WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La libéralisation des marchés et le developpement durable en Afrique: le cas du secteur agricole au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Jean de Dieu AWOUMOU
ENA - Master en Administration Publique 2006
  

sommaire suivant

Cycle International Long

Master en Administration Publique

La Libéralisation des marchés et le

développement durable en Afrique : le cas du

secteur agricole au Cameroun

Mémoire présenté par
M. Jean de Dieu Awoumou Amougou

SOMMAIRE

INTRODUTION GENERALE 3

Première Partie : le secteur agricole camerounais : Passage d'une économie administrée à une économie libéralisée 7

Chapitre I- Présentation des potentialités économiques et sociales du secteur agricole au Cameroun 8

Chapitre II. Les réformes structurelles visant le renforcement de la compétitivité du secteur agricole : l'ère de la libéralisation agricole au Cameroun 16

Partie Deuxième : Examen critique de l'inefficacité socio-économique du projet de libéralisation agricole au Cameroun 30

Chapitre I. Les causes de l'inefficacité des politiques de libéralisation agricole 30

Chapitre II. Les conséquences socio-économiques de la libéralisation agricole au Cameroun 40

Partie Troisième : Propositions visant le renforcement des capacités fonctionnelles du secteur agricole camerounais 44

Chapitre I. Proposition d'un schéma organisationnel de renforcement des capacités nationales dans le secteur de l'agriculture 44

Chapitre II. Les propositions pour plus d'équité et d'efficacité dans le commerce international 51

INTRODUCTION GENERALE

« Sans pain il ne peut y avoir ni paix ni liberté ». Cette formule énoncée par le rapport d'information de l'Assemblée nationale française traduit l'importance de la question agricole pour l'épanouissement des sociétés humaines. L'agriculture du fait de sa fonctionnalité multiple est de plus en plus au centre des grands forums de discussion concernant l'avenir de la planète. Dans les relations internationales, la conclusion d'un nouveau cycle de négociations est compromise à cause des difficultés autour du dossier de la libéralisation agricole. Parmi les objectifs du millénaire pour le développement retenus par l'ONU figure en bonne place la question alimentaire. Dès lors, Pour la communauté internationale, et plus particulièrement pour les pays du Sud, toute politique visant à réformer le fonctionnement du secteur agricole est une problématique délicate. La libéralisation agricole n'est pas qu'un changement d'option économique. Elle impacte bien au delà la sécurité des Nations et l'objectif de développement durable. L'ambition de cette étude est de pouvoir fournir une réflexion sur l'impact des politiques de libéralisation sur les économies du tiers monde. Il est question de mettre en exergue comment des politiques économiques conçues et conduites dans un détachement total vis-à-vis des impératifs de la satisfaction des besoins des populations peuvent compromettre le développement durable. De plus on a beaucoup disserté sur les méfaits de l'unilatéralisme sur la stabilité internationale. Par cette étude nous souhaitons attirer l'attention sur les risques d'une uniformisation dogmatique du monde par le biais des politiques de libéralisation. Il n'est pas question de remettre en cause le bien fondé d'une application des règles identiques à toutes les économies. Il s'agit plutôt de relever les bienfaits qu'il y aurait à associer à l'action publique les impératifs de la stratégie et de l'éthique. Le cas de la libéralisation du secteur agricole au Cameroun nous permettra de tirer les enseignements des effets de la libéralisation sur le développement des communautés.

É METHODOLOGIE

La démarche méthodologique de cette étude peut être schématisée de la façon suivante :

v' Une étude documentaire sur les bases théoriques de la libéralisation ; le contexte d'étude et la mise en oeuvre de la dite politique dans le secteur agricole camerounais

v' Nous avons également eu des entretiens téléphoniques avec des acteurs de la recherche agricole et des acteurs de terrain. La conduite d'études de terrain n'a pas été rendue possible mais elle est compensée par les contacts établis.

v' Une analyse et une restitution-validation des données auprès des même personnes contactées.

