WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

FRSP et la réduction de la pauvreté

( Télécharger le fichier original )
par J.Damascene NDAYISENGA
Universite Libre de Kigali (ULK) - Licence en Gestion 2007
  

Disponible en mode multipage

Dédicace

A notre regretté père et nos frères,

A notre mère et à nos Soeurs,

A la Famille Barahira,

A nos Cousins et Cousines

A nos amis et connaissances

REMERCIEMENTS

La persévérance dans le désir obtient très souvent sa réalisation !

Ce travail est le fruit de nos efforts et du concours de beaucoup de personnes auxquelles il nous incombe de témoigner notre reconnaissance. Que notre expression de reconnaissance parvienne à toutes celles et à tous ceux qui, d'une manière ou d'un autre, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de ce travail ; qu'ils trouvent ici le témoignage de notre profonde reconnaissance.

Nous tenons à remercier très vivement l'Honorable Sénateur Prof. Dr. RWIGAMBA BALINDA, Promoteur et Fondateur de l' ULK pour son initiative louable en vue de la formation de l'élite intellectuelle de notre pays.

Ensuite, notre gratitude s'adresse au CCA NDABATEZE Abraham, qui a accepté d'assurer la direction de ce mémoire malgré ses multiples occupations ; sa rigueur et ses remarques pertinentes nous ont permis de fixer le fond et la forme définitifs de ce travail.

Nous serions ingrat de ne pas reconnaître la valeur et la qualité de l'encadrement scientifique et pédagogique dont nous avons bénéficié du staff de l'ULK et plus précisément du corps professoral de la Faculté des Sciences Economiques et Gestion.

Il nous est difficile de traduire en paroles le sentiment de reconnaissance que nous éprouvons envers la Famille BARAHIRA Etienne, pour son soutien matériel et moral tout au long de nos études.

Nous remercions également Mme MUKARUSHEMA Epifrodosie, Mme NIYONSABA Floride, Mr BUCAKARA David et Mlle RUMANYIKA Lydia ; qu'ils trouvent ici l'expression de notre reconnaissance pour l'aide morale et matérielle qu'ils nous ont accordée.

Nous joignons à l'affection des remerciements sincères à l'endroit de BEZA Eliane, BARAHIRA Guy Charles,NDEKEZI Innocent, Michelle (COCO), Claire (Chouchou), Louise (Lolo), UMUTONI Liliane, UMUTESI Josiane, Famille Ange Robert, WIZEYE, GASASIRA, et NINDORERINGANJI Sébastien. Qu'ils trouvent ici le sentiment de notre profonde gratitude.

Nous exprimons particulièrement nos remerciements aux responsables et staff de la FRSP/BPC pour nous avoir fourni des informations utiles lors de notre recherche. A tous nos collègues de l'ULK, nous disons sincèrement merci pour le soutien.

A chacun et à tous, nous réitérons nos vifs remerciements.

Que Dieu vous bénisse !

J. Damascène NDAYISENGA

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AGOA: Africa Growth and opportunities Act

APD : Aide Publique au Développement

BANCOR : Banque à la Confiance d'Or

BCDI : Banque de Commerce, de Développement et d'Industrie

BCR : Banque Commerciale du Rwanda

BDS : Business Development Services

BIT: Bureau International du Travail

BK : Banque de Kigali

BNR : Banque Nationale du Rwanda

BPC: Business Plan Competition

BRD: Banque Rwandaise de Développement

CAPMER : Centre d'Appui aux Petites et Moyennes Entreprises au Rwanda

CNLS : Commission National de la Lutte contre le SIDA

COGEAR : Compagnie Général d'Assurance et de Réassurance

COGEBANQUE : Compagnie Générale de Banque

COMESA: Common Market for East and South Africa

COOPED: Coopérative pour l'Environnement et Développement

CORAR : Compagnie Rwandaise d'Assurance et de Réassurance

DRI: Développement Rural Intégré

EM : Entrepreneurs Market

EM-BPC : Entrepreneurs Market - Business Plan Competition

FRSP : Fédération Rwandaise du Secteur Privé

HIMO : Haute Intensité de la Main d'oeuvre

ICHA : Impôt sur le Chiffre d'Affaires

ICT : Information and Communication Technologies

IDH: Indicateur de Développement par Habitant

MINECOFIN : Ministère de Finances et de la Planification Economique

MINICOM : Ministère de Commerce, d'Industries, Promotion de Coopératives, du Tourisme et l'Artisanat

Mlle: Mademoiselle

Mme: Madame

MOU: Memorandum Of Understanding

Mr : Monsieur

MVK : Mairie de la Ville de Kigali

NTB: National Tender Board

OBK: Organisation du Bassin de l'Akagera

ONG : Organisation non Gouvernementale

ONUDI : Organisation des Nations Unies pour le Développement des Industries

ORPI : Office Rwandais pour la Promotion des Investissements

ORTPN : Office Rwandais du Tourisme et des Parcs nationaux

PIB : Produit Intérieur Brut

PME: Petite et Moyenne Entreprise

PNB : Produit National Brut

PNRP: Programme National pour la Réduction de la Pauvreté

PNUD : Programme des Nations Unies pour le Développement

PPPMER: Projet pour la Promotion des Petites et Micros Entreprises Rurales

RRA: Rwanda Revenue Authority

SADEC: South African Development Community

SEMESEL : Semence Sélectionnée

SIDA: Syndrome d'Immunodéficience Acquise

SNC : Société Non Commandite

SONARWA : Société Nouvelle d'Assurance au Rwanda

SORAS : Société Rwandaise d'Assurances

TVA : Taxe sur la Valeur Ajoutée

UAAC : Université Adventiste de l'Afrique Centrale

ULK : Université Libre de Kigali

UNILAK : Université Laïque Adventiste de Kigali

USD: United States Dollars

VIH: Virus d'Immunodéficience Humaine

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Les caractéristiques de la pauvreté des ménages au Rwanda 23

Tableau 2: Evolution de la pauvreté 25

Tableau 3: 36

Tableau 4: Présentation des projets financés 62

Tableau 5: Présentation des projets retenus par FRSP/BPC, mais leurs financements sont en cours au niveau de la BRD 65

LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 1: Localisation des projets 39

Graphique 2: Secteurs d'activité formée en 2006 40

Graphique 3: L'ancienneté des projets formés 40

Graphique 4: projets financés en 2004 et 2006 64

LISTE DES ANNEXES

Annexe 1 : Organigramme de la FRSP

Annexe 2 : Questionnaire : Guide d'interview

Annexe 3 : Formulaire d'inscription au concours des plans d'affaire au Rwanda

TABLE DES MATIERES

Dédicace ii

REMERCIEMENTS iii

LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS v

LISTE DES TABLEAUX vii

LISTE DES GRAPHIQUES vii

LISTE DES ANNEXES vii

TABLE DES MATIERES viii

INTRODUCTION GENERALE 1

1. CHOIX ET INTÉRÊT DU SUJET 1

2. DÉLIMITATION DU SUJET 2

3. PROBLÉMATIQUE 3

4. HYPOTHÈSES DU TRAVAIL 6

5. OBJECTIFS DE LA RECHERCHE 6

6. TECHNIQUES ET MÉTHODES DE RECHERCHE 6

7. SUBDIVISION DU TRAVAIL 9

CHAPITRE I. LA PAUVRETE AU RWANDA 10

I.1 DEFINITION DE LA PAUVRETE 10

I.2 ASPECT GENERAL DE LA PAUVRETE AU RWANDA 12

I.2.1 Les causes de la pauvreté au Rwanda 13

I.3 LA SITUATION DE LA PAUVRETE AU RWANDA 16

I.3.1 Les dimensions de la pauvreté au Rwanda 17

I.3.2 La mesure de la pauvreté au Rwanda 19

I.3.3 Indicateurs de pauvreté au Rwanda 20

I.3.4 Les caractéristiques de la pauvreté au Rwanda 20

I.3.5 La pauvreté au niveau national 24

I.4 LES STRATEGIES NATIONALES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE AU RWANDA 27

I.4.1 La bonne gouvernance politique et économique 27

I.4.2 La transformation économique rurale 27

I.4.3 Le développement des services et d'industrie 27

I.4.4 Le développement des ressources humaines 28

I.4.5 Le développement et la promotion du secteur privé 28

I.4.6 L'intégration économique régionale et internationale 28

I.5 GENERALITE SUR LE SECTEUR PRIVE 29

I.5.1 Définition du secteur privé 29

I.5.2. Initiative Privée 29

I.5.3 Entrepreneuriat 29

I.6 LES ASPECTS DE LA CREATION D'ENTREPRISE 30

CHAPITRE II. LA FRSP/BPC ET LE FINANCEMENT DES PROJETS 33

II.1 PRESENTATION DE LA FRSP/BPC 33

II.1.2 PRÉSENTATION DU PROGRAMME DE BPC 37

I.2 L'EVEIL DE L'ESPRIT D'ENTREPRENARIAT PAR LA FRSP/BPC 38

II.2.1 Renforcement des capacités des gestionnaires des projets 39

II.3 FINANCEMENT DES PROJETS GENERATEURS DES REVENUS PAR LA FRSP/BPC (2004-2006) 41

II.3.1 Les activités opérationnelles de la FRSP/BPC 42

II.4 PROJETS GENERATEURS DES REVENUS FINANCES PAR LA FRSP/BPC (2004-2006) 43

II.4.1 Description des projets retenus et financés dans la compétition de 2004 43

II.4.2 Description des projets retenus et financés dans la compétition de 2006 50

II.4.3 Présentation synthétique des projets financés (2004-2006) 62

CHAPITRE III. LES PROJETS FINANCES PAR LA FRSP/BPC ET LA REDUCTION DE LA PAUVRETE 72

III.1 LES REALISATIONS DES PROJETS FINANCES DANS LA REDUCTION DE LA PAUVRETE 72

III.1.1 Les réalisations de chaque projet financé par la FRSP/BPC dans le processus de la réduction de la pauvreté au Rwanda 73

III.2 APERÇU SYNTHETIQUE DES PROJETS FINANCES PAR LA FRSP/BPC SUR LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU RWANDA 79

III.3 LES CONTRAINTES COMMUNES AUX PROJETS ETUDIES 81

III. 4 FORCES ET FAIBLESSES DE BPC 82

CONCLUSION 84

SUGGESTIONS 86

BIBLIOGRAPHIE 88

INTRODUCTION GENERALE

1. Choix et intérêt du sujet

Le sujet «La FRSP/BPC et la réduction de la pauvreté», a fait l'objet de notre choix compte tenu de l'importance que ce secteur occupe dans les priorités de notre pays.

En effet, la lutte contre la pauvreté est un sujet qui fait l'objet de nombreuses discussions dans la société Rwandaise, étant donné l'ampleur et le caractère très spécial qu'il occupe dans les priorités du gouvernement1(*).

La préoccupation majeure de nos leaders est centrée sur ce mot  «la pauvreté » définie comme l'insuffisance des ressources matérielles et l'existence des conditions de vie médiocres ne permettant pas à des milliers des Rwandais de vivre dignement selon les droits légitimes et vitaux de la personne humaine, et les condamnant aux dures difficultés de la survie au jour le jour. C'est le centre même de toute évaluation ou un indicateur important de développement d'une nation.

 

Ce sujet a donc été choisi pour militer avec tous les autres en vue de contribuer au processus de la réduction de la pauvreté tout en documentant et en éclairant les décideurs, les théoriciens et les praticiens du développement socio-économique de notre pays sur les mauvaises conditions de vie dont souffrent plus de 50% des Rwandais2(*).

 

Ainsi, notre sujet a pour but de montrer le rôle capital que jouent les projets financés par la FRSP a travers son programme de Business Plan Competition (BPC) dans l'amélioration des conditions de vie de la population pauvre et de ce fait, dans la réduction de la pauvreté au Rwanda.

Notre sujet présente les intérêts suivants :

1.1 Intérêt académique

Sur le plan académique, Ce travail de recherche répond à l'exigence académique, qui prévoit qu'à la fin du second cycle des études universitaires, l'étudiant doit présenter un travail de recherche afin de confronter les théories apprises aux réalités du milieu dans lequel il est appelé à travailler.

1.2 Intérêt scientifique

Sur le plan scientifique, notre travail servira d'outil de référence à quiconque désireux de mener de recherche dans le domaine des stratégies de la réduction de la pauvreté au Rwanda.

1.3 Intérêt institutionnel

Nous espérons que la Fédération Rwandaise du Secteur Privé et le programme de Business Plan Competition vont tirer profit de nos suggestions en vue d'améliorer son fonctionnement de ses prestations tant désirées par la population.

2. Délimitation du sujet 

Dans le domaine, notre étude relève de la gestion des PME.

Dans l'espace, cette étude porte sur la FRSP, surtout sur son programme de Business Plan Competition (BPC) ou Compétition des Plan d'Affaires au Rwanda dans la lutte contre la pauvreté.

Dans le temps, nous avons jugé bon de travailler sur la période de 3 ans allant de 2004-2006.

3. Problématique

Aujourd'hui, plus d'un milliard des personnes à travers le monde vivent dans la pauvreté absolue et sont incapables de satisfaire leurs besoins de base.3(*)

Le Rwanda est classé au 159ème sur 177 au classement IDH 2004 sur la liste des pays les plus pauvres  du monde avec une population d'environ neuf millions d'habitants dont plus de 80% vivant en milieu rural et dépendant essentiellement de l'agriculture4(*).

L'agriculture Rwandaise est dominée par les produits vivriers de subsistance, avec seulement deux cultures principales destinées à l'exportation, à savoir le thé et le café5(*).

La dépendance  de l'économie rwandaise vis-à-vis de ces deux cultures pèse lourdement sur son programme de développement, car la chute des prix de ces produits sur le marché mondial a entraîné une réduction des recettes  d'exportation de 14 à 10% de 1998 à 1999. Le secteur agricole représente 40% du PIB, le secteur secondaire 21% tandis que le tertiaire représente 35%. Les investissements nationaux demeurent faibles, le taux d'épargne est très faible et la pauvreté s'aggrave ; cela s'observe à travers la croissance du nombre des ménages vivant en dessous du seuil de la pauvreté qui était de 40%, 53% et de 69% respectivement en 1985, en 1989 et en 2000. On estime aujourd'hui que l'extrême pauvreté atteint environ 51,2% de la population totale.  La généralisation de la pauvreté, dont souffrent maintenant de nombreux Rwandais, entraîne une utilisation inefficace des ressources et accroît les risques de troubles sociaux6(*).

Rappelons que le génocide de 1994 n'a épargné aucun secteur de la vie nationale et a durement frappé toute la société rwandaise, détruisant les infrastructures économiques du pays et paralysant les valeurs socioculturelles Rwandaises.

 Les facteurs à la base de la pauvreté au Rwanda sont notamment:

-   La baisse de la production agricole 

-   Le déficit commercial chronique lié à l'insuffisance des produits d'exportation 

-   Une industrialisation peu développée 

-   Une faiblesse d'épargne et d'investissement 

-   Un déséquilibre persistant entre les recettes et les dépenses publiques, à cause d'une assiette fiscale très limitée 

-  Une économie peu monétisée, la quasi-totalité de la production étant destinée à l'auto consommation.

Outre ces facteurs, la prévalence du VIH/SIDA a atteint des niveaux très élevés, constituant une contrainte majeure au développement du Rwanda. En effet, ce fléau provoque la mort prématurée d'un bon nombre des personnes en âge productif, accroît les charges  coûteuses liées aux soins de santé, perturbe le système du secteur médical déjà caractérisé par l'insuffisance des moyens et augmente le nombre d'orphelins issus des personnes mortes du VIH/SIDA7(*), etc.

 

Devant cette situation, le gouvernement Rwandais a mis en place des mécanismes pour réduire la pauvreté tels que: 

-   le développement et renforcement des capacités du secteur privé

-   le développement rural et la transformation agricole

-   l'implantation des infrastructures économiques

-   la bonne gouvernance et la décentralisation du pouvoir

-   le renforcement de la capacité institutionnelle.

En plus de cela, l'importance des PME au Rwanda n'est plus à démontrer. Les hommes politiques et ceux qui étudient la question du développement sont de plus en plus nombreux à reconnaître que le secteur de la PME présente un potentiel fantastique8(*).

L'insuffisance d'activités diversifiées génératrices de revenus dans les zones rurales est due principalement à l'insuffisance de savoir faire de la population sur l'importance de l'entreprenariat; et création des activités rentables autres que l'agriculture. 9(*)

Le Rwanda comme tout autre pays en voie de développement, a besoin d'une population formée, éduquée, ouverte, créatrice et innovatrice pour diversifier les activités génératrices des revenus en vue d'améliorer ses conditions de vie pour enfin assurer son développement socio-économique durable.

Le besoin de soutien ou d'appui aux PME se faisant de plus en plus sentir, nous avons, décidé d'étudier les problèmes auxquels font face les PME Rwandaises et voir dans quelle mesure la FRSP/BPC intervient dans l'atténuation de ces obstacles des PME dans le processus de la réduction de la pauvreté au Rwanda.

Pour cela, nous nous sommes posé les questions suivantes:

1. Quel est le rôle de la FRSP/BPC dans la réduction de la pauvreté au Rwanda ?

2. Les Projets financés par FRSP/BPC contribuent-elles à la réduction de la pauvreté?

4. Hypothèses du travail

En réponses aux questions posées dans la problématique, nous avons formulé les hypothèses suivantes :

1. La FRSP/BPC, éveille l'esprit d'entreprenariat, assiste et finance des projets générateurs des revenus, dans le cadre de la réduction de la pauvreté.

