WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impacts des activités anthropiques sur l'habitat biocénotique du domaine de chasse et réserve naturelle de Bombo-Lumene.

( Télécharger le fichier original )
par Don King LUBUTA MPIA
Institut Supérieur de Techniques Appliquées(ISTA-NDOLO) - Ingénieur Technicien en Environnement (Licence) 2015
  

sommaire suivant

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET UNIVERSITAIRE

INSTITUT SUPERIEUR DE TECHNIQUES APPLIQUEES

I.S.T.A / KINSHASA

SECTION : METEOROLOGIE

ORIENTATION : ENVIRONNEMENT

B.P 6593 KIN 31

«IMPACTS DES ACTIVITES ANTHROPIQUES SUR L'HABITAT BIOCENOTIQUE DU DOMAINE DE CHASSE ET RESERVE NATURELLE DE BOMBO -LUMENE »

Don King LUBUTA MPIA

Ingénieur Technicien en Environnement

Mémoire de fin d'études présenté et défendu en vue de

l'obtention du Grade d'ingénieur en Génie Météorologie

Orientation  : Environnement.

Directeur  : Honoré MATEZO BAKUNDA

Professeur Ordinaire

Co-directeur : Léonard IPOBA MENAKUNTIMA

Chef de Travaux

Année académique 2014-2015

I

EPIGRAPHIE

Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent mieux aux changements climatiques.

Charles DARWIN

II

DEDICACE

A toi ma précieuse Mère, Henriette Lusambulu Lubondo, qui avait tant rêvée vivre ce moment combien crucial de notre existence, mais dont le destin a jugé autrement, paix à ton âme !

A toi mon précieux Père, Nestor Lubuta Mbokoso, qui s'est dépassé pour faire de moi un de ces fruits rares et utiles à la société.

A vous mes frères et soeurs Lubuta Beyou, Christelle, Ontharine, Djodjo, Beni Konga et Jeananie, pour votre amour ; 

III

REMERCIEMENTS

Au seuil de ce travail couronnant la fin de notre cycle de Génie Météorologie, Orientation Environnement, il est de notre devoir aussi bien moral que scientifique, d'exprimer notre reconnaissance envers tous ceux qui ont bien voulu nous aider pour sa réalisation, qu'ils trouvent ici l'expression de notre gratitude.

Nos remerciements s'adressent d'abord au corps académique et scientifique de notre Institution, à savoir l'Institut Supérieur de Techniques Appliquées, ISTA en sigle, qui se sont dévoués pour notre encadrement et formation, en nous dotant des connaissances rigides pour l'exercice de notre métier d'environnementaliste.

Nos remerciements vont singulièrement au Professeur Ordinaire Honoré MATEZO BAKUNDA, pour avoir accepté d'assurer la direction de ce travail en dépit de ses multiples occupation et tâches .Sa rigueur scientifique et ses pertinentes remarques et conseils nous ont orienté dans l'élaboration de ce travail.

Nous tenons également à remercier notre co-directeur, le Chef de Travaux Léonard IPOBA MENAKUNTIMA, sans lequel, la réalisation de ce travail ne serait qu'utopique.

Nos remerciements s'orientent également aux enseignants de la section météorologie en l'occurrence le Chef de Travaux CIZUNGU MUSOLE, MAKUBIKWA MASONGE, Michel DUKU EDJI - AYE, Patrice TSHITALA, Boniface LUMPUNGU; les Assistants, DJENGO ainsi que la Soeur Marie Madeleine AKONGA.

A vous mes neveux et nièces, couple MUNTUWANE LAC, Stéphanie Bekwa, Sylvain OKONGO, La joie TALANI, Nadine OKONGO, pour vos encouragements et amour que vous ne cessez de nous témoigner.

A vous, cadres et agents de la Direction Générale de l'ICCN, ainsi que du Domaine de Chasse de Bombo-Lumene, pour vos appuis, données et encadrements ;

A vous tous, amis, connaissances et membres de la famille, nous vous remercions pour vos encouragements et conseils.

Que le Dr Phd, Jo THOMPSON, Directeur Exécutif de Lukuru Foundation trouve ici l'expression de notre gratitude et reconnaissance pour tout son soutien.

Nous remercions également tous les membres de l'église locale « la Mission Arche » ainsi que le Révérend Docteur Dieudonné JEKAMIA, pour leur multiples conseils combien encourageants.

Nous tenons aussi à remercier nos amis et camarades étudiants en l'occurrence Alexis NZANZU, FALANKA MUKONUNA, Glody LEMBESA, Gracia Nimy, Gomer KAMBUNDI, Joseph MABILA, Didier WEMBONDO, Emmanuel BAKUMBANE, Joseph kongo, LEA Kafulu, Jonathan BISENGO, pour qui, nous garderons un souvenir inoubliable pour les beaux moments passés ensemble à l'Institut Supérieur de Techniques Appliquées.

Que tous ceux qui, de loin ou de près ont contribué à la réalisation matérielle de ce travail trouvent ici l'expression de notre profonde gratitude.

Don King LUBUTA MPIA

SIGLES ET ABREVIATIONS

AP  : Aire Protégée

ICCN  : Institut Congolais pour la Conservation de la nature

BM  : Banque Mondiale

GIZ : Coopération Internationale Allemande

DCRBL  : Domaine de Chasse et Réserve de Bombo Lumene

PP  : Poste de Patrouille

MECNT  : Ministère de l'Environnement, Conservation de la

Nature et Tourisme

RDC  : République Démocratique du Congo

DG  : Direction Générale

PN  : Parc National

LAB : Lutte Anti Braconnage

COCOCONGO : Coalition pour la Conservation au Congo

COCOSI  : Comité de Coordination de Site

UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature

WWF  : Fond Mondial pour la Nature

PDR  : Plan Directeur de la Recherche

PNUE  : Programme de Nations Unies pour l'Environnement

OMD  : Objectif du Millénaire pour le Développement

FAO : Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et

L'Agriculture

O. INTRODUCTION GENERALE

La République Démocratique du Congo ,située de part et d'autres de l'équateur et s'étageant au niveau moyen de la mer à l'ouest, constitue le coeur biologique de l'Afrique humide et abritant une magistrale ressource biocénotique variée, laquelle pullule en permanence la croute terrestre .Il s'avère important à l'ère contemporain où les pressions anthropiques pèsent de plus en plus et érodant quantitativement l'environnement, de promouvoir la promotion optimale des énergies nouvelles. Mais également faciliter la pullulation des couvertures forestières artificielles nécessaires à la régulation climatique. Cet antidote environnemental constitue l'une des solutions alternatives de lutte contre les facteurs perturbateurs lesquels érodent davantage la santé de l'environnement planétaire. Outre ce qui précède, ces pressions anthropiques convertissent des centaines d'étendues forestières en aires savanicoles et cela tout en jouant une fonction phare dans l'inhibition de la croissance des écosystèmes forestiers.

Le Domaine de Chasse et Réserve naturelle de Bombo Lumene contribue efficacement à l'équilibre climatique de la ville province de Kinshasa ; malheureusement, il connait des fortes pressions anthropiques, lesquelles influent négativement sur sa biodiversité.

O.1. ETAT DE LA QUESTION

Bon nombre d'auteurs ont parlé sur la gestion du Domaine et Réserve naturelle de Bombo-Lumene dans leurs études, travaux de recherches et cela d'une façon non exhaustive cadrant ainsi leurs pensées. Nous citons en passant LUCIE MULUMBA, qui dans son travail de mémoire intitulé « la problématique de la conservation de la biodiversité animale dans la Réserve naturelle de Bombo Lumene » avait pour principal attrait, l'évaluation sociale des incidences des facteurs perturbateurs sur l'intégrité du site. Elle souhaitait une augmentation d'effectifs en Eco-gardes, en vue de renforcer et consolider les opérations de lutte anti- braconnage.

MATHIEU KAYUMBA, dans son travail de Diplôme d'Etudes Approfondies portant sur « l'étude écologique et phytosociologique du Domaine de Chasse et Réserve naturelle de Bombo-Lumene » met un accent particulier sur l'inventaire floristique tout en définissant les différentes associations végétales, s'y trouvant dans cette aire protégée et participent fortement à la stabilité du climat local. Pour lui, les couvertures forestières du Domaine de Chasse et Réserve naturelle de Bombo Lumene occupe une place de choix de part la fonction qu'elle assure dans l'épuration de l'air atmosphérique.