É CONTEXTE D 'ETUDE

Le Cameroun est un pays d'Afrique centrale, il occupe une superficie de 475 000 kilomètres carrés dont la moitié est couverte par la forêt. Il dispose d'un microcosme de climats et d'écosystèmes variés. En effet, il s'étend depuis la forêt sempervirente du climat équatorial au Sud jusqu'aux steppes sahéliennes du Nord. Cette diversité confère une biodiversité riche et une forte vocation agricole au Cameroun. Le secteur agricole occupe près de 60% de la population active et représente à peu près de 30% du PIB et 15% des recettes budgétaires1du pays. La crise économique qui a frappé le continent africain à partir de la fin des années 80 n'a pas épargné le Cameroun. Les performances économiques de la décennie précédente 1975-1985 ne laissaient pourtant rien augurer de tel. Le Produit Intérieur Brut (PIB) évoluait vers une tendance haussière de façon à atteindre 15% de croissance annuelle en 1981. La hausse des exportations du fait du boom pétrolier avait maintenu la balance commerciale en excédent jusqu'en 1985 ; toutefois à la suite des plusieurs facteurs endogènes et exogènes le Cameroun va rentrer dans une phase de turbulence économique dont il n'est pas encore sorti. Les indicateurs de performance économique ont commencé à décliner dès l'année 1986. L'augmentation de l'inflation va compromettre la compétitivité industrielle du Cameroun ; ce recul de la compétitivité associé à la dépréciation du dollar américain et à la chute des cours des matières premières conduira à la crise économique. C'est ainsi que le PIB enclenche une décroissance dès 1987 ; il passe d'un taux de +6,9% en 1985/1986 à une baisse moyenne de -4,3% par an jusqu'en 1992. Le revenu moyen par habitant en 1993, ne représentera plus que la moitié de ce qu'il était en 1986. Cette crise économique généralisée a frappé de plein fouet le secteur agricole. Le comité technique de suivi des programmes économiques affirme que de 1989-1990, on note une chute progressive de la production agricole, notamment d'exportation ; les recettes d'exportation d'origine agricole évoluent à la baisse de 1986-1993. En conséquence, le budget de l'Etat enregistre des déficits; il se chiffre à 104 Milliards en 1985/1986 ; la balance de paiement est négative à hauteur de 44,7 Milliards en 1987/1988. En somme la crise économique est consommée dès 1987 et la tendance va s'aggraver dans les années suivantes. Après des tentatives vaines d'auto ajustements, les autorités camerounaises se tournent vers les bailleurs de fonds internationaux notamment le FMI et la banque Mondiale pour injecter un nouveau souffle par le biais de l'emprunt. Ces derniers

1 Ministère de l'économie et des finances , comité technique de suivi des programmes économiques, communication du Cameroun à l'atelier conjoint sur le renforcement des systèmes nationaux des statistiques alimentaires et agricoles en Afrique... , Pretoria Afrique du Sud 22-26 novembre 2001

dressent un bilan de la situation économique camerounaise et propose un réajustement de l'économie. Pour les économistes de Bretton Woods, la crise de solvabilité des pays africains comme le Cameroun est due à une combinaison de trois facteurs : la faiblesse de l'épargne locale du fait des taux d'intérêts réels négatifs ; l'interventionnisme étatique conduisant à évincer l'investissement privé de la production et à maintenir une distorsion des prix ; enfin, une surévaluation des taux de change qui fragilise les exportations. La combinaison de cet ensemble de faiblesses structurelles, militera en faveur d'une solution de nature structurelle. Il est question de revoir le modèle de fonctionnement économique ; d'abandonner << le tout administré >> qui a fait la preuve de ses limites pour << le tout libéralisé >>. Ce changement de politique économique se fera par le biais des programmes d'ajustement structurel (PAS) conclus avec les institutions de Bretton woods. Ils préconisent une réduction du rôle de l'Etat dans la sphère économique et la promotion des lois du marché. Les PAS sont guidés par les trois principes inspirés du consensus de Washington1 : l'austérité budgétaire, la libéralisation des marchés et la privatisation des services publics. En ce qui concerne le domaine agricole, les PAS ont permis l'adoption en 1990 d'une nouvelle stratégie de développement basée sur la libéralisation et la privatisation des activités de production et de commercialisation. Cette réforme du secteur agricole fonctionne d'après les principes suivants : une fixation des prix laissée aux forces du marchés(donc plus de responsabilisation des acteurs) ; une retrait des interventions étatiques dans la filière production-commercialisation des produits agricoles ; et l'établissement des règles de compétions qui garantissent un accès du marché égalitaire à tous les acteurs locaux et étrangers .L'ambition que cette nouvelle politique agricole affichait était de parvenir à : une meilleure offre de service à moindre coûts, une allocation optimale des ressources pour une production efficace, une responsabilisation accrue des acteurs et une promotion de l'esprit d'entreprise2 . Malgré le regain de croissance observé depuis 1997 au Cameroun, le niveau de vie des populations s'est détérioré. D'après les statistiques de l'Enquête camerounaises auprès des ménages, 40,2% des camerounais vivraient en dessous du seuil de pauvreté en 2003. Cette pauvreté est majoritairement concentrée dans les zones rurales à forte vocation agricole. Elle s'est même accrue depuis 1995 et cela se traduit par une baisse de l'espérance de vie. Celle ci est passée d'environ 55 ans à la fin des années 80 à 48 ans en 20033. De plus, depuis la libéralisation on a assisté à une dévalorisation

