WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Histoire de la cuisine urbaine congolaise. Cas de la ville de Kinshasa (1920- 1990 )

( Télécharger le fichier original )
par Igor Roland Matonda Sakala
Université de Kinshasa - Licence 2008
  

précédent sommaire

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Conclusion

Avant d'épiloguer à perte de vue sur l'histoire de la cuisine urbaine congolaise, il nous fallait aplanir les concepts et les composantes de cette cuisine urbaine. Nous avons voulu considérer la ville comme un lieu d'échanges, de rejets et d'adaptation. Notre étude s'est intéressée à la cuisine urbaine congolaise qui est confrontée à des multiples pesanteurs : économiques, culturelles, sociologiques. Les mutations qui s'opèrent dans le mangé quotidien, dans le choix des aliments et dans la présentation et prise des repas offrent un double regard : modernisme ou traditionalisme, respect des normes anciennes ou évolution de cette tradition. La cuisine Kinoise est le fruit d'un processus historique à la fois lié aux populations l'habitant et à l'histoire socio-économique de cette ville.

Sous cette approche, la cuisine n'est plus abordée sous l'angle seulement nutritionnel, social ou économique mais aussi comme baromètre de l'évolution d'une société. Il y a une cuisine congolaise moderne et urbaine dont la cuisine Kinoise en est le reflet ou si l'on veut l'une des facettes, mais elle n'est pas différente dans sa base de la cuisine congolaise. C'est une approche importante pour l'historien de considérer la cuisine comme le fruit d'un processus, car elle est à la fois document d'histoire, témoignage muet et silencieux d'un ensemble de traditions parfois séculaires.

Nous avons retenu quatre grandes périodes de l'évolution de cette cuisine. Les éléments de la modernité conçue selon les logiques coloniales étaient visibles au quotidien durant la première et deuxième période de notre périodisation. Les conséquences de ces contraintes sont appréciables dans les pratiques culinaires de ces premiers immigrés à Kinshasa. Il s'en est suivi une certaine dualité entre rites culinaires traditionnelles et acceptation du modèle occidentale durant les périodes qui ont suivi. Parfois grâce à des améliorations, des nouveautés, et des changements, le plat pourra être plus épicé, plus gras, plus épaissi en légumes ou plus carné. Dues à la présence pluriethnique dans la composition de la population de Kinshasa, ces transformations seront à la base de notre cuisine moderne urbaine, simple dans ces moyens, raffinée dans ses résultats.

Aussi, une forte pression économique, sociale et alimentaire est à l'origine des émancipations gastronomiques tant constatées à Kinshasa et qui résultent, nous l'avons dit, du brassage des populations au sein de Kinshasa. Parmi les facteurs d'évolution, il y a donc la pauvreté, mais aussi les mutations des cadres congolais, les mariages interethniques et la promiscuité dans les habitations. Par ailleurs, à l'intérieur des frontières culturelles congolaises, beaucoup de plats au départ propres à tel terroir ont perdu de leurs identités d'origine à cause de l'engouement qu'ils ont provoqué. Dans la rencontre entre les cultures, dont la cuisine est un des aspects, l'apport des uns enrichit les autres et vice-versa. Ils font partie aujourd'hui du patrimoine national du fait de leur totale intégration dans les habitudes culinaires du pays.

Mais les changements n'intervinrent pas de façon brutales, ils résultèrent plutôt d'ajustements progressifs qui font de l'histoire culinaire kinoise comme partout ailleurs, une histoire de longue durée. Partout dans le pays, les villes deviennent donc comme des laboratoires, des ateliers et des carrefours de création et des voies de diffusion des techniques alimentaires et culinaires typiques et plurielles tant et si bien que l'on aurait tort de croire que le contexte nutritionnel de ce pays soit monotone et figé. L'histoire culinaire kinoise est donc bien vivante, elle n'est pas isolée mais s'inscrit dans le contexte culinaire global des expériences des cuisines du monde.

MATONDA SAKALA Igor

Historien /Assistant Unikin

Références bibliographiques

- Barbier Andrée, Economie domestique, Saint Paul, VII, 1971, Kinshasa, 158 p.

- Baeck Louis, « enquêtes budgétaires des congolais évolués de Léopoldville »,

- Capelle Emmanuelle, La cité indigène de Léopoldville, CESA/CEPSI, Léopoldville/Elisabethville, 1947, 110 p.

- Cocquery Vidrovitch Cathérine, « L'Afrique urbaine. De la ville en Afrique noire » in Annales, Histoire, Sciences Sociales, 61ème Année, n°5, septembre-octobre 2006, p.1087-1119.

- Comhaire-Sylvain Suzanne, Femme de Kinshasa, hier et aujourd'hui, Mouton, Paris, 1968, 280 p.

- Bricas Nicolas, « la pluralité des références identitaires des styles alimentaires urbains en Afrique », in CIRAD/UMR Moisa (Marchés, Organisations et Stratégies d'Acteurs), TA C-99/15, Montpellier, F-34398, p.149-159. Cfr nicolas.bricas@cirad.fr

- Cuisine aux pays du soleil (La), n°921, Ed. Saint Paul, 1976, 308 p.

- Iyeki JeanFrançois, « réflexions sur les foyers sociaux » in La Voix du Congolais, septembre 1957.

- Léon de Saint Moulin, « Contribution à l'histoire de Kinshasa », in Zaïre-Afrique, n°108, 1976, p.461-474.

- Les gourmets au Congo, J.E. Buschumans, Anvers, s.d. (1929 ?), 140 p.

- Manda Tchebwa, Terres de la chanson. La musique zaïroise hier et aujourd'hui, Duculot, Louvain-La-Neuve, 1996, 366 p.

- Mianda Gertrude, Femmes africaines et pouvoir. Les maraîchères de Kinshasa, L'Harmattan, Collection « Zaïre-Histoire et société », Paris, 193 p.

- Milton Santos, « alimentation urbaine et planification régionale en pays sous-développé » in Revue Tiers-Monde, Tome X, n°37, janvier-mars 1969, PUF, 1969, p.95-114.

- République du Zaïre, Synthèse des études démographiques de l'ouest du Zaïre.1974-1977, Louvain-La-Neuve, 1978, 277 p.

- Soeurs Missionnaires de Saint Augustin, Art culinaire, Saint Paul, Limete-Léopoldville, (s.d.), 84 p.

- Veyi Disatoma, « Conséquences de l'inflation sur les habitudes de consommation à Kinshasa de 1976-1980, cas d'études de deux produits de base : riz et manioc », TFC, ISS, Kinshasa, 36 p.

précédent sommaire






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net