WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Madagascar vers une croissance inclusive au développement durable.

( Télécharger le fichier original )
par Patrick BE
Toamasina Madagascar - Maîtrise 2016
  

Disponible en mode multipage

UNIVERSITÉ DE TOAMASINA
FACULTÉ DE DROIT, DES SCIENCES ÉCONOMIQUES,
DE GESTION ET DE MATHÉMATIQUES,
INFORMATIQUE ET APPLICATIONS
???????
MENTION ÉCONOMIE
???????

MÉMOIRE EN VUE DE L'OBTENTION DU DIPLÔME DE MAÎTRISE ÈS-SCIENCES ÉCONOMIQUES

MADAGASCAR VERS UNE CROISSANCE

INCLUSIVE AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Présenté et soutenu par :
Patrick BE
Promotion : 2012 - 2013
Sous la direction de :

Encadreur Enseignant

Monsieur LEMIARY

Enseignant Chercheur Université de Toamasina

Encadreur Professionnel
Monsieur Dédé EUGÈNE
Sociologue, Réalisateur Adjoint,
Chargé d'Études auprès de la Direction
du Système d'Information au Ministère
de l'Économie et du Plan

03 Septembre 2016

UNIVERSITÉ DE TOAMASINA
FACULTÉ DE DROIT, DES SCIENCES ÉCONOMIQUES,
DE GESTION ET DE MATHÉMATIQUES,
INFORMATIQUE ET APPLICATIONS
???????
MENTION ÉCONOMIE
???????

MÉMOIRE EN VUE DE L'OBTENTION DU DIPLÔME DE MAÎTRISE ÈS-SCIENCES ÉCONOMIQUES

INCLUSIVE AU DÉVELOPPEMENT DURABLE

MADAGASCAR VERS UNE CROISSANCE

Présenté et soutenu par :
Patrick BE
Promotion : 2012 - 2013
Sous la direction de :

Encadreur Enseignant

Monsieur LEMIARY

03 Septembre 016

2

Enseignant Chercheur Université de Toamasina

Encadreur Professionnel
Monsieur Dédé EUGÈNE
Sociologue, Réalisateur Adjoint,
Chargé d'Études auprès de la Direction
du Système d'Information au Ministère
de l'Économie et du Plan

SOMMAIRE

REMERCIEMENTS

LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES

GLOSSAIRE

RESUMÉ/ABSTRACT

INTRODUCTION 1

PARTIE I : NOTIONS SUR LA CROISSANCE INCLUSIVE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE 3

CHAPITRE I : CONCEPTS THÉORIQUES DE LA CROISSANCE INCLUSIVE ET DU

DÉVELOPPEMENT DURABLE 5

SECTION I : LA CROISSANCE INCLUSIVE 5

SECTION II : LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 15

CHAPITRE II : LIENS ENTRE CROISSANCE INCLUSIVE ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

24

SECTION I : LA CROISSANCE INCLUSIVE ET LES ODD 24

SECTION II : L'IMPORTANCE DE L'ÉCOLOGIE 37

PARTIE II : LA CROISSANCE INCLUSIVE COMME INSTRUMENT DE DÉVELOPPEMENT

DURABLE 48

CHAPITRE I : ANALYSE DE L'INCLUSIVITÉ À MADAGASCAR 50

SECTION I : LA CROISSANCE, LES INÉGALITÉS ET L'EMPLOI À MADAGASCAR 50

SECTION II : LES AUTRES CRITÈRES D'INCLUSIVITÉ 61

CHAPITRE II : QUELQUES SUGGESTIONS D'AMÉLIORATION DE L'INCLUSIVITÉ À

MADAGASCAR 71

SECTION I : RÉDUCTION DES INÉGALITÉS ET PROMOTION DE L'EMPLOI 71

SECTION II : AUTRES CONSIDÉRATIONS IMPORTANTES 80

CONCLUSION 88

BIBLIOGRAPHIE 90

ANNEXES 95

LISTE DES ILLUSTRATIONS 99

TABLE DES MATIÈRES 101

REMERCIEMENTS

L'ouvrage présent marque l'achèvement de notre cursus universitaire. Il n'aurait pas vu le jour, sans la collaboration des personnes mentionnées ci-après, à qui nous témoignons notre profonde reconnaissance.

? Les premiers remerciements de notre part s'adressent à Monsieur LEMIARY, Enseignant Chercheur à la Faculté de Droit, des Sciences Économiques, de Gestion et de Mathématiques, Informatique et Applications au sein du Département d'Économie de l'Université de Toamasina, notre Encadreur pédagogique, qui malgré ses diverses occupations, a accepté avec plaisir de nous guider et corriger pendant l'élaboration de ce travail.

? Le développement, bien qu'un stade difficile à accéder, reste un objectif crucial d'un bon nombre des pays. Toutefois, il s'avère impossible d'y parvenir sans la participation de tout un chacun dans le processus de développement. C'est dans ce sens que Monsieur Dédé EUGÈNE, malgré ses diverses préoccupations, a accepté de nous donner son aide précieuse en acceptant d'être notre Encadreur professionnel, à qui nous adressons particulièrement nos vifs remerciements. Ses critiques, ses remarques ainsi que ses compétences en la matière nous ont été utiles et ont fait de cet ouvrage un travail accompli.

Nous adressons nos sincères remerciements à tous les enseignants de l'Université de Toamasina, plus particulièrement ceux dans le département des Sciences économiques qui nous ont formé tout au long de nos études.

Également, nous sommes très reconnaissants envers nos chers parents qui nous ont non seulement élevé tendrement mais aussi et surtout nous ont prouvé leur amour dans notre éducation jusqu'à ce niveau-ci.

Bref, nous exprimons notre sincère gratitude à tous ceux qui ont, de près ou de loin, aidé à la réalisation de cet ouvrage, et sans lesquels cet ouvrage n'aurait pu arriver à son terme.

M. BE Patrick

LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES

AGOA : African Growth and Opportunity Act

AGR : Activités Génératrices de Revenus

APU : Administration Publique

BIT : Bureau International de Travail

CCNUCC : Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques

CMU : Couverture Médicale Universelle

COP : Conférence des Parties

DGE : Direction Générale de l'Économie

DSM : Direction des Statistiques des Ménages/INSTAT

DSY : Direction des Synthèses économiques/INSTAT

DTS : Droit des Tirage Spéciaux

EDD : Éducation au Développement Durable

ENSOMD : Enquête Nationale sur le Suivi des indicateurs des OMD

ESI : Environmental Sustainability Index

FCR : Facilité de Crédit Rapide

FEC : Facilité Elargie de Crédit

IBED : Indice de Bien Être Durable

IDE : Indice de Durabilité Environnementale

IPC : Indice de Perception de la Corruption

IPC-IG : International Politic Center for Inclusive Growth

IPV : Indicateur de Progrès Véritable

MEP : Ministère de l'Économie et du Plan

ODD : Objectif de Développement Durable

OMD : Objectif du Millénaire pour le Développement

PAG-EDD : Programme d'Action Global pour l'EDD

PEID : Petits États Insulaires en Développement

PND : Plan National de Développement

PNE : Politique Nationale pour l'Emploi

PURE : Programme d'Urgence pour la Relance Économique

SNDS : Stratégie Nationale de Développement de la Statistique

VPEI : Vice Primature chargée de l'Économie et de l'Industrie

GLOSSAIRE

Ajustement structurel : Programme de réformes économiques que le FMI ou la

Banque Mondiale mettent en place pour permettre aux pays touchés par de grandes difficultés économiques de sortir de leur crise économique.

Biodiversité : Diversité des espèces vivantes et de leurs caractères

génétiques.

Bourse du carbone : Marché organisé de négociation et d'échange de droits

d'émission de Gaz à effet de serre (CO2, méthane, protoxyde d'azote...).

Croissance pro pauvres : Toute croissance qui réduit significativement la pauvreté

(OCDE, 2001 et Nations Unies, 2000).

État de droit : État dans lequel les normes juridiques sont hiérarchisées

de telle sorte que sa puissance s'en trouve limitée.

État fragile : : Pays à faible revenu caractérisé par une faible capacité

et/ou légitimité de l'État.

Petits États Insulaires en : Îles représentant des défis semblables au niveau du

Développement développement durable.

RESUMÉ

Théoriquement, et plus particulièrement selon les courants de pensées interventionnistes (J.M. Keynes, 1936), l'État joue trois rôles dans l'économie : régulateur, producteur et redistributeur. L'ensemble de la population remet en question quant à ce dernier rôle dans le sens où les retombées de la croissance économique sont partagées de manière inéquitable.

Comment alors motiver les individus à produire davantage s'ils ne peuvent pas toucher ou bénéficier les fruits de leur travail dignement ? Comment pourront-ils contribuer au processus de développement durable face à ce problème ?

Ce travail a pour objet d'étudier la croissance inclusive comme un instrument clé du développement durable à Madagascar en essayant de donner quelques suggestions à cette fin. Il est à noter que la croissance inclusive est un objectif intermédiaire au service du développement durable qui, lui, est un objectif extrême de tous les pays du monde.

ABSTRACT

Theoretically, especially as the currents of thoughts interventionist (J.M. Keynes, 1936), the state plays three roles in the economy: regulator, producer and redistributor. The entire population questioned about the latter role in the sense that the benefits of economic growth are shared inequitably.

How then motivate individuals to produce more if they can not touch or enjoy the fruits of their work with dignity? How can they contribute to the sustainable development process in addressing this problem?

This work aims to study the inclusive growth as a key instrument for sustainable development in Madagascar trying to give some suggestions to that end. Note that inclusive growth is an intermediate objective for sustainable development which itself is an extreme goal of all countries of the world.

1

INTRODUCTION

La question de la croissance et des inégalités est une vieille préoccupation dans les pensées économiques et les débats politiques préoccupant de nombreux pays en développement. Madagascar, étant parmi ces derniers, est confronté aux différents problèmes aussi bien sur le plan politique1 qu'économique2 qui se répercutent par la suite dans le domaine social.

Différentes politiques de développement successives ont été initiées à Madagascar dont le PAS (Politique d'Ajustement Structurel), le DCPE (Document Cadre de la Politique Économique), le DSRP (Document Stratégique pour la Réduction de la Pauvreté) ou le MAP (Madagascar Action Plan), néanmoins celles-ci n'ont pas apporté les résultats escomptés. Les crises répétées, aggravées par les problèmes de la mauvaise gestion politique, sont les témoins de cette inefficacité accentuant ensuite les inégalités sociales et le déséquilibre régional.

Aujourd'hui, face à la persistance de ces problèmes, la question du développement économique et plus particulièrement le problème de sa durabilité se pose avec acuité. Toutefois, pour parvenir à ce développement durable la croissance économique est une condition sine qua non car comme disait François PERROUX : « Prendre en considération le développement c'est faire comprendre le risque de la croissance sans développement. »3.

Cependant, au moment où la croissance économique est présente, elle ne peut à elle seule, appréciée à sa juste valeur, conduire un pays au développement. Arrivé à ce stade, il suffit juste de faire en sorte que ce développement soit soutenu, durable afin d'être aux avantages des générations futures. Donc, il est d'autant plus capital que souhaitable de savoir choisir un bon type de croissance pour rendre les retombées de celle-ci équitablement partagées dans la société toute entière pour les générations présentes et futures.

Le fait de comprendre que le développement durable ne s'obtient pas par une simple élévation de la croissance économique mais est dépendant du choix du type de croissance à

1 2009-2013 : crise politique meurtrière pour l'économie malgache qui a provoqué des pertes des marchés exportateurs dont le textile, l'artisanat et le tourisme.

2 Chômage et persistance de la pauvreté, jamais résolus jusqu'à présent.

3 François PERROUX, Pour une philosophie du nouveau développement, Aubier/Presses de l'Unesco, Paris, 1981, p 47.

2

entreprendre nous a amené à choisir le thème de notre mémoire qui s'intitule : « Madagascar vers une croissance inclusive au développement durable ». La croissance inclusive est un type de croissance dont le citoyen est au coeur des préoccupations dans le processus de développement.

Dans ce contexte, nous sommes conduits à nous poser la question suivante : Dans quelle mesure la croissance inclusive serait-elle un élément clé au processus de développement ?

Par rapport à ce type de croissance et également à l'amélioration de son taux, le développement de Madagascar s'apercevra nettement et ce, dans une période étendue qui permettra aux générations futures de pouvoir satisfaire pleinement leurs besoins.

Ce travail aura pour finalité de comprendre l'importance de l'orientation d'une trajectoire de développement à partir de la croissance inclusive afin d'appréhender les impacts de celle-ci sur le peuple malgache et le devenir des générations futures.

Concernant la méthodologie, nous avons essentiellement puisé nos références à partir du Rapport sur le cadre de l'OCDE pour une croissance inclusive lors d'une réunion du conseil de l'OCDE au niveau des ministres à Paris le 06 et 07 Mai 20141. Nous avons aussi consulté le centre de documentation du Ministère de l'Économie et du Plan de Madagascar, l'Institut National de la Statistique de Madagascar, la Bibliothèque Nationale de Madagascar et d'autres2 encore. Le Guide de rédaction d'un mémoire de maîtrise de la Faculté de Droit, des Sciences Économiques, de Gestion et de Mathématiques, Informatique et Applications de l'Université de Toamasina (mars, 2008) a pareillement constitué un atout très important tant pour le mode opératoire de la réalisation du mémoire que pour sa rédaction.

Ce travail comporte deux parties. La première concerne les notions de la croissance inclusive et du développement durable. La seconde se focalise sur la croissance inclusive comme étant un instrument du développement durable.

1 Disponible en version électronique sur www.oecd.org/fr/rcm/IG_MCM_FRENCH.pdf, Consulté le vendredi 26 décembre 2014, 20:02:02.

2 Institut Français de Madagascar (IFM), Centre de Recherches, d'Études et d'Appui à l'Analyse Économique à Madagascar (CREAM).

NOTIONS SUR LA CROISSANCE INCLUSIVE ET

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE

PARTIE I:

La croissance inclusive constitue aujourd'hui un objectif (intermédiaire) majeur pour la plupart des États. En effet, elle offre la possibilité à toutes les couches de la société de participer à la réalisation des performances économiques (la croissance). Le développement durable est, quant à lui, un objectif (extrême) de nombreux pays. Cette partie se focalise en premier lieu sur les concepts théoriques de cette croissance inclusive et du développement durable et, de donner en second lieu les liens existant entre ces deux notions.

5

CHAPITRE I : CONCEPTS THÉORIQUES DE LA CROISSANCE INCLUSIVE
ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

Les notions de la croissance inclusive et du développement durable sont toutes deux des notions qui prônent une croissance économique partagée à tous et le développement pour tous et aux futures générations.

SECTION I : LA CROISSANCE INCLUSIVE

Vers le milieu des années 20001, nous nous sommes mis à défendre l'idée d'une croissance inclusive, capable d'assurer au plus grand nombre une répartition plus équitable des bienfaits de la croissance.

La croissance inclusive est fondée sur l'idée selon laquelle la croissance économique est importante mais pas suffisante pour générer une augmentation durable du bien-être, qui suppose un partage équitable des dividendes de la croissance entre individus et groupes sociaux. Dans le même temps, il est de plus en plus largement admis qu'au-delà du revenu et de la richesse, le bien-être dépend aussi de facteurs non monétaires, comme la santé et le niveau d'instruction. Par conséquent, le niveau et la répartition de ces facteurs non liés au revenu sont des aspects fondamentaux de la croissance inclusive qui en font un concept multidimensionnel. En outre, pour être pertinente, la croissance inclusive doit se prêter à des initiatives concrètes, pour que les responsables publics puissent mieux comprendre les arbitrages et les complémentarités entre domaines d'action, et cerner les outils à employer pour obtenir des améliorations tant du niveau que de la distribution des résultats monétaires et non monétaires. C'est pourquoi il est important d'examiner simultanément, et non une par une, les différentes dimensions de la croissance inclusive.

I : Définition de la croissance inclusive

En matière de croissance inclusive, les mots n'ont pas de sens, ils n'ont que des usages. L'économiste qui parle de croissance inclusive n'en a pas la même lecture que le

1 Les premiers résultats en termes de possibilités d'une croissance inclusive ont été présentés lors de la Conférence de l'Université des Nations Unies à Helsinki (Capitale de la Finlande) en Septembre 2013 et à la Conférence Annuelle de la Banque Mondiale à Paris (Capitale de la France) en Juin 2014.

6

philosophe, le politique ou le législateur ce qui la rend ambigüe. Chaque groupe humain apporte sa touche à la notion, source d'enrichissement mais aussi de confusion. Le problème n'est pas le mot croissance mais plutôt l'épithète inclusive.

Malgré les appels réitérés en faveur d'une croissance profitant au plus grand nombre, il n'existe pas encore de définition universellement acceptée de cette croissance inclusive. S'il est assez facile de définir et de mesurer la croissance, il est plus difficile de s'entendre sur ce qui la rend « inclusive ». Il y a d'abord le fait qu'elle doit être dans « l'intérêt du plus grand nombre et pas seulement des pauvres », mais, au-delà de cette notion générale, les ambiguïtés et les désaccords abondent.

1 : Définition étymologique de la croissance inclusive

Selon le Dictionnaire Larousse, le mot inclusif signifie enfermer, comprendre quelque chose d'autre en soi. Donc, la croissance inclusive est une croissance économique qui prend en compte d'autres choses essentielles en plus de l'augmentation du niveau du PIB.

Dans un sens un peu large, on peut définir la croissance inclusive comme celle qui «s'accompagne d'une réduction des disparités de revenus » (Rauniyar et Kanbur, 2010). Selon cette définition, elle se rapproche de la notion relative de CPP à la différence peut-être que sa conception de l'égalité est plus globale et va au-delà d'une définition étroite des pauvres, qui, rappelons-le, ne prend en compte que le revenu et se prête donc beaucoup plus facilement à des mesures.

Dans un sens très large, la croissance inclusive est parfois qualifiée comme « profitant à tous ». Dans ce sens, cette vision laisse entendre que la croissance devrait profiter à toutes les couches de la société, y compris les pauvres, les quasi-pauvres, les groupes à revenus moyens, et même les riches (Klasen, 2010) mais elle est tout aussi problématique, car elle fait apparaître que la question n'est pas seulement de savoir qui profite de la croissance, mais dans quelle mesure et selon quelle répartition, deux facteurs importants qu'il ne faut pas négliger.

7

2 : Définition de la croissance inclusive par des organisations

Différentes organisations ont apporté leur part dans la manière de définir ce qu'est la croissance inclusive, selon leur approche stratégique.

2-1 : Banque Mondiale

La Banque Mondiale évoque la croissance inclusive pour désigner le rythme et le schéma de la croissance économique, concepts interdépendants et évalués simultanément. Selon l'approche de la Banque mondiale, une croissance économique forte est nécessaire pour réduire la pauvreté absolue. Néanmoins, pour que cette croissance soit durable, elle doit concerner un large éventail de secteurs et de vastes pans de la population active d'un pays. Cette définition implique l'existence d'un lien direct entre les déterminants microéconomiques et macroéconomiques de la croissance. De ce point de vue, la croissance inclusive met l'accent sur l'emploi productif, plutôt que sur l'emploi en soi ou la redistribution des revenus. La croissance de l'emploi résorbe le chômage et accroît les revenus, tandis que la croissance de la productivité peut augmenter le niveau de rémunération des salariés et des travailleurs indépendants.

2-2 : Banque Asiatique de Développement (BAD)

La BAD a adopté une stratégie d'entreprise (Stratégie 2020) dont l'un des principaux objectifs est de promouvoir la croissance économique inclusive. Dans ce cadre, la croissance inclusive est un concept qui va au-delà d'une croissance à large assise. Il s'agit d'une « croissance qui non seulement crée de nouvelles possibilités économiques, mais qui assure aussi l'égalité d'accès à ces opportunités à tous les segments de la société, et notamment aux pauvres » (Ali et Hwa Son, 2007). Un épisode de croissance des revenus est considéré comme inclusif dès lors qu'il : i) permet la participation (et la contribution) de tous les membres de la société, en mettant l'accent sur la capacité des pauvres et des catégories défavorisées à prendre part à la croissance (l'aspect non discriminatoire de la croissance), ce qui implique le fait de porter l'attention sur le processus de croissance ; et ii) est associé à un recul des inégalités dans les dimensions non monétaires du bien-être qui sont particulièrement importantes pour promouvoir les opportunités économiques, y compris l'éducation, la santé, la nutrition et l'intégration sociale (l'aspect de la croissance inclusive

8

qui réduit les désavantages), ce qui implique le fait de s'intéresser plus particulièrement aux résultats de la croissance.

2-3 : Banque Africaine de Développement (BAD)

La Banque Africaine de Développement (BAD) définit la croissance inclusive comme étant une croissance économique dont le résultat a plus de possibilités de développement socio-économique durable pour le plus grand nombre de personnes, de régions et de pays, protégeant en même temps les groupes vulnérables, tout ceci dans un environnement d'équité, de justice égale, et de pluralité politique.

2-4 : Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a récemment rebaptisé son Centre international en faveur des pauvres à Brasília, Brésil, en Centre international de politiques pour la croissance inclusive (IPC-IG), dont les travaux s'inspirent du principe selon lequel des sociétés plus égalitaires obtiennent de meilleurs résultats en termes de développement. Selon le PNUD, la croissance inclusive est considérée à la fois comme un résultat et comme un processus. D'une part, elle permet à chacun de participer au processus de croissance, en intervenant dans la prise des décisions et en étant acteur de la croissance. D'autre part, la croissance inclusive procure des avantages qui sont équitablement partagés. Elle implique donc une participation et une mise en commun des avantages.

La notion de croissance inclusive sous-entend l'action de favoriser l'autonomie des citoyens grâce à un taux d'emploi élevé, l'investissement dans les compétences, la lutte contre la pauvreté, la modernisation des marchés du travail et des systèmes de formation et de protection sociale pour aider tout un chacun à anticiper et à gérer les changements, et le renforcement de la cohésion sociale. Il est également crucial de veiller à ce que les fruits de la croissance économique profitent à toutes les régions de l'Union, y compris à ses régions ultrapériphériques, afin de renforcer la cohésion territoriale. Il faut garantir à tous un accès et des perspectives tout au long de la vie.

Les différentes définitions de la croissance inclusive font toutes référence à de nouvelles approches pour lutter contre les inégalités sociales, en particulier dans le monde en développement. Il s'agit notamment des inégalités de revenu et des actifs, à la fois

9

financiers et humains, des inégalités d'accès à l'éducation, à la santé et aux opportunités économiques ainsi que pour tous les aspects de la vie. La croissance inclusive tient compte des paramètres suivants : âge, genre, différences régionales ou géographiques, ainsi que l'équilibre entre secteurs.

II : Caractéristiques de la croissance inclusive

La croissance inclusive met l'accent sur le taux et le type de croissance, deux facteurs devant être abordés ensemble, car ils sont liés. Des taux élevés de croissance économique durable à long terme sont nécessaires pour réduire la pauvreté et doivent être accompagnés d'une augmentation des emplois productifs pour réduire à l'égalité. Les politiques pour une croissance inclusive doivent traiter de l'emploi productif, plutôt que de l'emploi en soi ou la redistribution des revenus, ce qui génère de nouveaux emplois et de revenus pour les individus, en contraste avec le potentiel autour de l'augmentation des salaires des personnes employées et les dividendes pour les travailleurs indépendants.

La notion de croissance inclusive est proche des programmes de croissance pro-pauvres. Ces derniers se concentrent principalement sur le bien-être des pauvres tandis que la croissance inclusive se préoccupe des opportunités d'emploi pour les classes moyennes et les pauvres. Il faut pour cela une vision à long terme et se concentrer sur l'augmentation du rythme de la croissance, sur la croissance de la productivité, et élargir la taille de l'économie tout en uniformisant les règles de jeu pour l'investissement et accroître les possibilités d'emplois productifs. En revanche, la croissance pro-pauvre a traditionnellement mis l'accent sur la mesure de l'impact de la croissance sur la réduction de la pauvreté, en analysant différentes mesures de la pauvreté.

Le rapport sur la croissance inclusive prend en compte sept secteurs clés à savoir :

? Emploi et opportunités : Offrir à tous des salaires équitables et une bonne condition de travail ;

? Éducation : Pour donner aux gens les outils dont ils ont besoin pour réussir ; ? Services financiers : Faire en sorte que leurs épargnes en capitaux soient productives ;

? Service d'infrastructure et de santé : Pour une main d'oeuvre mobile et connectée ;

10

? Lutte contre la corruption : Afin que ceux qui le méritent le plus soient récompensés ;

? Développement des actifs et entreprenariat : Pour favoriser la résilience et l'innovation ;

? Impôts et la redistribution : Justes et progressifs.

Enfin, nous pouvons dire que ce n'est pas la croissance qui importe mais la mise en oeuvre du bon type de croissance. Ainsi, la croissance et l'inclusion peuvent aller de pair où tous les dirigeants ont la responsabilité d'agir en ce sens afin d'atteindre les objectifs. En travaillant sur les bonnes politiques et les bons investissements, les entreprises et Gouvernement peuvent jouer un rôle clé pour assurer la réalisation de la croissance inclusive.

III : Les défis au programme de la croissance inclusive

Le programme de croissance inclusive comporte un large éventail essentiellement représenté en cinq défis qui sont les suivants :

1 : Infrastructure

Les défis liés au développement et à la maintenance inclusifs d'infrastructures ont trait à la conception des projets et à l'approche opérationnelle en matière de projet, aux restrictions de financement, aux priorités et aux environnements réglementaires.

L'amélioration des infrastructures, y compris un environnement réglementaire fonctionnel, sera de nature à accroître la compétitivité et la productivité d'un pays, à faire baisser le coût des activités commerciales et à faciliter les échanges et les investissements directs étrangers. Par ailleurs, elle renforcera l'intégration économique et sociale tout en créant des opportunités d'emploi pendant la mise en oeuvre et les opérations des projets. Enfin, elle viendra aussi appuyer la prestation des services sociaux et contribuer à la croissance inclusive.

Le développement de l'infrastructure rurale se traduit par un large éventail de répercussions sur les ménages, les collectivités, les revenus des entreprises ainsi que sur d'autres indicateurs de la qualité de vie. Les populations des petits États, des États fragiles et des pays dépourvus de littoral demeurent pour la plupart mal desservies. C'est lorsqu'ils assurent la connectivité entre les groupes défavorisés et marginalisés, créent des opportunités

11

d'emploi pour l'approvisionnement en main-d'oeuvre, en intrants et en services et qu'ils assurent la protection des groupes vulnérables que les projets d'infrastructure peuvent induire une croissance inclusive.

2 : Intégration régionale et commerce

L'intégration et le commerce offrent des opportunités de renforcement des capacités productives des économies d'un pays, créent des économies d'échelle et améliorent la compétitivité.

Les politiques et/ou les réglementations en matière d'intégration régionale et de commerce donnent de la valeur ajoutée aux produits de base d'un pays susceptibles d'avoir des répercussions positives sur le programme de croissance inclusive. Les régions les plus défavorisées sur le plan du transport terrestre, des TIC, des réseaux d'approvisionnement en eau et en électricité verront une inclusion plus forte. L'intégration régionale permet de créer de vastes espaces économiques compétitifs attractifs pour les investisseurs, et se traduisent par une augmentation de l'emploi ainsi qu'une forte mobilité transfrontalière des populations. L'infrastructure du transport favorise la croissance inclusive de façon à ce qu'elle permette aux entreprises et aux agriculteurs d'accéder aux marchés, de contribuer au redressement des déséquilibres régionaux au sein des pays, ou de relier les petites économies et/ou les États fragiles à un pôle économique régional.

La construction d'infrastructures socioéconomiques et la prestation de services le long des routes ainsi que l'intégration de pistes rurales dans la conception des projets contribuent à l'amélioration du caractère inclusif des interventions.

3 : Activités de développement du secteur privé

Les activités de développement du secteur privé ont un caractère transversal et contribuent à promouvoir la croissance inclusive au niveau de l'ensemble des secteurs économiques et des entreprises de toutes tailles, des PME aux grandes sociétés, tout en générant la croissance, des emplois et des opportunités pour la majorité des gens, notamment pour les pauvres.

La plupart des grandes entreprises africaines sont concentrées dans un petit nombre de pays à revenu intermédiaire, alors que les petites entreprises et le secteur informel

12

dominent au sein du secteur privé. Bon nombre de moyennes entreprises (65 %) mènent leurs activités au sein de ce secteur dont les entreprises représentent plus de 40 % de l'économie. Ce secteur offre des opportunités économiques à la majorité des gens et aux groupes vulnérables et participe à la réalisation du programme de croissance inclusive (Groupe de la Banque Africaine de Développement, Note d'information 6, Programme de la croissance inclusive, 10 Avril 2012).

Afin d'accroître leur contribution à la création d'un plus grand nombre d'emplois, à la création de la richesse, de la valeur ajoutée, ainsi qu'à l'utilisation des matières premières locales, à la formation du capital, aux recettes publiques et aux recettes d'exportation, les entreprises doivent gagner en taille en vue de donner une impulsion à la croissance à large assise et de permettre au secteur privé de se développer afin de promouvoir la croissance inclusive durable.

4 : Faiblesse des institutions et instruments de gouvernance

En matière de gouvernance, la croissance inclusive nécessite la mise en place de normes et standards visant à favoriser la mobilisation des ressources, l'édification d'institutions solides, l'institutionnalisation de la transparence et à assurer l'appui à la participation citoyenne et à la responsabilité démocratique en vue d'un meilleur ancrage de la croissance à large assise.

Pour une mise en place efficace d'un cadre macroéconomique viable grâce à une gestion judicieuse de ses finances publiques, un pays a besoin d'institutions solides dotées des capacités et des ressources requises. Le renforcement de l'environnement des affaires grâce à un cadre juridique et réglementaire propre à faciliter l'exécution des contrats ainsi que la protection des droits de propriété encouragera la création d'emplois et contribuera à l'émergence d'une société plus stable et plus sûre.

La croissance inclusive fait impérativement appel au soutien à la participation citoyenne et la responsabilité démocratique des groupes les plus démunis et vulnérables, ainsi qu'à la démocratisation et à la représentation de toutes les couches de la population au niveau de l'ensemble des domaines économiques et politiques. De la notion d'inclusion, il faut entendre aussi la participation du public au contrôle et au suivi de la gestion des affaires publiques, notamment ceux des ressources publiques, et le fait que les gouvernements ont

13

obligation de rendre compte des actes posés dans l'exercice de leurs responsabilités économiques et fiduciaires.

5 : Enseignement supérieur, science et technologie

L'enseignement supérieur scientifique et technologique, la formation professionnelle et le développement des compétences sont les conditions sine qua non pour atteindre le développement. Les systèmes d'enseignement supérieurs d'un pays doivent s'attaquer aux défis liés à l'accès, à la qualité et à l'adéquation avec les besoins spécifiques du pays en question.

IV : Mesure de l'inclusivité

En matière de mesure de l'inclusivité, nous avons principalement deux approches de mesure : la mesure des inégalités de revenu et la mesure de l'inclusivité de la croissance économique.

1 : Mesure des inégalités de revenu

Dans la littérature économique, les premières tentatives de mesure des inégalités remontent à Pigou (1912). Les efforts de mesure vont s'intensifier durant les années 196070, à la suite des travaux de Sen (1973) qui proposent une approche axiomatique de mesure des inégalités pour des populations de taille fixe. Les indicateurs qu'ils construisent seront généralisés en introduisant le principe de population (R. Thomas Malthus, 1798).

14

Tableau no I : Quelques indicateurs des inégalités

Indicateurs

Auteur

Description

Indice de
Gini

Carado Gini

(1912)

L'indice de GINI standard est certainement la mesure la plus répandue dans la mesure des inégalités. Développé par Carado Gini en 1912, ce coefficient permet d'évaluer les inégalités en mesurant le ratio entre l'aire située entre la courbe de Lorenz et la droite d'équidistribution du revenu. Il varie de 0 à 1. Un indice de GINI égal à 1 représente une situation d'inégalité totale.

Indice de
Theil

Theil (1967)

L'indice de Theil appartient à la famille des indices d'entropie généralisée. Il mesure l'écart entre la distribution égalitaire et la distribution constatée. S'il est nul alors la distribution est parfaitement égalitaire et donne une valeur plus forte à mesure que les revenus sont dispersés. Il permet une décomposition additive en sous-groupes.

Le ratio de
Palma

Palma (2011)

Fait partie de la famille des rapports inter déciles. Il s'agit du rapport entre la somme des revenus des individus situés dans le décile supérieur (le 10 % supérieur) et la somme des revenus des 40 % des individus ayant les plus bas revenus. Cet indice se fonde sur l'hypothèse que les inégalités sont en grande partie dues au comportement des extrémités de la distribution des revenus.

Source : LAREQ WORKING PAPER SERIES, Année 2015

Les indices de mesure des inégalités se fondent généralement sur une réduction du bien-être à sa seule composante monétaire. Cependant, des composantes non monétaires telles que le niveau d'éducation ou l'état de santé jouent un rôle clé dans la définition du bien-être.

2 : Mesure de l'inclusivité de la croissance économique

Au-delà des inégalités de revenu, quelques approches ont été développées pour mesurer spécifiquement l'inclusivité, son incidence ou sa qualité. Nous avons dans cette optique les mesures suivantes :

15

> Indice d'Opportunité et Indice d'Équité des Opportunités (Ali et Son, 2007) ;

> La courbe d'incidence de la croissance (Ravallion et Chen, 2003) ;

> L'approche de Klasen (2010) ;

> Indice de mobilité sociale et indice d'équité de revenu (Anand et al. 2013) ; > L'indice de qualité de la croissance (Mlachila et al, 2014).

SECTION II : LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

L'émergence du concept de développement durable remonte au début du XXème siècle. L'idée d'un développement pouvant à la fois réduire les inégalités sociales et réduire la pression sur l'environnement a fait son chemin.

Face à la crise écologique et sociale qui se manifeste désormais de manière mondialisée (changement climatique, raréfaction des ressources naturelles, pénuries d'eau douce, rapprochement du pic pétrolier, écarts entre pays développés et pays en développement, sécurité alimentaire, déforestation et perte drastique de biodiversité, croissance de la population mondiale, catastrophes naturelles et industrielles), le développement durable est une réponse à tous les acteurs (États, acteurs économiques, société civile), culturels et sociaux du développement.

I : Kaléidoscope de définitions du développement durable

Le développement durable est un concept relativement récent dans la boite à outils référentielle, il s'est imposé à la communauté internationale grâce aux différentes conférences unisiènnes. Au départ, il a été question de problèmes de l'environnement, mais il s'est avéré rapidement que ce dernier est en relation directe avec le développement économique et social.

La composition du développement durable de deux mots donne au concept toute sa

force :

> le développement est un indicateur qualitatif évalué par le degré de bien-être social, économique politique et culturel. C'est également un processus de transformation dynamique des conditions de vie qui accompagne la croissance économique, qui

elle ; reste un indicateur quantitatif mesurable de la progression de la production (PIB).

? Quant à la durabilité, elle constitue la dimension spatiale et temporelle du développement. Il est question d'engendrer les conditions de pérennité au niveau de l'espace et dans le temps.

Le développement durable (en anglais : Sustainable development) est une conception du bien commun développée depuis la fin du XXème siècle. Considérée à l'échelle de la Terre, cette notion vise à prendre en compte, outre l'économie, les aspects environnementaux et sociaux qui sont liés à des enjeux de long terme.

Le terme de développement durable vacillait entre « durable », « viable », et « soutenable » pour retenir à la fin les termes de « développement durable ».

En 1987, le rapport Brundtland, rédigé par la commission mondiale sur l'environnement et le développement de l'ONU, donne pour la première fois la définition du développement durable : « Le développement durable est un type de développement qui permet de satisfaire les besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

Parmi les principes1 du développement durable déclarés à Rio en 1992, en voici les plus essentiels :

? Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à une vie saine et productive en harmonie avec la nature (principe1);

? Le droit au développement doit être réalisé de façon à satisfaire équitablement les besoins relatifs au développement et à l'environnement des générations présentes et futures (principe 3) ;

? Pour parvenir à un développement durable, la protection de l'environnement doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être considérée isolément (principe 4).

16

1 Nous distinguons au total 27 principes du développement durable lors de la Conférence de Rio en 1992.

17

Deux concepts sont essentiels à cette notion : le concept de besoins, et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d'accorder la plus grande priorité, et l'idée des limitations que l'état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l'environnement à répondre aux besoins actuels et à venir.

Selon le code de l'environnement français, « Les espaces, ressources et milieux naturels, les sites et paysages, les espèces animales et végétales, la diversité et les équilibres biologiques auxquels ils participent font partie du patrimoine commun de la nation. Leur protection, leur mise en valeur, leur restauration, leur remise en état et leur gestion sont d'intérêt général et concourent à l'objectif de développement durable qui vise à satisfaire les besoins de développement des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs. Elles s'inspirent, dans le cadre des lois qui en définissent la portée, des principes suivants : le principe de précaution, le principe d'action préventive et de correction, le principe pollueur-payeur, le principe de participation ».

La charte de l'environnement du Gouvernement Français stipule que : « Les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. À cet effet, elles prennent en compte la protection et la mise en valeur de l'environnement et les concilient avec le développement économique et social ».

Une contestation sémantique sur le terme même de développement durable a existé depuis l'apparition du terme dans le rapport Brundtland. Les tenants du terme durable plutôt que du mot soutenable insistent sur la notion de durabilité définie comme cohérence entre les besoins et les ressources globales de la Terre à long terme, plutôt que sur l'idée d'une recherche de la limite jusqu'à laquelle la Terre sera capable de nourrir l'humanité. Cependant, la traduction du terme par soutenable, plutôt que durable, peut s'expliquer aussi par de vieilles traces du mot en langue française. En effet, on trouve le mot employé dans une optique environnementale dès 1346, dans l'ordonnance de Brunoy, prise par Philippe VI de Valois, sur l'administration des forêts. Ainsi en matière forestière la notion de forêt cultivée soumise à une exigence de soutenabilité, un renouvellement perpétuel de la ressource, capable d'approvisionner une flotte navale, existe depuis plus de six siècles.

Le développement durable met en évidence une solidarité entre les générations actuelles et futures et la poursuite de la recherche du développement.

18

II : Les piliers du développement durable

Si l'aspect écologique est le plus médiatisé, il ne constitue qu'un des aspects du développement durable car ce dernier comprend également un pilier social et un pilier économique.

Sur le plan social, il s'agit principalement mais pas seulement d'améliorer les conditions de vie de la population contre les inégalités sociales, les inégalités face à l'éducation, la faim, la pauvreté et les inégalités face à la santé.

Le pilier économique consiste à favoriser l'enrichissement de la population, des entreprises, des États en favorisant la création d'emploi, la recherche et l'innovation et formation universitaire et professionnelle.

Dans le pilier écologique, il s'agit de favoriser le développement humain et économique tout en préservant les ressources naturelles qu'elles soient minérales (comme l'eau), fossiles (le pétrole par exemple), végétales (forêt par exemple) ou bien des écosystèmes.

L'action en faveur du développement durable se joue à différentes échelles :

? À l'échelle mondiale, l'ONU a fixé les OMD et les ODD ;

? À l'échelle internationale se tiennent des conférences telles les Sommets de la Terre, les conférences pour le climat...

? À l'échelle locale, les autorités et les ONG mettent en place des projets répondant aux besoins des habitants.

19

Figure 1 : Diagramme résumant les 3 piliers du développement durable

Source : Wikipédia1, Année 2016

L'objectif du développement durable est de définir des schémas viables qui concilient les trois aspects écologique, social et économique des activités humaines : « trois piliers » à prendre en compte par les collectivités comme par les entreprises et les individus. La finalité du développement durable est de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre ces trois enjeux. À ces trois piliers s'ajoute un enjeu transversal, de plus en plus considéré comme le « quatrième pilier du développement durable », indispensable à la définition et à la mise en oeuvre de politiques et d'actions relatives au développement durable : la gouvernance.

1 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9veloppement_durable#/media/Fichier%3ASch%C3%A9ma_du_ d%C3%A9veloppement_durable.svg, consulté le 12 Juin 2016 à 13 :18

20

III : Outils de mesure du développement durable

Étant donné les trois piliers inhérents dans le développement durable, nous nous posons la question de savoir si nous pouvons mesurer le développement durable et à partir de quels instruments. Voici quelques instruments de mesures du développement durable.

Le produit intérieur brut (PI3) est un indice très employé dans les comptabilités nationales pour mesurer la croissance économique, au point de conditionner une grande part des raisonnements et stratégies économiques. Nous disons que nous sommes en croissance ou en récession selon que le PI3 est en augmentation ou en diminution. Le PI3 est censé mesurer la croissance économique, mais il prend mal en compte la variation du capital naturel (éventuellement fossiles) qui est un effet de long terme. C'est notamment la raison pour laquelle le PI3 est critiqué par certains auteurs, qui en soulignent les limites pour la mesure effective de la richesse d'un pays.

De ce fait, nous avons les instruments de mesure suivants :

1 : Dans le volet économique : le PIB vert1

C'est une expression quelquefois employée pour désigner un projet de correction du produit intérieur brut en fonction des coûts environnementaux (consommation de ressources naturelles, pollution). Il s'agirait de prendre en compte les effets de la croissance économique sur l'environnement.

2 : Sur le plan environnemental

Nous pouvons parler d'indice de durabilité environnementale, de bilan carbone ou de tonnes de CO2 émises (bilan carbone personnel pour les particuliers), de consommation énergétique, d'empreinte écologique.

L'indice de durabilité environnementale (IDE) ou ESI en anglais pour Environmental Sustainability Index sert à mesurer les performances environnementales générales

1Le PIB vert pose des problèmes de mise en oeuvre et est controversé sur l'aspect de l'évaluation des termes correctifs, pour lesquels il n'existe pas de marché et donc pas de prix. Cependant, pour toute production, toute entreprise possède des assurances privées chargées d'évaluer les risques.

21

accomplies par 142 pays en vue d'assurer la durabilité de l'environnement. Il est calculé à partir d'une liste de 76 variables sous-jacentes intégrées à 21 indicateurs de base. Les 21 indicateurs pris en compte sont notamment la qualité de l'air et de l'eau, biodiversité, artificialisation du territoire, contraintes sur les écosystèmes, déchets, gestion des ressources naturelles, politique de l'environnement, etc.

3 : Dans le domaine social

Nous parlons d'indice de développement humain (IDH) (qui mesure la richesse, le taux d'alphabétisation et la santé d'une population), de coefficient de GINI, d'indice de bien être durable ou d'indicateur de progrès véritable...

L'indice de bien être durable (IBED) est un indicateur alternatif visant à remplacer le PIB. Le calcul de cet indice s'appuie approximativement sur la formule suivante :

IBED = Consommation marchande des ménages (base ou point de départ du calcul)

+ Services du travail domestique

+ Dépenses publiques non défensives

- Dépenses privées défensives

- Coûts des dégradations de l'environnement

- Dépréciation du capital naturel

+ Formation de capital productif.

À ne pas confondre avec l'Indicateur de Progrès Véritable (IPV), qui est un indicateur alternatif au produit intérieur brut ou à l'indice de développement humain (IDH) pour tenter de mesurer l'évolution du bien-être réel d'un pays. Alors que le PIB ne mesure que l'activité économique monétaire, l'IPV ajoute au PIB la valeur estimée des activités économiques non monétaires, comme le travail domestique ou les activités bénévoles et retranche du PIB la valeur estimée des richesses naturelles perdues (dommages à l'environnement, destruction des ressources non renouvelables, etc.) et des dégâts sociaux (chômage, délits, crimes,

22

délinquances, accidents, maladies, inégalités, etc.). Par son mode de calcul, il est très proche de l'indice de bien être durable.

IV : Les Objectifs de Développent Durable (ODD)

Les objectifs de développement durable (en anglais Sustainable Development Goals (SDGs)) sont un ensemble d'objectifs portés par l'Organisation des Nations Unies et ayant pour but le développement international. Ils remplacent les objectifs du millénaire pour le développement, qui se terminent en 2015, et dont les avancées ont permis une nette évolution.

Le 2 août 2015, 193 pays ont approuvé les 17 objectifs. Ce nouveau référentiel du développement du monde compte 17 objectifs et se précise en 169 cibles.

23

Tableau no II : Les 17 ODD

ODD 1 : Mettre fin à la pauvreté, sous toutes ses formes, partout.

ODD 9 : Innovation et infrastructures de qualité : construire des infrastructures résilientes, promouvoir l'industrialisation, sans exclusion, et durable, et encourager l'innovation.

ODD 2 : Éradiquer la faim, garantir la sécurité

alimentaire, améliorer la nutrition, promouvoir
l'agriculture durable.

ODD 10 : Réduire les inégalités, au sein des pays et d'un pays à l'autre.

ODD 3 : Garantir la bonne santé, promouvoir le bien- être de tous à tous les âges, éradiquer les principales maladies.

ODD 11 : Villes et communautés durables : faire des villes et des établissements humains des endroits sans exclusion, sûrs, résilients et durables.

ODD 4 : Garantir une éducation de qualité, sans exclusion, équitable, avec possibilités d'apprentissage pour tous tout au long de la vie.

ODD 12 : Consommation responsable : garantir des modèles durables de consommation et de production.

ODD 5 : Égalité des genres : parvenir à l'égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles.

ODD 13 : Agir d'urgence contre le changement climatique et ses impacts.

ODD 6 : Eau pure et hygiène : assurer la disponibilité et la gestion durable de l'eau et de l'assainissement pour tous.

ODD 14 : Océans durables : préserver et utiliser de manière durable les océans, mers et ressources marines pour le développement durable.

ODD 7 : Garantir l'accès à une énergie abordable, fiable, durable, moderne, pour tous.

ODD 15 : Exploitation du sol durable : protéger, restaurer et promouvoir une utilisation durable des écosystèmes terrestres,

gérer les forêts de manière durable, lutter contre la
désertification, stopper et remédier à la dégradation des terres, et mettre fin à la perte de la biodiversité.

ODD 8 : Travail de qualité et économie : promouvoir une croissance économique soutenue, sans exclusion, viable, le plein emploi productif, un travail décent pour tous.

ODD 16 : Paix et justice : promouvoir des sociétés pacifiques, sans exclusion, dans le cadre du développement durable, permettre un accès à la justice pour tous, et mettre en place des institutions efficaces, responsables, et sans exclusion, à tous les niveaux.