2. Les projets financés par la FRSP/BPC contribuent à l'amélioration des conditions de vie de la population Rwandaise.

5. Objectifs de la recherche

- Montrer comment la FRSP/BPC réveille l'esprit de l'entreprenariat et assiste les projets.

- Montrer comment la FRSP/BPC finance les projets générateurs des revenus.

- Montrer comment les projets financés contribuent à la réduction de la pauvreté.

6. Techniques et méthodes de recherche

6.1 Techniques de recherche

Selon MULUMBATI NGASHA cité par RWIGAMBA B., «Une techniques de recherche est un ensemble des moyens et des procédés qui permettent au chercheur de rassembler des données et des informations relatives à son sujet de recherche». 10(*)

Pour collecter les donnés nécessaires à notre étude, nous avons utilisé les techniques suivantes:

6.1.1 Technique documentaire : elle nous a permis de fouiller systématiquement des écrits en rapport avec notre sujet : des ouvrages, des revues, des mémoires, des rapports, et autres documents.

6.1.2 Technique d'interview : nous avons eu des entretiens avec les agents de la F.R.S.P/BPC, les gestionnaires des projets qui ont bénéficié du financement de BPC comme : COOPED, Fromagerie IKAMBERE, International Marble of Rwanda, et GAHAYA Links sarl. Ces entretiens nous ont permis de compléter nos informations sur ces projets.

6.1.3 Technique d'observation directe: a consisté en une observation libre lors de nos voyages à la campagne et des visites aux PME. Cette technique nous a permis d'avoir une vue sommaire sur la situation des populations en milieu rural et sur le mode de travail et de gestion des projets financés par la FRSP/BPC. 

6.2 Méthodes utilisées

Selon MULUMBATI NGASHA cité par RWIGAMBABA B., «Une méthode est un ensemble ordonné de principes, des règles et des opérations intellectuelles permettant de faire l'analyse en vue d'atteindre un résultat»11(*).

6.2.1 La méthode descriptive: elle nous a permis de décrire les procédures et les moyens de financements suivis par la FRSP/BPC.

6.2.2 Méthode historique : elle nous a permis d'observer l'évolution des PME au Rwanda et surtout celle des projets financés par la FRSP/BPC durant la période d'étude.

 

6.2.3 Méthode comparative : elle nous permis de voir la place et le poids de chacun des projets financés par la FRSP/BPC dans la réduction de la pauvreté dans le milieu où il est implanté.

6.2.4 Méthode statistique : elle nous a aidé à pouvoir quantifier les faits observés et chiffrer les résultats sous forme des tableaux et graphiques.

6.2.5 Méthode synthétique : elle nous a permis de synthétiser c'est-à-dire de globaliser les éléments dans leur présentation.

7. Subdivision du travail 

A part l'introduction générale, notre travail est subdivisé en 3 chapitres :

Le premier chapitre intitulé « La pauvreté au Rwanda», présente: quelques considérations sur la pauvreté, la situation de la pauvreté au Rwanda, ainsi que les stratégies mises en place pour la réduction de la pauvreté au Rwanda.

 

Le second chapitre présente la FRSP et son programme BPC, les projets financés par la FRSP/BPC depuis 2004 jusqu'en 2006 ; dans ce chapitre nous montrons comment la FRSP/BPC éveille l'esprit d'entrepreunariat et finance les projets générateurs de revenus sur l'ensemble du territoire national.

Le troisième chapitre donne les réalisations des projets financés par la FRSP/BPC dans le processus de la réduction de la pauvreté au Rwanda, les contraintes de ces projets, enfin les forces et faiblesses de la FRSP/BPC face à ses objectifs.

Notre travail se termine par une conclusion et des suggestions.

CHAPITRE I. LA PAUVRETE AU RWANDA

I.1 DEFINITION DE LA PAUVRETE

Aucune définition de la pauvreté n'a fait l'objet de consensus à l'échelle internationale. Sans doute parce qu'il existe de nombreuses façons d'envisager ce problème, selon que l'on se situe sur le plan politique, sur le plan social, sur le plan économique ou autre.

A l'échelle du globe, la pauvreté n'a ni couleur, ni frontière, et pourtant d'un continent ou pays à l'autre, la pauvreté revêt des plusieurs facettes ( économique,politique,sociale, culturelle) qui rendent difficile la formulation d'une définition standard12(*). Toutefois, la notion la plus répandue de la pauvreté est celle qui est monétaire comprise comme absence ou insuffisance des revenus ou des moyens de consommation.

Essai de définition de la pauvreté

- La pauvreté c'est l'humiliation, le sentiment de dépendance, le fait d'être obligé à subir le mépris, les insultes et l'indifférence quand on cherche de l'aide13(*)

- La pauvreté est l'insuffisance des ressources matérielles (manque d'argent) et des conditions de vie, ne permettant pas à des êtres humains de vivre dignement selon les droits légitimes et vitaux de la personne humaine, et les condamnant aux dures difficultés de la survie au jour le jour.14(*)

- Le rapport sur le développement humain de 1997 présente plusieurs définitions de la pauvreté selon des personnes interrogées dans différent pays.15(*)

- Selon un éducateur en Colombie "La pauvreté est criminelle parce qu'elle ne permet pas aux individus d'être des individus. C'est la négociation la plus cruelle de notre essence commune d'être humain"

- Pour un mendiant des Etat Unis:"La pauvreté, cela veut dire ne jamais avoir assez à manger"

- Pour une mère célibataire:"La pauvreté, c'est la faim, la solitude, c'est le fait de n'avoir nulle part où aller à la fin de la journée, c'est le dénuement, la discrimination, le mauvais traitement et le fait de ne pas savoir lire".

- Un habitant d'une bidonville au philippines affirme:"La pauvreté, c'est une maison sans toit qui voit le logement qu'elle habite démoli par les pouvoirs publics, pour des raisons qu'elle ne comprend pas".

- Pour un membre d'un ONG au Botswana:"La richesse est la couverture qui nous protège. La pauvreté c'est ce qui arrive lorsqu'on perd cette couverture".

- Pour un réfugié d'Azerbaidjan:"Pour moi, la pauvreté, c'est l'impossibilité de vivre chez soi. C'est la vie dans un camp de réfugiés et l'absence de perspectives pour mes enfants".

- Selon le petit Robert, la pauvreté est "l'état d'une personne qui manque de moyen matériel, d'argent, qui a des ressources insuffisantes".

La pauvreté est un phénomène très vaste, complexe et partiellement subjectif, qui varie dans le temps et dépend des capacités et du bien-être de chacun16(*) .

La pauvreté au sens économique est une notion à la fois facile à comprendre et difficile à définir.

Elle désigne le manque ou la mauvaise qualité de ressources ( naturelles, financières, immatérielles, etc.) vécus par des personnes, groupes de personnes, régions du monde, etc.17(*)

En d'autres termes, la pauvreté décrit une situation essentiellement en terme de privations matérielles: pas assez d'argent, pas de nourritures, pas de vêtements, pas de logement, insuffisance d'accès aux soins de santé, pas de frais de scolarité, etc;

Cependant, le concept de développement humain, préconisé par les organismes tels que le PNUD, fait envisager une notion plus large de la pauvreté humaine. Dans ce rapport sur le développement humain publié en 2000, le PNUD définit la pauvreté en terme de manques: impossibilité de vivre longtemps et bonne santé, de s'instruire, d'avoir des conditions d'une vie décente, de participer à la vie de la collectivité.18(*)

Cette approche va plus loin dans la définition de la pauvreté à la privation de certains ou de toutes les potentialités d'un individu et finalement, à la réduction des possibilités de ses choix et des actions.

Certaines personnes sont souvent considérées comme pauvres par rapport à un critère mais pas à d'autres. Par exemple au Rwanda, les femmes sont en général plus pauvres que les hommes, si l'on se fonde sur leur statut subjectif, mais pas si l'on se fonde dur un pouvoir d'achat objectif.

La pauvreté est un phénomène très complexe, Il faut donc que la lutte contre la pauvreté ait plusieurs cibles et soit diversifiée.

Les solutions doivent être multidisciplinaires et pouvoir intégrer tous les aspects: économiques, Sociaux, politiques, culturels et institutionnels.

I.2 ASPECT GENERAL DE LA PAUVRETE AU RWANDA

La pauvreté au Rwanda est la conséquence de facteurs économiques et historiques.

Premièrement la structure économique reflète un échec chronique à réaliser l'accroissement de la productivité dans le contexte d'une population large et allant grandissant, la croissance démographique. Cet échec est devenu plus évident dans les années 1980 et au début des années 1990, conduisant à de sévères problèmes structurels.

Deuxièmement, la guerre et le génocide de 1994 ont laissé un héritage horrifiant, appauvrissant encore plus le pays et laissant un certain nombre de problèmes et défis spécifiques.

La pauvreté est un phénomène complexe et multidimensionnel, et lutter contre cette endémie suppose une bonne compréhension de ses caractéristiques et l'identification de ses causes profondes.

I.2.1 Les causes de la pauvreté au Rwanda

Les causes de la pauvreté sont variées et sont en parfaite interaction;

Elles sont de plusieurs ordres:

- Economique : chômage et sous emploi, inaccessibilité aux actifs de production, stagnation ou récession des économies nationales, faible production du travail, mauvaise gestion des affaires publiques,...

- Politique: troubles sociaux, déficit démocratique,...

- Naturel: qualité du sol, aléas climatiques, désertification, enclavement des régions,...

- Social: niveau élevé d'analphabétisme, forte croissance démographique,...

- Technique: difficultés d'accès aux techniques de production, à la science et aux nouvelles technologies, absence des infrastructures économiques de base,...

- Culturel: absence de culture d'excellence, existence de nombreux tabous,...

La littérature économique, quant à elle, présente trois éléments comme principales causes de la pauvreté19(*) :

- La dotation inégale des facteurs de production;

- Les choix individuels des gens;

- L'inégalité d'accès aux chances de s'en sortir.

La première cause de la pauvreté est la dotation inégale en facteurs de production20(*). Les pays comme les individus n'ont pas du tout la même dotation en capital physique, financier et humain ainsi que le même accès aux connaissances technologiques nécessaires et à l'utilisation optimale de ce capital.

Lutter contre cette cause de la pauvreté est en partie possible via la redistribution des richesses des nantis vers les pauvres. Cette redistribution peut se faire de manière volontaire si les nantis voient leur intérêt à rendre la situation des pauvres plus acceptable (moins de vols par exemple) ou par un acte de bénévolat pour la constitution d'une société plus juste et plus fraternelle.

Elle peut aussi se faire malgré l'opposition des nantis par une loi imposée par l'Etat (par exemple une reforme foncière) ou par la révolte de la population.

La deuxième cause de la pauvreté résulte du choix individuel des gens. Que ce soit en terme d'allocation du temps entre le loisir et le travail, entre la consommation et l'épargne, ou dans le choix des biens de consommation par exemple d'alcool, les gens seraient responsables des inégalités puisqu'ils choisissent librement d'allouer leurs ressources individuelles à un tel choix et en subissent les conséquences positives ou négatives ainsi que leurs famille. Evidement, si les possibilités diffèrent trop entre les gens au départ, ils deviennent difficiles de faire porter au choix individuel le fardeau des inégalités.

De plus même si le choix individuels doit être respectés dans une société basée sur le libre choix de l'individu, on ne peut vouloir influencer ces choix par des actions d'information, de sensibilisation et d'éducation pour mieux faire réaliser les alternatives possibles et les conséquences à court et à long terme de chacun d'entre elles.

La troisième cause de la pauvreté vient d'inégalité d'accès aux chances de s'en sortir. Suivant cette approche, la lutte contre la pauvreté passe par le rétablissement des chances des pauvres.

On discute d'accès à des services essentiels comme la santé, l'éducation de base,l'eau potable,d'accès aux opportunités économiques comme le marché, le micro crédit ou simplement de politiques non discriminatoires envers les groupes les plus pauvres. Les programmes d'aide jouent essentiellement sur cette cause de la pauvreté.21(*)

Les causes générales de la pauvreté au Rwanda sont liées au manque de ressources financières et aux problèmes d'accès aux ressources naturelles d'où la combinaison de facteur négatif et l'évolution négative du PIB.

D'après le rapport du Programme National pour la réduction de pauvreté, la pauvreté est de plus en plus étroitement liée à la structure du ménage, à la fois à cause du génocide et à cause de la prévalence du VIH/SIDA.

Selon le même rapport, neuf causes de la pauvreté ont été pointées du doigt par une proportion significative de la population, telles sont dans l'ordre d'ignorance, les aléas climatiques, le manque de bétail, conséquemment du fumier, l'insuffisance de terres, la mauvaise gestion du patrimoine, infertilité du sol, la paresse, la guerre et ses conséquences.

« La pauvreté au Rwanda, comme ailleurs en Afrique, menace, la stabilité socio-économique et a celles racines profondes» dans 22(*) :

- La faible productivité de l'exploitation agricole ;

- L'insuffisance d'accès aux possibilités d'emploi ;

- L'accès minime des pauvres aux crédits, même pour des montants réduits ;

- L'insuffisance d'accès aux moyens qui permettent d'appuyer le développement rural dans les régions pauvres

- L'insuffisance d'accès aux marchés ou les pauvres peut produire des biens et services.

- La destruction des ressources naturelles qui entraîne une dégradation de l'environnement.

- Une baisse de productivité.

- La faible dotation au capital humain.

- L'insuffisance d'accès a l'aide pour les personnes qui vivent en marge et pour celles qui sont victime de la pauvreté, comme les rescapé du génocide de 1994 et d'autres personnes vulnérables.

- L'absence de participation des pauvres a l'élaboration des programmes de développement.

- Et le taux de croissance démographique d'opportunités, exploitables etc»23(*)

I.3 LA SITUATION DE LA PAUVRETE AU RWANDA

Le ménage rwandais est souvent privé d'informations sur la réglementation de l'emploi et des services. Le ménage a un statut social très bas. Il n'est pas en position de force pour négocier les revenus de son travail et de la vente de sa production.

Il est en proie des prêteurs, des marchands, des propriétaires terriers et des petits fonctionnaires.

La faiblesse physique du ménage contribue à la pauvreté de plusieurs façons :

- Par la médiocre productivité de force du travail ;

- Par l'inaptitude à cultiver plus de terres ou faire des journées de travail plus longues ;

- Par les bas salaires, surtout ceux des femmes et des faibles ;

- Par la destruction ou l'affaiblissement de la force de travail.

I.3.1 Les dimensions de la pauvreté au Rwanda

- Le pauvre (ou vulnérable)

Par défaut, le mot «pauvreté» sans précision désigne le manque d'argent. Puisque c'est le principal élément de comparaison, la pauvreté monétaire se mesure à partir de la fixation d'un seuil de revenu (ligne de pauvreté) "60%des ménages vit en dessous du seuil de pauvreté au Rwanda"24(*). Il s'agit du seuil en dessous duquel on ne peut acquérir une quantité minimale des biens et des services pour mener une vie décente.

La pauvreté non monétaire fait référence à l'état de privatisation du bien être en utilisant en particulier les indicateurs sociaux de santé et de l'éducation"les pauvres sont donc des personnes sont donc des personnes vivant dans des conditions dites de pauvreté humaine"25(*)

Un rapport du PNUD sur la pauvreté, publié en 1998, donne six dimensions de la pauvreté. Ces dimensions sont:26(*)

1. La pauvreté humaine

Ce rapport définit la pauvreté humaine comme étant un manque de satisfaction des besoins humains de base, comme nourriture, vêtement, logement, soins de santé, savoir lire et écrire, etc.

2. La pauvreté monétaire

Elle est définie comme un manque de revenu suffisant permettant de subvenir aux dépenses des besoins essentielles de base.

3. La pauvreté extrême

Elle est définie comme étant de l'indigence ou la misère extrême qui traduit par l'incapacité quasi total de satisfaire les besoins alimentaires minima.

4. La pauvreté générale

C'est un niveau de pauvreté moins grave, généralement défini comme étant l'incapacité de satisfaire les besoins alimentaires et non alimentaires essentiels, ceux-ci variant d'un pays à l'autre.

5. La pauvreté relative

La pauvreté relative est définie selon les normes qui peuvent varier d'un pays à l'autre ou dans le temps. Elle peut correspondre, par exemple, à un seuil de pauvreté fixé par rapport au revenu moyen par habitant.

6. La pauvreté absolue

Elle est définie par une norme fixe. Par exemple, le seuil international de pauvreté est fixé à un dollar américain par jour, ce qui permet de comparer l'étendue de la pauvreté entre déférents pays.

I.3.2 La mesure de la pauvreté au Rwanda

Selon le Réseau des Femmes : « La mesure de la pauvreté consiste à estimer le niveau de satisfaction des besoins essentiels d'une population déterminée.

Ainsi, on parvient à déterminer le seuil de pauvreté considérée comme le niveau de minimum de satisfaction ».27(*) Le calcul du seuil de pauvreté se sert de l'identification des besoins essentiels (aliments, vêtements, logement) en les expriment en valeur monétaire. On distingue deux approches de la mesure de la pauvreté28(*) :

- La pauvreté absolue;

- La pauvreté relative.

La première a trait à des normes biologiques, c'est-à-dire qu'elle fait référence à des besoins physiologiques qui conditionnent la vie d'individu. En dessous de ce seuil, la santé de l'individu est en danger. Ce seuil est aussi appelé: "Seuil de pauvreté alimentaire".