A l'ère actuelle, la protection de la biodiversité repose impérativement dans l'instauration des aires protégées lesquelles méritent une attention soutenue de la population locale.

Ainsi, notre étude portant sur les impacts des activités anthropiques sur l'habitat biocénotique du Domaine de Chasse et Réserve naturelle de Bombo-Lumene, prône sur l'éveil de la conscience des parties prenantes, notamment l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, ICCN en sigle, ainsi que la population riveraine face à l'allure inquiétante de l'évolution de l'aire protégée. Mais également situer les incidences des activités humaines sur l'avenir du site ainsi que la santé de l'environnement naturel de cette aire protégée.

O.2. PROBLEMATIQUE

Le Domaine de Chasse et Réserve naturelle de Bombo-Lumene constitue l'une des aires protégées les plus vastes d'Afrique en général et, de la République Démocratique du Congo en particulier, évoluant sous l'égide de l'institut ayant en charge la gestion de la biodiversité et des aires protégées dans ses attributions, notamment l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature. Bien que localisée dans la partie du plateau des Batéké, cette aire protégée jadis regorgeait une importante ressource biocénotique, en l'occurrence floristique, faunique ainsi qu'une variété d'espèces halieutiques, lesquelles regorgent plusieurs écosystèmes aquatiques qu'abrite ce macro écosystème. Bombo-Lumene a été classée autrefois comme l'une des aires protégées les plus giboyeuses de la République Démocratique du Congo.

Cependant, suite à des fortes pressions anthropiques incessantes, en l'occurrence, les activités de carbonisation, du braconnage, de la vente des terres domaniales, qui influent et pèsent sur cette aire protégée, des vastes étendues forestières se convertissent en aire savanicole, conséquence de la carbonisation accrue des espèces floristiques, laquelle entraine la dégradation de cet écosystème forestier. Outre ce qui précède, cette perturbation éco-systémique fonctionnelle, se solde par le chambardement de la chaine alimentaire due à une migration importante des espèces fauniques vers des régions commodes du plateau pour des raisons Selon M. HASSA, toutes les forêts tant des régions tempérées, boréales ou tropicales, souffrent d'un grand nombre de problèmes, dont le plus grave est leur déclin en terme qualitatif. A présent, on dispose rarement d'informations appropriées pour expliquer l'ampleur relative à ce problème. Il y a lieu de savoir que, la population des pays en développement qui subissent le plus grand impact de ce problème et que chaque problème à une dimension environnementale globale ainsi qu'à une pertinence locale et nationale.

Notre problématique repose sur cette question principale à savoir quelles sont les activités humaines qui ont dégradés cet écosystème et leurs incidences ainsi que les mesures environnementales proposées pour une bonne gestion du domaine de chasse et réserve naturelle de BOMBO LUMENE ?

O.3. HYPOTHESE DU TRAVAIL

Afin de répondre à toutes ces préoccupations fondamentales, nous

formulerons certaines hypothèses lesquels peuvent constituer une source de réflexion pour la sauvegarde de l'écosphère en perdition. Dans le cadre de notre étude, nous pensons que la gestion durable de cette aire protégée repose ou exige :

- l'instauration d'un système de bio-monitoring intense, notamment la technologie spatiale indispensable pour la surveillance de ces trois cent cinquante milles hectares, ainsi que pour le renforcement de la conservation de la nature ;

- l'augmentation de l'effectif des éco-gardes et cela dans le but de consolider les opérations de luttes anti-braconnages ;

- La Promotion, la vulgarisation et l'organisation des séances des formations intenses en faveur de tous les acteurs impliqués dans la gestion de cette aire protégée en terme d'incidences positives de cet écosystème forestier aussi bien que sur l'environnement humaine que physique.

- L'implication de la population riveraine dans la gestion de ce Domaine de chasse en vue de les inciter dans la conservation communautaire ;

- La Proposition des solutions alternatives lesquelles entravent l'épanouissement des activités anthropiques locales qui dérèglent la quiétude tant forestière que climatique ;

Nous osons croire qu'avec l'apport de notre contribution à travers cette étude, les autorités de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature auront de la matière pouvant leur permettre de manager durablement cette aire protégée.

O.4. OBJECTIFS

O.4.1. Objectif global

Cette étude se propose de poser un pronostic sur les effets des activités anthropiques sur l'écosystème de Bombo-Lumene et envisage certains antidotes stratégiques environnementaux lesquels participent à la gestion harmonieuse de la biodiversité de ce site.

O.4.2. Objectifs spécifiques

Ces objectifs consiste à :

- identifier les activités exercées par la population riveraine sur l'aire protégée ;

- évaluer les incidences des activités anthropiques sur le domaine de chasse et réserve naturelle de BOMBO LUMENE ;

- en fin, proposer des mesures environnementales destinées à endiguer les facteurs causant la dégradation de ce site ;

O.5. INTERET ET CHOIX DU SUJET

Le choix de cette étude se justifie de par l'allure inquiétante que prend l'évolution de l'aire conservatrice et l'amplification d'intensité des pressions anthropiques, lesquelles infligent des forte incidences sur ce Domaine protégé et risquent de faire disparaitre cette aire protégée de la carte géographique des sites protégés.

Outre ce qui précède, l'intérêt de cette étude repose sur trois approches magistrales, en l'occurrence :

- Scientifique :Cet approche repose aussi bien sur le plan quantification des pressions lesquelles handicapent l'évolution judicieuse de l'aire protégée ainsi que l'évaluation des impacts qu'entrainent ses pressions ou activités sur la biocénose ainsi qu'à sur l'avenir de cet écosystème forestier.

- Economique : Faciliter la gestion participative de l'aire protégée et cela, tout en luttant contre toutes ces pressions anthropiques qui érodent la santé environnementale de cet écosystème forestier dans le but de faciliter aussi bien la régénération biocénotique, pour enfin, promouvoir la hausse des recettes du Domaine de Chasse et Réserve de Bombo-Lumene par l'écotourisme.

En outre, il faudra renforcer les opérations de lutte anti braconnage

ainsi que la conservation de la biodiversité.

- Didactique, Promouvoir le renforcement en équipement d'ordonnancement, dans le but de faciliter, non pas seulement la conservation de la nature par des patrouilles réguliers, mais également le bio-monitoring afin de jauger la dynamique d'évolution de l'aire protégée de Bombo-Lumene. Préconiser des solutions adéquates pour une sauvegarde efficace de l'étendue de l'aire conservatrice.

0.6. METHODES ET TECHNIQUES UTILISEES

Nous avons utilisé dans notre étude, les méthodes et techniques ci - après :

O.6.1. Méthodes

a) La Méthode historique

Cette méthode nous a permis de situer tout d'abord avec précision, le site de Bombo Lumene dans le temps et cela depuis son origine, afin de circonscrire le contexte de sa création par le législateur et de mieux analyser l'objectif lui assigné.

Elle nous a permis également de mieux retracer tous les maux relatifs à sa conservation et protection durable depuis son origine, afin de tenter de proposer certains antidotes nécessaires pour pallier à ces pressions lesquelles érodent la quiétude de l'aire protégée.

b) La méthode structuro-fonctionnelle

Nous avons utilisé cette méthode, afin de connaitre les statuts et organes qui concernent le site et de savoir comment fonctionnent ses structures pour un bon management efficace et efficiente.

c) La méthode documentaire

Cette méthode nous a été aussi bien cruciale qu'indispensable du fait qu'elle nous a permis de consulter beaucoup d'ouvrages tels que les Mémoires, les Revues, les Travaux de fin d'études ainsi que d'autres Ouvrages ayant trait directement ou indirectement à notre sujet d'étude.

O.6.2. Techniques

En dehors des méthodes utilisées, un travail scientifique se concrétise aussi par l'utilisation de certaines techniques. Pour notre étude, nous avons recouru aux techniques suivantes :

a) L'Interview

Cette technique nous a permis de recueillir, par le dialogue et l'entretien libre, certaines données et témoignages inexistants dans les documents écrits. Grâce à elle, nous avons récolté des données utiles, indispensables et nécessaires au travers le personnel de terrain de notre site d'étude ainsi qu'à l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature.

b) Technique d'observation

Cette technique nous a aidé à orienter notre étude en rapport avec les réalités observées et vécues par nous-mêmes car ayant effectué un stage de plusieurs semaines sur terrain.

c) La photographie

Cette technique nous était utile dans l'illustration des différents aspects physiques et impacts réels constatés dans l'aire protégée.

O.7. DELIMITATION SPATIO-TEMPORELLE DE L'ETUDE

Tout travail scientifique est limité dans le temps et dans l'espace. Concernant notre secteur, nous avons opté de mener nos démarches sur le Domaine de Chasse et Réserve de Bombo Lumene, site situé à plus de 130 kilomètres de la ville province de Kinshasa.

Sur le plan temporel, vu l'importance, le danger permanent sur la destruction des écosystèmes, la pérennité de l'objet ainsi que ses conséquences, nous avons jugé d'étendre notre étude depuis la création de l'aire protégée jusqu'à nos jours, afin de nous imprégner de la réalité du terrain à partir de la documentation nous fournit et des témoignages recueillis sur terrain à travers nos enquêtes. Par ailleurs, en vue d'analyser les phénomènes pourtant présents, additifs et préoccupants, et d'apporter notre modeste contribution en proposant certaines remèdes pour leurs éradications, nous avons jugé utile de limiter notre étude dans le temps et dans l'espace comme évoqué ci-dessus.

O.8. DIFFICULTES RENCONTREES

Comme dans tout travail de recherche, la présente étude est le fruit d'un sacrifice. En effet, nous avons été aussi buté à des contraintes, telles que :

- L'inaccessibilité de certaines régions suite à des conflits opposants le personnel du Domaine de chasse et Réserve de Bombo-Lumene en l'occurrence les éco-gardes avec la population locale ;

- La carence des moyens aussi bien financiers que matériels pouvant nous faciliter des fréquentes navettes entre le site d'étude et la ville de Kinshasa distant de 135 kilomètres.

- L'insuffisance des outils documentaires et ouvrages lesquels abordent adéquatement la question et ayant trait à l'incidence des activités anthropiques sur l'habitat biocénotique.

O.9. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Hormis l'introduction et la conclusion générale, cette étude est subdivisée en quatre chapitres :

Le premier Chapitre est une approche théorique focalisée sur la présentation de notre Site d'étude à savoir, sa définition, son historique, sa mission et son organisation structurale d'une part, sa situation géographique topographique et géologique, climatique, pédologique, hydrographique, faunique et floristique, sa végétation ainsi que sa population d'autre part.

Le deuxième chapitre, subdivisé en deux sections, traite sur les activités qu'exerce la population riveraine sur le Site où nous avons cité les pressions anthropiques à la première section tandis que la deuxième traite sur les causes de ces activités anthropiques.

Le troisième chapitre porte sur les impacts des activités anthropiques sur le Domaine tout en passant par l'identification des impacts environnementaux de l'habitat biocénotique, les ressources fauniques, floristiques, pédosphériques et hydro sphériques tout en épinglant les éléments environnementaux qui sont touchés par ces activités anthropiques.

CHAPITRE PREMIER : PRESENTATION DU DOMAINE DE CHASSE

ET RESERVE DE BOMBO-LUMENE

Ce chapitre décrit notre site d'étude, qu'est le Domaine et Réserve de Bombo-Lumene .Il parle des aspects biophysiques ainsi que des aspects humains qui le caractérisent. Le site est parmi les plus spoliés de la planète.

I.1. Historique, Mission et Organisation structurale

I.1.1. Définition, Historique et Mission

Le Domaine de Chasse de Bombo-Lumene est un sanctuaire naturel voué à la conservation de la biodiversité  ainsi qu'à la chasse réglementée de la faune par l'Administrateur national de la chasse. Cette aire protégée comprend deux grandes parties à savoir, le Domaine de Chasse qui fut créée par l'Arrêté n° 0021 du 10 Avril 1958 du Département de l'Agriculture et l'idée première était de créer un Parc touristique dans l'hinter land de la Ville de Kinshasa .Ainsi, la partie Reserve fut concrétisée par la signature de l'arrêté n°021 du 16 Avril 1976.

Depuis sa création, le Domaine fut géré par la Direction des Eaux et Forêts du Département d'Agriculture. C'est en 1978, par l'Arrêté Ministériel n° 036 du 16 Juillet 1978 que sa gestion fut confiée à l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, I.C.C.N. en sigle.

L'objectif fut la protection de la biodiversité tant animale que végétale, la conservation du biotope et la recherche scientifique.

La mission du DCRBL peut se résumer en trois axes, à savoir :

· assurer la préservation de la biodiversité tant animale que végétale ;

· surveiller l'étendue de l'aire protégée (350.000ha) ;

· favoriser la recherche scientifique ainsi que l'écotourisme dans le respect de principes fondamentaux et écologiques des vies des êtres vivants.

Outre le Domaine de Chasse et Reserve de Bombo-Lumene, la République Démocratique du Congo recèle une cinquantaine d'autres Domaines de Chasse et Réserve repris dans le tableau ci-après :

Tableau 1 : Principaux Domaines et Réserves en RDC

Dénomination

Secteurs/Stations

Création

Superficie

Localisation

Bili Uere

Digba

1974

6.000.000ha

Prov. Orientale

Mondo Missa

Gangala na Bodio

1974

1.000.000ha

Prov. Orientale

Azande

Gangala na Bodio

1974

1.000.000ha

Prov. Orientale

Gangala na Bodio

Gangala na Bodio

1974

1.000.000ha

Prov. Orientale

Maika Penge

Penge

1951

250.000.ha

Prov. Orientale

Rubi Télé

Rubi Télé

1930

100.000 ha

Prov. Orientale

Swa- Kibula

Ngundu Mayala

1952

140.000 ha

Bandundu

Mangai

Mangai

1952

360.000 ha

Bandundu

Bombo Lumene

Bombo Lumene

1968

350.000 ha

Kinshasa

Rutshuru

Rutshuru

1974

100.000 ha

Nord-Kivu

Luama-Kivu

Kimano

1935

340.000 ha

Maniema

Bushimaie

Shetshi

1958

60.000. ha

Kasaï Occidentale

Luama Katanga

Luama Katanga

1954

50.000. Km2

Katanga

Basse Kando

Basse Kando

1957

175.000 Km2

Katanga

Lomako

Lomako

2006

3.625 Km2

Bandundu

Tshangalele

Tshangalele

1955

395,25 Km2

Katanga

Tswapa Lomami -Lualaba

Tswapa- Lomami -Lualaba

En création

20.000 Km2

Prov. Orientale

Lac Tumba

Ledima

2006

7.500 Km2

Bandundu /Equateur

Parc Présidentiel de la N'sele

N'sele

1969

3.550 ha

Kinshasa

Massif d'Itombwe

Massif d'Itombwe

2006

700.000 ha

Sud Kivu

Parc Marin des Mangroves

Muanda

1992

76.000 ha

Bas Congo

Source : Rapport annuel IZCN, 1988, p.10

Ce tableau reprend les principaux Domaines et Réserves Naturelles que regorge la République Démocratique du Congo.

I.1.2. Organisation structurale

Classé parmi les aires protégées les moins peuplées en effectif

de l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, le Domaine de

Chasse et Réserve de Bombo-Lumene regorge vingt quatre agents,

réparties en deux catégories appelées « cadres », à savoir : Technique et de Surveillance ainsi qu'Administratif et Scientifique:

*Le cadre technique et de surveillance :

Il est composé des Conservateurs et des éco-gardes, dont la mission principal est la sauvegarde, la protection et la conservation de la biodiversité de la Réserve. Ils sont dotés d'armes à feu et font des patrouilles au sein de la Réserve conformément à l'Article 4 du Décret n°10/15 du 10 Avril 2010 fixant les statuts d'un établissement public dénommé « I.C.C.N. ».

Les Conservateurs et éco-gardes sont revêtus d'uniformes avec insignes distinctifs et grades déterminés par le statut du personnel. Ils sont pourvus d'armes à feu conformément à l'Article 10 de l'Ordonnance-Loi n°85-035 du 03 Septembre 1985 portant régime des armes et munitions.

Considéré comme étant le plus inondé du Domaine en raison de son effectif (19) et dont le rôle est d'assurer la surveillance de l'étendue de cette aire protégée tout en sauvegardant la vie aussi bien animale que végétale, des convoitises des prédateurs tels que les braconniers ainsi que les populations riveraines, ce cadre comprend :

- un Conservateur en Chef, Régisseur et Chef de site :

Il est chargé de la coordination de toutes les activités se déroulant dans l'aire protégée et rend compte à la Direction Générale (Directeur-Chef du Département Technique et Scientifique) de tous les problèmes managériaux ;

- un Conservateur Assistant :

Il assiste le chef de site dans ses fonctions tout en assumant son intérim en cas d'absence ou d'indisponibilité ;

- l'Officier Principal de Garde :

Il gère le personnel technique et, est chargé des activités touristiques (accueil, logement, visite....) ainsi que des activités sociales ;

- l'Opérateur-radio :

Il est placé sous les ordres du Chef de Site et, est chargé de la transmission et de la réception des messages à partir de la radio phonique ;

- l'officier de Garde et Sous-officier :

L'officier de Garde et Sous-officier sont chargés de tenir la discipline au camp des Eco-gardes, tout en dirigeant les opérations paramilitaires.

- le Brigadier en Chef et Sous-brigadier :

Le brigadier en chef et le sous-brigadier sont chargés du maintien de la paix ainsi que l'ordre au niveau du camp.

- les Eco-gardes

Ceux-ci sont chargés d'assurer les opérations des patrouilles d'anti- braconnage et de la prospection touristique sous l'égide du Chef de site ou du Sous-officier de garde.

*Le cadre administratif et scientifique :

Ce cadre est composé essentiellement des agents de l'administration et des Chercheurs, où l'on rencontre le Secrétaire comptable qui s'occupe de la tenue du secrétariat et de la caisse de la Station, c'est-à-dire, la perception des recettes et les sorties de fonds, du social, de la conservation communautaire, du tourisme......

Le cadre scientifique, est un cadre phare pour dire cardinal, dans l'étude de l'évolution de la biocénose. Composé ainsi par un personnel appelé chercheur, lequel est chargé de la conservation communautaire et de la bio-monitoring au niveau du Domaine.

Commandant Eco-gardes

Chargé Tourisme

Chargé Recherche Scientifique

Chef de Site Adjoint

Gardes Patrouilleurs

Chefs des PP/Position

Inspecteur Eco-gardes

Percepteur

Caissier

Comptable

Chargé COCO

Chargé Social et PSE

Chef de Site

Chargé d'Administration

ORGANIGRAMME DU SITE DE BOMBO-LUMENE

I.2. Les aspects physiques

I.2. 1. Situation géographique

Le Domaine et Réserve de Bombo-Lumene est compris entre les coordonnées 4°20'et 5°80' latitude Sud et 15°50'et 16°20' longitude Est, avec une altitude moyenne de 600m. La distance par rapport au centre ville de Kinshasa est de 120 Kilomètres sur le plateau des Batéké dans la Ville Province de Kinshasa. On y accède par la Nationale n°2 ou la Route Kinshasa-Bandundu. L'entrée au Domaine se fait à mi-chemin entre les Villages Dumi et Mbankana. Le Domaine est situé à l'extrême-Nord de la Commune de Maluku, Ville de Kinshasa et occupe une superficie d'environ 350.000 hectares.

Ainsi, l'Arrêté Ministériel n° 07 du 10 Février 1968 portant création du Domaine fixe ses limites d'après les Coordonnées suivantes :

- au Nord : la Route Kinshasa-Kenge, à partir de l'endroit où elle est traversée par la Rivière Bombo jusqu'à celui où elle est de nouveau traversée par la Rivière Lufimi ;

- à l'Est : de la Rivière Lufimi jusqu'à l'endroit où elle traverse la Route Kinshasa-Kenge en amont jusqu'à son affluent avec la Rivière Idiondo, limite Sud du Territoire de Kasangulu ;

- à l'Ouest : la Rivière Bombo, de la Route Kinshasa-Kenge jusqu'à son confluent avec la Rivière Muti-Mutiene et Mpili jusqu'à sa source méri-dionale ;

- au Sud : la limite sud du Territoire de Kasangulu .

Carte Descriptive de la ville de KINSHASA

Carte du domaine de chasse de BOMBO LUMENE

sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.