WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse et gestion du risque dans le système bancaire: cas du risque monétique et de la monnaie électronique au Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Ulrich Evrard LEYINDA LEKINGANI
Académie Sherbrooke Dakar - Master européen en management et stratégies financières 2011
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE III : DEFINITION DES CONCEPTS

Cette partie est indispensable car elle définit les mots et expressions clés, nécessaires à la compréhension de cette étude.

Banque Centrale33(*) : c'est une banque dont les fonctions sont l'émission de la monnaie fiduciaire et l'exécution de la politique monétaire, par l'action directe ou indirecte sur la quantité et le coût du crédit dans le cadre national. Elle est la banque des banques ou banque de premier rang. Elle organise les règlements par compensation entre les banques et régule la liquidité de l'économie.

Banque34(*) : il s'agit de toute banque hors banque centrale. On parle également de banque de second rang, la banque centrale étant la banque de premier rang.

Pauvreté35(*) : C'est un phénomène multidimensionnel. Plusieurs définitions et approches existent pour la cerner. La mesure de l'incidence, de la profondeur et de la sévérité de la pauvreté nécessite la résolution des deux questions fondamentales que sont l'identification des individus pauvres et la construction d'indicateurs pertinents  sur la base des informations disponibles. Dans la pratique, deux approches sont généralement utilisées : l'une dite objective et l'autre dite subjective.

   -L'approche  objective s'appuie sur une information quantitative résumée à travers un indicateur monétaire ou non monétaire. Une ligne de pauvreté  est alors définie comme un seuil en deçà duquel le ménage (ou l'individu) est considéré comme pauvre (moins d'un dollar par jour). ESAM-I, 1994; QUID, 2001.

-L'approche subjective est basée sur la perception par les populations de leurs conditions d'existence. Les populations interrogées  s'auto désignent  pauvres ou non pauvres selon des critères qui leur sont propres. A cet égard, un proverbe africain recueilli lors du processus participatif définit la pauvreté comme l'absence d'avoir, de savoir et de pouvoir (EPPS  - Focus Groups et EPPS, 2001).

Dans cette étude nous privilégierons la perception objective de la pauvreté qui correspond mieux à la situation de non bancarisation de la majorité des populations du Sénégal.

Politique monétaire36(*) : Action délibérées des autorités monétaires (Banque centrale, Trésor public) sur la masse monétaire et les actifs financiers en vue de la régulation de l'économie à court et à moyen terme.

Agrégat monétaire37(*) : Ensemble des moyens de paiement dans une nation. On distingue plusieurs agrégats en fonction du degré de liquidité de leurs composants. La définition de ceux-ci reste contingente et fait l'objet de révision en fonction des besoins de politique monétaire.

Monnaie légale38(*) : Elle est définie par un statut comme licite, dans un but spécifique. C'est ainsi que les certificats d'or ou de devises étrangères constituent de la monnaie légale dans le cadre de la constitution des réserves de change pour les différentes banques centrales. Au niveau interne, seule la monnaie nationale émise par les pouvoirs monétaires est considérée comme légale.

Monnaie fiduciaire39(*) : Elle est fondée sur la confiance. Ainsi toute monnaie est fiduciaire. L'usage a fait que l'expression est réservée pour désigner la monnaie matérialisée par des billets de banques émis par l'Institut d'émission et garantis par une couverture métallique ou devises convertibles. Le phénomène de confiance s'applique à cette couverture.

Monnaie métallique 40(*): C'est une monnaie-marchandise composée de pièces ou de lingot d'or et/ou d'argent dont le poids et le titre sont garantis par l'Etat et certifiés par l'intégrité des empreintes qui en recouvrent la surface.

Monnaie marchandise 41(*): Elle est matérialisée par des biens marchands : or, argent, blé, matières premières divers, etc. On l'oppose à la monnaie de crédit.

Monnaie scripturale 42(*): Ensemble des dépôts à vue dans les banques et les centres des chèques postaux. La monnaie scripturale correspond à la monnaie née du jeu d'écriture par la transmission de chèque, virement, ou carte de crédit utilisée comme carte de paiement. Elle forme avec les billets de banque et les pièces l'agrégat M1 « disponibilité monétaire ».

Monétique: La monétique représente l'ensemble des traitements électroniques, informatiques et télématiques nécessaires à la gestion de cartes de paiement ainsi que des transactions associées. En d'autres termes, la monétique regroupe les processus nécessaires à la création d'une carte, la lecture des informations associées et la gestion des transactions monétaires43(*).

Monnaie électronique : Bounie, (2001)44(*), la définie comme « une créance sur un institut d'émission inscrite non pas sur du papier (fiduciaire) où dans des livres (scripturale) mais sur une carte à microprocesseur (PME) ou sur un logiciel (PMV)». Cette monnaie se distingue ainsi des systèmes de paiement électronique traditionnels dans la mesure où elle ne nécessite aucune autorisation de l'émetteur, ni la présence d'un compte.

Masse critique 45(*): C'est la taille minimale que doit avoir une entreprise pour demeurer sur un marché donné. De la même manière, c'est la taille que doit rapidement atteindre l'entreprise qui désire pénétrer sur un marché.

3.1. Question de recherche

Quels sont les différents risques liés à l'utilisation de la monétique et de la monnaie électronique au Sénégal ?

* 33 Lexique d'économie, Ed. Dalloz, p.74

* 34 Lexique d'économie, Ed. Dalloz, p.75

* 35 Ministère de l'Economie et des Finance du Sénégal, diagnostic de la pauvreté.

* 36 Lexique d'économie, Ed. Dalloz, p.547

* 37 Lexique d'économie, Ed. Dalloz, p.22

* 38 Lexique d'économie, Ed. Dalloz, p.477

* 39 Lexique d'économie, Ed. Dalloz, p.476

* 40 Idem, p.477

* 41 Idem, p.477

* 42 Idem, p.477

* 43 Glossaire, banque de règlements internationaux, mars 2003.

* 44 Bounie. D, (2001), « Quelques incidents Bancaires et monétaires des systèmes de paiement électronique », Revue économique, volume 52, Octobre, Numéro Hors série, p 313 - 330.

* 45 http://aygosi.pagesperso-orange.fr/1M.html

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)