La seconde fait référence aux individus ou ménages qui se trouvent en dessous d'un seuil déterminé, en fonction du revenu moyen de la population et, partant, peuvent être considérées comme pauvres.

Cette pauvreté est perçue comme étant un niveau de revenu trop faible pour permettre à l'individu ou au ménage de participer pleinement à la vie sociale. Elle est aussi appelée: "Pauvreté non alimentaire".

La résultante de ces deux seuils donne le seuil de pauvreté global qui correspond à un niveau de dépenses nécessaires, au-delà duquel un individu ou un ménage est considéré comme non pauvre. Les indices considérés comme indicateurs de la pauvreté peuvent mesurer l'incidence, la profondeur et la sévérité de la pauvreté.

I.3.3 Indicateurs de pauvreté au Rwanda

1. indicateurs de santé :

Les ressources qualifiés dans le secteur de la santé au Rwanda sont insuffisantes, eu égard aux normes de l'OMS et à celles édictées par le gouvernement rwandais. On compte 1 docteur pour 50.000 habitants et 1 infirmière pour 1000 habitants.
La mortalité infantile est très élevée (183 pour 1000 en 2003) et constitue un problème majeur pour le pays. La malaria reste la 1ère cause de mortalité. Seulement 44% de la population rurale a accès à l'eau potable et 10% seulement à des sanitaires. 29(*)

2. Indicateurs éducation

Le système éducatif rwandais s'améliore depuis quelques années. Les taux de scolarisation à tous les niveaux de l'enseignement sont en nette progression. En 2003, le gouvernement rwandais a introduit la gratuité de l'école primaire. Néanmoins, 400.000 enfants restent toujours en dehors du système.30(*)

I.3.4 Les caractéristiques de la pauvreté au Rwanda

Le Rwanda est un pays d'Afrique centrale, sans littoral maritime, et d'une superficie de 26 300 km2. Les pays limitrophes sont le Burundi au sud, la République démocratique du Congo à l'ouest, l'Ouganda au nord, et la Tanzanie à l'est. Sa population a été estimée à 8,2 millions en 2002, dont plus de 90% vivent en milieu rural ; de 315 habitants par kilomètre carré, sa densité de population est la plus élevée en Afrique.

Le Rwanda porte toujours les séquelles économiques du génocide, telles que les carences en infrastructures et en main-d'oeuvre qualifiée ainsi que les dépenses publiques afférentes au maintien en prison d'un nombre élevé de personnes attendant d'être jugées pour des crimes liés au génocide.

Le Rwanda est un des pays le plus pauvre du monde (classé 159ème sur 177 au classement IDH 2004) avec un taux moyen de pauvreté qui atteint 60% et un taux d'extrême pauvreté à 24%.31(*)

L'espérance de vie est de 40 ans pour les hommes et 41 pour les femmes. Le génocide a accentué cette situation. En 1994, le PIB/habitant ne dépassait pas les 143 USD. Depuis 1995, la situation s'améliore.

En 2003, le PIB/habitat était de 220 USD. Les opportunités économiques sont limitées. Avec 83% de sa population qui tire ses revenus de l'agriculture, le Rwanda est l'un des pays les moins urbanisés de la planète.

Une croissance de la population de 2.9% par an en moyenne a pour conséquence la réduction progressive de la taille des exploitations. (La moitié des fermiers ont en moyenne un domaine de 0.7 hectares).32(*)

Bien que les statistiques montrent une évolution encourageante en terme de pauvreté (48% de la population vivait sous le seuil de pauvreté en 1990, 78% en 1994 et 60% aujourd'hui)33(*), l'extrême inégalité dans la répartition des richesses du pays reste frappante.

Aujourd'hui l'agriculture emploie 87% de la population active contre plus de 90% en 2002 et compte pour environ 44% du PIB réel du Rwanda, contre près de 19% pour les activités manufacturières et près de 37% pour les services au terme de l'année 2004.34(*)

Durant ces quatre dernières années la contribution du secteur minier s'est vue augmenter, dont 732 tonnes pour le coltan avec une valeur de 6.36 millions de dollars américains et 1458 tonnes pour la cassitérite avec une valeur de 4.49 millions de dollars américains pour l'année 2003 et 861 et 3553 tonnes équivalent à 12.99 et 15.88 millions de dollars américains respectivement pour le coltan et la cassitérite pour l'année 2004. D'où une croissance de 17.6% en volume et 104.2% en valeur pour le coltan, 143.7% et 253.7% en volume et en valeur respectivement pour la cassitérite35(*).

Le faible niveau d'investissements étrangers, en partie dû à l'insuffisance des infrastructures comparativement aux besoins, ne favorise pas la diversification de la structure de production et d'exportation. L'absence de diversification rend le Rwanda vulnérable aux chocs exogènes d'ordre climatique ou résultant des fluctuations des marchés internationaux.

Les exportations sont concentrées dans les produits primaires, notamment le café et le thé (les principales cultures de rente) avec une valeur de 32.20 millions de dollars américains pour le café et 21.56 millions de dollars américains pour le thé. La part des produits manufacturés est restée très faible, en dépit de la volonté du gouvernement de promouvoir les exportations de produits non traditionnels.

Les importations rwandaises sont dominées par les produits manufacturés (notamment les machines et le matériel de transport). L'augmentation des importations des biens de consommation, des équipements de télécommunication et des machines de bureau reflète la reprise économique, et en particulier l'expansion des activités de services. Les produits alimentaires et les produits d'industries extractives, notamment les produits pétroliers, sont les autres principales catégories de biens importés au Rwanda.

Le Rwanda poursuit son programme de reconstruction, financé en partie par l'aide extérieure. Il a été en mesure de rattraper son niveau économique de 1990, son PIB réel en 2000 atteignant celui de cette époque.

Le PIB a progressé de 3.8% en 2004, une amélioration considérable par rapport aux 0.9% de 2003, grâce aux activités de construction et à l'agriculture.36(*) Nous notons aussi que le niveau des recettes publiques a été amélioré, grâce à l'amélioration de la collecte des recettes douanières.

L'introduction de la TVA en 2001 (qui s'est accrue de 22% en 2004) et l'augmentation de son taux d'imposition de 15 à 18% ; l'introduction de droits d'accise sur les véhicules ; la mise en place d'un système d'audit fiscal pour les grandes entreprises afin de réduire l'évasion fiscale ; et l'assujettissement de toute prestation ou allocation salariale à l'impôt sur les revenus37(*).

Ces mesures ont permis d'accroître les recettes publiques de 17.4% pour l'année 2004. Un système mensuel de contrôle des dépenses et des mesures visant à réduire les dépenses extrabudgétaires a été mis en place.

Tableau 1: Les caractéristiques de la pauvreté des ménages au Rwanda

Catégorie du ménage

Caractéristiques

Umutindi nyakujya

(les indigents)

Ceux qui doivent mendier pour survivre. Ils n'ont pas de terre ni de bétail et manque de logement, de nourriture. Ils tombent souvent malade et n'ont pas accès aux soins médicaux. Leurs enfants sont mal nourris et ils ne peuvent pas les envoyer à l'école.

Umutindi

(Très pauvre)

La principale différence entre l'Umutindi et Umutindi nyakujya est que ce groupe est physiquement capable de travailler la terre posséder par d'autres, même s'ils n'ont eux-mêmes pas de terre ou de très petites exploitations et pas de bétails.

Umukene

(le pauvre)

Ces ménages ont de la terre et un habitat convenable, ils vivent du fruit de leur travail et de leur production, ils n'ont pas d'épargne, mais ils peuvent manger a leur faim, même si souvent ce n'est pas nutritif et ils n'ont pas de production excédentaire a commercialiser. Les enfants ne vont pas toujours a l'école et bien souvent ils n'ont pas moyens d'accéder aux soins de santé.

Umukene wifashije

(le pauvre qui se débrouille)

Ce groupe partage plusieurs des caractéristiques des Umukene, mais plus ils ont du bétail, et leurs enfants fréquente l'école primaire.

Umukungu

(riche en terme de nourriture)

Ce groupe a des exploitations plus larges avec un sol fertile et suffisamment de nourriture. Ils ont du bétail, ont souvent des emplois rémunérés et peuvent accéder aux soins de santé.

Umukire

(qui est riche en terme d'argent)

Ce groupe a de la terre et du bétail et souvent des emplois rémunérés. Ils ont des logements de qualité ont souvent un véhicule et suffisamment d'argent pour prêter ou pour obtenir un crédit bancaire. Beaucoup émigrent vers les centres urbains.

Source : MINECOFIN, Juin 2002

I.3.5 La pauvreté au niveau national

Jusqu'ici, la suivi de la pauvreté au Rwanda, s'est fait en utilisant les extrapolations des mouvements de consommation à partir de l'enquête de 1985 auprès des ménages et en faisant des hypothèses de distribution.

Le seuil de pauvreté avait fixé un niveau en dessous duquel se trouvaient 46% des ménages dans l'enquête de 1985. Dans cette approche statistique, la pauvreté est mesurée par la valeur réelle des dépenses y compris la nourriture auto produite, se situent en dessous d'un certain niveau, il est considéré comme pauvre.

En utilisant cette approche, le tableau suivant montre la proportion de la population estimée être en dessous de ce seuil de pauvreté.

Tableau 2: Evolution de la pauvreté

Evolution de la pauvreté depuis 1985

Année

Pourcentage des ménages en dessous seuil de pauvreté

 

Milieu rural

Milieu urbain

1985

48.4

16.1

1990

50.3

16.8

1994

82.4

27.5

1995

76.4

25.5

1997

75.3

25.1

1999

74.1

24.7

2001

70.7

23.6

2003

69.3

23.1

2005

67.9

22.6

Source : MINECOFIN38(*)

Comme le montrent les données, la pauvreté augmentait vers les années 1980 et au début des années 1990. La proportion des ménages plutôt que celles des individus en dessous su seuil de pauvreté atteignait 53% en 1993.

Suite au génocide, la pauvreté s'est accrue fortement en 1994. Depuis 1995, la pauvreté diminue chaque année mais elle reste plus élevée qu'elle ne l'était avant le génocide. L'impression d'une amélioration d'année en année est confirmée par l'enquête de MINECOFIN qui a été mené en 2001.

I.3.5.1 La pauvreté en milieu rural Rwandais

Le monde rural est toujours mis en marge, bien qu'une très grande partie de la population y vit. La dimension de la pauvreté en général et de la pauvreté rurale en particulier, est très complexe en raison de sa vaste étendue sur la vie des individus et des moyens nécessaires pour la réduire ou l'éliminer.

La pauvreté ne se limite pas seulement au manque des moyens de survie ou à l'absence du bien être social et économique; elle s'étend également sur un éventail des problèmes touchant, à la fois, à la vie et aux droits fondamentaux de la personne humaine. Le mal-être dû à la pauvreté et à de nombreux aspects.

L'insuffisance de la consommation en est un, mais elle est accompagnée d'autres maux dont les sous alimentation, l'analphabétisme, et la perte d'estime de soi. La pauvreté est aussi liée à l'impossibilité d'exploiter son plein potentiel à cause du manque de ressources ou du fait qu'elles sont inaccessibles.

La pauvreté peut cependant coexister avec des niveaux de revenus relativement élevés, des infrastructures bien développés, des réalisations techniques remarquables et une urbanisation très poussée, comme il est le cas de quelques grandes puissances telles que les Etats-Unis d'Amérique, l'Afrique du sud, certains pays d'Amérique latine, etc.39(*)

I.3.5.2 La pauvreté en milieu urbain Rwandais

Nous considérons ici la pauvreté en milieu urbain comme une impossibilité de satisfaire un minimum des besoins humains les plus fondamentaux. Cette considération semble être relative aussi, étant donné que ces besoins élémentaires peuvent varier d'un individu à l'autre, d'un espace géographique à un autre, selon les habitudes de consommation.

I.4 LES STRATEGIES NATIONALES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETE AU RWANDA40(*)

Les actions du PRSP se placent dans le cadre de la vision globale de développement du Rwanda présenté dans la vision 2020. Cette dernière identifie les principaux objectifs à atteindre pour que le Rwanda devienne un pays à revenu moyen à l'horizon 2020.

I.4.1 La bonne gouvernance politique et économique 

La bonne gouvernance est essentielle à un développement réussi. La sécurité est un préalable absolu comme l'a clairement démontré l'expérience du Rwanda. Le respect des droits de l'homme et une participation accrue de la population aux programmes du gouvernement par le biais de l'approche à la démocratisation de la base au sommet est crucial. Dans le même cadre d'importance est l'établissement d'une gestion économique saine et de la stabilité macro-économique.

I.4.2 La transformation économique rurale

Pour accroître les revenus agricoles et créer des opportunités de gagner des revenus hors de l'agriculture, l'économie rurale doit être recapitalisée et transformée. Ceci peut être atteint en se fondant sur les atouts traditionnels de l'économie rurale Rwandaise et en introduisant de nouvelles technologies.

I.4.3 Le développement des services et d'industrie 

Au fur et à mesure de l'augmentation des revenus, nous devrons développer d'autres moteurs de croissance et transformer notre économie. Nous devons donc accroître la compétitivité dans les services et industrie. Les principaux secteurs identifiés sont le rétablissement du Rwanda comme centre régional de commerce et services, à travers le renforcement de l'utilisation de la technologie de l'information et de la communication (ICT) et l'encouragement au développement du tourisme.

Dans le secteur industriel, il y a des opportunités d'étendre la production des biens de consommation de masse, spécialement les textures.

I.4.4 Le développement des ressources humaines

Le Rwanda importe actuellement des ressources humaines de la région et dispose de faibles capacités humaines. Une amélioration en matière d'éducation est impérative à tous les niveaux.

Des meilleurs soins de santé sont nécessaires pour renverser la tendance à la baisse des indicateurs de santé et pour faire face aux plus grandes causes de mortalité que sont le SIDA et la malaria.

I.4.5 Le développement et la promotion du secteur privé 

Le développement du secteur privé exige une libéralisation plus poussée, la privatisation et le renforcement du partenariat public - privé. Afin de réduire les risques de faire des affaires au Rwanda et d'encourager la formalisation des entreprises informelles existantes, tout le cadre réglementaire des affaires doit être révisé.

I.4.6 L'intégration économique régionale et internationale 

Le Rwanda s'est joint au marché commun de l'Afrique Orientale et Australe (COMESA) avec un délai de mise en place de la zone d'échange libre de trois ans.

Nous sommes engagés à nous joindre à la communauté de l'Afrique de l'Est et exploiter les opportunités offertes par les accords de commerce international, y compris l'organisation Mondiale du Commerce et la récente AGOA (Africa Growth and opportunities Act) aux Etats-Unis.

I.5 GENERALITE SUR LE SECTEUR PRIVE

I.5.1 Définition du secteur privé

Le secteur privé est l'organisation patronale interprofessionnelle qui représente tant les petites et moyennes entreprises que les grandes entreprises41(*). En économie, on parle généralement de secteur privé pour décrire la partie d'une économie où l'État n'intervient pas ou peu. On l'oppose au secteur public qui est principalement dirigé par l'État.

I.5.2. Initiative Privée:

Une initiative privée est une proposition d'action, émanant d'une personne ou d'un groupe de personnes physiques ou morales, en vue d'améliorer le niveau du bien être et ce, quelle que soit la portée de l'amélioration: un seul individu, un groupe d'individus ou une communauté.42(*)

L'initiative privée peut être génératrice de revenu par la création d'emploi et du bien être social en relevant le niveau de vie de la population cible qui doit par ailleurs adhérer à la proposition.

I.5.3 Entrepreneuriat

Le mot entrepreneur signifiait à l'origine, une personne qui entreprend quelque chose. Aujourd'hui, entrepreneur a généralement le sens de créateur d'entreprise43(*). Selon GALENS SPENCER44(*), le mot entrepreneur est définit comme étant un novateur qui réalise de nouvelles combinaisons et fournit ainsi la dynamique du développement économique.

I.6 LES ASPECTS DE LA CREATION D'ENTREPRISE

La création d'une entreprise couvre l'ensemble de différents stades par lesquels passe une idée de projet pour atteindre sa maturité, sa croissance.

Quand on parle de création d'entreprise et en l'occurrence des petites et moyennes entreprises, la notion couvre les étapes par lesquels passe l'entrepreneur : de son idée de projet, à sa réalisation, à sa mise en oeuvre et à son suivi.

Le noyau central sans lequel une création d'entreprise ne pourrait avoir lieu, est l'idée de projet. Cette idée grandit et mûrit lentement avant d'être mise en action.

I.6.1 L'esprit d'entreprenariat

Pour être un entrepreneur, il faut avoir un esprit d'entreprendre. Parmi les contraintes que subissent les petites et moyennes entreprises, certaines pouvaient être évitées si les entrepreneurs possédaient une véritable culture d'esprit d'entreprise. «Il a été constaté que dans la plupart des cas les créateurs ne sont pas formés et sont mal préparés au lancement de leurs entreprises»45(*)

Un entrepreneur doit être dynamique, ambitieux, enthousiaste, persévérant et rigoureux. Il aime le risque parfois non calculé. Il a un niveau élevé d'aspiration et un sens aigu de responsabilité.

I.6.2 La dynamique de la création des PME

Une entreprise est créée lorsqu'une idée de projet d'un entrepreneur se transforme en une réalité concrète, à savoir l'entreprise. La création d'entreprise se rattache le plus souvent à la mise en place et au développement d'une innovation et illustre un certain dynamisme.

