WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problèmes d'exportation dans un environnement de guerre: cas du Sud- Kivu en RDC

( Télécharger le fichier original )
par Enoch MWIBELECHA KITUNGANO
Université catholique de Bukavu - Graduat en sciences économiques 2002
  

précédent sommaire suivant

II.2.2.1.1.Evolution des entreprises exportatrices

Les entreprises exportatrices avant souffert des problemes susmentionnes, bon nombre d'entre-elles ont fait faillite et les autres ont du reduire leurs activites. Cette situation est percue dans le tableau et le graphique suivants :

TABLEAU 2 EFFECTIF DES ENTREPRISES EXPORTATRICES ET DE LEUR MAIN D'OEUVRE (1996 et 2001

Graphicp.10 2: Evokition de la main d'Oeuwe dans les
entreprises exportatrices (Piles 92-96 et 97-01)

Total Plantations

a Totai Eses

Total Ind minieres

Total
Plantations

2500
2000
1500

1000
500
0

1

2

Periode

13 Total Industries

EntrepriseslEffectif annual

1996

 

2001Ecart

 

1) Pharmakina

1850

305

-1545

2) Kinaplant

36

20

-16

3) Esco-Kivu

37

17

-20

4) Bukina

31

0

-31

5) Gombo

321

32

0

6) Irabata 37

0

-37

7) Lemera

31

21

-10

8) Mbayo

84

34

-50

9) Socoproveg

28

0

-28

10) Plankivu

40

25

-15

11) Kavumu

82

-50

12) Id* 62

 

13) Chibek

41

21 -20

Total Plantations

2391 5071 -1884

14) Orgaman

8 0

-8

15) Sozami (Socomi)

10 8

-2

16) M.D.M.

39 29

-10

17) SOMINKI

650 0

-650

18) SOMIGL

27

27

19) C.S.K

0 -9

20) Ets Panju

23 13 -10

Total Eses minieres

739

77 -662

21) SUCK!

417

0

-417

Pharmakina

110

40

-70

Total Industries

527

40

-487

,Effectif Total travail 3657

_

 

Effectif Total d'Eses 20 13 -T

Source Inspection Provinciale du Travail

Le tableau No 2 re_leve clue comparativement au debut de l'annee 1996, a la fin de l'annee 2001; 3.033 Travailleurs (salt 78,7%) du secteur ont perdu leur emploi. Cette perte d'emploi a ete de 1.884 travailleurs dans l'agriculture d'exportation, de 662 travailleurs dans les entreprises minieres et de 487 travailleurs dans les industries d'exportation.

Jeannine NAMUSHODU (NAMUSHODU, 1998) avant estime a 2255 U.S. la part des recettes provenant des exportations Mans le revenu annuel moyen d'un agriculteur du Bushi, l'on a une idee du manque a gagner financier cause par cette perte d'emploi.

Le manque a gagner global serail de l'ordre de 3.033 X 225 5 U.S. Soft 683.516,88 5 de perte annuelle pour l'ensemble des travailleurs du secteurs. Le cumul du manque a gagner moyen pour les cinq derrieres annees etant alors pour les travailleurs du secteur de 3.417.584 S U.S.

11.2.2.1.1.3. Evolution des recettes d'exportation

Les produits d'exportation du Sud-Kivu, qui ssecoulent sur le marche concurrentiel international voient leurs recettes variee5, generalement en fonction des quantites offertes.

Toutefois les apparitions momentanees d'imperfections sur ce marche permettent parfois aux exportateurs d'agir sur le prix de vente.

L'evolution des recettes issues des exportations pendant les deux periodes d'etude se percoit dans le tableau et graphique suivant :

30

25

20

15

10

Pde 1

Pde 2

28

TABLEAU 3 LES RECETTES D'EXPORTATION DES PRODUITS DOMINANTS ET AUTRES (million de 5)

PrEttival. des export

1 1992 1993 1994 199$ 1996 199T 1998

1999 2000

2001 re
·lt.

Cafe

0

0

 

2,155816,017570,244

 

0,72346,0.687

 

0,0408

0

0,802

,25421

Eccrces de quinquina

2.310250 95225

2,26625

 

2.02151,2553

0.90470.578 0.5826

0.456

 

0.4562.98153

Autres produits agric.

