WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Quel avenir pour la presse quotidienne nationale française ?


par Marc LEIBA
Ecole Supérieure de commerce de Reims - Master in Management 2006
  

précédent sommaire suivant

1.4 Crise mondiale et différences socioculturelles

Certes, la presse quotidienne doit faire mondialement le deuil de son âge d'or où elle était le seul média de masse, le seul convoyeur d'informations crédibles. La T.S.F. de Marconi, puis un demi siècle plus tard, la télévision et depuis quelques années Internet, ont entamé ce monopole informatif. Pour autant, les indicateurs de la situation française font pointer l'hexagone parmi les plus mauvais élèves des pays développés. Les chiffres ci-dessous concernent la presse quotidienne dans son ensemble et non uniquement la nationale. Ils donnent cependant un aperçu fiable de la situation internationale.

1.4.1 Consommation mondiale de presse quotidienne

La situation française est préoccupante puisque seule l'Italie présente des taux de lecture (nombre de quotidiens pour 1 000 habitants) plus faibles. Pourtant, l'indicateur français était de 244 pour 1 000 en 1914, c'est-à-dire la meilleure performance mondiale avec les Etats-Unis, plus qu'à l'heure actuelle.

Tableau 7 Nombre de quotidiens pour 1 000 habitants dans les 7 pays les plus industrialisés 1960-200026(*)

 

1960

1970

1979

1990

2000

Japon

396

511

569

591

531

Grande-Bretagne

514

463

426

393

306

RFA

307

326

323

343

297

Etats-Unis

326

302

282

253

219

Canada

222

218

241

230

151

France

252

238

196

155

144

Italie

122

144

93

118

102

D'une manière générale, l'Europe du Sud avec la Grèce, l'Espagne, l'Italie et le Portugal ont de faibles lectorats. Toutefois, la presse italienne a vu se développer depuis les années 1980 quatre titres dépassant les 500 000 exemplaires : La Stampa, La Gazetta dell sport, le Corriere della Sera, La Republica. Ce dernier, qui atteint les 700 000 exemplaires, est né dans les années 1970, comme Libération, qui bien que seul nouveau quotidien français s'étant maintenu depuis cette date, n'a jamais atteint son objectif de 200 000 exemplaires. Les quotidiens espagnols voient certes leur diffusion reculer depuis les années 1990, mais se montrent dynamiques et jouissent d'une forte rentabilité. Notons à ce propos l'entrée du groupe Prisa (El pais) dans le capital du Monde en 2005. Le Japon possède les titres ayant le plus fort tirage au monde : les différentes éditions du Yomiuri Shimbun et de l'Asahi Shimbun dépassent les 10 millions d'exemplaires. Les géants japonais ont dès les années 1950, bâtis via des filiales autonomes, de grandes chaînes privées de télévision. La presse américaine constate que le nombre de titres nationaux diminue, tout comme la diffusion de ceux qui se maintiennent, mais elle compense par une hausse de ses recettes publicitaires et son rang de premier support publicitaire. Quant à l'Allemagne et au Royaume-Uni, ils bénéficient d'une forte tradition du quotidien populaire, le Bild Zeitung outre-Rhin et le Sun outre-Manche, qui tirent respectivement à 4 et 3,6 millions d'exemplaires.

* 26 UNESCO et Association mondiale des journaux (AMJ), cité par le rapport Loridant, p.26.

précédent sommaire suivant