I.6.3 Le potentiel entrepreneurial

Si la création d'une entreprise est un processus risqué, tous les entrepreneurs dans leurs comportements visent à éliminer et à réduire les risques. Lorsqu'un entrepreneur décide de créer une entreprise dont il ne connaît même pas l'activité, il peut sembler prendre de gros risques.

Mais, en fait, il n'a pas conscience de prendre des risques extraordinaires. Il faut reconnaître que l'entrepreneur est une personne qui a une grande confiance en lui - même et convaincu qu'au moment où il s'engage dans la création d'une entreprise, qu'il peut gagner mieux. L'entrepreneur est beaucoup plus prudent face aux risques. Cela est aussi une grande potentialité dans ce domaine.

La création d'une entreprise demande une détermination, une motivation, un engagement inconditionnel de l'entrepreneur. L'entrepreneur modèle reste toujours à la recherche d'une réalisation personnelle, « il est motivé, plein d'énergie et de créativité.

Il a confiance en lui et participe entièrement et totalement. Il aime les risques modérés et veut être indépendant et autonome».46(*)

I.6.4 Créer une entreprise pour assouvir une passion

Lorsque la création d'une entreprise répond au besoin d'assouvir une passion, l'entrepreneur développe une relation affective avec son entreprise et se confond avec elle. Ce type d'entrepreneur a tendance à rester fermement attaché à l'entreprise quels que soient les événements parce qu'elle représente toute sa vie. La croissance de l'entreprise dépend essentiellement de l'autofinancement.

Mais, il arrive que l'entrepreneur ouvre le champ à d'autres investisseurs mais il tient préserver son espace de créativité personnelle.

I.6.5 Créer une entreprise pour assouvir un besoin d'autonomie

Dans ce type de situation, l'entreprise est un moyen et non pas une fin. L'entrepreneur ne confond pas son destin avec telle ou telle activité. L'énergie de l'entrepreneur n'est pas fournie par une passion pour un métier précis mais par une volonté farouche d'autonomie. La conséquence pour l'entreprise est que l'entrepreneur n'accepte pas de partager le contrôle. Quand l'entreprise n'est plus viable, l'entrepreneur préfère la céder pour développer autre chose plutôt que d'en partager le contrôle.

I.6.6 Créer une entreprise pour assouvir un désir de puissance

Pour l'entrepreneur qui est animé par un désir de puissance, il est difficile de le dissocier de son entreprise. Le besoin de gouverner une grande organisation et la peur du vide autour de soi amène l'entrepreneur à s'accrocher fermement à son entreprise qui constitue toute son identité. Il n'accepte jamais de céder son entreprise, il ne peut la quitter que lorsqu'il en est contraint.

I.6.7 Créer une entreprise pour faire fortune

Dans ce genre de situation, l'objectif de l'entrepreneur est de constituer un gros patrimoine. Il cherche un métier où il peut aller vite et n'hésite pas à s'associer avec un grand groupe pour aller encore plus vite.

L'énergie de l'entrepreneur ne découle ni de la passion pour un métier, ni par le désir d'autonomie mais par l'argent. C'est le cas où il est plus facile de dissocier l'entreprise de son fondateur.

I.6.8 Créer une entreprise parce que l'on n'a pas d'autre choix

Ici, l'entrepreneur n'a pas le choix entre une activité salariée et la création d'entreprise. Il ne peut que s'installer à son compte pour gagner sa vie. La peur de l'échec et des difficultés matérielles qui pourraient en découler, fournit à l'entrepreneur l'énergie nécessaire.

CHAPITRE II. LA FRSP/BPC ET LE FINANCEMENT DES PROJETS

II.1 PRESENTATION DE LA FRSP/BPC

II.1.1 Présentation de la FRSP47(*)

Historique : La Fédération Rwandaise du Secteur Privé (FRSP) a été créée en décembre 1999, en remplaçant l'ancienne Chambre de Commerce et de l'Industrie du Rwanda. C'est une organisation sans but lucratif, dont l'objectif est de promouvoir le secteur privé, et d'en défendre les intérêts.

Identité :

Physique : L'office social de la FRSP se situe à Kimuhurura, district de Gasabo dans la ville de Kigali, dans l'immeuble « AKABINDI » il exerce ses activités sur toute l'étendue de la République Rwandaise.

Juridique : L'arrêté Ministériel No03/MINICOM/2002 porte à la certification d'agrément provisoire de la FRSP et la loi No51/2001 du 30/12/2001 porte code du travail spécialement ses articles 143 à 151 relatif aux organisations professionnelles.

Mission : La mission de la FRSP est d'offrir des services de développement des affaires, la plaidoirie et la représentation des entrepreneurs Rwandais, développer le secteur privé Rwandais et de lui faire le moteur de la croissance économique.

Vision : La vision de la FRSP est que ses membres se comportent, en tant qu'entreprises, comme des bons citoyens et des partenaires crédibles pour atteindre le but qu'ils ont en commun avec le gouvernement, qui est de faire du secteur privé le moteur de la croissance économique et de la lutte contre la pauvreté.

Stratégie : La FRSP doit déterminer quelles sont les constituantes qu'elle doit servir, et comment les servir en fournissant des services de développement du business.

Priorités :

- Renforcer les entreprises privées au Rwanda ;

- Renforcer les ressources humaines du secteur privé ;

- Faire la plaidoirie du secteur privé dans le partenariat avec le secteur public ;

- Faciliter le financement durable au secteur privé ;

- Développer des associations membres dynamiques ;

- Augmenter l'efficacité du secteur privé par le biais de la communication ;

- Assurer l'arbitrage en cas de disputes et l'assistance dans la résolution des problèmes d'affaires.

- Soutenir l'esprit d'entreprise par la concurrence de plan d'affaires et les programmes naissants des marchés.

II.1.1.2 Services

Services de Développement des affaires (BDS)

La FRSP établit actuellement des centres des services de développement des affaires (BDS) dans chacune des quatre provinces. A Kigali, ces services sont assurés par CAPMER (Centre d'Appui aux Petites et Moyennes Entreprises). Les centres de BDS visent de petites et moyennes entreprises, et visent à fournir des services complets, c-à-d. toute sorte d'assistance qu'une entreprise (ou l'entrepreneur) pourrait avoir besoin. Ceci inclut la formation, l'information sur des marchés et des prix, l'aide dans l'accès au financement, la gestion de réseau, l'information sur des conseillers, etc.

II.1.1.3 Objectifs de la FRSP

- Défendre les intérêts du secteur privé ;

- Dialoguer avec le gouvernement sur des sujets liés à l'amélioration des affaires par le forum économique d'association ;

- Promotion et développement d'affaires.

II.1.1.4 Activités Principales pour 2006

- Appui continu aux PME à travers un réseau national de BDS (Business Development Services / services de développement du business) ;

- Augmenter les capacités du secteur privé ;

- Mobiliser des investissements privés dans le secteur de l'énergie ;

- Plaidoirie du secteur privé vis-à-vis du secteur public ;

- Trouver des solutions aux principaux problèmes d'affaires ;

- Construction d'un centre d'exposition ;

- Appuyer l'esprit d'entreprise à travers une compétition de plans d'affaires et des programmes des marchés émergents.

II.1.1.5 Comment devenir membre ?

- Toute association professionnelle sectorielle ou provinciale du Rwanda peut devenir membre de la Fédération. Les conditions à remplir sont les suivantes :

- Etre enregistré au Rwanda avec leurs statuts ;

- Présentation d'une lettre exprimant le voeu du Conseil d'Administration pour adhérer à la Fédération ;

- Remplir le formulaire de demande ; à obtenir auprès du secrétariat de la FRSP ;

- Payer la cotisation annuelle.

II.1.1.6 Les Chambres

Suivant la nouvelle structure de la FRSP, approuvée en 2006, 9 chambres professionnelles sont créées :

- Chambre d'Agriculture et d'Elevage

- Agriculteurs

- Coopératives d'éleveurs

- Producteurs agricoles

- Chambre de Commerce

- Importateurs

- Exportateurs

- Transporteurs

- Grossistes et détaillants

- Chambre de Services Financiers

- Banquiers

- Assureurs

- Institutions de micro finance

- Chambre de Tourisme

- Hôtels et restaurants

- Agences de voyage

- Tour opérateurs

- Chambre des Femmes Entrepreneurs

- Femmes Entrepreneurs

- Chambre des Fabricants

- Entrepreneurs en construction

- Mineurs

- Industries

- Chambre de Métiers

- Producteurs d'artisanat

- Mécaniciens

- Chambre de Jeunes Entrepreneurs

- Jeunes entrepreneurs

- Chambre des Professions Libérales

- Comptables

- Avocats

- Agences de dédouanement

Tableau 3: Chambres professionnelles de la FRSP


Source : Dépliant de la FRSP, 2006

II.1.2 Présentation du programme de BPC48(*)

Business Plan Competition BPC en sigle ou Concours des Plans d'Affaires ou encore Entrepreneurs Market Place, est une initiative de la FRSP en collaboration avec ses partenaires visant à financer des entreprises naissantes ou existantes à travers un concours des plans d'affaires (BPC) oeuvrant sur toute l'étendue du Rwanda.

L'EM du Rwanda est basé sur le succès du Development Market Place, programme de la Banque Mondiale et est le premier programme de ce genre au Rwanda offrant un financement ainsi qu'appui technique à des entrepreneurs promoteurs à travers un processus compétitif.

La FRSP voudrait promouvoir et professionnaliser l'entreprenariat au Rwanda en offrant des financements ainsi qu'un appui aux PME au Rwanda.

Le BPC s'intéresse aux entreprises nouvelles et existantes au Rwanda et essaie de faire d'elles des modèles de succès afin de montrer tous les avantages liés à l'entreprenariat et la gestion d'une affaire promotrice.

La première Compétition de BPC qui a eu lieu au Rwanda en 2004 a enregistré 423 projets, parmi lesquels les 10 premiers ont été financés et la seconde compétition a eu lieu en 2006, a enregistré 580 projets dont 22 ont été retenus pour le financement.

II.1.2.1 Objectifs de l' EM- BPC

- Stimuler et promouvoir des entrepreneurs du développement au Rwanda, en encourageant de nouvelles activités ainsi que celles existantes afin de préparer des projets viables pouvant attirer des financements extérieurs ;

- Renforcer les aptitudes des entrepreneurs afin de les aider à gérer efficacement leurs affaires ;

- Développer un esprit de réseautage et échange des connaissances, aptitudes et expérience entres les entrepreneurs ;

- Travailler avec les banques commerciales du Rwanda afin de financer les entrepreneurs promoteurs et leurs idées d'affaires.

II.1.2.2 Mission de EM-BPC

- Promouvoir les entrepreneurs, chercher les sponsors pour financer et soutenir les PME à travers les concours des Plans d'Affaires ;

- Encourager les entreprises nouvelles à préparer les plans d'affaires viables attirant les investisseurs tant à l'intérieur qu'à extérieur du pays;

- Renforcer les capacités des entrepreneurs de gérer leurs projets efficacement ;

- Mettre en contact les entrepreneurs avec les bailleurs de fonds ou les banques.

II.1.2.3 Secteurs Eligibles :

Tous les secteurs sont éligibles lorsqu'ils remplissent les conditions suivantes :

- Profitabilité pouvant être démontrée endéans 3 ans ;

- Innovation : dans les produits, dans les services, ou dans la façon dont ils sont offerts

- Durabilité de l'entreprise ;

- Compétitivité de l'affaire ;

- Besoin évident de la part des clients.

I.2 L'EVEIL DE L'ESPRIT D'ENTREPRENARIAT PAR LA FRSP/BPC

Le talent entrepreneurial existe chez beaucoup des Rwandais et il peut être développé, mais ils manquent d'appui pour créer, développer, passer de l'informel au formel. En effet, des contraintes économiques (absence d'accès au crédit, manque de conseils et de formation) et sociologiques (inexistence ou absence d'organisations professionnelles efficaces et représentatives) empêchent l'expression de ce potentiel important.

La compétition des plans d'affaires fait appel à toute la population sans distinction aucune, lors de la sensibilisation de la population sur la compétition. BPC demande aux Rwandais de penser au business approprié à leur milieu et de formuler les idées sous forme de business plan afin de le soumettre à la compétition. Cependant FRSP/BPC explique que même lorsque le projet ne gagne pas, le concepteur peut avoir un autre financement qui n'est pas celle de BPC. Ce jeu d'examens de business plan éveille l'esprit de nombreux Rwandais à entreprendre des activités ; pour commencer directement, la FRSP/BPC lui trouve ces moyens lorsque le projet remplit les conditions énoncées précédemment.

II.2.1 Renforcement des capacités des gestionnaires des projets

Etant donné que la vision de BPC est de :

- Promouvoir l'entreprenariat, chercher les sponsors pour financer et soutenir les PME à travers les concours des Plans d'Affaires ;

- Encourager les entreprises nouvelles de préparer les plans d'affaires viables attirant les investisseurs aussi bien internes qu'externes;

- Renforcer les capacités des entrepreneurs de gérer leurs projets efficacement ;

Le programme de BPC a formé jusqu'aujourd'hui les promoteurs de 70 projets dont 30 formés en 2004 et 40 de la compétition de 2006. Parmi les 40 projets sélectionnés il y a 11 projets provenant de le province de l'Est, 14 de la Maire de Kigali, 4 du Nord, 3 de l'Ouest et 8 projets du province du Sud.

Graphique 1: Localisation des projets

Source: BPC Annual report 2006

La formation destinée aux promoteurs des projets est dispensée sans distinction à tous les secteurs d'activité : élevage 6 projets, environnement 3 projets, éducation 1 projet, autres industries 2 projets, exportation en agriculture 10 projets, non exportation en agriculture 4 projets, santé 1 projet, technologie de l'information 5 projets, tourisme 2 projets.

Graphique 2: Secteurs d'activité formée en 2006

Source : BPC annual report 2006

A propos de l'expérience des projets bénéficiaires de formation, 12 projets existants ont reçus une formation de gestion et élaboration de plan d'affaires, tandis que 28 sont nouvelles, c'est dans le cadre d'encourager et renforcer les capacités des nouveaux entrepreneurs.

Graphique 3: L'ancienneté des projets formés

Source: BPC Annual report 2006

Les projets financés par BPC apportent une forte contribution à la création d'emploi car elle a contribué à la création de plus de 1000 emplois permanents selon les diverses structures organisationnelle des projets bénéficiaires de financement.

II.3 FINANCEMENT DES PROJETS GENERATEURS DES REVENUS PAR LA FRSP/BPC (2004-2006)

La FRSP comme le moteur de la croissance économique du pays, a constaté que les rwandais ont des idées d'affaires mais le problème de financement est un handicape majeur de mettre en pratique leurs idées (affaires),

Dans le système bancaire africain, les banques de développement spécialisées dans l'octroi de crédits à moyen et à long terme sont presque inexistantes. Signalons qu'au Rwanda il n'y a que la BRD. Les banques commerciales sont les seuls organismes financiers à la disposition des acteurs économiques, mais par prudence ces banques exigent des garanties matérielles importantes pour financer les opérateurs économiques, ce qui exclut les jeunes entreprises naissantes ou existantes.

Partant de ces problèmes de financement que les PME rencontrent, la Fédération Rwandaise du Secteur Privé n'a pas croisé les bras ; il a essayé de contacter les bailleurs des fonds, malheureusement seule la Banque Mondiale a répondu à sa demande avec un montant qui ne permet pas à la FRSP/BPC de financer tous les projets (PME) qui sont dans le besoin.

C'est pourquoi, la transparence dans le choix des projets à financer en priorité a fait penser à la compétition ; ainsi celui alors qui a besoin de financement auprès de la FRSP doit se montrer d'abord compétent. Le programme chargé de l'organisation et du suivi des compétitions des plans d'affaires a vu le jour sous le nom de Rwanda Business Plan Competition (BPC).

Signalons que durant la période de 2004-2006, la FRSP/BPC a financé 32 projets générateurs des revenus avec un financement total de 640,000US$, en plus de la formation dispensée aux promoteurs et gestionnaires de 70 projets.

II.3.1 Les activités opérationnelles de la FRSP/BPC

La FRSP voudrait promouvoir et professionnaliser l'entreprenariat. En collaboration avec la Banque Mondiale par le biais du projet Competitiveness and Development enterprise project (CEDP), la FRSP voudrait promouvoir et professionnaliser l'entreprenariat au Rwanda en offrant des financements et appui aux PME au Rwanda.

Le BPC s'occupe des entreprises nouvelles et existantes au Rwanda et cherche à faire d'elles des modèles de succès afin de montrer tous les avantages liés à l'entreprenariat. La première Compétition a eu lieu au Rwanda en 2004 avec 10 projets qui ont gagné avec un prix de 20.000 US$ chacun; la seconde compétition a eu lieu en 2006 et les 22 premiers projets ont bénéficié aussi d'un prix de 20.000 US$ pour chaque projet ; le prix pour chaque compétition est subdivisé en deux parties à savoir :

Assistance financière : La première partie de la récompense, est la partie financière est d'un montant total de 10.000 US$, ce montant est déposé dans la banque partenaire (BRD) de la FRSP/BPC comme garantie d'argent comptant contre laquelle le promoteur pourra emprunter et investir dans son entreprise. Le montant à emprunter peut être plus important, tout dépend de la politique de crédit de la banque partenaire.

Lorsqu'un entrepreneur rembourse son crédit, cette partie financière lui est remise comme contribution au capital de ses activités.

Cette procédure a été choisie suite à un incident d'un soi-disant promoteur qui a reçu de l'argent pour financer un projet mais après la réception, l'individu l'a utilisé à d'autres affaires personnelles contraires au projet présenté. Pour éviter que pareil cas n'arrive, la FRSP/BPC a préféré passer par une banque spécialisée pour assurer le suivi et l'évaluation des projets financés.