1 Notion créée par John Williamson en 1989 pour décrire les principaux axes de la doctrine économique prônée par les bailleurs de fonds internationaux depuis la chute de Berlin ;

2 271ème conférence de l'OAA, Abuja, Nigeria, 13-18 mai 2000, exposé de Patrick Gorgen, Unité assurance/site CNUCED ; Thème : questions et approches relatives à la supervision des assurances dans un contexte de libéralisation et globalisation http://r0.unctad.org/insuranceprogramme/fabuja.ppt#1

3 OMS Cameroun http://www.who.int/countries/cmr/en/

sociale de la fonction d'agriculteur. Ces faits conduisent à s'interroger sur l'efficacité des politiques de libéralisation agricole au Cameroun.

· PROBLEMATIQUE

Le fait que la libéralisation agricole au Cameroun se soit accompagnée d'une paupérisation croissante des populations rurales conduit à s'interroger sur la compatibilité qu'il peut y avoir entre cette politique et le développement durable. En effet Comment expliquer que depuis la libéralisation de l'agriculture imposée par les PAS, et supposée entraîner un développement durable, le pays se soit d'avantage affaiblit économiquement au point de se retrouver en 2000 au rang des Pays Pauvres Très Endettés de la planète. Il a ainsi quitté la place de pays à revenus intermédiaires qu'il occupait à la fin des années 80. Quelle est la responsabilité de la libéralisation dans cette régression. En fait le choix d'une libéralisation accélérée du secteur agricole n'a-t-il pas en réalité compromis les chances de développement du Cameroun ? Pour y répondre il convient de rechercher quels objectifs la libéralisation s'était elle assignée et de savoir s'ils ont été atteints. A partir de ce questionnement on pourra répondre à l'interrogation de savoir si l'on peut parler d'un échec de la libéralisation agricole et quels en seraient les déterminants ? Toutes ces interrogations suscitent des réponses qui doivent être vérifiées dans le cadre de la présente analyse.

· HYPOTHESES DE TRAVAIL ET PLAN

Nous nous proposons dans la présente analyse de vérifier les hypothèses suivantes : la mise au pas des agriculteurs camerounais au rythme de la libéralisation a produit des externalités qui ont accentué la pauvreté et compromettent le développement de la Nation. La libéralisation agricole dans sa conception brute n'est donc pas un facteur de développement durable car il comporte des contradictions internes ; mais on ne saurait cependant ignorer que les acteurs locaux sont aussi responsables des externalités produites et qu'à ce niveau la gouvernance nationale est en cause.

Nous proposons dans ce cadre de nous arrêter sur la conception et la conduite de la libéralisation agricole au Cameroun (Partie I). Ensuite nous envisageons, à partir d'un bilan dressé, de dégager les causes et les conséquences des externalités constatées (Partie II). Enfin, il est question de faire des propositions visant à booster la réforme du secteur agricole et à rentabiliser le potentiel agricole camerounais (Partie III)

1 Marie-France L'HERITEAU, Le Fonds Monétaire international et les pays du tiers-monde ; PUF ; Ed. 1986

2 Claude BERTHOMIEU et Christophe EHRHART, l'approche néo-structuraliste : un renouveau de l'analyse du développement en économie ouverte, Université de Nice, travaux de recherche du CEMAFI, juin 1999

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.