WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Consommation d'électricité et croissance dans l'uemoa : une analyse en termes de causalité

( Télécharger le fichier original )
par Idrissa Yaya DIANDY
Université Cheikh Anta Diop de Dakar - D.E.A Economie, Spécialité Macroéconomie Appliquée, option Economie Internationale 2007
  

précédent sommaire suivant

2.2. UN POTENTIEL ÉNERGÉTIQUE IMPORTANT ET INÉGALEMENT RÉPARTI

Les États de l'Afrique de l'Ouest sont bien dotés en ressources énergétiques, avec notamment :

a. Un potentiel hydroélectrique (concentré dans cinq pays) estimé à 25 000 MW et qui n'est exploité qu'à hauteur de 16% (Kouo, 2005).

En ce qui concerne les pays de l'UEMOA, le Mali et la Côte d'Ivoire sont relativement mieux dotés en hydroélectricité avec respectivement 34% et 28% des réserves prouvées d'hydroélectricités, suivis du Burkina Faso (15%), du Niger (6%), du Sénégal et du Bénin (5%), du Togo (4%) et enfin de la Guinée Bissau (environ 1%).

Graphique 2 : Répartition du potentiel prouvé en hydroélectricité.

Source : UEMOA, CEDEAO, 2006.

b. En matière d'énergies fossiles, le Nigeria concentre plus de 98% des réserves prouvées de pétrole brut, de gaz naturel et de charbon, soit 30% des réserves prouvées africaines en pétrole brut (3 017 millions de tonnes) et 31% des réserves prouvées africaines de gaz naturel (3 581 milliards de m3) (Kouo, 2005).

c. La biomasse constitue l'une des principales ressources énergétiques. Elle est principalement concentrée dans la partie tropicale humide au sud de la région, et les quantités disponibles varient d'un pays à l'autre en fonction de la climatologie. La superficie des forêts en Afrique de l'Ouest a été estimée, en 2000, à environ 6.9822.000 Ha (UEMOA, CEDEAO, 2006). Selon des évaluations récentes, le potentiel forestier serait encore suffisant dans beaucoup de pays pour couvrir la demande globale en combustible (bien que des disparités internes existent entre des zones).

d. L'énergie éolienne, avec des vitesses de vent honorables le long des côtes ou dans les zones désertiques, peut constituer une solution attractive du fait des coûts d'investissements qui ont significativement diminué au cours des dernières années pour atteindre des niveaux quasiment équivalents à ceux des grandes unités thermiques (de l'ordre de 1000 $ / kW, dépendant des conditions locales).

e. En termes bruts, l'ensoleillement moyen en Afrique de l'Ouest représente un potentiel d'environ 5 à 6 kWh/m2/jour, contre seulement 3 kWh/m2/jour en zone tempérée européenne. L'importance de l'ensoleillement et la perspective réelle mais lente de réduction des coûts de la technologie photovoltaïque ont conduit à prévoir une contribution très significative de l'énergie solaire pour l'accès des populations rurales à un service électrique de base - mais qui s'est avérée surestimée.

Tableau 3 : Réserves et ressources énergétiques fossile et hydroélectrique (2005)

 

Potentiel prouvé

hydroélectricité (MW)

Réserves prouvées de pétrole brut (millions tonnes)

Réserves prouvées de gaz

naturel (millions m3)

Réserves prouvées

de charbon

(millions tonnes)

Benin

300

21

2800

0

Burkina Faso

900

0

0

0

Côte d'Ivoire

1650

13

20000

0

Guinée Bissau

60

nd

0

0

Mali

2000

nd

0

nd

Niger

400

0

0

70

Sénégal

300

10

500

15

Togo

250

0

0

nd

Source : UEMOA, 2006.

L'industrie électrique est un maillon du système énergétique. De ce fait, les dotations d'un pays ou d'une région en combustible fossiles influencent le choix de la filière énergétique, mais aussi le développement de l'activité électrique. On distingue traditionnellement plusieurs filières énergétiques, mais la thermoélectricité et l'hydroélectricité sont les principales sources dans l'UEMOA. La plupart des pays ont enregistré une tendance à la hausse de leur production d'électricité d'origine thermique, mais avec une forte pente pour la Côte d'Ivoire.

Tableau 4 : Évolution de la production totale d'électricité dans l'UEMOA (GWh) de 1998 à 2005.

 

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

Bénin

79

72

84

66

63

80

81

82

Burkina

364,6

386,42

416,85

391,9

391,68

471,55

500,25

568,09

Côte d'Ivoire

4022

4817

4800

4885

5294

5087

5403

5738,63

Guinée-Bissau

53

55

60,19

62,26

62,26

63,83

65,76

68,15

Mali

463,1

460,1

699,85

746

854

940,76

1084,45

1231,45

Niger

190,4

175,39

204,75

179,8

190,56

187,66

190,66

188,66

Sénégal

1546

1596

1669

1904

2046

2155

2351

2614,76

Togo

301

312

275

167

234

291

262

266,44

UEMOA

7019

7873,9

8209,64

8409

9135,5

9276,8

9938,12

10758,2

Source : Kane, C. S. (2009) : « Réformes structurelles des réseaux électriques et analyse de l'intensité énergétique du produit intérieur brut dans l'UEMOA », Thèse d'Etat.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)