Assistance Technique : La deuxième partie de 10.000US$ aussi consacrée à l'assistance technique qui vise à renforcer les aptitudes pouvant aider dans la durabilité de l'entreprise. Ce montant est donné sous forme des coupons que le promoteur peut utiliser pour obtenir l'assistance technique en comptabilité, en gestion de systèmes informatiques, en formation en marketing, bref l'assistance technique en activités de promotion commerciale. Le coupon peut aussi faciliter le gagnant à entreprendre des activités des recherches relatives au développement de son projet.

II.4 PROJETS GENERATEURS DES REVENUS FINANCES PAR LA FRSP/BPC (2004-2006)

La compétition des plans d'affaires au Rwanda a commencé en février 2004, la sensibilisation a été effectuée au niveau des provinces et a récolté 423 candidats (projets) qui avaient besoin de financement, mais cette année la FRSP/BPC a pu financer 10 projets, la deuxième compétition (BPC 2006) a financé 8 projets, plus 24 autres en cours de financement au niveau de la BRD.

II.4.1 Description des projets retenus et financés dans la compétition de 200449(*)

II.4.1.1 Les projets orientés vers le secteur « Exportations »

- GAHAYA LINKS LIMITED

L'idée de ce projet est la promotion de toutes sortes de vannerie surtout celle de corbeille (AGASEKE) ainsi que l'amélioration de vie des femmes professionnelles de la vannerie vivant en milieu rural.

Le projet GAHAYA Links est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Kicukiro, dans le secteur Niboye, ses activités ont commencé en septembre 2005 et il opère dans tous les districts du pays.

Objectifs du projet :

- Acheter et revendre les produits de vannerie (Agaseke) ;

- Faciliter les femmes à participer dans des séminaires, foires ou expositions, dans le but de chercher un marché local ou international ;

- Encourager les femmes rurales à se regrouper dans des Coopératives ou Associations;

- Proposer un nouveau style d'Agaseke ;

- Faciliter aux femmes rurales l'accès à la formation pour développer leurs connaissances ;

- Développer un réseautage entre les femmes artistes, échanger les idées sur le rôle de la femme dans le développement du pays ;

- Promouvoir à travers le tourisme les produits de vannerie surtout « AGASEKE».

Ce projet a sollicité un montant de 30.000 US$ mais a bénéficié d'un financement de 20,000$ auprès de la FRSP/BPC dont 10,000$ pour l'assistance financière et 10,000$ pour l'assistance technique.

II.4.1.2 Les projets orientés dans le secteur « Environnement »

- Coopérative pour la Protection de l'Environnement et Développement (COOPED)

Ce projet a été créé pour assurer un environnement salubre par l'offre des services et produits d'assainissement professionnel ainsi qu'une installation d'une unité de recyclage des déchets plastiques pour la production des granulées et des produits recyclés.

Le projet COOPED est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Nyarugenge, dans le secteur Muhima, ses activités ont commencé en Mars 2005, il est opérationnel dans tous les districts de la ville de Kigali.

Objectifs principaux

- Assainissement et protection de l'environnement

- Valorisation des déchets par le recyclage

- Création d'emploi aux jeunes et femmes en chômage et contribuer ainsi à l'amélioration de leurs conditions de vie

- Assistance technique et aux autres associations oeuvrant pour l'environnement

Ce projet a sollicité un montant de 53.000 US$ mais a bénéficié un financement de 20,000$ auprès de la FRSP/BPC dont 10,000$ pour l'assistance financière et 10,000$ pour l'assistance technique.

- ENVIROTEC

La mission de ce projet est la production de l'énergie électrique dans le but de la protection de l'environnement. Le projet ENVIROTEC est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Nyarugenge, ses activités ont commencé en novembre 2005.

Objectifs du projet :

- Production de l'énergie à partir des déchets (Biogaz, et énergie solaire) ;

- Développement et protection de l'environnement ;

- Satisfaire en energie le marché local.

Ce projet a sollicité un montant de23.000 US$ mais n'a pas de terrain d'exploitation du projet, jusqu'aujourd'hui ce projet n'a pas encore commencé mais les négociations sont en cours au niveau de la BRD (Banque partenaire de la FRSP/BPC).

- BUTARE CLEANERS COMPANY (BCC)

Ce projet a pour but d'assurer un environnement salubre par l'offre des services de nettoyage dans la ville de Butare.

Le projet Butare cleaners company est installé dans la province du Sud, district de Huye, dans le secteur de Ngoma, mais ses opérations couvrent toute la ville de Butare ; ses activités ont commencé en Mai 2005,

Objectifs du projet :

- Au point de vue santé : éliminer de la ville des buissons, des étangs, des dépôts des déchets de toutes sortes lesquels développent les moustiques, les bactéries diverses qui sont à l'origine de beaucoup des maladies comme le paludisme, la dysenterie la diarrhée, les vomissements, etc.

- Au point de vue « environnement », B.C.C, va créer un entourage immédiat sain, beau, récréatif et plaisant.

Le but de ce projet, est de vendre le service de ramassage des déchets des ménages, hôtels, restaurants, bars etc., qui va nécessairement avec le nettoyage des lieux et bureaux publics des institutions, écoles et autres entreprises privées.

Ce projet a sollicité un montant de 19..000 US$, mais a bénéficié d'un financement de 20,000$ auprès de la FRSP/BPC dont 10,000$ pour l'assistance financière et 10,000$ pour l'assistance technique.

II.4.1.3 Les projets orientés dans secteur «Technologie de Transformation»

- PROJET DE FABRICATION DE VIN

La mission de ce projet est la fabrication du vin : Sabana, Inkangaza, Wibabara, Musanze, et Tarama à partir du sorgho, de la banane et du miel.

Le projet de fabrication du vin est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Gasabo, dans le secteur Masoro, ses activités ont commencé en Avril 2005.

Objectifs du projet :

- Répondre à l'idée innovatrice du chef de l'Etat Rwandais qui nous a demandé de faire des essais de production du vin à partir du sorgho, de la banane et du miel;

- Lutter contre la pauvreté ;

- Création de l'emploi et lutter contre l'oisiveté ;

- Participer à la créativité de la femme rurale ;

- Valorisation et promotion du sorgho et de la banane de l'agriculteur Rwandais ;

- Améliorer la qualité du vin de sorgho et faciliter sa conservation pendant plusieurs jours ;

- Concurrencer les vins importés aux prix exorbitants.

Ce projet a sollicité un montant de 21.000 US$ mais a bénéficié d'un financement de 20,000$ auprès de la FRSP/BPC dont 10,000$ pour l'assistance financière et 10,000$ pour l'assistance technique.

- RWANDA RECYCLING COMPANY SARL

La mission de ce projet est le recyclage des papiers et cartouches d'imprimante laser à jet d'encre déjà utilisé. Le projet de Rwanda recycling company est installé dans la mairie de la ville de kigali, district de Nyarugenge, ses activités ont commencé en novembre 2005.

Objectifs du Projet :

- Collection et recyclage des papiers et cartouches d'imprimantes ;

- Collection et recyclage des déchets des bureaux pour en sortir de nouveaux produits de qualité au meilleur prix.

- Protection de l'environnement contre la saleté.

- Création de l'emploi à la population avoisinant ses bureaux ;

Ce projet a sollicité un montant de 20.500 US$ mais a bénéficié d'un financement de 20,000$ auprès de la FRSP/BPC dont 10,000$ pour l'assistance financière et 10,000$ pour l'assistance technique.

II.4.1.4 Les projets orientés vers le secteur « Elevage »

- APICOLE ISOOKO

L'idée de ce projet vise la création d'une activité lucrative consistant en exploitation et augmentation de la production du miel. Ce projet est installé dans la province de l'Ouest, district d'Impala, Il a commencé ses activités en Juillet 2005.

- Objectifs du projet :

- Augmentation de la production apicole ;

- Valorisation du métier de l'apiculture ;

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

- Création d'une petite industrie de transformation ;

Ce projet a sollicité un montant de 20.500 US$ mais a bénéficié d'un financement de 20,000$ auprès de la FRSP/BPC dont 10,000$ pour l'assistance financière et 10,000$ pour l'assistance technique.

- UNIQUE FARM

Ce projet a pour mission l'élevage des chèvres productrices de viande, dans le but d'améliorer la nutrition de la population rurale. Ce projet est installé dans la province de l'Est, dans le district de Rukumberi.

Objectifs du projet:

- Générer des revenus ;

- Créer l'emploi dans le milieu rural ;

- Production du fumier organique;

- Production de la viande de chèvres ;

Ce projet a sollicité un montant de23.000 US$ mais n'a pas de terrain d'exploitation du projet, Jusqu'aujourd'hui ce projet n'a pas encore commencé mais les négociation sont en cours au niveau de la BRD (Banque partenaire de la FRSP/BPC).

- CITIZENS COMPANY SARL

Le but de ce projet est l'élevage des taureaux producteurs des viandes dans l'ex-province d'Umutara.

Objectifs du projet:

- Equilibrer l'offre et la demande de viande sur le marché national ;

- Création de l'emploi à la population locale ;

- Contribuer à l'amélioration de la production agricole de la région;

- Production du fumier aux agriculteurs de la province.

- Générer le revenu au promoteur et à la population avoisine. 

Ce projet a sollicité un montant de 22.000 US$ mais n'a pas le terrain d'exploitation du projet, jusqu'aujourd'hui ce projet n'a pas encore commencé mais les négociations sont en cours au niveau de la BRD (Banque partenaire de la FRSP/BPC).

II.4.1.5 Les projets orientés dans le secteur « Autres industries»

- INTERNATIONAL MARBLE OF RWANDA

La mission de ce projet est la fabrication des appareils sanitaires et leurs accessoires en marbre artificiel. Ce projet est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Gasabo, dans le secteur Kacyiru, ses activités ont commencé en Janvier 2006.

Objectifs du projet:

- Mettre sur pied une unité de fabrication des appareils sanitaires (Lavabos, baignoires et bacs de douche),

- Fabrication des panneaux pour murs et des dessous de table

- Fabrication des appareils sanitaires en marbre artificiel ainsi que leurs accessoires.

Le projet International Marble of Rwanda a sollicité un montant de 38.000 US$ mais a bénéficié d'un financement de 20,000$ auprès de la FRSP/BPC dont 10,000$ pour l'assistance financière et 10,000$ pour l'assistance technique.

II.4.2 Description des projets retenus et financés dans la compétition de 200650(*)

La deuxième compétition des plans d'affaires au Rwanda a eu lieu au mois de février 2006, la sensibilisation a été effectuée au niveau des districts et a récolté 580 candidats (projets) qui avaient besoin de financement, mais en cette année la FRSP/BPC a retenu 22 projets seulement pour financement.

II.4.2.1 Les projets orientés vers le secteur « Exportation en Agriculture»

- Projet de culture des champignons pleurotes

L'idée de ce projet est de produire la semence (blanc de semi) en vue de la vendre et la distribuer à ceux qui désirent la cultiver et également pour produire les pleurotes à vendre dans les hôtels de notre pays et aussi les mettre sur le marché d'exportation. Ce projet est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Nyarugenge.

- Objectifs du projet :

- Lutter contre la maladie de Kwashiorkor.

- Multiplication et vente de semence (blanc de semi) des champignons ;

- Equilibrer l'offre et la demande des champignons sur le marché ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 23.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Projet « APODER GANIRA »

L'idée de ce projet a pour but le traitement et la transformation de canne à sucre dans la farine pour faire le sucre, à employer dans les boulangeries, amidon pour entretien des habits. Ce projet est installé dans la province du Sud, district de Nyamagabe.

Objectifs du projet:

- Transformation des cannes en fécule pour faire du sucre;

- Transformation des cannes en farine pour gâteaux ;

- Transformation des cannes en amidon ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 20.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Projet HORTEZOR (Horticulture et Zootechnie)

L'idée de ce projet est de rentabiliser l'activité agricole par la modernisation des techniques et les espèces agricoles et animales, qui sont les fleurs, poivres, les poissons et les volailles. Ce projet est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Nyarugenge.

Objectifs du projet :

- Promotion et valorisation de l'horticulture ;

- Rentabilisation des activités agricoles ;

- Equilibrer l'offre et la demande des produits agricoles de l'horticulture ;

- Exportation des produits horticulture sur le marché international.

Le projet HORTEZOR est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 22.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Projet de vente des plantes MACADAMIA

La mission de ce projet produire les plantes de macadamia, ternifolia et noix de cacao, après des essais réalisés entre 1984 et 1986, ainsi qui produire de la margarine et du chocolat Made in Rwanda. Ce projet est installé dans la province de l'Est, district de Nyagatare.

Objectifs du projet :

- production et vente des plantes de MACADAMIA, Ternifolia, et noix de cacao ;

- Production de l'huile de Macadamia ;

- Production de margarine et du Chocolat (c'est un projet à venir) ;

- Exportation des plantes et autres produits de Macadamia.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 20.450 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Projet de promotion de Patchouli

La mission de ce projet est la production des feuilles de patchouli et les transformer en parfums. Ce projet est installé dans la Mairie de la ville de Kigali, dans le district de Nyarugenge.

Objectifs du projet :

- Production des plantes de Patchouli ;

- Production de Parfums ;

- Mettre le produit de patchouli sur le marché régional et international.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 21.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

ADAM's EDEN GADEN Project

Ce projet vise à produire des fraises (INKERI), et la fabrication du jus de fraise pour les vendre sur le marché local et international. Ce projet est installé dans la province de l'Est, dans le district de Rwamagana.

Objectifs du projet :

- Production et vente d'une grande quantité des fraises ;

- Fabrication du jus de fraise ;

- Fabrication de aliments pour bébés ;

- Promotion des petites industries de fabrication de jus de fraise et d'aliment pour bébés.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 23.000 US$,mais le processus de financement est en cours de la BRD.

II.4.2.2 Les projets orientés vers le secteur «Technologie de l'information (ICT)»

- ICT CENTER IN RURAL AREA PROJECT

L'idée de ce projet est d'installer un centre d'information dans le milieu rural

«e-business in the rural area». Ce projet est installé dans la province de l'Ouest, dans le district de Rusizi.

Objectifs du projet:

- Installer un centre de télécommunication ;

- Faciliter les commerçants à accéder aux informations d'affaires ;

- Publier les activités des femmes rurales sur l'Internet ;

- Former la population rurale sur la technologie de l'information ;

- Vente des accessoires et supports des ordinateurs ;

- Exploitation de l'Internet café.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 27.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Express computer services Project

L'idée de ce projet est de développer les services d'informatique, comme la formation en informatique, Internet, production des vidéos, dans la région de l'Est. Ce projet est installé dans le district de Kayonza.

Objectifs du projet :

- Dispenser les formations en informatique sur la population de l'Est ;

- Faciliter aux touristes (visiteurs du parc de l'Akagera) et la population de Kayonza l'accès sur l'Internet ;

- Faciliter les commerçants à accéder aux informations en rapport avec leurs affaires;

- Publier les activités, et faire connaître la province de l'Est à travers l'Internet ;

- Vente des accessoires et supports des ordinateurs ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 28.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- MARABANET Project

L'idée de ce projet et de mettre en place un «Community Teleservices center» et fournir tous les services de communauté en même temps qu'il génère des revenus pour le centre Rwanda rw'ubu qui abrite des enfants vulnérables. Ce projet est installé dans la province du Sud, précisément dans le district de HUYE.

Objectifs du projet :

- Création de l'emploi aux enfants vulnérable abrite par Rwanda r'ubu ;

- Former la population du sud sur la technologie de l'information ;

- Vente des accessoires et supports (CD, Ordinateurs, et flash disk) ;

- Exploitation de l'Internet café.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 30.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- TECHNO PARK Project

Le projet TECHNO PARK envisage essentiellement vendre des services en matière de la technologie de l'information plus spécifiquement des réseaux. Ce projet est installé dans la province du Sud, dans le district de NYANZA.

Objectifs du projet :

- Formation en informatique ;

- Vente de services de maintenance des ordinateurs

- Vente de services de gestion des réseaux ;

- Création des sites web dynamiques ;

- Promotion de la région du sud en matière de la technologie de l'information.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 25.500 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

II.4.2.3 Les projets orientés dans le secteur « Agriculture»

SUGIRA AGROBUSINESS Project

L'idée de ce projet est la production de la farine de maïs. Ce projet est installé dans la province de l'Est, district de Nyagatare.

Objectifs du projet :

- Promotion de l'agriculture de maïs ;

- Initier à la population l'habitude de stockage (saison de moissonnage) ;

- Collection du maïs moissonné et le revendre pendent la période de pénurie ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 20.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Projet de SEMESELE

L'idée de ce projet est de mettre en place une entreprise qui a pour but de faire les semences sélectionnés des légumes. Ce projet est installé dans la Mairie de la ville Kigali, district de Gasabo.

Objectifs du projet :

- Multiplication des semences sélectionnées ;

- Amélioration des plantules légumineuses ;

- Vendre les semences sélectionnées a prix bas ;

- Limiter l'importation des semences sélectionnées.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 16.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Projet de Production des Champignons Comestibles

La mission de ce projet est la production des champignons comestibles dans le but de réduire les maladies causées par la malnutrition. Ce projet est installé dans la Province du Sud, dans le district de HUYE.

Objectifs du projet :

- Production en grande quantité des champignons comestibles ;

- Equilibrer l'offre et la demande des champignons sur le marché ;

- Lutter contre les maladies de Kwashiorkor.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 21.700 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

II.4.2.4 Les projets orientés vers le secteur «Elevage»

- Projet « APICULTURE RYOHERWA »

L'idée de ce projet est de produire du miel naturel, qui est utilisé aujourd'hui comme nourriture ou médicament de plusieurs maladies des enfants. Ce projet est installé dans la province de l'Est dans le district de Rwamagana.

Objectifs du projet :

- Augmentation de la production apicole ;

- Transformation du miel en vue de l'obtention des produits de meilleure qualité ;

- Valorisation du métier de l'apiculture ;

- Création d'une petite industrie de transformation ;

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 23.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Installation of Hatchery Project

Ce projet a pour but d'installer un établissement d'incubation selon les normes standards et techniques modernes afin de produire et vendre les poussins et poulets de chair. Ce projet est installé dans la Mairie de la ville de Kigali, dans le district de Kicukiro.

Objectifs du projet :

- Installation d'un établissement d'incubation ;

- Production et vente des poussins et poule de chair ;

- Production des oeufs ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 22.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Projet «Rucher Biologique»

L'idée de ce projet est l'implantation d'un rucher biologique et d'une transformation du miel de façon moderne. Ce projet est installé dans la Mairie de la ville de Kigali, dans le district de Kicukiro.

Objectifs du projet :

- Apprendre aux apiculteurs les techniques apicoles modernes ;

- Transformation du miel et ses dérivées ;

- Amélioration et valorisation du métier de l'apiculture ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 25.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

II.4.2.5 Les projets orientés vers le secteur « Industrie de Transformation»

- Projet de MINIHUILERIE

L'idée de ce projet est de production de tournesol et soja ainsi que mettre sur pied un mini huilerie pour la production de l'huile. Ce projet est installé dans la province de l'Est, dans le district de Nyagatare.

Objectifs du projet :

- Fabrication de l'huile végétale ;

- Promotion du tournesol ;

- Contribution à la lutte contre la pauvreté en créant des emplois en milieu rural.

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 29.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- Laiterie Fromagerie IKAMBERE

Ce projet envisage le traitement du lait cru et la fabrication de divers produits laitiers destinés au marché local et étranger, surtout des pays voisins. Le projet Fromagerie Ikambere est installé dans la province du Sud, district de Nyanza, dans le secteur de Busasamana, il est opérationnel depuis le moi de Mai 2007.

Objectifs du projet :

- Maximiser la transformation laitière en vue de l'obtention des produits laitiers de qualité irréprochable

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

- Garantir la disponibilité permanente d'apport en protéines animales aux consommateurs visés par ce projet ;

- Contribuer à la satisfaction de la demande en produits laitiers, aujourd'hui très  peu honorée dans notre pays et dans les pays  limitrophes, et cela à un prix  suffisamment  compétitif et relativement  stable ;

- Suivre avec intérêt le développement de la technologie introduite progressivement dans le secteur de la production laitière ;

- Servir de modèle dans la promotion et dans la vulgarisation de la  production   laitière destinée au marché étranger ;

- Contribution à la lutte contre la pauvreté en créant des emplois en milieu rural.

Ce projet a sollicité un montant de 60.000 US$ mais a bénéficié d'un financement de 20.000US$ auprès de la FRSP/BPC dont 10.000US$ pour l'assistance financière et de 10.000US$ pour l'assistance technique.

- Rwanda Scholastic Materials (RSM)

L'idée de ce projet est la production transformation du chaux et la commercialisation des matériels scolaires. Le projet est installé dans la Mairie de la ville de Kigali, district de Nyarugenge.

Objectifs du Projet :

- Exploitation de la chaux,

- Fabrication et commercialisation des craies scolaires ;

- Réduction du taux d'importation des matériels scolaires ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 21.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

- COMECARU

L'idée de ce projet est de valoriser le calcaire qui se trouve en abondance dans la localité de Ruhengeri.

Objectifs du Projet :

- Produire la chaux qu'on peut utiliser dans les activités agricoles et de construction ;

- Produire la chaux qu'on peut utiliser dans le traitement des eaux ;

- Production de la matière première utilisable dans la fabrication des peintures latex

- Fabrication de craies scolaires ;

- Production de matière première dans la fabrication des appareils sanitaires et carreaux ;

- Production des produits désinfectants.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 19.800 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

II.4.2.6 Les projets orientés dans le secteur « Environnement»

- DUKUNDISUKU Project

L'idée de ce projet est enlever quotidiennement les déchets ou ordures ménagères dans les dépotoirs. Ce projet est installé dans la province du Sud, district de Nyanza.

Objectifs du Projet :

- Créer un environnement dépourvu de la saleté ;

- Transformation des déchets ménagère en charbon pour la cuisine ;

- Lutter contre la déforestation ;

- Transformation des déchets ménagère en engrais.

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 23.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

II.4.2.7 Les projets orientés vers le secteur «Autres Exportations»

- BEADS WORK / Handcraft project

L'idée de ce projet est de promouvoir le métier de la vannerie, et styliste des perles, tricotage, style des bâtons stylos avec perles, et d'autres produits artisanaux. Ce projet est installé dans la Mairie de la ville de Kigali, dans le district de Kicukiro.

Objectifs du projet :

- Valorisation du métier de Vannerie ;

- Promotion de la corbeille « AGASEKE »

- Contribution à la lutte contre la pauvreté en créant des emplois en milieu rural.

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

- Affronter le marché international avec les productions de vannerie ;

Ce projet est retenu au niveau de la BPC, il a sollicité un montant de 22.000 US$, mais le processus de financement est en cours de la BRD.

II.4.3 Présentation synthétique des projets financés (2004-2006)

Tableau 4: Présentation des projets financés

Secteur d'activité

Nom du projet

Localisation du projet

Objectifs du projet

Montant sollicité

Financement accordé

Assistance :

Financière Technique

Environnement

COOPED

Mairie de Kigali

Nyarugenge

- Assainissement et protection de l'environnement

- Valorisation des déchets par le recyclage

- Création d'emploi aux jeunes

Assistance technique aux autres associations oeuvrant pour l'environnement

53.000$

10.000$

10.000$

B.C.C

Sud - Huye

Au point de vue Santé :

- éliminer de la ville des Buissons, des étangs, des dépôts des déchets etc.

Au point de vue Environnement :

- créer un entourage immédiat sain, beau, réactif et plaisant

- Vendre le service de ramassage des déchets

19.000$

10.000$

10.000$

Technologie de transformation

Fabrication de Vin

Mairie de Kigali

Gasabo

- Répondre à l'idée d'innovatrice du chef d'Etat rwandais

- Améliorer la qualité du vin de sorgho et de banane

- Concurrencer les vins importés aux prix exorbitants

- Valorisation et promotion du sorgho et de la banane

- Création de l'emploi et lutter contre l'oisiveté

21.000$

10.000$

10.000$

Rwanda Recycling Company

Mairie de Kigali

Nyarugenge

- Collection et recyclage des pappiers et cartouches d'imprimantes

- Protection de l'environnement contre la saleté

- Création de l'emploi à la population avoisinant ses bureaux

21.000$

10.000$

10.000$

Elevage

Apicole Isooko

Ouest

Impala

- Augmentation de la production apicole ;

- Valorisation du métier de l'apiculture ;

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

- Création d'une petite industrie de transformation ;

23.000$

10.000$

10.000$

Autres industries

International Marble of Rwanda

Mairie de Kigali

- Fabrication des appareils sanitaires (Lavabos, baignoires et bacs de douche),

- Fabrication des panneaux pour murs et des dessous de table

- Fabrication des appareils sanitaires en marbre artificiel ainsi que leurs accessoires.

38.000$

10.000$

10.000$

Exportation en Agriculture

Laiterie Fromagerie Ikambere

Sud - Nyanza

- Maximiser la transformation laitière

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

- Garantir la disponibilité permanente d'apport en protéines animales

- Contribuer à la satisfaction de la demande

- Suivre avec intérêt le développement de la technologie

- Servir de modèle dans la promotion et dans la vulgarisation de la  production   laitière destinée au marché étranger ;

- Contribution à la lutte contre la pauvreté en créant des emplois en milieu rural.

60.000$

10.000$

10.000$

Source : Notre enquête, Juin 2007

Graphique 4: projets financés en 2004 et 2006

Source : Notre enquête Juin 2007

Ici on remarque que le secteur « exportation en agriculture» est plus représenté (25%) du total des projets financés, autres industries sui avec 16%, puis élevage et ICT avec 13%. L'impact de ces secteurs sur la croissance économique du pays est important car l'agriculture et la transformation sont considéré comme une condition préalable à la réduction de la pauvreté et doivent s'accomplir à travers des domaines stratégiques déterminés qui offrent un fort potentiel de croissance économique.

Tableau 5: Présentation des projets retenus par FRSP/BPC, mais leurs financements sont en cours

Secteur d'activité

Nom du projet

Localisation du projet

Objectifs du projet

Montant sollicité

Exportation en Agriculture

Exportation en Agriculture

Culture des champignons pleurotes

MVK

Nyarugenge

- Lutter contre la maladie de Kwashiorkor.

- Multiplication et vente de semence (blanc de semi) des champignons ;

- Equilibrer l'offre et la demande des champignons sur le marché ;

23.000 US$

APODER GANIRA

SUD

Nyamagabe

- Transformation des cannes en fécule pour faire du sucre;

- Transformation des cannes en farine pour gâteaux ;

- Transformation des cannes en amidon ;

20.000 US$

HORTEZOR

MVK

Nyarugenge

- Promotion et valorisation de l'horticulture ;

- Rentabilisation des activités agricoles ;

- Equilibrer l'offre et la demande des produits agricoles de l'horticulture ;

- Exportation des produits horticulture sur le marché international.

22.000 US$

Vente de MACADAMIA

EST

Nyagatare

- production et vente des plantes de MACADAMIA, Ternifolia, et noix de cacao ;

- Production de l'huile de Macadamia ;

- Production de margarine et du Chocolat (c'est un projet à venir) ;

- Exportation des plantes et autres produits de Macadamia.

20.450 US$

Exportation en Agriculture

Promotion de Patchouli

MVK

Nyarugenge

- Production des plantes de Patchouli ;

- Production de Parfums ;

- Mettre le produit de patchouli sur le marché régional et international.

21.000 US$

ADAM's EDEN

EST

Rwamagana

- Production et vente d'une grande quantité des fraises ;

- Fabrication du jus de fraise ;

- Fabrication de aliments pour bébés ;

- Promotion des petites industries de fabrication de jus de fraise et d'aliment pour bébés.

23.000 US$

Technologie de l'Information (ICT)

Technologie de l'Information (ICT)

ICT Center in rural area

OUEST

Rusizi

- Installer un centre de télécommunication ;

- Faciliter les commerçants à accéder aux informations d'affaires ;

- Publier les activités des femmes rurales sur l'Internet ;

- Former la population rurale sur la technologie de l'information ;

- Vente des accessoires et supports des ordinateurs ;

- Exploitation de l'Internet café.

27.000 US$

Express Computer Services

EST

Kayonza

Dispenser les formations en informatique sur la population de l'Est ;

- Faciliter aux touristes (visiteurs du parc de l'Akagera) et la population de Kayonza l'accès sur l'Internet ;

- Faciliter les commerçants à accéder aux informations en rapport avec leurs affaires;

- Publier les activités, et faire connaître la province de l'Est à travers l'Internet ;

- Vente des accessoires et supports des ordinateurs ;

28.000 US$

MARABA NET

SUD

HUYE

- Création de l'emploi aux enfants vulnérable abrite par Rwanda r'ubu ;

- Former la population du sud sur la technologie de l'information ;

- Vente des accessoires et supports (CD, Ordinateurs, et flash disk) ;

- Exploitation de l'Internet café.

30.000 US$

Techno Park

SUD

Nyanza

- Formation en informatique ;

- Vente de services de maintenance des ordinateurs

- Vente de services de gestion des réseaux ;

- Création des sites web dynamiques ;

- Promotion de la région du sud en matière de la technologie de l'information.

25.500 US$

Agriculture

SUGIRA Agribusiness

EST

Nyagatare

- Promotion de l'agriculture de maïs ;

- Initier à la population l'habitude de stockage (saison de moissonnage) ;

- Collection du maïs moissonné et le revendre pendent la période de pénurie ;

20.000US$

SEMESELE

MVK

Gasabo

- Multiplication des semences sélectionnées ;

- Amélioration des plantules légumineuses ;

- Vendre les semences sélectionnées a prix bas ;

- Limiter l'importation des semences sélectionnées.

16.000 US$

Production des Champignons

SUD

HUYE

- Production en grande quantité des champignons comestibles ;

- Equilibrer l'offre et la demande des champignons sur le marché ;

- Lutter contre les maladies de Kwashiorkor.

21.700 US$

Elevage

Apiculture Ryoherwa

EST

Rwamagana

- Augmentation de la production apicole ;

- Transformation du miel en vue de l'obtention des produits de meilleure qualité ;

- Valorisation du métier de l'apiculture ;

- Création d'une petite industrie de transformation ;

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

23.000 US$

Installation of Hatchary

MVK

Kicukiro

- Installation d'un établissement d'incubation ;

- Production et vente des poussins et poule de chair ;

- Production des oeufs ;

22.000 US$

Rucher Biologique

MVK

Kicukiro

- Apprendre aux apiculteurs les techniques apicoles modernes ;

- Transformation du miel et ses dérivées ;

- Amélioration et valorisation du métier de l'apiculture ;

25.000 US$

Industrie de Transformation

MINIHUILERIE

EST

Nyagatare

- Fabrication de l'huile végétale ;

- Promotion du tournesol ;

- Contribution à la lutte contre la pauvreté en créant des emplois en milieu rural.

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

29.000 US$

Rwanda Scholastic Materiels(RSM)

MVK

Nyarugenge

- Exploitation de la chaux,

- Fabrication et commercialisation des craies scolaires ;

- Réduction du taux d'importation des matériels scolaires ;

21.000 US$

COMECARU

NORD

MUSANZE

- Produire la chaux qu'on peut utiliser dans les activités agricoles et de construction ;

- Produire la chaux qu'on peut utiliser dans le traitement des eaux ;

- Production de la matière première utilisable dans la fabrication des peintures latex

- Fabrication de craies scolaires ;

- Production de matière première dans la fabrication des appareils sanitaires et carreaux ;

- Production des produits désinfectants.

19.800 US$

Environnement

Dukundisuku

SUD

Nyanza

- Créer un environnement dépourvu de la saleté ;

- Transformation des déchets ménagère en charbon pour la cuisine ;

- Lutter contre la déforestation ;

- Transformation des déchets ménagère en engrais.

23.000 US$

Autres Exportations

Beads work/Handcraft

MVK

Kicukiro

- Valorisation du métier de Vannerie ;

- Promotion de la corbeille « AGASEKE »

- Contribution à la lutte contre la pauvreté en créant des emplois en milieu rural.

- Accroître le revenu financier des familles des associés ;

- Affronter le marché international avec les productions de vannerie ;

22.000 US$

Source : Notre enquête, Juin 2007

Les résultats des points II.2.1, II.3, et II.4 prouvent que la FRSP/BPC éveille l'esprit d'entreprenariat, assiste et finance des projets générateurs des revenus, car la FRSP/BPC a formé 70 promoteurs des projets sur la gestion des projets, ensuite il a financé 8 projets et 24 d'autres sont retenus mais le processus de financement est en cours au niveau de la BRD. Ainsi notre première hypothèse est vérifié et confirmée.

CHAPITRE III. LES PROJETS FINANCES PAR LA FRSP/BPC ET LA REDUCTION DE LA PAUVRETE

Il apparaît dans les affirmations de différents auteurs que la vigueur et l'étendue des projets sont les apports essentiels pour la prospérité économique. Rappelons que la FRSP/BPC a financé jusqu'aujourd'hui, 8 projets : 7 projets pour l'année 2004 et 1 projets pour la compétition de 2006 plus 24 projets retenus mais leurs démarche de financement sont en cours au niveau de la BRD.

III.1 LES REALISATIONS DES PROJETS FINANCES DANS LA REDUCTION DE LA PAUVRETE

Selon les rapports annuels de la FRSP/PBC de 2004 et 2006, nous avons constaté que 7 projets générateurs de revenus ont été financés en 2004, plus 3 retenus au niveau de la FRSP/BPC mais leurs financements sont en cours au niveau de la BRD.

Ces projets participent largement à la rapidité d'industrialisation du pays, elles contribuent à la satisfaction des besoins des différentes couches sociales à revenu faible, à la création d'emplois, contribuent au PIB et concourent à l'accomplissement d'autres objectifs économiques tels que la répartition de revenus, la décentralisation de l'économie, etc. Bien que les chiffres précis d'emplois créés ne soient pas suffisamment connus, mais ces projets sont des véritables créateurs d'emploi (on estime plus de 1000 emplois). Pour ce qui est de la contribution de ce secteur au PIB, l'absence d'indicateurs statistiques et la difficulté de dégager les comptes nationaux ne nous permettent pas de la déterminer. Néanmoins ce secteur contribue significativement aux recettes fiscales nationales.

Selon le Département des petits et moyens contribuables de l'Office Rwandais des Recettes, la contribution du secteur des PME en général, varie entre 30 et 35% des toutes les recettes fiscales nationales.

