WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Relation inflation et croissance économique dans les pays de l'UEMOA

( Télécharger le fichier original )
par Wassakou KOUAME
Université Cocody- Abidjan - DEA du Nouveau Programme de Troisième Cycle Interuniversitaire  2009
  

précédent sommaire suivant

1.2. L'inflation : un frein à la croissance économique

1.2.1. L'approche implicite des classiques

Les théoriciens classiques ont posé les fondements de nombre de théories de croissance. Le fondement du modèle classique de croissance a été établi par Adam Smith qui a développé un modèle précurseur de croissance et sa fonction de production était comme suit :

Y= f (L, K, T)

Avec Y étant la production, L le Travail, K le capital et T le facteur terre ; Ainsi la production est liée au travail, au capital et facteur Terre. Par conséquent, la croissance de la production (gy) est induite par la croissance de la population, la productivité (gf). Ainsi : gy=?? (gf , gK, gL, gT ).

Smith soutenait que cette croissance était auto entretenue comme cela est stipulé à travers le rendement d'échelle croissant. En outre, il percevait les épargnes comme créatrices d'investissement et alors de croissance. Ainsi, pour lui, la distribution des revenus est l'un des déterminants les plus importants de l'évolution rapide ou lente de la croissance d'une nation. Il a aussi exposé que les profits décroissaient, non pas à cause de la baisse de la productivité marginale, mais plutôt à cause du fait que la concurrence des capitalistes pour les travailleurs surenchérit les salaires.

Le lien entre le changement du niveau des prix (inflation), et ses effets « taxes » sur les niveaux de profit et de production ne sont spécifiquement articulés dans les théories classiques de croissance. Cependant, la relation entre ces deux variables est implicitement suggérée négative, comme l'indique la réduction sur les niveaux de profit de la firme à travers les coûts salariaux.

1.2.2. Le monétarisme et la monnaie

Le monétarisme a quelques caractéristiques essentielles, avec un accent sur les propriétés de la longue période de l'offre de l'économie opposée à la dynamique de courte période. Milton Friedman, qui a inventé le mot « monétarisme », a insisté sur quelques propriétés clés de l'économie de longue période, incluant la théorie quantitative de la monnaie et de la neutralité de la monnaie. La théorie quantitative de la monnaie liait l'inflation et la croissance économique en égalisant le montant total dépensé dans l'économie au montant total de la monnaie existante. Cette théorie est résumée dans l'équation établie par Irving Fischer comme suit : M x V = P x T. Le membre de gauche de cette équation quantitative de la monnaie décrit la monnaie utilisée dans les transactions avec M étant la quantité de monnaie et V la vélocité (vitesse de circulation) de la monnaie ; En outre, le membre de droite exprime la valeur des transactions avec P étant le prix moyen des biens et T le nombre de transactions.

Selon Friedman, l'inflation est le produit de la hausse de l'offre et de la vélocité de la monnaie au taux le plus élevé de la croissance dans l'économie.

Friedman a aussi remis en cause le concept de la courbe de Philips. Son argumentation était basée sur les prémisses d'une économie où les tous les coûts doublent. Ici, les individus doivent payer deux fois plus aussi bien pour les biens et les services, mais ils y ne prêtent pas attention, parce que leurs salaires ont aussi doublé. Les individus anticipent le taux futur de l'inflation et incorporent ses effets dans leur comportement. En tant que tel, l'emploi et la production ne sont pas affectés : c'est le concept de la neutralité de la monnaie. On parle de neutralité de la monnaie si les valeurs d'équilibre des variables réelles incluant le niveau du PIB sont indépendantes du niveau de l'offre de la monnaie dans le long terme. Si l'inflation fonctionne de cette façon, alors elle serait nuisible. A travers son impact sur l'accumulation du capital, l'investissement et les exportations, l'inflation peut impacter négativement le taux de croissance du pays.

Par ailleurs, Sidrauski3(*) (1967) a proposé un travail original dans le contexte du modèle de générations dans lequel la monnaie est « Super neutre ». La superneutralité, a lieu quand les variables réelles, incluant le taux de croissance de la production, sont indépendantes du taux de croissance de l'offre de monnaie dans le long terme. Le résultat principal dans le système de Sidrauski est que la hausse du taux d'inflation n'affecte pas l'équilibre stable du stock de capital. En tant que tel, ni la production, ni la croissance économique ne sont affectées.

Finalement, le monétarisme soutient que dans le long terme, les prix sont principalement affectés par le taux de croissance de la monnaie tandis qu'il n'a aucun effet sur la croissance.

* 3 Miguel Sidrauski (Octobre 1939-Septembre 1968) est un monétariste originaire d'Argentine.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.