WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le manuel scolaire à  l'école primaire: effets et limites

( Télécharger le fichier original )
par Elhabib STATI
Université Hassan 1er de Settat - Maroc - Master 2010
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Le manuel scolaire à l'école primaire :

Effets et limites1(*)

Elhabib STATI

Chercheur en politiques publiques

ÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜÜ

Qui n'a pas, dès son entrée à l'école primaire, tenu dans ses mains un manuel scolaire ?

Certes, pour plusieurs élèves, il est le premier livre rencontré. Pour certains d'entre eux, il sera peut être le dernier. Peu importe. Le manuel demeure encore aujourd'hui, plus que jamais, indispensable.

Au Maroc, les manuels scolaires connaissent actuellement de profonds changements. Soumis d'un contexte socioculturel et politique en mutation2(*), et suites aux avancées des disciplines et à la diffusion des nouvelles approches éducatives, ils changent de contenu et de méthodes.

Au sein de nos établissements, le débat sur le manuel scolaire ne porte que sur ses aspects extérieurs. Il aborde rarement son contenu et son usage.

Au collège, au lycée et notamment à l'école primaire, on discute parfois du renouvellement des manuels, mais on parle très peu de ses apports et ses limites.

Il serait utile de rappeler ce que l'on entend " manuel scolaire". Le dictionnaire Robert définit le manuel comme « un ouvrage didactique présentant, sous un format maniable, les notions essentielles d'une science, d'une technique, et spécialement les connaissances exigées par les programmes scolaires.»

De même, le Dictionnaire de la langue française le définit comme « Ouvrage contenant les notions fondamentales d'une science, d'une technique, d'un art ». Le groupe français de pilotage du programme de travail (1997-1998)3(*), considère le manuel scolaire comme "tout support pédagogique (livres ou fiches) qui doit être acquis par l'élève ou qui est mis à sa disposition par l'établissement."

Les manuels sont décrits, en outre, comme « des outils au service de la sécurisation de l'enseignant. Ils serviraient ainsi de mesure étalon pour identifier ce que l'élève doit savoir et être capable de faire au cours et à la fi n de l'année »4(*).

Ils sont même un outil au service de l'égalité des chances, de la pédagogie et de l'apprentissage.

A la lecture de ces définitions, on constate que le manuel scolaire remplit à la fois une mission officielle, puisqu'il traduit la philosophie éducative de l'Etat, et une fonction pédagogique car il comporte les connaissances que l'élève doit retenir dans un niveau donné de sa scolarisation.

Le présent article se propose, dans un premier temps, d'exposer les effets bénéfiques de l'usage de cet outil didactique, et dans un second temps, de dégager quelques unes de ses limites au sein de l'école primaire au Maroc.

A. Les effets bénéfiques de l'usage du manuel scolaire :

Tandis que l'enseignement oral prévalait encore comme moyen de transmission des connaissances et de formation de l'esprit, les textes écrits, bien que réservés à une minorité de personnes cultivées, avaient déjà un rôle didactique. De quelque nature qu'ils aient été, ce produit écrit, en plus de leur fonction de conserver l'histoire ou de laisser des traces concrètes et fidèles des sociétés et des civilisations, a servi, depuis des siècles, de support et d'instruments d'enseignement.

Depuis que l'instruction scolaire pour tous a été instaurée, tout d'abord dans un certain nombre de pays, puis reconnue comme un droit universel, l'utilisation généralisée des manuels s'est imposée comme une nécessité pour assurer l'efficacité de l'enseignement et la réussite scolaire5(*). Le manuel scolaire est un outil si usuel6(*)qu'on oublie parfois de réfléchir à sa nature, à sa fonction, et surtout à son utilité.

Au bout du compte, il semble qu'on ait peu écrit à propos d'une question fondamentale : les manuels scolaires sont-ils efficaces ? Bien sûr, les spécialistes se sont posés la question, mais il est difficile d'y répondre... Comment en effet isoler l'effet du manuel scolaire qui n'est qu'un outil dans un attirail pédagogique ?7(*)

Dans les pays en voie de développement, y compris le Maroc, le manuel est considéré a priori comme étant un élément-clé pour l'amélioration de la qualité de l'enseignement. C'est un outil qui accompagne chaque élève dans son apprentissage. Ces utilisateurs directs8(*) confirment eux même cette nécessité. Les autres acteurs, notamment le ministère concerné, ses services internes et externes, les éditeurs et même les inspecteurs soutiennent la forte utilité de cet outil pédagogique.

A l'école primaire où les connaissances et les expériences de l'apprenant sont limitées, on ne peut nier les effets bénéfiques du manuel scolaire. Ce dernier joue un rôle important pour les raisons suivantes :

o D'abord, il permet à l'élève de se familiariser avec les livres. C'est une invitation à lire, à découvrir et à interroger avant même avoir l'idée du contenu du livre et de sa nature. On néglige souvent de mettre quelques livres à la disposition des enfants juste pour les inciter à se familiariser avec ce support d'information, de documentation ou de référence. Il arrive aussi qu'on oblige l'enfant à lire un livre donné sans prendre en compte ses tendances et ses intérêts. Dans ce sens, responsables de l'éducation sont appelés à doter l'école par une bibliothèque assez riche, contenant des livres divers, des histoires variées, et qui sont pertinentes aux besoins des élèves. Benoît Jadin note que « s'habituer aux manuels, c'est se familiariser aux livres, et avoir une chance d'y prendre goût... donner à tous les mêmes outils, c'est un des moyens de démocratiser l'école. »9(*)

o En second lieu, le manuel scolaire est le meilleur outil pour apprendre à l'élève à lire, au sens large du terme. Il ne s'agit pas seulement de l'initier à déchiffrer ou à comprendre le sens de ce qu'il lit, mais aussi le conduire à appréhender la structure d'un texte, à retrouver certains éléments, à utiliser une table des matières ou un index10(*)...

o En troisième lieu, le livre scolaire présente « l'intérêt d'avoir un texte relié et continu, sans erreurs (ou pas trop), auquel l'élève peut avoir recours à tout instant. D'aucuns n'ont que des feuilles volantes qui s'éloignent parfois loin de leur port d'attache. Ce recours à des écrits solides favorise l'autonomie de l'élève et peut contribuer au travail de structuration de ses acquis. »11(*)

o Le livre scolaire inciter l'imagination de l'élève. Il ne suffit pas de chercher des textes ici et là juste pour les coller dans les manuels. Il faut donner à l'élève la possibilité de concevoir des dessins et des images et de' développer ainsi son imagination.

o Enfin, le livre scolaire offre le moyen d'évaluer les acquis des apprenants. Généralement, le manuel scolaire contient les connaissances que l'élève doit maîtriser à un niveau donné de sa scolarisation. Parallèlement, il propose des exercices qui permettent à l'enseignement de mesurer le degré de maîtrise par l'élève de ces connaissances.

Ceci dit le manuel scolaire remplit quatre fonctions fondamentales ; Pour l'élève, il véhicule des savoirs. Il lui offre l'opportunité de découvrir, d'apprendre, de comprendre et de concevoir. Pour l'enseignant, il est une source d'activités pédagogiques, contenant une banque de données conformes aux programmes officiels. De plus, il constitue pour la famille un outil de suivi et d'accompagnement du travail de leurs enfants. Il établit ainsi le lien entre l'établissement scolaire et les parents. Enfin, le manuel scolaire définit les attentes de l'institution éducative en fixant les contenus officiels de l'enseignement.

* 1 Article publié aux cahiers de l'éducation et de la formation, N° 3, Septembre 2010.

* 2 Christian Cherdon, « Quel avenir pour le manuel scolaire ? », Intervention au salon de l'éducation, Namur ,17 Octobre 2007, Forum Nord.

* 3 Travail conduit par l'Inspection générale de l'éducation nationale française sous le thème : Le manuel scolaire. p : 6.

* 4 Johanne Lebrun, Yves Lenoir et Julie Desjardins, Revue des sciences de l'éducation, vol. 30, n° 3, 2004, p. 511.

* 5 UNESCO, « l'élaboration des manuels scolaires, Guide méthodologique », par Roger Seguin, Division des sciences de l'éducation, contenus et méthodes de l'éducation, Décembre 1989.p :10.

* 6 Travail conduit par l'Inspection générale de l'éducation nationale française sous le thème : Le manuel scolaire. Op.cit. p : 5.

* 7 François-Marie Gérard, « Le manuel scolaire, un outil efficace, mais décrié », Education & Formation - e-292, Janvier 2010. p : 14.

* 8 Les élèves et les professeurs.

* 9 Benoît Jadin, dans son article : "Le retour des manuels", paru dans le journal : Le Ligueur, n°31, publié le 24 Août 2005.

* 10 Benoît .J, Op.cit.

* 11 Benoît .J, Op.cit.

sommaire suivant






La Quadrature du Net