pour la conservation des massifs forestiers du Nord Gabon. Il a démarré en 1997 et s'est initialement concentré sur le Massif Forestier de Minkebe. Ce Massif de 32,381 km2, situé dans l'écorégion nord-ouest du Bassin du Congo, figure parmi les forêts équatoriales les plus intactes de la planète. Minkébé contient peut-être 30.000 éléphants et environ 14.000 Km2, situés au coeur de la forêt, qui n'ont jamais été visités par l'homme. Depuis deux ans le projet élargit progressivement sa zone d'intervention. Ainsi le projet intervient maintenant également dans la zone de Mékambo (Massifs forestiers de Djoua Zadié, Djoua Est et Mwagne), au Sud de la route de Makokou-Ovan (Massif forestier de l'Ivindo), dans le secteur de Bitam (Forêt de Kom), dans le Massif Forestier des Monts de Cristal (zones de Medouneu, Larara, Engongome, Ndjolé, Kango).

La stratégie de gestion opérationnelle est axée sur deux bases provinciales - Oyem et Makokou - et des postes satellites, qui accueillent des équipes de surveillance en rotation. Les stratégies suivantes font partie du projet :

1. La nécessité de gérer des grands blocs forestiers, incluant aires protégées et concessions forestières, plutôt que seulement une aire protégée.

2. Déploiement efficace des moyens pour la surveillance en donnant priorité à la gestion des voies donnant accès au coeur de la forêt. Il s'agit des routes forestières et rivières navigables.

3. Raffinement des règles d'utilisation des ressources naturelles à travers des accords de cogestion intégrant tous les principaux concernés (exemple : gestion de la chasse dans les concessions forestières, gestion de l'orpaillage, gestion de la rivière Oua).

4. Un staff hautement qualifié et motivé y inclus une participation importante des cadres des Eaux et Forêts. Et le développement de la capacité de surveillance.

5. Une approche pragmatique qui vise à résoudre les problèmes plutôt qu'une approche trop focalisé sur les études.

6. Un staff basé dans les capitales provinciales (centres de services de conservation plutôt que dans des sites isolés). Ceci permet plus de mobilité et de flexibilité, moins de `burn-out', moins de pressions locales et un contact régulier avec les décideurs provinciaux ainsi qu'une communication aisée avec les responsables à Libreville.

Le projet est aussi un acteur actif dans la gestion concertée du Massif Forestier Tri-National du TRIDOM (Tri-National Dja - Odzala - Minkebe) qui couvre 150,000 km2 au Cameroun, au Congo et au Gabon. Le projet a un rôle très actif dans la recherche de financements pour cette initiative.

Notons que le Projet Minkebe administre aussi une composante congolaise dans la périphérie du Parc National d'Odzala, dans des forêts frontalières.

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

II.2. Bailleurs de fonds

1- Le projet a démarré en 1997 avec un financement de la coopération des Pays-Bas (DGIS). Le projet a également bénéficié de financements du gouvernement Américain (CARPE, USFWS), du WWF-US, WWF-NL, Mac-Arthur.

2- Présentement le Projet Minkébé qui s'étend sur les massifs forestiers de Monts de Cristal, Minkébé et Mwagné est financé par les contributions des bailleurs de fonds suivants : USAID/CARPE (Minkébé-Mwagné-Mont de Cristal, Odzala/Congo); EU (Projet Minkébé et Ntem); UNF/CAWFHI; WWF-NL, WWF International.

Carte : Zone d'intervention du Projet WWF/DFC/CNPN « Minkébé » : Un programme qui vise la conservation et la gestion durable des massifs forestiers du Nord Gabon ainsi que son intégration dans la gestion transfrontalière du TRIDOM (carte ci-dessous)

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 14

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 15

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

 
 

Alyas Aimé LIBESHY MOUNDENDA, Elève Ingénieur des Techniques des Eaux et Forêts. ENEF, juillet 2005. 16

Etude de la chasse villageoise dans le massif forestier de Mwagne : secteur Malouma-Ekata

III. Méthodologie

Afin de mieux atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, nous avons élaboré un procédé méthodique qui s'articule autours des entretiens avec les populations locales, la récolte des données, les moyens mis en oeuvre et le traitement des données.

III.1. Entretiens préliminaires

C'est une étape nécessaire pour la mise en confiance des villageois. Il s'agissait pour nous de s'entretenir avec les chefs de villages, les groupes de chasseurs, les pêcheurs et les agriculteurs. Au cours de ces entretiens, nous avons mis à profit ces entretiens pour expliquer le but de notre étude afin de dissiper les inquiétudes et solliciter la collaboration des uns et des autres. Ces entretiens nous ont aussi permis de procéder au recrutement des guides de terrain et enquêteurs et à l'élaboration d'un plan de travail.

III.2. Récolte des données

La récolte des données s'est faite sur la base des enquêtes directes et indirectes.

III.2.1. Enquêtes directes

Ces enquêtes ont consisté a rechercher nous mêmes les informations sur le terrain c'est-à-dire au village et en forêt.

sommaire suivant