WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Forêt classée et réserve partielle de faune/ comoé-léraba: diversités biologiques àá protéger et diversités socio- culturelles àá promouvoir au Burkina Faso

( Télécharger le fichier original )
par Armel Saà»dou BAKAYOKO
Université de Ouagadougou (Burkina Faso ) - BAC+4 2012
  

sommaire suivant

BAKAYOKO SAIDOU ARMEL

 

2011

 

FORET CLASSEE ET RESERVE PARTIELLE DE FAUNE/ COMMOELERABA : Diversités biologiques à protéger et diversités socio-culturelles à promouvoir

SOMMAIRE

1

SOMMAIRE.............................................................................................1
INTODUCTION.........................................................................................2

PARTIE I : DIVERSITES BIOLOGIQUES A PROTEGER......................................3 CONCLUSION..........................................................................................19 PARTIE II : DIVERSITES SOCIO-CULTURELLES A PROMOUVOIR.....................20 CONCLUSION..........................................................................................31

INTRODUCTION

Le mode d'administration des aires protégées, à savoir la gestion publique à travers les services déconcentrés de l'Etat burkinabè, n'a pas jusque-là, pu résoudre les problèmes des externalités négatives. En raison de cette défaillance publique et par le manque de moyens pour assurer le fonctionnement des structures de gestion publique, le choix de l'Etat se porte sur le système de concession. Malgré un bilan mitigé sur les zones de chasse et sur certaines forêts classées, les autorités publiques estiment que la concession de la gestion des ressources naturelles à une structure villageoise pourrait rtre efficace. C'est ainsi que le projet « Partenariat pour l'Amélioration de la Gestion des Ecosystfmes Naturels » en abrégéPAGEN intervient dans plusieurs zones avec la création, dans chaque cas d'une association inter villageoise de gestion des ressources naturelles et de la faune (AGEREF). Ces structures devraient, à terme et sous forme de concession, gérer ces forits. Il s'agit donc d'impliquer les acteurs locaux dans l'exploitation et la conservation des forits. C'est donc ce qui a été fait pour la Forêt Classée Réserve Partielle de Faune/Comoé-Léraba (FCRPF/CL) oil une AGEREF/CL a été en 2000.

Aussi pour pallier au déficit budgétaire, l'AGEREF/CL a mis en place sa stratégie d'intervention axée sur la complémentarité des différents organes à travers une approche partenariale, pluridisciplinaire, multisectorielle et concertée. Cette vision de l'association vise à assurer une certaine pérennité des actions entreprises pour la protection adéquate de la forêt et aussi pour arriver à stabiliser les différentes pressions à la périphérie de la réserve. Malgré les difficultés que rencontre l'association villageoise, elle a adopté une approche communautaire en vue de favoriser une participation effective des populations locales dans le processus d'aménagement. Elle a amorcé une vision de rationalisation dans l'utilisation des ressources naturelles. Le processus de valorisation de la réserve est axé sur la responsabilisation de ces populations pour les activités entreprises.

La finalité de cette approche, c'est de travailler à susciter un engouement et une adhésion des populations locales pour le maintien de la diversité biologique en vue de contribuer au bienêtre des communautés locales. Dans ce processus, l'intérIt personnel fait place au bénéfice collectif chacun doit se sentir solidaire des autres et savoir qu'il a un rôle déterminant à jouer dans le fonctionnement du système dont le résultat d'ensemble en dépend.

3

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !