WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Kaamelott humour télévisuel et série intertextuelle

( Télécharger le fichier original )
par Sébastien Brossard
Université de Franche-Comté - M2 Discours Texte Communication Documentation 2012
  

précédent sommaire suivant

2. La télévision, objet culturel

Pendant plusieurs décennies télévision pouvait se concevoir de deux manières : offrir aux téléspectateurs ce qui est susceptible de les intéresser. C'est généralement ce que fait la télévision privée (TF1, M6) afin de séduire le plus grand nombre. Ou alors on estime que la télévision est un outil permettant de développer la culture et qui permet de faire découvrir de nouveaux horizons aux masses6. C'est ce qui est censé être la mission du service public et le choix de quelques chaînes comme ARTE. Cependant, depuis les années 1990, le service public se préoccupe également de l'audience et propose des programmes moins ambitieux qu'auparavant. De même nous pouvons regarder des programmes de qualité sur des chaines privés, il ne s'agit là que d'une tendance générale et non un schéma binaire. L'objectif d'une chaîne privée étant d'engranger des recettes publicitaires, elle doit donc proposer des programmes fédérateurs et ne peut donc pas se permettre de prendre des risques sur sa programmation. Nous aboutissons donc à des programmes consensuels pourvus de personnages stéréotypés, des scénarios convenus et des sujets pouvant plaire à tous et évitant de heurter certaines couches de la population ou certaines communautés.

Il est également difficile de parler d'Histoire à la télévision ou de diffuser du théâtre, des concerts, bref d'imposer une certaine qualité culturelle. Le risque pour le diffuseur est de paraître élitiste. C'est pourquoi les rares pièces de théâtre diffusé à une heure de grande écoute sont des vaudevilles ou des pièces de boulevards. Comme pour les fictions, les décideurs choisissent d'augmenter les chances de réaliser une large audience.

Cette question de la qualité et du respect de la culture existe depuis la naissance de la télévision4 et continue de diviser professionnel de la télévision, de la culture et téléspectateurs avertis.

Bien que, la tâche semble ardue pour les diffuseurs et que la prise de risque soit nécessaire, il est tout de même possible de produire des programmes de qualité à la télévision (nous

6 Le sociologue Michel Crozier traitait déjà cette question en 1966 dans son article Télévision et développement culturel et Thomas Yadan évoque à nouveau ce sujet en septembre 2006 pour le site Evene.fr

http://www.evene.fr/celebre/actualite/culture-television-audimat-arte-bourdieu-divertissement-455.php

Brossard Sébastien Kaamelott : humour télévisuel et série intertextuelle 14

entendons ici, qualité ayant une valeur culturelle, la culture légitime telle que la conceptualise Pierre Bourdieu en 1979 dans La distinction).

précédent sommaire suivant