III.1.1 Les réalisations de chaque projet financé par la FRSP/BPC dans le processus de la réduction de la pauvreté au Rwanda

Rappelons que la FRSP/BPC a retenu pour financement 10 projets dans la compétition de 2004 mais 7 projets seulement sont opérationnels, la BRD n'a pas encore débloqué le financement de 3 autres suite aux dossiers incomplets ou ne remplissent pas des conditions nécessaires exigées par la BRD.

Pour la compétition achevée en 2004, nous allons voir les réalisations de 7 projets, à savoir : le projet de COOPED, Gahaya links, international malbre Rwanda, Fabrication du vin de sorgho, Butare cleaners company, Rwanda recycling company, et le projet Apicole Isooko.

Parmi les 22 projets qui ont gagnés dans la compétition de 2006, seulement le projet Laiterie IKAMBERE est opérationnel, les autres n'ont pas encore commencé parce que la BRD (Banque partenaire de la FRSP/BPC) n'a pas encore terminé l'étude de ces projets.

III.1.1.1 Les réalisations du projet «COOPED» dans la réduction de la pauvreté.

Le projet COOPED est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Nyarugenge, dans le secteur Muhima, mais ses opérations couvrent toute la mairie de Kigali, c'est-à-dire que il est opérationnel dans tous les districts de la ville de Kigali.

COOPED est une coopérative pour la protection de l'environnement et de développement.

La contribution de ce projet dans le processus de la réduction de la pauvreté est remarquable car ce projet :

- a créé 79 emplois dont 59 permanents et 20 temporaires ;

- produit du fumier organique dans le but d'améliorer la récolte agricole ;

- paie de plus de 800 000 frw par mois en termes de TPR ;

- l'amélioration des conditions de vie des membres des familles de ces employés : soit 89x6=534 personnes en moyenne qui vivent grâce à ce projets51(*).

Ce projet rassemble des déchets et les transformes en fumier organique utilisable dans l'agriculture, ses activités ont commencé en Mars 2005, avec un capital de 20.000.000 frw, actuellement il compte le Chiffre d'affaires de 51.000.000 frw,

En plus, les activités de COOPED comme : l'assainissement, et la protection l'environnement (environnement salubre), la valorisation des déchets par recyclage, et l'assistance technique aux autres associations oeuvrant pour l'environnement sont autant des services au développement socio-économique de la collectivité.

III.1.1.2 Les réalisations du projet «INTERNATIONAL MARBLE OF RWANDA » dans la réduction de la pauvreté.

Le projet INTERNATIONAL MARBLE OF RWANDA est installé dans la mairie de la ville de kigali, district de Gasabo, dans le secteur Kacyiru, ses activités ont commencé en Janvier 2006, avec un capital de 15.000.000 frw, actuellement il compte le Chiffre d'affaires de 41.000.000 frw, ses produits sont vendus sur toutes l'étendue du pays et il s'apprête à l'exportation dans l'avenir. Il a créé 21 emplois permanents, en plus, il paie environ de 780.000 frw en termes de TPR.

Ce projet a été créé avec comme mission la fabrication des carreaux, appareils sanitaires et leurs accessoires en marbre artificiel, dans le but de diminution des importations de ces appareils considérés comme matériels nécessaires dans la construction.

III.1.1.3 Les réalisations du projet «BUTARE CLEANERS COMPANY» dans la réduction de la pauvreté.

Le projet Butare cleaners company est installé dans la province du Sud, district de Huye, dans le secteur de Ngoma, mais ses opérations couvrent toute la ville de Butare ; ses activités ont commencé en Mai 2005, avec un capital de 5.800.000 frw, actuellement il compte le Chiffre d'affaires de 12.000.000 frw.

La contribution de BUTARE Cleaners company dans la réduction de la pauvreté au Rwanda, comme le Projet COOPED, ce projet a pour mission d'assurer l'environnement soluble et la transformation des déchets ménagers en fumiers organiques pour lutter contre la dégradation continuelle des sols et la réduction de la production agricole, ce projet a créé plus de 150 emplois, dans la ville de Butare, ce projet contribue au payement de TPR, des impôts ainsi qu'à l'amélioration de la production agricole.

III.1.1.4 Les réalisations du projet «Fabrication du vin» dans la réduction de la pauvreté.

Le projet de fabrication du vin est installé dans la mairie de la ville de kigali, district de Buriza, dans le secteur Masoro, ses activités ont commencé en Avril 2005, avec un capital de 10.400.000 frw, actuellement il compte le Chiffre d'affaires de 24.000.000 frw, ses produits sont vendus sur toute l'étendue du pays et il s'apprête à les exporter dans l'avenir.

Ce projet vise la création d'une industrie de fabrication du vin de sorgho, sa part dans le processus de la réduction de la pauvreté est la création de l'emploi, l'augmentation des revenus des cultivateurs des sorghos et du maïs, comme il commercialise ses produits, il paie les impôts (TPR et taxes sur le bénéfice), il contribue également dans le développement du secteur privé ainsi que le développement rural et la transformation agricole.

Ce projet a créé plus de 30 emplois permanents et d'autres emplois temporaires dans le secteur Masoro, et les salaires qui s'élèvent à 700.000 frw par mois. La conservation et la préparation de cette bière « ikigage » a réduit le taux des maladies causées habituellement par la mauvaise préparation de cette boisson et à initier la population au changement de la culture de partage par la paille traditionnelle qui facilitait souvent la contamination de la tuberculose. Ce projet cherche toujours à améliorer et valoriser la bière traditionnelle (ikigage) consommée par une multitude des Rwandais.

III.1.1.5 Les réalisations du projet «GAHAYA LINKS» dans la réduction de la pauvreté.

Le projet GAHAYA Links est installé dans la mairie de la ville de kigali, district de Kicukiro, dans le secteur Niboye, ce projet travaille avec les femmes qui font la vannerie des corbeilles connus sous le nom « Agaseke » ; ses activités ont commencé en septembre 2005, avec un capital de 10.400.000 frw, actuellement il compte le Chiffre d'affaires de 24.000.000 frw, il opère dans 19 districts du pays.

Ce projet a contribué brillamment à la valorisation et à professionnalisation du métier de vannerie qui était considéré comme le travail accessoire réservé aux femmes et filles Rwandaise de l'ancien temps, mais pour le moment ces corbeilles sont les produits que le Rwanda envoie sur le marché international.

Ce projet a amélioré les conditions de vie de plus de 3000 femmes vivants en milieu rural, à part l'entrée des devises, ce projet contribue également à l'augmentation du revenu de la femme rurale car le corbeille (Agaseke) qu'on vendait à 300 frw, le projet GAHAYA links a haussé sa valeur jusqu'à 3000 frw actuellement, ce projet a contribué aussi au renforcement des organisations paysannes surtout des femmes et des jeunes filles du milieu rural

Ce projet offre des formations de vannerie, et fonctionne comme réseau des femmes oeuvrant dans la vannerie ; il paye plus de 700.000 frw comme impôts. Ce projet paye la mutuelle de santé pour 2500 personnes.

III.1.1.6 Les réalisations du projet «RWANDA RECYCLING COMPANY SARL» dans la réduction de la pauvreté.

Le projet de Rwanda recycling company est installé dans la mairie de la ville de Kigali, district de Nyarugenge, ses produits sont vendus surtout dans la Mairie de la ville Kigali. Ses activités ont commencé en novembre 2005, avec un capital de 8.900.000 frw, actuellement il compte le Chiffre d'affaires de 23.000.000 frw.

Le projet de Rwanda recycling company sarl a pour mission de l'installation d'une petite industrie de recyclage du papier de bureau, des cartouches d'imprimante à jet d'ancre, et d'autres déchets domestiques pour en sortir des produits de qualité au meilleur prix.

Sa part dans le processus de la réduction de la pauvreté au Rwanda, se voit à travers la création de 30 emplois permanents, payement de 650.000 frw comme impôts, la réduction des prix des produits importés ; signalons que ce projet a réduit d'avantage l'importation des papiers et des cartouches, la création de cette unité de recyclage contribue dans la réduction de sortie des devises pour acheter d'autres produits.

III.1.1.7 Les réalisations du projet «APICOLE ISOOKO» dans la réduction de la pauvreté.

Le projet APICOLE ISOOKO est installé dans la province de l'Ouest, district d'Impala, ses activités et ses produits sont vendus sur toute l'étendue du pays. Il a commencé en Juillet 2005, avec un capital de 5.400.000 frw, actuellement il compte le Chiffre d'affaires de 9.500.000 frw,

Ce projet contribue dans la réduction de la pauvreté surtout en milieu rural car il opère ses activités d'apiculture, dans la région de l'Ouest, précisément dans le district d'IMPALA, où il a créé plus de 30 emplois permanents dans cette région, il paye 350.000frw comme impôts, il a amélioré des conditions de vie des promoteurs et bénéficiaires du projet et contribue à la sécurité alimentaire. Il a formé plus de 40 personnes sur l'amélioration et l'augmentation de la production du miel naturel ; le miel naturel est comestible et utilisé comme médicament préventif de plusieurs maladies surtout des enfants mais aussi pour les adultes.

III.1.1.8 Les réalisations du projet «FROMAGERIE IKAMBERE» dans la réduction de la pauvreté.

Le projet Fromagerie Ikambere est installé dans la province du Sud, district de Nyanza, dans le secteur de Busasamana, et ses produits sont vendus sur toute l'étendue du pays, bientôt dans les pays dans limitrophes et plus tard dans le reste du monde. Ses activités ont commencé en Mai 2007, avec un capital de 30.400.000 frw.

La Fromagerie IKAMBERE est un projet qui vise à la transformation du lait en fromage, yaourt, et autres sous produits laitiers, sa contribution dans le processus de la réduction de la pauvreté est aussi immense car : ce projets a créé 25 emplois permanents avec revenu annuel d'environ 17 millions pour ses employés, il augmente le revenu du promoteur ainsi que des éleveurs parce que ce projet achète du lait chez ces derniers, sa vision aussi est d'aller au-delà du marché national pour conquérir le marché international.

III.2 APERÇU SYNTHETIQUE DES PROJETS FINANCES PAR LA FRSP/BPC SUR LA REDUCTION DE LA PAUVRETE AU RWANDA

Après la collecte des informations, nous avons procédé au dépouillement des données afin de permettre l'analyse, la synthèse et le classement des données récoltées, en nous servant de la méthode quantitative et de la qualitative. Au cours de notre enquête (Interview), nous avons voulu analyser le rôle des projets financés par la FRSP/BPC dans le processus de la réduction de la pauvreté au Rwanda.

1. La plupart de ces projets sont installés en milieu rural

Lors de notre recherche, nous avons posé la question de savoir le rôle des PME dans le processus de la réduction de la pauvreté, le Coordinateur de COOPED nous a affirmé que les PME ont une grande importance sur l'économie du pays, ce secteur joue le rôle important dans la monétisation du milieu rural parce que la majorité de ces PME sont installées dans le milieu rural contrairement aux grandes entreprises qui se trouvent implantées en milieu urbain.

2. La plupart de ces projets ont des activités de production des biens et services:

- Ces biens ou services sont nécessaires aux meilleures conditions de vie de la population.

Les projets financés par la FRSP/BPC, ont une mission commune de production : certains ont une mission de production de biens et les autres produisent des services, dans le même but de satisfaction des besoins de différentes couches sociales.

- Ces biens ou services sont vendus et de ce fait sont générateurs de revenus

Ces projets produisent des biens et services vendables, et leurs chiffres d'affaires constituent une contribution à l'augmentation du PIB. Ces projets concourent à l'accomplissement d'autres objectifs économiques tels que la répartition des revenus, la décentralisation de l'économie, etc.

3. Tous ces projets ont crée des emplois à des degrés divers 

Les petites et moyennes entreprises emploient une main d'oeuvre et utilisent des techniques de productions relativement simples, et n'exigent des capitaux très élevés. Les projets financés par la FRSP/BPC ont créé environ de 1000 emplois permanents dans les milieux où ils sont installés.

4. Tous ces projets payent des impôts à l'Etat.

Toute personne qui exerce une activité rémunératrice à le devoir de payer l'impôt à l'Office Rwandais des Recettes, ces projets financés par la FRSP/BPC ne font pas exception, car lors de notre enquête, nous avons constaté que ces projets contribuent significativement aux recettes fiscales nationales car ils payent les impôts sur bénéfices, TPR, TVA et autres taxes. A titre d'exemple, le projet COOPED paye environ 800.000 frw des impôts par mois, le projet GAHAYA Links paye environ 700.000 frw, Rwanda Recycling Company paye autour de 650.000 frw, projet Apicole ISOOKO lui, paye autour de 350.000 frw comme impôts.

5. Autres portées remarquables de ces projets

Ces projets présentent plusieurs avantages par rapport aux entreprises de grande taille :

- Ils constituent une pépinière de futurs entrepreneurs et un laboratoire d'essais pour les nouvelles industries.

- Ces projets participent largement à la rapidité d'industrialisation du pays

- Ces projets peuvent être d'utiles fournisseurs de matériels aux grandes industries.

- Ces projets sont susceptibles d'apporter la stabilité à la collectivité locale car la main d'oeuvre occupée par ces projets ne songe pas à l'exode rural

- Les petites affaires sont généralement plus aptes à élever le niveau de participation populaire dans l'économie.

6. Bien que certains promoteurs de ces projets trouvent que le financement de la FRSP/BPC est insuffisant, ils reconnaissent néanmoins que ce financement leur a permis de démarrer leurs activités.

Il y a lieu de constater que la plupart des projets financés par FRSP à travers BPC, n'avaient pas de moyens et de capacités suffisantes pour démarrer leurs activités. Nombreux promoteurs nous ont affirmé que c'est suite au financement reçu de la FRSP/BPC qu'ils ont commencé leurs programmes d'activités. C'est le cas du COOPED, GAHAYA Links, International marbre, et de la fromagerie KAMBERE.

Pour eux ils n'avaient pas de moyen pour commencer ; en plus la FRSP/BPC les a mis en contact avec la BRD.

III.3 LES CONTRAINTES COMMUNES AUX PROJETS ETUDIES

III.3.1 Manque de compétitivité

La compétitivité est une aptitude pour une entreprise, à faire face à la concurrence effective ou potentielle. Et la plupart de ces projets sont nouveaux et sont affronté aux entreprises expérimentées sur le marché.

III.3.2 Quantité insuffisante des matières première et des produits

Cette insuffisance de la quantité des matières premières et donc des produits à vendre est due à la faible production agricole paysanne ; c'est le cas par exemple des projets APODER Ganira, ADAM's EDEN Gaden, Sugira Agrobusiness, et de fromagerie Ikambere.

III.3.3 Prix élevés

Le prix constitue un facteur de blocage pour les produits de ces projets sur le marché local, car ces produits se retrouvent en concurrence avec les autres produits étrangers qui jouissent des avantages considérables dans leurs pays consécutifs et qui ne sont pas soumis aux contraintes structurelles telles que les coûts élevés de transport, de l'énergie, ...

III.3.4 Difficulté d'accéder aux moyens financiers

Comme dans beaucoup de pays en voie de développement, l'accès limité au crédit est souvent cité par les entrepreneurs Rwandais comme un handicap à la création et au développement des PME. Des banques commerciales Rwandaises financent peu ou pas ce genre des projets et il n'y a que le FRSP/BPC, via BRD, qui essaie de financé ces projets,

III. 4 FORCES ET FAIBLESSES DE BPC

Suite aux résultats de notre enquêtes, nous pouvons énumérés les points forts (forces) de la FRSP/BPC d'une part et d'autres qui sont faibles (faiblesses) d'une autre part.

III.4.1 Forces de BPC

- Plus de 80% de la population Rwandaise est pratiquement sous employé ; la FRSP/BPC a financé jusqu'à ce jour 8 projets et 24 autres retenus mais le processus de leurs financement est en cours au niveau de la BRD, ils ont créé de l'emploi à plus de 1000 personnes.

- L'économie de notre pays est caractérisée par l'agriculture traditionnelle qui occupe plus de 90% de la population, cette culture est de subsistance à cause de petites surfaces cultivables avec une très faible productivité par manque d'engrais, or parmi les projets financés il y a ceux qui vont résoudre ce problème.

- Le Rwanda importe beaucoup des produits, et parmi les critères de sélection des projets à financer, BPC exige que le projet vise à produire un nouveau produit ou service,avec utilisation de la matière première et la main d'oeuvre exclusivement nationales.

- A part l'assistance financière et technique que BPC offre aux gagnants, la FRSP/BPC offre encore des formations aux promoteurs en matière de gestion des projets.

III.4.2 Faiblesses de BPC

- Suite aux moyens limités, la FRSP/BPC n'est pas à mesure de financer un grand nombre des projets, car il n'a financé que 7 projets plus 3 autres en cours au niveau de la BRD sur 423 présentés à la compétition de 2004 et il n'a financé qu'un seul projet plus 21 autres que le processus de leurs financement est en cours au niveau de la BRD sur 580 présenté à la compétition de 2006.

- L'étude des dossiers pour financement des projets prend du temps comme nous l'avons vu sur les projets retenus en 2004 et 2006

- L'assiette de 20 000$ est encore insuffisante pour financer un projet de taille importante.

En bref, ces projets ont une grande importance dans le développement socio-économique ainsi que le développement et renforcement de capacité du secteur privé, et rappelons que ces éléments font partie des piliers de stratégie de réduction de la pauvreté.

Comme nous l'avons vu à travers ce chapitre, spécialement aux points III.1 et III.1.2, les projets financés par la FRSP/BPC contribuent à l'amélioration des conditions de vie de la population Rwandaise. Ce qui vérifie et confirme notre deuxième hypothèse.

