WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse pragmatique des chansons de Koffi Olomide

( Télécharger le fichier original )
par alain nyembwe kabala
IFASIC - Licence 2013
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

EPIGRAPHE

« La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil ».

Friedrich NIETSCHE

In Memoriam

Au feu Magistrat KABALA MAPA MUTOMBO Godefroid,

Notre regretté père.

REMERCIEMENTS

Nous remercions avant tout Dieu le Père, l'Esprit suprême, le Maitre des temps et des circonstances.

Nous saisissons cette opportunité qui sanctionne la fin de notre cycle de Licence à l'Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication (IFASIC), pour remercier tous ceux qui ont contribué à l'élaboration de ce travail.

Nous pensons spécialement au professeur Elite Ipondo, ainsi qu'à l'assistant Rigobert Mukendi, respectivement notre directeur et notre lecteurde mémoire, pour avoir accepté de nous encadrer avec beaucoup de soins afin de produire un travail de qualité. Nous les remercions pour leur bonne volonté et leur disponibilité.

Nous tenons à remercier sincèrement tous les professeurs et assistants de l'institut facultaire des sciences de l'information et de la communication qui se sont investis pour cette formation de haute facture dont nous sommes reconnaissants aujourd'hui.

Que notre mère Christine Ndelela,nos tantesAnnie Tumba, Caroline, nos frères et soeurs, Serge Kabala, Christian Kabala, Hervé Kabala, Ghyslain Kabala, Nelly Kabala, Junior Kabala, Emmanuel Kabala, David Kabala, Merveille Kabala trouvent ici l'expression de notre sincère et profonde gratitude.

Il nous sera ingrat de ne pas remercier le docteur Patient Mpunga, sans oublier notre tendre fiancée ainsi que sa soeur jumelle: Grâce Dizele et katie Dizele pour leur assistance.

Nous exprimons aussi notre reconnaissance à nos ainés scientifiques de l'IFASIC dont les travaux sur les actes de langage nous ont été d'une grande utilité. Nous pensons ainsi à Junette Lukoki Lubibweta, Mbumba Ngaliema et Kiala Luleko.

Enfin, que nos parents, amis et connaissances qui ne sont pas cités dans ce travail, trouvent chacun l'expression de nos vives reconnaissances.

Alain Kabala

INTRODUCTION GENERALE

I. OBJET D'ETUDE

La présente étude se propose de faire l'Analyse pragmatique des chansons de Koffi Olomide. Le choix de ce sujetest motivé parla perception que les Kinois se font de la musique congolaise et les différentes façons dont ils les interprètent et s'en serventpour communiquer.

En effet, la ville de Kinshasa se trouve actuellement caractérisée par des comportements sociaux particuliers qui se présentent à tout point de vue comme la résultante de la musique populaire. Il s'agit entre autres du mode vestimentaire, du style locutoire, voire de certains slogans qui organisent le mode de vie de la population juvénile.

Commed'aucuns l'imaginent, la plupart des oeuvres musicales promeuvent des obscénités, souvent dissipées dans des frivolités, maisdont l'effet souventobtenu seraitun libéralisme vestimentaire et locutoire face auquelmême lesystème de production culturelle, des institutions politiques chargées de réguler la production musicale à la société civile, en passant par les musiciens, les médias et les fans,reste impuissant.

Cette dernière se présente donccomme une conséquence du disfonctionnement de ce système qui, en effet,ne concourt quasiment plus à la poursuite  d'un but artistique, mais bien au contraire tend à satisfaire les exigences du marché.De ce fait, Il se tait sur certaines dérives même si parfois les oeuvres musicales recourent à la dépravation des moeurs, créant,le plus souvent,un embarrasdans le chef de ceux qui désirent enmimer les morceaux en présence de leurs enfants ou de leurs beaux-parents.

II. ETUDES ANTERIEURES

Avant d'entrer dans le vif de notre sujet, il sied, comme l'exige la méthodologie scientifique, de passer en revue différents travauxayant porté sur notre approche à savoir l'approche pragmatique, afin de les critiquer et de dégager la spécificité de notre travail.

Parmi les nombreuses recherches qui se sont servis de cette approche, nous avons retenu celui de Junette Lukoki Lubibweta, de l'Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication (IFASIC), qui a étudié « Les actes de langage dans le discours du président Joseph Kabila lors de son investiture à la magistrature suprême en 2006 »1(*).

Dans son travail, l'auteur s'était donné pour tâche derechercher les actes de langage prédominants dans le discours du président Joseph Kabila lors de son investiture de 2006.

A travers une analyse pragmatique du contenu du discours présidentiel, l'auteur ainfirmé son hypothèse portant sur la prédominance des promissifs dont le but illocutoire serait d'engager le locuteurà effectuer l'action spécifiée par le contenu propositionnel.

L'analyse effectuée a révélé qu'un discours politique n'est pas que promissif. Les assertifs s'imposent aussi et présentent comme actuel l'état des choses correspondant au contenu propositionnel.