ODD 17 : Renforcer les moyens de mise en oeuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.

Source : Wikipédia1 , Année 2016

1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Objectifs_de_d%C3%A9veloppement_durable, consulté le 12 Juin 2016 à 13: 33

24

CHAPITRE II : LIENS ENTRE CROISSANCE INCLUSIVE ET
DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tous les pays cherchent à augmenter le niveau de la croissance économique à travers de différents moyens. Mais une fois que la croissance économique est présente, nous avons besoin d'avoir des façons adéquates pour que celle-ci soit au profit de la Nation toute entière. Il faut aussi penser à la durabilité de la croissance pour pouvoir permettre aux générations futures de satisfaire leurs besoins aisément. Pour cela il faut considérer l'effet rebond' dont font les agents économiques dans la recherche de la croissance économique notamment sur l'environnement.

Avant de penser à la durabilité de la croissance, il faut considérer que la croissance économique et l'écologie sont deux notions conciliables. Il s'avère impossible de passer à un développement durable sans se soucier à l'état écologique de ce que va produire la croissance économique. Les générations futures n'arriveront pas à satisfaire leurs besoins à l'avenir dans un environnement sale et étouffant.

Il est à noter aussi que la croissance inclusive est un outil des politiques de développement, une nouvelle manière d'utiliser le résultat de la croissance économique tandis que le développement durable est un objectif que veulent atteindre nombreux pays.

SECTION I : LA CROISSANCE INCLUSIVE ET LES ODD

Le lien existant entre la croissance inclusive et le développement durable peut s'observer dans la mise en relation des caractéristiques de la croissance inclusive à certains objectifs de développement durable.

I : Lien économique

Nous trouverons dans les liens économiques entre la croissance inclusive et le développement durable les différentes facettes que sont l'emploi et l'éducation.

'Augmentation de consommation liée à la réduction des limites à l'utilisation d'une technologie. Ces limites peuvent être monétaires, temporelles, sociales, physiques, liées à l'effort, au danger, à l'organisation....

25

1 : Emploi décent

La croissance inclusive implique de créer des emplois, et à ce titre, le secteur agricole qui utilise une main d'oeuvre rurale pauvre non qualifiée est clairement une priorité. Avec le déplacement du centre de gravité économique vers les secteurs non agricoles et les zones urbaines, la mise à disposition de possibilités d'emplois décents pour tous, surtout lorsqu'ils favorisent l'égalité des femmes et leur autonomisation, devrait dynamiser le développement durable. La croissance inclusive devrait par conséquent contribuer à la création d'une société où tous les citoyens ont accès au marché du travail et bénéficient des retombées de la croissance économique.

Des emplois décents pour tous, un défi crucial pour le développement économique et social. La création d'emplois et l'amélioration des conditions de travail permettront aux individus, aux états et aux communautés de sortir de la pauvreté et d'améliorer les conditions de vie. Plein emploi et travail décent revêtent une importance capitale pour assurer la durabilité sociale et économique dans le cadre international. Il s'agit, après tout, d'un défi constant et récurrent concernant tous les pays, à savoir les pays en voie de développement, les pays seuils ou les pays industrialisés.

L'ODD 8, qui se focalise sur le travail décent et la croissance économique confirme ce lien avec la croissance inclusive. Cinq points essentiels sont à prendre en considération dans l'ODD 8 :

? Maintenir un taux de croissance économique par habitant adapté au contexte national (et >7% pour les PMA). La croissance inclusive met aussi en exergue le taux et le type de croissance dont le but est non seulement d'avoir un taux de croissance élevé, mais aussi et surtout de pouvoir opter au type de croissance à mettre en avant ;

? Accroître significativement la productivité économique, par diversification, modernisation technologique, innovation, surtout dans les secteurs à forte valeur ajoutée et à forte densité de main-d'oeuvre ;

? Promouvoir des politiques axées sur le développement qui favorisent des activités productives, la création d'emplois décents, l'entreprenariat, la créativité et l'innovation, et encourageant l'officialisation et la croissance de micro entreprises et de petites et moyennes entreprises, y compris par l'accès aux services financiers ;

? Réduire drastiquement le taux de jeunes sans emploi et sans formation ;

26

? Défendre le droit au travail, promouvoir la sécurité pour tous les travailleurs, dont les migrants, les migrantes, et tous les emplois précaires....

L'emploi est la pierre angulaire du développement (Rapport sur le développement dans le monde, 2013). Un bon emploi peut transformer la vie d'un être humain, et des emplois qui importent peuvent transformer des sociétés entières. Les pays ont besoin de faire de l'emploi leur priorité pour promouvoir la prospérité et lutter contre la pauvreté.

La crise économique mondiale et d'autres événements récents ont replacé la question de l'emploi au coeur du débat du développement. Selon les estimations des auteurs du Rapport sur le développement dans le monde, qui ont analysé les résultats de plus de 800 enquêtes et recensements pour parvenir à leurs conclusions, plus de 3 milliards d'êtres humains travaillent dans le monde, mais près de la moitié d'entre eux poursuivent leur activité dans le cadre d'une exploitation agricole ou d'une petite entreprise familiale, ou bien ont un travail occasionnel ou saisonnier, autant d'emplois qui ne leur procurent, dans le meilleur des cas, qu'une protection limitée, et qui sont souvent peu rémunérés.

Le défi que pose l'emploi des jeunes est considérable. Plus de 620 millions de jeunes ne travaillent pas et ne font pas d'études. Le nombre total d'emplois à l'échelle mondiale devra augmenter d'environ 600 millions en 15 ans, uniquement pour maintenir les taux d'emploi à un niveau constant.

Toutefois, dans de nombreux pays en développement, où l'activité agricole et l'emploi pour compte propre prédominent et où les filets de protection sociale sont, au mieux, limités, les taux de chômage peuvent être faibles. Dans ces pays, la plupart des membres de la population travaillent de longues heures sans toutefois parvenir à assurer leur subsistance. Les violations de leurs droits fondamentaux ne sont en outre nullement exceptionnelles. Outre le nombre d'emplois, la qualité de ces derniers revêt donc aussi une importance cruciale.

27

Tableau no III : Croissance inclusive et ODD en termes d'emploi

Croissance inclusive

ODD

Emploi et opportunités

ODD 8 : Travail de qualité et économie : promouvoir une croissance économique soutenue, sans exclusion, viable, le plein emploi productif, un travail décent pour tous.

Source : Auteur, Année 2016

La croissance économique ne saurait être véritablement inclusive si elle ne permet pas de briser les contraintes existantes dans la société, notamment en assurant un meilleur accès aux opportunités économiques et sociales à tous, que l'ODD 8 a aussi pris en considération.

2 : Éducation

L'éducation a été présentée non seulement comme un droit de l'homme, mais également comme une condition sine qua non du développement durable et comme un outil indispensable à une bonne gouvernance, à des décisions éclairées et à la promotion de la démocratie. À présent, pour atteindre le développement durable, les solutions technologiques, les règlements politiques ou les instruments financiers ne suffisent. La croissance inclusive a mis l'accent sur l'éducation comme un point à ne pas laisser de côté de façon à donner aux gens des outils dont ils ont besoin pour réussir comme a aussi représenté l'objectif 4 des ODD.

Dans l'ODD 4, il s'agit de mettre en place un système éducatif adéquat dont tout le monde peut y accéder. Nous avons alors les points suivants à mettre en avant. Il s'agit essentiellement de :

? Un cycle complet d'enseignement primaire et secondaire, gratuit, équitable, de qualité, donnant à tous, garçons et filles, des acquis pertinents et effectifs ;

? Une éducation préscolaire de qualité, avec activités de développement et soins de la petite enfance, préparant tous, garçons et filles, à suivre efficacement un enseignement primaire ;

28

? L'accès généralisé, égalitaire, équitable, à un enseignement technique, professionnel ou tertiaire, y compris universitaire, de qualité, et de coût abordable ;

? L'augmentation (de n%) le nombre de jeunes et d'adultes disposant de compétences, notamment techniques et professionnelles, nécessaires à l'emploi, à l'obtention d'un travail décent, et à l'entreprenariat ;

? La fin des disparités des sexes dans le domaine de l'éducation, et l'égalité d'accès des personnes vulnérables, y compris les personnes handicapées, les autochtones et les enfants en situation vulnérable, à tous les niveaux d'enseignement et de formation professionnelle (Le problème de genre dans le domaine éducatif est faible à Madagascar) ;

? Veiller à ce que tous les jeunes et x% des adultes des deux sexes sachent lire, écrire et compter et ;

? Veiller à ce que tous les élèves acquièrent les connaissances et compétences nécessaires pour promouvoir le développement durable, notamment par l'éducation en faveur du développement et des modes de vie durables, des droits de l'homme, de l'égalité entre les sexes, de la promotion d'une culture de la paix et de la non-violence, de la citoyenneté mondiale et de l'appréciation de la diversité culturelle et de la contribution de la culture au développement durable.

Les moyens d'exécution à entreprendre concernent tout d'abord de construire ou moderniser les installations éducatives de façon qu'elles soient accueillantes pour les enfants et pour les handicapés, et attentives à la question du genre, et qu'elles offrent à tous un environnement d'apprentissage sûr, non-violent, inclusif et efficace, puis d'accroître significativement à l'échelle mondiale le nombre de bourses offertes aux pays en développement (PED), en particulier les PMA (pays les moins avancés), les PEID (Petits États Insulaires en Développement) et les pays d'Afrique, pour financer l'inscription dans l'enseignement supérieur, y compris la formation professionnelle, la formation aux TIC et les programmes techniques, d'ingénierie et scientifiques, dans les pays développés ou d'autres pays en développement, et enfin d'accroître significativement, en particulier au moyen de la coopération internationale en faveur de la formation des enseignants, le nombre d'enseignants qualifiés des pays en développement, notamment les (PMA) et les (PEID).

Nous devons changer de façon de penser et d'agir. Cela exige une éducation au développement durable (EDD) et un apprentissage de qualité, à tous les niveaux et dans tous

29

les cotextes sociaux. L'EDD, c'est nous permettre de relever les défis mondiaux actuels et futurs de façon constructive et créatrice et de bâtir des sociétés plus durables et plus résistantes. L'éducation au développement durable conduit à une prise de conscience plus grande et une autonomie accrue permettant l'exploration de nouveaux horizons et concepts et l'élaboration de méthodes nouvelles.

L'UNESCO a été reconnu à l'échelle mondiale comme chef pour l'EDD. Elle coordonne la mise en oeuvre du programme d'action global pour l'EDD (PAG-EDD), comme suivi officiel de la Décennie des Nations Unies pour l'EDD (2005-2014).

Le PAG-EDD, quant à lui, a pour but de susciter et d'intensifier des actions concrètes dans le domaine de l'EDD. Il est destiné à apporter une contribution substantielle à l'agenda post-2015. Le PAG-EDD a été conçu en réponse à cette décision et constitue le moyen d'assurer le suivi de la Décennie des Nations Unies pour l'éducation au service du développement durable (DEDD).

Dans le domaine de l'éducation, la croissance inclusive permet de donner aux gens, sans exception, les outils dont ils ont besoin pour réussir et une population éduquée peut facilement comprendre l'importance de l'environnement. La concertation nationale a permis d'identifier les publics nécessitant un accompagnement spécifique : les jeunes, les créateurs d'entreprises, les seniors, les personnes handicapées, les femmes et les chômeurs de longue durée.

Il est question d'inscrire la croissance économique inclusive dans une stratégie de développement durable. Diverses voies s'ouvrent et le choix entre elles n'est évidemment pas idéologiquement neutre. Nous pouvons imaginer des réponses sur le terrain économique en faisant confiance au marché et à l'innovation. Mais l'intervention politique de la puissance publique semble également nécessaire pour faire face à l'urgence de l'enjeu.

30

Tableau no IV : Croissance inclusive et ODD en termes d'éducation

Croissance inclusive

ODD

Éducation

ODD 4 : Garantir une éducation de qualité, sans exclusion, équitable, avec possibilités d'apprentissage pour tous tout au long de la vie.

Source : Auteur, Année 2016

Il est impératif de développer des stratégies visant à moderniser le système éducatif permettant à tous d'accéder librement à une éducation de qualité pour tous et sans exclusion.

II : Lien social

Puisque traitant de la question du bien-être, il semble qu'il n'y ait aucune raison de penser l'inclusivité dans une perspective « court-termiste » en y incluant uniquement les générations actuelles. Au contraire, le souci d'inclusivité devrait obliger les générations présentes à considérer les liens étroits qui les lient aux générations futures. Cette communauté de destin inter-temporelle se fonde sur le principe selon lequel les décisions de production et de consommation prises aujourd'hui impacteront sur le bien-être des générations futures.

1 : Lutte contre les inégalités

La croissance est inter-temporellement inclusive seulement si le succès du modèle économique dont elle est le résultat ne met pas en péril le bien-être des futures générations. Nous nous situons non seulement dans la perspective d'une croissance verte et durable, mais aussi dans une vision d'équité et de la promotion du défavorisé. En effet, dans certains cas, la position sociale désavantageuse se transmet comme un legs d'une génération à l'autre, condamnant d'avance de nombreuses personnes à la pauvreté, sans tenir compte de leurs

31

capacités propres. L'inclusion sociale et la lutte contre la pauvreté figurent aussi bien sur les priorités de la croissance inclusive que sur celles du développement durable.

L'égalité est une question fondamentale dans le programme de croissance inclusive. Si la croissance a pu creuser des écarts, on pourrait faire valoir que les pauvres peuvent avoir besoin d'un coup de pouce supplémentaire sous une certaine forme afin de réduire les inégalités existantes et améliorer leurs chances de bénéficier de la croissance actuelle et future.

La croissance inclusive permet une redistribution équitable des revenus ce qui veut dire que les inégalités des revenus sont brisées. Un pays à inégalités faible en termes de revenus verra un développement durable.

En termes de lutte contre les inégalités, le développement durable met aussi l'accent sur ce point notamment par le biais de l'ODD 10. L'ODD 10 stipule de faciliter la migration et la mobilité de façon ordonnée, sans danger, régulière et responsable, notamment par la mise en oeuvre de politiques de migration planifiées et bien gérées.

Depuis dix ans, les écarts entre pays riches et pays pauvres diminuent, mais les inégalités au sein des pays montent en flèche. Quand l'accès à l'eau et à l'énergie est mal reparti, c'est l'environnement qui trinque. La réduction des inégalités est donc le nouveau défi des instances internationales dans l'approche inclusive de la croissance.

La protection sociale joue un rôle prépondérant dans la lutte contre les inégalités que la croissance inclusive met en exergue. En effet, nous pouvons considérer le système de protection sociale comme un instrument qui aide les individus à gérer les projets communs à tous : la chance de recevoir un enseignement approprié en vue de trouver un travail, puis de trouver effectivement un emploi ; la possibilité de fonder une famille, d'avoir des enfants, d'associer la vie de famille et la participation au marché du travail et à la société d'une manière générale ; la sécurité économique en cas de chômage ou de maladie ; l'existence d'une retraite le moment venu ; la possibilité enfin de bénéficier des services sociaux et des soins nécessaires lorsque les capacités physiques diminuent. Dans la société moderne, la famille et le marché à eux seuls ne suffisent pas à résoudre ces problèmes. Cette perspective peut également être appliquée dans une approche comparative pour tenter d'examiner les différents régimes de politique sociale et leurs conséquences.

32

Toute politique sociale peut s'analyser en termes de redistribution. Une partie de cette redistribution est verticale, c'est-à-dire des riches vers les pauvres, grâce aux systèmes fiscaux et aux prestations sociales. Une grande partie de la redistribution est horizontale, sur le cycle de vie. C'est notamment le cas des retraites et des allocations familiales. Un autre type de redistribution concerne la couverture de certains risques par l'assurance maladie et accidents du travail, ainsi que par l'assurance chômage. Ces risques sont inégalement répartis dans la population. Leur couverture implique un certain degré de redistribution verticale, car les risques de maladie, d'accidents de travail et de chômage sont plus grands pour les personnes à faibles revenus. Par conséquent, la plupart des volets d'un système d'assurance sociale ont un lien important avec la lutte contre la pauvreté.

Le besoin d'appartenir à un groupe et sa possibilité, comme MASLOW' l'a présenté, implique une évolution en termes de lutte contre les inégalités. Ce besoin d'intégration dans le lien social va de pair avec le besoin de reconnaissance et de considération, qui est sans doute une opportunité des gens. Nous pouvons aussi dire que si les gens ont l'opportunité d'appartenir à un groupe, cette tendance va se poursuivre, accompagnée de quelques améliorations progressives, aux générations futures ce qui signifie que l'inégalité est supprimée de façon durable.

Tableau no V : Croissance inclusive et ODD responsable dans la lutte contre les inégalités

Croissance inclusive

ODD

Notion d'inclusivité

ODD 10 : Réduire les inégalités, au sein des pays et d'un pays à l'autre.

Source : Auteur, Année 2016

'Abraham MASLOW, A Theory of Human Motivation, 1943. Il a présenté cinq besoins dont, selon l'ordre hiérarchique croissant, le besoin physiologique, le besoin de sécurité, le besoin d'amour et d'appartenance, le besoin d'estime et le besoin d'accomplissement personnel.

33

Qui dit inclusion explique que tout le monde doit être pris en considération. Donc, l'inclusivité et le développement durable doivent combattre les inégalités existantes entre les individus de manière significative, pour un meilleur avenir des générations.

2 : Lutte contre la corruption

La corruption peut être définie comme un comportement qui consiste à solliciter, accepter ou recevoir les offres, dons, des promesses ou présents à des fins d'accomplissement ou d'abstention d'un acte, d'obtention de faveurs ou d'avantages particuliers.

La corruption est apparue avec les toutes premières formes de sociétés humaines organisées et qui affectent depuis toujours l'ensemble de nos activités collectives. Outre les effets de la colonisation, bien des pays sont confrontés aujourd'hui au phénomène de la corruption. Cette dernière engendre la paupérisation, précarité ou pauvreté sévère et avilissante des couches socioprofessionnelles.

C'est ainsi que la croissance inclusive figure dans ses priorités, la lutte contre la corruption afin que seulement ceux qui le méritent le plus soient récompensés. Il en est de même pour les ODD. La lutte contre la corruption est un défi majeur dont la notion du développement durable tient en compte notamment à travers l'une des préoccupations de l'ODD 16. Ce dernier a comme cibles de :

? Réduire sensiblement, partout dans le monde, toutes les formes de violence, et les taux de criminalité associés ;

? Mettre un terme à la maltraitance, l'exploitation, la traite, et toute forme de violence et de torture, dont sont victimes principalement les enfants ;

? Réduire sensiblement la corruption et la pratique des pots-de-vin sous toutes leurs formes et ;

? Mettre en place des institutions efficaces, responsables et transparentes, à tous les niveaux.

34

Tableau no VI : Croissance inclusive, ODD : lutte contre la corruption

Croissance inclusive

ODD

 

ODD 16 : Paix et justice : promouvoir des
sociétés pacifiques, sans exclusion, dans le
cadre du développement durable, permettre

Lutte contre la corruption

un accès à la justice pour tous, et mettre en place des institutions efficaces, responsables, et sans exclusion, à tous les niveaux.

Source : Auteur, Année 2016

La corruption apparaît chaque fois que la frontière entre la logique administrative d'intérêt général et la logique économique d'intérêt privé s'estompe ; elle est donc favorisée par l'effacement contemporain de la sphère publique, par l'assimilation à peu près exclusive de la réussite et de l'enrichissement.

3 : Infrastructures et santé

Pour favoriser l'inclusivité dans un pays, il est nécessaire de fournir aux citoyens des opportunités dans leur quotidien. Il s'agit notamment de mettre en place des infrastructures pour que l'ensemble de la population puisse avoir accès aux services de bases comme la santé, l'accès à l'eau potable, etc.

La croissance inclusive n'est toutefois pas la seule à avoir mis en avant l'importance des infrastructures de toute sorte, mais le développement durable, lui aussi, a apporté sa part. Le développement durable s'intéresse à ce point à travers les ODD 3, ODD 6 et ODD 9 qui concernent respectivement la santé, l'eau et les infrastructures. Dans l'ODD 3, il s'agit de :

? Améliorer la santé maternelle ;

? Réduire la mortalité néo-natale (et jusqu'à 5 ans), éliminer les décès évitables ; ? Éradiquer le VIH/SIDA, le paludisme, la tuberculose, les maladies tropicales

négligées, l'hépatite et les autres maladies transmises par l'eau, et les autres maladies

transmissibles et ;

35

> Garantir une assurance maladie universelle, l'accès à des services de santé essentiels de qualité, et à des médicaments et vaccins essentiels, sûrs, efficaces et d'un coût abordable.

L'ODD 6, quant à lui, s'intéresse à l'eau. Ces cibles sont les suivants :

> Accès universel équitable abordable à l'eau potable,

> Accès universel équitable abordable à des services d'assainissement et d'hygiène adéquats. Mettre fin à la défécation en plein air.

> Accorder une attention particulière aux besoins des femmes et des filles, principalement celles en situation vulnérable.

L'ODD 9 concerne l'innovation et infrastructures de qualité. Il a comme cibles de :

> Développer une infrastructure résiliente, durable, et de qualité (dont régionale et transfrontalière), pour favoriser le développement économique et le bien-être (dont l'accès universel abordable équitable aux services financiers) ;

> Assurer l'accès des entrepreneurs, surtout des petites entreprises industrielles, aux services financiers, dont des prêts abordables, et une intégration dans les chaînes de valeurs et de marchés) et ;

> Développer la recherche scientifique, les capacités technologiques, des secteurs industriels de tous les pays.

36

Tableau no VII : Croissance inclusive, ODD : infrastructures et santé

Croissance inclusive

ODD

 

ODD 3 : Garantir la bonne santé, promouvoir le bien-être de tous à tous les âges, éradiquer les principales maladies.

 

ODD 6 : Eau pure et hygiène : assurer la disponibilité et la gestion durable de l'eau

Infrastructures et santé

et de l'assainissement pour tous.

 

ODD 9 : Innovation et infrastructures de qualité : construire des infrastructures résilientes, promouvoir l'industrialisation, sans exclusion, et durable, et encourager l'innovation.

Source : Auteur, Année 2016

Les infrastructures sont essentielles du fait qu'elles permettent de faciliter le quotidien de la population toute entière. La santé, quant à elle, est un état dont les individus ont besoin pour leurs activités, et donc doit également être examinée de près.

37

SECTION II : L'IMPORTANCE DE L'ÉCOLOGIE

L'acception générale fait de l'écologie un domaine de réflexion très vaste, puisque par biotique il faut entendre la totalité du monde vivant (les animaux, les plantes, les microorganismes, mais pouvant aussi inclure les autres individus, la société, etc.) et par abiotique il faut entendre tout ce qui n'est pas vivant (la connaissance, les objets, la technologie, etc.).

La conservation des ressources naturelles vivantes, les végétaux, les animaux, les micro-organismes et les éléments non vivants de l'environnement dont elles ont besoin pour vivre est essentielle pour le développement. À l'heure actuelle, la conservation de la flore et de la faune sauvages figurent bien à l'ordre du jour des gouvernements : près de 4 pour cent de la surface de la Terre sont en effet aménagés explicitement pour préserver des espèces et des écosystèmes; les pays sans parcs nationaux sont très peu nombreux. Il ne s'agit pas de décider si oui ou non la conservation de la nature est une bonne chose, mais bien de déterminer comment la mener à bien dans l'intérêt national et en fonction des moyens dont dispose chaque pays.

I : La croissance inclusive, le développement durable et l'environnement

Une croissance économique, inclusive et forte, permet aux populations d'améliorer leurs conditions de vie et crée des espaces dans lesquels peuvent prospérer de nouvelles idées. Mais cette croissance se traduit souvent par une dégradation de l'environnement, qui porte atteinte à la santé humaine et à la qualité de vie, menace l'approvisionnement en eau et met en péril les écosystèmes, limitant la croissance des générations futures. De plus, une croissance à court terme, qui amoindrit le capital naturel, est soumise à des cycles d'expansion-récession et ceux qui vivent près du seuil de pauvreté peuvent chuter bien en dessous de ce seuil.

1 : Modification de la qualité de la croissance

Il est vrai que la croissance inclusive est une croissance permettant d'offrir des opportunités aux citoyens, mais pour être durable, et donc pour être au profit des générations présentes et surtout futures, son action doit respecter l'environnement. Une méthode de mesure est la comptabilisation du capital naturel , qui tient compte de la valeur des richesses naturelles dans la planification du développement et dans les comptabilités nationales, tout

38

comme une famille tiendrait compte de la valeur de sa maison et du coût de son entretien pour définir la part du revenu qu'elle peut dépenser.

Le développement durable, c'est autre chose qu'une simple croissance. Il faut en effet modifier le contenu même de cette croissance, faire en sorte qu'elle engloutisse moins de matières premières et d'énergie et que ses fruits soient répartis plus équitablement. Ces mesures s'imposent dans tous les pays, dans le cadre d'un ensemble de mesures visant à préserver notre capital écologique, améliorer la répartition des revenus, et réduire notre vulnérabilité aux crises économiques.

Depuis toujours, les progrès de l'humanité sont dus à l'ingéniosité de l'homme et à ses capacités de travailler en collaboration. Ces qualités ont été souvent utilisées dans le passé de manière constructive pour réaliser des progrès dans le domaine de l'environnement et du développement : la maîtrise de la pollution de l'air et de l'eau, par exemple, ou encore la rentabilisation des matières premières et de l'énergie. Beaucoup de pays pauvres ont réussi à accroître leur production alimentaire et à contenir la croissance démographique. Certains progrès techniques, en médecine notamment, ont pu être largement diffusés.

Notre incapacité à gérer l'environnement et à maintenir le cap du développement risque de submerger tous les pays. Environnement et développement ne sont pas deux défis distincts; ils sont liés, inexorablement. Le développement ne peut se maintenir si la base de ressources ne fait que se détériorer; l'environnement ne peut être protégé si la croissance ne tient pas compte du coût de la destruction de l'environnement. Ces problèmes ne peuvent être traités séparément dans le cadre d'institutions et de politiques fragmentaires. Ils sont imbriqués dans un système complexe de causes et d'effets.

Tout d'abord, les agressions contre l'environnement sont liées. Par exemple, la déforestation, qui amplifie le ruissellement, accélère l'érosion du sol et la sédimentation des fleuves et lacs. La pollution de l'air et l'acidification ont une part dans la mort des forêts et des lacs. Ces liens signifient que les différents problèmes doivent être attaqués simultanément. En outre, le succès dans un domaine, la protection des forêts, par exemple, peut améliorer les chances de réussite dans un autre, telle la conservation des sols.

Ensuite, les agressions contre le milieu et les structures du développement économique sont, elles aussi, liées. Ainsi, certaines politiques agricoles peuvent très bien

39

être responsables de la dégradation des sols, de l'eau, des forêts. Ce sont les politiques énergétiques qui provoquent l'effet de serre, l'acidification, le défrichement pour obtenir du bois de chauffage. Toutes ces agressions menacent le développement économique. Il faut donc intégrer l'économie et l'écologie dans la prise de décisions et dans le processus législatif, non seulement pour protéger l'environnement, mais encore pour protéger et favoriser le développement. L'économie, ce n'est pas seulement produire des richesses ; l'écologie ce n'est pas uniquement protéger la nature; ce sont les deux ensembles qui permettent d'améliorer le sort de l'humanité.

En troisième lieu, les problèmes écologiques et économiques sont liés à de nombreux facteurs sociaux et politiques. Un exemple : la rapidité de la croissance démographique, qui a un impact tellement profond sur l'environnement et le développement dans beaucoup de régions, est partiellement due à des facteurs tels la condition des femmes et d'autres valeurs culturelles. Qui plus est, les agressions contre l'environnement et le développement inégal peuvent attiser les tensions sociales. Nous pourrions soutenir que les structures du pouvoir dans une société donnée sont au coeur même de la plupart des défis qui sont posés sur le plan de l'environnement et du développement. Ainsi, toute nouvelle approche du problème doit comporter des programmes de développement social en vue notamment d'améliorer la condition des femmes, de protéger les groupes vulnérables et d'encourager la participation des échelons locaux à la prise de décisions.

Enfin, la nature systémique des problèmes joue non seulement à l'intérieur d'un pays, mais aussi entre pays. Les frontières nationales sont devenues tellement poreuses que les distinctions classiques entre les questions d'importance locale, nationale et internationale se sont estompées. Les écosystèmes, en effet, ne respectent pas les frontières. La pollution des eaux se propage le long de fleuves, de lacs, de mers que se partagent plusieurs pays. L'atmosphère transporte la pollution sur de vastes distances. De gros accidents, ceux notamment qui ont lieu dans les réacteurs nucléaires ou dans les usines ou entrepôts de matières toxiques, peuvent se propager à l'échelle d'une région entière.

D'autres articulations encore entre environnement et économie jouent à l'échelle mondiale. Par exemple, l'agriculture ultra-subventionnée des pays industrialisés à économie de marché crée des excédents qui font chuter les cours et sapent la viabilité de l'agriculture des pays en développement. Dans les deux systèmes, les terres et les autres ressources en souffrent. Un pays peut, isolément, arrêter une politique agricole pour s'assurer des gains

40

économiques et politiques à court terme, mais aucun pays n'est en mesure à lui seul d'élaborer des politiques capables d'assumer le coût financier économique et écologique des politiques agricoles et commerciales d'autres pays.

2 : De nouvelles approches de l'environnement et du développement

La responsabilité des questions d'environnement a toujours été confiée aux ministères de l'Environnement, qui n'ont pas grand pouvoir pour empêcher ou maîtriser les destructions causées par les politiques et pratiques dans les domaines de l'agriculture, de l'industrie, du développement urbain, des forêts, des transports. La société s'est gardée de confier la responsabilité d'empêcher la dégradation de l'environnement aux ministères et agences qui causent ces problèmes. Ainsi, nos pratiques en matière d'environnement interviennent le plus souvent a posteriori. Il s'agit en effet de reboiser, de reprendre des terres aux déserts, de reconstruire nos centres urbains, de rétablir des habitats naturels, de rendre leur intégrité à des terres vierges. Pour pouvoir anticiper et prévenir la dégradation de l'environnement, il faudra tenir compte des dimensions écologiques des politiques en même temps que des dimensions économiques, commerciales, énergétiques, agricoles et autres.

Dans la plupart des pays, les politiques d'environnement s'attaquent aux symptômes de la croissance pernicieuse; ces politiques ont donné certains résultats positifs et il convient de les continuer, voire de les renforcer. Cela dit, cela ne saurait suffire. Ce qui s'impose, c'est une nouvelle approche : l'ensemble des nations devrait viser un type de développement où s'articuleraient la production et la conservation des ressources, et où les deux seraient associées à une politique permettant à tous de vivre correctement et d'accéder équitablement aux ressources.

La notion de développement durable offre un cadre permettant d'intégrer politiques d'environnement et stratégies de développement, ce mot étant entendu au sens le plus large. Nous voyons souvent dans le « développement » simplement le processus de changement économique et social dans le tiers monde. Or, l'intégration de l'environnement et du développement est une nécessité dans tous les pays, riches ou pauvres. La poursuite du développement durable nécessite des changements dans les politiques nationales et internationales de tous les pays.

41

Le développement durable, c'est s'efforcer de répondre aux besoins du présent sans compromettre la capacité de satisfaire ceux des générations futures. Il ne s'agit en aucun cas de mettre fin à la croissance économique, au contraire. Inhérente à cette notion est la conviction que nous ne pourrons jamais résoudre les problèmes de pauvreté et de sous-développement si nous n'entrons pas dans une nouvelle période de croissance dans le cadre duquel les pays en développement auront une large part et pourront en tirer de larges avantages.

La croissance économique s'accompagne toujours d'un danger pour l'environnement, puisqu'elle exerce des pressions sur les ressources (Jean-François Fagnart, Bertrand Hamaide, 2012)1. Mais les décideurs fidèles au principe du développement durable feront en sorte que les économies en développement respectent leurs bases écologiques et que ces dernières soient protégées, de manière à alimenter la croissance à longue échéance. La défense de l'environnement est donc inhérente à l'idée de développement durable, tout comme l'est la volonté de s'attaquer aux causes plutôt qu'aux symptômes.

Il n'existe aucun modèle idéal de développement durable, car les systèmes sociaux, les systèmes économiques et les conditions écologiques varient beaucoup d'un pays à l'autre. Chaque pays devra trouver sa voie propre. Mais, indépendamment de toutes ces différences, le développement durable doit s'envisager comme un objectif à atteindre à l'échelle mondiale.

Aucun pays ne peut se développer dans l'isolement. Le développement durable exige donc une nouvelle orientation des relations internationales. La croissance durable à long terme nécessitera de profonds changements pour donner lieu à des flux de produits, de capitaux et de techniques plus équitables et tenant mieux compte des impératifs de l'environnement.

Les mécanismes précis de la coopération internationale nécessaires pour assurer le développement durable varieront d'un secteur à l'autre et d'une institution à l'autre. Cela dit, il est indispensable que la transition vers ce développement durable soit gérée

1 Jean-François FAGNART et Bertrand HAMAIDE, Reflets et Respectives de la vie économique, De Boeck Supérieur, 2012, p. 5-8.

42

conjointement par toutes les nations du monde. L'unité des besoins de l'homme nécessite un système multilatéral qui s'appuie sur le principe démocratique du libre consentement et qui admette que la planète, certes est une, mais que le monde aussi est un.

Donc, le respect de l'environnement est un point essentiellement à prendre en considération. Les problèmes de l'exploitation irrationnelle et continue des ressources naturelles, notamment les forêts et les mines sont pris en compte et solutionnés dans l'approche de la croissance inclusive et le développement durable par la collaboration de tous les citoyens, pour eux et pour les générations futures.

Au niveau de la lutte pour le climat, nombreuses conférences ont été initiées. Toutes les conférences pour le climat ont pour objectif général de lutter contre la dégradation de la couche d'ozone sans quoi les êtres humains se trouveront dans une impasse inéluctable.

La conférence des parties (COP 21) qui a eu lieu à Paris à la fin de l'année 2015 est la 21ème conférence à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC). Cette conférence a pour but de limiter le réchauffement climatique à seulement 2%. Cette convention reconnaît l'existence d'un changement climatique d'origine humaine et donne aux pays industrialisés le primat de la responsabilité pour lutter contre ce phénomène. Ce sommet doit aboutir à un accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l'objectif de limiter le réchauffement mondial à 2 °C d'ici 2100.

Selon Hans JONAS1, il y a une obligation d'existence des générations futures, qui pourrait être remise en cause par la forme qu'a prise le développement technique à l'époque contemporaine. Il s'agit donc pour les générations présentes de veiller, non aux droits des générations futures, mais à leur obligation d'existence. Veiller à l'obligation des générations futures d'être une humanité véritable est une obligation fondamentale à l'égard de l'avenir de l'humanité, dont dérivent seulement toutes les autres obligations à l'égard des hommes à venir. Le problème du développement durable ne se pose donc pas sous l'angle des droits, mais des obligations et des devoirs.

1 Hans JONAS est un philosophe allemand, celui qui a théorisé le premier la notion de développement durable dans Le principe de responsabilité en 1979.

43

La définition classique du développement durable provient du rapport Brundtland de la Commission mondiale sur l'environnement et le développement. Ce rapport insiste sur la nécessité de protéger la diversité des gènes, des espèces et de l'ensemble des écosystèmes naturels terrestres et aquatiques, et ce, notamment, par des mesures de protection de la qualité de l'environnement, par la restauration, l'aménagement et le maintien des habitats essentiels aux espèces, ainsi que par une gestion durable de l'utilisation des populations animales et végétales exploitées.

Cette préservation de l'environnement doit être accompagnée de la « satisfaction des besoins essentiels en ce qui concerne l'emploi, l'alimentation, l'énergie, l'eau, la salubrité ». Cela étant, on se heurte à une difficulté, qui est de définir ce que sont les besoins des générations présentes, et ce que seront les besoins des générations futures. On pourrait retenir par exemple les besoins élémentaires pour se nourrir, se loger, et se déplacer.

Afin de subvenir aux besoins actuels sans pour autant recourir à une utilisation non durable de ressources non renouvelables, un scénario en trois points a été proposé, notamment par des associations comme négawatt dans le domaine de l'énergie :

? sobriété (techniques utilisées avec parcimonie) ;

? efficacité (techniques plus performantes) ;

? utilisation de ressources renouvelables (par exemple : l'énergie solaire ou les éoliennes, au travers de projets d'électrification rurale).

Le patrimoine culturel ne doit pas être oublié : transmis de génération en génération et faisant preuve d'une grande diversité, l'UNESCO en souhaite la préservation. La culture au sens large (ou l'environnement culturel) s'impose d'ailleurs peu à peu comme un quatrième pilier du développement durable.

Inclure la durabilité oblige les gouvernements à prendre en compte les effets de leurs décisions sur l'environnement. Le programme des Nations unies recommande que tous les gouvernements adoptent la comptabilisation du capital naturel de façon à ce que leurs efforts en vue d'un développement durable soient cohérents, précis et comparables à long terme. Institutionnaliser la durabilité sous cette forme en fera un élément intrinsèque de la gouvernance au quotidien.

44

II : Les controverses vis-à-vis le Capital naturel

Le développement peut être rapide mais non durable à long terme. Et la soutenabilité peut aller inversement de pair avec de très faibles niveaux de développement. L'originalité des stratégies de développement durable est d'orienter les décisions des pouvoirs publics dans des directions combinant les deux aspects, à savoir atteindre le plus haut niveau de développement actuel, compatible avec la soutenabilité à long terme. Dans ce contexte, la coexistence d'indicateurs s'appliquant aux deux domaines n'est pas étonnante, même si elle nuit à la lisibilité. L'approche forte et l'approche faible de la soutenabilité sont deux concepts concurrents fréquemment utilisés pour classer les approches empiriques du développement durable.

L'hypothèse centrale qui sous-tend leur point de vue consiste à supposer que les différentes formes de capitaux qui participent à l'économie humaine sont substituables les unes aux autres. Autrement dit, le capital (ou l'actif) naturel pourrait être remplacé par d'autres formes de capitaux artificiels.

1 : La soutenabilité faible

L'expression soutenabilité faible a été employée pour caractériser les approches économiques de la soutenabilité apparues dans les années 1970. Ces approches sont des extensions des modèles usuels de croissance néo-classiques. Les modèles de croissance habituels considèrent en règle générale que la production est déterminée uniquement par la technologie et les quantités disponibles de deux facteurs de production dont le travail et le capital. La principale innovation des années 1970, après le premier choc pétrolier, a été d'introduire dans ces modèles les ressources naturelles comme un facteur de production supplémentaire et de préciser les règles régissant leur évolution, notamment en modélisant le comportement d'extraction dans le cas d'une ressource minérale épuisable.

Ces modèles supposaient souvent des possibilités importantes de substitution entre les ressources naturelles, le capital et le travail. Associées à un progrès technique exogène, elles offraient une solution à la finitude des ressources, au moins d'un point de vue théorique : au fur et à mesure que les stocks de ressources pétrolières déclinent, la production est censée les utiliser de moins en moins intensivement, sans que cela implique une baisse du niveau

45

46

de vie, que ce soit grâce au pur progrès technologique ou en remplaçant le pétrole par une énergie fossile alternative ou un autre facteur de production conçu par l'homme.

Pour les tenants de la soutenabilité faible, le fait de dégrader ou de détruire le capital naturel n'est pas particulièrement problématique à partir du moment où ce capital est utilisé pour produire une autre forme de capital (notamment financier ou technologique) qui sera alors léguer aux générations futures, en lieu et place du capital dégradé. Grâce à cette hypothèse de substituabilité, le principe de solidarité intergénérationnelle est respecté, sans pour autant que les considérations écologiques aient besoin d'être prioritairement considérées.

2 : La soutenabilité forte

Les tenants de la soutenabilité forte pensent en revanche que les possibilités de substitution se heurtent à des limites physiques. Pour la plupart des ressources naturelles, il est nécessaire de maintenir des niveaux critiques au moins égaux à ceux nécessaires aux besoins de base, et en fait plus élevés si l'on veut que l'environnement conserve un niveau acceptable de ce qu'on appelle la résilience, à savoir la capacité de l'écosystème à se régénérer et à retrouver son équilibre après des chocs. Le concept de soutenabilité forte est souvent considéré comme ne pouvant se réduire à des approches monétaires. Toutes les variables environnementales pertinentes doivent être étudiées en termes physiques.

Ouvertement opposés aux tenants de la soutenabilité faible, certains tenants de l'approche systémique ont développé de leur côté cette théorie de la soutenabilité forte. Le plus souvent proches des valeurs du Club de Rome (1972), partageant les mêmes inquiétudes et dressant les mêmes constats, les défenseurs de cette théorie rejettent en grande partie l'hypothèse de la soutenabilité. Pour eux, le capital naturel intègre un certain nombre de caractéristiques écologiques irremplaçables qui déterminent les grands équilibres planétaires et qu'il convient de préserver prioritairement afin de les léguer dans leur intégralité aux générations à venir. Une soutenabilité forte suggère de ne pas utiliser davantage de services écologiques que la nature est capable d'en générer.

À la différence des modèles classiques et néoclassiques, les modèles de soutenabilité faible et forte introduisent les limites des ressources naturelles. Or, les premiers continuent à se baser principalement sur des hypothèses néoclassiques. Il y a trois différences

principales entre ces deux types de courants. Premièrement, les premiers privilégient une soutenabilité économique alors que les deuxièmes veulent, avant tout, une soutenabilité environnementale. En deuxième lieu, les premiers veulent que le bien-être soit maximisé dans le temps tout en maintenant le stock de capital, alors que les deuxièmes exigent le maintien du stock de capital naturel. Finalement, les derniers exigent que les générations présentes et futures soient traitées de la même façon. De plus, les premiers sont plus optimistes en ce qui concerne la capacité des humains pour résoudre n'importe quel problème nouveau auquel nous devons faire face. Les autres, au contraire, se posent des questions sur le succès des solutions technologiques précédentes et craignent que les problèmes futurs soient chaque fois pires.

Il est évident que les tenants de la décroissance s'inscrivent dans la même ligne que ceux de la soutenabilité forte. En effet, ces deux mouvements remettent en cause la croissance économique et considèrent qu'il est urgent de réduire notre « empreinte écologique »1. De même, ils ne croient pas qu'un miracle technologique aura lieu et résoudra tous nos problèmes actuels. Cependant, ces deux courants ne se confondent pas, puisque le mouvement de la décroissance ne critique pas seulement le problème écologique, mais aussi l'idéologie productiviste actuelle. Ils ne s'intéressent donc pas seulement aux effets de la croissance économique sur l'écologie, mais aussi sur le social, le politique, etc.

1Indicateur qui mesure, en hectares, la surface nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources naturelles et d'espace et à ses besoins d'absorption de déchets et d'émissions. Il porte sur la consommation et non sur la production.

La croissance inclusive est une croissance qui favorise la cohésion sociale, l'accès à un emploi décent, etc. Cette croissance est au bénéfice de tous, sans exception. Le développement, quant à lui, est une notion qui doit tenir compte de l'équité sociale, économique et environnementale dans son programme. Ces deux notions, bien que différentes, sont désormais liées l'une à l'autre.

LA CROISSANCE INCLUSIVE COMME

DÉVELOPPEMENT DURABLE

INSTRUMENT DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

PARTIE II:

Actuellement, la croissance inclusive est devenue un instrument que beaucoup de pays1 utilisent pour leur politique de développement. Cette partie s'intéresse premièrement à l'analyse de l'inclusivité à Madagascar afin de donner, deuxièmement, quelques suggestions pour renforcer cette inclusivité au sein du pays.

1 Les pays de l'OCDE, d'Afrique du nord notamment la Tunisie, le Maroc, l'Algérie, et d'Afrique subsaharienne.

50

CHAPITRE I : ANALYSE DE L'INCLUSIVITÉ À MADAGASCAR

Nous allons principalement nous focaliser pour cette analyse, sur la croissance, les inégalités et sur l'emploi premièrement, et deuxièmement sur autres critères de la croissance inclusive dont la situation de la corruption à Madagascar et celle des infrastructures.

SECTION I : LA CROISSANCE, LES INÉGALITÉS ET L'EMPLOI À

MADAGASCAR

Étant donné que la croissance inclusive s'intéresse non seulement au fait que la croissance soit partagée certes, mais aussi au taux de celle-ci nous amènent à examiner les étapes qu'ont traversé la croissance économique de Madagascar, avant de voir si cette croissance a été partagée et de quelle manière, égale ou inégale.

I : Présentation de la croissance économique de Madagascar

Depuis 2009, Madagascar est enlisée dans une crise d'une longueur inégalée à l'aube de l'histoire du pays et dont personne ne voit l'issue. D'origine politique, cette crise a provoqué des conséquences dramatiques dans le domaine économique du pays.

1 : Le produit intérieur brut (PIB)

En termes de P113 nominal, Madagascar a connu une augmentation de 2010 à 2014. En effet, le P113 est passé de 18 245 milliards d'Ariary en 2010 à 25 774,5 milliards d'Ariary en 2014. En terme réel, il est passé de 600 milliards d'Ariary en 2010 pour atteindre un niveau de 627 milliards d'Ariary en 2012 et 661 milliards en 2014.

51

Tableau no VIII : Variation du FIB en terme nominal et en terme réel, taux de croissance et taux d'inflation

Année

PIB nominal

PIB réel

Taux de
croissance

Taux

d'inflation

En milliards d'Ariary

En pourcentage

2012

21 773,6

627

3,0

5,8

2013

23 397,0

642

2,3

5,8

2014

25 774,5

661

3,3

6,1

Source : INSTAT/DSY et INSTAT/DSM, Année 2015

Le taux de croissance a augmenté. Bien qu'il ait été négatif en 2009 ( 4,6%), en 2010 il a été positif. Il est passé de 0,3% en 2010 à 3,3% en 2014. Le taux d'inflation est passé de 9,2% en 2010, pour baisser au taux de 5,8% en 2012 et 2013 pour enfin atteindre 6,1% en 2014.

2 : Le PIB par secteur d'activité

D'après les résultats en 2012, la croissance économique reste faible comparativement à celle d'avant crise, mais elle s'est améliorée par rapport à celle d'année précédente. Le taux de croissance du P11B est passé de 1,5% en 2011 à 3,0% en 2012. La croissance du secteur primaire est en progression : 1,5% en 2012 contre 0,7% en 2011, suite aux performances des branches agriculture et élevage malgré une réduction drastique de l'exploitation sylvicole. Le secteur secondaire poursuit le chemin de la croissance en enregistrant un taux de 9,3% (contre 3,2% en 2011), propulsé par les performances de production de quelques branches. Le secteur tertiaire évolue positivement avec une croissance de 3% contre - 0,3% en 2011. Les branches d'activités liées au Tourisme et au transport aérien montrent un dynamisme certain suite aux investissements des opérateurs pour la promotion du secteur.

Les résultats en 2013 montrent que la croissance économique a connu une régression de 0,6 point en 2013, la croissance du P11B n'est que de 2,4% si elle était de 3% en 2012. Le secteur primaire a enregistré une baisse de 6,1% en 2013. Cette régression est due en grande partie à la diminution considérable de la production agricole (-12,8%). Par contre, le secteur secondaire a affiché un taux de croissance de 22,7% en 2013 contre 9,3% en 2012. Cette progression est essentiellement marquée par la performance des industries extractives

52

(219,2%) avec l'augmentation de la production d'ilménite et la deuxième année de production de cobalt et de nickel. Le secteur tertiaire a connu une croissance modérée de 1,3% en 2013 contre 3,0% en 2012. Cette décélération est due à la baisse remarquable des activités liées au tourisme.

Le tableau suivant présente l'évolution du taux de croissance du PIB par secteur d'activité de 2012 à 2014.

Tableau no IX : Évolution du taux de croissance du FIB par secteur d'activité entre 2012 et 2014 (en %)

Année

2012

2013

2014

Secteur primaire

1,5

-6,1

3,3

Secteur secondaire

9,3

22,7

8,7

Secteur tertiaire

3,0

1,3

2,3

Source : INSTAT/DSY, Année 2015

En 2014, le secteur primaire a affiché un taux de croissance de 3,3% contre -6,1% en 2013. En effet, la branche de l'Agriculture a eu de bon résultat avec une hausse de production allant de -12,8% à 4,5%, notamment celle de la production rizicole (10,2%). De même pour la branche Elevage et Pêche, elle présente une croissance de 2,8% en 2014 contre 1,4 % en 2013. Cette croissance est expliquée par l'amélioration de la filière porcine (12,6%) et celle des volailles (12,7%) mais aussi de certains produits de pêche autres que la crevette. La branche sylviculture a enregistré une légère hausse de 0,9 point durant la période considérée, en raison du maintien des mesures de l'interdiction des exploitations et exportations des bois précieux.

Le secteur secondaire a présenté un taux de croissance de 8,5% en 2014 contre 22,7% en 2013. Ce recul s'explique par la décélération du rythme de croissance des industries extractives qui fonctionnent presque à pleine capacité de production. À cet effet, son taux de croissance est passé de 219,2% en 2013 à 25,9% en 2014. Il en est de même pour l'Agro-industrie, elle présente une croissance de 2,0% en 2014 contre 11,4% en 2013, à cause de la diminution de la performance des unités sucrières à Namakia et à Ambilobe. En outre, les activités des Zones Franches Industrielles ont fléchi par rapport à l'année précédente avec un taux de croissance de 2,1% en 2014 contre 5,9% en 2013. Ce fléchissement résulte de la

53

poursuite de l'extension des marchés vers l'Asie et l'Europe, et la réintégration de Madagascar dans l'AGOA au mois de décembre 2014 qui n'a aucun effet sur les activités entreprises pendant l'année 2014.

Le secteur tertiaire a connu un taux de croissance de 2,3% en 2014 contre 1,3% en 2013. L'amélioration constatée dans ce secteur provient de la progression des activités de la branche des Bâtiments et Travaux Publics (BTP) avec un taux de croissance de 3,1% en 2014 contre -2,2% en 2013, du Commerce (2,9% en 2014 contre -3,4% en 2013), et de la bonne tenue des activités relatives à des banques (5,3%), des transports de marchandises (3,4%).

II : Les inégalités

La question de l'inégalité et de la redistribution est au coeur du conflit politique. Les inégalités se construisent dans un rapport dialectique aux différences qui peuvent exister entre les individus. Elles sont au fondement de la stratification des sociétés humaines. En effet, l'accès inégal aux ressources socialement valorisées distribue les individus en différents groupes sociaux.

Nombre de penseurs essaient d'examiner ce qu'est vraiment l'inégalité comme le cas de Jean-Jacques Rousseau (1968, 2003), Piketty (2013, 2014), Sen (2000) et Jouvenel (2014) en cherchant à comprendre si l'inégalité est sérieusement un problème ou bien si elle peut, dans certain cas, nous donner quelques aspects positifs. Sur ce propos, Nicolas Zorn (Institut du Nouveau Monde, 2008) affirmait sa manière de penser les inégalités et l'a reformulé comme suit : « Les inégalités sont un problème quand ce sont toujours les mêmes qui en profitent ».

1 : Définition

Définir les inégalités n'est pas simple. Il n'existe pas de définition officielle, ou qui fasse un consensus. Nous pouvons parler d'inégalités, quand un individu ou un groupe d'individus détient des ressources (éducation, revenus, capital social, etc.) qui le positionne sur une échelle reconnue par la société. Nous pouvons aussi parler d'inégalités quand un individu ou un groupe dispose d'un accès différencié à certains biens ou services (santé, loisirs, logement, etc.).

54

Une inégalité, du point de vue sociologique, est une différence dans l'accès à des ressources sociales rares et valorisées, ressources étant entendu au sens le plus large, incluant toutes les possibilités d'actions humaines : politique, économique, culturelle, sociale, sexuelle, etc. Les inégalités sociales sont donc le résultat d'une distribution inégale des ressources au sein d'une société.

Les inégalités se fondent sur un fait objectif : l'accès inégal et socialement hiérarchisé entre groupes sociaux à des ressources rares et, pour cela, désirées. Toutefois, les inégalités ont aussi une dimension subjective : elles n'existent vraiment pour la société que si elles sont perçues comme telles par les individus. Elles peuvent évoluer en injustices si les individus considèrent comme injuste l'accès différencié aux ressources rares. C'est ainsi que les inégalités sociales entre les sexes ou les inégalités sociales basées sur la pensée raciste, quasi naturalisées jusque-là, ont progressivement été perçues comme arbitraires, comme n'étant fondées sur aucune raison véritable. Elles ont dès lors été dénoncées comme injustes.

2 : Aspects des inégalités

Certains disent que les inégalités trouvent leur toute première forme dans l'esclavage en disant que : « L'esclavage est une forme emblématique des inégalités, la négation de toute identité à l'autre ». De manière formelle, nous pouvons distinguer quatre principaux ordres d'inégalités :

? Les inégalités politiques ; ? Les inégalités juridiques ; ? Les inégalités économiques et ; ? Les inégalités sociales.

Les aspects dynamiques (développement, reproduction, ou réduction des inégalités) peuvent, en outre être pris en compte. Une autre approche sera d'analyser, plutôt que les différentes formes d'inégalités, les différentes populations qui souvent cumuleront avantages ou désavantages sur tous les plans (notion de population défavorisée ou de privilégiés).

55

3 : Quelques inégalités

Dans notre société, des causes fréquentes d'inégalités peuvent être des discriminations ou stigmatisations liées à des préjugés, comme le sexisme ou le racisme, qui tendent à considérer des individus comme dignes de moins d'accès à ces ressources. Les grands types d'inégalités peuvent alors être répertoriés comme suit :

> Les inégalités de richesse dont l'héritage ;

> Les inégalités de revenu et notamment du travail : dans l'accès à l'embauche et

éventuellement licenciement, promotion, etc. ;

> Les inégalités d'accès à la culture (dont la fracture numérique) ;

> Les inégalités d'accès aux loisirs ;

> Les inégalités de santé ;

> Les inégalités d'accès à l'éducation et ;

> Les inégalités d'accès au logement.

4 : Présentation des inégalités à Madagascar

Madagascar est doté des ressources naturelles de grandes valeurs. Pourtant le pays est confronté à des problèmes d'une grande envergure tels que le problème des inégalités dans tout genre qui, par conséquent, devient le facteur de la persistance de la pauvreté dans la Grande île.

4-1 : Inégalités de revenu

Les ressources économiques que reçoit un individu au cours d'une période donnée, et qui constituent son revenu, jouent un rôle central dans les inégalités économiques. Ces inégalités se constituent au moment de la distribution primaire des revenus, avant l'action de l'État : revenus d'activité, et en particulier salaires, ainsi que revenus provenant du patrimoine. Ces inégalités sont en partie corrigées par le système de redistribution étatique : les prélèvements obligatoires pèsent surtout sur les plus riches tandis que les prestations sociales bénéficient prioritairement aux plus pauvres.

À Madagascar, les inégalités sont plus importantes dans les zones urbaines car l'écart de revenu entre les ménages riches et pauvres est plus que significatif dans les villes mais plus homogène toutefois dans les campagnes.

56

L'indice de Gini explique mieux comment se sont redistribuées les richesses à Madagascar. En effet, l'indice (ou coefficient) de Gini est un indicateur synthétique d'inégalités de salaires (de revenus, de niveaux de vie...). Il varie entre 0 et 1. Il est égal à 0 dans une situation d'égalité parfaite où tous les salaires, les revenus, les niveaux de vie... seraient égaux. À l'autre extrême, il est égal à 1 dans une situation la plus inégalitaire possible, celle où tous les salaires (les revenus, les niveaux de vie...) sauf un seraient nuls. Autrement dit, lorsqu'il est égal à 1, une seule personne reçoit la totalité du revenu et les autres n'ont rien.

Entre 0 et 1, l'inégalité est d'autant plus forte que l'indice de Gini est élevé.

Tableau no X : Coefficient de Gini de Madagascar de 2012 à 2014

Année

Coefficient de Gini

2012

0,407

2013

0,406

2014

0,441

Sources : Auteur, Année 2016 et knoema1, Année 2016

Ce tableau nous montre à première vue que tous les coefficients de Gini de chaque année sont tous loin de 0, dont l'égalité parfaite. Néanmoins, ces chiffres ne sont pas pour autant non plus proches de 1 (totale inégalité). Ces chiffres n'ont même pas encore franchi le 50% pour atteindre la situation de parfaite inégalité.

1 http://knoema.fr/atlas/Madagascar/topics/Pauvret%c3%a9/In%c3%a9galit%c3%a9-de-revenu/Indice-de-GINI consulté le 7 Juillet 2016 à 23 : 22

57

Graphique 1 : Coefficient de Gini de Madagascar de 2012 à 2014

Coefficient de Gini de Madagascar

0,45

0,4

0,39

0,38

2012 2013 2014

0,44

0,43

0,42

0,41

0,407 0,406

0,441

Source : Auteur, Année 2016

De 2012 à 2013, l'indice de Gini nous montre des chiffres quasiment semblables. Le coefficient est passé de 0,407 pour ensuite descendre à 0,406, correspondant à une baisse des inégalités à Madagascar. En revanche, entre 2013 et 2014 les inégalités ont augmenté de 35% par rapport à leur niveau entre 2012 et 2013. Ces inégalités ont pour causes le grand écart des salaires des plus pauvres aux plus aisés du fait de l'existence d'inégalité d'accès à l'emploi. Cette situation a également pour origine la conception subjective des plus pauvres au regard de leur situation, situation qui les empêche ensuite de faire des efforts pour compléter cet écart de revenu entre les riches et les pauvres.

4-2 : Inégalités d'accès à la santé

La santé est importante non seulement parce qu'elle donne aux gens le bon comportement physique et mental, mais aussi et surtout pour donner aux gens l'aptitude d'exercer un travail, indispensable pour leur survie. Ce secteur est, bien qu'important, confronté à des problèmes notamment l'existence des inégalités en matière de soin.

Les résultats sanitaires médiocres et inégaux trouvent leur origine dans les disparités en termes de revenu des ménages et d'accessibilité physique aux services de santé. Des

58

enquêtes récentes (Enquêtes auprès des ménages, INSTAT 2014) estiment que presqu'une personne sur quatre (23 %) ayant souffert d'une maladie n'a pas cherché à se faire soigner dans un centre de santé parce qu'elle ne pouvait pas payer les dépenses, sans grande variation entre le milieu urbain et rural. Quand bien même les consultations dans les centres de santé publics sont gratuites, les malades doivent payer pour les médicaments prescrits et les fournitures médicales. Souvent, le manque d'accessibilité monétaire aux centres est alors cité par la population rurale comme une entrave.

Cette inégalité d'accès au soin se traduit par la suite à une inégalité de résultats de santé. En effet, l'inégalité en matière de résultats de santé au niveau des groupes socioéconomiques à Madagascar peut être illustrée par les variations du taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans.

Pour pouvoir parler d'inégalités dans l'incidence des affections de longue durée notamment, dans le déroulement des soins, et au regard de la mortalité qui en résulte, il faut pouvoir s'appuyer sur une connaissance des mécanismes à l'oeuvre, et faire apparaitre qu'il existe, toutes choses égales par ailleurs, des inégalités de chances et des inégalités de traitement imputables à des déterminants socioéconomiques (profil social des malades) d'une part et organisationnels (système de santé) d'autre part.

4-3 : Inégalités d'accès à l'éducation

L'hypothèse d'un lien fort entre éducation et revenu (et donc PIB) est globalement confirmée. La majorité des travaux des économistes estime qu'accroître le taux de scolarisation d'un pays va de pair avec un PIB supérieur (Barro, 1991 et Mankiw et al. 1992).

L'accès au secteur éducatif s'avère pourtant encore difficile à Madagascar, qui marque l'inégalité entre les ménages ou entre individus dans le pays. Cette inégalité se traduit par des effets de discriminations entre enfants qui, en droit, devraient avoir un accès égal à l'éducation, en quantité et en qualité. La question de la demande d'éducation, c'est-à-dire du comportement des familles ou des groupes sociaux face à l'offre scolaire, se pose alors.

L'analyse de la discrimination renvoie à la contrainte financière des familles, qui est bien sûr un vecteur décisif dans la transmission des inégalités entre générations.

59

À côté des inégalités provoquées par la contrainte familiale en termes de financement de l'éducation s'ajoute les inégalités de genre. Pourquoi alors les garçons et les filles ne sont-ils pas égaux à l'école et dans l'enseignement supérieur ? Malgré des progrès récents, le taux de scolarisation des filles reste inférieur à celui des garçons (142% contre 147% de 2012 à 2014, Ministère de l'éducation nationale de Madagascar, Évaluation nationale de l'Éducation pour tous, 2015). À Madagascar, étant donné que les taux de scolarisation sont élevés, nous observons toujours une grande parité entre les filles et les garçons. La raison est que les croyances sur les qualités propres des filles et celles des garçons orientent les comportements des instituteurs mais aussi des élèves. La possibilité pour les filles de faire des longues études est compromise par le fait que le mariage doit primer sur l'école et qu'elles sont perçues au-delà d'un certain niveau comme moins bonnes élèves que les garçons.

III : Situation de l'emploi à Madagascar

Dans le cadre du développement socioéconomique du pays, l'accès à des emplois de qualité est essentiel pour la population. Une fois qu'un individu atteint l'âge actif, il souhaite se livrer dans la vie professionnelle, surtout s'il est déjà hors du système éducatif. Il s'agit pour cet individu de chercher du travail rémunéré pour faire face aux conditions de vie quotidiennes.

1 : Définition de l'emploi et du chômage

L'emploi et le chômage sont deux termes qui, bien que différents l'un à l'autre certes, mais, sont liés. En effet, ces termes sont liés puisque, en termes de taux, l'évolution de l'un entraine une évolution inverse de l'autre et vice versa.

1-1 : Définition de l'emploi

Dans son sens le plus courant, l'emploi définit l'exercice d'une profession dans le cadre d'une activité rémunérée par un salaire, un traitement (dans la fonction publique) ou des honoraires (pour les indépendants). Il est alors régi par un contrat signé entre un employeur et un employé. En macroéconomie, ce terme est également utilisé pour désigner l'utilisation de l'ensemble de la population en âge de travailler.

60

1-2 : Définition du chômage

Le chômage peut se définir comme un l'état d'un travailleur sans emploi, à la recherche effective d'un emploi et disponible pour occuper un emploi. Nous en distinguons le chômage classique (dû à l'insuffisance de l'offre par rapport à la demande sur le marché des biens et services et inversement sur le marché du travail), et le chômage keynésien (insuffisance de la demande effective sur le marché du travail).

2 : Évaluation de la situation de l'emploi à Madagascar

À Madagascar, le marché du travail est problématique : sous-emploi de plus en plus rampant, situation critique et pour les actifs occupés et pour ceux en situation de chômage. La prédominance du secteur informel, l'analphabétisme, le phénomène de non scolarisation ou de déscolarisation des enfants et le faible taux de productivité ne font que renforcer cette problématique. En 2012, le sous-emploi évalué au regard de la durée légale de travail touche plus de 11% de la population active occupée. En revanche, la situation de l'emploi inadéquat touche plus de 81% de la population active occupée, plus particulièrement les femmes. Il en résulte un niveau de chômage déguisé1 de l'ordre de 84%.

Tableau no XI : Évolution du taux de chômage à Madagascar de 2012 à 2014

Année

Taux de chômage

2012

1,2

2013

3,6

2014

1,3

Source : INSTAT/DSM, Année 2015

Le taux chômage est faible à Madagascar puisque le chômage au sens du Bureau International du Travail (BIT) touche 1,3 % de la population active, soit un taux d'activité de près de 98,7%. Ce taux, en 2014 semble être en baisse mais, sur le terrain, ce taux est largement au-dessus de celui qui a été publié par le BIT. En réalité, Madagascar possède l'un

1 Il inclue les individus au chômage, en situation de sous-emploi lié à la durée du travail et en situation d'emploi inadéquat.

61

des taux de chômage les plus élevés au monde sauf que c'est du chômage déguisé. Par ailleurs, le chômage touche plus les femmes que les hommes (respectivement 1,5 % et 1 %) et varie fortement suivant la classe d'âge.

En effet en 2012, six chômeurs sur dix sont des femmes (58,5 %). En outre, force est de constater que les jeunes actifs de 15-24 ans rencontrent les plus grandes difficultés à s'insérer sur le marché du travail. En effet chez les 15-19 ans, le taux de chômage atteint 2,1 % et s'élève à 3,1 % chez les 20-24 ans. À partir de 25 ans, les taux de chômage décroissent progressivement pour atteindre 0,7 % chez les 40-44 ans et 0,2 % chez les actifs de plus de 50 ans. Nous constatons aussi que les trois-quarts des chômeurs ont moins de 30 ans (75,3 %) et neuf sur dix moins de 40 ans (90,4 %). En termes de répartition géographique, le chômage est plus important en milieu urbain où il s'élève à 3,4 % alors qu'il est quasiment inexistant en milieu rural (0,7 %).

En outre, à Madagascar, il n'existe pas de véritable marché du travail unifié comme dans la plupart des pays. Le marché du travail est caractérisé par la superposition de segments de marché : rural (traditionnel et agro-industrie), informel, moderne (public et privé), temporaire. À l'intérieur de ces segments de marché, l'adéquation offre-demande se réalise difficilement, y compris pour l'emploi moderne.

Selon le Bureau International du Travail (BIT), la crise politique qui a sévi à Madagascar de 2009 à 2013 a entrainé une suppression de 336 000 emplois pour 1 250 716 emplois formels due à la suspension de l'AGOA, ce qui représente 27% du marché du travail. Le phénomène de chômage s'accroît, et il touche autant les femmes que les hommes. La situation de l'emploi à Madagascar est très précaire avec une montée de l'emploi dans l'informel et des conditions de travail déficientes.

SECTION II : LES AUTRES CRITÈRES D'INCLUSIVITÉ

Qui dit inclusion c'est d'abord l'absence d'inégalités entre les individus, et ce dans tous les domaines. La croissance inclusive se veut d'améliorer l'emploi, mais il existe encore d'autres critères importants à prendre en considération tels que la corruption, les infrastructures.

62

I : La corruption à Madagascar

La corruption est la perversion ou le détournement d'un processus ou d'une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d'obtenir des avantages ou des prérogatives particulières ou, pour le corrompu, d'obtenir une rétribution en échange de sa complaisance. Elle conduit en général à l'enrichissement personnel du corrompu ou à l'enrichissement de l'organisation corruptrice (groupe mafieux, entreprise, club, etc.). C'est une pratique qui peut être tenue pour illicite selon le domaine considéré (commerce, politique...).

Elle peut concerner toute personne bénéficiant d'un pouvoir de décision, que ce soit une personnalité politique, un fonctionnaire, un cadre d'une entreprise privée, un médecin, un arbitre ou un sportif, un syndicaliste ou l'organisation à laquelle ils appartiennent.

1 : La corruption : Un véritable fléau à Madagascar

À Madagascar, nous pouvons rencontrer aussi bien la corruption active que la corruption passive. Le premier type consiste à proposer de l'argent ou un service à une personne qui détient un pouvoir en échange d'un avantage indu. Le second est le fait de considérer cet argent et donc l'accepter. Un exemple classique et connu à Madagascar est celui d'un homme politique qui reçoit de l'argent à titre personnel ou pour son parti de la part d'une entreprise de travaux publics et en retour lui attribue un marché public. L'homme politique pourrait être accusé de corruption passive : il a reçu de l'argent, alors que l'entreprise peut, elle, être accusée de corruption active. En revanche, si cet homme politique dirige une association ou une fondation d'entreprise, le versement d'argent sera considéré soit comme de la « corruption indirecte », soit comme une « participation complémentaire » par les autres acteurs.

Nous pouvons également constater des exemples semblables dans bien des cas, dans bien des établissements publics et privés. La corruption est plus prononcée dans le secteur public que dans le secteur privé (Baromètre mondiale, 2013).

La corruption qui ne cesse de prendre de l'ampleur est l'un des principaux facteurs de blocage à Madagascar. Pourtant, tous sont conscients mais unanimes à le reconnaître, notamment les acteurs économiques. La corruption passe au stade supérieur à Madagascar

63

puisque ces derniers temps, ce sont les gros bonnets qui sont en tête en matière de la corruption.

2 : Évaluation de l'état de la lutte contre la corruption à Madagascar

Le public, les organisations de la société civile, les institutions chargées de la lutte contre la corruption et les partenaires techniques et financiers de Madagascar partagent la perception d'une péjoration de l'état de la corruption et de l'affaiblissement de la lutte contre ce phénomène à Madagascar durant la Transition (2009-2014). La corruption, à leur avis unanime, s'est nettement généralisée et aggravée durant cette période, même si elle n'était pas inconnue avant la crise.

Cette perception unanime est reflétée dans les indices de gouvernance. Quelques exemples sont éloquents. Sur l'Indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency International, un indice qui mesure le degré de la corruption d'un pays dont 0 correspond à une corruption forte tandis que 100 convient à une situation intègre, Madagascar présente un résultat médiocre comme le montre le tableau suivant :

Tableau no XII : Évolution de l'IPC à Madagascar de 2012 à 2013

Année

IPC

2012

32/100

2013

28/100

2014

28/100

Source : Transparency international1, Année 2016

En 2012, la Grande île est classée en 118ème position dans le classement de l'indice de la corruption. Madagascar est parmi les 2/3 des 176 pays évalués dans l'indice en 2012 qui ont obtenu un score inférieur à 50, sur une échelle allant de 0 à 100. Sur 176 pays au monde, Madagascar se place en 118ème rang en matière de l'IPC avec un score de 32/100. Dans cette même année, la Transparency international a signalé que 68% de l'administration locale a été affecté par la corruption. Autrement dit, cette organisation a affirmé que deux fonctionnaires sur trois ont été corrompus.

Selon la Transparency international, Madagascar a occupé le 127ème rang sur 177 pays ayant fait l'objet d'études en matière de lutte contre la corruption. Avec une note de 28/100 l'année 2013 contre 32/100 en 2012, Madagascar enregistre un recul en matière de la lutte contre la corruption, en raison notamment du manque de la volonté politique des dirigeants en la matière. Il convient de noter que la crise politique perduré pendant presque cinq ans a énormément entraîné la dégradation de l'économie et du développement social dont la corruption en était le responsable. En 2013, 32% de la population enquêtée ont affirmé avoir payé de pot de vin, soit pour accélérer le processus auprès d'un service public quelconque, soit parce que c'est l'unique moyen pour un aboutissement, tandis que 54% ont déclaré inefficaces quant aux actions du gouvernement pour combattre ce fléau (Baromètre mondial, 2013).

D'année en année, de jour en jour, Madagascar sombre dans les abîmes de la corruption. La Transparency international a indiqué que Madagascar a été classé en 133ème

64

1 http://www.transparency.org/cpi2014/results consulté le 23 Juillet 2016 à 12 : 50

rang mondial sur 174 pays en 2014. Cette même année, l'IPC de la Grande île a été évalué à 28/100, ce qui n'est ni reculé ni avancé par rapport à l'année 2013.

Ces dernières années, Madagascar reste fragile en matière de lutte contre la corruption. Même en 2015, l'IPC de Madagascar a stagné (28/100, 128ème place sur 168 pays étudiés)), pareil que l'année 2014. Cette situation témoigne la médiocrité et l'insuffisance des efforts de Madagascar en matière de lutte contre la corruption. « Les responsables du BIANCO (Bureau Indépendant Anti-Corruption) ont indiqué que ce résultat (IPC 2015) est dû à la mise en place des mécanismes de lutte contre la corruption depuis le retour à l'ordre constitutionnel »1. En effet, la corruption a pris de l'ampleur durant la période de la transition pendant laquelle l'administration a été à la merci des corrupteurs à cause d'un dysfonctionnement de l'État favorisant par la suite plusieurs trafics tels le bois de rose.

Les conséquences des magouilles liées aux trafics de bois de rose, aux attributions et aux remblayages illicites de terrains domaniaux, aux gros contrats pétroliers ou miniers, aux programmes de privatisations de sociétés d'État, aux contrats de concessions divers de terres arables au profit d'intérêts étrangers etc. sont plus dévastatrices sur les richesses de l'île, sur l'environnement, sur la souveraineté économique voire territoriale, sur la stabilité politique du pays que celles de menus larcins de la part d'indélicats policiers, gendarmes, fonctionnaires, commerçants, sages-femmes etc. soi-disant pris en flagrant délit et qui garnissent nos prisons et les statistiques.

En définitive, Madagascar enregistre encore des résultats médiocres en termes de lutte contre la corruption. En d'autres termes, l'organisme chargé de lutte contre ce fléau, le BIANCO s'avère impuissant voire inutile au vu des résultats. Étant donné ces résultats mitigés, certains s'élèvent les voix pour dénoncer l'inaction de cet organisme et demander même sa suppression ou sa restructuration. Il est censé être indépendant, pourtant juridiquement, il est sous la tutelle de la présidence qui nomme elle-même le Directeur Général. Le BIANCO ne peut pas être véritablement indépendant. De même, le budget de fonctionnement du BIANCO provient du Gouvernement. Or, la corruption, petite et surtout grande, implique l'Exécutif. Cette situation est illogique puisque l'Exécutif ne va jamais

65

1 Cyprien Marie Justin RATOVO, article publié dans La gazette de la Grande île, le 3 Juillet 2016 à 18 : 01 :18.

66

octroyer de fonds conséquent à un organisme qui va le surveiller, d'où la persistance de l'inefficacité du BIANCO.

II : Les infrastructures à Madagascar1

L'infrastructure est un ensemble constitué par l'équipement, les bâtiments, etc. À Madagascar, le Ministère des Travaux Publics (MTP) a axé ses activités sur la base de la Politique Générale de l'État (PGE), s'agissant de l'Accélération de la Croissance Inclusive, la Promotion de l'Emploi, et le Développement du Territoire. Pour cela, les objectifs suivant sont à atteindre :

? Soutenir les activités productives ;

? Développer les infrastructures économiques ;

? Réhabiliter les infrastructures routières, ferroviaires, et fluviales.

1 : Actions et mesures entreprises

Pour atteindre ces objectifs cités précédemment, les actions et mesures sont axées sur l'investissement routier, la maintenance et l'institution.

1-1 : Actions en Matière d'Investissement

En matière d'investissement routier, les actions sont orientées vers les travaux de réhabilitation et entretien périodique des chaussées et ponts.

Les projets en cours ou à démarrer pour l'année 2014, pour environ 129 Km, concernent :

? Avec le financement de la Banque Mondiale

? Réhabilitation de ponts : Kamoro, Betsiboka et autres ouvrages sur la RN4,

Mahavavy et Mananjeba sur la RN6 ;

? Travaux post cycloniques de routes : RN4, RN6, RN7, RN25 ;

? Acquisition de ponts métalliques modulaires ;

1 Ministère de l'Économie et du Plan, Rapport Économique et Financier (REF) 2014-2015, Décembre 2015, p. 66-68.

·

67

Poursuite des travaux de construction et d'aménagement de stations de pesage.

> Avec le concours de la Banque Africaine de Développement :

· Réhabilitation de routes : RN9 (107 Km) ;

· Réhabilitation de ponts : Pomay sur la RN35, Befandriana sur la RN9.

> Avec le financement de l'Union Européenne :

· Travaux HIMO sur la RN12A (52 Km) ;

· Travaux post cycloniques : RN2, RN6, RN7, RN43, RN1. > Avec le financement de la BADEA :

· Actualisation des études pour la RN 43 ;

· Réhabilitation de la RNS21 à Sainte Marie.

1-2 : Actions en Matière de Maintenance Routière

En 2014, la prévision des travaux d'entretien courant dépend des ressources reçues du Fonds d'Entretien et concerne :

> l'entretien courant de 10 920 km de Routes Nationales ; > l'entretien courant de 675 km de Routes Rurales ; > des travaux d'urgence.

1-3 : Actions institutionnelles et activités support Les principales actions se rapportent sur trois volets :

> Activités liées aux réformes et dispositifs institutionnels ; > Activités connexes au développement routier ;

> Activités de facilitation et de promotion sectorielle.

2 : Les résultats en 2014

La crise politique, devenue multiforme que le pays a vécue depuis 2009 n'a épargné aucun secteur intervenant dans les projets d'infrastructures. Bien que les bailleurs de fonds

68

aient promis la reprise des financements extérieurs après la formation du nouveau Gouvernement, celle-ci n'a pas été effective en 2014.

2-1 : Développement Routier

La réhabilitation et entretien périodique des Routes Nationales à Madagascar restent insuffisant. Malgré l'objectif initial de réhabilitation et d'entretien périodique des Routes Nationales (129 Km) pour l'année 2014 qui semble insignifiant par rapport à la programmation annuelle des années d'avant crise, le taux de réalisation de l'ordre de 26 % (34 Km) reste faible. Les travaux de réparation des dégâts cycloniques sur les RNP2, 6, 7, la RNT 8, ont soutenus les travaux effectués sur les routes nationales sur un linéaire discontinu de 141 km.

Le MTP a pu financer l'entretien périodique de la RN2 et la RN5 et quelques travaux complémentaires sur la RNS21 sur ressources propres internes (RPI), soit un linéaire de route assez conséquent de 489 km. Des dispositions transitoires sur le contrôle et les sanctions des surcharges routières ont débuté sur la RN2 Ter et sur la RN 4 à proximité des ponts métalliques de Kamoro et Betsiboka.

En matière de Réhabilitation et Entretien Périodique des Routes Rurales et des Voiries Urbaines, les résultats ne sont toujours pas satisfaisants. Faute de ressources financières face à l'ampleur des Routes Rurales (19 750 Km), aucun projet n'a été programmé pour l'entretien des routes rurales dans le PTA (Plan de Travail Annuel) 2014. Les travaux de réhabilitation et d'entretien périodique restent très ponctuels. Un linéaire de 24,5 km a pu être effectué en matière de réhabilitation ou entretien périodique. La majeure partie des routes dites de désenclavement reste dans un état de dégradation totale.

Concernant les voiries urbaines, des réfections de routes ont été effectuées dans la ville de Toamasina, Antananarivo, Morondava et Mahajanga pour un linéaire total de 7,65 km. Le travail réalisé semble plutôt symbolique face à l'ampleur des besoins de réparation.

Entretien Courant (Maintenance Routière) des routes est souciant. Faute de projet d'entretien courant des routes rurales, l'enclavement de plusieurs communes rurales s'est aggravé. Toutefois, l'entretien courant des routes rurales dans le programme résiduel des 757 Km de RP (Routes Principales) figure parmi les conditionnalités des bailleurs de fonds.

69

À noter que le taux du RER (Redevance pour l'Entretien Routier) prévu à 8 % depuis 2009 a été bouleversé et fixé suivant la nature des carburants : 8% pour l'essence (288 Ar/l) et 4% pour le gas-oil (129 Ar/l).

2-2 : Actions institutionnelles et activités support

Les textes et documents fondamentaux (Charte Routière, Politique sectorielle, Stratégies de programmation) sont actualisés mais non approuvées à fin 2014.

Les activités transversales, en support du développement routier, ont également connu des ralentissements pour diverses raisons : restriction budgétaire, suspension des financements spécifiques des bailleurs de fonds, procédure de passation de marché. Ainsi, la campagne de relevé, de la consistance et de l'état du réseau routier (avec les indicateurs connexes) n'a pas été achevée ; les campagnes de comptage du trafic de véhicules n'ont pas pu être effectuées.

Au niveau de la gestion administrative et budgétaire, les projets d'investissement ont été défavorisés par les procédures et les régulations dont le taux de régulation des dépenses d'investissement sur financement interne a été fixé à 91 % au 4ème trimestre.

2-3 : Indicateurs de résultats

La chute des indicateurs d'activités (en linéaire de km ou avancement de projets), liée au contexte de crise, s'est encore aggravée en 2014 :

? le taux estimé de désenclavement des communes est passé de 63% en 2011 à 45% en 2012. Cette situation se dégrade encore pour l'année 2014 à cause de l'inexistence de financement pour la réhabilitation ou l'entretien de la quasi-totalité des routes rurales classées (routes provinciales notamment), le taux de désenclavement pour cette année est évalué à moins de 40%

? La dégradation du réseau des routes nationales, du moins pour la partie en bon état, a été sous contrôle. Estimée à 26% à fin 2012, la partie en bon état est passée à 25% à fin 2014. Cette situation résulte de la continuité du financement de l'entretien courant par le FER (Fonds d'Entretien Routier), malgré les problèmes de collecte de RER auprès des compagnies pétrolières. La baisse d'un point est attribuée au retard

70

du déblocage des fonds pour l'entretien courant, anéantissant tous les programmes d'entretien de 2014.

Les problèmes et contraintes rencontrés pendant le processus des travaux sont représentés comme suit :

Sur le plan opérationnel, l'exécution des projets routiers est confrontée à des problématiques complexes qui handicapent sa productivité :

? La réalisation des projets routiers programmés, en période d'activités de pointe, reste tributaire de l'insuffisance d'opérateurs internationaux de grande envergure alors que les nouvelles entreprises installées connaissent souvent des problèmes d'adaptation techniques et organisationnels.

? Les PME, quant à elles, ne sont pas toujours professionnellement organisées ni matériellement équipées malgré les efforts sectoriels de renforcement de capacité. Pour ce fait, elles sont systématiquement handicapées dans les appels à concurrence des grands travaux dont les conditions des marchés privilégient les moins disant tout en requérant un niveau minima de chiffre d'affaires.

? Par ailleurs, le coût des travaux sur les routes nationales bitumées est généralement assez élevé du fait, d'une part, des contraintes de spécifications techniques et, d'autre part, de la variation difficilement maîtrisable du prix des intrants (bitume, acier, ciment, ...). Des efforts sont mis en oeuvre pour l'utilisation de nouveaux intrants et de matériaux locaux, mais ils restent pour le moment au stade expérimental.

? Les procédures administratives et budgétaires, nonobstant les multiples réformes, ne sont pas toujours de nature à améliorer l'efficacité d'exécution des programmes. On peut citer : les contraintes de la régulation trimestrielle, les exigences administratives de visa préalables ou de non objection des dossiers (particulièrement renforcées depuis 2010), mais également l'insuffisance de diligence au niveau de certains gestionnaires de projets.

? Enfin le patrimoine routier est systématiquement soumis aux aléas climatiques (dégâts cycloniques, ...) et depuis quelques années au phénomène d'incivisme avec destructions et vols d'ouvrages (buses métalliques, platelages de ponts, panneaux de signalisation, ...).

71

CHAPITRE II : QUELQUES SUGGESTIONS D'AMÉLIORATION DE
L'INCLUSIVITÉ À MADAGASCAR

Étant donné que les critères à prendre en compte dans la croissance inclusive présentent des faiblesses, des améliorations doivent être un défi à relever, notamment en matière de réduction des inégalités, la promotion d'emploi décent, d'un côté. D'un autre côté, d'autres critères non négligeables sont également à mettre en exergue en termes de renforcement. Ce sont particulièrement la lutte contre la corruption et l'amélioration des infrastructures de toutes sortes.

SECTION I : RÉDUCTION DES INÉGALITÉS ET PROMOTION DE L'EMPLOI

La croissance inclusive promeut dans ces préoccupations, la lutte contre les inégalités et également la possibilité de faire de l'emploi un stade bénéfique pour tous, pour atteindre l'objectif principal de la plupart des pays en développement : le développement durable.

I : Combattre les inégalités

La montée des inégalités de revenus crée des difficultés économiques, sociales et politiques. Elle peut ralentir l'ascenseur social, les actifs talentueux et travailleurs ayant plus de difficultés à en tirer les fruits qui leur reviennent. L'absence d'égalité des chances va inévitablement peser sur les performances économiques dans leur ensemble, bien que de façon indirecte. Les inégalités suscitent également des difficultés sur le plan politique car elles nourrissent le ressentiment social et génèrent une instabilité politique. Elles peuvent aussi alimenter des aspirations populistes, protectionnistes et antimondialistes. Les citoyens cessent d'être favorables au libre-échange et à l'ouverture des marchés dès lors qu'ils ont le sentiment d'y perdre tandis qu'une poignée y gagne en s'enrichissant sans cesse.

1 : Au niveau des revenus : améliorer la politique de redistribution des revenus

La redistribution des revenus est une politique d'atténuation des inégalités de revenus opérée au moyen des transferts sociaux. Cette politique vise donc à réduire les écarts de revenu entre les ménages d'une même société. Les politiques sociales, budgétaires et du marché du travail jouent un rôle majeur dans la redistribution des revenus.

72

1-1 : Objectifs de la redistribution des revenus

La politique de redistribution des revenus poursuit à la fois des objectifs de réduction des inégalités, de protection contre les risques sociaux et de stabilisation de la conjoncture économique. Les principaux objectifs peuvent être expliqués comme suit :

? La lutte contre les inégalités (logique de solidarité) : la répartition primaire telle qu'elle est réalisée par le marché comporte des inégalités. Pour corriger ces inégalités, l'État doit mettre en place un transfert des ressources des hauts revenus vers les bas revenus pour organiser une solidarité entre les riches et les pauvres. Cette redistribution verticale s'appuie sur une logique d'assistance aux personnes dont les ressources sont insuffisantes. Les financeurs sont les contribuables. Les bénéficiaires sont les personnes dont les ressources sont insuffisantes.

? La protection contre les risques sociaux (logique d'assurance) : le risque social est un événement qui intervient indépendamment de la volonté des individus et qui occasionne une perte de revenu (maladie, vieillesse, chômage...). Pour assurer les individus victimes de risques sociaux, l'État et les autres APU doivent mettre en place un transfert de ressources qui permet d'organiser une solidarité entre les célibataires et les familles nombreuses, les bien-portants et les malades, les actifs et les retraités, les travailleurs et les chômeurs.

Cette redistribution horizontale s'appuie sur une logique d'assurance dont les cotisations sont calculées en fonction des revenus et non pas en fonction de l'exposition au risque. Les cotisants sont les salariés, les employeurs et les travailleurs indépendants. Les bénéficiaires sont les personnes touchées par les risques assurés : chômeurs, malades et retraités.

? Le soutien à la croissance (logique de régulation) : lorsque l'État diminue les prélèvements obligatoires, il augmente d'autant le pouvoir d'achat des ménages et donc leur consommation. Réciproquement, si les prélèvements augmentent, le pouvoir d'achat diminue et la consommation des ménages diminue. Ces variations du pouvoir d'achat peuvent avoir une influence sur la demande globale adressée aux entreprises et sur le niveau de la production et de l'emploi.

L'augmentation des prestations des ménages les plus défavorisés a un impact positif sur la demande, car ce sont ces ménages qui ont la propension marginale à consommer la plus élevée.

1-2 : Les instruments de la politique de redistribution des revenus

Les pouvoirs publics disposent trois instruments pour mener une politique de redistribution des revenus : la fiscalité, les transferts sociaux et les services publics.

Les transferts sociaux comprennent trois sortes de prestations :

? Les prestations d'assurance qui sont versées en fonction du risque social concerné (indemnités de chômage, pensions de retraites...). Ces prestations dépendent des cotisations passées.

? Les prestations d'assistance visent à lutter contre la pauvreté et l'exclusion. La couverture médicale universelle (CMU) permet aux plus pauvres d'accéder aux soins médicaux.

? Les prestations universelles sont indépendantes des cotisations versées par les bénéficiaires. Exemples : soins de santé, prestations familiales, aide au logement.

2 : Dans les dimensions autres que les revenus

Les inégalités ne concernent pas uniquement les revenus, elles concernent d'autres dimensions à prendre en compte pour les politiques publiques. Les services publics assurés par des APU regroupent un ensemble d'activités qui n'obéissent pas à la logique marchande. Les services publics constituent un moyen important de lutter contre les inégalités et la pauvreté en permettant au plus grand nombre d'accéder à des services essentiels (santé, éducation, logement, justice). Ces services publics contribuent fortement à atténuer les inégalités. Certains pays recourent davantage à ces services qu'aux transferts et nous pouvons dire que l'existence de services publics et notamment d'un enseignement de qualité représente en outre un investissement à long terme de nature à favoriser l'ascension sociale, ainsi que l'égalité des chances à long terme.

Le fonctionnement des services publics repose sur 3 principes :

73

? L'égalité : tous les citoyens bénéficient des mêmes services au même coût.

74

? La continuité : les services publics fonctionnent sans interruption.

? L'adaptabilité : les services publics doivent s'adapter aux besoins des citoyens.

II : Promouvoir l'emploi décent et de qualité

Aujourd'hui, la réduction de la pauvreté est devenue le fil conducteur des politiques nationales. Il est impératif d'appréhender avec plus d'envergure, plus de détermination et plus de cohésion le problème de l'emploi en formulant une politique globale et active de l'emploi qui réponde, au mieux des possibilités du pays, aux exigences d'occupation et de revenus auxquelles il est confronté, et qui s'inscrit dans une perspective de développement durable.

Une politique nationale de l'emploi pouvant conduire au plein emploi ne saurait se limiter uniquement à des programmes ponctuels et sectoriels d'action. L'emploi concernant de nombreux domaines, une PNE (Politique Nationale pour l'Emploi) doit refléter cette globalité et gagnerait à enrichir la politique économique globale et le cadre macroéconomique, par des dispositions adéquates et volontaristes pour accroître la productivité des ressources nationales humaines et naturelles.

Les politiques de l'emploi comprennent l'ensemble des interventions publiques sur le marché du travail qui visent à en corriger les déséquilibres et les effets néfastes qui peuvent en résulter. Cette définition au sens strict exclut a priori les politiques macroéconomiques de relance qui lutte contre le chômage conjoncturel, car elles ne concernent qu'indirectement le marché du travail. La politique de l'emploi est une politique structurelle. En revanche, la politique pour l'emploi comprend l'ensemble des interventions publiques sur les différents marchés (marché des biens et services, marché des capitaux, marché du travail) qui cherchent à agir sur le niveau de l'emploi et le niveau du chômage.

Les politiques de l'emploi comprennent des mesures très diverses : réglementation du marché du travail (Salaire minimum, règles de licenciement, durée légale du travail) ; incitations à l'activité (prime pour l'emploi, impôt négatif) ; indemnisation du chômage ; incitation à l'inactivité (Préretraite, salaire de la mère au foyer) ; mesures ciblées sur les chômeurs (Formation, aide à la recherche d'un emploi ; stages ou emplois publics temporaires).

75

Nous distinguons deux types de dépenses pour agir sur l'emploi : les dépenses actives et les dépenses passives. Les dépenses actives ont pour objectif de remettre les chômeurs en emploi et d'augmenter le niveau d'emploi, soit de manière directe (création d'emplois publics temporaires, subventions à l'embauche), soit de manière indirecte (formation, service public à l'emploi). Nous parlons de traitement économique du chômage. Tandis que les mesures passives comprennent l'indemnisation du chômage et les dispositifs de cessation anticipée d'activité dont l'objectif est d'atténuer les conséquences du chômage. Nous parlons, dans ce cas, de traitement social du chômage.

La réduction de la pauvreté ne se décrète pas et il en est de même pour l'emploi. La croissance est le fruit d'un processus long et complexe demandant la contribution active des forces économiques et sociales du pays dans tous les domaines.

Pour avoir une politique pour l'emploi efficace, cinq grands objectifs sont à envisager :

1 : Favoriser un environnement propice à la croissance, à l'investissement et à l'emploi

Il revient aux pouvoirs publics et aux partenaires sociaux de mettre en oeuvre les actions pour un nécessaire climat de sérénité des affaires et de sécurité des biens et des personnes, encourageant les acteurs du développement dans leurs initiatives de la manière suivante :

? mettre en confiance les opérateurs économiques en instaurant un climat de sécurité des personnes, des affaires et des biens dans le cadre de la stabilité politique, l'équilibre des pouvoirs, l'application de la démocratie, le respect des textes et la bonne gouvernance. Il s'agit des conditions fondamentales et préalables au développement de l'emploi productif.

? instaurer un environnement macro-économique qui encourage l'investissement productif, la création d'entreprises performantes et porteuses d'emplois et le renforcement de celles qui existent dans des conditions de sécurité et de stabilité expressément garanties.

? créer les conditions les plus favorables, tant pour la croissance des activités dans les différents secteurs que pour la multiplication des différents types d'emploi, par

76

l'amélioration des infrastructures de désenclavement, la simplification des démarches foncières et l'allégement des formalités administratives.

