WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Déterminants de l'investissement direct a l'étranger dans les pays en voie de développement : application faite a la RDC

( Télécharger le fichier original )
par Augustin Mwana MUHINDO NGELEZA
UNIGOM - Licence en gestion 2009
  

précédent sommaire suivant

II.1.5 Ressources naturelles

La RDC recèle en son sous sol des richesses naturelles d'une abondance et d'une variété inouïe, qui font d'elle un véritable « scandale géologique ». Elle constitue l'un des atouts majeurs du pays, car elle représente, à elle seule, en effet, plus de 45% de l'ensemble de la forêt équatoriale du continent, et renferme des essences fort recherchées telles que le limba (qui sert à la fabrication des meubles et de contres-plaqués), le teck (bois qui ne pourrit pas, est utilisé dans la fabrication des bateaux). D'autres bois sont notamment : afromosia, ébène, wenge, iroko, sapelli, sipro, tiama, tola, kambala, lifaki,...). Dans les régions de savane, on exploite surtout l'acacia et le samba.

La grande forêt équatoriale de la cuvette centrale couvre plus d'un million de kilomètre carré. La Mayumbe a jadis fourni la plus grande partie des exportations de bois, mais il ne dispose plus aujourd'hui de réserves exploitables. L'exploitation forestière reste par contre active à Nioki près de Kutu dans le Mai-Ndombe. Mais la société importante est la Siforzal, qui achémine à Kinshasa par voie fluviale des grumes provenant de l'Equateur et de la Province Orientale.

Dans les parcs nationaux, la coupe de bois est interdite. Ailleurs, le reboisement est un souci des autorités, car les forêts peuvent être épuisées en quelques années. Le feu de brousse est le grand ennemi des reboisements.57(*) La forêt constitue l'un des atouts majeurs du pays, car elle représente, à elle seule, en effet, plus de 45% de l'ensemble de la forêt équatoriale du continent, et renferme des essences fort recherchées (afromosia, ébène, wenge, iroko, sapelli, sipro, tiama, tola, kambala, lifaki,...).

Le pays est doté de plusieurs parcs et réserves naturelles abritant des espèces aussi rares que diverses telles que l'okapi, l'hippopotame blanc, le bonobo, qui font l'objet d'une grande attraction touristique.

Il est baigné par des fleuves, des rivières et des lacs offrant des vues imprenables et des paysages paradisiaques d'où émergent des volcans en activité ou éteints.

On peut y pratiquer toutes sortes de tourismes : balnéaire (sur la côte atlantique et au lac Munkamba), d'évasion (le long des fleuves et au travers des paysages multicolores), culturel (plus de 400 ethnies et langues traditionnelles), cynégétique, historique, sportif, etc.

Long d'environ 2.900 Km, le Fleuve Congo qui traverse le pays de part en part possède le débit le plus régulier et le plus puissant au monde (40.000 m3/seconde) après l'Amazone. Le potentiel énergétique de la RDC est essentiellement constitué d'importantes ressources hydroélectriques estimées à 774.000.000 Mwh, soit environ 100.000 Mw de puissance exploitable, dont plus de 44 % (soit 44.000 Mw) sont concentrés au seul site d'Inga.

Pendant que l'Afrique et le monde connaissent actuellement une crise énergétique sans pareille, la RDC peut produire de l'électricité en abondance, et il est prévu des grandes autoroutes d'électricité devant relier, à partir du pays (RDC), l'Afrique de l'Ouest, l'Afrique Australe, l'Afrique du Nord et même l'Europe. Ainsi, la RDC possède un potentiel hydroélectrique du monde (370 000 000 000 Kw) suivi par celui de Timpa en Chine (240 000 000 000Kw).

L'essentiel de l'équipement énergétique comprend une trentaine des centrales disséminées dans presque toutes les régions et la ligne à très haute tension demeure INGA-SHABA.

Le réseau des centrales hydroélectriques occupe principalement les zones minières. Le Bas Congo et le Shaba sont les régions les plus équipées. Le Kasaï Oriental est doté de deux centrales mais le Kasaï Occidental et l'Equateur n'en ont qu'une.

La SNEL, Société Nationale d'Electricité, créée en 1970 est le plus gros producteur et fournisseur d'énergie électrique. Elle propriétaire de toutes les grandes centrales hydroélectriques et thermiques du pays. Elle détient 95% de l puissance installée en RDC.

Notre pays est couvert d'un vaste réseau de centrales hydroélectriques qui fournissent l'électricité nécessaire à l'éclairage et surtout aux exploitations minières et industrielles.

Le potentiel hydraulique de la RDC est fort impressionnant avec un bassin hydrographique de 3.680.000 Km², qui fait du pays l'une des plus grandes réserves d'eau douce du monde.

Notons que le Congo est dotée de sources d'énergie variées, mais d'inégale valeur :

1. Bois de chauffage et charbon de bois ;

2. produits pétroliers ;

3. houille (charbon) à Luena et Lukuga (Shaba) ;

4. le gaz méthane (Lac Kivu) ; les schites bitumeux (Kisangani) ; l'uranium à Shingolobwe Shaba) n'est pas exploité.

A part l'hydroélectricité, la RDC possède une hydrographie ayant des fleuves, des rivières et des lacs offrant des vues imprenables et des paysages paradisiaques d'où émergent des volcans en activité ou éteints. Ces fleuves et rivières sont entrecoupés de nombreux rapides et chutes. Ces derniers peuvent être captés pour faire tourner des turbines :

· Zongo à l'embouchure de l'Inkisi (Kisantu) ;

· La Lufira (Shaba) ;

· La Tshopo (Kisangani) ;

· La Ruzizi à Bukavu.

En d'autres endroits, l'eau de rivière est amenée dans une vallée encaissée où on l'on établit un barrage pour obtenir une chute artificielle qui fera tourner les turbines.

En fin, à défaut des chutes naturelles ou artificielles, l'on produit du courant électrique à l'aide d'un moteur Diesel.

* 57 M.J. BOURGUIGNON et VANSTRAELEM, Géographie du Zaïre, CEEC, Kinshasa, 1990, pp 36-41 (Mise à jour par TSHIMALA)

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.