Le deuxième travail est celui de Mbumba Ngaliema de l'Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication (IFASIC), qui a porté sur le thème : « la matérialisation de la politique étrangère de la République démocratique du Congo sous la 3ème République. Analyse pragmatique des actes de langage dans le discours de Joseph Kabila».2(*)

Dans ses recherches, cet auteur s'est demandé « quelle est la place des actes de langage liés au volet diplomatique dans les discours du président Joseph Kabila de 2006 à nos jours? ».

L'hypothèse de l'auteur était en effet qu' « un discours cadré dans un contexte de début de mandat véhicule des promesses. Ce discours connait une coexistence des projets de divers secteurs de la société... »

A travers la méthode descriptive, l'analyse de contenu des discours du président a permis à l'auteur d'infirmer l'hypothèse, démontrant ainsi que le message du 6 décembre 2006 connait une prédominance des promissifs, soit 53,82%, alors que dans le discours du 06 décembre 2007, ce sont les assertifs qui prédominent avec 65% de proportion.

Un autre travail est celui deKiala Luleko de l'Institut facultaire des sciences de l'information et de la communication (IFASIC), qui a examiné « les actes de langage dans le discours de Joseph Kabila à l'occasion de son premier mandat en décembre 2007 »3(*). Le chercheur était préoccupéd'analyser le contenu du discours présidentiel afin d'y relever les actes de langage prédominants un an après son investiture.

Après analyse pragmatique, il confirme son hypothèse selon laquelle ce sont les assertifs et les promissifs qui prédominent avec une proportion de 39,13% pour les premiers et 26,08% pour les seconds.

Les travaux ci-haut cités se sont attardés sur l'analyse du langage politique, en l'occurrence, les discours du président Joseph Kabila. Cependant, les actes de langage peuvent être appliqués à une diversité de disciplines de communication, y compris la communication musicale, notre objet d'étude.

Notre problème spécifique de recherche tient au fait que la société congolaise n'a pas connaissance des actes de langage contenus dans les chansons populaires, en général, et dans celles de Koffi Olomide, en particulier. D'où la question spécifique de notre recherche que nous énonçons en ces termes: « quels sont les actes de langage dominants dans l'oeuvre de Koffi Olomide? ».

III. HYPOTHESE

Un artiste musicien qui se veut tant mélancolique qu'amoureux, compose et produit des textes de chansons imbus des actes de langage aussi bien assertifs qu'expressifs».

IV. CADRE THEORIQUE

Notre étude s'inscrit dans le cadre de la pragmatique linguistique. Dans cette étude, la théorie des actes de langage nous permettra de découvrir l'aspect pragmatique des chansons que nous allons considérer comme une énonciation supposant un locuteur et un auditeur et chez le premier l'intention d'influencer l'autre en quelque manière».4(*)

V.METHODES ET TECHNIQUES

1. Méthodes

Il est difficile, sinon mal aisé d'opérer un choix de la méthode dans un travail scientifique, car, ce choix dépend de la nature du sujet et de la compétence du chercheur. Toutefois, notre recherche est mobilisée autour des méthodes analytique et interprétative. La première nous permettra de déconstruire le corpus de notre recherche, le décomposer dans ses différentes particules (les énoncés) en vue de déceler les actes de langage y afférents.La deuxième nous aidera à souder le contenu de ce corpus en vue de comprendre l'action finale contenue dans cette énonciation qu'est l'oeuvre musicale de Koffi Olomide.

2. Techniques

A travers la technique documentaire,nous ferons une analyse de contenu des textes des chansons de l'artiste afin d'en dégager le sens profond qui nous est souvent impliciteà première vue.

VI. DELIMITATION SPATIO-TEMPORELLE

Notre étude s'est donné pour tâche essentielle, l'analyse des chansons de l'album « Abracadabra » de Koffi Olomide, mis sur le marché kinois par son producteur Diego musique le 10 janvier 2012.

VII. DIVISION DU TRAVAIL

Ce travail comporte trois chapitres. Le premier chapitre est consacré au cadre conceptuel,à laprésentation dela musique comme langage et vecteur de communication, puisà la présentation de notre cadre théorique. Le deuxième chapitre donne les éléments d'une présentation contextualisée de la musique congolaise et la présentation de l'auteur dont l'oeuvre est en étude.Enfin, le troisième chapitre sera consacré à l'analyse de l'oeuvre de Koffi Olomide en vue d'en dégager les différents actes de langage y contenus.

* 1LUKOKI LUBIBWETA, J., Les actes de langage dans le discours du président Joseph KABILA à son investiture en 2006, IFASIC, Kinshasa, 2007.

* 2MBUMBA NGALIEMA,  La matérialisation de la politique étrangère de la République démocratique du Congo sous la 3ème République. Analyse pragmatique des actes de langage dans le discours de Joseph Kabila, IFASIC, Kinshasa, 2010.

.

* 3KIALA LULEKO,  Les actes de langage dans le discours de Joseph KABILA à l'occasion de son premier mandat en décembre 2007, IFASIC, Kinshasa, 2008.

* 4 BENVENISTE, E., Problèmes de linguistique générale, Paris Galbérant, 1969, P. 241-242

sommaire suivant