1,243

3.8795

1.333790.452110.1274

 

0,585380.1654x0.04531.25080.0410112.08796

 

Coltan

0

0.347

0,504030.02041

 

0,036

 

0,65957 0.9181,90034,60881,46803

 

9,5546

Cassiterite

0,1114

0.5267

 

0,377330,366720,2012

 
 

0,2637510.36670.02741,77371,80341

,23494

Autres minerals

 

0.05431.469640.527713

0.0932

0.15T 2.9506

2E-05 2E-050.013710.896433.86075

 

Produits du quinquina

 

5,497216.2255

 

2.832253,079283,4553

 
 

1,118222,49841,88854,17434,3809114,0603

 
 

Autres produits Indus

0

0

0.12898

0 0

0

0

0 0

 

0

Total

 

9,21815123,40061 10,126212,0508154,7942p04,2062003,22p03,52p12,32p

 

10,8

10034

source :Office Congolais de Contrale, Rapports annuels (92-01)


·

Source Tableau No 3

Graphique 3 Euolution des recettes

d'exportation des produits

dominants (Peril 11,7

35Cafe

96 et 97-01 )

Valeurs (en million de $ U.S.)

Ecorces de

quinquina

q Coltan

q Cassiterite

Produits du

quinquina

Le tableau et graphique precedents degagent la structure des exportations du Sudkivu. Cette structure consiste en onze produits d'exportation dont ring sant essentials. Ces ring produits essentials rapportent 96,5 % des recettes issues des exportations.

Lon constate gue pendant la deuxieme periode, la part des produits

dominants dans les recettes totales ne varie gue legerement_ On apercoit, en outre : une forte augmentation de la part des produits miniers dans les rerettes totales. Cette augmentation est de 8.647 153 S U.S. pour le Coltan, de 2.651. 593 $ U.S.

pour la cassiterite et de 1558 897 $ U.S. pour les autres minerais.

Une diminution des recettes generees par les exportations des produits agricoles et industriels. Cette diminution est de 5 820 5 U.S. soit 66, 9 % pour les ecorces de guinquina, 5.795.000 pour le cafe, 4.947.780 S pour les autres produits agricoles et 1.715.817 S U.S. pour les produits industriels exportes.

Ces considerations montrent gue l'environnement de la deuxieme periode n'a pas
affects la structure des exportations du Sud-Kivu. Cet environnement a seulement
cause des effets conjoncturels qui affaiblissent la part des cultures d'exportation ;


·

tout en accroissant Ia part des produits miniers.

Globalement, Ia culture du quinquina demeure la source principale des recettes d'exportation (sous forme brute ou a pres transformation en produits pharmaceutigue semi-oeuvres.) Le quinquina a genera 65,8% des recettes d'exportation pendant la premiere periode et 43,8% pendant Ia seconde periode_

La grande partie de produits du quinquina exportes etant semi-oeuvre, ['importance de ses recettes dans le revenu des nationaux demeure marginate, du fait de la realisation a l'etranger de Ia valeur ajoutee a ces produits et de l'expatriation des dividendes et interets des capitaux strangers.

11.2.1.1.4. Evolution des coefficients de concentration

L evolution des coefficients de concentration a l' exportation permet de mesurer la marge de dependa_nce d'un pays a 1 egard de ses produits d'exportation et de ses pays debauches. Les differentes theories susmentionnees ant demontre l'avantage d'exporter des produits finis connaissant de faibles fluctuations des prix vers des pays a economie relativement stable. Une analyse de !'evolution de ces coefficients degagera !'orientation actuelle du secteur des exportations du Sud Kivu. L evolution de ces coefficients apparait dans le tableau et les graphiques suivants :

TABLEAU 4 : LES COEFFICIENTS MOYENS DE CONCENTRATION A L'EXPORTATION (Penodes
1992-1996 et 1997-20011

moyenna de la concentration geographique C 42)

 

Periode 1992-1996

kariode 1997-2001

 

