WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Gouvernance

( Télécharger le fichier original )
par Eugène TOUNDE
Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC) - Master 2 2010
  

précédent sommaire suivant

II- INTERET DU SUJET

L'intérêt de la présente étude est de montrer que le développement de l'Afrique en général, et celui de la sous région CEMAC en particulier n'est plus le fait des seuls Etats. Nous sommes en présence d'une remise en cause de la conception selon laquelle, se sont seules les élites gouvernementales qui élaborent et mettent en oeuvre les politiques, programmes et projets facilitant le développement entre les Etats et les peuples. A l'image des Etats, les regroupements régionaux comme la CEMAC connaissent l'influence des organisations internationales qui contribuent largement aux transformations et à l'approfondissement du processus d'intégration. Dans ce cas, les Etats ne sont plus seuls à maîtriser l'agenda de leur intégration, tout comme ils ne sont plus les seuls à connaître l'influence des organisations internationales en matière de mutation des pratiques sociopolitiques et d'approfondissement de l'intégration. Comme ce fut le cas en Amérique latine et ensuite en Afrique où le « Consensus de Washington » promu par les institutions financières internationales (IFI), a influencé les Etats dans les transformations politiques, sociales et économiques, les regroupements régionaux connaissent également l'influence des

normes et des pratiques proposées par les IFI en vue de l'amélioration du développement régional.

A cet effet, notre travail a le mérite de montrer que les Etats ne sont plus les seuls à élaborer et à mettre en oeuvre leur développement d'une part, et d'autre part, qu'ils ne sont plus les seuls à connaître l'apport des organisations internationales dans le domaine des transformations sociopolitique et économique. Les regroupements régionaux à l'instar de la CEMAC sont aussi dans cette double situation de dépossession du monopole de l'agenda de l'intégration et d'influence des institutions internationales.

Nous pensons que cette étude qui sanctionne deux années de formation de master 2 en Relations internationales, option, Coopération internationale, action humanitaire et développement durable (CA2D), à l'Institut des relations internationales du Cameroun (IRIC), en partenariat avec l'Université Cà Foscari de Venise en Italie, pourra contribuer au plan social à déconstruire une certaine perception erronée des populations à l'égard des élites nationales comme seuls vecteurs du changement. Au plan scientifique qu'elle permette d'offrir au milieu universitaire une base d'information concernant l'implémentation d'une politique publique dans un projet intégrateur insuffisamment connu du grand nombre des citoyens.

Grâce à sa population estimée à Vingt millions11 d'habitants sur les trente quatre que compte la zone CEMAC, à son port maritime et son avancée technologique12 par rapport à d'autres pays de la sous région, le Cameroun peut être considéré comme la locomotive du processus d'intégration en Afrique centrale. La signature des Accords de partenariat économique (APE) intérimaire intervenue en janvier 2009 entre, le Cameroun et l'Union-européenne et leur entrée en vigueur nécessitent que son économie s'arrime aux normes internationales et qu'elle devienne compétitive pour résister à la concurrence au niveau du marché européen. Les mutations institutionnelles, l'exigence d'une bonne gouvernance

11 Les résultats du dernier recensement de la population organisé en 2003 évaluent à 20 millions d'habitants la population Camerounaise (source BUCREP Cameroun).

12 Dans un encart intitulé « Backbone Tchad-Cameroun l'intégration sous régionale par les TIC » signé Danna'a Bit Younouss, publié dans le quotidien Cameroun Tribune, N° 10124/6325 du jeudi 28 juin 2012, l'auteur fait savoir que les gouvernements Tchadien et camerounais ont signé le 29 décembre 2011 à Yaoundé, un mémorandum d'entente (...) qui a été matérialisé par la signature le vendredi 30 décembre 2011, d'un accord commercial et technique entre le Directeur Général de Camtel coté Camerounais et celui de la Société des infrastructures coté Tchad (...), au-delà de son objectif global, à savoir l'intégration des réseaux de transmission des deux pays voisins, le BTC devra entre autre sécuriser les communications électroniques par la création des axes de restauration mutuels.

8

impulsée par la Banque mondiale dans la mise en oeuvre du PFTT sont des signes visibles que la zone CEMAC a une opportunité et les moyens de relever son niveau de développement. Il faudra néanmoins que les objectifs poursuivis soient atteints pour mesurer l'efficacité du projet.

Il n'est pas exagéré de souligner qu'au stade actuel de nos investigations, cette étude est la première du genre qui porte sur l'analyse de la gouvernance multi-niveaux en Afrique centrale, relativement au Projet de facilitation du transport et du transit en zone CEMAC.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.