CONCLUSION

Nous voir au terme de notre travail intitulé : « La FRSP et la réduction de la pauvreté : Cas des projets financés par la FRSP/BPC (2004 - 2006)». Le choix de ce sujet a été motivé par la recherche des questions suivantes :

1. Quel est le rôle de la FRSP/BPC dans la réduction de la pauvreté au Rwanda ?

2. Les Projets financés par FRSP/BPC contribuent-elles à la réduction de la pauvreté?

Ces questions nous nous ont amené à formuler les deux hypothèses suivantes :

1. La FRSP/BPC, éveille l'esprit d'entreprenariat, assiste et finance des projets générateurs des revenus, dans le cadre de la réduction de la pauvreté.

2. Les projets financés par la FRSP/BPC contribuent à l'amélioration des conditions de vie de la population Rwandaise.

En formulant ces hypothèses, nous avons cherché à atteindre les objectifs ci-après:

- Montrer comment la FRSP/BPC éveille l'esprit de l'entreprenariat et assiste les projets.

- Montrer comment il finance les projets générateurs des revenus.

- Montrer comment les projets financés contribuent à la réduction de la pauvreté.

Pour recueillir et analyser les données relatives aux actions de la FRSP/BPC dans le processus de la réduction de la pauvreté nous avons eu recours aux techniques et méthodes suivantes :

La technique documentaire, technique d'observation directe et technique d'interview.

Quant aux méthodes, nous avons utilisés la méthode historique, méthode analytique, méthode comparative, méthode statistique, et la méthode synthétique.

Afin d'atteindre nos objectifs et vérifier nos hypothèses, nous avons subdivisé ce travail de la manière suivante :

Dans le premier chapitre intitulé « La pauvreté au Rwanda », nous nous sommes accentués sur l'aspect de la pauvreté au Rwanda, les causes de la pauvreté, la situation de la pauvreté au Rwanda, les caractéristiques de la pauvreté au Rwanda, ainsi que les stratégies nationales de lutte contre la pauvreté au Rwanda.

Le deuxième chapitre intitulé «La FRSP/BPC et le financement des projets» nous a permis, en effet, de présenter la FRSP et son programme de BPC, ainsi que les projets financés par la FRSP/BPC en 2004-2006, nous avons montré également dans ce chapitre, l'éveil de l'esprit de l'entreprenariat par la FRSP/BPC, les conditions générales de financement des projets par la FRSP/BPC, et la description des projets financés en 2004-2006.

L'objectif primordial de ce chapitre a été consacré sur la vérification de notre première hypothèse de recherche qui est «La FRSP/BPC, réveille l'esprit de l'entreprenariat, assiste et finance des projets générateurs des revenus, dans le cadre de la réduction de la pauvreté ». La FRSP/BPC continue à soutenir les PME nouvelles tant que existante. Dans ce cadre, nous avons constaté que pendant notre période d'étude, 70 promoteurs des projets générateurs des revenus ont reçu une formation, 8 projets générateurs de revenus ont été financés, 24 autres ont été retenus et leurs financements sont en cours au niveau de la BRD. D'après tous ces indicateurs ci hauts analysés nous avons confirmé notre première hypothèse.

Quant au troisième chapitre intitulé : «Les projets financés par la FRSP/BPC et la réduction de la pauvreté au Rwanda », il a été consacré à l'analyse du rôle des projets financés par la FRSP/BPC dans le processus de la réduction de la pauvreté au Rwanda, les réalisations des projets financés dans la réduction de la pauvreté, les contraintes des projets financés ainsi que les forces et faiblesses de la FRSP/BPC.

A l'aide de ce chapitre, nous avons vérifié notre deuxième hypothèse qui s'énonçait comme suit : «Les projets financés par la FRSP/BPC contribuent à l'amélioration des conditions de vie de la population Rwandaise» et suite aux réalisations des projets financés, détaillés aux points III.1 et III.1.1, ceux-ci nous a permis de confirmer notre deuxième hypothèse.

SUGGESTIONS

La lutte contre la pauvreté au Rwanda est un phénomène complexe qui exige la participation du gouvernement Rwandais, la FRSP/BPC, les entrepreneurs et la population. C'est dans ce cadre que nous suggérons :

1. Au Gouvernement Rwandais 

- La promotion des politiques macro socio - économique efficaces. Toutefois la croissance économique à elle seule ne suffit pas. Il faut créer les emplois accessibles aux pauvres et à ouvrir plus largement l'accès aux services sociaux aux populations pauvres ;

- Le gouvernement devrait assister le secteur privé en vue de professionnaliser ce secteur, et de renforcer ses capacités ; 

- Le gouvernement devrait mettre en place le fonds de garantie aux PME ;

2. A la FRSP/BPC

- La FRSP/BPC devrait contacter d'autres bailleurs de fonds pour augmenter le nombre des projets et accroître le plafond de financement.

- Pour éviter le retard de financement la FRSP devrait collaborer avec la BRD depuis le début jusqu' au bout de la compétition.

- L'évaluation des projets est un domaine très technique si bien que la FRSP/BPC devrait mettre à la disposition du public, le manuel des procédures pour compétition des plans d'affaires.

- la FRSP devrait accélérer l'implantation de ses branches au niveau des districts pour atteindre un grand nombre de la population.

3. A la population Rwandaise

- Tenter leurs chances en participant dans les compétitions des plans d'affaires ;

- Eliminer la culture d'avoir peur de crédit (S'adapter à l'utilisation des fonds de banques) ;

- Ne pas continuer dans la logique d'être toujours assisté, mais plutôt travailler pour son autosuffisance afin de sortir de la misère (Akimuhana kaza imvura ihise).

Nous ne pouvons pas prétendre avoir épuiser tout le domaine, c'est ainsi que nous laissons une piste ouvert aux autres chercheurs à poursuivre la recherche pour que nous atteignions l'objectif de réduire la pauvreté jusque même à son éradication au Rwanda.

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages généraux :

1. ALBAGLI C., Création de l'entreprise en Afrique, éd. EDICEF, Paris, 1997

2. DUBOEUF. F. : Introduction aux théories économiques, éd. la Découverte, Paris, 1999

3. FONTAINE J.M., Mécanismes et politiques de développement économique : du « big push» à l'ajustement structurel, éd. Cujas, Paris, 1994

4. FORTIN P.A., Devenez entrepreneur, presse de l'université Laval, Québec, 1986

5. GALEN S., La PME à l'ordre du jour, éd. Economica, Paris, 1987

6. JANTON B. : Etude du secteur privée Rwandais ; USAID, Kigali, 1990

7. KIRBY D. : Entrepreneurship ; London, 2003

8. MUKAMA R. : Le banquier : perspectives de développement de l'économie Rwandaise ; BNR, Kigali, 2003.

9. NTAHOVYAMA P. : La lutte contre la pauvreté au Rwanda : Bilan de la pauvreté, Kigali, 1991

10. PRIMO C., Promotion des PME dans les pays en voie de développement, Paris, 1969

11. SWEENEY G.P., Les nouveaux entrepreneurs, petites entreprises innovatrices, éd. d'organisation, Paris, 1982

Autres publications

1. BANQUE MONDIALE. : Faire reculer la pauvreté en Afrique subsaharienne, résumé analytique, Washington, 1996

2. CNLS, cadre stratégique de lutte contre le VIH/SIDA, Kigali, 2002.

3. FIDA. : Comment vaincre la pauvreté rurale, Rome, 2001

4. MINECOFIN, (PNRP). : Document stratégique de réduction de la pauvreté, Kigali, 2002

5. MINECOFIN, (PNRP). : Document stratégique de réduction de la pauvreté, Kigali, 2003

6. MINECOFIN, (PNRP). : Document stratégique de réduction de la pauvreté, Kigali, 2004

7. MINECOFIN. : Indicateur de développement du Rwanda, Kigali, 2006. 

8. PNUD : Rapport mondial sur le développement humain, New York, 2000. Inédit

9. PNUD : Vaincre la pauvreté humaine, New York, 1998

10. PNUD. : Etude sur la mise en place d'un programme d'appui aux initiatives rurales au Rwanda, Kigali, 1993

11. PNUD. : Manuel d'analyse de la pauvreté, applications au Bénin, 1997

Mémoires:

1. FURAHA J.D.A. : Appuis aux initiatives privées et la promotion des PME rural dans l'optique de réduction de la pauvreté au Rwanda, Mémoire de licence en Gestion, SFB, Kigali, 2005, inédit.

2. HABINEZA U.Y. : Etude de l'impact du système de partenariat entre AID et ses partenaires locaux au Rwanda dans le processus de la réduction de la pauvreté ; Mémoire de licence en Gestion,ULK, Kigali, 2005, inédit.

3. INGABIRE I. : Potentielle contribution des banques dans la stratégie de réduction de la pauvreté au Rwanda, Mémoire de licence en Gestion, ULK, Kigali, 2005, inédit.

4. KAYOMBYA D. : Etude des facteurs influents sur le niveau de l'investissement dans le secteurs privé au Rwanda, Mémoire de licence en Gestion, ULK, Kigali, 2002, inédit.

5. MBARAGA E. : Contribution des banques populaires à la réduction de la pauvreté au Rwanda, Mémoire de licence en Gestion, ULK, Kigali, 2005, inédit.

6. MUKAKAMANZI K.C. : Fonds des crédits des femmes comme stratégie de la réduction de la pauvreté en milieu rural, Mémoire de licence en Gestion, SFB, Kigali, 2005, inédit.

7. MUNYAMBONERA E. : Impact de la décentralisation sur la réduction de la pauvreté au Rwanda, Mémoire de licence en Gestion, SFB, Kigali, 2005, inédit.

8. NEZERWA S. : Les crédits des banques populaires comme outils de la réduction de la pauvreté, Mémoire de licence en Gestion, UNILAK, Kigali, 2006, inédit.

9. NIYONSENGA A. : Financement des coopératives agricoles comme stratégie de réduction de la pauvreté au Rwanda ; Mémoire de licence en Gestion, SFB, Kigali, 2003, inédit.

10. RUGERINYANGE B. : Etude sur les déterminants de la compétitivité et la croissance des institutions de micro finance au Rwanda ; Mémoire de licence en Gestion, UAAC, Kigali, 2006, inédit.

11. RUTABOBA L. : Les micro finance face au défis de la réduction de la pauvreté au Rwanda ; Mémoire de licence en Gestion, UAAC, Kigali, 2005, inédit.

12. RUTI M. : L'impact de la micro finance sur le développement socio économique et dans la réduction de la pauvreté au Rwanda, Mémoire de licence en Gestion, UNILAK, Kigali, 2004, inédit.

13. UMULISA G. : La contribution des projets de développement dans la réduction de la pauvreté en milieu rural Rwandais; Mémoire de licence en Gestion, ULK, Kigali, 2004, inédit.

Rapports :

1. BANQUE MONDIALE. : Rwanda : priorités dans les dépenses publiques pour la croissance et développement ; Kigali, 1992

2. BANQUE MONDIALE: Faire reculer en Afrique subsaharienne, résumé analytique, Washington, 1996.

3. FRSP/BPC, Plan stratégique 2004 - 2008, Kigali, 2003

4. FRSP: BPC annual report, Kigali, 2004

5. FRSP: BPC annual report, Kigali, 2006

6. MINECOFIN. : Enquête intégrale sur les conditions de vie des ménages au Rwanda ; Kigali, 2002

Sources électroniques:

1. http://www.belgium.iom.int/mida2/guiderwanda.asp.

2. http://www.ruralpovertyportal.org/french/regions/africa/rwa/index.htm

3. http://www.rwandagateway.org/article.php3?id_article=126

4. www.planetfinance.org/microfinance-entreprise/fiches/banques-des-pauvres.php

5. http://www.fr.wikipedia.org/wiki/Sectur-prive.htlm

* 1 MUNYAMBONERA E. : Impact de la décentralisation sur la réduction de la pauvreté au Rwanda, Mémoire de licence en Gestion, SFB, Kigali, 2005, inédit.

* 2 MUKAKAMANZI K.C. : Fonds des crédits des femmes comme stratégie de la réduction de la pauvreté en milieu rural, SFB, Kigali, 2005, inédit.

* 3 MINECOFIN (PNRP), document stratégique de réduction de la pauvreté, Kigali, 2000, p.19.

* 4 MINECOFIN, Indicateur de développement du Rwanda, Kigali, 2006, p42. 

* 5 KAYOMBYA D. : Etude des facteurs influents sur le niveau de l'investissement dans le secteurs privé au Rwanda, ULK, Kigali, 2002, p16, inédit.

* 6 NIYONSENGA A. : Financement des coopératives agricoles comme stratégie de réduction de la pauvreté au Rwanda; SFB, Kigali, 2003, p.11 inédit.

* 7 RUTI M. : L'impact de la micro finance sur le développement socio économique et dans la réduction de la pauvreté au Rwanda, UNILAK, Kigali, 2004, inédit.

* 8 HABINEZA U.Y. : Etude de l'impact du système de partenariat entre AID et ses partenaires locaux au Rwanda dans le processus de la réduction de la pauvreté ; ULK, Kigali, 2005, inédit.

* 9 FURAHA J.D.A. : Appuis aux initiatives privées et la promotion des PME rural dans l'optique de réduction de la pauvreté au Rwanda, SFB, Kigali, 2005, inédit.

* 10 RWIGAMBA B., Cours de Méthodologie de recherche, ULK, Kigali, 2001

* 11 RWIGAMBA B., Cours de Méthodologie de recherche, ULK, Kigali, 2001

* 12 MBARAGA E. : Contribution des banques populaires à la réduction de la pauvreté au Rwanda, ULK, Kigali, 2005, p.16 inédit.

* 13. www.planetfinance.org/microfinance-entreprise/fiches/banques-des-pauvres.php

* 14 Idem

* 15 Idem

* 16 NTAHOVYAMA P., La lutte contre la pauvreté au Rwanda : Bilan de la pauvreté, Kigali, 1991, P.43

* 17 INGABIRE I. : Potentielle contribution des banques dans la stratégie de réduction de la pauvreté au Rwanda, ULK, Kigali, 2005, p.29 inédit.

* 18 PNUD : Rapport mondial sur le développement humain, New York, 2000, p.43.Inédit

* 19 DUBOEUF. F., Introduction aux théories économiques, éd. la Découverte, Paris, 1999, p. 32

* 20 DUBOEUF. F., Introduction aux théories économiques, éd. la Découverte, Paris, 1999, p. 32

* 21 Banque Mondial, Faire reculer la pauvreté en Afrique subsaharienne, résumé analytique, Washington, 1996, p20

* 22 UMULISA G. : La contribution des projets de développement dans la réduction de la pauvreté en milieu rural Rwandais; ULK, Kigali, 2004, inédit.

* 23 MINECOFIN, (PNRP), Document stratégique de réduction de la pauvreté, Kigali, 2000

* 24 PNUD, Vaincre la pauvreté humaine, New York, 1998, p.65

* 25 MINECOFIN, Rwanda: Stratégie de réduction de la pauvreté, Kigali, 2002 p.17

* 26 PNUD : Rapport mondial sur le développement humain, New York, 2000, p.98. Inédit

* 27 Réseau des femmes : enquête effectue sur la pauvreté des femmes vivant en milieu rural, Kigali 2004

* 28 PNUD: Rapport mondial sur le développement humain, New York, 2000. Inédit

* 29 MINECOFIN: Enquête intégrale sur les conditions de vie des ménages au Rwanda (2000-2002), Kigali, 2002

* 30 MINECOFIN: Stratégies de réduction de la pauvreté, Kigali, 2006, p.39

* 31 http://www.rwandagateway.org/article.php3?id_article=126. Consulté le 20/02/2007

* 32 NEZERWA S. : Les crédits des banques populaires comme outils de la réduction de la pauvreté, UNILAK, Kigali, 2006, inédit

* 33 Idem

* 34 http://www.rwandagateway.org/article.php3?id_article=126. Consulté le 20/02/2007

* 35 Idem

* 36 http://www.belgium.iom.int/mida2/guiderwanda.asp. Consulté le 24/01/2007

* 37 RUTABOBA L. : Les micro finance face au défis de la réduction de la pauvreté au Rwanda ; UAAC, Kigali, 2005, inédit.

* 38 MINECOFIN, stratégie de réduction de la pauvreté, Kigali, 2006

* 39FIDA, Comment vaincre la pauvreté rurale, Rome, 2001

* 40 MINECOFIN: Stratégies de réduction de la pauvreté, Kigali, juin, 2002, p.121

* 41 http://www.fr.wikipedia.org/wiki/Sectur-prive.htlm

* 42PNUD, Etude sur la mise en place d'un programme d'appui aux initiatives rurales au Rwanda, Kigali, 1993, p.69.inedit

* 43 RUGERINYANGE B. : Etude sur les déterminants de la compétitivité et la croissance des institutions de micro finance au Rwanda ; UAAC, Kigali, 2006, p.21.inédit.

* 44 GALENS S., La PME à l'ordre du jour, éd. Economica, Paris, 1987, p.62

* 45 ALBAGLI C., Création de l'entreprise en Afrique, éd. EDICEF, Paris, 1997, p.79

* 46 FORTIN P.A., Devenez entrepreneur, presse de l'université Laval, Québec, 1986, p.88.

* 47 FRSP, Dépliant, Kigali 2006

* 48 FRSP, Dépliant de BPC, Kigali 2006

* 49 FRSP/BPC: BPC annual report, Kigali 2004

* 50 FRSP/BPC: BPC annual report, Kigali 2006

* 51 Estimation des membres de famille (6 personnes par famille)











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.