Belgique

24,8433

86,34

0,47581

0,32825

Suisse

1,32353

4,602

0,254345

0,17547

Angleterre

0,78135

2,71

0,57565

0,39713

Arilemagne

0,5251

1,82

0,076331

0,05266

France

1,286

4,47

0,067431

0,04652

Coefficient

93,84

99,942

e

97,95

1,00002

ource: noS czlicuis

graphique 4b concentration geograpique
l'exportation periods 2

Graphlque 4 a :Concentration ueographique a
('exportation Pde I

 

eiBelgique ui Suisse

Angleterre CAflemagne °France

CB Belgique Suisse

O Angleterre 0 Allem ag ne

France

L_

source : tableau 4.2

Du tableau et des graphiques ci haut on constate que :

- Les coefficients de concentration a I exportation, qui sont de 61,88 et 67.13 pour les deux periodes respectives, font apparaitre une forte dependance des recettes d'exportation a 1 egard de cinq produits dominants.

Cette situation traduit une absence de diversification et laisse entrevoir La vulnerabilite des recettes d exportation du Sud-Kivu.

Le coefficient equilibre de concentration etant de 4-1,72 ; L'evolution de celui-ci pendant la deuxieme periode (67,13) par rapport a la premiere periode (61,88) accentue la concentration des recettes d'exportation en ces cinq produits.

Pendant la seconde periode, la dependance des recettes totales a cru de 16,23 % par rapport au Coltan ; de 5,85% par rapport a la cassiterite et dans la meme periode elle a baisse de 12,1% par rapport aux produits agricoles dominants et de 31 % dans les produits du quinquina.

Les coefficients de concentration geographique qui sont de 93, 84 et 97,95 pour les deux periodes respectives font apparaitre une forte dependance des recettes d exportation a regard de six pays europeens.

Cette situation traduit !'absence de win de nouveaux marches internationaux, du fait de la non prospection de ceux-ci par les exportateurs. L'evolution de re coefficient pendant la seconde periode accentue cet etat de fait ; les deux coefficients etant eloignes du coefficient d'equilibre (40,82)

11.2.2.1.2 Le secteur tertiaire

L'acheminement des produits d'exportation du Sud-Kivu fait intervenir plusieurs intermediaires, notamment les transporteurs AGE t KAF, T MK et A MICONGO ; les prestataires des services publics OFIDA COMMERCE EXTERIEURE, 0.C.C,, les intermediaires financiers : Banques et caisses d'epargne et rassureur SONAS.

Les recettes percues par les principaux intermediaire; lors de leur intervention en operations d'exportation se presentent dans le tableau et le graphique suivants :

I

TABLEAU 5 RECETTES PERCUES PAR LES INTERMEDIAIRES A L'EXPORTATION

Intennedraue recettes 1992

1993 1994

I

1995 1996Total

36.02 36.92 468.407

r

1997 1996 19991 2000

2001
85. =

otal

327.06

D.P.0 56.087

285.69 53.7

49.92 47.5 38.16

105.7

F.P.I. 100.95

114.2 96.6 64.866. 46 376.55

89.85 86.09 68.69

190.27

153. =

588.7

OF/DA 448.06

14.74 68.41 35.8 28.31 595.3

i

158.4 211.9 196.53 248.93

190,

1006.06

O.C.C. 72.9

371.3 67.1! 45 46.1

602,4

62 4 59 78 47.7 132.1

106.8'

408,83

Peage Route 28.04

142.84 26.8518.01 18,46

216,19

24.96 23.91

19.08 52,85

427-

163,54

SONAS 22,435

114,275 21 1 14.4 14.7

187,29

19.96 19.1

1526 43.28 34,1.

131.825

S-Tot. Svces Publq. 728.472

928.76 334 15

196,02 144,48

:. .=-1

405 49 448 61 385.42 773.13

613. - -

439I

instrutions financlere 272.702

281.9 341.5 4792 310.4

1685.002

288 14 467.69 179.21 346.21 352.

1633.71

Agenms en Douane 64571 105.7 90_69 179.7 78.9

519.56

F i

86 4 116.75 39.42 84.79 74,0

314.98

S-Tot Svces Prives 337.272 387.6 432.49 658.9 389,3

46014

374.54 584 43 218.63 430.9 ' 426.