> promouvoir et préserver les ressources humaines en faisant respecter l'application de la législation du travail, en créant des initiatives d'accès des travailleurs à la formation continue, à la polyvalence et à la formation permanente, en terme d'évolution de plan de carrière en vue de mieux faire face au marché du travail et faciliter la réinsertion professionnelle et en soutenant l'amélioration des pouvoirs d'achat et de la motivation des travailleurs.

> réduire les inégalités et les marginalisations nées des dynamiques territoriales en prenant en compte et en impliquant les régions économiques dans la mise en oeuvre de la politique de promotion de l'emploi. La création de pôles de développement régionaux constitue une avancée décisive en ce domaine.

> prévoir des mécanismes et dispositifs élargis de protection sociale devant aussi concerner le monde rural.

2 : Appuyer le secteur privé, principal acteur de la réduction du chômage

La création d'emplois, reposant pour beaucoup sur le dynamisme des opérateurs privés, est principalement le fruit des actions du secteur privé, en tant que moteur de la croissance. Dans ce cadre, il faut :

> protéger l'emploi existant en soutenant les entreprises déjà opérationnelles aussi bien par des mesures incitatives que des mesures d'accompagnement comme la réduction du coût des facteurs en général et de l'énergie en particulier.

> adopter des démarches sectorielles ciblées pour améliorer les conditions de la création d'emploi, telles que la facilitation du circuit de financement et renforcement du soutien financier aux entreprises.

> encourager le renforcement institutionnel et organisationnel du secteur privé en vue de la promotion de l'emploi par un appui aux organisations professionnelles.

> soutenir la politique de l'emploi par des mesures actives d'accompagnement à la création de nouvelles entreprises.

77

3 : Améliorer l'accès pour les travailleurs du secteur informel et du secteur rural à l'éducation et à la formation professionnelle

L'acquisition de savoir-faire moderne et adapté permet aux informels et ruraux d'agir avec efficacité et d'augmenter leurs chances d'accéder à des activités et emplois viables et durables, du fait d'une productivité accrue. Pour cela, il est envisagé de :

> ancrer durablement la croissance dans le monde rural et informel en leur accordant la priorité qui leur revient aussi bien au niveau des concepts que dans les solutions aux problèmes soulevés, et reconnaître le caractère vital de l'éducation.

> accorder la priorité à l'éducation et à la formation professionnelle pour donner aux couches défavorisées le savoir-faire qui leur permettra d'augmenter leur productivité, gage d'une croissance pérenne et profitable, et renforcer la professionnalisation des métiers ruraux par la formation en faveur des groupements ruraux en vue de rehausser le niveau d'éducation et de qualification pour les organisations de base.

> adapter l'offre de formation aux réalités du milieu pour être en adéquation avec le contexte local, les besoins ressentis par la population et les débouchés tout en les inscrivant dans le cadre des actions de développement intégrées débouchant sur des activités stables.

> consolider et élargir la base existante par la création de structures éducatives ou de formation de proximité, la réouverture des lycées agricoles, la multiplication des centres de formation professionnelle.

> appliquer effectivement la décentralisation en améliorant les centres et structures de formation existant déjà au niveau local et en procédant à une répartition équitable des formateurs qualifiés dans les régions.

> coordonner les actions de formation pour intégrer davantage l'ensemble des partenaires et bénéficiaires concernés en vue d'une plus grande efficacité afin d'éviter le saupoudrage.

4 : Promouvoir des activités rémunératrices et génératrices d'emploi

Dans un avenir prévisible, la création d'entreprises modernes ne saurait résorber à elle seule l'afflux de main-d'oeuvre nouvelle sur le marché.

78

Le développement du travail indépendant, de la MPE (Micro et Petite Entreprise) au sein du réseau associatif peut apporter une contribution appréciable à la création d'emplois. Il est ainsi primordial de :

? promouvoir l'auto-emploi et la MPE par l'accès au crédit, au marché structuré et aux services d'accompagnement et d'encadrement, et la multiplication des structures d'appui pour une plus grande proximité, et réduire les formalités de création de la MPE en vue d'une formalisation progressive, tout en encourageant la constitution de groupements paysans et urbains et le renforcement des coopératives de production et de commerce.

? faciliter l'accès aux ressources productives, telles que la terre pour les ruraux et favoriser l'émergence d'activités nouvelles de service.

? mettre en place des dispositifs d'accès aux crédits et promouvoir des AGR (Activités Génératrices de Revenus) par la redynamisation de la micro finance, le desserrement des contraintes bancaires et le développement de services financiers adaptés aux besoins et aux capacités des opérateurs du secteur informel.

? s'affranchir des faiblesses institutionnelles en mettant en place un tissu d'associations de base fortes, bien structurées et aux membres bien formés et initier de nouveaux modes d'organisation en matière d'emploi par la promotion des groupements professionnels dans les régions.

5 : Faciliter l'accès des groupes sociaux sensibles au marché de l'emploi

Une partie importante de la population se trouve marginalisée et exclue partiellement ou totalement de la société, et partant, du monde du travail.

Il est de ce fait nécessaire d'adopter une attitude proactive pour mettre en place des programmes en faveur de ces groupes sensibles, tels que :

? rechercher et valoriser l'égalité des chances pour combattre la pauvreté par le relèvement du niveau d'instruction des femmes, la mise en place d'un cadre dynamique favorable au développement d'un système d'éducation permanente et intégrée, notamment dans le domaine de l'éducation non formelle contribuant à améliorer les conditions socio-économiques des femmes, le renforcement de la capacité organisationnelle des femmes par des actions de formation et de

79

mobilisation permettant l'application effective des droits de la femme, le respect des textes et la libre jouissance des droits établis et la participation féminine à toutes les instances de décision.

> créer des opportunités d'éducation pour que la femme puisse accéder à la formation et à l'information, y compris par la promotion de l'alphabétisation fonctionnelle en milieu rural et informel, et par la mise en place d'un cadre favorable à une éducation permanente et intégrée face à la rupture de la scolarisation des filles-mères.

> développer des infrastructures incitant à une meilleure insertion dans le milieu scolaire, telles que cantines scolaires, internat de jeunes filles, en vue d'améliorer le taux de scolarisation, développer les structures d'accueil d'enfants de bas âge pour la libération de la femme au travail par l'adéquation du travail productif aux tâches domestiques.

> favoriser la création et la multiplication des dispositifs d'accès au crédit en faveur des femmes.

> promouvoir l'emploi des jeunes par l'éducation et la formation professionnelle adaptée à l'emploi et au milieu professionnel suivant des programmes répondant au mieux à la demande au niveau local, régional et national, et la généralisation du système d'apprentissage offrant des opportunités de s'insérer facilement dans le monde du travail.

> établir des synergies avec les secteurs productifs pour une contribution des acteurs économiques sous forme d'allocations ou de bourses de stages en entreprises pour le renforcement de l'éducation non formelle.

> élaborer une politique nationale de la jeunesse qui sera un instrument privilégié pour combattre le chômage, la pauvreté et la vulnérabilité au niveau des jeunes et qui inclura des programmes en faveur de l'insertion responsable dans le monde du travail et de l'auto-prise en charge.

80

SECTION II : AUTRES CONSIDÉRATIONS IMPORTANTES

Pour accéder à une croissance inclusive, la réduction des inégalités est d'autant plus importante que la promotion d'emploi. Mais, il est également nécessaire de penser à lutter contre la corruption et la mise en place des infrastructures pour permettre aux citoyens de vivre aisément dans leur quotidien.

I : Lutter efficacement contre la corruption

La corruption est sans aucun doute le défi le plus pressant qui se pose à la gouvernance et au développement de Madagascar. Elle a un effet dévastateur et corrosif sur le progrès, la stabilité et le développement du pays. Elle constitue une entrave à la croissance économique car elle décourage les investissements étrangers, occasionne des distorsions au niveau de la répartition des ressources et de la concurrence sur le marché, augmente les coûts d'entreprise et réduit la valeur nette des dépenses publiques. Elle réduit également la qualité des infrastructures de services et publiques ainsi que le volume de recettes fiscales et encourage le détournement et la mauvaise répartition des ressources rares. Dans le domaine politique, la corruption sape l'État de droit, le respect des droits humains, la responsabilisation et la transparence, et affaiblit les institutions publiques. Cela ternit en retour la légitimité publique du gouvernement et compromet la bonne gouvernance.

Tout d'abord, la corruption détruit l'intégrité morale et l'éthique de toute société au sein de laquelle elle est endémique et courante. Elle détruit les valeurs qui sous-tendent la sensibilité vis-à-vis de notre humanité commune et du bien-être d'autrui. Elle met en place une société dans laquelle «tout est permis» ou elle encourage la pratique qui consiste à ne pas se soucier des groupes faibles et vulnérables de la société.

1 : Renforcer l'État de droit

Étant donné que la plupart des infractions en matière de corruption proviennent des gros bonnets, il est nécessaire d'y faire face. L'État de droit est une doctrine qui désigne un système institutionnel dans lequel la puissance publique doit respecter le droit. C'est un État dans lequel les normes juridiques sont hiérarchisées de telle sorte que sa puissance est limitée.

81

L'État de droit suppose alors le respect de la hiérarchie des normes, l'égalité devant le droit et l'indépendance de la justice.

1-1 : Respect de la hiérarchie des normes

L'existence d'une hiérarchie des normes constitue l'une des plus importantes garanties de l'État de droit. Dans ce cadre, les compétences des différents organes de l'État doivent être précisément définies et les normes qu'ils édictent ne sont valables qu'à condition de respecter l'ensemble des normes de droit supérieures. Au sommet de cet ensemble pyramidal figure la Constitution, suivie des engagements internationaux, de la loi, puis des règlements. À la base de la pyramide figurent les décisions administratives ou les conventions entre personnes de droit privé. Cet ordonnancement juridique s'impose à l'ensemble des personnes juridiques.

1-2 : Égalité devant le droit

L'égalité des sujets devant le droit ou l'isonomie constitue la deuxième condition de l'état de droit. Celui-ci implique en effet que tout individu, toute organisation, puissent contester l'application d'une norme juridique, dès lors que celle-ci n'est pas conforme à une norme supérieure. Les individus et les organisations reçoivent en conséquence la qualité de personne juridique. Nous parlons de personne physique dans le premier cas, et de personne morale, dans le second.

L'État est lui-même considéré comme une personne morale : ses décisions sont ainsi soumises au respect du principe de légalité, à l'instar des autres personnes juridiques. Ce principe permet d'encadrer l'action de la puissance publique en la soumettant au principe de légalité, qui suppose au premier chef, le respect des principes constitutionnels. Dans ce cadre, les contraintes qui pèsent sur l'État sont fortes : les règlements qu'il édicte et les décisions qu'il prend doivent respecter l'ensemble des normes juridiques supérieures en vigueur (lois, conventions internationales et règles constitutionnelles), sans pouvoir bénéficier d'un quelconque privilège de juridiction, ni d'un régime dérogatoire au droit commun. Les personnes physiques et morales de droit privé peuvent ainsi contester les décisions de la puissance publique en lui opposant les normes qu'elle a elle-même édictées. Dans ce cadre, le rôle des juridictions est primordial et leur indépendance est une nécessité incontournable.

82

1-3 : Indépendance de la justice

Pour avoir une portée pratique, le principe de l'État de droit suppose l'existence de juridictions indépendantes, compétentes pour trancher les conflits entre les différentes personnes juridiques en appliquant à la fois le principe de légalité, qui découle de l'existence de la hiérarchie des normes, et le principe d'égalité, qui s'oppose à tout traitement différencié des personnes juridiques.

Un tel modèle implique l'existence d'une séparation des pouvoirs et d'une justice indépendante. En effet, la Justice faisant partie de l'État, seule son indépendance à l'égard des pouvoirs législatifs et exécutif est en mesure de garantir son impartialité dans l'application des normes de droit.

1-4 : État de droit, séparation des pouvoirs et démocratie

L'État de droit est celui dans lequel les mandataires politiques sont en démocratie : les élus sont tenus par le droit qui a été édicté. La théorie de la séparation des pouvoirs de Montesquieu, sur laquelle se fondent la majorité des États occidentaux modernes, affirme la distinction des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) et leur limitation mutuelle. Par exemple, dans une démocratie parlementaire, le pouvoir législatif (le Parlement) limite le pouvoir de l'exécutif (le gouvernement) : celui-ci n'est donc pas libre d'agir à sa guise et doit constamment s'assurer de l'appui du Parlement, lequel est l'expression de la volonté de la population. De la même façon, le pouvoir judiciaire permet de faire contrepoids à certaines décisions gouvernementales (en particulier, au Canada, avec le pouvoir que la Charte canadienne des droits et libertés confère aux magistrats).

L'État de droit s'oppose donc aux monarchies absolues de droit divin et aux dictatures, dans lesquelles l'autorité agit souvent au mépris des droits fondamentaux. L'État de droit n'exige pas que tout le droit soit écrit. La Constitution de la Grande-Bretagne, par exemple, est fondée uniquement sur la coutume : elle ne possède pas de disposition écrite. Dans un tel système de droit, les mandataires politiques doivent respecter le droit coutumier avec la même considération des droits fondamentaux que dans un système de droit écrit.

L'État de droit est devenu un thème politique puisqu'il est aujourd'hui considéré comme la principale caractéristique des régimes démocratiques. Cependant, le degré de respect de l'État de droit n'est pas nécessairement lié au degré de démocratie d'un régime.

83

2 : Booster la force des organismes responsables dans la lutte

Le renforcement de la lutte contre la corruption à tous les niveaux de l'Administration publique est sine qua non pour asseoir un environnement favorable à une bonne gouvernance et au développement.

L'une des conditions de réussite de la lutte contre la corruption concerne la garantie d'indépendance du Bureau Indépendant Anti- Corruption (BIANCO), notamment sur les plans financiers et administratifs.

Bien que la stratégie de lutte contre la corruption repose sur l'éducation, la prévention et l'investigation, la nécessité de renforcer le système exige de disposer d'une véritable chaîne anti-corruption efficace et déterminée, allant du processus d'investigation, de la poursuite pénale jusqu'au dernier maillon d'exécution des décisions judiciaires de cette chaîne.

Une évaluation stratégique du système de lutte anti-corruption permet de tenir en compte des secteurs et domaines de plus en plus vulnérables à la corruption face à l'évolution des différents contextes nationaux et internationaux au cours de ces dernières années (économiques, ressources naturelles, foncier, politique, système judiciaire, etc.).

Une gestion saine et transparente des affaires publiques peut émerger à partir d'innovations telles que le budget de programme, la transparence budgétaire (open budget), l'informatisation du système de gestion des finances publiques, la poursuite de la réforme des marchés publics, l'amélioration du suivi de l'exécution et le renforcement des performances fiscales et douanières.

La lutte contre la corruption devient un véritable défi à Madagascar. Cette lutte nécessite maintenant la participation de tout un chacun. Sur cet angle, la lutte contre ce fléau doit être inscrite dans le programme scolaire pour bien orienter et inciter les élèves dans le processus à venir de lutte. Un tel programme permet d'intégrer mentalement aux élèves qui sont encore supposés « innocents », les conséquences néfastes que doit apporter la corruption dans la vie sociale ; d'où, la nécessité de la combattre ardemment.

84

II : Agir sur les infrastructures

La population a besoin que l'État pense au plan de faire des infrastructures leurs préoccupations majeures. Il s'agit là pour l'État de mettre en place des constructions de grandes envergures pour faciliter le quotidien des citoyens. Ces infrastructures portent principalement sur tous les travaux tels les Bâtiments publics et les routes.

1 : Au niveau des bâtiments Publics Dans ce volet, il s'agira de :

> Réhabiliter les établissements dans son ensemble : écoles, hôpitaux ; > Construire des bâtiments autres que ceux qui existent ;

> Mise en place des responsables pour prendre garde aux infrastructures.

2 : Au niveau des routes

Les infrastructures routières doivent prendre part aux propositions comme :

> Réhabilitation et entretien des Routes Nationales et Urbaines ;

> Construction des routes dans les zones rurales pour le plan de désenclavement ;

> Avoir la parfaite information concernant les causes de destruction prématurée des routes.

III : Importance du financement inclusif

Le financement est un moyen mis à la disposition des Gouvernements d'un pays pour son bon fonctionnement à travers la réalisation des différents projets et programmes nécessaires au développement. Le financement a des origines différentes. Il peut être interne ou externe.

1 : Le financement interne

Le financement interne consiste à utiliser les ressources internes d'un pays pour financer ses projets et programmes de développement.

Nous avons comme financement interne : les financements du secteur public et la mobilisation des ressources internes.

85

1-1 : Les différentes sources de financement dans le secteur public

Nous distinguons diverses sources de financement des dépenses dans le secteur public. La première source de financement est les recettes budgétaires (fiscales et non fiscales). Les recettes fiscales sont fortement liées au niveau des activités, c'est-à-dire principalement du niveau du PIB et des importations. La deuxième possibilité de financement, notamment pour la réalisation des infrastructures publiques, est le Partenariat Public-Privé (PPP). Ce dernier est un mode de financement par lequel une autorité publique fait appel à des prestataires privés pour financer et gérer un équipement assurant ou contribuant au service public. Le partenaire privé reçoit en contrepartie un paiement du partenaire public et/ou des usagers du service qu'il gère. Ce mode de financement est présent dans de nombreux pays sous des formes variées.

L'importance actuelle de la dette publique dans certains États les pousse à se tourner de plus en plus vers la formule des partenariats public-privé, lesquels ne sont pas pris en compte dans cette dette même lorsque le contrat oblige la puissance publique à verser un loyer sur de très longues durées et sans possibilité de sortie anticipée. Le message est soutenu depuis plusieurs années par la Banque mondiale comme l'OCDE sans oublier la Banque européenne d'investissement.

1-2 : La mobilisation des ressources intérieures (MRI)

La mobilisation des ressources intérieures est fondée sur l'idée selon laquelle nous sommes assistés depuis quelques années à une acuité croissante face aux situations caractérisées par la volatilité des aides publiques au développement et l'insuffisance des investissements directs étrangers, d'une part. D'autre part, nous avons constaté que dans le processus de développement, la capacité contributive interne du pays n'est pas toujours exploitée de façon optimale et les marges de manoeuvre semblent encore énormes mais non intégralement identifiées.

Face à ce problème, le gouvernement envisage d'élaboré une Stratégie de la Mobilisation des Ressources Intérieures (SMRI). La SMRI est un processus dynamique (Méthodes, approches et étapes), permettant d'avoir des voies et moyens efficaces et efficients, pour la définition et l'exploitation des ressources intérieures potentielles et/ou existantes.

86

Par ressources intérieures, il s'agit de prendre en considération, les capacités contributives nécessaires au développement du pays. Mise à part les ressources financières, ce sont, entre autres : le capital humain, les ressources naturelles, les ressources culturelles, les ressources institutionnelles, ...

Pour réussir cette stratégie, nous avons besoin d'une appropriation et d'un engagement forts de la part de l'État et des divers acteurs, une bonne gouvernance, une lutte contre la corruption et la décentralisation effective. Nous avons aussi besoin de dédier un programme de financement des capacités, une stabilité macroéconomique et l'élargissement de l'espace budgétaire.

À terme, la SMRI permettra au pays d'appuyer sinon même d'élargir l'espace budgétaire relativement limité. Au-delà des considérations d'ordre budgétaire et financier, il s'agit de réfléchir sur les possibilités d'une endogénéisation plus accrue de la croissance et du développement.

La SMRI a pour finalité de concentrer les efforts sur et pour une croissance inclusive, endogène et durable.

2 : Le financement d'origine extérieure

Dans le financement d'origines externes figurent les emprunts et les dons extérieurs (dons courants et dons projets). L'Aide Publique au Développement est une nécessité pour Madagascar de parvenir à son développement.

Depuis le retour à l'ordre constitutionnel, plusieurs partenaires techniques et financiers (PTF) ont annoncé leur volonté d'appuyer Madagascar. Cette volonté s'est déjà concrétisée par des aides budgétaires directes, des aides humanitaires et des aides d'urgences, suite aux calamités naturelles.

Les cadres de référence de la coopération au développement de Madagascar sont soit finalisés, soit en cours de réalisation. La mobilisation de ressources additionnelles se fera à travers l'organisation d'une table ronde ou d'une Conférence des Bailleurs au niveau international. L'organisation de cette conférence incombera à la Présidence de la République.

87

Le Gouvernement entend franchir des étapes importantes en matière de réforme, conclure et mettre en oeuvre un programme dans le cadre de la Facilité Élargie de Crédit (FEC) avec le Fonds Monétaire International. En outre, l'État malgache compte poursuivre le dialogue engagé avec tous les partenaires et en misant sur leur appui dans la phase de préparation des dossiers techniques. Notons que, pour Madagascar, la soutenabilité de la dette reste largement confortable et constitue un atout majeur pour le pays.

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé aujourd'hui une aide financière d'urgence d'un montant équivalent à 30,55 millions de DTS (environ 47,1 millions de dollars EU) en faveur de Madagascar au titre de la facilité de crédit rapide (FCR), pour permettre aux autorités de répondre à leur besoin urgent de financement de la balance des paiements. L'aide financière du FMI est destinée à soutenir diverses politiques et mesures économiques et structurelles que les autorités entendent appliquer pour rétablir la stabilité macroéconomique, créer un environnement propice à une croissance bénéficiant à tous et à la réduction de la pauvreté, et renforcer les capacités du gouvernement malgache. L'approbation par le Conseil d'administration du décaissement au titre de la FCR permettra aussi aux autorités d'engager les discussions avec les partenaires de développement en vue d'obtenir une aide complémentaire. La décision du Conseil d'administration ouvre la voie au décaissement immédiat de la totalité du montant approuvé, qui est équivalent à 25 % de la quote-part de Madagascar au FMI.

Madagascar a été classé comme État en situation de fragilité dans la liste harmonisée de la BAD/Banque mondiale (BM) en 2013 et 2014, et une évaluation des critères requis montre que le pays satisfait aux conditions d'éligibilité. Dans le cadre du Programme d'Urgence pour la Relance Économique (PURE) de Madagascar, la Banque Africaine de Développement contribue à la restauration des capacités de l'État à fournir prioritairement les services sociaux de base et à la création des conditions d'une croissance durable et susceptible de permettre à Madagascar de sortir progressivement de sa situation de fragilité.

88

CONCLUSION

La question du changement économique et social voire même institutionnel constitue de nos jours un objet central des analyses sur le développement. Depuis pas mal d'années, Madagascar a essayé de trouver des voies et moyens pour parvenir à un développement durable comme les autres pays en développement d'Afrique et d'ailleurs.

Les dirigeants politiques Malgaches qui se sont succédés ont apporté leur part dans le but de parvenir à un stade de croissance soutenue et pour un développement durable. Un bon nombre des politiques économiques telles que le PAS, le DCPE, le DSRP ou le MAP ont été initiées à Madagascar pour sortir le pays du gouffre de la pauvreté extrême. Ces politiques économiques ont apporté des changements certes, mais pas à la hauteur des attentes du pays en besoin de développement. L'économie et la société sont devenues fragiles et vulnérables et la pauvreté a atteint un niveau flagrant, d'où la faible croissance avec une redistribution des fruits de croissance non équitable. Ainsi, c'est dans ce sens que le Gouvernement en place essaye de procéder autrement.

