WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traite d'amitié et de coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso et le renforcement de l'intégration économique sous-régionale


par Ceba Timothée KELY
EENI Global Business School - Doctorat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

SECTION 2 : PERFORMANCE DE LA COTE D'IVOIRE ET DU BURKINA FASO EN MATIÈRE DE CONVERGENCE

Le Pacte de Convergence et de stabilité Macroéconomique de la CEDEAO et le Pacte de Convergence, de Stabilité, de Croissance et de Solidarité de l'UEMOA sont des instruments communautaires et des engagements formels des Etats membres pour assurer la convergence des performances macroéconomiques. La performance en matière de convergence de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso sera analysée selon les critères de convergence de l'UEMOA.

2.1 . Présentation des critères de convergence UEMOA

Nous avons deux (2) catégories de critères : les critères de premier rang et les critères de second rang. Les critères de premier rang sont au nombre de trois (3) et les critères de second rang au nombre de deux (2). (Table 12).

Table 12 : les critères de convergence UEMOA

Critères

Norme

Critères de premier rang

Ratio solde budgétaire, dons compris, rapporté au PIB nominal

 

Taux d'inflation annuel moyen

 

Ratio de l'encours de la dette publique totale rapporté au PIB nominal

 

Critères de second rang

Ratio masse salariale sur les recettes fiscales

 

Taux de pression fiscale

 

Source : Commission UEMOA

2.2 . Situation des critères de convergence 2016-2023 en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso

2.2.1. Etat de la convergence en Côte d'Ivoire en 2018

La situation de convergence de la Côte d'Ivoire en 2018 se présente comme ci-après :

- Critères de premier rang

Le solde budgétaire global (dons compris) rapporté au PIB nominal ressort en 2018 à -4% contre -4,5% en 2017. Ainsi, ce critère n'a-t-il pas été conforme à la norme communautaire (supérieur ou égal à -3%). Ce ratio devrait s'améliorer en 2019, pour se situer à -3% en conformité avec la norme UEMOA (-3%). Cette dynamique devrait également se poursuivre sur la période 2020-2022 du fait de la forte mobilisation des recettes fiscales (+11%) (MEF/DGE/, 2019).

Le taux d'inflation annuel moyen s'établi à 0,7% en 2017, à 0,5% en 2018 et à 3%, en conformité avec la norme UEMOA (inférieur ou égal à 3%). Les efforts de maintien des prix encours grâce aux mesures vigoureuses de lutte contre la cherté de la vie devraient pouvoir stabiliser le taux d'inflation en dessous de 3% sur la période 2020-2022.

L'encours de la dette publique total rapporté au PIB nominal, dont l'objectif dans le programme 2018-2022 était de 38,6%, se situe à 48,2% en 2018 contre 45,3% en 2017. Il respecte ainsi la norme communautaire de l'UEMOA. Ce ratio devrait se maintenir du fait du recours au marché financier régional et international pour le financement des investissements. En outre, la stratégie d'endettement devrait permettre de stabiliser les chiffres en deçà de la norme UEMOA (inférieur ou égal à 70% sur la période 2020-2022.

- Critères de second rang

Le ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales est passé de 41,5% en 2017 à 41,4% en 2018, pour un objectif de 38,6% dans le programme 2018-2022, se situant ainsi au-delà de la norme UEMOA fixée à un maximum de 35%. La mise en oeuvre des mesures de revalorisation salariale des fonctionnaires et agents de l'Etat ainsi que les différents recrutements dans les secteurs sociaux devrait maintenir le ratio au dessus de la norme UEMOA jusqu'en 2020 avant de s'améliorer à partir de 2021 (34,2%) et 2022 (34,0%).

Le taux de pression fiscale se situerait est resté constant (16,5%) sur la période 2017-2018 avec un objectif de 15,6% dans le programme 2018-2022. Ce taux progresserait sur la période 2019-2022, passant de 17,0% à 17,3%, à 17,4% et enfin à 17,0%. Mais ces chiffres ne respectent pas la norme communautaire (supérieur ou égal à 20%).

En somme, l'ensemble des critères de premier rang serait respecté à travers la mobilisation effective des recettes, la rationalisation des dépenses, la mise en oeuvre des mesures de lutte contre la cherté de la vie et la mise en oeuvre de la stratégie d'endettement. Quant aux critères de second rang, la maîtrise de la masse salariale et l'amélioration des recettes devraient permettre à la Côte d'Ivoire de se conformer aux normes communautaires UEMOA (Table 13).

Table 13 : Evolution des indicateurs de convergence en Côte d'Ivoire

Critères

Norme

2017

2018

2019

2020

2021

2022

2023

Critères de premier rang

solde budgétaire global /PIB nominal (en %)

 

-4,5

-4

-3

-2,9

-2,9

-2,4

-2,6

Taux d'inflation annuel moyen (en %)

 

0,7

0,5

3,0

3,0

3,0

3,0

3,0

Encours de la dette publique totale /PIB

 

45,3

48,2

48,3

48,1

46,9

47,4

48,1

Nombre de critères de premier rang respectés

 

2

2

3

3

3

3

3

Critères de second rang

Ratio masse salariale sur les recettes fiscales

 

41,5

41,4

39,0

36,4

34,2

34,0

32,3

Taux de pression fiscale

 

16,5

16,5

17,0

17,3

17,4

17,0

17,3

Nombre de critères de second rang respectés

 

0

0

0

0

1

1

1

Nombre total de critères de second rang respectés

 

2

2

2

3

4

4

4

Source : Commission de l'UEMOA, CNPE, Côte d'Ivoire

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net