1 1)34

Total General 1865,74 1316,36 766,62 854.92 533,7

3936

374.54 584.43 218.63 430,9 428,

54Z9

Source : Rapports annuels (1992-2001) de ro.c.c. et de I'OFIDA 6

i 3000 -44

0 2500

0 2000 0

; 1500

E

c 1000

0

LI 500

....
0

11 0

>

Graphique

d'exportation

5 : parts des intevenants dans les recettes

(Periodes 1992-1996 et 1997.2001)

 
 
 
 
 
 
 
 
 

D S-Tot. Svc es Publq Institut ons financier° bo Agences en Douane

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

i I

Pde 1 Pde 2

Source Tableau 5 base sur les donnees de l'OFIDA et de c C

Le tableau et le graphique ci-haut montrent la part des recettes percues par chaque intervenant sur l'ensemble des recettes a l'acheminement des produits exportes.

Les services publics beneficient de la majeure partie des sommes percues (57,05% et 56,33%), ensuite les intermediaires financiers (31,24% et 13,59%) et enfin les transporteurs (11,71 % et 8,6%)

11.2.2.2. ANALYSE DES CORRELATIONS ENTRE GEURRES ET VARIABLES
D'EXPORTATION

112.2.2.1. Notions sur la Correlation

La correlation simple 42 mesure le degre de liaison existant entre deux phenomenes qui ont une evolution commune. Elle precise le degre de liaison entre deux variables. Pour deux variables quantitatives43 , elle se determine par la formule de BRAVAIS PEARSON : n.

PC4--1)0 C -

COvi x Y 4 =4 a.

7)1

R = x. ry

4 Z.

4=4 g

Avec X : la premier variable ; Y : la deuxieme variable ; r : l'ecart type de X ; RY l'ecart type de v ; x la moyenne arithmetique de x Y : la moyenne de Y. Ce Coefficient est toujours compris entre - I et 1. Il est dit qu'il y a :

- forte correlation si R 0,8 ; - correlation niotleree si 0,65fRf0,8 ; parfaite correlation

si R= 1; faible correlation si R40,6 ; - non correlation si R= 0.

Dans notre travail, nous tacherons de calculer les correlations possibles entre la variable du phenomene guerre (le nombre d'affrontements) et les variables respectiv es des exportations.

42 La correlation est dite simple si elle s'interesse a deux variables seulement. Elle est dite multiple si elle analyse la relation simultanee pour plus de deux variables

11.2.2_2.2. Les correlations entre guerres et exportations

Les donnees numeriques sur revolution des variables a analyser se presentent dans le tableau suivant :

TABLEAU 5 : LES VARIABLES DE GUERRES ET D'EXF'ORTATION

Variable/Effectif penodique

1998

1999

2000

2001

Affrontements majeurs 20

29

35

91

32

Volume d'exportation des 1.905,14

Pdts Agr.

3.782 ,24

3.619,7

3.000,08

2.658,78

Volume d'exportation des L930,02

minerals

2.469,3

1.350, 84

1.361,317

1.294,73

Volume d'exportation des 92650 Pdts indus

69.935.

75340

S

53.610

25.050

Valeurs globales des 2.004.210

exportat

").003.?10

2.003.480

2.012.280

2.010.850

Source : Tableaux 1; 3 et Rapport de I'O.N.U. (O.N.U., 2002)


·

TABLEAU 6 : RESULTATS DES CORRELATIONS

 

Affrontements ' Constat

Volume d'exportation des produits agricoles

R = - 0,32

Correlation negative faible

La guerre entraine une diminution du
volume des produits agricoles exportes

Volume d'exportation des minerals

R = 0,39

Correlation positive faible

L' accentuation des affrontements se

traduit, par une augmentation des
minerals exportes

Volume d'exportation des produits industriels

R = - 0,31

Correlation liegatirie faible

L' accentuation de la guerre fait baisser le volume exporte

Vale-ursglobales des

exportations

R = - 0,17

Correlation negative faible

L'accentuation de la guerre fait baisser les recettes du secteur

Source : nos calculs sur base du tableau 5 et des theories des sections 11.2.22.1

11.2.2.2.3 Autres facteurs expliquant l' evolution des exportations 11.2.2.2.3.1. Les termes de rechange

Une pantie non negligeable du manque de performance du secteur d'exportation pendant les guerres de liberation se trouve expliquee par la deterioration des termes de l'echange. Les prix svnthetiques a l'importation et a l'exportation (necessaire pour le calcul des termes de l'echange) sont obtenus

l'aide du rapport entre les valeurs globales des importations et des exportations ; et les volumes globaux de celles<i. Ces prix svnthetiques apparaissent dans le tableau suivant :

TABLEAU 6 : LES PRIX UNITAIRES SYNTHETIQUES A L'IMPORTATION

fen S U.S. la tonne}

 


·

 
 
 
 

1997

1998

1999

2000

2001

Valeur des importations

421,2811

368 3030

257 1009

279 9288

205 8754

Volume des importations

30686,20

44836,462

30762,801

22033,911

28194,065

Prix svnthetique l'importation

13728,6

8218,8

8357,57

12,7044

7302

TABLEAU 7 : LES PRIX UNITAIRES SYNTHETIQUES A L'EXPORTATION

( en $ U.S. la tonne)

 

1997

1998 1999 , 2000 2001

Valeux des exportations

7,20567

5,21426

4,48049 12,4038 9,85029

Volume des exportations

2919,10

6327,025

5046,61

4661,527 3978,56

Prix svnthetique a l'export.

2468,4

824,1

887,8

2660,8 2475,8

Source : rapport de rO.C.C.

Des tableaux ci-dessus se degage revolution des termes de l'echange pendant la deuxieme periode d'en.ide. Cette evolution se lit dans le tableau suivant :

TABLEAU 8 : LES TERMES DE L' ECHANGE (1997-2001)

1997

1998

1999

2000

2001

Indice de volume exporte 1

2,1674

1, 7288

1,5969

1, 3629

Variation de I I indice

1,1674

- 0, 4386

0, 1319

0, 23396

Indice de volume importe

1

1,46112

1,00249

0,7189

0,91878

Variation de rindice

 

0,46112

0,45869

0,28443

0,20078

Terme de rechange brut

 

2,531

0,9562

0,4637

1,16525

Indice de prix a l'export 1

0,3339

0,3597

1,0779
·

1,0030

Variation de Yindice

0,6661

0,0258

0,7182

0,0749

Indice de prix a 1' import 1

0,5986

0,6087

0,92539

0,53188

Variation de l' indite

0,4014

0,0101

0,31669

0,39351

Termes de l'echange net

1,6594

2,5544

2,2678

0,19033

Source : nos calculs sur base des tableaux 6 et 7 selon le Rapport de l'O.C.C.

Lon constate du tableau ci-haut une deterioration globale des termes de l'echange pendant la deuxieme periode d'etude.

Les recettes totales pour la periode ont connu une baisse de 1.991.410 S U.S. par rapport a l'annee anterieure.

Cette deterioration n'a kit qu'accentuer le desequilibre dans le commerce exterieur du Sud-Kivu; cela s'entrevoit facilerrient par le taux de couverture desequilibre de La seconde periode, soil :

Valeur des exportations 39,1545

Taux de couverture X 100 -- X 100 --- 2,5546

Valeur des importations 1532,689

Cette deterioration des termes de l'echange traduit une augmentation plus rapide des prix a l'importation par rapport aux prix a l'exportation.

11.2.2.2.2. Les structures economiques et sociales

L'inefficacite des structures gouvernementales et adrninistratives du Sud-Kivu se volt darts les inquietudes des opera teurs economiques exportateurs. Ceux-ci se plaignent d'une fiscalite rigide-14, d'un personnel administratif demotive et de l'absence des services appropries a la diffusion des connaissances moderns susceptibles d'ameliorer la productivite dans le secteur d'exportation.

S

Caracterises sont encore les structures econorniques : les exportateurs n'ont pas encore constitue un service d'etude des marches strangers. Ces exportateurs s'en remettant a leurs clients traditionnels (dont la plupart ne sont que des intermediaires de seconde main, sinon des sous-traitants.)

Lon constate aussi l'inexistence de partenariat entre les exportateurs locaux. Les operations d'intermediation financiere ne se limitent, le plus souvent, qu'a des depots pour le reglement des redevances administratives (taxes, cautions, ...) les devises achevant leur parcours sur des marches paralleles de change ou elles sant carrement contournees par des transactions sous forme de troc international.

" Lors de nate entreben avec le Directeur de l'AGETRAF, celui-ci nous a pane de la taxation excessive lors de revacuation des produits exportes taxation pouvant atteindre 30% de leur marge beneficialre

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.