En 2015, la croissance économique de Madagascar a été de 3,2% (PNUD, 2016). Mais, la croissance économique n'est pas une fin en soi et il faut faire plus pour s'attaquer aux problématiques multidimensionnelles de la pauvreté (OCDE, 2014). De ce fait, le pouvoir en place annonce sa Politique Générale (PGE) dans laquelle est tracé le Plan National de Développement (PND). Ce dernier est un cadre de référence de développement présentant le mode choisi ayant comme critère « la croissance inclusive ». Cette notion de croissance inclusive est devenue une véritable arme de différents pays pour le développement dont fait partie Madagascar.

Au-delà d'une simple croissance du PIB, la croissance inclusive constitue une préoccupation grandissante des politiques publiques et se place au coeur des stratégies et des visions des pays aussi bien développés qu'en développement. Le grand défi pour ces derniers est de générer une croissance économique qui profite à une large tranche de la population, avec une attention particulière aux groupes vulnérables, en matière, notamment, d'amélioration de l'accès à un enseignement, des services de santé et des infrastructures publiques de qualité. Les questions qui se sont posées ont été donc de savoir dans quelle mesure et selon quelle répartition cette croissance devrait profiter aux différentes catégories

socio-économiques en vue d'assurer une meilleure réduction des inégalités ? Et de savoir ensuite si la croissance de Madagascar a été inclusive ou non ?

Bien que la notion de croissance inclusive soit clairement souhaitable pour asseoir un développement durable, Madagascar présente encore une croissance non inclusive dont ont témoigné les différents critères d'inclusivité. La présente étude a montré que les inégalités se creusent au sein du pays, la situation de l'emploi reste toujours préoccupante, la corruption ne cesse d'augmenter, etc.

Étant donné que la croissance inclusive offre aux gens des opportunités de toucher au fruit de la croissance, aussi peu ou grand soit-il, elle est donc toujours un instrument que Madagascar doit inclure dans son programme de développement durable.

Pour arriver à une croissance inclusive et durable, réductrice des inégalités, promotrice d'emploi et d'intégrité, des suggestions ont été apportées pour son atteinte. Il s'agit notamment de mettre en place une politique adéquate pour lutter contre les inégalités afin de réduire significativement le creusement de celles-ci à Madagascar. La création d'emplois de qualité est aussi un élément essentiel et constitue l'un des grands défis à relever pour que la croissance puisse être réellement inclusive au même titre que la lutte efficace contre la corruption l'est.

L'avènement des nouveaux défis de développement à travers les ODD marque une étape importante et une nouvelle ère pour Madagascar en matière de lutte contre la pauvreté et des inégalités. Toutefois, tous les programmes à entreprendre pour arriver à cet objectif nécessitent des financements importants. Aussi bien d'origines internes qu'externes, ces financements faciliteront le processus de la croissance inclusive ainsi que celui du développement durable.

La limite du financement inclusif dépend principalement de l'adhésion et de l'engagement des parties prenantes à assurer leurs rôles respectifs : l'État comme facilitateur, les partenaires techniques et financiers (PTFs) au titre de financeurs et les bénéficiaires, les acteurs des diverses branches d'activités.

89

Encore, faut-il se fier quant à la durabilité du financement inclusif ?

BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE

91

I : OUVRAGES GÉNÉRAUX

FAGNART Jean-François et HAMAIDE Bertrand, Reflets et Respectives de la vie économique, De Boeck Supérieur, 2012, 120 pages.

JONAS Hans, Le Principe de Responsabilité, 1990, Flammarion, Traduction de GREISCH Jean, Collection « Champs », France, 1997, 457 pages.

LOKOTA, MICHEL-ANGE, LUKAU Patrick et MATATA Dandy, Comprendre la croissance inclusive, LAREQ (Laboratoire d'Analyse-Recherche en Économie Quantitative), Working Paper Series, I-001, 2015, 60 pages.

PERROUX François, L'économie du XXème siècle, Presses Universitaires de Grenoble, Paris, 1961, 814 pages.

PERROUX François, Pour une philosophie du nouveau développement, Aubier/ Presses de l'Unesco, Paris, 1981, 279 pages.

PIKETTY Thomas, L'économie des inégalités, 5ème édition, La Découverte, 2004, Paris, 129 pages.

SEN Amartya, Repenser l'inégalité, Le Seuil, Traduction de CHEMLA Paul, Paris, 2000, 286 pages.

THORP Willard L, Efforts et Politiques d'Aide au Développement, Publications OCDE, Paris-XVIe, 1967, 235 pages.

II : SUPPORTS PÉDAGOGIQUES

MBIMA Césaire (2011-2012), Cours de Croissance et Fluctuation de la 3e année d'économie, Université de Toamasina.

MBIMA Césaire (2012-2013), Cours de Politique Économique de la 4ème année d'économie, Université de Toamasina.

MODONGY Rolland (2011-2012), Cours d'Économie du Développement de la 3ème année d'Économie, Université de Toamasina.

VAVISOA Angelina (2011-2012), Cours de Théorie Économique de la 3ème année d'économie, Université de Toamasina.

92

III : DOCUMENTS ET PÉRIODIQUES

Banque Africaine de Développement, La recherche d'une croissance inclusive en Afrique du Nord : une approche comparative, Note économique, 2013, 44 pages. BARRO Robert J., Les Dépenses Publiques dans un Simple Modèle de Croissance Endogène, The Journal of Political Economy, Maison de l'Université de Chicago, Chicago, 2005, 22 pages.

CODEBHAK, Glossaire économique, Application pour Android, version 2.0, 2004. Comité pour la Sauvegarde de l'Intégrité, Gouvernance : Orientation Stratégique, 2012, 32 pages.

Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement, Rapport Brundtland, ONU, 1987, 249 pages.

Groupe de la Banque Africaine de Développement, Programme de Croissance Inclusive, Notes d'information pour la Stratégie à long terme de la Banque, Note d'information 6, 10 Avril 2012, 15 pages.

Ifen (Institut Français de l'environnement), 45 indicateurs de développement durable, Etudes et travaux No 41, Décembre 2003, 146 pages.

LAROUSSE 2010, Dictionnaire de poche français, Larousse, 2009, 1034 pages. LIVIO, Dictionnaire Français, Application pour Android, version 3.0, 2014. MASLOW Abraham, A Theory of Human Motivation, Psychological Review, no 50, 1943, 240 pages.

Ministère de l'Économie et du Plan, Consultation ODD, Février 2016, 54 pages. Ministère de l'Économie et du Plan, L'essentiel du Plan National de Développement, 2015, 19 pages.

Ministère de l'Économie et du Plan, Plan National de Développement, 02 Avril 2015, 109 pages.

Ministère de l'Économie et du Plan, Rapport Économique et Financier 2013-2014, Octobre 2014, 155 pages.

Ministère de l'Économie et du Plan, Rapport Économique et Financier 2014-2015, Décembre 2015, 114 pages.

Ministère de l'Économie et du Plan, Stratégie de la Mobilisation des Ressources Intérieures (SMRI), 05 Février 2016, 25 pages.

Ministère de l'Économie et du Plan, Système National de Suivi-Évaluation, 17 Mai 2016, 11 pages.

93

Ministère de l'Économie et du Plan/ INSTAT, Situation Économique au 1er Janvier 2006, Mars 2007, 80 pages.

OCDE, Mesurer le développement durable, Cahiers Statistiques, Mars 2006, 8 pages.

Présidence de la République de Madagascar, Politique Générale de l'État : énoncé du programme de mise en oeuvre de la PGE, Mai 2014, 14 pages.

Primature de la République de Madagascar, Paritra Malagasy Zary Ohabolana, Plan de Mise en OEuvre du PND 2015-2019, Avril 2015, 82 pages.

Rapport Afrique N°156, Madagascar : Sortir du cycle de crises, 18 mars 2010, 52 pages.

RAZAFINDRAKOTO Mireille, ROUBAUD François et WACHSBERGER Jean-Michel, Institution, Gouvernance et Croissance de long terme de Madagascar : L'énigme et le paradoxe, UMR 225 IRD, Université de Lille 3, DIAL, Paris-Dauphine, Paris, 2013, 35 pages.

Réunion du Conseil de l'OCDE au niveau des Ministres, Rapport sur le Cadre de l'OCDE pour une Croissance Inclusive, Mai 2014, 68 pages.

SOTO Paul, Les bases d'une croissance inclusive dans les villes européennes, Décembre 2011, 15 pages.

TREEDEV, Dictionnaire économique, Application pour Android, version 2.0, 2004. Vice Primature Chargée de l'Économie et de l'Industrie, Rapport Économique et Financier 2012-2013, Novembre 2013, 146 pages.

94

IV : WEBOGRAPHIE

Banque Mondiale-Madagascar www.banquemondiale.org/fr/country/madagascar consulté le 9 Juillet 2016, 11h 57.

Institut National de la Statistique de Madagascar www.instat.mg consulté le 28 Juin 2016 à 12h 16.

Knoema, Atlas Mondial de Données www.knoema.fr/atlas consulté le 7 Juillet 2016 à 15h 15.

Madagascar Tribune www.madagascar-tribune.com consulté le 4 Mai 2016 à 20h 12. Ministère de l'Économie et du Plan de Madagascar www.mepspc.gov.mg consulté le 12 Mai 2016 à 13h 02.

Rapport sur le Cadre de l'OCDE pour une Croissance Inclusive, Mai 2014 www.oecd.org/fr/rcm/IG_MCM_FRENCH.pdf consulté le 03 Juin 2015 à 20h 33. Transparency International-The Global Coalition against Corruption www.transparency.org consulté le 14 Octobre 2015, 14h 03.

UNICEF-Fonds des Nations Unies pour l'enfance www.unicef.org consulté le 25 Mai 2016 à 11h 20.

Version intégrale du PND sur www.economie.gov.mg consulté 23 Janvier 2016 à 08h 21.

Wikipédia, l'encyclopédie libre www.wikipedia.org consulté le 12 Juin à 13h 28.

ANNEXES

96

ANNEXE I : Évaluation des indicateurs ODD

Objectif de Développement Durable

Indicateurs Retenus

Indicateurs Reformulés

Indicateurs Rajoutés

Indicateurs Non Traités

Indicateurs Rejetés

TOTAL

 

27

0

2

4

3

36

 

18

0

1

7

6

32

 

42

21

20

0

6

89

 

15

6

9

0

3

33

 

1

27

2

0

7

37

 

25

0

2

8

0

35

 

3

0

2

9

1

15

25

1

3

16

6

51

 

48

1

13

1

5

68

 

24

0

0

7

0

31

 

15

2

1

2

11

31

15

2

0

2

8

27

5

4

0

2

2

13

 

20

2

0

4

6

32

 

14

3

0

8

3

28

22

5

3

5

10

45

34

1

0

12

20

67

ENSEMBLE

353

75

58

87

97

670

Source : MEP/Consultation ODD, Février 2016

ANNEXE II : Comparaison entre OMD et ODD

OMD ODD

Période

2001-2015

2016-2030

Nombre d'objectifs

8

17

Nombre de cibles

48

169

Action sur l'environnement

Non prise en compte

Prise en compte

Source : MEP, Année 2016

97

Annexe III : Degré d'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), 2012-2013 à Madagascar

Nom de l'indicateur

Madagascar

Cible 2015

Ratio emploi/population

83,3%

 

Proportion de la population occupée disposant de moins de 1,25 dollar PPA par jour

68%

 

Proportion de travailleurs indépendants et de travailleurs familiaux dans la population occupée

86,1%

 

Proportion de la population vivant en dessous du seuil national de Pauvreté, (seuil : 535 603 Ar.)

71,5%

35%

Extrême pauvreté, nationale (seuil : 374 941 Ar.)

52,7%

14%

Proportion de la population disposant de moins de 2 $ PPA par jour (Pauvreté, seuil international; 2 $US PPA : 976,794 Ar.)

91,0%

 

Proportion de la population disposant de moins de 1,25 $ PPA par jour (Extrême Pauvreté, seuil international; 1,25 $ $US PPA : 610,496Ar.)

77,1%

 

Indice d'écart de la pauvreté (Ecart moyen par rapport au seuil de pauvreté de 535603 Ar.)

32,8%

 

Part du quintile le plus pauvre de la population dans la consommation nationale

6,1%

 

Proportion de la population n'atteignant pas le niveau minimum d'apport calorique

(2133Kcal par jour)

55,8%

 

Prévalence de l'insuffisance pondérale chez les enfants de moins de 5 ans

32,0%

19%

Taux net de scolarisation dans le primaire

69,4%

100%

Taux d'achèvement du primaire

68,8%

100%

Taux d'alphabétisation des 15 ans et plus

71,6%

100%

Rapport filles/garçons dans l'enseignement primaire

1,05

1

Rapport filles/garçons dans l'enseignement secondaire (Collège)

0,93

1

Rapport filles/garçons dans l'enseignement secondaire (Lycée)

0,86

1

Rapport filles/garçons dans l'enseignement supérieur

0,73

1

Indice de parité relatif au taux d'alphabétisation des 15-24 ans.

0,95

1

Indice de parité relatif au taux d'alphabétisation des adultes (plus de 24 ans).

0,91

1

Proportion des femmes salariées dans le secteur non agricole

38%

50%

Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans (%o)

62

53

Taux de mortalité des enfants de moins d'un an (%o)

42

31

Taux de mortalité des enfants de moins d'un mois (%o)

26

21

Proportion d'enfants de 12 à 23 mois vaccinés contre la rougeole

61,7%

100

Proportion d'enfants de 12 à 23 mois complètement vaccinés

51,1%

100

Ratio de mortalité maternelle pour 100 000 naissances (ESD_IV : 498 avec IC = [402 ; 594])

478

122

Proportion d'accouchements assistés par du personnel de santé qualifié

44,3%

 

Taux d'utilisation de la contraception (moderne chez les femmes en union)

33,3%

 

Taux de natalité parmi les adolescentes (Taux spécifique de fécondité de 15-19 ans)

163 %o

 

Couverture des soins prénatals (consultation personnel qualifié)

82,1%

 

au moins une visite :

86,7%

 

au moins quatre visites :

51,1%

 

Besoins non satisfaits en matière de planification familiale:

17,8%

 

Connaissance fistule (En a entendu parler) : Homme & Femme

13% à 12%

 

Parmi les femmes enquêtées, pourcentage des femmes de 15-49 ans présentant des pertes urinaires et ou fécales par les voies génitales

5,3%o

 

Indicateurs de l'OMD

Madagascar

 

6.

Hommes

Femmes

Ensemble

 
 
 
 
 
 

Taux d'utilisation d'un

préservatif lors du
dernier rapport sexuel à haut risque (15-24ans)

7,3%

8,5%

7,9%

 

Proportion de la

population âgée de 15 à

24 ans ayant des

connaissances exactes

25,5%

22,9%

24,2%

 

98

et complètes au sujet du VIH/Sida

 
 
 
 
 

Proportion d'enfants de moins de 5 ans dormant sous des moustiquaires imprégnées

d'insecticide

48,6%

50,8%

49,7%

 

Proportion d'enfants de moins de 5 ans atteints

de fièvre traités aux

moyens de
médicaments antipaludéens appropriés

12,3%

12,8%

12,5%

 

Connaissance de la

tuberculose

84%

80%

82%

 

Indicateurs OMD sur l'environnement

 
 

Urbain

Rural

Ensemble

 

Proportion de la

population utilisant une

source d'eau potable
améliorée

77,4%

17,7%

27,7%

 

Proportion de la

population utilisant des infrastructures d'assainissement améliorées

24,7%

3,6%

7,1%

 

Proportion de citadins vivant dans des taudis

88,2%

 
 
 

Source : ENSOMD 2012-2013/INSTAT

LISTE DES ILLUSTRATIONS

LISTE DES ILLUSTRATIONS

100

LISTE DE FIGURE

Figure 1 : Diagramme résumant les 3 piliers du développement durable 19

LISTE DES GRAPHIQUES

Graphique 1 : Coefficient de Gini de Madagascar de 2012 à 2014 57

LISTE DES TABLEAUX

Tableau no I : Quelques indicateurs des inégalités 14

Tableau no II : Les 17 ODD 23

Tableau no III : Croissance inclusive et ODD en termes d'emploi 27

Tableau no IV : Croissance inclusive et ODD en termes d'éducation 30

Tableau no VI : Croissance inclusive, ODD : lutte contre la corruption 34

Tableau no VII : Croissance inclusive, ODD : infrastructures et santé 36

Tableau no VIII : Variation du PIB en terme nominal et en terme réel, taux de croissance et

taux d'inflation 51

Tableau no IX : Évolution du taux de croissance du PIB par secteur d'activité entre 2012 et

2014 (en %) 52

Tableau no X : Coefficient de Gini de Madagascar de 2012 à 2014 56

Tableau no XI : Évolution du taux de chômage à Madagascar de 2012 à 2014 60

Tableau no XII : Évolution de l'IPC à Madagascar de 2012 à 2013 64

101

TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE

REMERCIEMENTS

LISTE DES ABRÉVIATIONS, SIGLES ET ACRONYMES

GLOSSAIRE

RESUMÉ/ABSTRACT

INTRODUCTION 1

PARTIE I : NOTIONS SUR LA CROISSANCE INCLUSIVE ET DÉVELOPPEMENT

DURABLE 3

CHAPITRE I : CONCEPTS THÉORIQUES DE LA CROISSANCE INCLUSIVE ET

DU DÉVELOPPEMENT DURABLE 5

SECTION I : LA CROISSANCE INCLUSIVE 5

I : Définition de la croissance inclusive 5

1 : Définition étymologique de la croissance inclusive 6

2 : Définition de la croissance inclusive par des organisations 7

2-1 : Banque Mondiale 7

2-2 : Banque Asiatique de Développement (BAD) 7

2-3 : Banque Africaine de Développement (BAD) 8

2-4 : Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)

8

II : Caractéristiques de la croissance inclusive 9

III : Les défis au programme de la croissance inclusive 10

1 : Infrastructure 10

2 : Intégration régionale et commerce 11

3 : Activités de développement du secteur privé 11

4 : Faiblesse des institutions et instruments de gouvernance 12

5 : Enseignement supérieur, science et technologie 13

IV : Mesure de l'inclusivité 13

1 : Mesure des inégalités de revenu 13

2 : Mesure de l'inclusivité de la croissance économique 14

SECTION II : LE DÉVELOPPEMENT DURABLE 15

I : Kaléidoscope de définitions du développement durable 15

II : Les piliers du développement durable 18

III : Outils de mesure du développement durable 20

1 : Dans le volet économique : le PIB vert 20

2 : Sur le plan environnemental 20

102

3 : Dans le domaine social 21

IV : Les Objectifs de Développent Durable (ODD) 22

CHAPITRE II : LIENS ENTRE CROISSANCE INCLUSIVE ET

DÉVELOPPEMENT DURABLE 24

SECTION I : LA CROISSANCE INCLUSIVE ET LES ODD 24

I : Lien économique 24

1 : Emploi décent 25

2 : Éducation 27

II : Lien social 30

1 : Lutte contre les inégalités 30

2 : Lutte contre la corruption 33

3 : Infrastructures et santé 34

SECTION II : L'IMPORTANCE DE L'ÉCOLOGIE 37

I : La croissance inclusive, le développement durable et l'environnement 37

1 : Modification de la qualité de la croissance 37

2 : De nouvelles approches de l'environnement et du développement 40

II : Les controverses vis-à-vis le Capital naturel 44

1 : La soutenabilité faible 44

2 : La soutenabilité forte 45

PARTIE II : LA CROISSANCE INCLUSIVE COMME INSTRUMENT DE

DÉVELOPPEMENT DURABLE 48

CHAPITRE I : ANALYSE DE L'INCLUSIVITÉ À MADAGASCAR 50

SECTION I : LA CROISSANCE, LES INÉGALITÉS ET L'EMPLOI À

MADAGASCAR 50

I : Présentation de la croissance économique de Madagascar 50

1 : Le produit intérieur brut (PIB) 50

2 : Le PIB par secteur d'activité 51

II : Les inégalités 53

1 : Définition 53

2 : Aspects des inégalités 54

3 : Quelques inégalités 55

4 : Présentation des inégalités à Madagascar 55

4-1 : Inégalités de revenu 55

4-2 : Inégalités d'accès à la santé 57

4-3 : Inégalités d'accès à l'éducation 58

III : Situation de l'emploi à Madagascar 59

103

1 : Définition de l'emploi et du chômage 59

1-1 : Définition de l'emploi 59

1-2 : Définition du chômage 60

2 : Évaluation de la situation de l'emploi à Madagascar 60

SECTION II : LES AUTRES CRITÈRES D'INCLUSIVITÉ 61

I : La corruption à Madagascar 62

1 : La corruption : Un véritable fléau à Madagascar 62

2 : Évaluation de l'état de la lutte contre la corruption à Madagascar 63

II : Les infrastructures à Madagascar 66

1 : Actions et mesures entreprises 66

1-1 : Actions en Matière d'Investissement 66

1-2 : Actions en Matière de Maintenance Routière 67

1-3 : Actions institutionnelles et activités support 67

2 : Les résultats en 2014 67

2-1 : Développement Routier 68

2-2 : Actions institutionnelles et activités support 69

2-3 : Indicateurs de résultats 69

CHAPITRE II : QUELQUES SUGGESTIONS D'AMÉLIORATION DE

L'INCLUSIVITÉ À MADAGASCAR 71

SECTION I : RÉDUCTION DES INÉGALITÉS ET PROMOTION DE

L'EMPLOI 71

I : Combattre les inégalités 71

1 : Au niveau des revenus : améliorer la politique de redistribution des

revenus 71

1-1 : Objectifs de la redistribution des revenus 72

1-2 : Les instruments de la politique de redistribution des revenus 73

2 : Dans les dimensions autres que les revenus 73

II : Promouvoir l'emploi décent et de qualité 74

1 : Favoriser un environnement propice à la croissance, à l'investissement

et à l'emploi 75

2 : Appuyer le secteur privé, principal acteur de la réduction du chômage

76

3 : Améliorer l'accès pour les travailleurs du secteur informel et du secteur

rural à l'éducation et à la formation professionnelle 77

4 : Promouvoir des activités rémunératrices et génératrices d'emploi 77

5 : Faciliter l'accès des groupes sociaux sensibles au marché de l'emploi

78

104

SECTION II : AUTRES CONSIDÉRATIONS IMPORTANTES 80

I : Lutter efficacement contre la corruption 80

1 : Renforcer l'État de droit 80

1-1 : Respect de la hiérarchie des normes 81

1-2 : Égalité devant le droit 81

1-3 : Indépendance de la justice 82

1-4 : État de droit, séparation des pouvoirs et démocratie 82

2 : Booster la force des organismes responsables dans la lutte 83

II : Agir sur les infrastructures 84

1 : Au niveau des bâtiments Publics 84

2 : Au niveau des routes 84

III : Importance du financement inclusif 84

1 : Le financement interne 84

1-1 : Les différentes sources de financement dans le secteur public 85

1-2 : La mobilisation des ressources intérieures (MRI) 85

2 : Le financement d'origine extérieure 86

CONCLUSION 88

BIBLIOGRAPHIE 90

ANNEXES 95

LISTE DES ILLUSTRATIONS 99







Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



9impact, le film en entier sur vimeo

BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.